Version classiqueVersion mobile

Anatomie de la prison contemporaine

 | 
Guy Lemire
, 
Marion Vacheret

Première partie. Carrières carcérales

3. Des gardiens emprisonnés

Texte intégral

1Dans cet espace clos et contraignant qu’est la prison, ceux qui gèrent la détention, qui surveillent les détenus et qui garantissent le maintien de l’ordre interne ont un rôle primordial. On ne peut donc aborder la question de l’univers carcéral sans s’intéresser à la figure du gardien. Double inversé du détenu (Casadamont, 1991), il a toujours été considéré comme constituant le revers de la médaille, le gardien de la loi opposé à celui qui l’a transgressée.

2Omniprésents dans l’établissement, les gardiens sont tenus de partager l’espace carcéral avec les prisonniers et d’y exercer des tâches de contrôle et de surveillance portant atteinte à la liberté et à l’intimité. Aussi y a-t-il lieu de se demander si la prison imprime sa marque sur les membres du personnel de surveillance. Jusqu’à quel point le travail influe-t-il sur les individus appartenant à ce groupe socioprofessionnel ? Peut-on, à l’instar des détenus et à la suite d’auteurs comme Kauffman (1988) ou Lombardo (1989) qui s’interrogent sur « l’emprisonnement des gardiens », parler de la prisonniérisation des surveillants ?

3Les gardiens sont des acteurs-clés du dispositif de détention, en raison de leur présence permanente aussi bien que de leur rôle. Nous allons voir dans les pages qui suivent en quoi consiste exactement ce rôle et dans quel contexte il s’exerce.

UNE SOCIÉTÉ DE GARDIENS

4La prisonniérisation des gardiens prendrait la forme d’une assimilation au milieu carcéral se manifestant par l’adoption d’un code de valeurs et d’un langage particulier. Elle se traduirait également par la constitution d’un groupe relativement soudé autour de ces valeurs.

5Plusieurs études menées entre les années 1970 et 2000 se sont penchées sur la question du groupe des gardiens, sur leurs tâches, mais aussi sur la possible sous-culture institutionnelle qui lierait les membres de ce groupe socioprofessionnel. De fait, quel que soit le nom qui leur est donné, gardiens, surveillants, agents de correction, les membres du personnel de surveillance font le même travail, dans l’accomplissement duquel ils suivent les mêmes règles et obéissent aux mêmes obligations. Ce corps professionnel est centré autour d’une mission spécifique : garder et surveiller contre leur gré un groupe de personnes privées de leur liberté. Aussi plusieurs auteurs mettent-ils l’accent sur certains facteurs donnant naissance, chez les gardiens, à un esprit de cohésion.

Les facteurs de cohésion

6Pour Jacobs et Retsky (1975) comme pour Marquart (1986), une première source de cohésion vient de la nature des tâches que les surveillants sont tenus d’effectuer. En effet, les gardiens doivent assumer toutes les fonctions reliées à la sécurité : contrôle de l’entrée et de la sortie des personnes et du matériel, contrôle de la circulation à l’intérieur de l’établissement ; fouilles des cellules ; fouilles des détenus ; surveillance des visites, lecture du courrier ; interventions d’urgence ; recours à la force ; placement en isolement ; accompagnement quand il y a transfert ou déplacement à l’extérieur. Non seulement ces tâches présentent un certain danger, mais encore elles sont très envahissantes : ce sont celles qui, de toutes les tâches effectuées en détention, portent le plus atteinte à l’intégrité physique des détenus. Des entretiens réalisés avec les gardiens (Willett, 1983) indiquent qu’ils tirent peu de fierté de cet emploi, qu’ils ne s’en vantent pas dans les salons. Plus d’un gardien a l’impression d’être un objet, manipulé au gré des fantaisies des gestionnaires : un fusil dans une tour d’observation, une escorte pour un détenu.

