Version classiqueVersion mobile

La psychologie environnementale

 | 
Jean Morval

1. Les concepts de base

Texte intégral

1Les processus psychosociaux qui sont impliqués dans nos transactions avec l’environnement sont de plusieurs ordres. Dans ce premier chapitre, il sera essentiellement question d’espace personnel, de régulation de l’intimité, de comportement territorial, de compétence environnementale et de responsabilité écologique. Ces notions ont déjà fait l’objet d’une présentation dans un ouvrage intitulé Introduction à la psychologie de l’environnement (Morval, 1981), mais, à l’époque, les sources conceptuelles et les modèles proposés étaient directement empruntés aux disciplines connexes comme l’anthropologie, l’architecture, l’éthologie, la psychanalyse ou la psychiatrie. Ce chapitre témoigne des développements qui ont caractérisé la psychologie environnementale dans les dernières années.

Espace personnel

2Tout d’abord, il s’agit de donner une définition précise de l’espace pour tenter d’approcher les différents processus psychosociaux à l’œuvre en psychologie environnementale : l’espace est ce qui entoure notre corps ; on peut l’appeler « espace personnel » ou encore « zone tampon » (body-buffer zone) et il est notre propriété. Par conséquent, nous en avons le contrôle et il est en notre pouvoir d’en donner l’accès ou non aux autres. En général, notre choix dépendra de la situation et de la nature des personnes avec lesquelles nous sommes en interaction : par exemple, nous nous attendons à ce que les personnes étrangères restent plus loin de nous, qu’elles gardent tout au moins une distance à notre égard. Habituellement, animés par un réflexe de protection naturelle, voire d’hostilité, lorsque des personnes étrangères pénètrent dans notre espace personnel, nous nous sentons mal à l’aise et nous éprouvons le besoin de nous en éloigner.

3De façon générale, c’est par l’accès que l’on donne ou que l’on refuse à notre territoire (ou espace personnel) que se manifeste notre désir de communiquer ou encore celui de nous taire. Plus les autres sont près de nous, plus nous sommes à même de recevoir et d’accueillir leurs stimulations intellectuelles et émotionnelles. Plus ils sont loin de nous, moins nous leur prêtons attention. La régulation des distances offre une protection de notre intimité et l’assurance de pouvoir contrôler notre espace personnel. Cette régulation peut aussi nous prémunir contre des attaques éventuelles ou des agressions potentielles. Dès la fin des années 1950, des psychiatres d’asile comme Sivadon en France ou Osmond au Canada avaient rapporté les observations suivantes : les personnes craignant particulièrement d’être attaquées, notamment les patients psychiatrisés qui tendent à être violents, ont besoin d’une plus grande distance avec les autres.

4Pour ce qui est du second but de l’espace personnel (moyen pour communiquer avec les autres), il signifie que la personne communique des idées sur la nature de la relation qu’elle entretient avec autrui et qu’elle est encline à créer un rapprochement de quelque nature qu’il soit. Par ailleurs, la gestion de l’espace personnel affecte la nature des relations d’une personne avec autrui et peut délimiter le territoire de chacune des relations en établissant des codes respectifs liés à la régulation de la distance. En effet, la distance entre des personnes donne des informations sur la relation qu’elles entretiennent. Par exemple, lorsque deux personnes se distinguent quant à leur statut, la personne avec le statut le plus élevé tend à se rapprocher de la personne dont le statut est moins élevé, avec le sentiment qu’elle est en droit de le faire, que le système institutionnel dont elle fait partie l’autorise à agir de la sorte et à affirmer ainsi sa supériorité. On observe ce type de communication essentiellement dans les sociétés traditionnelles fortement hiérarchisées.

5Outre le fait qu’elle peut signifier les différences de statut, la distance peut aussi désigner le rapprochement physique qui sous-tend cette fois une dimension psychologique. À cet égard, bien souvent, lorsque deux personnes disent qu’elles sont proches, l’expression est à prendre autant dans son sens littéral que dans un sens psychologique.

6Les enfants apprennent les distances appropriées aux différentes situations quotidiennes auxquelles ils font face à partir de l’âge de 12-13 ans. En outre, en fonction de la culture dans laquelle ils grandissent, les enfants apprendront différentes normes et se soumettront à divers codes pour établir leur espace personnel. Par exemple, quand ils ne connaissent pas une personne, les Européens et les Nord-Américains ont coutume de garder une certaine distance. Les codes culturels de l’Amérique latine et du bassin méditerranéen autorisent une distance plus courte dans les interactions avec autrui.

7Au sein de la culture occidentale, il existe des différences entre les sexes dans la manière d’utiliser l’espace personnel. En général, les femmes gardent un espace personnel plus petit que les hommes comme pour se sentir davantage à l’abri.

Réaction à l’invasion

8Quand notre espace personnel est envahi, nous sommes sujets à diverses interprétations de l’évènement qui conditionneront notre réponse à ce que nous considérons comme une violation de territoire. En fait, l’invasion suscite un degré d’inconfort qui varie suivant notre interprétation de l’évènement. En général, la violation de l’espace personnel mène à l’augmentation des réactions physiques et incite à la prudence et au repli. Ainsi, on peut observer par exemple une augmentation du réflexe psychogalvanique. On a pu montrer, en outre, que les personnes sont stimulées dans leurs activités après une invasion de leur espace personnel. Une des premières études dans le champ de la psychologie environnementale, celle de Robert Sommer (1969), peut permettre d’expliciter notre propos : une expérimentatrice placée dans un environnement familier, devait s’asseoir soit trop près d’une personne du même sexe en train d’étudier à une table d’une bibliothèque universitaire (1), soit à une distance appropriée de cette même personne dans la même situation (2). Dans la situation de proximité, l’expérimentatrice est allée s’asseoir non seulement sur la chaise à côté de la personne, mais en plus, elle a rapproché sa chaise du sujet. Dans l’autre situation, l’expérimentatrice est allée s’asseoir une ou deux chaises plus loin. Trente minutes plus tard, 70 % des sujets dans la situation de grande proximité avaient quitté la table contre 10 % seulement dans la deuxième situation.

