Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'entrepreneuriat féminin au Québec

 | 
Francine Richer
, 
Louise St-Cyr
, 
Nicole Beaudoin

2. L’apport spécifique de la recherche sur les entrepreneures

Texte intégral

1Puisque les femmes ont pris un certain temps à s’intégrer à la communauté des affaires, tant au Québec qu’ailleurs dans le monde, il va de soi que les chercheurs ont aussi mis du temps à s’intéresser à l’entrepreneuriat féminin. En fait, dans les écrits scientifiques, ce thème a dû attendre les années 1970 pour prendre une véritable ampleur. Le premier article véritablement consacré à ce sujet fut signé par Eleanor Schwartz, une avocate new-yorkaise qui travaillait pour le gouvernement fédéral américain. Son article, intitulé « Entrepreneurship : A New Female Frontier », fut publié par le Journal of Contemporary Business en 1976. À l’époque, écrire sur le thème de l’entrepreneuriat était déjà un exploit, même pour un homme (Greene, Hart et al., 2003), et même si quelques auteurs, considérés comme marginaux, s’étaient aventurés sur le sujet au cours des siècles précédents : Richard Cantillon, Jean-Baptiste Say, Joseph Alois Schumpeter, David McClelland (Filion, 1997).

2Depuis, l’entrepreneuriat comme champ de recherche s’est développé et plusieurs revues scientifiques, destinées à l’entrepreneuriat et aux petites et moyennes entreprises (PME), ont vu le jour, principalement en Amérique du Nord et en Europe. Les articles sur les entrepreneures y sont de plus en plus nombreux. Ces articles constituent, à n’en pas douter, une source de connaissances précieuses sur ce phénomène et tout ouvrage sur l’entrepreneuriat féminin se doit de consacrer une place à ces écrits.

3Plusieurs des recherches menées sur l’entrepreneuriat ont ceci de particulier qu’elles tentent d’offrir des recommandations utiles pour les entrepreneurs eux-mêmes – ces derniers sont reconnaissants que quelques secrets de réussite leur soient ainsi révélés – ou pour les responsables chargés d’élaborer des politiques de soutien à l’entrepreneuriat. On cherchera, par exemple, à déterminer les principaux obstacles auxquels font face les entrepreneurs de façon à leur fournir les moyens nécessaires pour les surmonter. On voudra ensuite déterminer les formes d’aides qui leur seront les plus utiles. Il s’en dégage une littérature fortement ancrée dans la pratique et qui s’appuie largement sur des observations recueillies sur le terrain.

  • 1 Traduction littérale de liberal feminism et de social feminism. La description de ces théories est (...)

4Bien que les recherches sur les entrepreneures n’échappent pas à ce phénomène et traduisent souvent des considérations pratiques, elles vont aussi, pour la plupart, dans le sens de l’affirmation des droits des femmes. Elles constituent donc, sur différents plans, des études féministes et s’inscrivent, implicitement tout au moins, dans le courant de deux grandes théories ou approches féministes : le féminisme libéral, d’une part, et le féminisme social1, d’autre part.

Les théories féministes

5Le féminisme libéral est issu de la philosophie politique libérale selon laquelle les êtres humains sont tous égaux, dotés de raison, et cherchent à satisfaire leurs intérêts personnels. Des différences psychologiques individuelles peuvent exister, mais la rationalité étant le pilier, l’essence de l’espèce humaine, tous les êtres humains ont le même potentiel. Le féminisme libéral a pour fondement l’idée que les femmes sont tout aussi capables de rationalité que les hommes et, en ce sens, tout aussi « humaines » qu’eux. Dès lors, les différences entre les réalisations et accomplissements des hommes et des femmes ne peuvent s’expliquer que par le fait que les femmes n’ont pas atteint leur plein potentiel ou que l’environnement n’a pas favorisé l’actualisation de ce potentiel. Elles seraient victimes de discrimination dans l’accès aux différentes ressources, qu’il s’agisse de formation ou de financement, par exemple. Selon cette théorie, au fur et à mesure que les femmes obtiendront un accès aux ressources et aux occasions équivalent à celui des hommes, les différences psychologiques devraient s’estomper. Cette évolution fera des êtres humains, hommes et femmes, des êtres androgynes.

6Pour le féminisme social, les différences entre hommes et femmes sont présentes dès les premiers instants de la vie, ce qui, fondamentalement, suscite autant de façons de percevoir et de concevoir le monde. Les hommes et les femmes ne sont donc pas identiques à l’origine et, par la suite, des expériences sociales différentes – le féminisme a largement puisé ses exemples dans le mode de socialisation spécifique des filles et des garçons – vont favoriser la création d’une rationalité propre à chacun des genres que l’on nomme « mode de connaissance ». Ni le mode de connaissance masculin, ni le mode de connaissance féminin ne sont supérieurs l’un par rapport à l’autre. Ici, l’androgynéité n’est ni possible ni souhaitable, car elle reviendrait à dénigrer le mode de connaissance des femmes, alors que celui-ci pourrait engendrer des comportements sociaux différents de ceux des hommes, mais tout aussi efficaces.

7Le féminisme libéral a pour objectif la suppression des formes de discrimination à l’encontre des femmes, alors que le féminisme social a plutôt tendance à souhaiter la reconnaissance d’une vision du monde féministe qui aurait sa place parallèlement à une conception masculine du monde. Implicitement ou explicitement (et le plus souvent implicitement), les études se positionnent par rapport à l’une ou l’autre de ces théories suivant le type de variables incluses (Watson, 2002). La plupart des recherches qui mettent l’accent sur l’identification des défis particuliers aux entrepreneures et qui tentent de fournir des pistes pour y faire face rejoignent les hypothèses du féminisme libéral. Comme le font celles qui tentent d’expliquer les différences de performance entre les entreprises gérées par les hommes et par les femmes à partir de la formation ou de l’expérience. Par contre, les recherches qui s’intéressent au style de gestion particulier des femmes se situent plutôt dans le courant du féminisme social. Il en est de même de celles qui s’attachent à la conception que les femmes ont de la performance et qui, pour mesurer cette performance, utilisent leurs propres critères et non les critères traditionnellement associés aux entrepreneurs en général.

8La distinction entre féminisme libéral et féminisme radical, qui sous-tend toute la littérature en entrepreneuriat féminin, n’est pas futile. La perspective du féminisme social, par exemple, vient renforcer la nécessité d’intégrer dans l’évolution du savoir l’expérience des entrepreneures. Cette distinction prendra aussi toute son importance dans le cadre de recherches qui mènent éventuellement à des énoncés de politique. Les actions de soutien à l’entrepreneuriat féminin différeront selon que l’on pense que les résultats de recherche découlent d’une situation temporaire qui se résorbera avec le temps ou de différences fondamentales qui subsisteront.

Les grands thèmes de la recherche sur les entrepreneures

9Au-delà de ce rapprochement avec les théories féministes, on peut classer les écrits sur l’entrepreneuriat féminin en deux grandes catégories. Dans la première, se retrouvent toutes les études de type descriptif qui ont cherché et cherchent encore à mesurer l’ampleur du phénomène et à présenter les caractéristiques des entrepreneures et de leur entreprise. La deuxième regroupe les recherches qui mettent plutôt l’accent sur la compréhension de cette réalité : motivations et attitudes des entrepreneures, profils qui s’en dégagent, styles de gestion, défis et performance des entreprises. Dans les pages qui suivent, nous présenterons un bref survol de ces écrits qui respecte ces divisions. Bien sûr, pour connaître et comprendre les entrepreneures, l’ensemble de la littérature sur les entrepreneurs, qu’il s’agisse d’hommes ou de femmes, est pertinent. L’objectif ici n’est pas de présenter un tour d’horizon complet de tous ces écrits. Ce qui ne signifie pas pour autant que nous nions leur pertinence. Nous souhaitons, dans ce chapitre, faire ressortir les grandes tendances de la recherche réalisée sur les entrepreneures depuis le début des années 1980, de façon à permettre aux lecteurs de mettre en perspective les cas qui suivent et qui sont au cœur de cet ouvrage.