7Une étude de Chauvenet, Orlic et Benguigui (1994) sur le travail des surveillants de prison montre que la cohésion du groupe se cristallise non seulement autour du partage d’un but commun, maintenir l’ordre interne et prévenir les évasions, mais aussi autour des conditions dans lesquelles les gardiens effectuent leurs tâches. En effet, leur travail les amène, selon leur affectation du moment, à circuler dans l’ensemble de l’établissement à toute heure du jour ou de la nuit et à exercer des fonctions extrêmement diversifiées et indifférenciées. Les gardiens travaillent parfois en équipe, parfois seuls, parfois en contact étroit avec les détenus, parfois à l’écart de la population carcérale ; leurs fonctions exigent d’eux une grande disponibilité, de la souplesse et une forte capacité d’adaptation.

8La position que les surveillants occupent dans l’organigramme carcéral est un deuxième facteur de cohésion pour les membres de ce groupe. Chauvenet, Orlic et Benguigui (1994) ont mis en lumière le fait que les surveillants, chargés des tâches les moins valorisées, sont considérés comme ceux qui font le « sale boulot » et se retrouvent par là même « en bas de l’échelle ». Portant un uniforme, ils se différencient moralement et physiquement autant des détenus que des autres corps professionnels œuvrant en milieu carcéral. Les gardiens effectuent ainsi des tâches de surveillance sans prestige, dont l’exécution est routinière, soumise à des règles précises, et qui ne varie qu’en fonction des ordres émanant des autorités. Dans l’exercice de celles-ci, ce sont de simples exécutants, qui à la limite se retrouvent dans une situation de dépendance puisqu’ils ne disposent d’aucun pouvoir décisionnel. En effet, leurs supérieurs non seulement décident de leurs affectations et des informations devant leur être transmises, mais encore peuvent modifier en tout temps une décision prise par un gardien. De même, en raison de leurs tâches d’entretien et de leur présence constante dans les unités de vie, les gardiens ont parfois l’impression d’être au service tant des détenus que des autres intervenants. Ce sentiment est exacerbé par le fait que les autres professionnels, refusant de poser des gestes de contrôle et de cœrcition, attendent des membres du personnel de surveillance qu’ils accomplissent ces tâches, de manière à ce qu’eux-mêmes n’en portent pas l’odieux. Enfin, la perception extrêmement réductrice que les détenus ont de leur rôle de simples « porte-clefs » et, de manière générale, l’attitude critique ou moqueuse de ceux-ci contribuent à les amener à se considérer comme des déclassés.

9Un troisième facteur de cohésion prend sa source dans la séparation, fondamentale au sein de l’institution carcérale, entre gardiens et détenus. Une barrière marque la place de chacun dans l’organisation, barrière fondée sur la dichotomie qui oppose ces deux groupes complémentaires, sur le conflit, latent ou exprimé, entre surveillants et surveillés, et sur la méfiance qui en découle. Cette séparation, autant morale que physique, conduit à un partage de l’espace, à une délimitation matérielle précise des lieux.

Code de valeurs et langage

10Dès lors qu’on admet que les membres du personnel de surveillance forment un groupe relativement soudé, on peut s’attendre à ce que cette cohésion se manifeste par un langage et un code de valeurs communs.

11Une étude menée dans les pénitenciers fédéraux canadiens (Vacheret, 2002) a fait ressortir que les membres de ce groupe partagent un langage similaire, séparant l’univers carcéral en deux et dénigrant par principe ceux qui sont de l’autre côté de la barrière. Plus qu’un vocabulaire particulier, il s’agit d’une parenté de propos, valorisant la virilité et le sexisme, dans le cadre duquel l’humour devient une forme de reconnaissance. Indispensable pour permettre aux gardiens d’effectuer les tâches les plus dégradantes et portant le plus atteinte à la liberté et à l’intimité des personnes qui en font l’objet, ce langage négatif commun – bandits, bagnards, pingouins – constitue un outil de travail qui aide le surveillant à bien définir la nature de sa tâche et la qualité de sa relation avec le détenu, et donne finalement un sens à ce qu’il fait.

