Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'entrepreneuriat féminin au Québec

 | 
Francine Richer
, 
Louise St-Cyr
, 
Nicole Beaudoin

1. Tout d’abord, se souvenir du chemin parcouru...

Texte intégral

1Une entrepreneure est « une femme qui, seule ou avec des partenaires, a fondé, acheté ou accepté en héritage une entreprise, qui assume les risques et responsabilités financière, administrative et sociale et qui participe quotidiennement à sa gestion courante », écrivait Dina Lavoie, en 1988. « L’entrepreneur est une personne qui prend des risques financiers pour créer et acquérir une entreprise, et qui la dirige de manière novatrice et créatrice en développant de nouveaux produits et en conquérant de nouveaux marchés », écrivait à son tour Louis Jacques Filion (Groupe de travail sur l’entrepreneuriat féminin, 1997). Mais bien avant que l’on en arrive à ces définitions théoriques de ce qu’est un entrepreneur, des hommes et des femmes, au fil des siècles, ont géré un commerce, fabriqué des objets qu’ils ont mis en vente, offert des services à une clientèle ; des artisans et des gens de métier ou de profession ont vécu de leur savoir-faire. La petite histoire de ces gens est intéressante à retracer, car on y trouve des modèles tirés de la vraie vie, qui aident à mieux comprendre la situation actuelle. Cela est vrai pour les hommes, mais particulièrement pour les femmes, dont l’expérience en entrepreneuriat est tributaire de la place et du rôle que l’histoire, la société, la religion et les législateurs leur ont permis d’occuper. Il nous paraît utile de retracer ici quelques grands moments de l’« entrepreneuriat » féminin, francophone, au Québec, afin de mieux comprendre le chemin parcouru et de reconnaître un héritage.

Les premières Françaises en terre d’Amérique

2Les Québécoises qui ont reçu, au cours de leur formation scolaire, quelques cours d’histoire, ont entendu parler des vertueuses Madeleine de Verchères et Marguerite Bourgeoys, des filles du Roy anonymes, venues en Nouvelle-France pour prendre mari et peupler des espaces sauvages. Mais très peu ont entendu parler des commerçantes et des aubergistes qui leur étaient contemporaines. Les quelques bribes que nous tirons des correspondances et des annales du temps au sujet de ces femmes que nous n’hésiterions pas un instant à compter parmi les entrepreneures ou les leaders d’aujourd’hui, au Québec, nous surprennent. Leurs noms ne sont pas mentionnés dans les livres d’histoire, et s’ils le sont, cette mention ne rend pas compte du rôle réel qu’elles ont joué. Le commerce avait-il moins bonne réputation que le mysticisme, lorsque exercé par une femme ? Il faut bien reconnaître que, à plus d’une occasion, l’enseignement de l’histoire a servi à l’édification morale des jeunes et à la consolidation du rôle social que le clergé et l’élite politique avaient choisi pour chacun des sexes.

3Cependant, le travail des historiennes, et plus particulièrement des historiennes féministes, a contribué à redonner leur place à ces entrepreneures avant la lettre. C’est pourquoi il faut lire ou relire certains de leurs ouvrages, dont L’histoire des femmes au Québec depuis quatre siècles que l’on doit au collectif Clio (1982) que formaient Micheline Dumont, Michèle Jean, Marie Lavigne et Jennifer Stoddart, dans le but avoué de faire découvrir celles qui ont été les ancêtres des entrepreneures d’aujourd’hui. Elles font partie de notre mémoire collective et il est heureux que pour le 400e anniversaire de sa fondation, qui sera célébré en 2008, la Ville de Québec ait choisi de consacrer, sur le site Web qui fait la promotion de cet événement, une capsule historique qui témoigne de l’apport des femmes lors de la fondation et tout au long de l’évolution sociale, culturelle et économique de la capitale et de la première ville française d’Amérique (Parent, 2004).

Des femmes de caractère

4Les femmes et les filles qui ont émigré en Nouvelle-France avaient du caractère. Il fallait être déterminée et indépendante d’esprit, deux qualités fondamentales des entrepreneures d’aujourd’hui, pour s’aventurer loin de leur patrie. Ici, elles ont choisi des occupations en fonction de la place disponible et de leurs talents. Faute de rouets et de métiers à tisser, qui n’arriveront qu’avec l’intendant Jean Talon, vers le milieu du XVIIe siècle, elles ont partagé le travail des hommes. Dès le début du XVIIe siècle, des femmes participaient à la vie économique et commerciale en Nouvelle-France. Déjà, Marie Rollet, arrivée dans la colonie en 1617, était la « femme collaboratrice », pour utiliser un néologisme, de son époux, Louis Hébert, apothicaire de profession. Marie Rollet tenait les livres pour son mari et gérait l’officine en l’absence de ce dernier. Devenue veuve, elle a maintenu cette activité professionnelle et développé son expertise en intégrant à sa pratique des remèdes utilisés par les Amérindiens. Elle n’était pas l’exception.

5La Nouvelle-France ayant longtemps été dépourvue des outils qui auraient permis de produire les vêtements et le linge de maison, les femmes sont devenues commerçantes, comme leur mari. Elles œuvraient donc dans ce qu’on appellerait aujourd’hui le commerce de détail ou les services. Elles importaient de France et revendaient les outils nécessaires au défrichement, à la culture et aux récoltes : les pioches et les vêtements, des marmites et des couvertures, de même que l’indispensable eau-de-vie ! Pendant que les hommes se livraient à la chasse, à la pêche et à la traite des fourrures, les femmes administraient ces commerces familiaux qui sont, très certainement, les ancêtres des magasins généraux et peut-être bien des dépanneurs d’aujourd’hui. Les filles du Roy, quant à elles, travaillaient fort entre leurs grossesses puisque tout était à construire. Plusieurs d’entre elles, arrivées avec un trousseau et de l’argent, s’en servirent pour s’établir malgré la rigueur du climat. Elles se firent sages-femmes pour s’entraider lors des grossesses et des naissances, et ne manquaient pas de clientèle.

Des délinquantes qui n’avaient pas peur de parler

6L’histoire officielle des grands hommes n’a que peu souligné les réalisations des femmes. Par contre, paradoxalement, ce sont les annales judiciaires qui nous informent, en partie, sur leur négoce et leur caractère :

L’étude des procès civils atteste une participation des femmes à presque toutes les occupations sociales. Par ailleurs, celle des procès criminels nous présente toute une galerie de femmes déterminées, fortes en gueule, habiles à inventer des injures, promptes à se défendre et à manier le tisonnier en cas de disputes et enclines à voler et à blesser si la nécessité l’exige. Ce climat de violence immanente est une caractéristique de tous les premiers établissements. La Nouvelle-France ne fait pas exception et les femmes sont au centre du tableau. (Collectif Clio, 1982, p. 24-25)

7Les femmes, cabaretières et aubergistes, font preuve d’immoralité, selon le clergé, en enivrant les Amérindiens, les soldats et les domestiques. Le pire, c’est qu’elles ouvrent leur établissement pendant la messe dominicale ! Un exemple de concurrence abusive. Dans ces annales, on apprend qu’en 1666, à Trois-Rivières, ville fondée en 1644, il est question d’une certaine Jeanne Énard, veuve de Christophe Crevier, dont la maison est devenue « le pivot d’un commerce florissant, le trafic de l’eau-de-vie aux Amérindiens » (ibid., p. 25). Avec l’aide de ses propres domestiques et de fermiers du voisinage, la veuve Crevier avait établi un véritable réseau de distribution de l’eau-de-vie et faisait en même temps la traite des fourrures. Malgré l’influence des Jésuites qui la poursuivirent en justice, Jeanne Énard a gagné son procès, grâce à l’appui de son milieu, de son réseau, pour emprunter au vocabulaire d’aujourd’hui. Comme plusieurs de ses consœurs, Jeanne Énard était ratoureuse, dominatrice et « habile à déjouer les mesures administratives pour faire prospérer [ses] négoces » (ibid., p. 24). Oserait-on parler d’habiletés politiques ou de stratégies ?