Reconnaître les entrepreneures

  • 2 Ce chiffre est tiré de l’Enquête sur la population active (EPA), réalisée sur une base régulière pa (...)

10Si l’entrepreneuriat féminin est peu présent dans les écrits scientifiques et professionnels des années 1980, cela tient sûrement au fait que les femmes étaient relativement peu nombreuses à exercer alors ce métier. Selon les données de l’Enquête sur la population active (EPA), elles n’étaient que 84 000 au Québec en 19862. Leur nombre n’a cessé de croître depuis, tel qu’en témoigne le Tableau 2.1 et ce, à un taux de croissance largement supérieur à celui des hommes.

tableau 2. 1. Croissance des entrepreneurs au Québec

1986

1996

2005

Croissance 1986-2005

Entrepreneures

84 000

143 900

169 400

102 %

Entrepreneurs

261 700

310 000

330 600

26 %

Total

345 700

453 900

500 000

45 %

11Le constat est le même pour les entrepreneures qui sont employeures (sous-catégorie des travailleuses indépendantes), tel que le montre le Tableau 2.2.

tableau 2. 2. Croissance des employeurs au Québec

1986

1996

2005

Croissance 1986-2005

Entrepreneures employeures

24 100

34 700

47 500

97 %

Entrepreneurs employeurs

145 500

146 700

144 600

0 %

Total

169 600

181 400

192 100

13 %

  • 3 Sur le total des entrepreneurs du Québec recensés dans cette enquête, 19 % étaient des femmes propr (...)

12En conséquence du rythme de croissance supérieur des entrepreneures, leur proportion par rapport au total des entrepreneurs croissait de beaucoup sur la même période, de 24 à 34 % (voir Figure 2.1). De plus, d’après une enquête menée par Statistique Canada sur le financement des PME en 2004 (Statistique Canada, 2006), plus de la moitié de ces femmes étaient propriétaires majoritaires (détenant plus de 50 % des titres de propriété) de leur entreprise3.

  • 4 Les lacunes dans la disponibilité des données sur les entrepreneures ont été soulignées à maintes r (...)
  • 5 Parmi les pays européens, notons l’Allemagne, la Hongrie, les Pays-Bas, la Finlande, la France, l’A (...)

13Il faut mentionner que le Québec ne constitue pas une exception. Un examen des données canadiennes montre sensiblement le même portait, tant en ce qui a trait aux taux de croissance de la population féminine d’entrepreneurs que sur le plan de la proportion des entrepreneures par rapport au total. Un phénomène similaire est constaté aux États-Unis où, de 1997 à 2002, le nombre de femmes propriétaires d’entreprise croissait au rythme de 20 %, soit le double de celui de la moyenne nationale des États-Unis, toutes entreprises confondues (U.S. Census Bureau, 2006). Enfin, dans une majorité de pays pour lesquels les données sont disponibles4 – pays européens5, Australie, Nouvelle-Zélande, Indonésie, Corée et Mexique –, la proportion de femmes chefs d’entreprise travaillant à leur compte frôlait ou dépassait les 30 % en 2002 (OCDE, 2004).

  • 6 GEM est un consortium international regroupant des chercheurs d’une trentaine d’universités. Cette (...)
  • 7 Le rapport GEM traite également depuis peu des entreprises établies (c’est-à-dire versant des salai (...)
  • 8 C’est le cas de la Chine, où l’on constate un TEA de 11,82 % chez les hommes et un taux de 11,60 % (...)

14L’étude publiée par le Global Entrepreneurship Monitor (GEM6) en 2005 nous amène cependant à nuancer les statistiques précédentes. Réalisée à intervalles réguliers et couvrant 35 pays en 2005, cette étude porte sur près de 107 000 individus et prend en compte le genre des répondants. Une des spécificités du GEM est de déterminer le taux d’activité entrepreneuriale (TEA), c’est-à-dire le pourcentage d’adultes qui, parmi la population, en est au début de l’aventure entrepreneuriale (à la tête d’entreprises naissantes ou nouvelles : des entreprises en création ou qui paient des salaires depuis moins de 42 mois)7. Selon ce rapport, en 2005, dans 33 des 35 pays examinés, le TEA des hommes est plus élevé que celui des femmes. De plus, bien que, dans certains pays, l’écart entre le TEA des hommes et des femmes soit très faible8, ce n’est pas le cas au Canada. En 2005, dans l’ensemble de la population, seulement 10,95 % des femmes (contre 23,93 % des hommes) y détenaient des entreprises naissantes et nouvelles. On constate donc un écart encore important entre les femmes et les hommes, même si ces statistiques prennent en compte des entrepreneurs en affaires depuis 42 mois et moins (Minniti, Allen et Langowitz, 2006).

Les caractéristiques des femmes entrepreneures

15L’enquête sur la population active, de laquelle sont dérivées les statistiques précédentes sur le nombre des entrepreneures, fournit très peu de données sur les entreprises détenues par les femmes. Parmi celles qui sont disponibles et qui permettent d’établir un profil des entrepreneures, mentionnons la répartition des entrepreneures selon l’âge et le secteur d’activité. Pour obtenir davantage d’information sur ces femmes et leur entreprise, il faut recourir à des enquêtes ponctuelles, menées à intervalles variés, auprès de populations parfois très spécifiques. Bien sûr, il devient difficile de généraliser à partir de ces études. Néanmoins, à certains égards, la convergence des résultats est importante au travers des échantillons, ce qui tend à confirmer certaines tendances.

16Nous présentons ici certaines caractéristiques descriptives des entrepreneures québécoises dérivées de trois études menées au Québec à des périodes variées. La première étude, de Lee-Gosselin et Grisé (1990), a été réalisée dans la région de Québec auprès de 400 entrepreneures sélectionnées au hasard dans le registre des entreprises de la région. La recherche de St-Cyr (2001) a été menée en 2001 auprès de 308 femmes de toutes les régions du Québec identifiées à l’aide des responsables des centres locaux de développement (CLD) établis dans la province. Les données tirées de celles de Filion (Borges, Simard et Filion, 2005) proviennent d’une recherche réalisée en 2005 auprès de 201 entrepreneurs, dont 28 femmes. Les participants à cette étude, recrutés également dans toutes les régions du Québec et identifiés à l’aide des responsables de CLD, devaient avoir créé une entreprise entre 1999 et 2004. Cette entreprise devait être encore active au moment de l’enquête.

17Le Tableau 2.3 compare les caractéristiques des femmes et de leur entreprise selon chacune des trois études. On y constate une forte présence de femmes de plus de 30 ans. Par exemple, dans l’étude de St-Cyr, l’âge moyen des femmes est de 44 ans et celui des entreprises est de 10 ans. En moyenne donc, les femmes auraient créé leur entreprise vers l’âge de 34 ans. Ce constat tend à confirmer que plusieurs femmes viennent à l’entrepreneuriat, non pas à un très jeune âge, mais plus tard, soit au moment où elles ont des enfants (l’entrepreneuriat faciliterait alors la conciliation travail-famille) ou quand les responsabilités familiales leur laissent un peu plus de temps (Hughes, 2006). En comparaison, les femmes de l’étude de Filion ont créé leur entreprise à un plus jeune âge (48 % avaient moins de 34 ans). Le fait que l’étude soit plus récente peut expliquer ce fait, les jeunes filles étant exposées davantage à l’entrepreneuriat de nos jours, souvent dès les études secondaires. La formation scolaire des femmes est élevée dans les études de St-Cyr et de Filion puisque plus de 60 % d’entre elles ont terminé des études postsecondaires. Les femmes sont un peu moins scolarisées dans l’étude de Lee-Gosselin, mais, encore une fois, on peut penser que les 10 à 15 années qui séparent cette recherche des deux autres expliquent, en partie du moins, cette différence.

