Version classiqueVersion mobile

La psychologie environnementale

 | 
Jean Morval

2. Les stresseurs environnementaux

Texte intégral

1Dès 1936, Hans Selye a introduit en biologie la notion de stress. Son modèle du General Adaptation Syndrom a connu un succès éclatant tout au long de sa carrière de chercheur à l’Université de Montréal et a fait le tour des laboratoires du monde entier. L’étude des stresseurs est devenue une préoccupation majeure de la psychologie environnementale. Comme dans le chapitre précédent, nous allons trouver le même mouvement de consolidation progressive des modèles, qu’il s’agisse des espaces de travail ou de l’écosystème urbain. Une autre observation générale sur l’évolution de la recherche dans le domaine peut être formulée : l’élaboration de construits spécifiques plus appropriés au contexte environnemental.

Le bruit

2L’importance des sons en tant que référence spatiale est manifeste dans la vie quotidienne. À cet égard, ne négligeons surtout pas cette vérité que beaucoup encore semblent ignorer : c’est d’abord la source des sons qui permet à chacun de se localiser dans l’espace. Par ailleurs, la privation d’informations auditives, le maintien dans un silence forcé entraîne une coupure avec l’environnement comme l’ont montré les travaux célèbres de D. O. Hebb (1949), à l’Université McGill, portant sur la privation sensorielle. Ajoutons, en outre, que les sourds perçoivent souvent le monde extérieur comme inamical et même parfois hostile. Ils se sentent la plupart du temps coupés ou écartés du monde et ressentent a fortiori de l’anxiété dans la foule alors que l’émergence de sons habituels et le fait de les entendre rassurent immédiatement et ponctuent les besoins sensoriels quotidiens de chacun. Néanmoins, il ne faut pas occulter le fait qu’a contrario, lorsque l’environnement devient saturé de sons, le climat est souvent ressenti comme agaçant, voire oppressant.

3La définition la plus élémentaire du bruit pourrait se résumer ainsi : tout ce qui est perçu par l’ouïe et qui n’est pas musical ou le fruit d’une orchestration instrumentale. Sur le plan technique, contentons-nous de dire que c’est un phénomène acoustique qui est causé par la superposition de vibrations diverses non harmoniques.

4Disons simplement que cette définition indique que le bruit n’a pas réellement de signification objective. Selon C. Lévy-Leboyer (1980), par exemple, le bruit est un ensemble de sons qui n’est pas agréable à celui qui l’écoute et qui le gêne soit parce qu’il est physiologiquement insupportable, soit parce qu’il interfère avec d’autres perceptions auditives plus pertinentes ou plus plaisantes. Ce sont les fréquences basses et moyennes et les intensités moyennes qui caractérisent les sons préférés. Néanmoins, un bruit trop fort ou trop répété provoque une gêne, quelles que soient sa fréquence et son intensité. En outre, pendant le sommeil, l’homme est affecté même par des sons d’intensité moyenne, car le son augmente la durée du sommeil léger et réduit la possibilité de récupération pendant le sommeil. Par ailleurs, on observe chez des sujets en état de veille et qui sont soumis à un son uniforme de 90 décibels les symptômes suivants : une dilatation de la pupille, une accélération de la fréquence cardiaque, des modifications des sécrétions endocrines (hypophyse, thyroïde et surrénale) et parfois de l’hypertension. Le son est également lié à une baisse de la performance dans le travail intellectuel et dans l’apprentissage et la coordination des mouvements. Le National Safety Council aux États-Unis affirme qu’il existe une corrélation entre le bruit et les accidents industriels. Ce sont les sons de haute fréquence et de forte intensité qui irritent le plus et nous dérangent au point de nous faire souffrir, par exemple les gémissements ou hurlements des sirènes, en grande partie parce que nous n’y sommes pas accoutumés ou préparés. Une enquête menée dans 19 villes françaises sur la qualité de la vie révèle que les désagréments causés par le bruit constituent le facteur le plus ostensiblement dénoncé parmi les sept problèmes majeurs de la vie urbaine (bruit, laideur, saleté, pollution de l’air, tristesse, encombrement, manque d’espaces verts). Ce sont les voitures que 82 % des habitants de Marseille, 79 % de ceux de Toulouse et de Rouen, dénoncent avec le plus de vigueur, et même dans les villes les plus calmes, on dénombre un pourcentage relativement élevé de gens dont le mécontentement se fait connaître par des chiffres éloquents (41 % à Lens et 43 % à Brest). À l’issue de ces quelques remarques et statistiques, il nous semble judicieux de rappeler combien un environnement bruyant agresse ses divers occupants et mérite une attention toute particulière dans les recherches portant sur les agents stresseurs de l’environnement urbain.

Effets du bruit sur le comportement social

5Les recherches effectuées sur le bruit indiquent de toute évidence des effets marquants que nul ne pourrait omettre sur le comportement social. N. Weinstein (1978) a mené une recherche sur la sensibilité des étudiants au bruit et a montré une relation entre le bruit et certaines variables de la personnalité. D’une part, les personnes les plus sensibles au bruit sont plus susceptibles de dominer les autres, sont peu sociables et plus introverties qu’extraverties. D’autre part, les personnalités extraverties tolèrent, voire recherchent la stimulation sensorielle et manifestent une tolérance basse par rapport à la privation sensorielle.

6Quant à Ward et Suefeld (1978), ils ont pu obtenir, à l’issue de leur recherche portant sur l’effet du bruit chez les étudiants, des résultats tout à fait pertinents démontrant que l’exposition au bruit affecte l’humeur, augmente l’anxiété et empêche une participation active dans l’environnement social. En outre, le bruit semble contribuer à l’isolation des personnes et rappelons que la probabilité de l’apparition de comportements d’aide et de soutien de ses semblables est également très affectée par la présence massive de bruit ; cela a pour conséquence le plus souvent d’annuler ou d’inhiber la possibilité que les gestes les plus solidaires et compatissants de chacun émergent en temps d’urgence.

7Au sujet des demandes d’aide, les recherches classiques indiquent que les personnes exposées au bruit sont moins coopérantes et les femmes, encore moins que les hommes. D. R. Sherrod et R. Downs (1974) ont exposé des étudiants à un travail de laboratoire dans un environnement légèrement bruyant ou très bruyant et, une fois le travail terminé, lorsqu’un de leurs camarades a sollicité leur soutien et leur intervention pour résoudre un problème arithmétique, toutes les études ont convergé vers le constat suivant : les sujets d’expérience soumis à un bruit élevé se sont montrés peu coopérants. De même, un piéton laissant tomber un colis par accident près d’une zone de construction alors que les marteaux-piqueurs creusent dans le béton avec un bruit assourdissant a peu de chances de recevoir l’aide d’un passant assommé par la quantité de décibels qui submergent ses oreilles (Pagé, 1977 ; Sundstrom, 1978).

Théorie de la focalisation de l’attention

8Devant cet ensemble de résultats, R. A. Pagé (1977) propose cinq interprétations et formule plusieurs conclusions sommaires :

  • Il y a une surcharge d’informations et les personnes exposées au bruit trient les informations qu’elles reçoivent.
  • Le bruit est un agent de diversion qui découpe « l’attention en mille morceaux » et, de ce fait, les personnes qui y sont exposées remarquent moins souvent la personne qui demande de l’aide.
  • Le bruit empêche la communication interpersonnelle et, dans cette situation inconfortable, le sujet ne prolonge pas les contacts avec autrui.
  • Le bruit crée une ambiance désagréable qui entraîne la mauvaise humeur, l’irritation et une baisse de concentration intellectuelle.
  • Le bruit apparaît comme un stimulus négatif que l’on fuit le plus souvent et le plus rapidement possible.

