Version classiqueVersion mobile

L'entrepreneuriat féminin au Québec

 | 
Francine Richer
, 
Louise St-Cyr
, 
Nicole Beaudoin

Conclusion

Texte intégral

1L’objectif de cet ouvrage était de présenter quelques modèles très actuels de femmes qui sont aujourd’hui à la tête d’une entreprise qu’elles ont créée, reprise ou acquise, dans un secteur traditionnel ou non traditionnel pour une femme, et qui sont actives dans quelques régions du Québec. Cette démarche s’inscrit dans une approche sociale de la recherche sur l’entrepreneuriat féminin au Québec, puisqu’elle donne la parole aux entrepreneures sans nécessairement les comparer aux hommes, mais en considérant tout de même ce que la recherche a permis de savoir et de comprendre en les comparant. Les cas ont été construits autour des thèmes suivants : Qui est cette femme ? Que nous dit-elle de son produit ou de son service ? Pouvons-nous retracer son cheminement ? Comment est-elle parvenue à faire ce choix de carrière ? Quels modèles l’ont inspirée ? Quelle fut sa motivation profonde ? Comment s’y est-elle prise pour démarrer et faire croître son entreprise ? À quelles ressources financières et humaines a-t-elle eu accès ? Est-elle satisfaite de l’aide qu’elle a reçue ? Comment et par qui sa réussite a-t-elle été reconnue ?

2Dix entrepreneures, ce n’est certainement pas un nombre suffisant de sujets pour dégager un portrait statistiquement représentatif des entrepreneures du Québec, mais là n’est pas l’objectif d’une démarche de rédaction de cas qui accorde plus d’importance, et sans porter de jugement, à ce que ces entrepreneures ont dit. Ces témoignages toucheront certainement les femmes qui ont choisi l’entrepreneuriat au début, au milieu ou à la fin de leur vie professionnelle. Toutes ces entrepreneures sont des exemples de réussite. Voici quelques éléments marquants qui se dégagent de ces études de cas et qui peuvent nous aider à comprendre davantage leur succès.

La passion et la décision d’entreprendre

3Le premier élément est relié à la décision d’entreprendre : ce choix professionnel est passionnant en soi, et il faut de la passion pour réussir. Ces entrepreneures parlent de passion, mais aussi de ténacité, de créativité, d’instinct, d’intuition, de flair, d’expression de soi, d’une « histoire personnelle que l’on se crée », d’intégrité à la base des relations avec les clients. Elles parlent de l’importance de s’en tenir à une vision et à des valeurs personnelles, de la capacité de tenir le coup, de risques calculés, de performance et d’être là au bon endroit et au bon moment.

4L’impulsion d’entreprendre ne s’est manifesté chez aucune des 10 entrepreneures au moment d’un premier choix de carrière. Elles avaient choisi d’autres domaines : le secrétariat et la comptabilité, le génie forestier et la biologie, les communications et le journalisme, l’enseignement, la vie domestique ou la haute couture, une carrière dans la fonction publique, le commerce international, mais à titre d’employée. Dans presque tous les cas, le choix d’entreprendre a correspondu à une étape de réorientation de carrière qui s’est révélée des plus heureuses. Elles disent que ce métier leur permet de sortir du silence, de concrétiser des idées nouvelles, d’atteindre un sommet, de s’intégrer dans un nouveau milieu, de découvrir d’autres cultures et de se tailler une carrière sur mesure. L’entrepreneuriat ne serait-il pas le propre des êtres humains, hommes et femmes ?

5Aujourd’hui plus que jamais, les occasions ne manquent pas, quelle que soit la voie ou « l’avenue entrepreneuriale » que l’on choisisse : la création d’une entreprise dans un secteur technologique ou de pointe, la relève d’une entreprise familiale, le travail autonome, l’acquisition d’une entreprise ou d’une franchise, la sous-traitance, les services professionnels, l’entrepreneuriat social, la coopération, etc.

L’équilibre de vie

6Le désir de décloisonner la carrière et la vie privée est un autre élément caractéristique des femmes. Elles sont de parfaits exemples de cette affirmation sur les entrepreneurs en général :

La démarche entrepreneuriale s’inscrit à l’intérieur d’une démarche globale (autrement dit, le projet professionnel constitue l’une des dimensions d’un projet de vie global), laquelle implique des choix multiples qui couvrent plusieurs dimensions de la vie humaine. Ces choix ne sont pas toujours réalisés de façon consciente et explicite. Ils dépendent souvent du hasard des rencontres, des choix d’activités antérieures, de l’influence d’un leader d’opinion. (Filion, 2002, p. 46)

7Parfois, la présence d’enfants ou le désir d’en avoir a décidé du contexte et du moment de la création de l’entreprise : « Je ne voulais pas élever mes enfants en ville », « J’avais deux enfants ; j’ai commencé dans mon sous-sol », « Je voulais avoir un bébé ». Celles qui n’en ont pas ont tout de même, un jour, considéré la question d’en avoir ou pas, en fonction de leur vie professionnelle. Elles-mêmes ou la vie se sont chargées d’y répondre. Francine Poulin n’a-t-elle pas décidé d’ouvrir le capital et même d’avoir recours au capital de risque pour améliorer sa qualité de vie : « J’étais brûlée… Si j’avais gardé plus de parts, je n’aurais jamais été capable de prendre une journée de congé. »

