Version classiqueVersion mobile

L'entrepreneuriat féminin au Québec

 | 
Francine Richer
, 
Louise St-Cyr
, 
Nicole Beaudoin

Introduction

Texte intégral

1En 2004, à Istanbul, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) tenait sa deuxième conférence sur les petites et moyennes entreprises. La conférence, qui s’intitulait Promouvoir l’entrepreneuriat et les PME innovantes dans une économie mondiale, faisait une place importante à l’entrepreneuriat féminin. D’entrée de jeu, dans son rapport de référence sur ce thème, l’OCDE soulignait que « les femmes entrepreneures exercent un profond impact sur l’économie, par leur capacité à créer des emplois pour elles-mêmes, mais aussi pour d’autres, par le nombre de petites sociétés qu’elles peuvent constituer […] » (OCDE, 2004, p. 7). En Europe, l’OCDE estimait la présence des femmes entrepreneures à plus de 10 000 000 et elles emploieraient quelque 15 000 000 de personnes. Il s’agirait même d’une estimation prudente de la véritable situation. Aux États-Unis, selon le US Census Bureau (2006), elles seraient 6 400 000, employant 9 200 000 personnes. Les femmes et les entrepreneurs issus de l’immigration seraient tellement actifs que la présence prépondérante de l’homme blanc dans le monde des affaires américain serait menacée (Cloutier, 2005) !

2Le Québec ne fait pas exception. La preuve en est que le Réseau des femmes d’affaires du Québec (RFAQ) compte plus de 2 200 membres, dont 1 174 sont des propriétaires d’entreprise ; la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) compte plus de 6 200 membres féminins au Québec sur un total de plus de 22 000. Le RFAQ tient, depuis 2001, un concours annuel visant à souligner les succès remarquables d’entrepreneures du Québec. Jusqu’à présent, 36 femmes ont été honorées dans des catégories aussi variées que nouvelle entrepreneure, entrepreneure établie – petite entreprise, entrepreneure établie – grande entreprise, entrepreneure exportatrice, etc. Récemment, le magazine Profit publiait la liste des 100 entrepreneures les plus importantes au Canada. Du Québec, on y retrouvait, entre autres : Madeleine Paquin, de Logistec Corp., Lise Watier, de Lise Watier Cosmétiques inc., Sylvia Vogel, de Canderm Pharma inc., Manishi Sagar, du Groupe Kinderville, et Jocelyna Dubuc, de Spa Eastman ltée.

3Pourtant, malgré leur importance grandissante, notre connaissance des entrepreneures du Québec demeure limitée. Bien sûr, depuis bientôt 30 ans, des recherches ont été réalisées sur ces femmes pour mieux nous les faire connaître. Dès 1988, Dina Lavoie publiait un rapport pour le compte du Secrétariat à la condition féminine du Canada (Lavoie, 1988) et les données présentées faisaient état des entrepreneures du Québec. Dans la foulée de cette étude importante sur l’entrepreneuriat féminin au Canada, d’autres chercheurs ont poursuivi les recherches pour enrichir notre connaissance du phénomène. Citons, entre autres, Lee Gosselin, St-Cyr, Richer, Ratté, et plus récemment, Borges, Simard et Filion. Mais aucun ouvrage n’a encore été publié au Québec qui traite exclusivement d’entrepreneuriat féminin et qui lui soit entièrement consacré.

4C’est pour répondre à ce besoin, pour faire connaître les entrepreneures du Québec, que nous avons écrit ce livre. Nous avons voulu documenter ce phénomène important de façon originale, en présentant 10 études de cas mettant en vedette des entrepreneures d’ici. Ces histoires de cas dépassent le cadre habituel des rapports de recherche qui présentent souvent des comptes rendus statistiques des résultats. Elles permettent de cerner de façon plus large l’expérience de ces femmes. Nous avons voulu leur donner la parole, les faire connaître, présenter leur cheminement, leur philosophie de gestion, les valeurs qui les guident. Chacun des cas présentés est unique et fournit, de plus, l’occasion d’illustrer diverses facettes des écrits des 30 dernières années sur les entrepreneures.

5Bien que les 10 cas soient riches en information, l’entrepreneuriat féminin se présente sous tellement de formes que nous ne pourrions prétendre couvrir tous les cas de figure. Néanmoins, nous avons choisi des femmes dont le parcours démontre qu’elles ont réussi à bien relever un ou plusieurs des défis de l’entrepreneuriat féminin : Caroline Julien (Créo inc.), Lyse Boivin-Matton (Aliments de santé Laurier), Mélanie Kau (Mobilia), Rina Poirier-McGuire (Matériaux spécialisés Louiseville), Jocelyna Dubuc (Spa Eastman), Marjolaine Castonguay (Pesca Environnement), Céline Pilote (Copilote articles promotionnels inc.), Francine Poulin (Mode Avalanche inc.), Manishi Sagar (Groupe Kinderville), Nathalie Roy (Entreprises Exulon inc.), toutes sont représentatives de l’un des aspects de l’entrepreunariat féminin, sans toutefois les représenter tous.