8Comme c’est le cas encore souvent aujourd’hui, le travail des femmes représentait un revenu d’appoint de première nécessité pour la famille. Ce sont des veuves qui tiennent le plus souvent auberges et cabarets. Elles travaillent avec leurs filles et leurs domestiques. Elles transforment à l’occasion le cabaret en maison de jeu, et offrent des services sexuels, bien entendu. Pour ces extras, elles ne sont que rarement poursuivies en justice.

Des partenaires et des veuves

9En dehors de ces anecdotes, le rôle des « femmes en affaires » ou des « entrepreneures », tout au long du XVIIe et du XVIIIe siècle, demeure sérieux et des plus honorables. Les femmes sont au courant de la situation financière de leur mari. Elles ont droit de parole et participent aux décisions dans les affaires de famille. Elles accompagnent leur mari chez le notaire lorsqu’il s’agit d’aliéner un immeuble, de signer un bail ou de placer un de leurs fils en apprentissage. Elles agissent à titre de fondées de pouvoir quand leur mari est en dehors de la maison, à la chasse, à la pêche ou traitant avec les Amérindiens. Elles le représentent lors de démêlés judiciaires avec compétence et sagacité. C’est le cas de Marie-Anne Barbel, mère de 14 enfants, qui a agi à titre de fondée de pouvoir du vivant de son mari, Jean-Louis Fornel, un commerçant plutôt à l’aise. À la mort de ce dernier, en 1745, elle a refusé de procéder à la liquidation des biens du couple au profit de ses enfants. Elle a plutôt pris la relève et géré l’entreprise familiale, entre 1745 et 1760, avec dynamisme et beaucoup d’énergie. Seulement trois de ses enfants lui ont survécu.

Des compétences et de l’expérience

10Qu’elles soient venues en terre d’Amérique pour prendre mari et fonder une famille, un couvent, une école ou un hôpital, plusieurs de ces femmes étaient exceptionnellement compétentes et autonomes, pour leur époque et dans leur milieu. Marie Guyart, veuve de Claude Martin, fondatrice du couvent des ursulines sous le nom de Marie de l’Incarnation, avait été, pendant 10 ans, gérante d’une entreprise de transport appartenant à son frère, au pays de Loire, avant de venir en Nouvelle-France. C’est elle-même qui régularisait les contrats et les ententes financières avec sa bailleuse de fonds, Marie-Thérèse de Chauvigny (Madame de La Peltrie). Elle a dirigé la construction du monastère de sa communauté. Pour le chauffer, elle faisait couper 175 cordes de bois par année. Après l’incendie qui le ravagea en 1650, elle le reconstruira.

11Jeanne Mance, quant à elle, fondatrice du premier hôpital de Montréal, n’était pas qu’une infirmière qui soignait les colons scalpés par les Iroquois : elle administrait la Société Notre-Dame de Montréal, l’entreprise privée à l’origine de Ville-Marie. Ayant développé un réseau solide parmi ses relations mondaines, elle réussissait très bien quand venait le moment de chercher du financement : elle sollicitait des femmes riches qui, comme elle, étaient sensibles à la misère de la colonie et aux conséquences des guerres. Grâce à son influence, 8 des 37 membres de cette société étaient des femmes, un résultat que les programmes d’égalité et d’équité dans les organisations d’aujourd’hui n’ont pas encore atteint. Jeanne Mance était reconnue pour ses talents de diplomate et de négociatrice et elle n’hésitera pas à s’allier aux sulpiciens contre les jésuites pour que son hôpital et sa communauté de Ville-Marie demeurent des organisations autonomes. Elle faisait donc preuve d’habileté politique et n’avait pas froid aux yeux. Elle a non seulement fondé l’Hôtel-Dieu de Montréal, mais l’a dirigé pendant 30 ans, n’hésitant pas à se rendre trois fois en France, malgré les dangers du voyage très réels à l’époque, pour « défendre ses dossiers ».

12Comme Marguerite Bourgeoys, fondatrice de la première école de Ville-Marie et de la congrégation Notre-Dame, ces femmes avaient une conception avant-gardiste de leur rôle. Marguerite Bourgeoys

préconisait la formation savante des institutrices, l’instruction gratuite, l’éducation des filles et « … un usage prudent et modéré de la correction, se souvenant qu’on est en présence de Dieu ». Elle recommande également l’apprentissage de la lecture à partir du français et non pas du latin, ce qui est une audacieuse innovation à l’époque. (Ibid., p. 43)

Des rôles sociaux changeants

13Dans la société qui se crée en Nouvelle-France, comme dans toutes les sociétés de toutes les époques, la classe sociale et le genre auxquels on appartient orientent les activités acceptées et même permises. Pour les femmes de petite noblesse ou les bourgeoises, les attentes sont précises et, s’il faut mettre au monde beaucoup d’enfants, ce n’est pas uniquement dans un but de peuplement : il revient aux femmes d’accoucher des prête-noms qui permettront à leurs parents d’acquérir des concessions foncières et de bénéficier ensuite de pensions plus généreuses de l’État français. C’est ainsi que des garçons de six ans et des adolescents ont pu détenir des privilèges de seigneurs et de propriétaires fonciers au milieu du XVIIe siècle. Les filles devaient obligatoirement se marier, puis devenir veuves avant de bénéficier de tels droits. Ainsi, comme le mentionne le collectif Clio, dès 1663, 54,5 % des seigneuries appartenaient à des veuves. La tradition voulait qu’elles s’en occupent en attendant de les transmettre à leurs fils, mais ce ne fut pas le cas de toutes ces femmes, car on constate qu’une fois libérées de leurs obligations de maternage, les mères

participent à la gestion des affaires, s’entremettent pour placer leurs enfants par des mariages bien assortis et par des postes dans l’armée ou l’administration publique. Veuves, elles sont toujours recherchées et elles multiplient les démarches pour assurer la tutelle de leurs enfants. On cite le cas d’Éléonore de Grandmaison qui contracte successivement quatre mariages et manifeste d’indéniables talents de femme d’affaires. (Ibid., p. 57)

14Au XVIIIe siècle, en plus du travail domestique dont elles assument la responsabilité de l’exécution en totalité, les femmes s’occupent du potager et continuent à partager les travaux des hommes, ceux de l’étable et de la moisson, par exemple. Elles poursuivront leur carrière d’aubergiste, si l’on peut dire, elles diversifieront leurs services en accueillant des « chambreurs » sous leur toit. Elles se feront couturières, blanchisseuses, domestiques ou guérisseuses ; certaines, en petit nombre, choisiront un métier non traditionnel et gagneront leur vie à titre de forgeron, de carrossier et de jardinier.

Pour Jean Talon, une relève féminine

15En 1705, c’est une femme, Agathe de Saint-Père Le Gardeur de Repentigny (1657-1748), qui reprendra l’œuvre inachevée de l’intendant Jean Talon, rappelé en France en 1672. Elle ouvrira la première manufacture d’étoffes au Canada. Son entreprise sera située rue Saint-Joseph, à Montréal. C’est à la suite du naufrage du bateau qui devait ravitailler la colonie pour toute l’année qu’Agathe de Saint-Père n’hésitera pas à adopter un mode original de recrutement du personnel : elle entreprend des pourparlers avec les Agniers et leur rachète des tisserands anglais qu’ils avaient capturés ; elle trouve des métiers à tisser et prépare la relève de son entreprise en demandant à ces tisserands de former des apprentis. Elle-même participe à la recherche et au développement de son entreprise en utilisant des colorants naturels indigènes et en testant la fixation de la coloration. Agathe de Saint-Père Le Gardeur de Repentigny poursuivra ses activités manufacturières bien après le rachat des captifs par les Bostonnais, en 1707. Elle ne prendra sa retraite qu’en 1713. En plus de ses activités dans le « secteur de la guenille » en Nouvelle-France, elle avait inventé et commercialisé le sucre d’érable en France. En guise de reconnaissance pour ses loyaux services, le roi de France lui accorda une gratification annuelle de 200 livres. Un bel exemple de promotion et d’exportation d’un produit du terroir !

