Version classiqueVersion mobile

L'entrepreneuriat féminin au Québec

 | 
Francine Richer
, 
Louise St-Cyr
, 
Nicole Beaudoin

Analyse

Texte intégral

1La lecture des cas amène inévitablement la question de la conformité de leur contenu avec les recherches menées sur les entrepreneures. En premier lieu, situons les femmes et leur entreprise de façon sommaire, en fonction de certaines caractéristiques que l’on retrouve souvent dans les écrits sur les entrepreneures.

  • 1 Voir la section intitulée : « L’apport spécifique de la recherche sur les entrepreneures ».

2Elles sont d’âges variés, la plus jeune est au début de la trentaine et la plus âgée est fière de ses 70 ans. La très grande majorité (8 sur 10) a fondé son entreprise. Une femme a pris la relève de l’entreprise familiale et une autre a acquis une entreprise existante. Toutes peuvent être qualifiées d’entrepreneures dans le sens de Lavoie (1988) puisqu’elles ont fondé, acquis ou hérité d’une entreprise, qu’elles en assument les risques et s’occupent au quotidien de sa gestion. Une seule a démarré l’entreprise en copropriété avec son frère. Quatre détiennent 100 % des titres de propriété, les autres ont des partenaires. Trois sont propriétaires majoritaires et une est propriétaire à égalité avec ses deux frères (chacun a 33 % des parts). Pour Mélanie Kau (Mobilia), la propriété est partagée entre les membres de sa famille, ce qui est tout a fait normal pour une entreprise familiale. Quant à Francine Poulin (Mode Avalanche), elle ne détient plus la majorité absolue, mais elle a tout de même fondé cette entreprise. Huit d’entre elles sont présidentes ou présidentes-directrices générales. Nathalie Roy (Exulon) est vice-présidente et Francine Poulin, chef du design. La moyenne d’âge des huit entreprises fondées par les entrepreneures est de 16 ans, la plus jeune entreprise n’existant que depuis 4 ans et la plus âgée, 29 ans. Dans le cas de Rina Poirier-McGuire (Matériaux spécialisés Louise-ville), l’acquisition remonte à 2004, soit à trois ans au moment de la rédaction du cas. Dans le cas de Mélanie Kau, il s’est déjà écoulé 11 ans depuis la transmission. On peut donc affirmer que les entrepreneures sont bien en selle, la très grande majorité ayant franchi le cap des 5 ans, considéré comme une période déterminante pour la survie à long terme d’une entreprise. Finalement, comme on pouvait s’y attendre, ces femmes œuvrent en grande partie dans le secteur des services (cinq sur dix), deux sont dans la distribution (commerce de détail) et trois dans le secteur manufacturier. Cette répartition se rapproche de celle des travailleurs indépendants employeurs du Québec (selon l’EPA)1 quoique le secteur manufacturier soit surreprésenté et celui des services, par conséquent, sous-représenté.

Les motivations

3Les motivations de ces femmes à l’entrepreneuriat sont variées. Pour chacune des femmes considérées individuellement, il est difficile de trancher clairement entre facteurs push ou pull puisque les deux types (de facteurs) sont parfois présents. Toutes les femmes ont invoqué au moins un facteur pull, que ce soit le désir d’autonomie, le rêve de l’entrepreneuriat, l’occasion à saisir ou la passion pour le produit/service qu’elles offrent. Plusieurs ont par ailleurs mentionné des facteurs de type push, comme la déception des limites de l’emploi exercé (deux), la faillite de leur employeur et donc la perte de leur emploi (deux) et l’obligation légale de créer une entreprise (une). Parmi tous ces facteurs, le plus marquant et le plus souvent mentionné, est la passion, que ce soit pour le domaine, le produit ou la région. Plusieurs ont aussi souligné avoir l’entrepreneuriat dans le « sang ». Dans l’ensemble, il ne fait aucun doute que les facteurs pull sont dominants dans ce groupe. Notons finalement que, contrairement aux attentes, par rapport aux écrits sur les entrepreneures, aucune n’a invoqué la conciliation du travail et de la famille comme motif principal de création de son entreprise.