9En somme, le stimulus bruyant provoque un malaise qui incite les personnes à rester en mouvement plutôt qu’à se diriger vers les autres, pour communiquer et les aider en cas de besoin. Sheldon Cohen (1973) affirme que les modifications du comportement social de personnes exposées au bruit s’expliquent du fait qu’elles focalisent leur attention sur les informations pertinentes. Le bruit monopolise l’attention des sujets au point que le besoin d’aider les autres n’est plus vraiment perçu. À ce titre, citons l’exemple de Sheldon Cohen et Anne Lezak (1977) qui ont montré des diapositives en couleurs à des étudiants qui avaient pour tâche de mémoriser des syllabes dépourvues de sens, soit dans un endroit calme, soit dans un environnement bruyant. Par exemple, on montrait une diapositive qui représentait une femme en train de faire son marché et au milieu apparaissait la syllabe à apprendre. Les résultats indiquent que les étudiants mémorisent les syllabes même dans le bruit, on note toutefois que, dans cette condition d’expérimentation, les images sont moins bien reconnues. Par conséquent, Cohen en déduit que cette focalisation sur les informations pertinentes explique en partie les modifications du comportement social de personnes soumises à des stimuli bruyants.

Bruit et agressivité

10Des chercheurs ont observé une relation entre les bruits et les réponses agressives, et ont prouvé que le bruit stimulait l’apparition de comportements belliqueux et sauvages. À cet égard, Geen Russel et Edgar O’Neal (1969), après avoir fait regarder à plusieurs volontaires des films à forte connotation violente et d’autres vantant des conduites pacifiées et tolérantes à l’égard d’autrui, ont placé les volontaires dans une pièce tantôt calme, tantôt bruyante où ils avaient à frapper quelqu’un, à l’assener de coups. À l’issue de l’expérimentation, l’hypothèse avancée et confirmée est la suivante : les participants ont donné plus de coups dans la condition de stimulation bruyante. E. Donnerstein et D. W. Wilson (1976) montrent que les personnes exposées à un bruit élevé donnent des coups plus intenses même si elles croient pouvoir contrôler le bruit en pressant un bouton. Et si le bruit s’avère incontrôlable, la réponse de la personne aux conditions qui peuvent mener à l’agressivité sera plus intense. À ce sujet, rappelons que nous sommes tous forts rassurés de savoir que ce genre d’expérimentation fait l’objet de vérifications déontologiques constantes et qu’il est aujourd’hui soumis à des codes d’éthique plus draconiens que jamais.

Exposition prolongée au bruit

11Les études sur l’exposition prolongée au bruit dans l’environnement quotidien, notamment les usines, les écoles et les maisons situées près des aéroports, font état de toute une gamme d’effets négatifs et nuisibles à l’équilibre psychocorporel des personnes : anxiété, troubles du sommeil, mécontentement, plaintes, basse performance scolaire, basse tolérance aux frustrations, détérioration des facultés de discrimination auditive et même augmentation de la pression sanguine.

12Plusieurs travaux ont notamment porté sur les enfants et montré combien l’exposition prolongée au bruit pouvait affecter leur concentration intellectuelle et leur motivation durant l’apprentissage. L’intensité du bruit à la maison est inversement proportionnelle au degré de développement et de l’acquisition du langage chez des enfants âgés de 7 à 22 mois. Il faut bien souligner que, plus le bruit est élevé, plus le développement est retardé. Ainsi, on a pu identifier les effets du bruit sur des enfants vivant dans des appartements avoisinant une grande artère de Manhattan. Les enfants habitant les étages inférieurs, près du bruit des voitures, étaient incapables de distinguer des sons subtils ; ceux des étages supérieurs le pouvaient. En outre, le fait de vivre à proximité de l’autoroute est en corrélation avec un développement pauvre en lecture. Apprendre à lire requiert de la persévérance et une habileté particulière à la discrimination auditive. Vraisemblablement, le bruit dans l’appartement interfère ou altère le degré d’attention de l’enfant, son besoin de curiosité et son désir de se concentrer sur une étude précise et permet d’expliquer les écarts quant à l’aptitude à lire.

13Mentionnons, à ce sujet, l’étude longitudinale de Stokols (1987) sur des enfants d’âge scolaire en comparant quatre écoles élémentaires situées à proximité de l’aéroport international de Los Angeles, qui connaît plus de 300 vols quotidiens (ce qui veut dire un vol toutes les deux minutes et demie qui produit un bruit dont l’intensité est supérieure à 95 décibels). La comparaison se faisait avec trois autres écoles élémentaires localisées dans des quartiers tranquilles. Rappelons que les enfants étaient tous de même niveau scolaire ; la proportion de Blancs, de Noirs et de jeunes d’origine hispanique était à peu près la même dans chaque école ainsi que le niveau socioéconomique des familles. Par ailleurs, le degré de pollution de l’air était le même pour les deux types d’écoles. Les résultats des différents tests physiques et psychologiques indiquent que les effets dus à l’exposition prolongée au bruit sont manifestes. La pression sanguine est plus élevée chez les enfants fréquentant des écoles bruyantes. Ces enfants abandonnent plus rapidement que les autres les tâches intellectuelles difficiles qui exigent des efforts intellectuels conséquents. Et on peut ajouter également que, plus le temps passé dans l’école est long, plus les performances s’en trouvent affectées. Plus l’enfant a passé de temps dans l’école bruyante, plus il est facilement distrait par des bruits de fond, en l’occurrence le simple enregistrement d’un homme qui lit un texte. Ce résultat indique clairement que les enfants ne s’adaptent pas au bruit ; les effets semblent plutôt se cumuler. On ne s’habitue pas aux environnements bruyants et, même si les personnes qui y sont soumises n’en parlent plus au bout d’un certain temps, elles continuent néanmoins d’être affectées par le bruit. Pour vérifier si le fait de vivre dans une maison et un quartier calmes diminue les effets négatifs du bruit dans l’école, les chercheurs ont choisi 20 domiciles situés dans une communauté tranquille dont les enfants fréquentent des écoles bruyantes. Les chercheurs ont comparé leur échantillon avec des enfants qui fréquentent des écoles également bruyantes et vivent dans un quartier bruyant. Les résultats ne dévoilent aucune différence dans la performance scolaire. Ainsi, étudier dans une école bruyante affecte tous les enfants, peu importe les conditions sonores de leur résidence familiale. Ce genre de résultats non équivoques devrait inciter le public à rester vigilant face aux réassurances fictives et sans fondement données parfois par les autorités publiques. Ici comme ailleurs, peuvent se manifester des impératifs économiques qui ont tendance à minimiser les coûts sociaux et humains. On retrouve encore une fois ici le dilemme classique auquel tout le monde doit faire face : l’économie versus l’écologie.

Effets après coup

14Des recherches fondamentales ont été menées par D. Glass et J. Singer (1972) afin de valider les effets secondaires du bruit, c’est-à-dire lorsque le bruit n’est plus opérant. Par exemple, on a exposé des personnes à des bruits alors qu’elles travaillaient à des tâches simples qui ne requéraient aucune disposition intellectuelle ou attention soutenue. Les sujets d’expérience devaient ensuite se concentrer sur des problèmes plus exigeants (résolution de problèmes, situations sociales complexes, etc.) qui demandaient un sérieux effort de concentration. Les résultats indiquent incontestablement que les personnes ne sont pas dérangées dans leur tâche pendant le bruit. Cependant, la performance des sujets qui ont travaillé dans le bruit est moins bonne pour toutes les épreuves subséquentes. De plus, ces personnes arborent une attitude moins positive quand on leur demande un service.

