Version classiqueVersion mobile

Anatomie de la prison contemporaine

 | 
Guy Lemire
, 
Marion Vacheret

Deuxième partie. Dynamiques carcérales

Dynamiques carcérales

Texte intégral

1Prisonniérisation et sous-culture se développent donc dans un univers très particulier, tant dans ses fonctions, priver de liberté contre leur gré et exclure de la société un groupe d’individus, que dans la manière dont s’y organise la vie quotidienne. Gardiens et détenus doivent alors s’adapter à ce monde en soi qu’est la prison. Toute une organisation individuelle et collective se met en place dans ce cadre.

2L’essence même de la privation de liberté, ce sont les relations qui se nouent dans cet univers. Comprendre le monde pénitentiaire, c’est aussi saisir la façon dont deux groupes vivent côte à côte, s’opposant et collaborant comme les deux termes d’une dichotomie.

3Au cours des 40 dernières années, cet univers s’est modifié, passant d’un espace isolé de la collectivité, espace clos dans lequel s’exerce un pouvoir unique et unilatéral, à un espace ouvert sur l’extérieur et faisant l’objet de divers contrôles externes. Institution contrôlante et cœrcitive, l’institution carcérale engendre entre gardiens et détenus, un rapport caractéristique du cadre dans lequel il s’établit.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search