18Si la plupart des femmes avaient acquis de l’expérience sur le marché du travail avant de venir à l’entrepreneuriat, une partie importante d’entre elles n’avait aucune expérience dans le secteur d’activité de leur entreprise. Cette caractéristique se retrouve dans plusieurs études sur les entrepreneures. Par exemple, selon une étude irlandaise (Cromie et Birley, 1992), les femmes ont eu moins souvent que les hommes l’occasion d’acquérir de l’expérience en créant ou en gérant une entreprise. Fischer, Reuber et Dyke (1993) notent elles aussi que les femmes ont moins d’expérience préalable que les hommes. Ayant passé plus d’années à superviser et à diriger des employés, ces derniers ont acquis davantage d’expérience dans des entreprises similaires à celle qu’ils créent et ont participé à un plus grand nombre de créations d’entreprise. Au cours de son étude sur l’entrepreneuriat dans la région de Vancouver, Cliff (1998) a constaté que 57 % des entrepreneurs de son échantillon avaient déjà possédé une entreprise, seuls ou avec un partenaire, alors que ce n’était le cas que pour 30 % des entrepreneures. Même constat dans l’étude de Menzies, Diochon et Gasse (2004) réalisée auprès de 144 entrepreneurs canadiens, dont 52 femmes : 71 % des hommes interrogés avaient une expérience préalable en entrepreneuriat contre 46 % des femmes. Dans le cas de l’étude de Borges, Simard et Filion (2005), qui fournit aussi des données comparatives, 64 % des femmes n’ont aucune expérience en entrepreneuriat contre 50 % des hommes.

tableau 2. 3. Comparaison des caractéristiques des femmes et de leur entreprise selon trois études québécoises

Lee-Gosselin et Grisé (1990)
400 femmes de la région de Québec

St-Cyr (2001) 308 femmes des 17 régions administratives du Québec

Borges, Simard et Filion (2005)
28 femmes des 17 régions administratives du Québec

Caractéristiques des entrepreneures

Âge

31-45 ans : plus de 50 %

31-40 ans : 36 %,
41-50 ans : 34 %
Moyenne de 44 ans

25-34 ans : 48 %

Formation scolaire

Moyenne de 12 années d’études

Formation postsecondaire : 62 %
Formation universitaire : 37 %

Formation postsecondaire : 71 %
Formation universitaire : 29 %

Expérience antérieure

Expérience de travail : 75 %

Expérience de travail : 94 %
En lien avec l’entreprise : 43 %

Expérience de travail : moyenne de 16 ans

Enfants

Moyenne de 2,4 enfants

Moyenne de 2 enfants

n.d.

Caractéristiques des entreprises

Secteur d’activités

Majorité dans les services

Fabrication : 71 %
Services : 29 %

Fabrication : 32 %
Services : 61 %

Âge de l’entreprise

40 % ont moins de 5 ans

40 % ont moins de 5 ans
Moyenne de 10 ans

Moins de 5 ans

Statut de propriété

44 % sont propriétaires uniques

45 % sont propriétaires uniques

37 % sont propriétaires uniques

Chiffre d’affaires

n.d.

Moins de 1 M $ : 64 %
Moyenne de 1 186 210 $

Entre 250-500 000 $ : 50 %
Moyenne de 600 000 $

Nombre d’employés

n.d.

Moins de 5 : 46 %

Moyenne de 6

n.d. : données non disponibles

19On peut relever une seule note quelque peu discordante dans cet ensemble de données plutôt cohérentes : dans leur étude menée auprès de 250 entrepreneurs du Québec œuvrant dans le secteur manufacturier (125 femmes et 125 hommes), St-Cyr, Audet et al. (2002) constatent que 68 % des femmes n’avaient aucune expérience en gestion avant de se lancer en affaires comparativement à 63 % chez les hommes. Cette similitude entre les taux rapportés par les hommes et les femmes vient peut-être du fait que les hommes et les femmes étaient tous les deux actifs dans le secteur manufacturier.

Les caractéristiques des entreprises des femmes

  • 9 Voir, entre autres, les études recensées par Carter, Anderson et Shaw (2001) de même que les nombre (...)
  • 10 Les centres locaux de développement, qui ont aidé à l’identification des participantes à l’étude, s (...)

20Quant aux caractéristiques des entreprises, le Québec ne fait pas exception au constat qui se dégage de la très grande majorité des études réalisées dans le monde9 sur ce thème : une forte proportion de femmes se retrouve dans le secteur des services : plus de 60 % dans l’étude de Filion. L’étude de St-Cyr (2001) présente des résultats différents, mais cette divergence peut sans doute s’expliquer par la spécificité de l’échantillonnage10. D’ailleurs, la répartition des travailleuses indépendantes employeures du Québec par secteur d’activité (selon l’EPA en 2005) ne laisse planer aucun doute sur la prédominance du secteur des services dans les activités des entrepreneures du Québec, surtout si on la compare à celles des travailleurs indépendants/employeurs (voir Figure 2.2). Il vaut tout de même la peine de noter qu’une proportion importante des hommes se retrouve aussi dans le secteur des services et du commerce (45 % dans les services et 22 % dans le commerce).

21En ce qui a trait au statut de propriété, nous constatons qu’une proportion importante des entrepreneures sont propriétaires uniques. Malgré tout, plus de 50 % d’entre elles ont des partenaires en affaires. Dans leur étude comparative, St-Cyr, Audet et al. (2002) ont trouvé que les hommes, lorsqu’ils ont des partenaires en affaires, ont davantage tendance que les femmes à s’associer à des partenaires de même sexe pour diriger l’entreprise. Quant à la taille des entreprises, les résultats des trois études corroborent les écrits sur les entrepreneures : elles sont à la tête de petites entreprises, plus petites en moyenne que celles des hommes (Watson, 2003 ; Carter, Anderson et Shaw, 2001 ; OCDE, 2000).

Comprendre les entrepreneures

  • 11 Il existe plusieurs versions de ce modèle. Voir, par exemple, Barney (1991) ou Cooper et Gimeno-Gas (...)

22Si les recherches qui permettent de mieux connaître les entrepreneures ont toutes leur importance, celles qui s’appliquent à comprendre leurs motivations, leurs styles de gestion, les défis auxquels elles font face et la performance de leurs entreprises en ont une encore plus grande. Une meilleure connaissance de chacune de ces variables prises individuellement présente certainement un intérêt et, très tôt dans la littérature, les différentes études menées sur les entrepreneures ont fourni une information précieuse à cet égard. De plus, depuis les années 1990, plusieurs chercheurs ont tenté de souligner les liens qui existent entre ces variables. Ils ont souhaité, entre autres, répondre aux questions suivantes : la performance de l’entreprise peut-elle être expliquée par le niveau d’instruction des femmes, leur expérience préalable ou les raisons qui les motivent à choisir l’entrepreneuriat ? Pour illustrer notre propos, il est intéressant de jeter un coup d’œil au modèle basé sur les ressources de Lerner et Almor (2002), qui est fréquemment utilisé pour les petites entreprises. Ce modèle, bien connu en management, constitue non seulement un exemple de cette tentative de relier les variables entre elles, mais il permet également de saisir la finalité des recherches menées sur chacune des variables. La Figure 2.3 en présente une variante11.

figure 2. 3. Évaluation des ressources à la base d’un projet entrepreneurial

figure 2. 3. Évaluation des ressources à la base d’un projet entrepreneurial

Source : Lerner et Almor (2002)

23Le but ultime du modèle est l’explication de la performance des entreprises. Pour arriver à cet objectif, il tient compte non seulement des habiletés et des compétences individuelles des entrepreneures, mais aussi de leur perception de l’environnement d’affaires, des ressources disponibles, de leur expérience préalable, de la qualité de leur planification stratégique et des effets que chacun de ces éléments exerce sur l’autre. Par exemple, l’expérience préalable de l’entrepreneure en démarrage d’entreprise aura une incidence sur ses habiletés entrepreneuriales, son style de gestion et la qualité de sa planification stratégique. À leur tour, les habiletés entrepreneuriales, le style de gestion, la planification stratégique et les ressources à la disposition de l’entrepreneure exerceront une influence sur la performance de son entreprise. L’explication des facteurs agissant sur la performance mérite d’être prise en compte, surtout dans le contexte de recherches visant l’établissement de politiques pour aider les entrepreneures.

24Dans sa construction, la prochaine section tient compte de ce modèle. Nous décrivons d’abord les résultats de recherches menées sur chacun des thèmes suivants, pris individuellement : motivations et profils, compétences, styles de gestion, défis. Nous terminons avec les études réalisées sur la performance, études qui tentent d’intégrer, à des degrés divers, les variables entre elles.