La Conquête et les droits des femmes

16Une fois la Nouvelle-France conquise par l’Angleterre, les femmes comme les hommes seront soumis à de nouvelles lois. Le XVIIIe siècle se termine sur une bonne note pour les droits des femmes, car, le 26 décembre 1791, l’Acte constitutionnel accorde le droit de vote à tous les propriétaires, sans distinction de sexe. Grâce à un tel droit, on acquiert en quelque sorte le statut de « personne » dans une société, et les femmes propriétaires vont l’exercer avec plaisir. Le XIXe siècle, par contre, ne jouera pas en leur faveur, même si déjà, en 1825, le recensement de la ville de Montréal révèle que 27 % des femmes exercent une activité rémunérée en dehors de la maison. La moitié de ces femmes sont domestiques, plus du quart sont journalières ; 40 % des enseignants sont des femmes. On compte aussi des gouvernantes, blanchisseuses, sages-femmes, couturières, modistes, forgeronnes, carrossières, jardinières, aubergistes, corsetières, tisserandes, marchandes, mercières, agricultrices, gardes-malades et prostituées.

1849 : la déchéance légale des femmes

17Cependant, en 1849, alors qu’il est à la tête du gouvernement du Bas-Canada, Louis-Joseph Papineau retire à sa femme, Julie Bruneau, ainsi qu’à toutes ses concitoyennes, le droit de vote que l’Acte constitutionnel de 1791 leur avait accordé. Bien plus, en 1866, le nouveau Code civil du Bas-Canada consacre la déchéance légale des femmes. Désormais, elles ne sont plus des personnes devant la loi, mais sont considérées au même titre que les enfants mineurs ou les personnes interdites. Elles doivent obéissance à leur mari, le seul à décider du lieu de la résidence familiale, ne peuvent être tutrices de leurs enfants, ne peuvent même plus décider des soins à leur prodiguer en l’absence de leur mari. Les femmes ne peuvent ni intenter une action, ni recevoir un héritage, ni signer de contrat avec d’autres personnes que leur mari ; elles ne peuvent gérer leur propre salaire ou revenu ; elles ne peuvent exercer d’autre métier que celui de leur mari, ce qui justifiera, plus tard, que les portes des universités soient fermées aux filles.

18De plus, il se produit une perte importante reliée au droit français, celle de la Coutume de Paris. Il s’agit du droit de douaire grâce auquel une veuve et ses enfants pouvaient conserver les biens dont le mari était propriétaire, même si ces biens étaient déjà vendus ou hypothéqués. L’Acte d’Union de 1840 permet aux femmes de renoncer au douaire et de libérer les titres de propriété, mais sans aucune compensation pour elle et leurs enfants. Le seul avantage de cette permission et du système d’enregistrement qui l’accompagne profite aux acheteurs éventuels qui peuvent consulter le registre et connaître les vrais propriétaires d’une propriété.

19La révolution industrielle verra les femmes quitter leur maison pour devenir, cette fois, des employées : domestiques, ouvrières, blanchisseuses. En 1891, au Québec, un ouvrier sur cinq serait une ouvrière ; dans les grandes villes, les ouvrières constituent le tiers de la main-d’œuvre, une main-d’œuvre sous-payée qui n’est pas le premier choix des employeurs qui les paient moins que les hommes. Les femmes de familles plus aisées n’ont pas accès aux études et aux professions, à moins de fréquenter une des deux écoles normales du Québec qui forment les institutrices ou une école qui prépare au métier d’infirmière ou de secrétaire. Le journalisme et l’écriture donnent aux femmes l’occasion de s’exprimer, quand elles réussissent à vendre leurs chroniques, qu’elles signent habituellement d’un pseudonyme.

20Au XIXe et au début du XXe siècle, quand les institutions qui les accueilleront formeront des infirmières, des enseignantes, des travailleuses sociales, les femmes, obligatoirement célibataires, qui exerceront ces professions, vont trouver les moyens de contribuer à la société. Elles accueilleront les mères célibataires, tenteront de contrer la mortalité infantile et développeront les soins destinés aux jeunes enfants pour compenser l’inexistence d’un système de santé ou de services sociaux. En fait, les entrepreneures de l’époque « structurent et organisent la charité ». Les religieuses trouvent un époux divin qui laisse plus de latitude et d’occasions d’agir que les maris en chair et en os. Les économes des communautés sont des femmes d’affaires parfois redoutables. La vie religieuse semble la seule voie qui permette à une femme ordinaire de consacrer sa vie à une profession ou, dans les termes d’aujourd’hui, de faire carrière.

Deux femmes à l’origine d’institutions centenaires aujourd’hui

21Mariées, des femmes qui désirent créer, innover, produire, inciteront leur mari à contribuer à leurs œuvres ou les influenceront nettement dans leurs projets financiers ou d’affaires. Deux grands exemples viennent à l’esprit : celui de Dorimène Roy Desjardins et celui de Justine Beaubien-Lacoste. La première est maintenant reconnue comme la cofondatrice des caisses populaires Desjardins, une institution étroitement reliée au développement économique du Québec et la deuxième fonda, grâce à la collaboration de son mari, mais, surtout, d’anciennes compagnes des années du couvent, l’hôpital Sainte-Justine pour les enfants, une autre institution centenaire du Québec, située aujourd’hui chemin de la Côte-Sainte-Catherine, à Montréal.

Dorimène Roy Desjardins

  • 1 Les références de ce texte sont tirées de la présentation faite par Guy Bélanger, le 1er février 2 (...)

22Marie Clara Dorimène Roy1, native de Sorel, épousa, le 2 septembre 1879, Alphonse Desjardins, sténographe parlementaire à Ottawa, un poste qu’il occupa jusqu’à sa retraite en 1917. Le couple eut 10 enfants, et la famille a toujours habité Lévis, malgré les déplacements fréquents et prolongés du père. C’est avec elle et une quinzaine de ses concitoyens qu’Alphonse Desjardins fonda, à Lévis, le 6 décembre 1900, la première caisse populaire, à l’origine du Mouvement coopératif Desjardins, significativement rattaché au développement économique du Québec. L’idée fondatrice était d’offrir aux Québécois un instrument original d’émancipation économique, le crédit populaire, et de combattre le prêt usuraire.

23Dorimène avait les deux pieds bien ancrés dans la réalité quotidienne des Canadiens français qui obtenaient difficilement le financement nécessaire à leurs projets d’affaires. Intelligente et déterminée, lucide, méthodique, dévouée et optimiste, son entourage lui reconnaissait un sens des affaires peu commun. Elle avait, bien avant la fondation proprement dite de la caisse, étroitement collaboré à la rédaction des statuts et règlements de la nouvelle institution. Dès les débuts, c’est elle qui assura bénévolement la gérance de la Caisse populaire de Lévis, permettant ainsi aux administrateurs d’accumuler un fonds de réserve en économisant un salaire. De 1903 à 1906, elle s’occupa de la comptabilité de la caisse, une responsabilité à laquelle elle consacra plus de 30 heures par semaine. Lorsque son mari, Alphonse Desjardins, tomba malade et dut prendre sa retraite en 1917, Dorimène Roy Desjardins devint son porte-parole officiel et collaborera dorénavant au développement de la fédération et de la caisse centrale auxquelles son mari tenait fortement. Au décès de son mari, le 31 octobre 1920, la caisse est en plein processus de structuration. Des unions régionales voient le jour. La vision et le leadership d’Alphonse Desjardins manquent aux sociétaires. Dorimène devient, dès lors, à la fois l’arbitre, la mémoire, le guide et l’interprète de la pensée de son mari. À titre de légataire des dossiers personnels de ce dernier, elle sut non seulement conserver précieusement ces dossiers qui traitaient de coopération et d’affaires publiques, mais aussi en reconnaître l’importance pour la postérité. En 1923, elle vendit tous ces documents à la Bibliothèque de la Législature afin qu’ils demeurent accessibles au public, pour les générations à venir.

24Au cours des années, son rôle devint plus visible, particulièrement dans la structuration et l’unification des caisses populaires au sein d’unions régionales. Dorimène Roy Desjardins interviendra régulièrement dans plusieurs débats portant sur l’évolution des caisses, sur l’établissement d’une caisse centrale à l’échelle régionale et provinciale. Elle s’opposera à l’ingérence du gouvernement dans la gestion de ces institutions basées sur la coopération. Elle pilotera ses propres dossiers, dont celui du crédit agricole qu’elle liera étroitement au développement des caisses.

