Version classiqueVersion mobile

Anatomie de la prison contemporaine

 | 
Guy Lemire
, 
Marion Vacheret

Deuxième partie. Dynamiques carcérales

4. Un univers total

Texte intégral

  • 1 Dans son ouvrage (Asylums : Essays on the Social Situation of Mental Patients and Other Inmates, 1 (...)

1Les relations entre gardiens et détenus sont au cœur de l’institution pénitentiaire. Celle-ci a été longuement analysée par Goffman (1961/1968) dans son étude sur les institutions totales1. Analysant le milieu carcéral du point de vue de celui qui le vit, il montre combien l’analyse des perceptions subjectives des différents acteurs est nécessaire pour bien comprendre ce milieu.

LES CARACTÉRISTIQUES

2Goffman (1961/1968) définit l’institution totale comme « un lieu de résidence et de travail où un grand nombre d’individus placés dans la même situation, coupés du monde extérieur pour une période relativement longue, mènent une vie recluse dont les modalités sont explicitement et minutieusement réglées. »

3À la lecture de cette définition, on réalisera que la prison n’est pas la seule institution totale. La recherche de Goffman (1961/1968) a d’ailleurs été principalement réalisée dans des hôpitaux psychiatriques. Pour lui, un certain nombre d’institutions répondent à cette définition, notamment les foyers pour personnes âgées, les monastères et les casernes. D’autres établissements présentent donc les caractéristiques de l’institution totale et, paradoxalement, des personnes choisissent même d’y vivre, tels les militaires et les religieux.

Un univers isolé de la collectivité

4Goffman (1961/1968) a trouvé un mot qui décrit bien l’institution totale lorsqu’il parle de son caractère « enveloppant ». Évidemment, chaque institution enveloppe jusqu’à un certain point la vie de ses membres : le travailleur dans l’usine et l’étudiant à l’école sont soumis aux exigences et au contrôle d’une autorité. Ce pouvoir demeure toutefois limité dans le temps et l’espace : après le travail ou l’école, travailleurs et étudiants n’ont plus de comptes à rendre aux patrons ou aux professeurs. Le pouvoir que certaines personnes peuvent avoir sur d’autres y est généralement morcelé et limité. En outre, les relations de pouvoir peuvent être inversées : le travailleur placé en situation de dépendance à l’usine peut devenir l’autorité suprême dans sa famille. Dans une société démocratique, le pouvoir est ainsi divisé et partagé.

5L’institution totale, au contraire, enveloppe l’ensemble de la vie des reclus et les soumet à un rapport de pouvoir unique et toujours orienté dans le même sens. Il s’agit d’un pouvoir théoriquement absolu. Voici, brossé à grands traits, le portrait des institutions totales :

  • elles placent sous une même autorité et dans un même cadre l’ensemble des activités ;
  • les activités quotidiennes se déroulent « en relation de promiscuité totale avec un grand nombre d’autres personnes, soumises aux mêmes traitements et aux mêmes obligations » ;
  • toutes ces activités sont réglées selon un programme strict et un ensemble explicite de règles dont l’application est assurée par le personnel ;
  • ces activités correspondent à un plan imposé par la direction et qui répond au but de l’institution.

Un univers fondé sur des perceptions subjectives

6Goffman (1961/1968) montre dans son analyse, et Cormier (1975) le réaffirmera, que la prison en tant qu’institution totale est entièrement déterminée par les relations humaines entre gardiens et détenus. Ces considérations nous mènent à un premier élément essentiel : les liens entre la hiérarchisation et les perceptions. Goffman n’est pas le premier à décrire le milieu carcéral comme une institution bureaucratique, cœrcitive ou militaire. Mais il est certes celui qui a le mieux mesuré les effets de cette organisation centralisatrice et rigide sur les gens qui y vivent. Cette phrase, d’un intérêt capital, résume bien sa pensée : « Le fossé qui existe entre le personnel et les reclus est l’une des conséquences majeures du maniement bureaucratique d’importantes masses de gens » (Goffman, 1961/1968).