Degré de contrôle du bruit

15D. Glass et J. Singer (1972) ont montré qu’il est possible de réduire les effets ultérieurs du bruit par certaines dispositions expérimentales qui ne modifient en rien l’intensité sonore. Le principe en est simple : lorsque la personne exposée aux sons peut les contrôler, les effets négatifs diminuent de manière significative et sont de moins en moins présents. De plus, lorsque la personne peut prédire le bruit parce qu’il intervient régulièrement ou parce qu’un signal visuel le précède, les effets ultérieurs sont moins intenses ou s’affaissent progressivement. Par exemple, le bruit d’une tondeuse à gazon est moins agaçant pour la personne qui utilise la machine que pour celle qui subit le son sans le produire elle-même. De même, les personnes qui travaillent sur une voie de chemin de fer sont peu affectées par le bruit des trains. Lorsque le sujet peut prévoir ou contrôler le bruit, ses effets négatifs diminuent généralement. Un bruit doux et incontrôlable provoque plus d’erreurs d’attention lors d’un travail à accomplir qu’un bruit très intense, mais contrôlable. Cette explication démontre que nous ne sommes pas perturbés par le bruit que nous produisons, mais par celui que les autres font, et auquel on est peu accoutumés ou qu’on ne peut anticiper.

Théorie d’évaluation

16Une dernière explication s’impose après l’énumération des divers effets pervers que peut causer le bruit, concernant les facteurs psychologiques sous-jacents qui ont trait à la signification sociale. Ajoutons donc, pour corroborer le tout, que le stress est d’autant plus intense si la personne estime que sa situation est plus désagréable que celle des autres et que cela n’est pas équitable.

17En résumé, l’exposition au bruit intense incite à la focalisation de l’attention et exige un effort plus ou moins soutenu pour garder toute sa concentration. Ce phénomène interagit avec la performance et l’altère particulièrement dans des tâches requérant une grande attention et à plus forte raison lorsque l’exposition au bruit est prolongée. L’apprentissage de la lecture, la réponse aux demandes d’aide, le travail intellectuel en général et le comportement social sont également affectés par l’exposition au bruit. Les inconvénients constatés au long des études se retrouvent une fois l’exposition au bruit terminée et perdurent malgré un retrait prononcé. Les bruits imprévus amènent par ailleurs les personnes à ressentir moins de contrôle sur leur environnement et menacent l’équilibre psychocorporel des personnes qui ne peuvent anticiper ou se préparer au bruit qu’elles devront subir. Ainsi, l’agressivité des citadins pourrait s’expliquer en partie par le bruit imposé dans les villes modernes, nuisance qui semble atteindre de plus en plus de citoyens aux prises avec un phénomène qu’ils ne peuvent absolument pas maîtriser. De plus, l’absence de contrôle sur le bruit incite à évaluer les autres de manière plus négative, avec moins de discernement et multiplie par conséquent le stress et l’insécurité causés par le bruit. Enfin, il est important de retenir que personne ne s’habitue au bruit et que, de plus, les effets négatifs sont cumulatifs et ne cessent pas de nuire après l’exposition. À ce propos, l’exemple classique reste celui d’usines bruyantes où les employés habitués au vacarme supportent mieux le bruit des machines que les employés qui travaillent dans des secteurs calmes. Pour autant, leur adaptation et leur contact assidu à un bruit intense et constant ne les empêcheront pas de devenir sourds. De toute évidence, même si l’on semble pouvoir s’accoutumer au bruit sans trop de mal, les effets nocifs ont été clairement établis et répertoriés par les travaux de psychologie environnementale depuis deux ou trois décennies. Pourtant, comment expliquer que ce stresseur urbain quasi permanent existe depuis des siècles, mais que la tolérance au bruit semble avoir été beaucoup plus grande dans le passé ? Sommes-nous devenus plus fragiles, moins résistants aux nuisances de l’environnement ou tout simplement moins tolérants et plus exigeants ?

La chaleur

18La température du corps des êtres humains est maintenue constante grâce à un mécanisme interne très ingénieux de régulation. Mais que se passe-t-il quand la température à l’extérieur du corps atteint des degrés extrêmes et quel effet une telle augmentation entraîne-t-elle sur le comportement social ? En réalité, si l’on procède à un bref relevé des études réalisées jusqu’à aujourd’hui, on constate qu’elles sont d’une part très peu nombreuses et d’autre part qu’il n’en existe plus aujourd’hui. Dans les années 1960, plusieurs sociologues ont observé une série de révoltes et d’insurrections survenues au cours d’un été caniculaire dans plusieurs villes américaines. Les résultats mènent souvent au constat suivant : à savoir qu’il existe dans certaines circonstances un seuil de température optimale qui, lorsqu’il est atteint ou dépassé, provoque irréversiblement l’émergence de comportements dysfonctionnels et le risque d’émeute s’accroît. En effet, lorsque la température était inférieure ou équivalait à 28,8 °C, la probabilité que surviennent de tels incidents diminuait sensiblement sans provoquer d’attitudes perturbatrices. D’autres travaux indiquent en revanche que si les émeutes apparaissent à cette température, c’est tout simplement parce qu’elle est plus fréquente et se répète très souvent sans donner à la population la possibilité du moindre répit. Il n’y aurait donc pas réellement de température optimale ou de seuil véritablement critique, mais plutôt une tendance à affirmer que, plus la température est élevée, plus les manifestations agressives risquent d’être importantes et explosives.

19Il faut tout de même rappeler pour nuancer nos propos que d’autres facteurs tout aussi significatifs jouent un rôle que l’on aurait tort de négliger pour expliquer l’apparition de comportements belliqueux : le fait notamment que les adolescents aient terminé l’école, qu’il y ait plus d’adultes en vacances, plus d’heures de clarté, de soleil, et que les gens passent plus de temps à l’extérieur de la maison (Bell, 1981).

20Par ailleurs, lorsque la température est extrêmement élevée, les personnes sont surtout préoccupées de s’en écarter le plus vite possible en cherchant tous les moyens naturels pour ne pas en souffrir et tous les moyens technologiques pour la réduire. Ainsi, l’agressivité n’est pas susceptible d’augmenter avec le seul facteur de hausse extrême de la température tant qu’on peut contrôler son intensité et qu’on sait qu’il existe une issue. Dans une expérience en laboratoire où les sujets étaient insultés par un expérimentateur complice et avaient très chaud (la température dans la pièce se situait aux environs de 34 °C), on a pu constater que la préoccupation principale concernait la réduction de l’inconfort et le besoin physiologique impérieux de retrouver ses aises. L’agressivité par rapport à autrui venait en second plan et ne semblait pas être manifeste. Toutefois, lorsque les sujets avaient bu, par exemple, un verre de limonade, leur agressivité à l’égard de l’expérimentateur augmentait sensiblement. Ainsi, on peut conclure que les personnes exposées à des températures élevées ne sont pas nécessairement portées à adopter des comportements agressifs (Watson et al., 1984) et que d’autres facteurs doivent intervenir pour favoriser l’émergence de l’agressivité chez les individus affectés par la chaleur.

21Selon E. Sundstrom (1996), la chaleur est en relation avec l’évitement d’autrui et l’éloignement de toute promiscuité humaine encore que cette relation de cause à effet ne soit pas identifiable dans toutes les études. Lors d’une étude, alors qu’un groupe de volontaires placés dans une pièce à température confortable ou à température élevée (38 °C avec 60 % d’humidité) avait à effectuer une tâche simple pendant 45 minutes, on a pu en conclure, d’après une liste de caractéristiques décrivant une personne étrangère, que les répondants qui avaient à exprimer leurs sentiments vis-à-vis de cet étranger aimaient beaucoup moins l’étranger et avaient tendance à éviter le contact avec lui lorsqu’ils étaient placés dans une pièce chaude.

22L’effet aversif lié à un stress ne s’applique que dans le cas où l’étranger est absent de la situation stressante et peut s’interpréter par le fait que le partage d’un environnement stressant avec autrui au rapprochement des uns et des autres plutôt que le contraire.

Effets de la température sur la performance

23Dans l’exemple que nous allons évoquer ici, l’étude impose les conditions suivantes : plusieurs sujets effectuant quatre tâches précises (réception d’un message en morse, surveillance visuelle, codage et traçage), une température se situant aux environs de 29 °C et des sujets peu vêtus. Une différence de cinq degrés provoque une différence significative dans la performance des trois premières tâches et les résultats indiquent également une différence dans la performance selon la température.