  • 2 On rappelle qu’au 31 décembre 2005, l’actif du Mouvement Desjardins dépassait 118 milliards de dol (...)

25Dorimène Roy Desjardins fut reconnue par les coopérateurs et les administrateurs des caisses et des unions régionales comme étant « l’associée nécessaire » d’Alphonse Desjardins. À sa mort, en juin 1932, elle eut droit à des funérailles imposantes, à la mesure du témoignage dont elle fut l’objet dans l’Action catholique : « … elle aura été assurément l’une des femmes les plus au courant de la question économique considérée au point de vues social. […] Sans elle, reconnaissons-le, les caisses populaires n’existeraient probablement pas » (Bélanger et Gagnier, 2006, p. 9). Aujourd’hui, à la mémoire de Dorimène Roy Desjardins, la Fondation Desjardins octroie annuellement des bourses d’études qui portent son nom2. Trois de ces bourses de 2 500 $ sont destinées aux femmes qui retournent aux études, au niveau du baccalauréat, et deux bourses de 3 500 $ sont réservées aux femmes gestionnaires, actives au sein du Mouvement des caisses Desjardins, et qui s’engagent à maintenir ce statut pendant au moins deux ans à la fin de leurs études.

Justine Lacoste-Beaubien

26Justine Lacoste-Beaubien avait 30 ans lorsqu’elle accepta de présider le comité qui fonda l’hôpital Sainte-Justine pour les enfants en 1907, et 86 ans au moment d’en quitter la présidence. Les auteures de sa belle histoire, une avocate, Nicolle Forget, et deux professeures de HEC Montréal, Francine Harel-Giasson et Francine Séguin, ont fait valoir la pertinence encore très actuelle de sa pensée et de ses actions :

En mots d’aujourd’hui, on dirait que Justine Lacoste-Beaubien a fait de la gestion de crise lorsqu’elle a organisé les soins aux enfants lors des grandes épidémies, de la gestion technologique lorsqu’elle visitait des hôpitaux à l’étranger pour connaître les équipements les plus modernes, du développement des ressources humaines lorsqu’elle a fondé l’École des infirmières et lorsqu’elle envoyait « ses » médecins participer à des congrès internationaux ou leur offrait des bourses d’études, de la gestion des relations publiques lorsqu’elle associait les médias à la poursuite de son œuvre. On dirait aussi qu’elle était visionnaire en faisant reposer le succès de l’hôpital autant sur la recherche des plus hauts standards scientifiques et professionnels que sur le dévouement et en tenant à ce que le nouvel hôpital soit construit à proximité de l’Université de Montréal. (Forget, Harel-Giasson et Séguin, 1995, p. 3)

27Justine Lacoste est née le 1er octobre 1877, la sixième d’une famille qui comptera 13 enfants. Le bénévolat des femmes auprès des démunis faisait partie intégrante de la culture de cette famille. C’est en répondant à la demande d’une femme médecin, Irma Le Vasseur, née à Québec en 1877, et qui avait étudié au couvent Jésus-Marie de Sillery, que Justine Lacoste-Beaubien trouva l’œuvre qui allait donner un sens profond à sa vie. Irma Le Vasseur avait étudié la médecine à la Saint-Paul University, au Minnesota, car les facultés de médecine du Québec n’acceptaient pas les femmes. Irma Le Vasseur fut la première Canadienne française à pratiquer la médecine au Québec. Elle choisit la pédiatrie et s’installa à Montréal en 1903, après deux années de pratique à New York. Pour obtenir son droit de pratique au Québec et adhérer au Collège des médecins et chirurgiens de la Province de Québec, elle avait dû demander l’intervention de l’Assemblée législative, qui le lui avait accordé, à condition qu’elle se satisfasse de la médecine, de la chirurgie et de l’obstétrique. Après avoir étudié en Allemagne et en France, elle se retrouva à la Crèche de la Miséricorde, où elle fut sensible à la misère et aux besoins des enfants. Elle souhaita dès lors mettre sur pied, pour les francophones, un hôpital semblable au Children’s Memorial Hospital. Elle s’adressa à madame Alfred Thibodeau qui rassembla un groupe de femmes et promit qu’elle aurait six mois plus tard une présidente pour le futur conseil d’administration. Malheureusement, selon le Code civil alors en vigueur, les femmes mariées étaient considérées comme mineures, incapables d’agir sans l’autorisation de leur mari. Mais les Lacoste sont une famille de juristes. Un des frères de Justine, Paul, accepta de discuter avec son père, Sir Alexandre Lacoste, et avec sa sœur Marie, qui avait déjà publié un traité de droit civil, à l’intention des femmes. Par la suite, afin de constituer la corporation de l’hôpital Sainte-Justine pour les enfants, un projet de loi fut déposé à l’Assemblée législative de Québec.

28Le 25 avril 1908, le projet reçoit la sanction royale et, selon l’article 1 de ce projet de loi, les dames qui sont membres de cette corporation et les autres qui s’y joindront à titre d’officières ou d’administratrices n’auront plus besoin de l’autorisation de leurs maris et n’engageront aucunement la responsabilité de ces derniers. Elles seront responsables de leurs actes, à titre individuel et de membre du conseil. Il s’agit d’une victoire chèrement acquise à coups d’influence, car ces femmes ont obtenu du gouvernement québécois qu’il les relève de leur incapacité juridique afin qu’elles puissent agir au conseil d’administration. L’hôpital Sainte-Justine pour les enfants n’est alors qu’un modeste dispensaire, logé rue Saint-Denis.

29Cinq femmes qui avaient toutes étudié au couvent des Saints-Noms-de-Jésus-et-de-Marie forment le premier conseil d’administration de l’hôpital. Ce sont de grandes bourgeoises de Montréal : « mesdames Caroline Béique, épouse de Frédéric Liguori Béique, que le Montral Star classera comme millionnaire en 1911, Joséphine Dandurand, épouse du sénateur Raoul Dandurand, Marie Thibaudeau, épouse de Rosaire Thibaudeau, sénateur et homme d’affaires s’occupant de commerce, de finance et du chemin de fer, madame Leman, épouse de Beaudry Leman, gérant général de la Banque Canadienne Nationale et Marie Gérin-Lajoie, épouse de l’avocat Henri Gérin-Lajoie » (Collectif Clio, 1982, p. 260-261). Elles confient aux religieuses de la Congrégation des Filles de la Sagesse le mandat de former les infirmières et de gérer l’hôpital.

Des droits à conquérir

30Même au début du XXe siècle, les législations québécoise et canadienne ne permettront pas aux femmes de s’exprimer ouvertement en tant qu’entrepreneures. En 1918, le gouvernement fédéral accorde le droit de vote aux femmes. Au Québec, il faudra attendre 1940 et les suffragettes de Thérèse Casgrain, ces « dames aux grands chapeaux », comme on les désignait, pour que les Québécoises obtiennent du parlement dirigé par le libéral Adélard Godbout de bénéficier de ce droit. C’est en 1964 seulement que le gouvernement Lesage mettra un terme à l’incapacité juridique de la femme mariée par le projet de loi 16. En entrant elle-même en fonction, celle qui pilota ce dossier, Marie-Claire Kirkland-Casgrain, avocate et première femme élue à l’Assemblée législative du Québec, avait dû demander à son mari de signer le bail de l’appartement qu’elle devait occuper près du parlement. Elle fut élue lors d’une élection partielle, le 14 décembre 1961. Le gouvernement Lesage entreprit ensuite une véritable révolution dans le domaine de l’éducation, en ouvrant aux filles les portes des institutions d’enseignement, ainsi que le recommandait le rapport Parent.