7C’est ainsi que s’établit une relation de couple (le terme est de Goffman) basée sur des images stéréotypées : le gardien perçoit le détenu comme un être manipulateur, imprévisible, dangereux, et le détenu voit le gardien comme un être tyrannique, inhumain et peu intelligent. Cormier (1975) dira même qu’il s’agit d’une relation paranoïde. Certes, la non-confiance et l’hostilité se situent au cœur des convictions des partenaires, mais il serait peut-être plus approprié de parler de deux vies parallèles, qui n’entrent en contact que pour l’essentiel.

8La réflexion de Goffman a l’intérêt d’offrir une perspective plus vaste sur certains traits de personnalité ou certains comportements observés en milieu carcéral. Ainsi, la méfiance du détenu et son attitude renfermée se conçoivent-elles aisément dès lors que l’on voit qu’il se trouve pris dans des relations centralisatrices, dominatrices et rigides. Peut-on s’attendre à des perceptions autres que celles qu’imposent, finalement, les règles du jeu ?

9L’autre intérêt de cette réflexion sur la hiérarchisation réside dans le fait qu’il est possible d’étendre ses conclusions jusqu’aux relations entre les gardiens et la direction. Et ici, la démarche nous semble d’autant plus intéressante que les détenus en sont absents. Entre citoyens libres travaillant dans une institution bureaucratique, qu’en est-il ? La même relation de non-confiance ! Les qualificatifs changent, bien sûr, mais les stéréotypes négatifs demeurent. Qui, au Québec, ne se rappelle ce directeur affirmant ne pas faire confiance à 75 % de son personnel ? Et que disent les gardiens à propos de la direction ? Qu’ils ne peuvent compter sur elle (Willett, 1983), qu’elle ne les comprend pas (Montandon et Crettaz, 1981), ou encore qu’elle ne leur fait pas confiance (Vacheret et Lemire, 1998). L’institution totale semble mouler les relations interpersonnelles dans la méfiance et le négativisme, quel que soit le niveau de la hiérarchie considéré. Les distances hiérarchiques sont par nature déformantes.

10Il importe d’y insister, Goffman (1961/1968) rattache ce problème à la bureaucratie, il n’en fait pas un trait distinctif de la prison. C’est la gestion bureaucratique de l’institution totale qui engendre de telles perceptions et de telles relations.

11Dans les institutions totales, les perceptions sont donc très négatives et les relations s’établissent entre des sensibilités à fleur de peau. Rien de neutre. Le plus petit geste, la moindre parole, prennent une signification qu’ils n’auraient pas autrement (Montandon et Crettaz, 1981). Les stéréotypes modifient le sens des actes et des mots. Tant les gardiens que les détenus sont extrêmement sensibles à la moindre marque d’attention ou d’estime : tranchant sur le fond de leur vie quotidienne, elle prend une importance sans commune mesure avec sa valeur objective.

LES TECHNIQUES

12L’analyse qui précède peut laisser croire que l’institution totale ne connaît pas le raffinement, qu’il s’agit d’une organisation brutale. Les bureaucraties donnent d’ailleurs souvent cette impression de lourdeur, d’absence de subtilité. Contrairement à ce qu’on a souvent écrit, rien n’est moins dysfonctionnel qu’une institution véritablement totale. Au-delà de la hiérarchisation et des perceptions qui ne font que fixer les règles du jeu, on y trouve toute une série de mécanismes destinés à assurer le bon fonctionnement de l’établissement ; et les perceptions négatives, loin de nuire à ce fonctionnement, deviennent des outils de gestion qui, à point nommé, viennent tout naturellement renforcer l’institution. L’un de ces mécanismes, parmi les plus importants, a partie liée avec les techniques de mortification de la personnalité.

Les techniques de mortification

13Les techniques de mortification de la personnalité du détenu découlent en bonne partie des contraintes liées à l’emprisonnement : perte de liberté et d’autonomie, privation d’hétérosexualité. Ces privations jouent un rôle déterminant dans l’effritement de l’image positive que le détenu peut avoir de lui-même. Pour Goffman (1961/1968), ces privations et ces mortifications ont un caractère de nécessité. L’institution, pour pouvoir fonctionner correctement, a besoin qu’il existe chez le détenu un moi bien spécial. Les techniques de mortification n’ont donc pas un caractère accidentel lié à la privation de liberté ; elles ont pour objectif précis de structurer une personnalité qui convienne à l’institution.