Théorie de l’équilibre

9Le type d’interaction sociale que nous entretenons avec une personne influence la distance entre elle et nous. Selon la théorie de l’équilibre, lorsque nous sommes engagés dans une rencontre, nous désirons un degré donné d’intimité que nous évaluons délibérément. À ce titre, quatre dimensions sont à considérer : le rapprochement avec la personne, le nombre de contacts des yeux, l’intimité de la conversation et le nombre de sourires. Ainsi, dans notre rencontre avec autrui, nous essayons d’atteindre un équilibre entre ces quatre variables afin d’obtenir le niveau d’intimité souhaité. Cette théorie de l’équilibre est proche de celle élaborée par les psychologues Altman et Taylor dont il est question maintenant.

10Il convient ici de présenter la théorie de la pénétration sociale selon I. Altman et D. Taylor (1973). Cette théorie de la pénétration sociale implique deux dimensions : la profondeur et la largeur. Tout d’abord, disons que la profondeur est une notion reliée à l’intensité d’une relation. Les propos échangés dans la phase initiale d’une relation peuvent être superficiels et s’acheminer peu à peu vers un rapprochement et une intimité de plus en plus profonde. Le niveau le plus profond d’une relation humaine est appelé la sphère de l’intimité partagée. Cependant, il n’est pas nécessaire que les deux personnes aient atteint ce niveau profond de pénétration sociale au même moment. De fait, un homme peut confier à un autre des informations très personnelles et cela n’implique pas nécessairement que cet autre doive faire la même chose. Pourtant, ils partagent une zone de complicité qui traduit un niveau d’intimité donné.

11Par ailleurs, la largeur de la pénétration sociale représente le nombre de contacts sociaux entre deux ou plusieurs personnes. Cette notion se mesure à partir de deux concepts : la fréquence et la catégorie. Plus il y a de thèmes intimes contenus dans l’interaction (fréquence), plus la probabilité que l’on dévoile à autrui des dimensions de sa personnalité (catégories) accessibles à l’autre est importante et plus la relation a des chances d’être profonde et de mener à une connivence. En un mot, qu’il s’agisse de profondeur ou de largeur ou des deux, plus une personne interagit avec l’environnement, plus il y a pénétration sociale.

Régulation de l’intimité

12L’intimité est un facteur important dans le processus de régulation des contacts sociaux décrits par Altman, un précurseur en la matière. Selon Altman, bien que les désirs d’une personne d’avoir des contacts sociaux varient avec le temps et selon les circonstances, il reste que la personne tente toujours de maintenir un niveau optimal de contacts sociaux.

13Dans cette optique, si une personne désire beaucoup d’interactions et en obtient peu, alors elle se sent seule et isolée et éprouve le sentiment d’être incomprise ou rejetée. Si elle en reçoit plus qu’elle ne souhaiterait, alors elle se sent surchargée, submergée de sollicitations parfois non souhaitées. Ainsi, lorsqu’une personne veut plus ou moins d’interactions qu’elle n’en expérimente, elle utilise les mécanismes de régulation incluant les ressources de l’environnement physique. Premièrement, on peut ajuster l’environnement lui-même, par exemple en ouvrant ou en fermant une porte ou un rideau, ou encore d’une manière plus permanente (par exemple, en plaçant un paravent dans une chambre double pour séparer les lits). Deuxièmement, on peut négocier l’usage de l’espace avec d’autres utilisateurs (par exemple, lorsqu’on invite quelqu’un, on peut suggérer aux autres de partir ou on peut organiser un horaire compatible avec les autres quant à l’utilisation de l’espace). Troisièmement, on peut ajuster les contacts sociaux en changeant d’endroit (par exemple en se retirant dans un lieu privé ou en allant là où l’on peut retrouver d’autres personnes). Finalement, une quatrième stratégie concerne la position d’une personne vis-à-vis d’une autre. Cette position établit la distance interpersonnelle, les chances de contact par les yeux ou la présence de barrières qui signalent le degré désiré d’implication.

14Le concept d’intimité peut être abordé sur le plan du processus de régulation des interactions. Altman et ses collaborateurs ont décrit avec précision les propriétés essentielles de ce processus de régulation de l’intimité : les caractères dialectique et dynamique, le concept de l’optimisation en ce qui concerne l’intimité atteinte et celle désirée, et enfin, le processus multimodal de la régulation des interactions.

15En premier lieu, le caractère dialectique du processus de régulation implique la recherche d’un équilibre entre l’ouverture et la fermeture, soit la défense des sphères privées. Si la personne est très accessible aux autres, son domaine privé est moins grand. Cette régulation entre la demande d’interactions et le retrait est tout à fait réaliste et peut se traduire dans notre expérience quotidienne. En deuxième lieu, le caractère dynamique signifie que cette alternance d’ouverture et de fermeture varie avec le temps et les circonstances. En troisième lieu, l’égalité entre l’intimité désirée (demande subjective et idéale d’un certain degré d’interaction) et l’intimité atteinte (degré réel d’interaction avec le monde extérieur) signifie que le degré d’accès aux autres est optimal et tout à fait efficient. Le concept de l’optimisation correspond donc à la meilleure satisfaction personnelle en ce qui concerne les contacts avec l’environnement social.

16Notons enfin que les moyens utilisés en vue de régler les interactions comprennent des mécanismes verbaux, non verbaux et environnementaux, tels que le comportement territorial.

Rôles de l’intimité

17L’intimité n’est donc pas une fin en soi, mais plutôt un moyen d’atteindre des buts indispensables à l’équilibre psychique de toute personne. En outre, l’intimité permet et favorise l’évaluation personnelle, la formation de l’identité du moi et la libération émotionnelle. Elle entraîne et soutient l’élaboration des stratégies en vue de composer avec son environnement social. Ainsi, une personne ayant un minimum d’interactions avec le monde extérieur a plus de facilité à assimiler le flux d’informations, à évaluer ses expériences et à planifier son action future.

Modalités de régulation

18Le terme « intimité » peut aussi signifier un retrait intentionnel vis-à-vis des autres. Il peut vouloir dire qu’on met des limites à l’accès d’autrui, qu’on restreint l’entrée des stimulations ou qu’on fait de la rétention d’informations sur soi en vue de se protéger d’intrusions non désirées.