Les modèles

4Les recherches ont montré que la présence de modèles est un facteur important de stimulation à l’entrepreneuriat. Plus particulièrement, le fait que les parents soient eux-mêmes entrepreneurs aurait une influence majeure. Dans leur étude réalisée au Québec, Borges, Simard et Filion (2006) ont trouvé que 68 % des femmes interrogées avaient un membre de la famille ou de l’entourage immédiat qui avait démarré une entreprise. L’étude des cas présentés ici permet de confirmer cette tendance : cinq des femmes avaient un père entrepreneur alors qu’une autre avait une mère travailleuse autonome. Elles ont aussi souligné la présence d’autres modèles dans leur vie : un grand-père commerçant, des employeurs eux-mêmes habités par l’entrepreneuriat, des professeurs, un père vendeur. Plusieurs mentionnent un milieu familial stimulant, ouvert, inspirant et égalitaire. Une seule a mentionné être une candidate refusée pour la reprise de l’entreprise familiale. Les cas font ressortir l’importance des valeurs transmises par les parents et grands-parents dans le déclenchement et la réussite du projet entrepreneurial. Le témoignage de Nathalie Roy est éloquent :

Il faut que je vous dise que je suis de la cinquième génération dans le domaine du bois. Depuis que je suis toute petite, j’entends parler de bois dans la famille, parce que mon père était dans le bois ; il avait sa propre entreprise. Le père de ma mère était dans le bois à Sainte-Anne-de-la-Pocatière. La famille de la mère de mon père était dans le bois dans les Cantons de l’Est. Le père de ma mère était commerçant, dans le bois, aussi, je pense. Mes frères et moi, on est la cinquième génération de la famille dans le domaine. Ma petite fibre d’entrepreneure, elle vient de ma famille.

5Les cas laissent également transparaître un sentiment de gratitude à l’égard de cette influence du milieu dans lequel ces femmes ont évolué, comme en témoignent les citations suivantes.

Mes parents m’ont légué, peut-être presque à leur insu, les qualités et l’instinct d’un gestionnaire. Ma mère, par la force des choses, était une gestionnaire de famille hors pair. (Jocelyna Dubuc)
C’est vrai qu’on était cinq filles et un garçon, mais il n’y a jamais eu de différences entre les garçons et les filles. Je n’ai senti les différences que sur le marché du travail. Mes parents ne nous ont jamais imposé beaucoup de limites. (Rina Poirier-McGuire)

6Au-delà de ces facteurs généraux d’identification à un modèle, les femmes ont reconnu chez leur mère des talents et des qualités entrepreneuriales spécifiques qu’il faut souligner, car il s’agit ici de talents qu’elles ont elles-mêmes intégrés et transposés dans leur vie professionnelle :

  • Pour Caroline Julien, l’activité principale de sa mère, le graphisme, était apparentée à ses intérêts pour les communications et le multimédia. Elle travaillait aussi à son compte, ce que fit sa fille au début de sa carrière. D’ailleurs, ce modèle maternel en affaires, la jeune entrepreneure l’identifie à nouveau en insistant sur la « marraine d’affaires » qui l’a beaucoup influencée, plutôt que sur le rôle de mentor qu’on pourrait lui attribuer.
  • Pour Céline Pilote, si son père construisait des routes, c’est sa mère qui s’occupait de l’administration : « Une mère créative, habile de ses mains, capable de faire plusieurs choses en même temps, et avec qui il était agréable de travailler. »
  • Pour Francine Poulin, la mère est une personne qui suggère et qui « investit » à sa façon puisqu’elle lui prête de l’argent pour acheter un équipement de base au moment de démarrer son entreprise.
  • Pour Jocelyna Dubuc, la mère est une gestionnaire d’instinct, une femme de gros bon sens, réticente à emprunter à la banque, mais qui avait une influence décisive sur les projets et les dépenses de la famille.
  • Pour Lyse Boivin-Matton, sa grand-mère était réputée pour son culot et pour ses talents de collectrice des comptes ; sa mère partage l’éthique professionnelle naturelle de son mari et, bien plus que lui, manifeste le goût et la grande volonté d’apprendre.
  • Marjolaine Castonguay a détecté chez sa mère un certain esprit d’entrepreneure qui se manifestait par sa façon très spéciale de répartir ses vacances.
  • Mélanie Kau reconnaît que, dans le domaine du meuble, entre autres, sa mère était à la fine pointe de la mode et des tendances, ce qui incita son mari à importer des meubles qui correspondaient à ses goûts et, ensuite, à fonder l’entreprise familiale.
  • Nathalie Roy, elle-même formée à la gestion à l’université, identifie dans le quotidien de sa mère un côté rationnel qui a fait le succès de plusieurs entrepreneurs.

