Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Justice et démocratie

 | 
Christian Nadeau

Avant-propos

Texte intégral

1Chacun sait à quel point il est difficile d’écrire simplement sur des sujets très complexes. J’admire les ouvrages philosophiques qui réussissent à présenter la complexité d’un argument ou d’une idée sans s’embrouiller dans un jargon ou dans une analyse tellement pointilleuse qu’elle fait écran à l’objet étudié. Les travaux de certains philosophes ont inspiré la démarche méthodologique propre à ce livre. Mon premier guide fut le livre de Peter Singer : Questions d’éthique pratique (Singer, 1997). Il ne s’agit pas, comme son titre l’indique, d’un ouvrage d’introduction à la philosophie politique, mais les deux domaines sont parfois très proches à un point tel que la distinction entre ces deux disciplines est souvent très artificielle. J’ai essayé le plus possible d’adopter le ton ainsi que le souci pédagogique propres à ce qui, pour moi, demeure un maître livre, mais la démarche didactique de Singer tient beaucoup à la fermeté de ses convictions morales. Or, je n’ai pas, à l’encontre de Singer, voulu défendre une thèse qui m’aurait permis tout à la fois d’exposer les grands débats et de proposer mes propres arguments. Un autre modèle fut l’excellente introduction aux débats philosophiques contemporains relatifs aux théories de la justice, à savoir le livre de Will Kymlicka : Les théories de la justice (Kymlicka, 1990). Mais là encore, mon approche se distingue de celle de Kymlicka, en ce qu’elle est plus générale et ne cherche pas à présenter un panorama complet des débats et des doctrines contemporaines. Enfin, le livre de Frank Cunningham : Theories of Democracy. A Critical Introduction (Cunningham, 2002) m’a également été d’une aide précieuse, non seulement pour les informations judicieuses qu’il contient, mais aussi pour le style philosophique de l’auteur, toujours très clair. J’ai de plus eu le bonheur d’utiliser les ressources inestimables d’une des plus belles entreprises collectives en philosophie ces dernières années, soit la Stanford Encyclopedia of Philosophy.

2J’ai aussi lu beaucoup d’ouvrages d’introduction à la philosophie politique ou à une question en particulier, notamment l’excellent travail de Michael Dummett sur les réfugiés (Dummet, 2001). J’ai fait le même exercice avec des ouvrages d’introduction à la philosophie générale ou à la métaphysique. Je pense notamment à la belle introduction à la philosophie de Simon Blackburn (Blackburn, 2003) ou encore au livre passionnant et amusant de Pascal Engel (Engel, 1997). À la manière de ce dernier, j’ai eu l’idée au départ d’un livre écrit sous la forme d’un dialogue, mais ce sera pour un autre projet, peut-être de philosophie morale. De très nombreux ouvrages et articles plus techniques ou consacrés à des questions très précises m’ont été d’un grand secours, même si on ne retrouvera ici que des échos de ces textes.

3Cet ouvrage résulte pour l’essentiel d’un cours d’introduction à la philosophie politique que j’ai le bonheur d’offrir à des étudiants inscrits dans un programme bidisciplinaire de sciences politiques et de philosophie depuis quelques années. Il ne s’agit pas pour autant d’une simple reprise de notes de cours, car j’ai essayé, autant que possible, d’intégrer les nombreuses discussions avec mes étudiants à qui ce livre doit beaucoup. Je crois que mon livre n’aurait pas été le même si ce cours s’était adressé aux seuls politologues ou aux seuls philosophes et je tiens à remercier ces étudiants en premier lieu, car ils ont accepté de participer à un séminaire exigeant et dont bon nombre des discussions trouveront des échos dans ces pages. Si j’en avais eu la possibilité, une meilleure façon d’écrire ce livre aurait été de retranscrire tout simplement nos discussions.

  • 1 Je dois beaucoup à Daniel Weinstock. Mais cette note concerne une dette en particulier. Un jour qu (...)