Motivations et typologies

  • 12 Les études sur les motivations des entrepreneures étant nombreuses, il n’est pas possible, dans le (...)

25Les motivations des femmes pour l’entrepreneuriat ont fait l’objet de nombreuses recherches depuis le début des années 1980 et les raisons qu’elles invoquent pour se lancer en affaires ont peu changé au cours des années12. En 1986, par exemple, à partir d’une étude réalisée auprès de 154 entrepreneures de l’État de Géorgie, Scott (1986) répertoriait les motivations suivantes : être son propre patron, relever des défis, pouvoir augmenter ses revenus et avoir un travail intéressant. Douze ans plus tard, une étude menée au Canada (Ratté, 1999) identifiait des motifs semblables : la satisfaction de mettre sur pied et de voir croître une entreprise, être son propre patron, relever des défis et créer son emploi. Ajoutons à cette liste deux autres raisons souvent citées : la plus grande flexibilité dans les horaires facilitant la conciliation famille-travail (Stevensen, 1986 ; Lee-Gosselin et Grisé, 1990 ; Hughes, 2006) et l’existence du « plafond de verre » dont la présence limite l’ascension des femmes au sein des organisations (Buttner et Moore, 1997). L’existence de ce plafond de verre serait d’ailleurs un des motifs expliquant que les femmes viennent à l’entrepreneuriat assez tard dans leur vie.

  • 13 Soulignons que cette classification est largement utilisée dans les recherches sur les entrepreneur (...)
  • 14 On pourrait le nommer aussi le ratio pull/push.

26L’examen des motivations des entrepreneures a amené les chercheurs à les classer en deux catégories : les motivées pull et les motivées push13. On retrouve, dans la première catégorie, les entrepreneures mues par le désir de profiter d’une bonne occasion d’affaires, qui ont d’autres choix professionnels et pour qui l’entrepreneuriat est un choix (attirées par l’entrepreneuriat – facteurs pull). Dans l’autre, se retrouvent celles qui ont fait ce choix par nécessité : elles veulent sortir du chômage ou sont profondément insatisfaites de leur emploi et n’ont d’autre possibilité que de créer cette entreprise pour créer leur emploi (poussées à l’entrepreneuriat – facteurs push). Dans l’ensemble, un plus grand nombre de femmes semblent de type pull quoique cela puisse varier selon la vigueur de l’économie (Hughes, 2006). Le rapport 2005 du Global Entrepreneurship Monitor qui porte sur les entrepreneures (Minniti, Allen et Langowitz, 2006) souligne également que la perception de l’entrepreneuriat comme une opportunité domine chez les entrepreneures, comme chez les hommes d’ailleurs, et ce, dans les 35 pays qui participent à cette étude. De plus, le ratio opportunité/nécessité14 est significativement plus élevé dans les pays à revenus élevés que dans les pays à revenus moyens, et cet effet est même amplifié chez les entrepreneures.

  • 15 Étude réalisée en 2000 à partir de données obtenues par Statistique Canada auprès d’environ 3 000 t (...)

27Une étude récente de Hughes (2006), menée au Canada15, confirme les études antérieures : les femmes choisissent l’entrepreneuriat majoritairement pour des raisons de type pull (53 %). Cette recherche est particulièrement intéressante puisqu’elle ajoute une troisième catégorie de motifs aux deux catégories pull/push, soit celle des femmes ayant choisi l’entrepreneuriat pour concilier le travail et la famille. En tout, 25 % des femmes invoquent spécifiquement ce motif. Les facteurs push suivent de près à 22 %. Par comparaison, les hommes sont plus nombreux à invoquer des facteurs pull (71 %), mais seulement 7 % d’entre eux invoquent la conciliation travail-famille. Les facteurs push sont à égalité avec ceux des femmes à 22 %.

28L’examen des motivations montre bien que toutes les entrepreneures ne sont pas les mêmes. En fait, il vaudrait mieux parler des entrepreneures plutôt que de la femme entrepreneure. En s’appuyant sur les motivations et certaines caractéristiques de ces femmes, les auteurs ont d’ailleurs tenté de dresser des typologies d’entrepreneures (Goffee et Scase, 1985 ; Cromie et Hayes, 1988 ; Lavoie, 1988 ; Carter et Cannon, 1992). À partir de ces classifications, Gagnon (2002) dégage trois profils : l’entrepreneure établie, la dualiste et la domestique.

29L’entrepreneure établie est scolarisée et expérimentée. Elle exerce ses activités dans des secteurs plutôt traditionnels, et la prospérité de l’entreprise est au centre de ses intérêts. Elle a dû faire face au phénomène du « plafond de verre ». Elle est carriériste, c’est-à-dire que l’entrepreneuriat est vu comme un moyen de se dépasser. La dualiste voit plutôt l’entrepreneuriat comme un moyen de concilier le travail et la famille et de gagner sa vie. L’autonomie et l’accomplissement sont tout de même des motivations importantes. Elle exerce ses activités dans des secteurs traditionnellement féminins. Pour sa part, l’entrepreneure domestique place la famille au premier plan et choisit l’entrepreneuriat pour sa satisfaction personnelle. Elle évolue dans des secteurs typiquement féminins.

30Bien que cette typologie ne prenne pas en compte l’entrepreneuriat de nécessité, elle permet d’expliquer quelques-unes des contradictions émergeant de certaines recherches. Par exemple, des études comparatives hommes-femmes ont avancé que le désir de gagner de l’argent, de voir croître son entreprise était moins fort chez les femmes (Gregg, 1985 ; Cliffe, 1998 ; Orser, 2002). D’autres auteurs ont réfuté cette affirmation et souligné plutôt que les entrepreneures avaient des objectifs de rentabilité et de croissance tout aussi forts que ceux des hommes (Moore et Buttner, 1997 ; Brush, Carter et al., 2001 ; Minniti, Allen et Langowitz, 2006). On pourrait arguer que, dans les premières études, les femmes sont plutôt domestiques ou même dualistes alors que, dans les secondes, elles sont des entrepreneures établies. Cette discussion permet de visualiser l’importance que prendra la considération des motivations à l’entrepreneuriat dans les études sur la performance des entreprises des femmes.

Compétences

31Qu’en est-il des compétences des entrepreneures ? Entre 1980 et 1990, aux États-Unis, les résultats de quelques recherches menées sur la perception qu’avaient les femmes de leurs compétences concordaient sur un fait : en moyenne, les femmes, lorsqu’elles évaluaient leurs compétences, s’attribuaient des notes moins élevées que celles que s’accordaient les hommes, surtout lorsqu’il s’agissait des connaissances financières (Brush, 1992 ; Chaganti, 1986). D’autres allaient plus loin et notaient que les entrepreneures américaines se percevaient comme manquant de compétences en finance, en marketing et en planification (Hisrich et Brush, 1984).

32Quant aux études réalisées sur les facteurs contribuant à la compétence des entrepreneures, elles tendaient aussi à défavoriser les femmes par rapport aux hommes. Hisrich et Brush (1983) avaient trouvé que les entrepreneures détenaient plutôt des diplômes en liberal arts et manquaient donc de compétences en management et en finance. Plus généralement, les entrepreneures manquaient de compétences techniques, en administration ou en ingénierie par exemple (Honing-Haftel et Martin, 1986). Au Canada, dans une étude plus récente sur l’entrepreunariat réalisée dans la région de Vancouver, 23 % des hommes détenaient un diplôme en administration et seulement 9 % des femmes (Cliff, 1998). Encore plus récemment, l’étude de Filion (Borges, Simard et Filion, 2005) faisait ressortir que, si les entrepreneures étaient maintenant assez nombreuses à détenir une formation en administration (36 % des femmes, à égalité avec les hommes), cette formation était cependant moins souvent spécialisée en marketing et en vente. Il en était de même de la nature de l’expérience préalable. Cette dernière constatation était jugée préoccupante par les auteurs, étant donné l’importance de la fonction marketing dans le démarrage et le succès d’une entreprise.

Styles de gestion

  • 16 En anglais : humanistic.