Une commission d’enquête fédérale

31En 1967, le gouvernement fédéral met sur pied la Commission royale d’enquête sur la situation de la femme au Canada, sous la présidence de Florence Bird, journaliste de la presse écrite et de la télévision (Gouvernement du Canada, 1970). Le rapport déposé le 8 février 1970 inclura 167 recommandations pour favoriser l’égalité des femmes et leur pleine participation à toutes les dimensions de la vie canadienne, dont la dimension économique. Les commissaires affirment alors, comme une révélation-choc, ce que les femmes d’aujourd’hui considèrent depuis longtemps comme une évidence :

Les femmes, comme les hommes, passent une partie importante de leur vie à produire et à consommer des biens ainsi qu’à faire fonctionner et à utiliser des services, et il n’y a pas lieu de penser que leurs activités soient de quelque façon moins essentielles à l’économie que celles des hommes. Néanmoins, dans ce domaine règne une grande confusion en ce qui concerne l’apport des femmes à l’activité économique du pays. (Ibid., p. 23)

32Le rapport souligne que, tel qu’il est mesuré, le produit national brut, qui devrait totaliser tous les coûts de production et mesurer la valeur marchande de tous les produits et services, ne tient aucunement compte du travail des femmes, ni du travail ménager, ni du travail bénévole, ni des biens personnels, ni du salaire qu’une femme gagne puisque ce salaire et ces biens sont souvent inclus dans le revenu de son mari. Selon ce rapport, au-delà du constat que les femmes gagnent moins que les hommes, il faut aller plus loin et reconnaître que cette situation est source de malentendus et de difficultés spécifiques :

Le fait de ne pas reconnaître à sa juste valeur le potentiel économique des femmes est une autre cause de difficulté. Le malentendu est inévitable parce que les hommes ont rarement l’occasion de faire la preuve de leurs capacités. En particulier, elles sont encore très peu nombreuses à s’être fait une place dans certains domaines. Tant qu’il en sera ainsi, on ne songera guère à elles pour des postes de direction, et cela d’autant moins que les grandes entreprises semblent peu disposées à leur donner l’occasion de montrer ce qu’elles peuvent faire. (Ibid., p. 24)

33Le rapport explique que les femmes mariées, n’ayant pas accès au crédit à leur nom personnel, sont limitées dans leur pouvoir d’achat et dans leur participation plus globale à la vie économique. Il faut noter que même si elles avaient eu accès au crédit à titre de célibataires, une fois mariées, les femmes voyaient leur carte de crédit personnelle remplacée par une carte émise au nom de leur mari. Le rapport reconnaît ce problème :

Le pouvoir d’achat est souvent lié à la faculté d’obtenir du crédit. Les lettres et les mémoires adressés à la Commission montrent que les femmes ne peuvent pas acheter à crédit aussi facilement que les hommes. On nous a signalé des cas où des femmes n’ont pas pu obtenir d’hypothèques alors que leur revenu dépassait celui de leur mari. Comme le dit un mémoire, les femmes se voient refuser des prêts à leur nom, pour des hypothèques ou pour d’autres fins simplement à cause de leur sexe. (Ibid., Mémoire no 328, p. 29)

34La législation fédérale, selon la Commission, ne serait cependant pas discriminatoire envers les femmes à ce sujet. Il s’agirait plutôt d’attitudes, de perceptions et d’habitudes plus résistantes que les lois. Le rapport explique :

Même si l’on respecte scrupuleusement les lois interdisant la discrimination à l’égard des femmes, il demeure dans la société des coutumes et des croyances qui forcent la femme à se contenter d’une situation inférieure. […] La femme a trop fréquemment été considérée comme une femme d’abord, comme un être humain ensuite. (Ibid., p. 439)

35Pour les prêts et les hypothèques, il s’agirait donc de l’application des lois dans les règlements des institutions responsables puisque les prêts et hypothèques sont basés sur le revenu :

Ces conditions stipulent que le paiement total effectué par l’acquéreur ou le propriétaire pour son hypothèque ou son prêt ne doit pas dépasser un certain pourcentage de son revenu annuel. En évaluant ce revenu, le prêteur peut inclure jusqu’à 50 pour cent du revenu de l’épouse de l’acquéreur ou du propriétaire. Et pour bien préciser la valeur du terme épouse, le règlement spécifie que lorsque l’acquéreur ou le propriétaire est une femme mariée, ou lorsque le mari et la femme sont conjointement acquéreurs ou propriétaires, le mari est considéré comme étant l’acquéreur ou le propriétaire pour le calcul du taux de service de la dette brute. Il en résulte que la situation financière du mari sert de critère pour l’approbation d’une hypothèque ou d’un prêt même si c’est la femme qui acquiert ou possède la maison. (Ibid., p. 30)

36Cette « discrimination » envers les femmes mariées, qui n’en serait pas une selon le rapport, s’appuie sur le droit coutumier, en vigueur dans neuf provinces canadiennes, qui rend le mari responsable des dettes de sa femme. Au Québec, qui a son propre Code civil, le statut juridique de la femme mariée demeurera confus jusqu’en 1969, au moment où la Loi sur les régimes matrimoniaux sera promulguée. Cette loi a créé la société d’acquêts entre les conjoints mariés, identifiant plus clairement les biens de l’homme, de la femme, détenus avant le mariage, et les biens qui seront ensuite acquis au cours du mariage. En dépit de ces précisions, certaines banques québécoises ont continué à demander l’endossement du mari lorsque sa femme faisait un emprunt. Elles exigeaient même que le contrat de mariage leur soit présenté. Selon le rapport Bird, « la réévaluation de la situation d’une femme au lendemain de son mariage se traduit souvent par une diminution de son crédit personnel » (Ibid., p. 31).

37Un autre obstacle à la participation des femmes à la vie économique – et celui-ci concerne directement les femmes désireuses de se lancer en affaires ou de contribuer à l’évolution de l’économie – est le fait qu’en 1970, les femmes ne pouvaient siéger aux conseils d’administration des entreprises. Le rapport Bird énumère quelques inconvénients de cette situation et souhaite incontestablement un changement :

Il est certain que la composition des conseils d’administration et du haut personnel devrait être modifiée pour que le pouvoir de décision soit mieux réparti entre les sexes dans le monde des affaires. Il est non moins incontestable que l’absence des femmes aux postes de direction signifie que le pays n’utilise pas pleinement les compétences dont il dispose. Les femmes qui votent aux assemblées des actionnaires pourraient améliorer cette situation en affirmant leur désir de faire nommer des administrateurs femmes qui aient, bien entendu, la compétence requise. (Ibid., p. 33)

38Toujours en 1970, les femmes n’étaient pas admises non plus ni au parquet de la Bourse de Montréal ni à celui de la Bourse canadienne. Selon ce rapport, les femmes n’en auraient jamais fait la demande.

Les retombées de la commission Bird

  • 3 Parmi ces pays figure la Grande-Bretagne qui avait mis sur pied, en 1962, le Women’s Consultative (...)

39La commission Bird recommanda la création d’un conseil de la condition de la femme, ce qui fut fait en 1973, et incita les provinces à en faire autant. Le rôle de ce nouvel organisme, d’envergure pan-canadienne, « consisterait en partie à évaluer les résultats de ces programmes, à proposer des mesures nouvelles lorsque cela s’avère nécessaire et à servir de centrale d’information, ainsi que d’agent de liaison avec son homologue des Nations Unies et avec les organismes similaires qui existent dans les autres pays » (Ibid., p. 440)3.

40La commission Bird s’attendait à ce que le Conseil de la condition de la femme publie des études et repère les nouveaux besoins qui s’expriment, et à ce que chacune des provinces se dote d’un tel organisme. En 1978, le Conseil du Québec publia Pour les Québécoises : égalité et indépendance. Le 2 avril 1981, le nouveau Code civil, révisé en profondeur, fonde les responsabilités au sein de la famille sur l’égalité juridique des conjoints. Attestant l’importance de leur identité, les femmes québécoises conserveront leur nom de famille et pourront le transmettre à leurs enfants. Le lieu de la résidence familiale sera dorénavant choisi par les deux conjoints et, en cas de divorce, la femme pourra faire évaluer et reconnaître son apport à l’enrichissement de la famille, par des mesures dites de « prestation compensatoire », qui n’ont rien à voir avec la reconnaissance du travail de la femme au foyer, mais qui attribueront un certain dédommagement à des femmes qui auront été les « collaboratrices » de leur mari par leur travail, qu’il soit rémunéré ou non. L’exemple des agricultrices était le plus frappant.