6Ce livre s’adresse d’abord aux entrepreneures ou à celles qui aspirent à le devenir, qui se demandent comment bien s’y prendre, qui sont à la recherche d’idées ou de stratégies gagnantes. Nous ne pouvons sous-estimer l’importance de présenter des modèles aux femmes pour leur donner le goût et des moyens de réussir en affaires. D’ailleurs, en 2004, l’OCDE qualifiait l’absence de modèles à suivre comme un obstacle spécifique à l’entrepreneuriat féminin puisque : « Il existe un lien fort entre la présence de modèles et l’émergence d’entrepreneurs. Et comme les femmes se lancent depuis relativement peu de temps dans l’entrepreneuriat, elles n’ont généralement pas connaissance d’exemples à suivre. […] En outre, l’influence de ces modèles est liée au genre » (OCDE, 2004, p. 41). Des modèles réalistes, dans lesquels les femmes peuvent se reconnaître, seront encore plus convaincants. Nous pensons que les études de cas présentées dans ce livre, mettant en vedette des entrepreneures du Québec, sont un premier pas permettant de combler cette lacune.

7Cet ouvrage vise aussi à contribuer à la recherche sur les entrepreneures du Québec, et ce, même si nous ne pouvons prétendre à la représentativité de l’échantillon. Les histoires de cas viennent ici en appui à la littérature existante et, par leur profondeur, renforcent certaines des affirmations qu’on y retrouve ou soulèvent de nouvelles questions. L’expérience de ces entrepreneures y est relatée, non pas dans une dynamique comparative femme-homme, mais plutôt avec l’objectif d’enrichir les connaissances sur le phénomène de l’entrepreneuriat en général. N’oublions pas que la grande majorité de la littérature en management et en entrepreneuriat repose sur des observations menées auprès d’entrepreneurs et de cadres masculins. Ces femmes, par la variété et la richesse de leur cheminement, nous semblent bien refléter la présence grandissante des femmes dans le monde des affaires et nous sommes convaincues que leur expérience aidera à mieux cerner la réalité des entrepreneurs du Québec.

8Ce livre s’adresse aussi aux professeurs d’entrepreneuriat, de gestion de PME, de leadership, de management, qui utilisent la méthode des cas et souhaitent ajouter plusieurs cas d’entrepreneures du Québec à leur liste actuelle. Enfin, il s’adresse également à toutes les personnes que l’entrepreneuriat intéresse : les hommes entrepreneurs, qui pourront s’en inspirer, les divers intervenants qui agissent auprès des entrepreneurs et le public en général.

9Notre étude commence par un survol historique. Nous souhaitons en effet situer les témoignages des entrepreneures dans l’histoire des femmes qui ont exercé un leadership au Québec depuis le début de la colonie. Cet aperçu historique nous fait comprendre le chemin parcouru, et explique aussi pourquoi certains obstacles mentionnés dans les écrits se sont effacés depuis relativement peu de temps.

10Dans un deuxième temps, nous présentons l’entrepreneuriat féminin tel qu’il apparaît dans les écrits, tant scientifiques que professionnels. Les grands thèmes abordés, soit la place des femmes dans l’entrepreneuriat, les caractéristiques des entrepreneures et de leurs entreprises, leurs motivations à entreprendre, leurs compétences, leurs styles de gestion, les défis reliés au financement et la performance de leurs entreprises, permettent à la fois de rendre compte des connaissances sur les entrepreneures et de mettre en perspective le cheminement des femmes qui témoignent ici de leur expérience. Lorsque les résultats d’études québécoises sont disponibles, nous y faisons particulièrement référence. Sur la plupart des thèmes cependant, nous nous référons également aux données de recherches réalisées ailleurs dans le monde, ce qui a souvent pour effet de renforcer les constats des études menées chez nous. Les études de cas, qui constituent le cœur de cet ouvrage, font l’objet de la troisième partie. Nous terminons avec une analyse de l’information recueillie qui fait état des apprentissages retirés de cette étude.

11Les 10 femmes qui ont accepté de nous accorder très généreusement leur temps pour nous aider à écrire ce livre nous racontent parfois leur expérience à l’aide d’anecdotes très intimes et personnelles. La raison en est certainement que, pour les entrepreneures, qu’elles aient ou non des enfants ou un conjoint, la vie privée n’est jamais très éloignée de la vie professionnelle. Elles ont notre entière gratitude.

12En terminant, nous espérons que cet ouvrage sur les entrepreneures trouvera écho chez les femmes et les hommes de tous âges qui y verront non seulement des modèles, mais surtout de l’inspiration.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search