33Plusieurs études ont aussi cherché à qualifier le style de gestion des entrepreneures. Les femmes géreraient d’une façon plus féminine (Chaganti, 1986, Hisrich et Brush, 1984), informelle (Cuba, Decenzo et Anish, 1983) et participative (Bowen et Hisrich, 1986 ; Brush, 1992 ; Neider, 1987 ; Wells, 1998). Elles seraient plus orientées vers les personnes que vers les coûts (Sheppard, 1992) et se baseraient moins sur la dominance (Wells, 1998). Elles auraient un style de direction « transformationnel », un style qui fait évoluer les subordonnés, qui leur accorde une plus grande autonomie, qui laisse une plus large place à l’initiative de chacun (Wong-Ming et Sullivan, 1999). Les femmes accorderaient aussi une grande importance à la qualité (Wells, 1998). Les entrepreneures se percevraient, à leur tour, comme plus humanistes16 (Sheppard, 1992) et se diraient plus habiles dans les relations interpersonnelles (Neider, 1987), ce qui confirme les résultats précédents.

34Une recherche menée en 1995 indique que les femmes sont aussi efficaces que les hommes sur le plan de la gestion (Eagly, Karau et Makhijani, 2005). Cependant, quelques différences subsisteraient tout de même : les femmes seraient des leaders plus efficaces que les hommes dans des rôles faisant appel à la coopération, considérée comme un talent féminin, grâce à leurs habiletés en relations interpersonnelles, et les hommes seraient plus efficaces dans les tâches dites masculines, qui font appel aux capacités de contrôle et de direction des personnes. Ces caractéristiques d’un style de gestion féminin s’expriment chez les femmes qui occupent des postes de direction mettant l’accent sur des communications ouvertes et une prise de décision participative (Brush, 1992 ; Helgesen, 1990). En terminant, notons tout de même que bien que le style de gestion typiquement féminin soit invoqué régulièrement dans la littérature, « certaines études empiriques n’ont pas confirmé cette hypothèse » (Carter, Anderson et Shaw, 2001, dans Borges, Simard et Filion, 2005, p. 9).

35Plusieurs auteurs ont également examiné la fréquentation des réseaux par les femmes, ce qui, hors de tout doute, constitue une caractéristique de leur façon de gérer leur entreprise. Les auteurs s’entendent pour affirmer « que les femmes ont tendance à se regrouper dans des réseaux féminins, tout comme les hommes, d’ailleurs » (Lambrecht, Pirnay et al., 2003, dans Carrier, Julien et Menvielle, 2006, p. 42). Des recherches menées à la fois au Québec (St-Cyr et Gagnon, 2004) et en Belgique (Cornet, Constantidinis et Asendei, 2004) ont aussi montré que les femmes ont tendance à sous-utiliser les réseaux, soit par manque de temps, soit par manque d’intérêt.

  • 17 Selon la théorie moderne du portefeuille, les travaux de plusieurs chercheurs, entre autres, sur le (...)

36Quant à l’aversion pour le risque des femmes, ce qui influencera inévitablement leur prise de décision, on constate une grande cohérence dans les résultats des études, qu’elles soient générales ou reliées à l’entrepreneuriat : l’aversion pour le risque des femmes semble toujours supérieure à celle des hommes (Powell et Ansic, 1997). Par exemple, en étudiant 105 entrepreneures et un nombre identique d’entrepreneurs ayant les mêmes caractéristiques, l’étude de Sexton et Bowman-Upton (1990) a montré que les femmes obtiennent significativement des scores plus faibles sur des traits reliés à la prise de risque. Les stratégies qu’elles adoptent viseraient à éviter le pire, afin de gagner en sécurité. Comme il est largement établi en finance que le rendement réalisé17 dépend du niveau de risque supporté, on comprend que cette caractéristique peut éventuellement avoir une influence sur la performance des entreprises dirigées par les femmes.

Accès au financement : enjeu majeur du processus

37Dans leur recension des écrits, Carter, Anderson et Shaw (2001) ont relevé qu’au cours du processus de création d’entreprise, l’accès aux ressources est plus difficile pour les femmes que pour les hommes. Parmi l’ensemble des ressources auxquelles les femmes doivent avoir recours dans le cadre du processus entrepreneurial (par ex. : formation, information, financement, services d’aide et réseaux d’affaires), l’accès au financement est certainement la dimension ayant fait l’objet du plus grand nombre de recherches. Cette importance accordée au financement s’explique aisément puisque toute la question de l’accès aux capitaux est fondamentale en entrepreneuriat. Il est, en effet, impossible d’imaginer qu’une entreprise puisse fonctionner et progresser normalement sans un accès adéquat au financement. Les capitaux sont nécessaires non seulement à la survie de l’entreprise, mais également à sa performance, que l’on définisse cette dernière en termes de croissance ou de rentabilité. En se référant au modèle basé sur les ressources, on constate facilement que le financement constitue une des ressources essentielles à la performance. En fait, sans financement adéquat, pas de performance et, sans performance… pas de financement, alors qu’un financement disponible en quantité suffisante influe sur la performance, et qui dit performance, dit accès au financement. Vaut mieux être dans le cercle vertueux que dans le cercle vicieux… On comprend que l’accès au financement fasse couler autant d’encre et ce, depuis si longtemps.

38À cet égard, la question principale que les chercheurs se sont posée (et continuent de se poser) est la suivante : l’accès au financement est-il plus restreint pour les femmes ? La réponse se décline en deux temps : d’abord, les faits ; ensuite, les perceptions de la situation par les femmes elles-mêmes.

Les faits sur l’accès au financement

  • 18 Ceci, lorsque les techniques d’analyse de données contrôlent certains facteurs tels la taille des e (...)

39La plupart des études sur le financement des entreprises concluent que les femmes font moins appel au financement institutionnel que les hommes (Fielden, Davidson et al., 2003 ; Cavalluzzo, Cavlaluzzo et Wolken, 2002 ; Coleman, 2000 ; Haynes et Haynes, 1999 ; Thompson et Lightstone, 1998 ; Belcourt, Burke et Lee-Gosselin, 1991 ; Lavoie, 1988 ; Hisrich et Brush, 1986). Ce phénomène pourrait s’expliquer de plusieurs façons : une gestion plus prudente et une plus grande aversion pour le risque (Kozmetsky, 1989 ; Hisrich et Brush, 1986), des besoins moindres, justifiés par une taille plus petite et un rythme de croissance moins rapide de leurs entreprises, des aptitudes de gestion différentes et des objectifs de croissance moins ambitieux (Orser, 2002). La crainte d’essuyer un refus a également été invoquée (Belcourt, Burke et Lee-Gosselin, 1991 ; Kozmetsky, 1989). Soulignons par ailleurs que, selon les données de Statistique Canada recueillies en 2000 et 2001 auprès de PME canadiennes, les entrepreneures ne feraient pas moins appel au financement que les hommes (Madill, Riding et Haines, 2006)18.

40En ce qui a trait au succès des demandes de prêt, l’unanimité dans les résultats de recherche semble subsister dans la très grande majorité des études conduites depuis les 20 dernières années : le taux de refus de prêt demandé par des femmes est plus élevé que pour les hommes (Madill, Riding et Haines, 2006 ; OCDE, 2000 ; Coleman, 2000 ; Haynes et Haynes, 1999 ; Thompson et Lightstone, 1998 ; Bouhachi et St-Cyr, 1997 ; Marleau, 1995 ; Belcourt, Burke et Lee-Gosselin, 1991). Les chercheurs ne s’entendent pas, toutefois, sur les raisons de ce taux de refus plus élevé.