7L’identification et l’intégration de ces habiletés transférables dans le cheminement professionnel de ces femmes devenues entrepreneures ont été, peut-être pas décisives dans la décision d’entreprendre, mais certainement inspirantes. Si l’on tient compte de l’historique de l’entrepreneuriat féminin au Québec, ce facteur demeure positif. Le modèle entrepreneurial maternel des femmes québécoises est présent et riche. Il s’agit d’une avenue de recherche à explorer, au Québec et dans le monde, car il est certainement présent en Afrique, en Europe comme aux États-Unis.

Les ressources

8Au-delà des modèles, avec quelles ressources ont-elles démarré leur entreprise ? La formation constitue un point fort de leur profil, plus fort peut-être que ce que l’on trouve dans la littérature sur les entrepreneures. Elles possèdent toutes des diplômes postsecondaires, quatre détiennent un baccalauréat, une en possède deux et trois ont terminé des études de maîtrise. Trois d’entre elles ont poursuivi des études en gestion. Les formations sont reliées au domaine d’expertise de l’entreprise dans la majorité des cas. Pour les autres, il s’agit de formations d’appoint suivies pour acquérir des connaissances spécifiques au domaine.

9Sur le plan de l’expérience antérieure, toutes, sauf deux, avaient exercé un emploi. Pour six d’entre elles, cet emploi était relié au domaine dans lequel elles allaient démarrer leur entreprise. Trois avaient travaillé à leur compte avant de se lancer en affaires, mais pour une seule, ce travail était en lien avec le champ d’activité de l’entreprise. Trois femmes avaient été initiées très jeunes à l’entreprise familiale. Une seule, Céline Pilote (Copilote Objets promotionnels), avait une expérience directe en entrepreneuriat. Elle en est actuellement à sa troisième entreprise. Lorsqu’on dessine des profils de préparation à l’entrepreneuriat, on s’aperçoit que 50 % des femmes (voir Figure 4.1) ont à la fois une préparation scolaire et une expérience du marché du travail liées au secteur d’activité. Pour celles qui n’en ont pas bénéficié, l’initiation dès le jeune âge à l’entreprise familiale a certainement joué ce rôle de préparation, au moins pour l’une d’entre elles. Il demeure que l’expérience « terrain » est inexistante pour quatre femmes et que l’expérience directe en entrepreneuriat demeure limitée.

figure 4. 1. Profils de préparation – formation et expérience

figure 4. 1. Profils de préparation – formation et expérience

* Une candidate a été initiée jeune à l’entreprise familiale

10Les femmes sont aussi nombreuses à témoigner de l’aide reçue. La plupart ont fait appel à de l’aide spécialisée : comptable, avocat, spécialiste en marketing, fournisseur, institution financière, ministère, CLD. Manishi Sagar (Groupe Kindersville) témoigne de l’avantage et de la nécessité de se faire aider par des professionnels et d’utiliser les ressources disponibles :

L’une des erreurs fréquentes chez les immigrants, c’est qu’au lieu d’aller chercher l’information auprès des professionnels et des organismes publics qui sont là pour les servir, ils se renseignent auprès d’amis qui souvent n’ont pas les bonnes réponses. Il faut procéder de manière scientifique en se basant sur les données obtenues auprès des conseillers économiques des gouvernements, des chambres de commerce et autres info entrepreneurs. Au besoin, il ne faut pas hésiter à recourir aux services d’un avocat, d’un fiscaliste, d’un banquier ou d’un comptable.

11Malgré toute cette aide spécialisée, il n’en reste pas moins que, pour les femmes, c’est peut-être l’aide de la famille qui est la plus précieuse. Plusieurs ont parlé de façon éloquente non seulement de leur conjoint et du support reçu de ce dernier, mais aussi des parents, des enfants et même d’une ex-belle-mère ! Nous citons ici Jocelyna Dubuc qui parle de son conjoint : « Gérard m’appuie complètement. Il croit en moi. Il n’est pas là pour mettre de l’ombre ».