24Certains chercheurs n’observent aucun effet particulier de la température sur les volontaires et renchérissent en affirmant qu’il n’existe pas de différence significative entre 10 pilotes effectuant deux tâches en même temps, dans des conditions de variation de température allant de 17 à 40 °C, dans une expérimentation classique de Daen et al. (1965). En outre, il ne faut pas omettre la réalité suivante : des contradictions sont remarquées entre les résultats obtenus en contextes expérimentaux et en situations réelles. Ainsi, on ne peut nier certains résultats qui ne trompent pas et contredisent ce qui a été explicité plus haut : à savoir que, par exemple, lors de tâches scolaires proposées à des enfants de 9 et 11 ans vêtus de manière minimale et soumis à des températures de 20, 27 et 30 °C, les performances sont moins bonnes à 27 qu’à 20°, mais meilleures à 30 qu’à 27º. Certes, certains travaux n’ont pas permis de constater une relation significative entre les comportements des enfants et la température de leur classe, mais il faut tenir compte de toutes les variables autres que la température qui peuvent évidemment affecter la personne dans l’accomplissement de sa tâche. Ainsi, une motivation élevée peut pousser le sujet à conserver une performance excellente en dépit des conditions défavorables ou encore le fait d’être informé sur les variations de cette performance peut conduire le sujet à s’auto-observer et à s’autocorriger, comme l’avait constaté Lévy-Leboyer dès 1981.

25En dernier lieu, ajoutons qu’une autre interprétation est parfois proposée, elle se base sur la règle de non-linéarité qu’on peut résumer ainsi : lorsque la température est légèrement inconfortable, la performance baisse tandis que, lorsqu’elle est très gênante, la tension venant du stress supplémentaire améliore la performance et la vitesse d’exécution.

Effets de la température sur le comportement social

26La chaleur modifie de surcroît le comportement social et, généralement, les relations sociales sont moins positives, moins habiles et plus tendues lorsque la température s’élève et qu’elle atteint un certain seuil critique. En guise de conclusion, disons que les résultats de tous ces travaux sur les effets de la densité et de la chaleur vont dans le sens du constat général évoqué ci-dessus.

La pollution

27Après avoir vécu quelques jours dans une ville polluée, la plupart des gens ne souffrent apparemment plus de la pollution et semblent s’y habituer. Pourquoi ? L’objet de notre recherche est désormais d’en déceler les causes et de comprendre ce phénomène étrange d’accommodation. À dire vrai, il existe très peu d’études qui ont porté sur le sujet alors qu’il faut le rappeler, plus de la moitié de la population des États-Unis, par exemple, est exposée à une qualité d’air très moyenne. Les effets toxiques de l’oxyde de carbone sur la santé sont connus depuis longtemps, mais ce sont surtout les effets physiologiques et psychologiques du brouillard (smog) causés par la pollution (l’oxyde d’azote, l’oxyde de sulfure et les autres polluants) qui retiennent l’attention des chercheurs actuels. Désormais, d’autres types de pollution commencent à faire l’objet d’études plus systématiques, notamment la pollution de l’eau, les déchets toxiques, les radiations et la production des déchets nucléaires.

28Une des premières recherches d’envergure conduite par Evans et al. (1982) était basée sur une expérimentation effectuée sur des étudiants du collégial dont une partie vivait à Los Angeles depuis au moins cinq ans et l’autre depuis moins de trois semaines. Lors de cette expérience, le premier groupe a estimé que Los Angeles était moins polluée comparativement à d’autres villes nord-américaines, tandis que les résidents récents ont rapporté plus de problèmes respiratoires que les autres habitants y vivant depuis de nombreuses années. Quand on leur présentait des diapositives des villes et qu’on leur demandait de remarquer les signes de pollution, les résidents plus anciens avaient besoin de plus de brouillard objectivement avant de détecter sa présence. De plus, ces étudiants pensaient que le brouillard avait moins d’effet sur l’air senti que les résidents récents. On a pu constater que les nouveaux arrivants modifiaient parfois leur comportement durant les journées particulièrement caractérisées par un haut niveau de pollution et ne jouaient pas au tennis par exemple. Les résidents de plus longue date, semblant beaucoup moins assurés de pouvoir contrôler et réduire le niveau de pollution, se résignaient à cette situation environnementale déplorable sans l’ombre d’une contestation.

29En résumé, on peut considérer ces facteurs comme représentatifs de la capacité des résidents à s’adapter à long terme à des conditions de pollution et à devenir plus résistants : en effet, ces derniers remarquent moins de pollution, se sentent moins affectés, n’essaient pas de faire face aux problèmes qu’engendrent de telles dégradations de l’atmosphère et s’y soumettent sans l’espoir de pouvoir changer leur environnement parce qu’ils se sentent avant tout impuissants.

La densité et ses effets

30Les recherches sur la foule (crowding) se développent d’autant plus que la surpopulation représente un des grands problèmes contemporains de nos sociétés et une menace des plus imminentes quant à la survie de l’humanité dans un environnement tolérable pour tous (Stokols, 1978).

31Pour des raisons éthiques et pratiques, les psychologues ne peuvent pas effectuer des études sur les humains semblables à celles qu’ils peuvent mener sur les animaux. Deux possibilités s’offrent dès lors à la recherche : l’une est de prendre des exemples dans des environnements naturels (la foule dans les résidences, les prisons, etc.) et de corréler le degré de densité avec la présence de tels problèmes ; l’autre stratégie consiste à rassembler des personnes pour une période brève et à observer les effets dans les premiers temps. Chaque stratégie comporte un désavantage majeur ; à savoir que la première n’établit pas de lien de cause à effet et que la deuxième ne peut garantir les mêmes résultats qu’à condition que les personnes subissent l’entassement pendant une longue durée (Watson et al., 1984). Étant donné ces difficultés, que pouvons-nous apprendre de l’effet qu’exerce la foule sur l’environnement et les personnes ?

Concept de crowding

32Tout d’abord, existe-t-il un consensus sur la définition de ce qu’est une foule. Par ailleurs, y a-t-il une relation uniforme entre le niveau de densité et de possibles effets négatifs sur le comportement ? La croyance populaire veut que la foule soit synonyme de densité élevée. En outre, depuis les premiers travaux de Calhoun (1962), les recherches sur les animaux de laboratoire et dans les environnements naturels confirment une relation évidente entre la densité de population et certains comportements pathologiques. Cependant, les études expérimentales sur le comportement humain (Freedman et al., 1975) ou les recherches démographiques sur la relation entre la densité de population et la pathologie sociale ne confirment pas toutes ce lien.

33Par ailleurs, la foule doit être perçue comme une expérience individuelle de foule – tout comme la « liberté » l’est – et ne peut pas être objectivement mesurée sous l’angle de la densité. Ainsi, il convient de faire une distinction entre la densité et la foule. En effet, tandis que la densité se réfère au nombre de personnes dans un espace limité, la foule se caractérise plutôt par une impression subjective, le sentiment qu’il y a trop de monde dans trop peu d’espace. De fait, des personnes agglutinées dans une population très dense ne se sentent pas nécessairement entassées les unes sur les autres et peuvent éprouver du plaisir à être noyées dans la foule. En effet, certains environnements denses sont plaisants et stimulants : cocktail, match de football, concerts, manifestations, etc.

  • 1 La question sera abordée dans le chapitre 3 lors de la présentation d’un exemple de recherche sur (...)

34On a constaté que dans les quartiers très denses, des associations naissent et sont actives dans les zones où les habitants sont « physiquement » proches, alors que, dans les aires de faible densité, ce style de vie disparaît totalement. Les associations spécialisées y sont en particulier très rares à cause d’un manque de partenaires et les banlieues nord-américaines sont souvent décrites comme froides, sans âme, désertées par les tentatives de regroupement associatif. Ce type d’environnement influence généralement le style de vie1, à savoir qu’il génère le plus souvent la lassitude et l’isolement. Les contacts, aussi bien avec les voisins qu’avec la famille, sont réduits dans les zones suburbaines de faible densité.

