Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Justice et démocratie

 | 
Christian Nadeau

En guise de conclusion

Texte intégral

1Puisque je n’ai pas soutenu de thèse ni tenté de résumer une grande théorie, ma conclusion sera forcément brève. Dans ce livre, j’ai essayé essentiellement d’initier le lecteur aux grandes questions de la philosophie politique contemporaine, et ce, dans l’intention de le faire entrer dans le vaste monde de la philosophie politique. Mon projet n’avait pas l’ambition de rendre compte de la totalité des débats contemporains ni même des plus importants d’entre eux. Je n’ai pratiquement rien dit, par exemple, de la contribution des auteurs associés au marxisme analytique, et je suis certain que bon nombre de spécialistes du féminisme trouveront que j’en suis resté à une littérature aujourd’hui dépassée depuis longtemps. Malgré tout, mon livre demeure très ambitieux, peut-être trop. Ce livre se veut plus encore qu’une introduction à la philosophie politique. Ce livre se veut une introduction à la philosophie, c’est-à-dire à la démarche intellectuelle propre à la philosophie, au bonheur du travail spéculatif et du déchiffrage des concepts, au travail épuisant mais ô combien stimulant de la découverte des arguments. Un livre d’introduction à la philosophie donc, dont la politique et plus particulièrement la philosophie politique contemporaine seraient les prétextes.

2Si mon livre ne prétend pas présenter un panorama exhaustif des débats et des théories contemporaines, c’est que tel n’est précisément pas son objectif. Je crois cependant, du moins je l’espère, que le lecteur y aura trouvé suffisamment d’informations pour être en mesure de comprendre les enjeux théoriques de l’ensemble des questions étudiées ici et d’être en mesure d’élaborer, avec ces seuls éléments d’information, les débuts de sa propre réflexion sur les sujets qui l’intéressent. Armé de ce début de réflexion, il peut ensuite se lancer dans l’immense littérature de la philosophie politique, tant en ce qui a trait à l’histoire des idées politiques qu’aux débats contemporains.

3Comme je l’ai dit, plusieurs sujets n’ont pu trouver place ici, et une éventuelle publication d’une nouvelle version du livre pourrait faire place à des questions comme la citoyenneté écologique et les questions environnementales, le rôle de la famille, le droit des enfants, la spécificité du milieu urbain pour les questions politiques, le sens civique, le rôle de la mémoire et de l’histoire publiques, la violence politique, la diplomatie et la négociation, la nécessité (ou non) de l’autorité, la transparence des institutions politiques et économiques, le terrorisme, et j’en passe.

4Si jamais la démarche proposée ici ne convient pas, ce que je regretterais évidemment, j’espère au moins que le lecteur aura bien compris pourquoi je ne suis pas arrivé à réaliser mon projet, ce qui aura exigé de sa part un travail herméneutique sur le sens de ma démarche, qui n’a rien de bien original mais qui me semble être la meilleure. Par ce travail, j’aurais déjà réussi à satisfaire un de mes objectifs, qui est de favoriser la réflexion. En outre, si ce lecteur déçu devait se justifier, il serait déjà dans une sphère d’activité que préconise la démarche déployée ici. De quoi s’agit-il ? D’abord et avant tout, pour reprendre un des concepts étudiés dans ce livre, de délibération.

5Je reste profondément convaincu que le dialogue – même s’il s’agit d’un dialogue intérieur – est la meilleure manière de travailler en philosophie. Ce qui compte ici est donc que le lecteur ne soit pas passif devant les informations qui lui sont présentées, mais que chaque étape d’un raisonnement ou d’une thèse soit pour lui tantôt l’occasion d’une critique, tantôt la possibilité d’un lien établi avec un autre argument, tantôt l’amorce d’un développement personnel, bref que le lecteur soit en dialogue avec le texte et plus encore avec les concepts et les arguments. En ce sens, certaines parties de ce livre me semblent encore trop affirmatives, comme si elles imposaient des idées plutôt qu’elles ne les soumettaient à la discussion. Ce seront des défauts à corriger dans une très hypothétique seconde édition.

6Un collègue me disait récemment que si deux philosophes s’accordaient sur une définition pour un même objet, ce serait la fin de notre profession. De même, toutes les discussions en politique sont sans conclusion – heureusement d’ailleurs – et sans fin. Tous les prétendus « knock-down arguments » des auteurs – le rêve de tout chercheur en philosophie est de produire une solution définitive à un problème classique sur lequel tous s’acharnent depuis des lustres – sont des chimères académiques et il vaut mieux se limiter à rechercher le meilleur argument possible, en sachant parfaitement qu’il fera l’objet de nombreuses critiques. Il est peut-être même dangereux de rechercher un « knock-down argument », si cela nous entraîne à produire des thèses impossibles à discuter, irréfutables et donc stériles.

7La meilleure chose à faire est d’inviter le lecteur à évaluer par lui-même ou en discutant avec d’autres lecteurs les thèses sur les sujets qui l’intéressent. Il pourra peu à peu constater comment le passage d’une question à une autre, comme c’est le cas dans ce livre, correspond à peu près au type de voyage intellectuel nécessaire à l’étude d’un seul sujet. Le grand plaisir de la recherche philosophique est de lier ensemble un très grand nombre de connaissances et de réflexions, et de constater de quelle manière elles peuvent nous aider dans notre recherche. Ce plaisir peut aussi donner lieu à un grand vertige et être parfois à l’origine de découragements. C’est la raison pour laquelle il est si important de ne pas voir la recherche philosophique comme un monde extérieur dont on assisterait au merveilleux spectacle, un peu comme s’il s’agissait de feux d’artifice, sans tenter de prendre sa place sur la scène. La philosophie existe en bonne partie grâce aux auteurs, mais elle ne suppose pas une division du type de celle que l’on retrouve au théâtre : auteurs-interprètes-spectateurs. Il y a des auteurs et il y a des interprètes, tous les interprètes sont partiellement des auteurs et tous les spectateurs sont au moins interprètes et donc partiellement des auteurs. Je dirais même que dans une conception idéale des choses, et cela me semble encore plus vrai pour la philosophie politique, il ne devrait y avoir que des auteurs, ou plus précisément des coauteurs d’une réflexion commune permanente sur les grands enjeux de la justice et de la démocratie. Si le lecteur ne retient rien de ce livre, mais que celui-ci est le point de départ de longues discussions ou de réflexions importantes pour lui, j’aurai réussi mon pari.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540