41On peut regrouper ces raisons en deux catégories. La première lie ces refus aux caractéristiques personnelles des femmes et de leurs entreprises : entrepreneures plus jeunes, avec moins d’expérience et moins de biens personnels à offrir en garantie ; entreprises actives dans des secteurs d’activité plus risqués (par ex. le secteur des services où les garanties à offrir sont moins importantes) ; entreprises moins rentables, entreprises plus petites, donc présentant des dossiers moins rentables pour les institutions financières ; entreprises plus jeunes n’ayant pas encore fait leurs preuves ; entreprises individuelles plutôt que constituées en sociétés ; entreprises à propriétaire unique ; entreprises présentant un faible taux de croissance, situation moins attrayante pour les institutions financières et qui peut refléter des lacunes sur le plan de la gestion. Les auteurs sont nombreux à avancer cette explication : Madill, Riding et Haines, 2006 ; Coleman, 2000 ; Haines, Orser et Riding, 1999 ; Fabowale, Orser et Riding, 1995 ; Wynant et Hatch, 1991 ; Riding et Swift, 1990.

42La deuxième lie ce taux plus élevé de refus à la discrimination dans le processus d’accès au crédit. En 1995, Marleau montrait que, même après avoir tenu compte de toutes ces caractéristiques, des écarts subsistaient : d’abord, le taux de refus essuyé par les femmes était toujours plus élevé, et ensuite, les conditions de crédit faites aux femmes étaient désavantageuses. Le taux d’intérêt était plus élevé et les garanties exigées étaient plus importantes. Coleman (2000) arrivait à des conclusions similaires à partir de données américaines. Une recherche réalisée au Québec en 1995 auprès des propriétaires d’exploitations agricoles (Bouhachi et St-Cyr, 1995) venait appuyer ces constats. Lorsqu’elles sollicitaient un prêt, les agricultrices connaissaient un taux de refus plus grand lors de la première démarche, mais lorsqu’elles revenaient à charge, elles finissaient par obtenir le même taux de succès que les hommes. Les femmes devaient donc s’y prendre à plusieurs reprises pour convaincre le prêteur du bien-fondé de leur projet. L’argument fréquemment invoqué par les directeurs de compte pour expliquer ce phénomène était que les femmes étaient mal préparées. Récemment, ces derniers invoquaient plutôt le fait que leurs habiletés de négociation étaient déficientes. On est loin de la faible rentabilité de l’exploitation ! Constantidinis, Cornet et Asendei (2006) obtiennent aussi des résultats qui abondent dans le sens de Marleau (1995). Selon ces chercheurs, les entrepreneures ne sont pas un groupe homogène et, par conséquent, certaines des difficultés financières peuvent s’expliquer par des facteurs comme la taille, le secteur, etc. Il semble cependant subsister un effet lié au genre. Par exemple, certaines femmes en affaires dans le secteur manufacturier et qui n’avaient pas éprouvé de difficultés de financement attribuaient ce phénomène à la présence d’un partenaire masculin en affaires.

43L’analyse récente de Madill, Riding et Haines (2006) laisse entrevoir une autre explication. Les données suggèrent une importante différence dans la durée des relations entre prêteur et emprunteur selon le genre de l’emprunteur : « Même en contrôlant l’âge de l’entreprise, il apparaît que les propriétaires mâles jouissent de relations bien plus longues avec les prêteurs – ce qui peut suggérer qu’ils en tirent davantage de profit que les entrepreneures » (Madill, Riding et Haines, 2006, p. 121).

Les perceptions des femmes sur l’accès au financement

44Parallèlement à ces études, les chercheurs se sont aussi posé la question suivante : et les femmes, qu’en pensent-elles ? Dans la plupart des recherches mentionnées plus haut, les chercheurs ont voulu savoir si les femmes avaient l’impression de faire l’objet d’un traitement différencié parce qu’elles étaient des femmes. Dans ces recherches, réalisées essentiellement dans les années 1990, on retrouve toujours environ 25 % de femmes qui affirment que oui (Burke, Belcourt et Lee-Gosselin, 1991 ; Wynant et Hatch, 1991 ; Stevenson, 1986).

45Une étude menée au Québec en 2000 sur ce thème confirme les résultats antérieurs (Lafortune et St-Cyr, 2000). Dans le cadre de cette enquête, 675 femmes propriétaires dirigeantes ont été interrogées sur la qualité de leur relation avec leur institution financière. Les résultats sont intéressants à plusieurs égards. Une partie importante des répondantes avait eu recours au financement bancaire dans les trois dernières années, ce qui donne une certaine crédibilité à leur perception puisque leur expérience était récente. Le problème de financement invoqué le plus souvent par ces femmes était relié à des conditions générales de financement trop strictes. La recherche n’ayant pas été comparative, il est impossible de savoir si ces conditions auraient été différentes pour les hommes. Il est cependant intéressant de noter que ce sont les propriétaires des entreprises les plus grosses qui se plaignaient le plus de ces conditions trop strictes. Ce constat semble paradoxal étant donné les résultats des autres études citées ci-dessus qui ont identifié la petite taille des entreprises des femmes comme une source de difficultés plus grandes sur le plan de l’accès au financement.

46Quant à savoir si les femmes avaient l’impression d’être traitées différemment parce qu’elles sont des femmes, 22 % répondaient par l’affirmative, un résultat qui rejoint les pourcentages relevés dans les études antérieures. De plus, selon ces données, ce sont les entrepreneures présentant une expérience antérieure plus longue dans leur secteur d’activité ou une plus grande expérience en gestion qui ont cette perception différente du traitement reçu des institutions financières. Ces dernières se plaignaient aussi du manque de connaissances spécifiques des directeurs de compte et de leur manque de connaissances générales.

  • 19 Presse canadienne, Les services dynamisent l’économie, <la presseaffaires.com>, 31 janvier 2006.

47Ces résultats ont de quoi rendre perplexe puisque ce sont les femmes les plus expérimentées en affaires qui considèrent inadéquat le traitement qu’on leur réserve. Ces femmes d’expérience sont-elles trop sévères ou sont-elles plus réalistes et mieux informées des conditions qu’on aurait pu leur imposer par ailleurs ? La question demeure pertinente et le débat est loin d’être clos. Les recherches devraient donc se poursuivre, car l’accès aux capitaux est crucial pour l’évolution des entreprises. Heureusement, on peut envisager avec assez d’optimisme que les caractéristiques qui semblent défavoriser les femmes au chapitre de l’accès au financement évolueront avec le temps. Leurs entreprises seront moins jeunes, les femmes rejoindront la moyenne d’âge des hommes. Les secteurs d’activité privilégiés par les femmes seront probablement encore fortement orientés vers les services, mais, avec l’économie du savoir, ce sera probablement le cas d’une partie toujours grandissante des entreprises des hommes. D’ailleurs, en janvier 2006, Statistique Canada19 reconnaissait que le secteur des services avait dynamisé l’économie et compensé la baisse de la production de biens de novembre 2004 à novembre 2005, alors que la croissance du PIB avait été de 3 %. Outre les changements mentionnés ci-dessus, les entrepreneures connaîtront une deuxième évolution : celle de leur statut de propriété. Les femmes, tout comme les hommes, seront de moins en moins propriétaires uniques, ce qui devrait rassurer les prêteurs. Enfin, une troisième tendance, celle de la formation professionnelle, influence déjà très significativement le portrait du monde des affaires. L’expérience des femmes en gestion devrait continuer de s’accroître, d’autant plus que les filles sont de plus en plus nombreuses à choisir la discipline de l’administration.

48De toutes les variables qui nuisent à l’accès au financement, la taille des entreprises et leur croissance sont celles dont l’évolution laisse planer une incertitude. Des entreprises de petite taille présentant un faible taux de croissance continueront de présenter peu d’intérêt pour les institutions financières. Dès lors, expliquer les déterminants de la taille et de la croissance des entreprises des femmes demeure une problématique majeure pour les chercheurs. Les études sur la performance visent, entre autres, à répondre à ces questions. Nous abordons ces études dans la prochaine section.

Performance des entreprises

49Il s’agit, certes, du plus récent thème de recherche sur les entrepreneures. C’est une question complexe parce que, premièrement, les facteurs qui agissent sur la performance d’une entreprise sont nombreux : caractéristiques de la fondatrice, de la gestionnaire, de l’entreprise, de l’environnement, les diverses contraintes... et que, deuxièmement, la définition de la performance varie selon les individus.