Les ressources financières

  • 2 Sur ce plan, le montant investi par Manishi Sagar se rapproche de la moyenne d’investissement des (...)

12Les recherches sur les entrepreneures nous apprennent que ces dernières démarrent leur entreprise à l’aide de sources de financement personnelles plutôt que de recourir aux institutions financières. Si on exclut les cas de transfert familial et d’acquisition d’une entreprise existante, on constate, qu’en accord avec les écrits sur les entrepreneures, une seule des huit femmes ayant fondé son entreprise a fait appel à une institution financière pour le démarrage et, encore, son frère s’est porté garant pour elle, car « dans ce temps-là, nous, les femmes, on ne signait pas ». Le financement est plutôt venu principalement de leurs économies personnelles, aussi de la vente de biens ou d’une première entreprise. Certaines évoquent le bénévolat de l’entourage, des prêts, souvent sans intérêt, de la famille ou d’amis ou le montant d’une bourse. Deux mentionnent avoir obtenu des subventions gouvernementales. Une mise en garde s’impose : les économies personnelles ne sont pas nécessairement modestes. En arrivant au pays, Manishi Sagar et son conjoint ont investi 200 000 $ d’économies personnelles2 ! Mais, pour la plupart des femmes, il s’agissait de petits montants. Ce qui ne les empêche pas de se retrouver après plusieurs années à la tête d’une entreprise de taille intéressante. Par exemple, Francine Poulin, qui a débuté avec deux machines à coudre achetées par sa mère et 900 $ de tissu, est aujourd’hui actionnaire d’une entreprise dont le chiffre d’affaires dépasse 5 000 000 $.

Les défis

13Quels sont les défis auxquels les femmes ont dû faire face au cours de leur aventure entrepreneuriale ? Les femmes ont mentionné principalement des défis reliés au marché, ce qui rejoint la littérature sur les entrepreneurs en général. Ne dit-on pas que les défis reliés à la vente sont parmi les plus importants dans le processus de création d’une entreprise ? La moitié des femmes ont mentionné qu’aux débuts de l’entreprise, les défis majeurs qu’elles devaient relever étaient de convaincre, de gagner la confiance des clients, de bâtir leur réputation, de créer un besoin pour un produit encore inexistant et même, pour l’une d’entre elles, de percer le marché étranger dès le départ puisque le marché québécois était déjà saturé. Puis, sur le plan de la croissance et du développement de l’entreprise, la majorité a souligné les enjeux suivants : s’adapter au marché qui évolue très vite, suivre les nouvelles tendances, croître, mais elles ajoutent aussi souvent la nécessité de réaliser ces objectifs tout en conservant leur image, leur réputation, sans faire de compromis, que ce soit sur le plan de la qualité ou des valeurs. Marjolaine Castonguay (Pesca) précise : « Je me disais que notre réputation valait plus que tout au monde et qu’il fallait toujours travailler à la conserver. Parfois au risque de perdre un peu d’argent. » Pour Jocelyna Dubuc, assurer la qualité, l’image du service qu’elle avait développé était si important, le défi était tellement présent, qu’elle a senti le besoin de mettre sur pied une association provinciale de relais-santé pour ce faire.

14Si les femmes ont parlé beaucoup de développement de marché, cela ne signifie pas qu’elles n’ont pas invoqué le financement et ses défis. Sur cet aspect, si on exclut Mélanie Kau, qui a hérité d’une partie de l’entreprise familiale, elles sont quatre (parmi neuf) à avoir invoqué des difficultés liées au financement. Pour Rina Poirier-McGuire, si le financement de l’acquisition a été complexe, cependant, elle ne mentionne jamais avoir éprouvé des difficultés parce qu’elle était une femme. Jocelyna Dubuc, Céline Pilote et Manishi Sagar, elles, soulignent que leurs difficultés sont liées, jusqu’à un certain point, au fait qu’elles sont des femmes. Le projet de Jocelyna Dubuc a été retardé de deux ans, car elle a refusé que son conjoint se porte garant pour le prêt. Manishi Sagar nous dit : « … et c’est vrai, spécialement quand vous êtes un nouvel entrepreneur, et si vous êtes une nouvelle entrepreneure et que vous êtes une étrangère, et une femme de couleur, just forget it ! On n’obtient aucune collaboration de la part des banques. » Céline Pilote a fait jouer ses relations personnelles (une amie banquière) pour contourner le problème. Pour les autres, le financement semble avoir présenté moins de problèmes. Francine Poulin a trouvé normal qu’on exige que son conjoint se porte garant, ses connaissances financières et ses biens étant très limités au moment de ses premières démarches. Lyse Boivin-Matton n’a pas éprouvé de difficultés, mais elle mentionne qu’elle venait d’une famille qui avait de l’argent, ce qui aidait sûrement, selon elle. Nathalie Roy est en affaire avec son frère et c’est lui qui s’occupe des finances et qui a fait les démarches à la banque. Caroline Julien et Marjolaine Castonguay ont financé leur développement sur une base « projet », ce qui a permis de contourner en grande partie le recours aux institutions financières.