19Depuis les travaux originaux d’Alan F. Westin (1970), qui ont le mérite d’avoir spécifié certaines zones grises de ce champ de recherche encore peu fréquenté, quatre types d’intimité peuvent être distingués :

  • La solitude impliquant une isolation physique intentionnelle d’une personne. Cette solitude permet la réflexion personnelle, l’autoévaluation et une relaxation émotionnelle.
  • L’intimité qui fait référence à l’isolation physique d’un couple, d’une famille ou d’un groupe et qui permet une communication protégée dans l’unité sociale. Cette forme d’intimité permet la libre expression d’émotions et on la retrouve souvent dans les foyers.
  • L’anonymat qui fait référence au fait de n’avoir aucune identité et de se perdre ainsi dans la foule. L’anonymat dépend peu de l’environnement.
  • La réserve qui correspond au fait de restreindre les informations personnelles dans une discussion. La réserve, comme l’anonymat, dépend peu de l’environnement, mais davantage des intentions et du type de personnalité de chacun.
  • 1 À ce sujet signalons l’article de Larocque, S. et Morval, J., « La régulation de l’intimité, une e (...)

20Dans l’ensemble, l’intimité se montre capitale dans l’appréciation et l’organisation des rôles sociaux et dans la régulation des contacts1. Ajoutons pour finir que, même si l’environnement physique peut nous aider à trouver l’intimité, notre habileté à l’obtenir dépend aussi de notre façon de concevoir l’espace et les territoires.

Territorialité

21Pour l’éthologiste, le territoire signifie un endroit particulier qu’un animal marque par son cri, son odeur ou d’autres signes et qu’il utilise pour nicher, chasser et fourrager. D’habitude, lorsqu’un membre de la même espèce traverse les frontières, il s’ensuit un conflit qu’on peut qualifier de conflit de territoire. L’étranger, la plupart du temps, recule devant ces rencontres, de peur d’être attaqué ou chassé violemment. Le comportement est instinctif, cependant toutes les espèces ne sont pas territoriales et chaque espèce qui l’est possède ses propres activités territoriales et ses propres codes de délimitation.

22Qu’en est-il des êtres humains à ce sujet ? Ont-ils des comportements territoriaux semblables à ceux des animaux ? Rappelons que pour K. Lorenz (1969), la violence provient de réponses instinctives à l’empiétement territorial et au non-respect des codes de délimitations respectifs à chacun. En réalité, les humains s’attachent à des endroits, toutefois la façon dont ils utilisent l’espace est beaucoup plus complexe que les comportements stéréotypés observés chez les animaux. Si l’humain est territorial, on doit constater qu’il est certainement le seul à recevoir ses invités, à humaniser ses liens et à fraterniser à l’intérieur de son territoire. Les psychologues se sont inspirés des travaux des éthologistes sur le concept du territoire pour décrire l’utilisation et le contrôle de l’espace par les humains. Selon Altman, on peut identifier trois types de territoire :

  • Les territoires « primaires », qui sont définis comme des endroits « tenus et utilisés exclusivement par des personnes ou des groupes » et « clairement identifiés comme les leurs par autrui ». Ces territoires sont « contrôlés sur une base permanente et sont centraux dans la vie quotidienne de leurs occupants ». Ce peut être une maison ou encore un bureau privé. Ils sont utilisés pour une longue période de temps et sont décorés et personnalisés par les occupants pour exprimer leur identité individuelle ou de groupe. Habituellement, ces endroits fournissent une intimité considérable et permettent la création d’un espace familier, résultat d’une appropriation symbolique des lieux.
  • Les territoires « secondaires », qui sont « moins centraux, envahissants et exclusifs ». Ils sont utilisés par des groupes pour contrôler l’accès à leur terrain. Par exemple, dans un bar de quartier, les clients habituels dévisagent parfois les étrangers et peuvent énoncer des remarques hostiles.
  • Les territoires « publics », qui sont tous des espaces ouverts (cabines téléphoniques, plages publiques, tables communes dans une bibliothèque, tables à pique-nique dans un parc, etc.) que les personnes s’approprient temporairement. Les occupants doivent toutefois respecter les normes d’utilisation. Par exemple, certains restaurants refusent l’accès aux hommes qui ne portent pas la cravate. Ces territoires offrent généralement peu d’intimité.

23Pour les urbanistes, la notion d’espace semi-public est utilisée par opposition à espace privé et espace public. D’autres distinctions peuvent être faites notamment entre espace naturel et espace construit, espace rural et espace urbain, espace de travail et le chez-soi. Pour les chercheurs en communication, une autre forme de territoire est également pertinente : le territoire d’interaction. Il s’agit de la zone autour de deux personnes ou plus au moment où elles parlent. Ces territoires s’apparentent à « l’espace personnel », car ce sont des bulles invisibles qui ne durent que le temps de la conversation observée.

24La manière dont nous répondons à l’invasion de notre territoire dépend du type de territoire dans lequel nous sommes installés. En ce qui concerne les territoires « primaires » (ou privés), les propriétaires ont un contrôle total sur leur territoire et personnalisent souvent cet espace, par exemple, en le décorant. L’invasion dans ce cas est hautement surveillée et généralement mal tolérée.

25Les territoires « secondaires », quant à eux, sont contrôlés par un plus large groupe de personnes et les droits de pénétration sont bien souvent ambigus et plus implicites qu’explicites. Les probabilités de conflits sont alors plus fortes que dans les territoires « primaires », car beaucoup de tensions sous-jacentes et de non-dits sont à l’œuvre.

26Finalement, les territoires « publics » n’appartiennent à personne en particulier et les possibilités de contrôle sont minces en raison de leur caractère transitoire et temporaire. Toutefois, les personnes qui occupent fréquemment ces territoires peuvent en venir à considérer ces territoires comme leurs et se les approprier sans égard pour les autres. Ainsi, les personnes peuvent revendiquer leur droit sur un territoire pour un délai temporaire. Par exemple, un groupe de personnes peut arriver tôt dans un parc pour s’asseoir à une table en déposant sa nourriture dessus, marquant son territoire et signifiant ainsi que cette table lui appartient, même pour une durée très courte. En agissant de la sorte, le groupe annonce clairement que cet espace lui est réservé pour la journée de façon à dissuader d’autres amateurs.