35Le travail classique de H. Gans (1962) portant sur Levittown rejette le déterminisme auquel les auteurs rattachent parfois le concept de densité, car il y a trop d’hétérogénéité dans la société, même dans un milieu suburbain. Et il faut rappeler que ce n’est qu’avec une population homogène que l’on peut prévoir les conséquences de la perception de l’environnement. Dans les milieux hétérogènes, les humains perçoivent tous de manière différente les mêmes phénomènes, et c’est pourquoi les recherches sur la perception demeurent difficiles. C’est aussi ce qui explique que la consultation en matière d’aménagement du territoire est souvent une opération difficile. Les consensus ne sont pas évidents, car les perceptions des utilisateurs de l’espace sont variées, voire opposées.

36D. Stokols (1987) a défini la densité comme une variable uniquement physique, soit le nombre de personnes en fonction de la surface, tandis que la foule dépend de critères subjectifs, soit un sentiment de malaise dans une situation où il y a trop de monde. On peut se sentir « entassé » parce que l’espace n’est pas suffisant (sous-marin, vaisseau spatial) ou parce qu’il y a trop de personnes agglutinées dans un grand espace. Le sentiment d’inconfort naît de situations très diverses : l’espace manque (résidence), les ressources sont inaccessibles (cohue dans un magasin), l’intimité est impossible (une famille nombreuse dans un petit logement), la durée d’exposition (un ascenseur encombré de monde).

37Ainsi, le plus souvent, la littérature donne à voir l’impression générale que la foule n’est pas tributaire du contexte mais déterminée par une multitude de facteurs.

Sources de stress reliées à la foule

38Concevoir la foule comme une forme de stress a inspiré plusieurs modèles classiques qui identifient les sources du stress en situation de densité élevée et qui prédisent les réactions probables des sujets (Sundstrom, 1975).

Le modèle de surcharge

39Le modèle de surcharge (Milgram, 1970) applique le concept de la surcharge (recevoir plus de stimuli que ce que l’on est en mesure de décoder) à ce phénomène de foule subie ; selon lui, trop d’interactions sociales ou une proximité excessive avec autrui provoquent l’évitement des contacts et l’éloignement les uns des autres. Par exemple, les passagers dans un ascenseur bondé se tiennent silencieux avec les bras le long du corps, évitant le contact des yeux jusqu’à ce qu’ils atteignent l’étage désiré.

40Être constamment dans la foule des grandes villes peut conduire à ne plus voir les signes sociaux, à s’en écarter presque instinctivement et à rechercher constamment un endroit paisible à l’abri de la promiscuité que génère l’entassement. Cette théorie est aussi appelée « entrée » (input) par Stockdale (1978) et elle démontre que la surcharge de stimuli est le déterminant principal qui conduit à ressentir les effets du crowding.

41Un autre modèle, appelé « modèle d’interférence », présente des chevauchements avec la conceptualisation de Stockdale tout en mettant l’accent sur la possibilité que, dans les environnements à forte densité, des personnes limitent et parfois freinent la réalisation des buts d’un individu, et qu’une noyade dans l’indifférencié de la foule et un sentiment d’écrasement sont à craindre (Sundstrom, 1978), contrariant ainsi les désirs personnels de chacun. Par exemple, un adolescent peut se sentir frustré et réfréné dans ses intentions s’il doit étudier dans une chambre partagée avec des frères ou des sœurs.

42Stockdale (1978) désigne cette théorie comme « sortie » (output) et explique que la perception de restrictions ou d’interférences comportementales conduit à ressentir les effets négatifs produits par la foule. Il s’agit en l’occurrence d’un manque de correspondance entre les besoins et les attentes comportementales et les options possibles viables dans un environnement social et spatial donné.

Le modèle de contrôle

43Dans le modèle de contrôle de Reuben Baron et Stephen Needel (1980), le stress provient de l’incapacité à influencer les évènements et l’impossibilité de maîtriser son environnement. Par exemple, un résident de ville sur un trottoir bondé peut fuir le contact des yeux et éviter les personnes, mais il devra quand même se frayer un passage dans la foule et prendre le risque de se faire bousculer ou piétiner s’il désire s’échapper. En bref, il subit son environnement, et ne peut que se démettre ou se soumettre. La perte du contrôle personnel peut inclure le repli, l’hostilité et, si les échecs se multiplient, l’impuissance acquise qui engendrera la paralysie totale de la personne.

44Dans le cadre des recherches sur les effets du crowding, la perception d’un manque de contrôle est certainement le concept le plus important et le plus déterminant, il se définit comme suit : l’incompatibilité entre les besoins d’une personne ou d’un groupe et les caractéristiques de l’environnement social et physique.

45L’impact de l’opposition entre la demande et les limites comportementales peut être minimisé par la façon dont les personnes ou les groupes composent (coping responses) avec le stress. L’efficacité dans cet effort à « collaborer » pour restituer la perception du contrôle sur l’environnement dépend des stimuli en cause, de l’ampleur des coûts psychologiques et physiologiques et des habiletés à négocier avec des situations socialement complexes. La perception du contrôle peut aussi résulter du rôle qu’occupe la personne dans le groupe, soit qu’elle est évaluée par d’autres membres du groupe, soit qu’elle est étrangère ou qu’elle connaisse les membres du groupe et ainsi possède les bases pour prédire le comportement des autres. Ainsi, que la densité soit élevée ou non, une personne peut éprouver un malaise plus ou moins grand, car cette impression à la fois subjective et objective dépend du contexte en termes de caractéristiques décrivant la personne et l’environnement.

46Essentiellement, les conséquences de la foule peuvent se manifester par la présence de stress physiologiques ou comportementaux ou par l’habileté à composer dans le but de réduire l’impact de l’incompatibilité entre les besoins de la personne ou du groupe et les demandes et les opportunités de l’environnement, qu’elles soient implicites ou explicites.

Le modèle d’Altman

47La théorie de la régulation de l’intimité d’I. Altman (1975) prévoit qu’une personne ayant trop de contacts sociaux choisira parmi les multiples stratégies de régulation des contacts : le retrait physique, l’évitement par le non-verbal et le contrôle du territoire. Si les efforts de contrôle de l’espace aboutissent à des échecs répétés, la personne peut devenir stressée, se sentir très mal à l’aise et manifester des comportements extérieurs accusant un dysfonctionnement majeur avec son environnement. En effet, lorsque des personnes se sentent envahies par la cohue et éprouvent un sentiment grandissant d’oppression, elles commencent à se retirer socialement, font moins de contacts visuels avec les autres, maintiennent de plus grandes distances avec leur environnement et ont l’impression que les autres les aiment moins, leur portent moins d’attention. Elles peuvent même parfois se sentir rejetées.

Le modèle de Barker

48Le modèle du surplus de personnel a été élaboré par R. G. Barker dès 1968 dans le cadre de ses travaux concernant sa contribution majeure : la psychologie écologique. Dans ce cas, le stress peut survenir lorsqu’un lieu contient plus de personnes que nécessaire pour remplir les rôles. Cette situation de personnel en trop (overstaffing) peut mener à un état symptomatique, un état d’aliénation. Par ailleurs, certaines théories avancent l’idée que les effets de crowding dépendent de la façon dont la situation est perçue, c’est-à-dire qu’il s’agit d’une expérience subjective. À cet égard, signalons que ce phénomène peut apparaître lorsque les personnes catégorisent leur réaction comme une réponse négative aux autres par souci de protection. Par ailleurs, des informations précises sur la situation de forte densité et la capacité de cerner les différents problèmes relatifs à cette dernière peuvent en minimiser l’impact et réduire le stress causé par la foule.