12Par ailleurs, Kauffman (1988), à partir d’entrevues menées auprès de surveillants de quatre prisons du Massachusetts, montre que ce qui rassemble concrètement les gardiens en une société, c’est un code de valeurs. Ce code consiste en principes relatifs au travail, à la manière d’exécuter les tâches. Manuel de sauvegarde pour faire face aux dangers que présentent certaines tâches et expression de la cohésion du groupe, ce code comprend plusieurs règles, centrales dans la façon de travailler des gardiens.

  1. La règle de base du travail en détention est une norme de protection mutuelle : en tout temps et en tout lieu, il faut se tenir prêt à intervenir. Il s’agit d’un principe incontournable pour un surveillant que de toujours aider un collègue qui se retrouve dans une situation difficile, potentiellement dangereuse ou dommageable pour l’institution. Compte tenu des risques du métier, il faut respecter scrupuleusement ce principe, de façon que les membres de ce groupe se sentent en confiance quelle que soit l’intervention qu’ils doivent faire ou le lieu où ils doivent aller. Au moindre indice d’un problème quelque part, les gardiens doivent intervenir le plus rapidement possible sur les lieux du désordre.
  2. Parallèlement, les surveillants posent un principe de non-collaboration avec les détenus. Kauffman (1988) indique qu’un surveillant ne doit pas s’associer ou créer de liens particuliers avec un prisonnier, qu’il ne doit pas passer outre aux règlements de concert avec un prisonnier, qu’il ne doit pas non plus s’identifier aux prisonniers.
  3. La troisième règle à laquelle souscrivent les membres du personnel de surveillance consiste en un principe de silence visant à faire front commun. Il s’agit de ne jamais dénoncer un collègue et de ne jamais témoigner contre lui si certaines de ses actions sont mises en cause. Il s’agit également de ne jamais laisser un autre gardien perdre la face, de lui apporter un soutien sans faille en cas de conflit, surtout si un détenu est en cause, et d’appuyer toute décision prise par un collègue en matière de sanction.

13Ces principes ont pour fonction de montrer extérieurement que les gardiens forment un groupe homogène, soudé, un groupe où n’est perceptible nulle fissure dont un détenu pourrait tirer parti. Le respect de ces règles, considérées par les gardiens comme faisant intrinsèquement partie de leur travail, varie cependant selon les individus. Il n’en reste pas moins, selon Kauffman (1988), qu’il y a presque unanimité verbale autour de ces règles, et que leur violation peut entraîner des représailles allant du rejet, de l’ostracisme du gardien reconnu coupable, à un changement d’établissement, en passant par l’incitation à changer d’horaires, de travail ou de poste au sein de l’établissement.

DES LOGIQUES D’INTERVENTION DIFFÉRENTES

14Si plusieurs éléments rassemblent les membres du personnel de surveillance, éléments favorables à une certaine forme de cohésion, à une certaine solidarité dans l’accomplissement des tâches, ce groupe n’est pas aussi homogène qu’il pourrait le sembler, bien au contraire. Les études montrent ainsi qu’au sein de ce groupe se manifestent des logiques d’intervention différentes, expressions d’une certaine hétérogénéité.

15La mission des surveillants de prison ne se dissocie pas de la finalité de l’établissement carcéral. Or, si une certaine unité, si un esprit de corps existe chez les gardiens, cette cohésion, manifestement, s’exprime surtout dans le contexte où la prison a une fonction de neutralisation, qui consiste à enfermer pour protéger la collectivité. À l’heure actuelle, cette institution (et plus généralement la peine privative de liberté) est appelée à servir d’autres fins, notamment celle de la préparation à une réintégration sociale des détenus. La cohésion des gardiens semble alors plus difficile à mettre en évidence.

Conflits de rôles et ambiguïtés

16Un des premiers changements à avoir eu un effet sur la cohésion du groupe est lié à l’adoption par l’institution carcérale d’une mission de réinsertion sociale et à la mise en œuvre des moyens propres à en assurer la réussite. D’une part, cette nouvelle mission a entraîné l’apparition dans l’univers carcéral d’un nouveau personnage : l’intervenant professionnel, civil dont le rôle est de préparer la sortie du détenu. D’autre part, elle a modifié les fonctions du surveillant, ce dernier étant appelé à jouer un certain rôle dans les décisions relatives à la réintégration sociale.