41Puisque les capacités des femmes à entreprendre en leur propre nom ont été ignorées ou restreintes par le législateur, il est évident que tout changement sur un seul aspect pouvait en engendrer quelques autres. En s’intéressant aux droits des femmes, qu’ils soient économiques ou sociaux, le législateur a été obligé de reconsidérer la famille et d’admettre l’existence de plusieurs types de familles, de même qu’il a dû dégager la femme de son rôle d’épouse et de mère, afin de lui reconnaître tous ses droits en tant que personne. Depuis 1989, au Québec, la Loi sur le patrimoine familial entraîne dorénavant le partage égal de tous les biens acquis au cours du mariage, la protection et le partage de la résidence familiale et de la résidence secondaire, les meubles et les véhicules ayant servi à la famille, les régimes de retraite privés et publics. Toutes les femmes ont le droit de posséder des actifs et de vivre dans une certaine sécurité. Bien plus, les bénéfices de ces droits nouvellement reconnus pour les femmes s’appliquent à d’autres types de partenaires : depuis le 16 juin 1999, les personnes non mariées mais conjointes de fait, quel que soit le sexe, peuvent bénéficier de certains avantages accordés aux couples hétérosexuels mariés.

La réponse des femmes : se regrouper

42En plus de fréquenter en grand nombre les institutions d’enseignement dont les portes leur étaient enfin ouvertes, les femmes ont non seulement continué d’agir et d’entreprendre à leur façon, mais elles ont choisi de se regrouper pour revendiquer leur place dans la société en général, et dans la vie économique en particulier. Ces regroupements se sont effectués dans les régions comme dans les villes. Plusieurs existent encore aujourd’hui, d’autres ont disparu ou évolué sous un autre nom. En voici quelques exemples.

La Fédération nationale St-Jean-Baptiste

43Dès 1907, la Fédération nationale St-Jean-Baptiste, fondée par Caroline Dessaules-Béïque et Marie Lacoste-Gérin-Lajoie, a été créée pour agir dans trois domaines : la charité, l’éducation et l’économie. Sa mission ? « […] guider la femme dans la conduite des affaires, former une élite dans le monde commercial, fournir un centre d’études sur les questions économiques du ressort des femmes, tout en développant leurs intérêts moraux et professionnels » (Lavigne et Dinaud, 1983 ; p. 213). Dans les années 1920, la Fédération militera vigoureusement pour le droit de vote des femmes et disparaîtra, une fois cet objectif atteint.

Les Cercles de fermières

44Les Cercles de fermières ont été créés en 1915, au cours de la Première Guerre mondiale, par Alphonse Désilets et Georges Bouchard, agronomes de profession, qui voyaient dans les femmes « la défense la plus puissante de la race et la force de leur pays ». Ils comptaient sur le regroupement des femmes et leur apport à la culture et à l’économie pour freiner l’exode des régions. Aujourd’hui, les objectifs des Cercles de fermières tels qu’ils sont définis par les membres de plus de 700 cercles répartis à travers toutes les régions du Québec se formulent ainsi : « l’amélioration des conditions de vie de la femme et de la famille ainsi que la transmission du patrimoine culturel et artisanal ». Les Cercles de fermières publient maintenant un magazine, L’Actuelle, et sont bien connus pour leur série Qu’est-ce qu’on mange ?, une synthèse délicieuse de la cuisine des Québécoises et des régions.

L’Association féminine d’éducation et d’action sociale

45L’Association féminine d’éducation et d’action sociale (AFEAS) est elle-même issue de la fusion d’autres regroupements de femmes, soit les Cercles d’économie domestique et l’Union catholique des femmes rurales qui s’étaient donné des missions semblables. Depuis 1966, l’AFEAS regroupe des femmes d’affaires, qu’elles soient agricultrices ou collaboratrices de leur mari, et vise « à promouvoir les droits des femmes et à améliorer la société par l’éducation et l’action sociale ». Dès 1974, l’AFEAS a effectué une enquête sur le statut des « femmes collaboratrices » et a formulé plusieurs recommandations à leur sujet dans un mémoire présenté à la commission parlementaire sur la réforme du droit de la famille. Dans ce mémoire, l’AFEAS avait précisé que l’expression « femmes collaboratrices » était une spécificité du contexte socioéconomique du Québec. Une « femme collaboratrice » est « une femme légalement mariée, vivant avec son mari et travaillant avec lui dans l’entreprise qui les fait vivre, sans être elle-même associée, actionnaire ou co-propriétaire » (AFEAS, 1979, p. 4). Il apparaissait donc nécessaire de « traiter de la situation de la femme collaboratrice pendant la durée du mariage ainsi qu’au moment du décès, du divorce ou de la séparation du corps. […] Si les recommandations proposées sont adoptées, il est évident qu’elles devront être appliquées à tout conjoint collaborateur et non pas uniquement à l’épouse » (Ibid., p. 3). Cette précision dénotait une grande ouverture d’esprit, un souci d’équité envers ce conjoint collaborateur et une attitude généreuse. Le mémoire situe très bien ces « femmes collaboratrices » que nous pourrions côtoyer tous les jours :

On les retrouve surtout dans des commerces et des exploitations agricoles, par exemple : fermes, épiceries, bijouteries, entreprises de nettoyage, garages, restaurants, motels [...]. On les retrouve souvent secondant leur mari électricien, plombier, entrepreneur en construction ou autre. Bien qu’elles contribuent au succès de l’entreprise, en y travaillant en moyenne 23 heures par semaine, leur participation est rarement reconnue de façon tangible, et leur sécurité financière dépend à la fois du régime matrimonial, du succès de l’entreprise et du bon vouloir du mari. (Ibid.)

46Les recommandations de l’AFEAS visaient donc à garantir à ces femmes une meilleure reconnaissance sociale, à assurer leur sécurité financière et légale en cas d’échec du couple ou de décès du partenaire.

47La première recommandation demande de garantir l’autonomie financière de la « femme collaboratrice » en reconnaissant tout d’abord la valeur économique de son travail et son droit de recevoir une rémunération sous forme de salaire, de participation dans les profits de l’entreprise, de parts dans la société ou d’actions si l’entreprise est incorporée. L’AFEAS recommande, tout d’abord, que la « femme collaboratrice » bénéficie des mêmes mesures sociales que les autres travailleurs, soit la participation au régime des rentes, le salaire minimum, l’assurance-emploi et l’accès à la formation professionnelle. Le Code civil ainsi que diverses lois fédérales et provinciales devraient être amendés pour reconnaître sa contribution, à titre individuel, et ses droits, lors d’un divorce, en considérant l’entreprise, non comme un bien personnel de son mari, mais comme une société de fait. La femme collaboratrice devrait avoir droit à une compensation ou à une indemnité proportionnelle à sa collaboration dans l’entreprise, calculée selon le temps consacré, en termes d’heures, de type de travail ou d’années de service, indépendamment des torts respectifs des époux. En cas de décès de son époux en l’absence de descendant, la femme collaboratrice devrait hériter de la totalité de la succession du conjoint décédé et, s’il y a des descendants, le partage devrait se faire en parts égales avec ces derniers ou, si elle le préfère, en totalité de l’usufruit. Le tout, sans renoncer aux avantages de son régime matrimonial ou de son contrat de mariage. Elle a le droit de réclamer aux autres héritiers une indemnité équivalente à sa participation dans l’entreprise et de se prévaloir de l’attribution préférentielle de l’entreprise.

48Au début, ces recommandations semblaient traiter les « femmes collaboratrices » plutôt comme des employées ayant droit à des conditions de travail décentes, mais au début des années 1980, une nouvelle association est créée : l’Association des femmes collaboratrices (ADFC), qui deviendra ensuite l’Association des collaboratrices et partenaires en affaires (ACPA). Les femmes se positionnent ainsi, et de plus en plus, vraiment par elles-mêmes, comme des entrepreneures.

Le Bottin des femmes d’affaires

49Rapidement, les entrepreneures et les femmes en affaires ont ressenti le besoin de se connaître et de brasser des affaires entre elles. À Montréal, le 12 mars 1981, Guylaine et Henriette Lanctôt lancent donc le Bottin des femmes d’affaires, un répertoire devant faciliter les contacts entre des femmes d’affaires œuvrant dans différents milieux. Le premier bottin regroupe déjà les coordonnées d’une centaine d’entrepreneures de Montréal et des environs. Les femmes inscrites échangeaient des clients, des contacts et des services, et veillaient à retourner l’ascenseur à celles qui les avaient aidées à un moment ou à un autre mais puisque rien ne vaut le contact direct, Henriette Lanctôt décida d’organiser les premières rencontres de réseautage pour répondre à ce souhait des femmes de mieux se connaître.