14La première de ces techniques est l’isolement inhérent à l’emprisonnement, qui marque l’avènement d’un changement de statut. Avec l’emprisonnement, il y a perte de l’ancienne identité, celle de citoyen libre, et par là même de tout ce qui constituait la vie du détenu jusque-là. L’isolement impose également la séparation d’avec les personnes chères. Il marque une nette coupure avec le passé et un changement qualitatif important. Cette technique constitue donc une sorte de condition préalable qui, en privant le détenu d’une identité ancienne, en prépare une nouvelle.

15Suit immédiatement, en toute logique, le rituel d’admission, qui se déroule durant les toutes premières heures de l’incarcération. Après que le détenu ait été dépouillé de ses vêtements civils, c’est-à-dire après la mise à nu, se succèdent l’inspection totale du linge personnel et du corps, la douche et le nettoyage, souvent en groupe, le shampooing désinfectant, la prise d’empreintes et de photos, la distribution des vêtements institutionnels, et les questions. Tout cela se déroule en quelques heures et annonce la nouvelle identité de prisonnier. Comme le signale Goffman (1961/1968), ce traitement de masse, impersonnel, effectue le nivellement et l’homogénéisation nécessaires pour que le nouvel « objet » s’intègre à la routine des opérations de l’établissement.

16Ainsi, l’isolement et les cérémonies d’admission sont les deux premières mortifications que subit le détenu. En portant atteinte à l’intégralité physique du détenu, ces techniques veulent déjà le déposséder de ses anciens rôles, « décaper » l’ancien moi, préparer le nouveau. Même si elle s’applique aux camps militaires, cette phrase illustre bien le processus : « Le rôle du cadet doit supplanter les autres rôles que l’individu s’était accoutumé à jouer » (Goffman, 1968).

17Viennent alors les autres techniques telles que la privation de biens matériels, la perte d’autonomie, la contamination physique et morale par la promiscuité, entre autres, qui contribuent à façonner le détenu « à son image et à sa ressemblance ».

18Tout cela prépare la dégradation de l’image de soi, la plus subtile et la plus importante de toutes les techniques de mortification. Goffman (1961/1968) a compris le premier que la dégradation de l’image de soi n’est pas un « bénéfice marginal » ou une conséquence accidentelle de l’incarcération, mais une nécessité impérative pour le bon fonctionnement de l’institution carcérale. À ce stade, les perceptions négatives dont nous avons parlé précédemment viennent s’ajouter aux mécanismes essentiels. Non seulement le détenu définit-il les autres de façon négative, mais il se définit lui-même ainsi. Il est en quelque sorte amené à se définir lui-même par la négative. Et souvent, d’ailleurs, il sera plus implacable pour lui-même que pour les autres. L’institution totale a besoin qu’il en soit ainsi ; c’est la technique de mortification suprême, celle qui vient boucler la boucle.

19En se définissant de la sorte, le détenu en viendra à accepter son état de dominé. S’il se définit comme un « pas bon » ou comme un numéro, il acceptera d’être traité comme tel, comme un objet sans importance. La subtilité de l’institution totale est d’amener le détenu à sanctionner lui-même son infériorité. Pour accepter d’être fouillé régulièrement, d’être constamment surveillé et contrôlé, d’être toujours à la remorque de personnes qui décident à sa place, il faut avoir une bien piètre opinion de soi ; autrement, ce serait la rébellion ou la guerre ouverte, ce qui ne se produit guère. C’est par l’entremise de tels mécanismes que l’institution totale réussit à obtenir la conformité.

La conception négative du détenu

20Du côté des gardiens, selon Goffman (1961/1968), « le personnel tend à élaborer une sorte de théorie de la nature humaine qui rationalise l’activité, offre un moyen subtil de maintenir une certaine distance vis-à-vis des reclus, donne de ces derniers une image stéréotypée et justifie le traitement qui leur est dispensé ». Cette conception de la nature humaine est bien entendu négative. En effet, en définissant le détenu par la négative, le gardien parvient à exécuter les tâches envahissantes et portant atteinte à l’intégrité du prisonnier et qui constituent une partie du quotidien de ce dernier. En percevant le détenu comme un être dangereux et à qui on ne peut faire confiance, le gardien justifie à ses propres yeux le contrôle, la surveillance, les fouilles, ainsi que tous les gestes cœrcitifs qu’il peut poser. Une fois le détenu défini comme irresponsable, l’état de dépendance où on le maintient et la nécessité de décider pour lui ont toute leur raison d’être. Et si on lui trouve des problèmes de personnalité, les évaluations et les propositions de programmes de rééducation deviennent tout ce qu’il y a de plus légitime.