17Dès lors, remarquent les auteurs, les missions confiées aux gardiens et les attitudes qui en découlent ont pris un caractère d’ambiguïté. Le travail de surveillance à proprement parler exige l’exercice d’une autorité, légale, légitime, mais aussi personnelle, avec recours aux mécanismes disciplinaires lorsque nécessaire. Il suppose la valorisation du contrôle lui-même et une attitude ferme dans le maintien de l’ordre interne. De son côté, la mission de la réinsertion demande une écoute compréhensive, une attitude ouverte, une certaine tolérance, de la souplesse en ce qui a trait au règlement, voire une attitude de sympathie avec les personnes incarcérées. Le gardien doit alors, en raison de ses rôles multiples, être à la fois celui qui écoute, qui comprend, qui aide et soutient, et celui qui contrôle, surveille et sanctionne. Pour Caroll (1974), Jacobs et Retsky (1975), Montandon et Crettaz (1981), ou encore Hepburn (1989), cette variété d’attitudes possibles engendre des conflits entre l’écoute compréhensive qu’implique la mission de réinsertion et les gestes cœrcitifs nécessaires au maintien de l’ordre interne.

Un certain éclatement

18Dans son étude menée dans des prisons pour femmes en France au cours des années 1990, Corinne Rostaing (1997) fait ressortir que les gardiens adoptent, pour l’essentiel, deux modes d’intervention. Elle distingue une « logique missionnaire », qui met l’accent sur le rôle social des agents de correction, et une « logique statutaire », davantage centrée sur le rôle de surveillance ; le Tableau 3.1 donne une vue schématique de ces modes d’intervention.

TABLEAU 3.1 Logiques professionnelles (Rostaing, 1997)

Logique statutaire

Logique missionnaire

Objectifs du travail

Rôle de surveillance

Rôle social

Moyens utilisés

Respect des règlements
Autorité
Menaces

Distance par rapport aux règlements
Négociation
Dialogue

Relations avec les détenues

Barrières naturelles
Sanctions fréquentes

Distance à négocier
Sanctions peu utilisées

19Dans une logique d’intervention missionnaire, les gardiens centrent leur travail sur leur mission d’aide envers les détenus. Tournés vers l’écoute, la négociation, ces surveillants valorisent les échanges, tendent à appliquer le règlement de manière très souple et recourent peu aux sanctions. A contrario, les gardiens qui adoptent une logique d’intervention statutaire voient leur travail tout autrement. Pour ce deuxième groupe, la mission de protection de la collectivité est centrale. Se concentrant sur la surveillance, la garde et le contrôle, prônant la nécessaire obéissance des détenus, ils appliquent le règlement de manière rigide et n’hésitent pas à recourir, lorsque nécessaire, aux sanctions.

20Vacheret (2002), dans une étude sur les pénitenciers canadiens, retrouve la même dichotomie. Une partie des agents de correction, pleinement conscients de leur rôle dans la préparation à la réintégration sociale des captifs, valorisent une relation centrée sur l’aide et le soutien aux détenus. Mettant de l’avant la connaissance qu’ils ont des prisonniers et la clairvoyance de leur jugement, ils adoptent une attitude d’écoute et d’aide, font preuve de tolérance, de souplesse et favorisent la discussion. A contrario, plusieurs surveillants valorisent avant tout leurs tâches de surveillance et de maintien de l’ordre, tâches qu’ils accomplissent en s’appuyant sur le contrôle et leur pouvoir punitif. Centrés sur une attitude sécuritaire, ils s’attachent à appliquer les règles de façon stricte. De l’usage du téléphone à la tenue vestimentaire, en passant par l’autorisation de participer à une activité, tout est sujet à contrôle, tout est prétexte à étude minutieuse, tout est matière à interdit.