50À compter de 1985, Lise Cardinal doublera le nombre d’inscriptions au Bottin des femmes d’affaires en y ajoutant des entrepreneures de l’extérieur de la région métropolitaine. Elle organise un premier colloque et lance le bulletin trimestriel Les propos. Au cours de cette même année, Henriette Lanctôt fonde l’Association des femmes d’affaires du Québec (AFAQ), transformant ainsi un annuaire d’entrepreneures et de professionnelles en un grand réseau de femmes d’affaires dont la croissance et le rayonnement ne cesseront d’augmenter.

51De 1986 à 1990, une équipe de recrutement est mise sur pied et l’AFAQ négocie les premiers avantages et bénéfices pour ses membres. Le comité consultatif de gestion, composé des directrices de chaque section régionale, est constitué en 1987. L’année suivante verra la création des cellules d’entraide. La réputation de l’AFAQ s’étend au-delà des frontières, et plusieurs organisations canadiennes, américaines et européennes la contactent. Au cours des années 1990, marquées par une forte récession qui n’épargne ni les entrepreneures membres de l’AFAQ ni les femmes cadres de grandes entreprises, l’Association des femmes d’affaires du Québec se réoriente. Plusieurs cadres en chômage décident de se tourner vers l’entrepreneuriat. En 1992, des missions de coopération s’établissent avec des associations de femmes d’affaires réparties sur plusieurs points du globe. Un an plus tard, Femmes d’affaires sans frontières (FASF), un organisme à but non lucratif, est fondé. Il fournit de la formation et de l’information aux femmes désireuses d’accéder aux marchés étrangers.

52En 1993, Henriette Lanctôt prend sa retraite de l’entreprise, et Nicole Beaudoin prend la relève. Elle s’adjoint deux vice-présidentes pour que l’association amorce un nouveau virage. En 1995, une étude de marché fournit des informations substantielles sur les besoins des femmes d’affaires et permet d’établir un plan d’action adapté aux changements sociaux et économiques de ce temps. L’AFAQ oriente ses actions vers les femmes en régions et développe de nouveaux services pour ses membres dont le recrutement est assuré par une équipe de sollicitation spécialement formée.

Le Réseau des femmes d’affaires du Québec inc.

53En 1996, l’AFAQ fête ses 15 ans d’existence au Salon de la femme et, dorénavant, le groupe sera connu sous le nom de Réseau des femmes d’affaires du Québec inc. (RFAQ), dont le but demeure la création d’un véritable réseau d’affaires pour les femmes afin

de contribuer activement au développement économique et à l’épanouissement personnel et professionnel de ses membres, en mettant en évidence leur compétence, leur créativité et leur engagement [… et de] puiser dans la force et la diversité de ces milliers de femmes pour participer avec fierté à l’évolution et à l’enrichissement d’une société en pleine évolution. (RFAQ, 2006)

54L’originalité de cette structure réside dans son statut juridique. Le RFAQ est une entreprise privée qui met au service des entrepreneures une expertise particulière dans le réseautage. L’accent porte sur la formation et, dans cette perspective, des liens stratégiques sont tissés avec diverses agences gouvernementales et paragouvernementales. En 1998, par exemple, la Banque de développement du Canada a cédé au RFAQ la licence d’exploitation de son programme Femmes vers le sommetMD qui fournit aux entrepreneures la formation et le support nécessaires au démarrage et au développement de leur entreprise. À l’intérieur de ce programme, l’apprentissage de la théorie est jumelé à des services de mentorat, de consultation et de réseautage. Pour assurer la gestion et la diffusion des différents programmes de formation, Nicole Beaudoin met sur pied l’Institut de formation pour les gens d’affaires inc. (IFGA).

55Le RFAQ est bien connu pour son gala annuel au cours duquel neuf prix sont décernés dans autant de catégories, de la petite à la grande entreprise, pour souligner l’excellence des femmes d’affaires québécoises. Le prix Femmes d’affaires du Québec tient compte de leurs réalisations et de leur engagement dans la société. Lors de ce gala annuel, le RFAQ honore non seulement des entrepreneures, mais aussi des femmes cadres, des professionnelles et des bénévoles. Le prix Reconnaissance, quant à lui, souligne les réalisations d’une femme exceptionnelle qui se démarque depuis de nombreuses années, tant sur le plan professionnel que social.

56Le RFAQ bénéficie d’une réputation enviable auprès des acteurs économiques et politiques au Canada et à l’étranger. Sa mission d’entraide et de solidarité entre femmes se traduit, au quotidien, dans ses activités, ses engagements et ses missions de coopération. Les entrepreneures, membres de ce réseau, partagent une vision inspirante et profitent de l’expérience de leurs consœurs. En 2006, le RFAQ regroupe 2 500 membres, qui sont soit des propriétaires d’entreprise, soit des professionnelles. À lui s’est greffé, en 2005, le Centre d’entrepreneuriat féminin du Québec, grâce au soutien financier de Développement économique Canada (DEC), une agence fédérale qui a pour mandat de promouvoir le développement économique des régions du Québec, principalement par des programmes d’aide financière. Ses priorités sont de favoriser l’innovation et l’économie du savoir dans chacune des régions du Québec et d’aider les collectivités à contribuer à bâtir l’économie du XXIe siècle.

Le Centre d’entrepreneuriat féminin du Québec

57Le Centre d’entrepreneuriat féminin du Québec (CEFQ) est un organisme sans but lucratif, bilingue, situé à Montréal, mais qui s’adresse aux entrepreneures francophones et anglophones de toutes les régions du Québec. Il est dirigé par un conseil d’administration et orienté par un comité consultatif qui regroupe des représentants des gouvernements (fédéral, provincial et municipal), des institutions d’enseignement (commissions scolaires et universités), des organismes travaillant directement auprès des femmes québécoises d’origine ou immigrantes, de même que des institutions financières. Le Centre veut devenir un guichet unique d’activités et de services d’accompagnement des entrepreneures dans leurs démarches de démarrage ou de développement de leur entreprise. Un service de diagnostic aide les entrepreneures à identifier leurs besoins et à s’orienter, en utilisant les conseils et les services offerts par le CEFQ ou par d’autres organismes compétents. Un portail Web d’information est mis à jour régulièrement, et les entrepreneures y trouvent de la documentation sur les programmes et les organismes qui offrent ces services. Des programmes de formation sont offerts sous forme de cours, de séminaires ou d’ateliers spécialisés en gestion des entreprises. Le mentorat et le coaching personnalisé permettent à des entrepreneures de profiter de l’expérience des plus chevronnées, particulièrement quand les entreprises amorcent une phase d’expansion. Grâce à ses contacts avec le milieu universitaire et les gouvernements, le CEFQ participe à des travaux de recherche sur divers aspects de l’entrepreneuriat féminin.

La diversité des ressources actuelles

58Aujourd’hui, les femmes qui choisissent d’entreprendre ont à leur disposition diverses formes d’aide que les gouvernements fédéral et provincial ont mis à leur disposition. Outre la création du Centre d’entrepreneuriat féminin du Québec, Développement économique Canada (DEC) offre des programmes à l’intention des PME et du développement des collectivités. En collaboration avec l’Association féminine d’éducation et d’action sociale (AFEAS) et le Réseau des sociétés de développement des collectivités, DEC met à la disposition de femmes de tous âges les Fonds d’aide aux entrepreneures en région (AFER) pour promouvoir l’entrepreneuriat féminin. Un montant maximal de 3 000 $ permet à la nouvelle entrepreneure de développer son projet et de rédiger son plan d’affaires ; un montant maximal de 25 000 $ est attribué pour démarrer l’entreprise et recourir aux ressources humaines et matérielles nécessaires pour assurer un bon départ.

  • 4 Le ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation travaille en partena (...)