Dominance territoriale

27Tout comme les animaux, les humains manifestent une forme de dominance territoriale, c’est-à-dire que les personnes dominent les rencontres sur leur propre terrain. À ce propos, la dominance territoriale peut expliquer l’avantage des équipes qui jouent sur leur terrain dans les sports compétitifs. Dans les équipes professionnelles de presque tous les sports, on peut constater que les équipes qui jouent sur leur terrain ont souvent l’avantage et gagnent plus de matchs. Le terrain d’une équipe peut être vu comme la « niche écologique », et il est possible que les visiteurs se sentent intimidés par leur statut de visiteurs. L’équipe jouant sur son propre terrain reconnaît le territoire comme un espace familier et obtient souvent plus d’encouragement de la part des nombreux partisans locaux.

  • 2 Issu de l’Université de Strasbourg où A. Moles avait fait sa marque, G.-N. Fischer a alimenté la r (...)

28Par ailleurs, les territoires sont typiquement marqués ou décorés pour refléter les personnalités des occupants et peut-être aussi pour affirmer un contrôle2. Citons, comme exemple, une étude menée dans des chambres de résidences universitaires avec des étudiants possédant un nombre important d’objets personnels (affiches, petits tapis, chaînes stéréos, etc.) et d’autres qui n’en avaient pas ou peu. Cette étude a montré que les étudiants qui avaient abandonné leurs études pour des raisons non reliées à ces dernières étaient ceux qui affichaient le moins d’objets personnels. Finalement, le manque d’appropriation de leur espace indiquait bien une motivation moins élevée à persévérer dans leur cursus universitaire du fait de leur manque d’appropriation du territoire.

Groupes et organisations

29L’environnement physique peut indiquer la position ou le rang d’une personne dans une organisation, et bien souvent les cadres dans un édifice travaillent dans des bureaux de différentes grandeurs et à différentes hauteurs. Assurément, une promotion correspond à un bureau plus grand et à un plus beau mobilier. De même, les locaux sont généralement situés en hauteur, selon le statut et le degré de responsabilité. En outre, certains signes visuels ornementés selon le goût de chacun représentent des symboles de statut : un directeur avec des responsabilités possédera un bureau privé, une porte, un grand espace de travail, une grande table de travail et d’autres objets désignant son appartenance à une certaine catégorie socioprofessionnelle, en plus d’avoir recours aux services d’une réceptionniste.

30Il faut ajouter que l’utilisation de l’environnement physique par des groupes est organisée en fonction du statut des personnes. C’est ce qu’on appelle la « dominance hiérarchique » laquelle a ses caractéristiques propres. Ces phénomènes ont été particulièrement mis en évidence dans les milieux « fermés » où les résidents sont pratiquement captifs de leur environnement pour de longues périodes. Prenons le cas de patients dans un hôpital psychiatrique : ceux qui sont considérés comme plus importants, dans la hiérarchie propre au milieu asilaire, tendent à se déplacer librement dans tout l’hôpital. En revanche, ceux d’un rang inférieur n’ont accès qu’à des endroits restreints. Le processus est identique pour les détenus de prison : les détenus très dominants sont plus mobiles et s’approprient les meilleures couchettes. En somme, l’utilisation de l’espace est organisée de façon à ce que les personnes avec le plus haut statut social, suivant la hiérarchie interne du monde carcéral, possèdent plus d’espace et finalement le meilleur.

Différences culturelles

31Un des signes attestant clairement que le comportement territorial humain est appris et non inné, du moins en partie, est qu’il existe des différences culturelles dans ce genre de comportement. Par exemple, en Grèce, la distinction entre les zones privées (la maison et son environnement) et les zones publiques (tout le reste) est claire ; il n’existe presque pas de territoire semi-public tandis qu’aux États-Unis, les espaces semi-publics abondent.

32En ce qui concerne les différences culturelles, on a observé, par exemple, des différences entre les comportements territoriaux des Allemands et ceux des Français sur une plage publique. Les Allemands tendent à prendre plus d’espace. Ils marquent différentes parties de la plage pour différentes utilités : un coin pour les nudistes, un autre pour les personnes qui ont des chiens et un espace réservé aux familles avec de jeunes enfants. Les Français, quant à eux, ne se comportent pas de la même manière et présentent des comportements beaucoup plus laxistes et chaotiques.

Appropriation du territoire

33Les émeutes de 2005 dans les banlieues françaises ont cruellement rappelé l’importance des territoires en milieu urbain. En effet, les ghettos sont non seulement visés par les problèmes socioéconomiques et la discrimination raciale, ils sont aussi des lieux de conflit en termes de territoire.

34Concrètement, les conflits se présentent notamment lorsque plusieurs groupes doivent partager un même espace. C’est donc, au vu de cette réalité, un problème de frontière que les groupes sont obligés de résoudre. Que ces limites soient visibles ou invisibles, leurs fonctions et leurs effets sont essentiellement psychologiques, car tout lien non librement consenti devient une contrainte et est sujet à conflits, résistances et combats pour maintenir la dominance sur son territoire.

35Dans les villes américaines, à la suite de discriminations économiques (loyer des appartements), par peur de l’arrivée de minorités raciales et par crainte que des classes sociales inférieures ne viennent abaisser le statut du secteur, les barrières de territoire sont nettement tranchées. En général, plus les barrières sont fortes, plus la structure interne du groupe est solide. En Europe, les positions sont moins bien définies et les situations de compétition spatiale ne sont pas aussi évidentes, du moins pour ce qui est de l’espace qui demeure plus hétérogène.

36Les stratégies des groupes défendant leur territoire sont de deux ordres, soit l’action directe pour éviter l’invasion, soit la défense pour éviter les contacts. On peut faire l’inventaire des comportements liés au stress, lui-même associé au sentiment de menace d’identité : diYculté d’adaptation, agressivité, réponses stéréotypées reposant souvent sur des hypothèses fausses avec des erreurs de jugement, désorganisation des activités, rigidité des solutions apportées, sensibilité à la pression du temps et au rôle de l’environnement, et croyance dans le pouvoir des moyens de communication.