Le modèle de Stokols

49Selon D. Stokols (1978), la foule se définit avant tout sous trois conditions :

  • L’expérience d’être entassé implique la perception d’un manque de contrôle sur son environnement.
  • Elle évoque le désir d’augmenter l’espace physique ou psychologique pour avoir le contrôle sur l’environnement et éviter les interférences actuelles ou anticipées.
  • Le sentiment de foule sera plus intense, persistant et plus difficile à résoudre quand l’impossibilité d’augmenter l’espace aura intensifié la menace pour la sécurité.

50Ce modèle implique aussi une distinction importante : les expériences de foule impliquant une violation des attentes spatiales de même que sociales seront plus intenses, persistantes et seront plus difficiles à résoudre que celles provenant d’un manque d’espace. Par ailleurs, la disponibilité de ressources de même que la durée de l’exposition à la situation sont des facteurs importants en ce qui a trait à l’intensité du stress. Une nouvelle dimension doit alors être prise en compte : la distinction entre les territoires primaires et secondaires.

51Les environnements primaires sont ceux dans lesquels un individu passe beaucoup de temps, entre en relation avec les autres sur une base personnelle et s’engage dans une grande variété d’activités personnelles importantes (la résidence, par exemple). Les environnements secondaires sont ceux dans lesquels une personne rencontre d’autres personnes de façon relativement transitoire et anonyme (par exemple, les centres commerciaux, les trottoirs, les corridors à l’école, les transports en commun, les cinémas, les ascenseurs, etc.). L’hypothèse correspondante est que les interférences sociales provenant de la proximité des autres seront plus frustrantes dans les environnements primaires et l’expérience de la foule plus intense et persistante dans les environnements primaires. Dans les environnements secondaires, la foule représente moins de menaces, elle est ressentie avec davantage de tolérance parce que les personnes peuvent habituellement partir lorsqu’elles le décident et sont libres de leurs mouvements.

52Il existe, en bref, deux facteurs majeurs contribuant à l’expérience subjective de la foule : la densité et l’interférence. La contribution de l’interférence est bien entendu déterminée par d’autres facteurs qui accentuent le sentiment de ne pas pouvoir anticiper les comportements des autres : l’aménagement spatial, la taille du groupe, la tâche à effectuer s’il y a lieu, la structure des relations entre participants, la disponibilité des ressources, ainsi que les caractéristiques individuelles.

Hypothèse de la pathologie sociale

53Les premières études sur la foule sont rattachées à une approche simpliste de la manipulation de la densité comme condition nécessaire pour en apprécier l’impact et les conséquences majeures. Cette incapacité à distinguer la « densité » des conditions du stimulus actif dans la production de la « foule » a mené à des ambiguïtés conceptuelles et méthodologiques qu’il est important de souligner.

54Rappelons que les recherches sur la surpopulation se sont surtout intéressées à la densité de population dans les villes (soit le nombre de personnes par unité d’espace ou le nombre de mètres carrés par personne) et que plusieurs études corrélationnelles ont associé la haute densité de population avec les hauts taux de crimes et maladies mentales. L’hypothèse de cette relation entre la densité et la pathologie sociale a prévalu en dépit des limites de la recherche corrélationnelle : elle a passé outre au fait que les régions à haute densité de population dans les villes sont habituellement les plus pauvres et que les pathologies mentales qu’on y trouve pourraient bien s’expliquer essentiellement par l’état de misère économique dont leurs habitants sont affectés. Une des nombreuses études de cette mouvance a utilisé les données d’un recensement à Chicago et cette dernière démontre des corrélations positives entre le nombre de personnes par acre et le taux de mortalité (tuberculose, mortalité infantile et mortalité liée à la délinquance juvénile). Cependant, il faut ajouter que lorsque des facteurs comme le travail, le revenu, l’éducation, l’ethnicité et la qualité de la maison ont été contrôlés statistiquement, la corrélation disparaît ou devient négative.

Recherche sur les animaux

55Les partisans de l’hypothèse de la pathologie sociale ont utilisé des échantillons d’animaux de laboratoire pour parvenir à des résultats probants. Le pionnier en la matière, le biologiste John Calhoun (1962), a placé 48 rats de Norvège dans quatre compartiments dans lesquels ils semblaient être à leur aise et s’accommoder confortablement. Il a ensuite laissé la population augmenter à 80, en continuant à approvisionner la forte population en eau et en nourriture. La masse de rats a été très rapidement et très fortement perturbée par ces nouvelles contraintes environnementales en manifestant plusieurs anomalies dans la construction des nids, dans l’accouplement, dans l’élevage des jeunes et dans l’organisation sociale. De plus, l’étude a montré que certains mâles sont devenus agressifs et ont négligé de tenir compte des signaux rituels de soumission qui terminent habituellement un combat. Quant aux femelles, elles abandonnaient leurs petits et les statistiques soulignent qu’au moins 75 % des jeunes rats mouraient par manque de soutien maternel et d’approvisionnement en nourriture. Par ailleurs, ajoutons que les territoires étaient soit ignorés et donc non défendus, soit conservés par la force avec l’émergence de comportements violents. Enfin, des autopsies effectuées sur les rats morts révélèrent des signes de stress prolongé, par exemple des glandes surrénales hypertrophiées.

56En milieu naturel, des résultats identiques ont été obtenus en observant une horde de daims sur une île du Maryland. En effet, soumis à des conditions d’inhabituelle densité, plus de 50 % des daims sont morts, bien que la nourriture ait été suffisante. Les autopsies ont donné à voir des glandes surrénales agrandies. Plusieurs recherches de J. L. Freedman (1975) ont associé et déterminé un lien fondamental entre la densité élevée de population, le stress et la pathologie chez beaucoup d’autres espèces.

57Ainsi, il faut souligner que ce sont les études sur les populations animales en laboratoire et dans les environnements naturels qui ont initialement relié le concept de foule à celui de haute densité. Néanmoins, plusieurs critiques peuvent être adressées à ces études, non sans ajouter plus de complexité à l’ensemble des études effectuées sur les différentes espèces : d’une part, le « déclin comportemental » observé pourrait s’expliquer par la disposition de la nourriture et l’aménagement des compartiments reliés qui encourageaient les animaux à se rassembler pour manger ; d’autre part, l’augmentation de la densité est atteinte grâce à l’augmentation de la population, la disponibilité de l’espace étant confondue avec le nombre d’animaux. Par ailleurs, les effets négatifs relatifs à l’augmentation de la densité de population peuvent être influencés par un ensemble de facteurs déterminants qu’on aurait tort d’ignorer : l’environnement physique, des caractéristiques individuelles comme l’âge, le sexe, les antécédents et, finalement, par l’organisation sociale de la population. En fin de compte, la seule conclusion qu’on est en droit de proposer repose sur le constat suivant : à savoir que les très grosses populations présentent en règle générale des anomalies physiques et sociales.

58Il importe, de surcroît, de préciser que les généralisations de ces études sur les êtres humains sont assurément périlleuses et suscitent souvent de grands écarts de discernement. L’homme, jusqu’à une certaine limite, s’adapte à toutes les situations, mais il est peu probable qu’il réponde aux stresseurs par des réponses stéréotypées, car ses mécanismes de flexibilité l’aident à tempérer l’impact de ces stimuli.

Recherche sur les personnes (densité urbaine)

59La psychologie sociale s’est intéressée spécifiquement à tester si l’hypothèse de la pathologie sociale s’applique dans les villes, en tentant de contrôler des facteurs tels que le revenu, l’occupation et l’ethnicité.

60On peut distinguer en l’occurrence quatre types de densité : le nombre de personnes par pièce dans une maison, le nombre de pièces par maison, le nombre de maisons par structure et le nombre de structures par hectare. Des contrôles statistiques pour les différences de statut socioéconomique et d’ethnicité ont été pris en compte dans la recherche menée à Chicago et évoquée antérieurement. Les résultats montrent que le nombre de personnes par pièce est associé au taux de mortalité et à la délinquance juvénile. Par ailleurs, une étude similaire réalisée à New York n’a pas retrouvé les mêmes relations entre la densité dans les maisons et la pathologie sociale.