59Le gouvernement du Québec n’est pas en reste, ni pour le développement des entreprises, ni pour son soutien aux entrepreneures, ni pour le financement de recherches sur ce sujet. Dès 1997, des études ont été financées par les ministères à vocation économique du Québec. Cette année-là, le rapport Entreprendre au féminin décrivait la situation des entrepreneures au Québec et recommandait, entre autres, de former un groupe-conseil sur l’entrepreneuriat féminin pour faciliter aux femmes l’accès au monde des affaires. Formé en 1999, le groupe-conseil donnait suite aux recommandations d’Entreprendre au féminin dans un rapport intitulé Les défis des entrepreneures qui formulait une série de propositions, dont la création de fonds régionaux réservés aux femmes dont l’entreprise se situait à l’étape du prédémarrage, du démarrage, de la consolidation de l’entreprise ou en préparation d’une étape de croissance significative4.

60Filaction offre des possibilités de microcrédit pour les entrepreneures débutantes et ensuite, grâce à une diversité de fonds d’investissement, cet organisme permet de combler les besoins de capitalisation des entreprises grâce à un financement sous forme de fonds propres, de quasi-fonds propres, de financement subordonné ou de prêt pour des montants se situant entre 50 000 et 500 000 $. Pour les entreprises d’économie sociale, s’ajoute la possibilité d’un financement se situant entre 100 000 et 250 000 $ provenant du Fonds de financement coopératif. Le ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exploitation a aussi mis à jour un répertoire d’organismes dédiés et de sites d’intérêt complémentaires.

61Parmi ces organismes de soutien, la Compagnie F et les Cercles d’emprunt de Montréal, des organismes sans but lucratif, présentent l’entrepreneuriat aux femmes et les accompagnent dans ce cheminement afin qu’elles atteignent un meilleur niveau d’indépendance financière et professionnelle. Ces organismes soutiennent les microentreprises et les travailleuses autonomes. Elles appuient dans leurs démarches les entrepreneures en démarrage pour obtenir du financement par mode de crédit ou de microcrédit, et du soutien à l’intérieur de programmes comme le Soutien au travail autonome (STA) et les bourses de la Fondation du maire de Montréal pour la jeunesse. Les entrepreneures ont ainsi la possibilité de mieux se connaître dans leurs nouvelles fonctions, de préparer un plan d’affaires, d’envisager différentes stratégies de marketing, de s’initier aux indicateurs qui assureront la viabilité et la rentabilité de leur projet. Elles sont donc soutenues au moment de leur demande de prêt ou d’une entente de financement, une fois que les sources de financement disponibles leur ont été présentées.

62Les institutions financières, banques et caisses populaires, sensibilisées aux besoins de cette nouvelle clientèle, lui offrent des produits adaptés aux étapes stratégiques du développement de l’entreprise : l’étape du démarrage, celle de la croissance, ou encore de l’exportation. Pour les entrepreneures plus avancées dans leur projet, la Banque de développement du Canada (BDC), qui appartient entièrement au gouvernement du Canada, fournit des services financiers, d’investissement et de consultation aux petites et moyennes entreprises canadiennes. La BDC s’intéresse particulièrement aux entreprises du secteur de la technologie et à celles qui sont prêtes à exporter. On doit à cette institution, qui a publié plusieurs études sur les entrepreneures, un niveau de financement intéressant. En effet, de 1995 à 2005, les sommes prêtées aux entrepreneures ont atteint 1 600 000 000 $ et, depuis octobre 2003, la BDC consacre un fonds de 25 000 000 $ en financement subordonné pour les entrepreneures dont l’entreprise est en croissance. Les banques et les caisses populaires s’intéressent aussi particulièrement à cette clientèle dans le cadre de certains programmes ou en leur destinant certains de leurs produits. Elles soulignent leurs réalisations par des prix, des palmarès, etc.

Les entrepreneures québécoises d’aujourd’hui

63En conclusion, on peut dire que les femmes et les institutions ont fait des progrès appréciables pour se faire connaître et mieux se comprendre. Lorsque, dans les années 1960, 1970 et 1980, le Québec voyait naître et se développer les premières PME et qu’il se lançait dans l’aventure du « Québec inc. », les femmes commençaient seulement à s’extirper du modèle des « femmes collaboratrices », des femmes vivant dans l’ombre d’un grand homme. Elles ont dû faire face à de nombreux défis, dont celui de l’accès au financement de leurs entreprises. La solution qu’elles ont choisie consistait souvent à se regrouper, et ce choix a assuré leur visibilité et leur force pour influencer le courant de la vie économique et sociale du Québec.

64Les femmes ont profité d’un meilleur accès à l’éducation ; elles ont envahi la plupart des fiefs masculins, et les résultats obtenus sont éloquents. Non seulement les professions, mais aussi les métiers traditionnellement masculins les accueillent, dans quelques cas encore avec une certaine réticence de la part des hommes. Leur présence peut nécessiter des aménagements dans les milieux de travail, mais généralement, ces emplois sont mieux rémunérés, ce qui n’empêche pas de reconnaître que beaucoup d’emplois traditionnellement féminins sont valorisants et valorisés. Du côté des affaires, les filles sont majoritaires dans les facultés d’administration et les professions reliées à la gestion ; elles décrochent les premiers prix lors des examens des différents ordres professionnels. Les entrepreneures d’aujourd’hui ont bénéficié et bénéficient toujours des retombées des luttes sociales et féministes du passé. À leur tour, elles s’inscrivent dans l’histoire de l’entrepreneuriat féminin du Québec.

Notes

1 Les références de ce texte sont tirées de la présentation faite par Guy Bélanger, le 1er février 2006, dans le cadre d’une série de spectacles organisés par la Commission de la capitale nationale du Québec et le Musée de l’Amérique française ; sur le site de la Commission de la capitale nationale du Québec, à l’adresse suivante : <http://www.capitale.gouv.qc.ca/souvenir/memoire/textes>. C’est un bel hommage populaire que Dorimène Roy Desjardins aurait certainement apprécié.

2 On rappelle qu’au 31 décembre 2005, l’actif du Mouvement Desjardins dépassait 118 milliards de dollars ; il regroupait 544 caisses au Québec et 24 en Ontario. Il mettait au service de 5 416 303 sociétaires, 921 points de service et 2 802 guichets automatiques. Il employait 39 294 personnes et avait redistribué à ses sociétaires 408 000 000 $ (Mouvement Desjardins, 2005).

3 Parmi ces pays figure la Grande-Bretagne qui avait mis sur pied, en 1962, le Women’s Consultative Council et, en 1965, la Women’s National Commission. En 1948, l’Organisation des Nations Unies avait inséré dans la Déclaration universelle des droits de l’homme, à l’article 23, le principe du travail égal, salaire égal pour les hommes et pour les femmes, ainsi que « le droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail, et à la protection contre le chômage. […] Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal » (Ibid., p. 75). En 1967, ce même organisme international adopte la Déclaration sur l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes en stipulant que ce droit devrait être reconnu « sans discrimination fondée sur le statut matrimonial ou sur toute autre raison » et que, pour y arriver, les femmes doivent avoir accès à la formation professionnelle ainsi qu’au libre choix de la profession et de l’emploi. L’Organisation internationale du travail est allée dans le sens de l’égalité et de l’équité en emploi, et le Canada s’est engagé envers cet organisme. Toutes les provinces ont intégré à leurs lois des clauses antidiscriminatoires, et le Québec a réglé en 2006 la question de l’équité salariale dans la fonction publique.

4 Le ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation travaille en partenariat avec Filaction, un organisme à but non lucratif qui s’adresse aux entreprises québécoises de tout secteur d’activité. Créé par Fondaction, le fonds de développement de la CSN pour la coopération et l’emploi, Filaction s’inscrit dans une dynamique de développement local et favorise la participation des travailleurs et des entreprises de l’économie sociale et solidaire. Pour les femmes, Filaction offre des fonds, des activités de promotion, de formation et de réseautage, de l’accompagnement, du suivi, de l’appui auprès des institutions financières, selon les besoins des entrepreneures. Soulignons que le premier Fonds d’investissement destiné à l’entrepreneurship féminin, créé en 1995 sur la Côte-Nord, a précédé l’initiative du MDEIE et que c’est dans la foulée de cette expérience positive que les autres ont été mis sur pied, avec la collaboration de Filaction.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540