50Les recherches sur la performance sont d’ailleurs éloquentes à cet égard. Pour certains auteurs, la performance, c’est la survie de l’entreprise. Et sur ce point, les résultats de la plupart des études menées sur les entreprises des femmes convergent. Ces entreprises ont un taux de survie égal ou plus élevé que celui des entreprises des hommes (Kalleberg et Leicht, 1991 ; Cooper, Gimeno-Gascon et Woo, 1994 ; National Foundation for Women Business Owners, 1995) et elles règlent leurs comptes à l’échéance, autant que la moyenne des entreprises en activité au Canada (Institut de la PME de la Banque de Montréal, 1996). Notons au moins deux études qui contredisent ces résultats : Boden et Nucci (2000) et Carter, Williams et Reynolds (1997). Selon ces enquêtes, le taux de survie des entreprises des femmes est inférieur à celui des hommes, même en contrôlant certains facteurs comme le secteur d’activité et l’âge de l’entreprise. Il faut noter ici cependant que, dans ces études, la non-survie ne signifie pas nécessairement la faillite de l’entreprise, mais plutôt la cessation des activités, ce qui peut s’expliquer par bien d’autres raisons que la fermeture par incapacité de faire face à ses obligations financières. Cette mesure de la performance basée sur la survie n’est pas très sophistiquée. C’est pourquoi certains auteurs ont tenté de nuancer la notion de succès. Si la mesure du succès est la taille de l’entreprise (chiffre d’affaires et nombre d’employés), la majorité des études concluent à une performance moindre, puisque les entreprises des femmes sont plus petites que celles des hommes (Rosa, Hamilton et al., 1994 ; Fischer, Reuber et Dyke, 1993).

51Lorsque l’on tente de mesurer le succès en termes de croissance ou de rendement, les études ne peuvent trancher ni d’un côté ni de l’autre. Certaines concluent à des taux de croissance équivalents entre les hommes et les femmes (Chell et Baines, 1998 ; Kalleberg et Leicht, 1991) mais, dans plusieurs autres études, les taux de croissance des entreprises des hommes étaient supérieurs à ceux des femmes, et ce, même après que l’on a tenu compte de variables comme l’âge et le secteur d’activité des entreprises (Fischer, Reuber et Dyke, 1993 ; Orser et Hogarth-Scott, 1995 ; Du Rietz et Henrekson, 2000 ; Rosa, Hamilton et al., 1994 ; Cooper, Gimeno-Gascon et Woo, 1994).

  • 20 Le rendement de l’avoir est calculé en divisant le bénéfice de la période par la mise de fonds comp (...)

52Les résultats d’une étude récente réalisée en 2002, en Australie (Watson, 2002), confirment ceux des études précédentes : les entreprises des femmes sont plus petites que celles des hommes, mais lorsque l’on tient compte du secteur d’activité et de l’âge de l’entreprise, le rendement de l’avoir et le rendement des actifs20 ne varient pas de façon significative en fonction du sexe des propriétaires. Les mesures de rendement tendraient même à prouver que les entreprises des femmes présentent un rendement supérieur. Deux autres études menées également en Australie arrivent à des résultats similaires. Watson (2003) montre que la performance ne diffère pas selon le genre de l’entrepreneur quand on tient compte du niveau de risque de l’entreprise (le risque étant mesuré par la variabilité des bénéfices). Selon Watson, cette caractéristique de risque moindre qui est à l’avantage des entrepreneures devrait leur permettre d’être entendues des institutions financières. Johnsen et McMahon (2005), quant à eux, trouvent que la performance des entreprises des femmes ne diffère pas de celle des entreprises des hommes que ce soit sur le plan du rendement de l’avoir, du rendement de l’actif, de la croissance des ventes, de l’actif ou du nombre d’employés. Ils concluent cependant que les entreprises des femmes sont plus petites même en tenant compte de certaines variables potentiellement explicatives, comme le secteur d’activité ou l’âge de l’entreprise.

53L’argument de rendement inférieur de plusieurs banquiers semble ne plus tenir la route. Celui de la croissance plus faible est aussi fortement mis en doute. Par contre, celui de la taille tient peut-être encore. Il faut donc tenter d’identifier les facteurs qui expliquent la taille plus petite de ces entreprises, ce qui pourrait fournir des renseignements précieux sur l’accès au financement des entrepreneures. En se référant au modèle basé sur les ressources, deux grandes catégories de facteurs sont identifiées.

54La première catégorie est celle qui regroupe certaines caractéristiques de la femme elle-même (son niveau de formation, son expérience, ses motivations) ; ces caractéristiques influenceront ses habiletés entrepreneuriales, son style de gestion et la qualité de sa planification stratégique. La deuxième catégorie de facteurs est reliée à l’entreprise elle-même (son âge, son secteur d’activité, les ressources qui sont à sa disposition comme la qualité de son personnel, l’accès au financement et aux réseaux).

  • 21 Dans leur article, la performance est définie en termes de profitabilité selon trois niveaux : 1) b (...)
  • 22 Certaines femmes font le choix de maintenir petite la taille de leur entreprise parce que cela perm (...)
  • 23 Étude menée au Québec auprès de 308 entrepreneures des secteurs manufacturier et tertiaire moteurs.
  • 24 Ces résultats rejoignent ceux de McGregor et Tweed (2000), selon lesquels les activités de réseauta (...)

55Les déterminants de la taille varient selon les études. De façon sommaire, on peut dire que le niveau d’instruction est souvent significatif, comme l’est la nature de l’expérience antérieure (Kalleberg et Leicht, 1991 ; Fischer, Reuber et Dyke, 1993 ; Cooper, Gimeno-Gascon et Woo, 1994 ; Lerner, Brusch et Hisrich, 1997 ; Boden et Nucci, 2000). Lerner, Brush et Hisrich (1997) établissent aussi un lien entre l’utilisation des réseaux et la performance21. Alors que l’affiliation à un réseau semble avoir un effet positif, l’effet devient cependant négatif en présence de plusieurs affiliations. Les intentions de croissance (représentatives, jusqu’à un certain point, des motivations des femmes22 et de leur définition du succès) peuvent expliquer également la taille (Orser et Hogarth-Scott, 1995 ; Cliff, 1998). Au Québec, St-Cyr et Gagnon (2004)23 ont identifié les variables explicatives suivantes : l’âge de l’entreprise (plus l’entreprise est jeune, plus elle est petite), le statut juridique et celui de la propriété sont symptomatiques des ressources à la disposition de l’entreprise (les propriétaires uniques non incorporées sont à la tête d’entreprises plus petites), le niveau de scolarité (plus le niveau est élevé, plus les entreprises sont grandes, ce qui rejoint les résultats de plusieurs auteurs cités précédemment). La présence d’enfants à charge intervient également, mais pas dans le sens attendu puisque la taille est corrélée positivement avec la présence d’enfants à charge. Enfin, la fréquentation des réseaux agit sur la taille24, mais jusqu’à un certain point seulement, les résultats n’étant significatifs que pour une utilisation restreinte (2 à 3 fois par année). Cette dernière constatation rappelle les résultats de Lerner et al. (1997) sur l’incidence négative de plusieurs affiliations.

56À notre connaissance, Lerner et Amor (2002) sont les seules à avoir testé le modèle basé sur les ressources présenté au début de cette section et à avoir par conséquent incorporé la planification stratégique et le style de gestion comme variables explicatives de la performance (cette dernière étant mesurée par le chiffre d’affaires, le nombre d’employés et le revenu total de l’entrepreneure). Les résultats suivants indiquent un effet positif sur la performance de l’entreprise des variables suivantes : la planification stratégique, les ressources de l’organisation (de fortes ressources en marketing et en finance/comptabilité, par exemple), les habiletés managériales de l’entrepreneure et l’expérience antérieure dans le secteur d’activité de l’entreprise. Le style de gestion, qu’il soit participatif ou autocratique, n’a pas d’influence, non plus qu’une expérience entrepreneuriale antérieure. Le dernier constat surprend à la vue des résultats de plusieurs études sur le succès en entrepreneuriat. De toute évidence, il existe un important besoin d’autres recherches faisant appel à des modèles intégrateurs explicatifs de la performance.