21Ainsi, toute une organisation carcérale trouve son point d’ancrage et sa justification dans une définition bien spécifique du groupe des reclus. Tout se passe comme si, au point de départ, il était nécessaire de définir ainsi le détenu. Celui-ci a donc le fardeau de démontrer qu’il ne correspond pas à cette définition s’il veut progresser et améliorer sa situation. À cette conception négative du détenu s’ajoute un scepticisme évident, pour ne pas dire plus, à l’égard de sa réhabilitation. En doutant de la rééducation, le gardien évite de se compliquer l’existence, de faire preuve d’initiative et d’individualiser chaque cas. Finalement, les détenus sont perçus comme des minables qui ne méritent pas qu’on se casse la tête pour eux. C’est plus simple ainsi.

22L’institution totale a donc institutionnalisé le négativisme chez ses principaux acteurs, ce qui conduit le détenu à accepter son sort et aide le gardien à faire ce qu’il faut impérativement qu’il fasse. Tout est en ordre, et l’institution fonctionne à merveille. Les buts essentiels de cette institution, l’ordre et le contrôle, sont atteints dans la mesure où plusieurs centaines de volontés récalcitrantes, potentiellement agressives ou violentes, se soumettent et « font leur temps » sans trop de grabuge.

LES ENJEUX

Le système de privilèges

23Un deuxième mécanisme nous mène au cœur de l’institution totale. Il s’agit du système de privilèges. Affirmer que les détenus n’ont pas de droits, mais seulement des privilèges, est un lieu commun en prison. Cette distinction, fondamentale, rappelle au détenu que rien n’est acquis et que tout est incertain, puisque toute chose est à la discrétion des décideurs.

24Les privilèges sont essentiels en milieu carcéral, et ce, à double titre. Pour le détenu, dépouillé et en état de privation, les privilèges constituent les matériaux lui permettant de s’adapter à son milieu et de supporter l’incarcération. Pour le gardien, ils représentent l’instrument qui lui assure l’adhésion du détenu.

25Autour du système de privilèges se nouent les relations entre gardiens et détenus, chacun essayant d’en tirer le meilleur profit. Si les relations entre détenus se caractérisent par la solidarité et l’exploitation, les relations entre gardiens et détenus consistent avant tout en négociations et en marchandages. Le système de privilèges comprend trois éléments principaux :

  • Le premier élément, le règlement, fixe en détail le déroulement de la vie quotidienne du détenu. Tout y est prévu, depuis la disposition du matériel dans la cellule jusqu’au comportement à adopter pendant les visites de la famille. On ne sait si les détenus connaissent bien cette masse de règles, et jusqu’à un certain point, cela n’a guère d’importance puisque ces règles ne sont pas toutes appliquées à la lettre et ne peuvent l’être. Tous le savent, mais personne ne le dit tout haut. En effet, si les gardiens décidaient d’appliquer à la lettre toutes les règles, ils paralyseraient le fonctionnement de l’établissement.
  • Les règles n’ont toutefois pas été édictées pour faire pression sur la direction, mais bien sur les détenus ; et la grande tolérance dont les gardiens font preuve dans leur application constitue le deuxième élément du système. Cette tolérance n’a pas sa source dans une quelconque conviction humanitaire ; elle s’inscrit plutôt dans le système d’un échange de bons procédés : récompenses et faveurs de la part des gardiens, coopération de la part des détenus. Le personnel tolère donc de multiples accrocs au règlement pour obtenir l’adhésion des détenus sur les points jugés essentiels.
  • Les punitions constituent le troisième et dernier élément. Pour bien s’assurer que le détenu respecte les règles du jeu, on fait constamment peser sur lui la menace d’une punition. Et le gardien a le choix quand il décide de passer à l’action : il lui suffit de ne plus tolérer ce sur quoi il fermait les yeux auparavant. Les mesures disciplinaires constituent une épée de Damoclès perpétuellement suspendue audessus de la tête des détenus pour leur rappeler qu’il y a une entente tacite à respecter. Ces punitions ont cependant la particularité d’être efficaces dans la mesure où elles sont peu utilisées. Non seulement parce que, trop fréquentes, elles perdent leur caractère d’exception, mais surtout parce qu’elles indiquent une incapacité à utiliser convenablement le système de privilèges. Un gardien qui connaît bien ses ressources sait que la menace importe davantage, et il n’utilisera la punition qu’en tout dernier ressort.