8Mais il y a aussi cet autre aspect de la vie privée, celui du temps que l’on se réserve, soit pour réfléchir, soit pour réévaluer ses objectifs, soit pour se former. Prendre soin de sa santé parce que la somme de travail à abattre est parfois colossale. Répondre à ses enfants quand ils téléphonent. Faire du yoga et de la méditation. Apprendre à piloter. Faire partie d’un groupe de prière et de silence. Courir le marathon. Contempler la mer ou faire du ski de fond. Les dix entrepreneures ont insisté sur cet aspect fondamental pour leur équilibre et ont reconnu son importance pour leurs employés.

La stratégie des petits pas

9Presque toutes les entrepreneures qui ont créé leur entreprise ont opté pour une stratégie de petits pas. L’une a offert des services professionnels spécialisés, une autre a recruté ses fournisseurs un à un et a présenté elle-même ses collections. L’une écoute longuement ses clients et l’autre les conseille en se promenant dans les allées de son commerce. Un projet ou un contrat à la fois, pourvu qu’il génère des profits pour amorcer le suivant ; 1 vêtement pour soi et une commande de 15 ; un nouveau soin et le recrutement d’une clientèle ciblée et un éventail de forfaits. Pour celles qui sont devenues entrepreneures en assumant la relève ou en acquérant une entreprise, les petits pas sont vite remplacés par des décisions majeures, soit dans le mode de financement, soit dans l’adoption d’un créneau spécifique, soit dans la décision d’exporter.

10Cette approche prudente explique, en partie, l’attitude des entrepreneures devant les enjeux du financement. Elles sont prudentes et ne se dirigent vers les bailleurs de fonds qu’au moment où leur intervention est absolument nécessaire, au moment où la peur d’être rejetée s’estompe et cède la place au bénéfice de la croissance de l’entreprise... et elles sont plusieurs à partager la propriété, avec des membres de leur famille, avec des amis, avec des investisseurs spécialisés aussi.

Le contrôle et la délégation

11La majorité des entrepreneures qui ont fondé leur entreprise ont assumé au départ, et ce, personnellement, la majorité des tâches. Elles ont travaillé sans relâche et se sont consacrées totalement à leur projet. Elles se sont imposé des conditions pour en gérer le quotidien : elles gèrent au cent près, elles font attention à la moindre dépense et y regardent à deux fois avant de signer un chèque. Elles ne se lancent, au début, qu’avec réserve dans les investissements d’importance, car elles craignent, non la croissance – qui demeure un beau défi –, mais le débordement sur leur vie personnelle et celle de leur famille. Une fois, cependant, qu’elles ont expérimenté avec succès le partage des responsabilités et les résultats positifs d’une bonne gestion, elles n’hésitent pas à mieux répartir les tâches entre leurs collaborateurs et à trouver des moyens de mieux communiquer avec eux. C’est dans cette communication que les décisions sont prises plus rapidement et plus efficacement.

D’autres avenues, d’autres portraits

12Les quelques entrepreneures présentées dans cet ouvrage auraient bien fait la fierté de leurs aïeules. Elles ne révèlent cependant pas encore toute la richesse et les possibilités des entrepreneures d’ici. On a, en effet, très peu parlé des entrepreneures immigrantes. Les moyens ont manqué pour traiter de l’entrepreneuriat des femmes autochtones qui s’inscrit dans un tout autre contexte.

13Il reste aussi à examiner les possibilités et les tendances des entrepreneures québécoises dans de nouvelles avenues où elles commencent à prendre leur place, en exportant, par exemple, ou dans le secteur des technologies. Sans compter les entrepreneures pour qui ce choix est lié à la survie, pour se sortir du chômage ou de l’aide sociale, celles dont l’entreprise est liée à une autre de plus grande taille pour laquelle elles acceptent des mandats professionnels ou des contrats de sous-traitance, celles qui démarrent une entreprise parallèlement à leur carrière actuelle, en se préparant à la retraite, celles qui se sont installé un bureau à la maison et qui rendent service à des entreprises ou à des travailleurs autonomes, celles qui innovent, celles qui rajeunissent un produit et l’adaptent aux exigences des clients actuels. Enfin, toutes celles qui ont choisi l’économie sociale et qui œuvrent pour des raisons humanitaires et économiques.

14Il reste encore de nombreux chapitres de l’histoire des entrepreneures du Québec à écrire et cet ouvrage ne constitue qu’un premier pas en ce sens. Malgré tout, les dix portraits présentés dans ce livre sont très riches et contribuent à lever le voile sur ces Québécoises. Les études de cas permettent de mieux les comprendre, de mieux cerner leur démarche. Ce texte participe également, nous le souhaitons, à l’évolution de la connaissance sur ce thème. Si chaque cas est unique, il se dégage tout de même de grandes tendances dans les façons de faire de ces femmes, ce qui nous permet d’avancer qu’il existe bel et bien chez nous cette réalité dynamique qu’est l’entrepreneuriat au féminin.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search