4La liste des personnes à remercier serait trop longue si elle devait être exhaustive. Mais j’aimerais malgré tout mentionner les noms de : Caroline Allard, Martin Blanchard, Charles Blattberg, Frédéric Bouchard, Vincent Bourdeau, Alain Boyer, Ludovic Chevalier (pour son aide précieuse à la constitution de l’index), Ryoa Chung, Peter Dietsch, Speranta Dumitru, Avigail Eisenberg, Axel Gosseries, Bertrand Guillarme, Joseph Heath, Thomas Hobbes, Jean-François Kervégan, Charles Larmore, Alice Le Goff, Georges Leroux, Dominique Leydet, Iain Macdonald, Colin M. Macleod, Virginie Maris, Éric Méchoulan, Michael Milde, Pierre-François Moreau, Wayne Norman, Ruwen Ogien, Dario Perinetti, Philip Pettit, Emmanuel Picavet, Sébastien Prat, Martin Provencher, Julie Saada, Michel Seymour, Jean-Fabien Spitz, Christine Straehle (grâce à qui j’ai pu réécrire complètement le chapitre sur l’immigration et l’aide aux réfugiés), Christine Tappolet, Nicolas Tavaglione, Karine Wurtz, Daniel Weinstock1, qui d’une manière ou d’une autre ont apporté un ingrédient à cette grande marmite que fut mon manuscrit, beaucoup d’ingrédients donc, pour un livre si modeste. Je dois remercier tout spécialement Dave Anctil, Benoit Dubreuil, Paul Drouin, Alexis Lapointe, Christian Lazzeri, Ernest Mbonda, David Robichaud, Patrick Turmel et Miguel Vatter qui ont lu la totalité du manuscrit et m’ont fait part de leurs critiques et de leurs commentaires, toujours pertinents, ce qui fut très utile en particulier pour les premiers chapitres et pour le chapitre sur l’immigration, qui ont donné lieu à toute une discussion pendant plusieurs jours. Je crains fort d’ailleurs de ne pas avoir réussi à contrer toutes leurs objections ou à satisfaire toutes leurs demandes de précisions. Merci à Benoît Mercier, qui fut l’un de mes premiers professeurs de philosophie à l’université et qui comprenait bien ce que signifiait une introduction à la philosophie. J’ai essayé d’écrire ce livre à la manière dont il donnait ses cours, sans simagrées ni tours de passe-passe, ce qui est moins romantique mais plus honnête. Il est évident que ce livre serait encore meilleur s’il comportait des exemples à toutes les étapes de la réflexion, comme Benoît a l’habitude d’en demander, mais cela aurait alourdi considérablement le manuscrit. J’espère avoir au moins fait le nécessaire pour faciliter le travail du lecteur. Merci à mon éditrice, Florence Noyer, pour sa grande patience et son travail. Je veux aussi remercier ma compagne, Hélène Martinez, et son fils Vladimir, ainsi que notre cher ami Paul Drouin pour avoir souffert ma mauvaise humeur et pour m’avoir néanmoins soutenu au moment de la rédaction du manuscrit (je recommande vivement un petit chalet à Duhamel, en Outaouais, et la cuisine de Paul pour quiconque aurait l’idée d’écrire un livre de philosophie). Je ne saurais non plus remercier suffisamment Laurent-Michel Vacher, dont les idées pédagogiques et philosophiques sont abondamment pillées ici sans vergogne. Laurent-Michel est mort d’un cancer l’an dernier, et pas un seul jour ne se passe sans que je me demande ce qu’il penserait ou dirait de telle ou telle question. Je ne sais pas s’il aurait approuvé ce livre, mais je crois qu’il en aurait approuvé les intentions. Toutes ces personnes ne sont évidemment responsables que des seuls mérites de ce livre. S’il contient aussi des erreurs, j’en suis responsable.

5Cette liste est évidemment trop longue et j’ai épuisé la patience du lecteur. Encore deux mentions spéciales toutefois. J’ai une dette inestimable à l’égard de Marie-Josée Drolet, doctorante au Département de philosophie de l’Université de Montréal, qui a accepté la charge ingrate de réviser et de corriger la totalité du premier jet de ce livre. Un grand nombre d’expressions maladroites, d’anglicismes ou d’usages approximatifs des règles de la ponctuation ont pu être évités au lecteur grâce à son travail minutieux.

6Enfin, j’ai chaque matin, sur le chemin de son école, d’excellentes discussions avec mon neveu de onze ans, Marius Cardinal, et ce, sur bon nombre de sujets, allant du côté obscur de la Force à la pollution causée par les automobilistes. Parmi ces discussions, certaines ont de réels enjeux philosophiques, par exemple et tout récemment, les théories du choix rationnel et les stratégies au hockey. J’ai toujours beaucoup de plaisir à parler de philosophie morale et politique avec Marius qui m’oblige à simplifier les choses, mais refuse absolument qu’on lui parle comme un enfant. J’espère avoir tiré quelques leçons pédagogiques de ces conversations et c’est la raison pour laquelle je dédie ce livre à mon très grand ami Marius.

7Duhamel, octobre 2006

Notes

1 Je dois beaucoup à Daniel Weinstock. Mais cette note concerne une dette en particulier. Un jour que nous discutions devant sa bibliothèque, dont je suis très jaloux, Daniel m’a dit un peu à la blague que ce qui n’était pas dans le corps du texte ne méritait pas d’être lu. En bon bibliophage, je n’étais pas d’accord car je suis un grand amateur de notes de bas de page, puisque non seulement elles nous renvoient à d’autres livres, mais permettent d’éclaircir une idée, d’expliciter un argument et ainsi de suite. Mais je comprends très bien l’idée de Daniel, si radicale puisse-t-elle paraître. C’est pourquoi j’ai décidé qu’il n’y aurait aucune note en bas de page dans ce livre, à l’exception de celle-ci, qui vise à remercier Daniel pour cette idée. Les références aux auteurs seront faites entre parenthèses, et renverront à la bibliographie à la fin du livre.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540