26Le système de privilèges apparaît ainsi comme une recette où les divers ingrédients doivent être mélangés dans des proportions précise : règles innombrables, tolérances nombreuses, mais ne dépassant pas un certain seuil, punitions rares. C’est dans le cadre de ce système que la relation entre gardiens et détenus s’établit véritablement. Si les éléments précédents de l’analyse de l’institution totale avaient mis en relief l’existence de deux univers parallèles et de caractéristiques communes à ces deux univers, c’est le système de privilèges qui permet de comprendre le modus vivendi et la structure des relations qui s’établissent. Sans système de privilèges, l’institution totale n’existerait tout simplement pas. Nous sommes véritablement arrivés au cœur de la prison.

Le piège des sentiments

27À ce stade, la question se pose de savoir ce que deviennent les sentiments, et plus particulièrement ceux des gardiens. Est-il possible à un gardien, qui a finalement réussi à trouver un modus vivendi avec les détenus, de n’imprimer à cette relation qu’un caractère négatif ? Un gardien qui réussit à s’entendre avec un détenu peut-il n’avoir de ce dernier qu’une image négative ? Cette complicité dont parle Goffman (1961/1968) ne comporte-t-elle pas des implications plus positives ? Sans doute, et les entrevues avec les gardiens indiquent bien qu’au-delà d’une première perspective négative, il y a beaucoup de nuances dans les sentiments exprimés envers les détenus (Montandon et Crettaz, 1981). La camaraderie elle-même n’est pas exclue (Sykes, 1958 ; Vacheret, 2002).

28Et pourtant, s’il existe un domaine où le gardien est facilement piégé, c’est celui des sentiments. Goffman (1961/1968) parle du piège de la compassion – nous préférons parler du piège des sentiments. Mais analysons comment se présente l’univers du gardien sous ce rapport selon Goffman.

29D’un côté, donc, l’hostilité et le mépris. Ces sentiments sont peut-être essentiels à l’institution totale, mais ils coincent le gardien dans une situation qui rend difficile toute coexistence avec le détenu. En effet, le gardien serait obligé de repousser tout sentiment moins négatif qu’il pourrait ressentir envers le détenu. Il devrait se construire une barricade qui ferait en sorte que les échanges ne concernent que les affaires et non les sentiments. Si les échanges n’étaient qu’épisodiques, cela pourrait se faire, mais à raison de 40 heures par semaine, il faut un blocage systématique pour que des liens plus positifs ne s’établissent pas. C’est donc à un blocage, à un dessèchement affectif que s’expose le gardien qui se cantonnerait dans l’hostilité et le mépris. C’est le « froid pénitentiaire » (Buffard, 1973). À moins d’être psychopathe, cette position devient vite intenable, le gardien s’enveloppant dans un mur d’indifférence pour supporter son emploi. Il se retrouve piégé dans un isolement affectif et une piètre image de soi qui risquent même d’avoir des répercussions dans sa vie à l’extérieur.

30De l’autre côté, il y a la compassion. Le gardien, ayant établi les liens que suppose le système de privilèges, découvre la dimension humaine du détenu, commence à avoir une idée des problèmes qu’il vit. Quand on a la moindre ouverture sur autrui, comment peut-on rester insensible à la misère humaine ? Les cordes émotives commencent à vibrer, et le gardien en vient à voir en l’autre moins un détenu qu’un homme. La compassion s’installe tranquillement. Le détenu le sent bien et, mouvement naturel dans sa situation de privation, il essaie d’en tirer profit. Le gardien fermera les yeux sur des actions qu’autrement il aurait réprimées ; l’objectivité, si essentielle dans le travail qu’il fait, se teinte de partialité. Cette confiance faite au détenu, lorsqu’elle est basée sur la compassion, se termine le plus souvent dans la déception et l’amertume. Et il y a de bonnes chances pour que le gardien ainsi déçu prenne une tout autre orientation, et joigne le camp de ceux « qui ne veulent rien savoir » des détenus.