Compétence environnementale

37La compétence environnementale recouvre tous les types de comportements reliés à une interaction efficace avec l’environnement. La compétence environnementale est éprouvée comme un sentiment de contrôle, d’efficacité personnelle et de satisfaction parce que la personne réussit à modifier son environnement selon ses désirs.

38Cette orientation de la motivation (DeCharms, 1976), capable de modifier son environnement à souhait, présente des similitudes avec les notions énoncées par Rotter (1966) qui distingue deux catégories de comportements majeurs face à l’environnement : les « internes » et les « externes ». Selon ces deux chercheurs, les internes se dirigent consciemment vers leurs propres buts et croient pouvoir contrôler ce qui leur arrive en créant les situations appropriées pour faire advenir ce qu’ils attendent d’elles. À l’inverse, en ce qui concerne les liens avec la notion de contrôle, les externes ont le sentiment que leur destinée est déterminée par des forces extérieures et qu’ils ne peuvent infléchir le déroulement des évènements de leur vie, étant donné qu’ils sont conditionnés par des paramètres hors de contrôle.

39Quant à l’expression « compétence environnementale », elle prend sa source dans les théories de l’actualisation qui remontent aux énoncés du courant phénoménologique en psychologie dans le prolongement de A. Giorgi (1975). Au Québec et dans la même lignée de pensée, Yves St-Arnaud (1979) a défini la compétence environnementale comme la « capacité qu’a une personne d’agir adéquatement sur son environnement pour y puiser les éléments nécessaires à son actualisation : compétence personnelle, interpersonnelle, professionnelle ». S. Jutras (1982), dans sa thèse de doctorat, conçoit la compétence environnementale comme un processus rétroactif caractérisé à la fois par une motivation et une habilité à négocier de façon efficace, à contrôler et à maîtriser tout ce qui nous entoure. En revanche, un résultat négatif conduit bien souvent l’individu à se percevoir comme incompétent et impuissant à intervenir sur le milieu physique. On pense à la notion « d’impuissance apprise » de Martin Seligman (1975) : la personne, dans ce cas, estime que les évènements auxquels doit faire face sont indépendants de ses actions et, par conséquent, elle ne cherche plus à exercer une influence sur son environnement ; elle a renoncé à sa capacité d’agir propre et se laisse porter par le courant qui lui est tantôt favorable, tantôt défavorable.

40On peut concevoir aussi la démarche de la compétence environnementale en cinq phases selon Steele (1973) :

  • prendre conscience de ses besoins, de ses objectifs environnementaux dans un milieu donné ;
  • comprendre, apercevoir les composantes pertinentes d’une situation objective en fonction d’une intervention ou d’un plan d’action ;
  • planifier l’action ;
  • agir sur la relation personne-environnement par le biais de l’environnement physique et par un changement sur la personne ;
  • évaluer si la modification apportée a entraîné une transaction personne-environnement plus adéquate.

41La description en cinq phases de ce processus vise à permettre à l’usager et à l’expert de déterminer les étapes à suivre, mais ajoutons, toutefois, qu’il devra trouver lui-même les questions relatives à chacune des étapes. Par exemple, pour la première phase, il pourra se demander quelles activités devraient être menées dans le milieu ou encore si l’arrangement spatial actuel est congruent avec les besoins formulés, etc.

42Rappelons en outre que plusieurs types d’obstacles peuvent bloquer le processus de la compétence environnementale. Tout d’abord, on trouve la perception « pseudofixe », il s’agit du fait de percevoir les différents éléments de l’environnement physique comme fixes, alors qu’ils ne le sont pas réellement. Par exemple, il est possible que vous perceviez votre table de travail comme un élément fixe, alors qu’en réalité, elle est mobile. Plusieurs raisons peuvent expliquer cette perception ; ces quelques paramètres les résument : une attitude fataliste, le lieu de contrôle externe, la difficulté à clarifier ses besoins et ses objectifs, etc.

43L’ignorance en matière de savoir technique est un autre blocage freinant le processus d’intervention. Par ailleurs, le sentiment d’irréversibilité peut aussi rendre les personnes inactives et les conduire vers le retrait et l’abstention de toute action. Reprenant la perspective de Steele (1973), quatre raisons majeures peuvent être considérées, expliquant la réticence du groupe à agir sur ou à s’engager activement dans son environnement. En premier lieu, les objectifs poursuivis par chaque personne sont parfois différents et les désaccords survenant au cours du processus de création d’un territoire commun parasitent les bonnes volontés de chacun et ne favorisent pas l’émergence d’un consensus entre les personnes concernées quant à l’utilisation de l’espace ; deuxièmement, le comportement territorial est parfois rigide et n’autorise pas d’utilisation créative de l’espace. Par exemple, la relation hiérarchique oblige l’employé à ne pas pénétrer dans le bureau de son patron et à ne pas l’utiliser même lorsque ce bureau est disponible. Troisièmement, le comportement territorial s’intègre dans un ensemble de normes visant à établir les comportements acceptables au sein d’un groupe et interdire ceux qui pourraient menacer le maintien de l’équilibre de ce dernier. Par exemple, donner tout son temps au contenu d’un travail et rester indifférent au reste (l’environnement physique par exemple) est l’indice d’une incompétence environnementale. Quatrièmement, le manque ou l’absence de feedback d’autrui, en ce qui concerne les modifications apportées dans le milieu, n’encourage pas la poursuite du processus d’intervention et freine les interactions des personnes, suscitant de possibles malentendus et difficultés de communication entre les différents membres du groupe.

Développement de cette compétence

44La compétence environnementale d’une personne dépend de l’ensemble du processus d’intervention avec l’environnement et de ses différentes étapes. On peut affirmer à titre d’introduction que le déroulement du processus s’articule de la façon suivante : lorsque la personne qui a agi sur son environnement établit la relation entre son action et une modification dans son milieu, une véritable satisfaction naît et la personne en question a dès lors le sentiment d’avoir pris sa vie en main, que les évènements qui jalonnent son existence ont du sens par rapport à ses choix internes. De cette satisfaction découlera la motivation à poursuivre le processus. La compétence environnementale résulte d’un véritable engrenage continu de différents facteurs s’interchangeant, se superposant et se renforçant mutuellement, devenant partenaires d’une même danse d’harmonisation : tous ces paramètres sont liés aux échanges opérés avec l’environnement, à la prise de conscience de son action, à la satisfaction de soi et, enfin, au désir de continuer à agir sur le milieu.