57Cette réflexion sur la taille des entreprises et de ses déterminants ramène nécessairement aux motivations des entrepreneures et à leur définition de la performance, à leur mesure du succès. Une petite entreprise, rentable dans le sens financier du terme, c’est-à-dire qui rapporte un rendement adéquat à ses propriétaires, quand on tient compte de son niveau de risque, mais qui a des objectifs de croissance modestes, réussit-elle ? Oui, disent des entrepreneures (Buttner et Moore, 1997). Or, l’engouement pour la croissance est tel que les entreprises plus petites, qui cheminent à un rythme plus lent, n’ont pas la cote auprès des institutions financières. Devrait-on envisager des mesures pour tenir compte de cette réalité ?

58En conclusion, on peut avancer que la recherche sur l’entrepreneuriat féminin contribue au développement et à l’avancement de l’entrepreneuriat en général. En premier lieu, parce que l’on retrouve un éventail extrêmement large de situations ou « d’avenues entrepreneuriales » que les femmes ont déjà explorées ou exploitées. Chacune de ces avenues fait appel à des compétences et à des habiletés de toutes sortes :

Dans le passé, les situations entrepreneuriales se situaient le plus souvent dans et autour des PME. De nos jours, les entreprises familiales, les microentreprises, les travailleurs autonomes, les technopreneurs, les entreprises coopératives et collectives, l’entrepreneuriat social et d’autres formes nouvelles d’entrepreneuriat qui se pratiquent même en contexte de grande entreprise, tels l’intrapreneuriat et l’essaimage, prennent de plus en plus de place. [...] Mais il nous paraît essentiel de montrer au préalable les points communs de ces diverses formes d’expression entrepreneuriale. Toutes ces formes se réfèrent à une même conception de l’entrepreneuriat : la démarche qui conduit à une forme donnée doit privilégier la notion d’adéquation entre l’individu et le projet qu’il développe. (Fayolle et Filion, 2006, p. 54)

59Il presse donc de mieux documenter les motivations et les modèles des femmes en affaires. Il faut aussi tenter d’établir, à la lumière de ces caractéristiques, un lien avec la taille et la croissance de leur entreprise. Il faut enfin faire la preuve de leur performance, mais en tenant compte de leur définition du succès. Si la recherche sur les femmes entrepreneures peut aider à faire la part des choses sur la taille et la performance de leur entreprise, elle aura contribué à faire avancer la situation, non seulement des femmes mais également de tous les entrepreneurs.

Notes

1 Traduction littérale de liberal feminism et de social feminism. La description de ces théories est largement inspirée de Fisher, Reuber et Dyke (1993) et reprise par Watson et Robinson (2003). Carter, Williams et Reynolds (1997) emploient des concepts apparemment similaires, qualifiés de perspectives situational et dispositional.

2 Ce chiffre est tiré de l’Enquête sur la population active (EPA), réalisée sur une base régulière par Statistique Canada. Il regroupe toutes les travailleuses indépendantes (femmes actives sur le marché du travail et qui ne sont pas à l’emploi d’une autre personne), qu’elles soient employeures ou non, mais exclut les travailleuses familiales non rémunérées. Il serait intéressant d’obtenir les informations sur le nombre d’entreprises dirigées par les femmes du Registre des entreprises, registre à inscription obligatoire qui répertorie l’ensemble des entreprises au pays. Cependant, le sexe des propriétaires ne faisant pas l’objet d’une variable dans ce registre, les données sexuées doivent être obtenues, soit de l’EPA, soit au moyen d’études ponctuelles incorporant entre autres cette variable. L’inconvénient de ces études ponctuelles est évidemment la difficulté de suivre l’évolution des données dans le temps.

3 Sur le total des entrepreneurs du Québec recensés dans cette enquête, 19 % étaient des femmes propriétaires majoritaires, alors que 10,1 % étaient des femmes détenant des titres de propriété à égalité avec un partenaire masculin et 7,6 % étaient des propriétaires minoritaires ; donc, toute proportion gardée : 19 %/(19 % + 10,1 % + 7,6 %) > 50 %.

4 Les lacunes dans la disponibilité des données sur les entrepreneures ont été soulignées à maintes reprises par l’OCDE à l’occasion des diverses conférences menées sur l’entrepreneuriat féminin (1997 ; 2000) et sur les PME (2004).

5 Parmi les pays européens, notons l’Allemagne, la Hongrie, les Pays-Bas, la Finlande, la France, l’Autriche, la Pologne, la Suisse et le Portugal.

6 GEM est un consortium international regroupant des chercheurs d’une trentaine d’universités. Cette initiative a été lancée en 1999 par la Babson University et la London Business School. L’étude canadienne a été effectuée par HEC Montréal et la Sauder School of Business (Colombie-Britannique). <www.gemconsortium.org>.

7 Le rapport GEM traite également depuis peu des entreprises établies (c’est-à-dire versant des salaires depuis plus de 42 mois), mais nous nous concentrons ici plus particulièrement sur les entreprises naissantes et nouvelles.

8 C’est le cas de la Chine, où l’on constate un TEA de 11,82 % chez les hommes et un taux de 11,60 % chez les femmes.

9 Voir, entre autres, les études recensées par Carter, Anderson et Shaw (2001) de même que les nombreuses statistiques compilées par l’OCDE (2000 ; 2004).

10 Les centres locaux de développement, qui ont aidé à l’identification des participantes à l’étude, sont très impliqués auprès des entreprises manufacturières de leur région respective.

11 Il existe plusieurs versions de ce modèle. Voir, par exemple, Barney (1991) ou Cooper et Gimeno-Gascon (1992).

12 Les études sur les motivations des entrepreneures étant nombreuses, il n’est pas possible, dans le cadre de ce chapitre, de les mentionner toutes. Pour une recension exhaustive des écrits sur ce thème, le lecteur peut consulter l’article de Hughes publié en 2006 dans le Journal of Small Business and Entrepreneurship, vol. 19, no 2, p. 107-120.

13 Soulignons que cette classification est largement utilisée dans les recherches sur les entrepreneurs en général.

14 On pourrait le nommer aussi le ratio pull/push.

15 Étude réalisée en 2000 à partir de données obtenues par Statistique Canada auprès d’environ 3 000 travailleurs indépendants (958 femmes et 2 028 hommes).

16 En anglais : humanistic.

17 Selon la théorie moderne du portefeuille, les travaux de plusieurs chercheurs, entre autres, sur le modèle d’équilibre des actifs financiers de Sharpe (MEDAF).

18 Ceci, lorsque les techniques d’analyse de données contrôlent certains facteurs tels la taille des entreprises, leur taux de croissance, etc.

19 Presse canadienne, Les services dynamisent l’économie, <la presseaffaires.com>, 31 janvier 2006.

20 Le rendement de l’avoir est calculé en divisant le bénéfice de la période par la mise de fonds comptable ou l’avoir au bilan (en anglais le Return on Equity ou le ROE). Le rendement des actifs est mesuré, quant à lui, en divisant le bénéfice par le total des actifs au bilan (en anglais, le Return on Assets ou le ROA). Les mesures de rendement sont supérieures aux autres mesures comme le chiffre d’affaires, le nombre d’employés ou le taux de croissance de ces deux éléments car elles mettent en relation l’output avec les ressources qui ont permis de le générer.

21 Dans leur article, la performance est définie en termes de profitabilité selon trois niveaux : 1) bénéfice ; 2) ni bénéfice, ni perte et ; 3) perte.

22 Certaines femmes font le choix de maintenir petite la taille de leur entreprise parce que cela permet de maintenir leur qualité de vie et d’entretenir des contacts plus étroits avec leurs employés (Cliffe, 1998 ; Lee-Gosselin et Grisé, 1990).

23 Étude menée au Québec auprès de 308 entrepreneures des secteurs manufacturier et tertiaire moteurs.

24 Ces résultats rejoignent ceux de McGregor et Tweed (2000), selon lesquels les activités de réseautage avaient une incidence positive à la fois sur la croissance des entreprises et sur les intentions de croissance des entrepreneures.

Table des illustrations

Titre figure 2. 1
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10091/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre figure 2. 2.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10091/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre figure 2. 3. Évaluation des ressources à la base d’un projet entrepreneurial
Légende Source : Lerner et Almor (2002)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/10091/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 55k

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540