31Le piège de la compassion menace particulièrement les gardiens, mais également toutes les autres personnes qui entrent en contact avec les détenus. Les visiteurs bénévoles, par exemple, sont d’autant plus vulnérables qu’ils sont dépourvus de ce négativisme qui imprègne les gardiens. Ils arrivent de l’extérieur remplis de bonne volonté, sensibles à la misère humaine. Le détenu saisit vite cette disponibilité et en profite, non pas par mauvaise foi, mais pour améliorer son sort. Comment alors refuser de lui rendre des services anodins ? La première fois, c’est un appel téléphonique à faire à un ami de l’extérieur ; la deuxième fois, c’est une lettre à faire passer à l’extérieur, et ainsi de suite. La compassion permet l’exploitation. Quand le visiteur découvrira qu’il n’est qu’un objet dont on se sert, ce sera la fin des illusions.

32C’est ainsi que les sentiments, négatifs ou positifs, piègent les travailleurs de la prison. L’institution totale impose des règles du jeu, difficiles à contourner. Quand une relation humaine est aussi vitale à une organisation, comment éviter que les sentiments ne s’y installent au même titre que les autres dimensions de la nature humaine ? Les forces d’attraction font osciller ces sentiments entre les deux pôles dont nous avons traité, plus souvent du côté de l’hostilité et du mépris que de celui de la compassion. Entre les deux existe, bien sûr, une étroite marge de manœuvre, faite essentiellement de respect sans camaraderie, où le détenu est considéré comme un être humain qu’il faut cependant garder à une certaine distance. Les données scientifiques à ce sujet manquent et nous n’émettons qu’une opinion. Un gardien peut sans doute atteindre ce juste milieu, car tout acteur a toujours une marge de liberté. Si les détenus ne s’adaptent pas tous de la même façon, il en va de même des gardiens. Nous serions toutefois enclins à penser que, si tous ne tombent pas dans les pièges, bien peu les évitent.

PERSPECTIVES

33Le travail de Goffman constitue un modèle d’analyse pour comprendre l’univers carcéral, et plus particulièrement les perceptions qui ont cours en prison comme les relations interpersonnelles qui s’y établissent. Si elle date des années 1960 et si l’institution carcérale a changé, comme nous le verrons dans les chapitres suivants, la grille de lecture proposée par ce chercheur semble encore pertinente.

34Dans son analyse des prisons françaises, Chantraine (2004b) montre ainsi que, si la dépersonnalisation dépeinte par Goffman est un phénomène limité, la structure de domination toujours présente laisse une large part au caractère total de cette institution.

35De son côté, à travers une série d’articles sur l’univers carcéral canadien – articles écrits à partir d’observations participantes et d’entrevues avec les nombreux acteurs de ce monde –, Vacheret (2005, 2006) montre que de nombreux éléments caractéristiques de l’institution totale telle que Goffman l’analyse (1961/1968) sont encore et toujours présents et d’actualité. Ainsi, l’exclusion de la collectivité reste aujourd’hui un des fondements de la peine privative de liberté. Malgré la nouvelle ouverture de la prison, les échanges plus nombreux avec l’extérieur, l’arrivée de nouveaux acteurs, les détenus vivent isolés du reste du monde. Confinés dans un lieu où ils sont totalement pris en charge, ils affrontent toujours des perceptions stéréotypées, leurs rapports avec les gardiens continuent de porter la marque de la méfiance et menacent toujours de tourner au conflit. L’arbitraire et l’incertitude forment encore la trame de leur quotidien. Quels que soient les changements qu’elle a connus, la prison reste un milieu cœrcitif qui enveloppe et règle minutieusement la vie des détenus.

Notes

1 Dans son ouvrage (Asylums : Essays on the Social Situation of Mental Patients and Other Inmates, 1961), Goffman parle de total institution. Dans notre analyse, nous préférons présenter la traduction littérale de ce terme anglais plutôt que la traduction « institution totalitaire » que l’on trouve dans la traduction en français de l’ouvrage (1968).

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search