21Il faut cependant noter que ces logiques d’intervention ne se présentent que très rarement à l’état pur. Sparks, Bottoms et Hay (1996) le montrent bien lorsque, plutôt que de faire une typologie, ils présentent un diagramme des attitudes possibles des gardiens par rapport à leur travail selon une continuité allant d’une attitude tolérante et souple à une attitude plus ferme et plus cœrcitive, le rapprochement avec les détenus étant plus ou moins grand selon les cas. Plus précisément, l’attitude adoptée pourra varier en fonction du degré de sécurité et donc de cœrcition de l’établissement dans lequel le gardien travaille, ou encore en fonction du détenu ou du groupe de détenus, selon le secteur de détention par exemple, auquel le surveillant fait face.

22La coexistence de logiques d’intervention si opposées fait ressortir un certain éclatement au sein du groupe des surveillants. À partir du moment où les membres du personnel adoptent des perspectives plus ou moins contradictoires, des tensions, des mésententes, des conflits surgissent, qui portent atteinte à la cohésion du groupe. Dans son étude, Vacheret (2002) a ainsi montré l’existence d’une fracture entre les différents membres du groupe, fracture marquée par la perspective de travail privilégiée.

  • Les membres du personnel de surveillance qui privilégient la mission sécuritaire adoptent une attitude plus répressive en accentuant les contrôles et les sanctions, au détriment de leurs tâches de réinsertion sociale. Aux dires de leurs collègues, non seulement ils n’accomplissent pas une partie de leur travail de réinsertion et d’aide, mais la surveillance à outrance à laquelle ils se livrent – leur application pointilleuse du règlement, leur présence constante dans les unités de vie –, représente une source de tensions, donc de conflits potentiels avec les détenus.
  • Ceux qui privilégient l’écoute et la relation d’aide, de leur côté, s’investissent moins dans leurs tâches sécuritaires. Plus tolérants à l’égard de certains comportements, plus souples dans l’application du règlement, plus ouverts quant aux demandes des détenus, leur attitude conduit leurs partenaires à les considérer comme faibles, incompétents, incapables d’intervenir par la force et, en raison de leur tolérance, dangereux pour la sécurité de l’établissement.
  • Enfin, au sein du personnel de surveillance, les femmes tendent à se considérer comme un groupe à part, de fait elles adoptent des attitudes qui leur sont propres. Quel que soit le rôle privilégié, maintien de l’ordre ou aide à la réinsertion sociale, elles mesurent la qualité et l’importance de leur travail d’après les liens qu’elles nouent avec les personnes incarcérées. Leur approche se fonde sur des discussions avec les personnes incarcérées, des avertissements calmes lorsqu’un problème survient ou encore une attitude ferme, mais sans manifestation extérieure d’autorité. La relation qui s’établit entre elles et les détenus va davantage se baser sur l’entente et la négociation. La littérature s’intéressant tout spécialement à leur situation a largement mis l’accent sur la résistance de leurs collègues masculins, qui considèrent la présence de femmes parmi eux comme une intrusion (Zimmer, 1986 ; Jurik, 1988 ; Walters, 1993). L’accomplissement de leurs tâches engendre pour elles des difficultés particulières, dues à leur situation de femmes dans un monde d’hommes. Certaines tâches particulières, fouilles à nu ou interventions avec force, ne peuvent pas être effectuées par des femmes. Or, pour plusieurs gardiens, ces différences sont source de déséquilibre dans l’exercice de leurs fonctions.

23Il y a alors fracture entre les formes d’appropriation de la mission de surveillant. En effet, selon la logique d’intervention que chacun valorise, les uns et les autres contestent l’approche de leurs collègues. Si l’union et la cohésion restent possibles, elles ne prennent véritablement leur sens qu’en ces circonstances très spéciales que sont les mutineries ou autres désordres apparents, ou encore dans des situations de travail particulières : nécessité de recourir à la force ou travail de nuit.