61D’autres travaux ont démontré, outre la nature d’un lien entre la densité et les crimes violents, qu’il existait une corrélation indéniable entre la densité dans les maisons et le taux d’homicide dans 65 pays, incluant le Canada et les États-Unis. Une étude sur les villes américaines de plus de 100 000 habitants a prouvé que la densité des personnes par pièce est en relation avec une augmentation significative du crime (tels les meurtres, les attaques et les viols), particulièrement dans les familles pauvres, alors que dans les villes de taille plus petite, la relation entre le crime et la densité dans les maisons est sensiblement plus faible.

62Cependant, même si les recherches sur des données de recensement restent corrélationnelles, il faut rappeler que nous n’en connaissons à ce jour ni les causes réelles ni les processus sous-jacents.

63Toutes les études démographiques convergent la plupart du temps vers le consensus suivant : la densité est en relation avec des pathologies sociales, physiques et mentales, mais bien souvent, ces travaux présentent des carences certaines, car ils n’ont pas suffisamment considéré des variables comme le niveau économique et d’instruction ou encore l’ethnicité qui tendent à être très reliés avec la densité de population. Ainsi, avec des méthodes et des contrôles statistiques plus sophistiqués, les résultats, à l’opposé des précédents, montrent que la densité, à elle seule, a peu ou pas du tout d’effet sur la pathologie sociale.

64En revanche, « vivre seul » constitue à la fois un déterminant important de la pathologie sociale dans les régions urbaines et un grave fléau dans nos sociétés modernes favorisant l’apparition de diverses pathologies. À cet égard, une étude a été réalisée sur la relation qui existe entre les caractéristiques sociospatiales des habitats et le taux de prescription de médicaments ; pour ce cas, les résultats ont signifié que les personnes vivant seules représentaient une proportion élevée de consommateurs de ces médicaments. En dépit des difficultés associées aux mesures de stress, il est important de signaler que la haute densité dans l’habitat peut en fait contribuer à minimiser l’impact des stresseurs environnementaux. Le nombre de personnes par pièce reflète, outre l’agaçante présence des autres, le privilège de sentir que les membres de la famille nous protègent contre le stress et assurent un sentiment d’appartenance qui est sûrement le plus grand ennemi de la dépression. Ainsi, l’isolement, la solitude prolongée et la crainte du cloisonnement plutôt que la surpopulation pourraient bien être un des problèmes majeurs de nos sociétés individualistes.

65Au demeurant, le design des habitats apparaît comme une caractéristique plus importante pour ce qui est des comportements pathologiques et révèle beaucoup d’indices sur les conduites sociales des résidents. En effet, beaucoup d’occupants d’immeubles élevés souffrent d’un manque de contacts sociaux, de « chaleur humaine » plutôt que d’un surplus d’interactions sociales et éprouvent parfois le douloureux sentiment d’être enfermés dans une tour d’ivoire.

66À cet égard, nous pouvons d’ores et déjà souligner que le type d’habitation reflète, à coup sûr, les besoins et les valeurs des personnes. Les grands immeubles posent une variété de problèmes aux résidents : en effet, alors qu’ils ne conviennent pas aux familles ayant de jeunes enfants, ces derniers peuvent être populaires auprès des personnes vivant seules et parfois auprès des personnes du troisième âge. Comme il a été mentionné dans les études sur les animaux, les caractéristiques des groupes et des personnes sont des déterminants majeurs de la réaction d’une personne face à son environnement. Il est nécessaire en outre de tenir compte des contributions des normes culturelles et des attentes par rapport à des environnements surpeuplés, particulièrement dans les maisons.

67L’augmentation de la densité accroît l’importance de l’environnement social et son impact est médiatisé par la qualité des interactions sociales, la position de l’individu dans le groupe et la faculté d’adaptation du groupe, les nouveaux venus étant plus menacés. Ainsi, il y aurait lieu de penser que les enfants sont plus vulnérables aux effets de la foule que les adultes. En revanche, les maisons bondées ont peu d’effets nocifs sur le développement physique et intellectuel des enfants. Par ailleurs, la santé des parents et le statut socioéconomique sont des facteurs à considérer et la possibilité qu’a l’enfant d’exercer un contrôle sur son environnement est proportionnelle à l’impact des conditions de densité élevée.

68Somme toute, la diversité des résultats peut être expliquée par les différences culturelles (la densité est plus ou moins tolérable) et par les conditions expérimentales (les catégories socioéconomiques sont variées). Mais si les recherches qui contrôlent ces variables n’aboutissent pas à des résultats plus clairs et probants, la raison en est certainement que plusieurs autres facteurs s’ajoutant à la densité sont responsables de la délinquance juvénile et de la pathologie mentale.

Travaux portant sur les enfants

69Une étude a été réalisée avec des enfants normaux comparés à des enfants autistiques et handicapés cérébraux âgés de trois à huit ans et les résultats signalent que pour les enfants anormaux, plus la taille du groupe augmente (de 6 à 12 personnes), plus ils se montrent agressifs et sujets à des comportements déviants. Les enfants normaux sont belliqueux seulement lorsque le groupe est beaucoup plus grand, mais rappelons que, dans les plus grands groupes, les enfants normaux ont moins de contacts sociaux. Il en va de même dans les groupes moyens pour les enfants handicapés cérébraux et dans les plus petits groupes pour les enfants autistiques. Dans la foulée, observant ce même groupe, on note que les garçons se montrent plus agressifs et belliqueux dans la pièce la plus grande alors que les filles ne changent pas leur comportement et demeurent telles qu’elles étaient initialement, pacifiques et débonnaires. Ce constat est confirmé dans une étude sur la relation entre le sexe et les différences de comportement. Par ailleurs, les enfants vivant dans des endroits où la densité est forte sont plus agressifs, d’autant plus s’il s’agit de garçons ; rappelons en outre que ces derniers ont plus de tendances névrotiques (mesurées par un questionnaire de personnalité) que les filles s’ils vivent dans des foyers à densité élevée. Ces résultats s’expliquent par l’attitude des parents qui imposent à leurs enfants et surtout aux garçons de se montrer coopérants et de faire preuve de bonne volonté, car il reste que les jeunes garçons exposés à un nombre élevé de contacts sociaux auraient plus de conflits avec leurs frères et sœurs. Par conséquent, les parents, dans le but de contrer leur tendance à l’agressivité deviendraient plus punitifs ; ce qui engendrerait des traits névrotiques liés à des attitudes coercitives et castratrices. Quant aux jeunes filles issues des mêmes conditions, elles seraient souvent épargnées et demeureraient plus douces grâce aux responsabilités qu’on leur assigne dans la vie familiale et au maintien de conduites non violentes et respectueuses d’autrui que leur transmettent souvent leurs mères.

Les environnements institutionnels

Les prisons

  • 2 Le lecteur se souviendra sans doute des pages de Michel Foucault (1975) dans Surveiller et punir s (...)

70En ce qui concerne les lieux d’incarcération2, si on remarque une altération du comportement des prisonniers, il s’agit le plus souvent des prisons à très forte densité, et plus spécialement de celles qui détiennent quatre fois plus de détenus que la prison ne peut, initialement et selon les normes réglementaires, détenir. Dans une étude menée pour l’Institut fédéral de la justice des États-Unis, lorsque les prisonniers doivent occuper moins de 15 m² chacun (soit une cellule de 3 x 5 m), le nombre de prisonniers qui meurent, se suicident, tombent malades ou créent plus de problèmes disciplinaires, augmente comparativement aux prisonniers qui ont plus d’espace. À ce titre, plusieurs recherches aboutissent au même type de corrélation et aux mêmes conclusions : la promiscuité entraîne un haut degré de réaction physique qui inclut une montée de l’hostilité et de la violence, une augmentation des problèmes psychiatriques, une augmentation du taux de mortalité, tous ces phénomènes s’enclenchant simultanément, imposant des interactions qui induisent des mécanismes de lois de cause à effet, dont les contrecoups se cumulent souvent à court terme.