45Ainsi, une des meilleures façons de provoquer la prise de conscience consiste à évaluer le potentiel de l’environnement à partir des six fonctions proposées par Steele :

  • L’environnement est un abri et une sécurité à la fois physique et psychologique qui protège contre les agents extérieurs.
  • L’environnement filtre le nombre et la qualité des contacts sociaux au moyen de l’arrangement des ressources, de la position des personnes en fonction des activités et des possibilités de déplacement.
  • L’environnement nous livre des messages symboliques (culture organisationnelle, valeurs et intérêts des personnes).
  • L’instrumentalité reliée à la tâche diffère selon le type de tâche : l’action prédomine, l’action nécessite une interaction, l’activité est essentiellement individuelle. À chaque cas, certains éléments de l’environnement sont privilégiés. Il peut être question de la dimension et de la flexibilité de l’aire de travail, de la qualité des matériaux utilisés ou des conditions sensorielles qui inhibent ou soutiennent les activités.
  • La fonction « plaisir » liée à l’environnement fait référence au plaisir ressenti d’être dans un milieu agréable ou stimulant. Évidemment, cela dépend de l’humeur du moment de la personne et de ses expériences passées.
  • La fonction « croissance », plus subtile, réfère au développement de la personne produit par toute expérience personnelle qui favorise l’apprentissage de nouvelles habiletés. Dès lors, apprendre à composer avec son environnement de façon de plus en plus optimale et s’acheminer vers une plus grande connaissance de soi sont les deux qualités essentielles que favorise une véritable croissance personnelle. À cette étape, on peut se demander si l’environnement facilite l’actualisation du potentiel de l’individu. Sur ce point, on sait que la diversité des stimulations et la flexibilité des éléments spatiaux encouragent nettement une expérience de croissance.

46C’est à partir de ces six fonctions : l’abri et la sécurité, le contact social, l’identification symbolique, l’instrumentation reliée à la tâche, le plaisir et la croissance, que Steele a élaboré le processus d’évaluation du potentiel environnemental. Ce processus commence d’abord par le choix dans l’espace des éléments qui pourraient lui servir dans son fonctionnement (éclairage, couleur des murs, disposition du mobilier, etc.). Ensuite, la personne doit se demander pour chacune des fonctions décrites auparavant, si tel élément de l’environnement remplit bien son rôle. Par exemple, les murs sont-ils assez épais pour insonoriser l’espace et le protéger du bruit ? Évidemment, chaque personne s’évalue selon ses propres objectifs et l’évaluation d’une même personne peut changer selon les circonstances et le type d’activités. L’évaluation de son environnement lui fait prendre conscience de tous les efforts qu’elle a dû fournir pour s’adapter, même passivement.

47En résumé, la compétence environnementale résulte d’un processus assez complexe puisque, outre les réactions en chaîne (intervention, prise de conscience, satisfaction, nouvelle action, etc.), la personnalité (notamment le lieu de contrôle externe ou interne) des usagers et les variables reliées aux situations (flexibilité des éléments d’un milieu) et aux forces sociales (comportements territoriaux, normes, statut, etc.) interviennent dans cette compétence.

48En effet, dans le but de permettre aux usagers et aux experts une démarche efficace pour agir sur l’environnement, le processus doit comporter cinq étapes : identifier ses besoins, apercevoir les composantes pertinentes, planifier l’action, agir en changeant l’environnement et la personne, et évaluer la modification. Pour Steele, les six fonctions que doit remplir un environnement servent à évaluer les éléments de son milieu et à classer ces éléments selon leurs valeurs.

49Dans les dernières années, il y a eu un développement intéressant dans la recherche qui mérite toute notre attention. Ainsi, les travaux de Jacqueline Vischer (2005) à l’Université de Montréal représentent une avancée significative quant à la possibilité de formuler un diagnostic précis à propos des espaces de travail. Par ailleurs, au Canada anglais, les publications de S. Aronoff et A. Kaplan (1999) ont également permis de dépasser la simple lecture ergonomique classique à propos de l’espace dans les entreprises.

Responsabilité écologique

50Cette notion est relativement proche de la précédente, mais elle comporte sa propre connotation. Les problèmes tels que la dégradation de l’environnement naturel, les pollutions et nuisances de toutes sortes, la diminution des ressources non renouvelables, l’énergie, l’alimentation et la surpopulation sont regroupés sous le thème « problèmes écologiques » à cause de leurs conséquences sur les systèmes bioécologiques.

51Le point de vue bioécologique voit l’être humain comme un organisme inséré dans l’écosystème qui utilise et manipule l’environnement pour survivre. En ce sens, l’humain devrait assumer une responsabilité écologique et ne pouvoir s’en démettre sans gravement affecter l’écosystème assurant sa survie. Les sociétés occidentales, plus que toutes les autres, devraient assumer cette responsabilité écologique puisqu’elles tentent de dominer l’environnement et qu’elles le font dans un but essentiellement utilitariste. Selon certains chercheurs, la cause profonde de cette attitude de domination sur l’environnement et son exploitation résulte de la croyance judéo-chrétienne selon laquelle l’homme est un être divin autorisé à exercer sa toute-puissance sur ce qui l’entoure.

52Mais la culture n’est pas l’unique responsable des problèmes écologiques et les dimensions politique, sociale et économique jouent un rôle majeur dans cette question. En effet, les produits non désirés des activités dans l’environnement ou ce que les économistes nomment « externalités » (externalities) correspondent aux conséquences à long terme de la satisfaction immédiate des besoins. Cela signifie qu’après la fabrication puis l’utilisation des produits, il reste les déchets qui détériorent directement ou indirectement l’environnement et ce choix de fonctionnement a pour conséquence l’augmentation des coûts sociaux à long terme. En somme, la production est perçue comme le début de toute activité et la consommation comme sa fin, alors qu’en réalité, elles font partie d’un cycle écologique complet. Comme l’a bien montré Dansereau depuis des décennies, cette inconscience de l’homme surcharge les processus naturels saturés qui n’arrivent plus à s’adapter aux changements.