15En définitive, il est difficile d’affirmer que les témoignages appuient sans l’ombre d’un doute la thèse selon laquelle les entrepreneures connaissent de plus grandes difficultés de financement. Malgré tout, on ne peut conclure le contraire puisque le tiers des femmes disent avoir éprouvé des difficultés du fait qu’elles sont des femmes. En fait, nos résultats sont dans la continuité des écrits sur ce thème : il est difficile de conclure d’un côté comme de l’autre, car, dans la plupart des cas où il n’y a pas eu de problème, il y a toujours présence de facteurs atténuants.

16Du côté des défis liés non pas à l’entreprise, mais plutôt à la vie personnelle, mentionnons en premier lieu la conciliation travail-famille. Cette dernière est un enjeu de taille pour celles qui ont des enfants à charge, soit six femmes sur dix. Quatre d’entre elles ont beaucoup insisté sur cet aspect de leur vie. Elles ont dû déployer bien de l’imagination et de l’énergie pour jouer sur les deux tableaux, heureusement souvent avec l’aide du conjoint et du père, une collaboration étroite dont elles témoignent spontanément. Les entrepreneures apprécient d’ailleurs la présence et le soutien des hommes de leur entourage, leur conjoint, leur père ou un frère dont l’expertise est mise à leur service.

17Les deux femmes qui sont en affaires avec un ou des membres de leur famille ont aussi souligné les enjeux relatifs à l’équité et au maintien de l’harmonie familiale. Enfin, plusieurs femmes ont évoqué la confiance en soi. Certaines ont dit avoir eu à déployer des efforts pour la développer. D’autres ont insisté sur son importance pour les femmes afin de mener à bien leur projet.

Les stratégies

18Au sujet des stratégies mises en place, les femmes ont beaucoup insisté dans un premier temps sur les activités liées au développement des affaires. Beaucoup d’attention est portée au développement de nouveaux produits et à l’innovation. Les femmes ont cherché à se distinguer, à cibler des créneaux particuliers. C’est le cas de Marjolaine Castonguay, Jocelyna Dubuc, Caroline Julien, Manishi Sagar, Lyse Boivin-Matton et Céline Pilote. Même celles qui exploitent une entreprise dans des secteurs plus traditionnels se sont aussi distinguées : Francine Poulin, dans le vêtement, en misant sur la qualité, l’originalité du design et la ponctualité ; Mélanie Kau, dans le secteur du meuble, en adoptant un créneau spécifique et en s’associant avec un important manufacturier ; Nathalie Roy, dans le secteur du bois, en misant dès le départ sur l’exportation ; Rina Poirier-McGuire, dans le secteur des matériaux de construction, en développant de nouveaux produits qui lui ont fait gagner des prix. Le contrôle de la qualité est presque une obsession chez plusieurs d’entre elles : miser sur l’excellence, respecter les délais, obtenir une certification ISO, sacrifier la rentabilité si nécessaire.