Les résidences d’étudiants

  • 3 Mentionnons ici la première recherche réalisée à Montréal par Marie-Josée Piché (mémoire de maîtri (...)

71Une situation d’affluence qui se prolonge dans une résidence3 ou une institution peut avoir des conséquences souvent désastreuses sur le déroulement des études, incluant parfois l’émergence de symptômes physiques et de déficiences dans la concentration intellectuelle. Par exemple, après avoir passé un semestre dans une chambre de résidence prévue pour deux personnes mais occupée par trois, des trios d’étudiants se sont sentis mal à l’aise et ont accusé de plus basses performances pour des tâches complexes en laboratoire. En outre, les trios de femmes avaient révélé plus de problèmes de santé reliés à cet exercice ainsi que de sérieuses altérations de leur équilibre psychocorporel. Malgré une insuffisance d’études en la matière et un déficit d’arguments, ces quelques résultats sporadiques ont tout de même le mérite de mettre en lumière les effets de la foule dans les résidences et de montrer combien l’impact de l’entassement conduit à des phénomènes psychologiques complexes qui peuvent parfois entraîner de sérieux déséquilibres chez le groupe ou la personne.

72Une autre étude examine la relation entre la densité dans les résidences d’étudiants et les attitudes des résidents en attestant que les étudiants dans les résidences à forte densité ont moins confiance en eux et se montrent moins sociables envers les autres que les étudiants des résidences à basse densité. En effet, bien souvent, les étudiants dans les résidences à forte densité estiment leur résidence comme étant propice à la socialisation et l’amitié, et qualifient leur édifice d’impersonnel, hostile et froid, parfois même de désincarné. Ces divers facteurs peuvent déclencher un sentiment grandissant d’étrangeté chez l’étudiant qui éprouvera des difficultés d’intégration. Il s’agit d’une étude qui confirme la relation insécable et fondamentale qui existe entre la notion de densité et certains phénomènes psychosociaux.

Les hôpitaux

  • 4 Le lecteur intéressé par ce type d’espace pourra se tourner vers les idées incontournables de Siva (...)

73W. Ittelson (1970), un des précurseurs en ce qui a trait aux études relatives aux hôpitaux4, s’est concentré sur l’observation du comportement des patients qui occupent des chambres personnelles dans un hôpital psychiatrique. À l’issue de ses recherches, il en déduit que ces personnes sont plus actives et sociables que celles qui vivent à plusieurs dans la même chambre. De plus, il a constaté, dans une autre étude qu’il a menée sur des étudiants, que les personnes qui partagent des chambres surpeuplées ont moins de relations amicales et sont moins coopératives que celles qui vivent seules ou à deux dans un espace relativement confortable et spacieux.

Les places publiques

  • 5 Perla Korosec-Serfaty, à Montréal, a produit de fines analyses à ce propos. Voir « L’inscription d (...)

74Un récent sondage a témoigné du fait que les citadins se sentent plus oppressés dans les rues bordées de magasins, jonchées de publicité et d’incitation à la consommation ; l’impression qui prédomine semble être le sentiment d’entassement dans un espace étroit, bondé et suffocant qui provoque l’expérience de contacts indésirables et de sollicitations diverses et inconfortables avec des personnes étrangères5. En outre, les personnes noyées dans la masse sont moins portées à utiliser les trottoirs ou à parcourir les endroits publics pour avoir des interactions et rencontrer des gens nouveaux et plus enclines à éviter la moindre manifestation d’un contact avec l’autre. On constate par exemple que les personnes flânant dans un magasin remarquent moins les détails et sont plus distraites quand ce dernier est achalandé.

75En résumé, la distinction entre les concepts respectifs de densité et de foule s’avère essentielle pour comprendre les effets positifs et négatifs de la haute densité, car elles font toutes deux l’objet d’orientations singulièrement différentes, à savoir que la densité est une mesure objective de la présence de personnes relative à l’espace disponible tandis que la foule est ressentie comme une expérience négative et déterminée par une gamme de facteurs adjacents. Le vrai problème qui se pose alors est de savoir comment mesurer la densité en tant que ce qui peut permettre de valider le degré de nocivité de la foule. Les réactions individuelles aux différents niveaux de densité dépendent des caractéristiques des personnes et des groupes, de l’âge, du sexe, du but des interactions, du choix que fait la personne d’être dans la « foule », du statut socioéconomique, des ressources, de facteurs culturels qui assurément influencent l’attitude envers la proximité physique, l’utilisation de l’espace et le besoin d’intimité.

76Certaines recherches montrent que la haute densité exerce des effets négatifs sur la stimulation physiologique et le comportement, et peut amener une baisse immédiate ou à moyen terme de la performance dans des tâches qui nécessitent une attention certaine. A contrario, d’autres recherches montrent plutôt que la haute densité a une relation tout à fait neutre quant au degré de stimulation ou encore quant à la performance dans l’exécution d’une tâche et n’interagit en aucune façon avec ces paramètres.

77Les résultats obtenus, souvent contradictoires, pourraient bien s’expliquer par le fait qu’ils révèlent des aspects différents de la densité mesurée à différents degrés. C’est pourquoi il paraît hâtif et difficile d’élaborer une synthèse des travaux à partir de ce qui vient d’être énoncé, tenant compte des orientations respectives de chacune des recherches.

78En paraphrasant J. Stockdale (1978), on peut sans crainte avancer qu’il est impossible d’assumer qu’une situation caractérisée par une haute densité contient nécessairement les stimuli qui engendrent le stress causé par la foule. L’équation est loin d’être mathématique. Sans doute, conviendrait-il de raffiner le modèle et de préciser les conditions sous lesquelles la haute densité augmentera ou non la stimulation et affectera la performance dans une tâche qui nécessite tout au moins un effort de concentration.

  • 6 G. Evans a publié une excellente synthèse sur les conséquences des stress environnementaux sur la (...)

79Dans ce chapitre, il a été essentiellement question de rappeler et de catégoriser les différentes études ayant concouru à l’élaboration de la psychologie environnementale et d’en souligner les lignes directrices pour en faire rejaillir les idées majeures résultant des différents travaux effectués dans ce qui peut être considéré comme la période classique de la psychologie environnementale où dominaient les travaux de laboratoire6.

Notes

1 La question sera abordée dans le chapitre 3 lors de la présentation d’un exemple de recherche sur ce sujet.

2 Le lecteur se souviendra sans doute des pages de Michel Foucault (1975) dans Surveiller et punir sur le dispositif traditionnel du panoptique que l’on retrouve dans de multiples espaces carcéraux.

3 Mentionnons ici la première recherche réalisée à Montréal par Marie-Josée Piché (mémoire de maîtrise, 1984) portant sur le climat social des résidences universitaires.

4 Le lecteur intéressé par ce type d’espace pourra se tourner vers les idées incontournables de Sivadon (1983 ; 1965) sur l’espace vécu du malade mental, et Osmond (1957), qui fut un des premiers à étudier l’espace des institutions psychiatriques au Canada.

5 Perla Korosec-Serfaty, à Montréal, a produit de fines analyses à ce propos. Voir « L’inscription de l’étrangeté et de la différence dans l’espace public », dans Joseph, I. (dir.) (1995), Prendre place. Espace public et culture dramatique, Paris, Éditions Recherches/Plan Urbain.

6 G. Evans a publié une excellente synthèse sur les conséquences des stress environnementaux sur la motivation des personnes qui les subissent. Voir à ce sujet, Evans, G. et Stecker, R. (2004), « Motivational consequences of environmental stress », Journal of Environmental Psychology, no 24, p. 143-165.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search