Maintenir l’équilibre écologique

53Les problèmes écologiques traduisent des problèmes de comportements à la fois individuels et collectifs. De même, pour agir avec efficacité sur les problèmes environnementaux, il faut utiliser à la fois les approches individuelles et collectives, tandis que les comportements et les attitudes des citoyens doivent être concordants avec la politique gouvernementale sur la conservation d’énergie pour la rendre efficace. Les conduites d’économie d’énergie deviennent inutiles si elles sont pratiquées par une minorité de personnes ; les systèmes « antipollution » des automobiles ne servent à rien si les individus les débranchent, par exemple.

54Afin de développer une responsabilité écologique chez les citoyens, la psychologie environnementale doit aussi se servir d’approches qui évaluent l’aspect actif en plus de l’aspect réactif. Le premier aspect, actif, aura pour mission d’étudier la perception, l’évaluation des problèmes écologiques, les attitudes, les facteurs situationnels et ceux de personnalité et ainsi que les comportements pro- et antiécologique. Cet aspect actif de la personne sera abordé à l’aide d’approches inspirées de la psychologie sociale.

55L’aspect réactif de la relation personne-environnement est également étudié à travers les comportements et les attitudes des personnes, car l’humain manipule l’environnement et l’environnement manipule l’humain. C’est ce qu’on appelle « l’approche interactionniste » ou mieux « transactionniste » en psychologie environnementale.

56Le comportement dans l’environnement est en partie déterminé par la prise de conscience du besoin de modifier son milieu (compétence environnementale). L’évaluation des problèmes écologiques est donc dépendante de la perception que les individus en ont (Morval, 1981). D’une part, la perception sensorielle ne peut pas jouer un grand rôle dans l’appréciation des fléaux écologiques ; il est possible de voir et de sentir certains polluants atmosphériques et certains environnements détériorés (les déchets, par exemple), mais nous avons vu dans la section de ce chapitre sur la pollution que les récepteurs s’adaptent en s’activant moins fréquemment après une exposition répétée à un même stimulus (les personnes ne prêtent plus attention aux bruits qui les entourent ou ne sentent plus la pollution atmosphérique). En plus, la plupart des problèmes écologiques échappent totalement à la perception sensorielle (c’est le cas de la radioactivité, de la diminution des ressources non renouvelables, du monoxyde de carbone, etc.).

57Par ailleurs, la perception des problèmes écologiques joue un plus grand rôle sur les plans affectif et cognitif. Dans ce cas, la perception dépend de l’information véhiculée par les médias et du traitement de ces informations selon les valeurs, les activités et les expériences individuelles. À ce sujet, de nombreuses revues de littérature confirment qu’une prise de conscience des problèmes écologiques grandit au sein de la population et cette problématique devient une question majeure de plus en plus au cœur des préoccupations médiatiques. Les personnes, néanmoins, tiennent l’industrie et le gouvernement comme premiers responsables de ces problèmes. En deuxième position vient l’activité des populations qui cause des dommages écologiques importants. D’ailleurs, plus les exigences augmentent, moins les individus s’attribuent de responsabilités. La population croit que le gouvernement, l’industrie et la technologie peuvent régler ces problèmes sans aide de leur part alors qu’une conscientisation accrue du citoyen serait nécessaire. Moins les personnes sont impliquées dans les problèmes écologiques, moins elles les perçoivent adéquatement. De plus, ces personnes pensent que les problèmes peuvent être facilement résolus tandis que les personnes qui connaissent véritablement les problèmes estiment qu’il n’existe pas de solution facile et rapide.

58Les personnes préoccupées par l’écologie ont une orientation particulière et ne conçoivent jamais le milieu, l’environnement en termes utilitaristes. Plusieurs études ont confirmé que ces personnes sont généralement plus mûres, responsables et adaptées socialement. Malheureusement, elles sont encore minoritaires dans notre société obsédée par l’économie et la rentabilité à court terme.

59Tout bien considéré, on peut estimer qu’une personne se sent responsable de son environnement lorsqu’elle est consciente « des répercussions de ses actions, s’attribue le blâme pour leurs conséquences, identifie d’autres manières de faire ayant moins de répercussions négatives » (Morval, 1981). C’est ainsi que les piétons jettent peu ou pas de déchets par terre parce qu’ils s’attribuent la responsabilité de ce geste et connaissent les conséquences d’un tel acte sur l’environnement. Ils préfèrent agir en respectant la norme plutôt que de façon immédiatement rentable.

60Cependant, l’écart entre les attitudes et le comportement existe et peut s’expliquer par l’absence de compétences requises pour exprimer les intentions en comportement. Souvent les personnes ne savent pas comment franchir le « seuil comportemental », comment agir concrètement dans le sens d’un soutien aux valeurs écologiques et d’une limitation en ce qui concerne les dégâts nuisant à l’environnement. Dans ces conditions, une analyse fonctionnelle des comportements semble plus appropriée qu’une simple analyse conceptuelle.

Intervention

61Les conséquences immédiates sont plus efficaces pour contrôler les comportements que les conséquences différées et, malheureusement, ce sont justement les effets à long terme (les « externalités ») qui sont les plus négatifs ; voilà qui pourrait constituer une esquisse d’explication de la reproduction de comportements antiécologiques. Par exemple, les personnes utilisent l’automobile parce que les avantages immédiats (autonomie, rapidité) ont une plus grande importance pour elles que les désavantages à long terme (accidents, pollution de l’air, détérioration du tissu urbain). En un mot, les bénéfices et les coûts sont déterminants dans le choix que le citoyen effectue.

62En ce qui concerne les interventions, les récompenses et les sanctions monétaires semblent être des outils très puissants pour encourager les comportements proécologiques. Aussi, certaines punitions (normes, lois) contrôlent les comportements antiécologiques et les restreignent sévèrement. On peut penser aux industriels qui doivent faire installer des systèmes antipollution dans leur usine, parce qu’ils y sont obligés. Cependant, il est loin d’être certain que les manières propres de faire seront maintenues une fois la menace levée.