19L’importance du client, de bien comprendre ses besoins, d’évaluer régulièrement sa satisfaction est souvent mentionnée. En fait, cette importance accordée au développement des affaires est sûrement un des facteurs explicatifs de leur succès. Elles ont aussi presque toutes adopté un développement graduel et laissé place à la patience. Elles ont accepté, parfois, de reculer pour mieux avancer. Elles ont fait, à l’occasion, un retour sur les échecs, qui a été propice à leur apprentissage. En ce sens, elles ne sont pas nécessairement différentes des entrepreneurs à succès. Plusieurs études ont montré que l’innovation et la qualité sont parmi les plus importants facteurs de réussite des PME. Soulignons tout de même que six femmes sur dix ont mentionné l’importance de gérer l’entreprise tout en respectant leurs valeurs personnelles, valeurs pour lesquelles elles sont prêtes à faire des compromis, sur le plan de la croissance, par exemple. Notre étude n’étant pas comparative, nous ne pouvons affirmer qu’il s’agit là d’une caractéristique féminine. Mais il vaut la peine de remarquer que le respect de ces valeurs ne s’est pas fait au détriment de la réussite.

20En ce qui a trait aux activités de la gestion proprement dite, la planification à long terme, la fixation d’objectifs sont des activités exercées par la majorité d’entre elles (sept femmes sur dix), de même que la rigueur budgétaire et la mise en place de systèmes d’information permettant de suivre la performance et de déterminer la rentabilité des activités. Ce constat ne surprend pas. N’a-t-on pas beaucoup parlé du contrôle exercé par les femmes, de leur gestion prudente ? Cela leur vient peut-être de leur habitude d’équilibrer le budget familial. Toutes n’avaient pas une formation en gestion au début, mais qu’importe, celles qui étaient au départ fascinées par un produit en sont venues à la gestion et celles qui étaient d’abord fascinées par la gestion se sont intéressées à de nouveaux produits de qualité, correspondant aux besoins d’une clientèle donnée.

21Sur le plan du financement de la croissance, si le réinvestissement des bénéfices est important et mentionné par plusieurs d’entre elles, toutes ont fait appel au financement institutionnel, que ce soit sous forme de marge de crédit, de prêt à terme ou de prêt hypothécaire. Aucune femme n’a utilisé sa marge de crédit personnelle pour financer la croissance de son entreprise. On constate ainsi une progression vers des formes plus classiques de financement par rapport à celles qui ont été utilisées au démarrage.

  • 3 En 2004, seulement 9 % des PME canadiennes détenues à égalité ou en majorité par des femmes utilis (...)

22Notons par ailleurs que si certaines femmes semblent avoir choisi de limiter la croissance pour que le réinvestissement des bénéfices soit suffisant et ainsi éviter de recourir au financement externe (c’est le cas, par exemple, de Marjolaine Castonguay), plusieurs ont accepté d’ouvrir leur capital, soit à un membre de la famille (Jocelyna Dubuc), à un ami (Céline Pilote) et même à des sociétés de capital risque (Francine Poulin et Rina Poirier-McGuire). Le cas de Francine Poulin vaut la peine d’être souligné, car le recours au capital de risque est peu fréquent chez les entrepreneures3.

23Quant à la gestion des ressources humaines, elle figure au premier plan de leurs préoccupations. Leur équipe est importante à leurs yeux. S’entourer de personnes compétentes, recruter les meilleures est évoqué par la presque totalité d’entre elles. Plusieurs accordent une grande place à la formation des employés et ceci, pour que le travail soit fait comme elles s’attendent à ce qu’il soit fait. Lyse Boivin-Matton, par exemple, a contribué à former des employées qui sont devenues des références nationales dans leur domaine. Elle accepte volontiers d’ajuster les horaires de travail pour respecter les heures de cours.

24Les femmes adoptent en grande partie une gestion collégiale qui favorise une véritable implication de tous leurs collaborateurs dans la prise de décision ou l’établissement des objectifs à long terme. Marjolaine Castonguay, par exemple, établit le plan d’affaires de son entreprise en étroite collaboration avec les professionnels qui travaillent avec elle, pour utiliser au maximum leurs compétences et permettre à l’entreprise de saisir les occasions.