CONTRÔLE, AUTORITÉ, POUVOIRS

24Dans l’exercice de leurs fonctions, les gardiens se retrouvent dans une position d’autorité par rapport aux détenus. Préposés au contrôle de leurs faits et gestes, ils ont pour outil de travail quotidien le règlement et son application. La prison est un univers où tout ce qui n’est pas expressément autorisé est interdit. Une masse de règles fait donc intrinsèquement partie du fonctionnement de l’institution carcérale. Les gardiens, pouvant décider de sanctionner tel comportement, tout en tolérant tel autre, disposent d’une certaine marge de manœuvre dans son application.

Une mission instrumentale

25La dynamique des relations entre gardiens et détenus consiste alors essentiellement en marchandages et en menaces. En tolérant certains manquements aux règlements, en ne les punissant pas automatiquement, le personnel sabote, jusqu’à un certain point, le sérieux des règles et invite le détenu à conclure qu’elles ne sont pas faites pour être suivies à la lettre. Les règles n’ont donc qu’une importance relative et deviennent finalement matière à négociation. Il faut en effet noter que le pouvoir des gardiens n’est pas absolu, mais relatif, et que les gardiens, pour remplir leur mission de maintien de l’ordre interne, ont besoin des détenus. Ils se trouvent donc, dans une certaine mesure, dans une position de dépendance par rapport aux détenus. Sykes (1958) a d’ailleurs décrit cette relation comme une réciprocité corruptrice, dans le cadre de laquelle ce n’est plus la justice qui importe, mais le maintien de l’ordre à l’intérieur des murs et les moyens de l’obtenir.

26Analysant le monde des gardiens de prison, Chauvenet, Orlic et Benguigui (1994) ont montré que les pouvoirs qui leur sont attribués dans le cadre de leurs fonctions reposent largement sur le règlement et surtout sur leur pouvoir discrétionnaire quant à son application. Selon ces auteurs, l’autorité se gagne ; elle ne s’obtient pas par le simple statut de gardien. Le pouvoir du gardien reste un pouvoir restreint, sa mission étant avant tout instrumentale. Exécutant sans pouvoir décisionnel, il doit faire ce qu’on lui demande de faire avec les moyens qu’on lui donne. Et en raison d’un code disciplinaire inhérent à la sécurité même de l’établissement, il est soumis à ces mêmes règles disciplinaires qui gèrent le comportement des détenus.

Une bureaucratisation des tâches

27L’évolution de l’institution carcérale au cours des dernières années a par ailleurs modifié la position des surveillants, ce qui engendre un large questionnement sur la réelle marge de manœuvre dont ils disposent en ce qui a trait aux détenus.

28D’une part, Jacobs (1980) a souligné le premier la bureaucratisation de leurs tâches. La législation, en reconnaissant officiellement qu’un détenu conserve ses droits de citoyen, impose un cadre strict à l’intérieur duquel doit être appliqué l’ensemble des mesures de détention et de remise en liberté. Obligation de conformité, rédaction de documents pour toute intervention ou déplacement, le texte écrit est devenu la norme dans un univers qui relevait jusque-là d’une tradition orale. Ainsi, la mise en service d’un système structuré et informatisé de gestion du déroulement des sentences aussi bien que la création d’outils administratifs visant à garantir le respect des droits des personnes incarcérées ont augmenté la part administrative du travail des surveillants. Par ailleurs, ces changements ont accru les possibilités de contrôle de leur travail, qui faisait déjà l’objet d’une surveillance pointilleuse. Cette bureaucratisation est renforcée par la multiplication des acteurs, donc des interlocuteurs possibles du détenu.

29D’autre part, Froment (1998) fait ressortir qu’avec la transformation d’un certain nombre de privilèges en droits, la marge de manœuvre des surveillants a diminué. Selon lui, les gardiens ont vu leurs outils de négociation, leur éventail de récompenses et de sanctions se réduire considérablement, un certain nombre de dispositions étant devenues des droits acquis, incontestables et protégés.