63Par ailleurs, d’autres interventions visent à modifier les comportements antiécologiques en s’attaquant aux attitudes des personnes, soit en les effrayant avec les dangers possibles, soit en leur dictant sommairement des instructions quant à leur manière d’agir. Or, on a vu que les dimensions affective et cognitive des attitudes ont peu de rapport avec le comportement et ne les influencent que très légèrement. Tout compte fait, la combinaison de plusieurs stratégies plutôt que l’utilisation d’approches isolées semble être la façon la plus efficace d’obtenir un résultat, en ce qui a trait aux comportements écologiques.

64L’intervention environnementale comme démarche de recherche-action suivie est très souvent utilisée par la psychologie environnementale et convient à l’étude des problèmes écologiques lorsqu’elle s’inscrit dans une démarche psychosociale. Toutefois, nul besoin de rappeler que la responsabilité écologique est un concept complexe à contrôler : à la fois dominé et dominant, l’individu est installé dans une posture ambiguë par rapport à l’environnement, à la fois celle de dominé et de dominant. Son action sur le milieu est totalement dirigée par ses conséquences, celles-ci sont perçues et évaluées par la personne et ainsi de suite. La notion des coûts et des bénéfices aide à mieux comprendre la question : il semble que le bénéfice immédiat ait plus de valeur que le bénéfice à long terme, peu importe les conséquences négatives différées ; il semble que le principe du plaisir immédiat persiste à l’âge adulte.

65Il serait normal de sanctionner monétairement ceux qui sont responsables des coûts et qui retirent les bénéfices des activités, mais cela n’arrive que très rarement. En effet, les industries réparent peu souvent les externalités qu’elles créent (déchets, maladies industrielles, pollutions) ; les automobilistes n’assument pas les coûts pour les routes qu’ils utilisent ou la pollution qu’ils produisent. Pour augmenter la responsabilité écologique et encourager les comportements proécologiques, il faudrait rendre les avantages de la transgression de la norme inférieurs aux coûts et il serait également judicieux d’avoir recours à des renforcements puisque ceux-ci ont des conséquences à long terme.

66La recherche-action doit être orientée vers des approches multidisciplinaires transactionnistes, comme l’ont suggéré Pol et Moser au cours des 10 dernières années, parce que l’étude des problèmes écologiques a intérêt à relier la perspective opérante (antécédents et conséquences du comportement) aux perspectives de la psychologie sociale (évaluation de l’environnement, mesure des attitudes) et de la psychologie écologique (interaction, traits et situations). Par ailleurs, l’intervention doit être globale parce que des démarches trop étroites peuvent conduire vers des effets non désirés. Par exemple, dans une entreprise de recyclage, alors qu’il s’agissait de faire participer les gens en les payant pour les rebuts apportés, la production même de déchets a augmenté, mais de ce fait, l’opération s’est révélée totalement inefficace.

67Depuis la fin des années 1970-1980, une tendance s’est manifestée, qui propose une conception plus écologique des interventions environnementales. Ces dernières peuvent aussi se faire selon une approche communautaire, en organisant les stratégies en fonction des préférences et des capacités des membres des communautés. Enfin, l’approche globale signifie aussi que les différents types d’intervention doivent se faire conjointement et dans tous les domaines. Les attitudes et les comportements individuels ne sont en effet qu’une dimension de la problématique, car il reste à sensibiliser les structures sociales, politiques et économiques, les systèmes normatifs et légaux et aussi la science et la technologie. Ainsi, une participation des citoyens aux décisions qui concernent leur environnement, une possibilité de recycler et de réutiliser les matières premières, l’efficacité accrue des transports en commun, le développement de technologies douces et les changements de valeurs, sont globalement nécessaires pour l’aboutissement d’une amélioration plus décisive et délibérée de la qualité de l’environnement.

  • 3 Voir, à ce sujet, une ébauche des relations entre disciplines connexes dans Morval, J. (2001).

68La psychologie industrielle et organisationnelle et la prise en compte, par analogie, des facteurs relatifs à l’espace ont donné lieu à un renouvellement de la perspective sur le plan du développement organisationnel3.

69En ce sens, la psychologie environnementale est une occasion de renouvellement de la perspective théorique qui emprunte à la psychologie des organisations, ses stratégies d’implantation de changements à l’aide de programmes de sensibilisation aux problèmes de l’environnement. En effet, dans certains programmes pour développer la compétence environnementale et la responsabilité écologique, on ne se borne pas à mettre l’accent sur le changement d’affect lié à la pollution, au recyclage, à l’utilisation de produits non polluants, on prend en compte deux facettes souvent négligées dans les études antérieures. On fera ainsi simultanément un effort pour développer la facette cognitive qui sous-tend un comportement nouveau, c’est-à-dire en l’occurrence une information beaucoup plus complète sur les connaissances en matière d’utilisation des produits et d’une énergie alternative, de politique plus rationnelle des achats visant à préserver les ressources non renouvelables… Il s’agit de ne pas se limiter, non plus, à l’affect, lié à un comportement nouveau, plus responsable écologiquement, traduisant une meilleure compétence environnementale, mais de réellement déboucher sur une action proécologique concrète et quotidienne, bien ancrée dans le réel.

70Dans la foulée des efforts de l’écologiste P. Dansereau, nous avons proposé, par exemple, des programmes de formation à l’écodécision (Morval, 1995a). Par ailleurs, le lecteur intéressé au développement des mouvements proécologiques du Québec trouvera dans les écrits de J.-G. Vaillancourt une riche source d’informations.

Notes

1 À ce sujet signalons l’article de Larocque, S. et Morval, J., « La régulation de l’intimité, une enquête dans un contexte urbain », Revue de psychologie appliquée, vol. 37, no 1, 1987, p. 27-47.

2 Issu de l’Université de Strasbourg où A. Moles avait fait sa marque, G.-N. Fischer a alimenté la réflexion sur ces thèmes depuis la parution en 1980 d’Espace industriel et liberté, Paris, Presses universitaires de France.

3 Voir, à ce sujet, une ébauche des relations entre disciplines connexes dans Morval, J. (2001).

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search