25On sent, chez ces femmes, une grande préoccupation pour les personnes, un souci de leur fournir des emplois à la hauteur de leurs aspirations, des emplois de qualité, bien rémunérés. Elles font aussi preuve de souplesse à leur égard. Puisqu’elles ont été elles-mêmes productives hors des cadres habituels des bureaux, elles estiment que les employés qui le demandent, régulièrement ou à l’occasion, le seront autant qu’elles. Puisque, en tant que mères, elles ont trouvé le moyen d’abattre une somme de travail considérable, elles n’hésitent pas à promouvoir les mesures de conciliation travail-famille. Cette importance accordée aux personnes qui travaillent dans l’entreprise n’est-elle pas d’ailleurs la contrepartie de celle accordée aux clients, à leurs besoins et leur satisfaction ? Sur ce point, soit l’importance de l’équipe, de la gestion participative, les entrepreneures rencontrées semblent rejoindre les résultats des études menées sur le style de gestion des femmes.

26Les femmes ont utilisé les réseaux pour se faire connaître, pour recruter également. Si quelques-unes ont mis la pédale douce en ce qui a trait aux activités de réseautage surtout très tôt le matin ou en fin de journée, conciliation travail-famille oblige, plusieurs d’entre elles ont gagné des prix, histoire de se faire connaître et de gagner en crédibilité. Celles qui participent à ces concours ont souligné à quel point non seulement le fait de gagner, mais aussi l’exercice de monter son dossier, s’était révélé utile : cela permet de réfléchir à son parcours, de mieux définir ses objectifs, de voir où l’on a besoin de mettre le plus d’énergie possible. S’inscrire à des concours et gagner, c’est aussi faire jouer le réseau en quelque sorte.

27Les femmes ont également déployé des stratégies personnelles pour réussir leur projet d’entreprise. Elles sont nombreuses à avoir participé à des activités de formation continue de nature variée : en vente, en comptabilité, en droit, sur l’exportation, etc. Lyse Boivin-Matton est un exemple frappant de l’importance accordée à la formation de pointe, elle qui faisait le trajet Québec-Montréal par autobus, après avoir fermé la boutique et revenait à la maison en fin de soirée.

28Les femmes soulignent aussi le besoin de s’occuper d’elles-mêmes, pour reprendre l’expression de Jocelyna Dubuc, de « nourrir leur vie intérieure », d’équilibrer la place occupée par le travail et de se ménager du temps pour d’autres activités. La très grande majorité des femmes, sinon leur totalité, mentionnent également la persévérance, la persistance dans le travail dont elles ont dû faire preuve tout au long de leur parcours. Plusieurs parlent aussi de la nécessité de s’ouvrir aux autres, d’accepter de se faire aider, de consulter. Apprendre sur soi, sur la personne que l’on devient est un aspect de l’apprentissage qu’elles abordent spontanément.

La performance

29Et finalement, où les femmes se situent-elles sur le plan de la performance ? Dans un premier temps, soulignons d’emblée que, pour elles, la croissance semble un objectif important. Pas la croissance à n’importe quel prix puisqu’elles ont le souci d’assurer une situation financière saine et le respect des valeurs qui sous-tendent la mission de l’entreprise. Tout de même, quand on leur demande de se prononcer sur leur réussite, elles mentionnent toutes, entre autres, des résultats liés à la croissance de l’entreprise : augmentation du nombre d’établissements ou d’entreprises, du chiffre d’affaires ou du nombre d’employés (voir le Tableau 4.1). Il est donc difficile de les identifier aux entrepreneures qui, selon certaines études, n’ont pas le désir de voir croître leur entreprise. On serait plutôt tenté de les identifier aux « établies » de la typologie de Gagnon (2002), qui accordent à la prospérité de l’entreprise un intérêt certain.

30Elles sont fières de nous faire part du nombre d’employés qui travaillent dans leur entreprise. C’est leur contribution à la vie économique du Québec, contribution qui est loin d’être négligeable.

tableau 4 .1. Indicateurs de la taille de l’entreprise et durée de l’expérience entrepreneuriale

tableau 4 .1. Indicateurs de la taille de l’entreprise et durée de l’expérience entrepreneuriale

(1) Le chiffre d’affaires a triplé depuis son arrivée à la tête de l’entreprise.
(2) Inclut uniquement les données de Matériaux spécialisés Louiseville.
(3) 50 employés et 25 représentants.