30Enfin, Vacheret (2001) montre que la nouvelle mission de réinsertion sociale des membres du personnel de surveillance ne semble pas réellement s’être accompagnée d’un déplacement de leur autorité, cette mission restant encore peu reconnue et mal définie. En effet, l’ensemble de leurs tâches de réintégration sociale repose essentiellement sur un travail de collaboration avec les intervenants professionnels. Observant les personnes incarcérées dans leur quotidien, les connaissant bien pour les côtoyer en tous lieux, notamment dans leurs unités de vie, les gardiens sont considérés être à même d’éclairer les différentes propositions de transfert ou de remise en liberté anticipée. Le contenu même de cette mission reste toutefois relativement imprécis, et les moyens semblent manquer aux surveillants. De fait, leur nouveau rôle exige l’utilisation d’outils informatiques auxquels ils ne sont pas formés ; il demande aussi une étroite collaboration avec les professionnels, collaboration qui, dans les faits, reste laborieuse. Alors que l’échec de la mission de contrôle des gardiens est immédiatement visible et perceptible, la réalisation ou l’échec de leur travail de réinsertion sociale reste indécelable.

31À ces difficultés il faut ajouter la question de l’incompatibilité des missions, comme les difficiles conditions de travail auxquelles les surveillants sont soumis : surpopulation carcérale, violence entre détenus, pressions sociales pour plus de sécurité, entre autres. Cette situation engendre parmi eux un sentiment de danger dans l’accomplissement de leurs tâches, l’impression que l’exercice de leur métier échappe à leur contrôle (Hepburn, 1988 ; Crouch, 1988), voire un malaise à l’égard de la détention et dans le milieu de détention (Chauvenet, Orlic et Benguigui, 1994).

DES GARDIENS EN QUÊTE D’IDENTITÉ

32Missions difficilement compatibles, mission de réinsertion sociale encore en chantier, bureaucratisation des tâches, multiplication des intervenants, conditions de travail complexes, sentiments de perte de pouvoir et de dévalorisation, les surveillants de prison vivent une crise de légitimité et de reconnaissance extrêmement importante.

33L’évolution de l’institution pénitentiaire a produit chez les gardiens une crise identitaire mise en lumière par plusieurs auteurs (Chauvenet, Orlic et Benguigui, 1994 ; Lhuilier et Aymard, 1997 ; Froment, 1998). Leur identité de surveillant a pendant longtemps reposé sur leur rôle en matière de sécurité, ce qui ne peut plus être le cas aujourd’hui. La multiplicité des tâches confiées aux gardiens conduit Chauvenet, Orlic et Benguigui (1994) et Lhuilier (1998) à se questionner sur les paradoxes engendrés par la complexité des rôles des membres du personnel de surveillance. Ces auteurs aboutissent ainsi au constat d’un « vide quant à la substance réelle du métier » (Chauvenet, Orlic et Benguigui, 1994). Ce vide est d’autant plus marqué que les années 1980 et 1990 ont vu s’étendre la place accordée aux membres du personnel qui ont pour seule tâche d’intervenir en matière de réinsertion sociale. Devenus les vrais gardiens des établissements carcéraux en raison du pouvoir décisionnel qu’ils ont sur le déroulement de la sentence du détenu, ils ont définitivement damé le pion aux surveillants (Vacheret, 2005).

34Il devient extrêmement tentant de tirer une conclusion qui, malgré son attrait, n’est justifiée par aucune donnée, conclusion qui consisterait à faire des gardiens des victimes du système pénal. On imagine aisément le raisonnement : laissé à lui-même dans un univers bureaucratique désolant, exécutant des tâches qui mènent à l’autodépréciation, marionnette de la direction, le gardien peut facilement donner l’impression d’être une pauvre victime du système. Rien ne serait plus erroné. Tout d’abord, parce que les gardiens de prison, bien appuyés par des syndicats efficaces, bénéficient de conditions salariales avantageuses. Ensuite, bien protégés par des conventions collectives, ils ne sont plus à la merci de l’arbitraire des patrons et bénéficient de tous les mécanismes prévus dans les codes du travail. Enfin, et surtout, comme Crozier (1963) l’a bien démontré, le personnel des bureaucraties est en mesure de « développer des réseaux informels de pouvoir où s’exprime sa liberté » (Crozier, 1963). Pouvoir, liberté et marge de manœuvre ne sont pas des réalités étrangères au travail du gardien.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search