31Le sentiment de réussite se décline par ailleurs sur un registre très étendu. Mélanie Kau insiste beaucoup sur la rentabilité, la performance financière. Pour elle, il est clair que la performance doit se manifester d’abord en ces termes. Lyse Boivin-Matton est fière d’être une pionnière, d’avoir réussi là où personne ne l’avait fait avant elle, de détenir le plus gros magasin d’alimentation naturelle du Québec. Pour Nathalie Roy, le fait que 75 % de sa production soit exportée dans plusieurs pays est un accomplissement. Caroline Julien, à la tête d’une jeune entreprise, retire une grande satisfaction du fait que 95 % des contrats qu’elle réalise sont directement reliés à la mission de l’entreprise. Rina Poirier-McGuire souligne le grand sentiment de réussite professionnelle qui l’habite maintenant. Manishi Sagar est fière d’avoir obtenu la certification ISO pour son réseau de garderies. Céline Pilote nous parle avec une pointe d’orgueil des nombreux prix obtenus. Si Cossette mène le bal au Québec, c’est Copilote qui a la place d’honneur en Ontario. Marjolaine Castonguay est très fière d’avoir rejoint une clientèle variée, non seulement gouvernementale, mais aussi privée. Jocelyna Dubuc fait maintenant partie du groupe des Destinations Spa, un club sélect qui ne comprend que 25 membres à travers le monde dont 3 au Canada. Francine Poulin mentionne avec fierté l’évolution des produits offerts, au départ des habits de ski, maintenant toute une variété de vêtements, pour les personnes travaillant à l’extérieur.

32En fait, on peut classer les facteurs de succès mentionnés, autres que ceux associés directement à la croissance, en quatre grandes catégories (voir Tableau 4.2). Les facteurs liés à la clientèle, à sa variété, au développement de produits nouveaux, reviennent le plus souvent ; ils sont suivis de ceux qui sont liés à la reconnaissance : qualité, certification, prix. Le sentiment de réussite professionnelle, d’être une pionnière, vient en troisième. Finalement, avoir fait ses preuves sur le plan de la rentabilité est mentionné expressément par une entrepreneure.

tableau 4. 2. Catégories de facteurs de succès identifiés par les femmes

Facteur de succès lié à

Nombre de femmes

Entrepreneures

La clientèle, sa variété et le développement de nouveaux produits

4/10

Caroline Julien
Marjolaine Castonguay
Nathalie Roy
Francine Poulin

La reconnaissance : certification de qualité, accréditation, prix

3/10

Manishi Sagar
Jocelyna Dubuc
Céline Pilote

Le sentiment de réussite professionnelle, d’être pionnière

2/10

Lyse Boivin-Matton
Rina Poirier-McGuire

La rentabilité

1/10

Mélanie Kau

33La présence de ces autres considérations qui ont trait à la performance ne nous surprend pas puisque la littérature sur l’entrepreunariat a, depuis longtemps, invoqué les motivations variées des femmes pour choisir ce champ d’activités. Ce que l’étude de ces cas nous dit, cependant, c’est que la présence de cette palette de motifs n’exclut pas, loin de là, le désir de croissance, le sentiment de devoir rentrer dans ses frais, de rester en affaires pour que le rêve se poursuive. Si le désir de croître n’était pas présent au départ, il s’est installé petit à petit et la volonté de rester, de durer, a pris racine. Tel que le dit Marjolaine Castonguay : « Ici, nous sommes condamnés à réussir. »

Notes

1 Voir la section intitulée : « L’apport spécifique de la recherche sur les entrepreneures ».

2 Sur ce plan, le montant investi par Manishi Sagar se rapproche de la moyenne d’investissement des entrepreneurs immigrants étudiées par de Filion, Menzies et al. (2002) qui s’élève à 157 000 $.

3 En 2004, seulement 9 % des PME canadiennes détenues à égalité ou en majorité par des femmes utilisaient le capital de risque comme source de financement (Statistique Canada, 2006).

Table des illustrations

Titre figure 4. 1. Profils de préparation – formation et expérience
Légende * Une candidate a été initiée jeune à l’entreprise familiale
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10093/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre tableau 4 .1. Indicateurs de la taille de l’entreprise et durée de l’expérience entrepreneuriale
Légende (1) Le chiffre d’affaires a triplé depuis son arrivée à la tête de l’entreprise.(2) Inclut uniquement les données de Matériaux spécialisés Louiseville.(3) 50 employés et 25 représentants.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10093/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 34k

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search