Version classiqueVersion mobile

Anatomie de la prison contemporaine

 | 
Guy Lemire
, 
Marion Vacheret

Première partie. Carrières carcérales

1. L’influence de la prison sur le détenu

Texte intégral

1La prison imprime-t-elle sa marque sur le détenu ? La question fait l’objet de ce premier chapitre, ce qui correspond à l’ordre naturel des interrogations et des recherches sur le milieu carcéral.

2En effet, que l’on justifie l’incarcération par la nécessité de punir, de dissuader, de rééduquer ou de neutraliser, ou que l’on prône son abolition, c’est toujours en présupposant que le milieu carcéral influe sur le détenu. Les tenants de la punition et de la dissuasion pensent que les contraintes liées à la privation de liberté incitent les détenus à quitter le chemin du crime ; les adeptes de la rééducation soutiennent que la prison peut représenter, pour le criminel, une occasion de se reprendre en main et qu’elle peut favoriser certains apprentissages essentiels à un nouveau départ ; les partisans de la neutralisation, eux, surtout soucieux d’empêcher les actions criminelles, souhaitent malgré tout que le détenu ne se détériore pas et qu’il adopte de nouvelles attitudes pendant l’incarcération ; quant aux abolitionnistes, ils considèrent, entre autres choses, que les effets de l’emprisonnement sur le détenu sont si néfastes que la prison ne mérite pas d’exister.

3Ainsi, à chaque position correspond une conception de l’influence de la prison sur le détenu. Et il faut bien avouer que la science criminologique n’a pas encore réussi à départager toutes ces opinions. En revanche, cette même science est en mesure de nous offrir un certain nombre de réponses aux questions que soulèvent les liens existant entre un individu détenu contre son gré et le milieu qui le tient captif. Si l’influence du milieu sur la personne constitue depuis toujours une question fondamentale, cette question revêt une importance capitale dès lors qu’elle s’applique à un milieu qui trouve son principe même dans la privation de liberté.

LA PRISONNIÉRISATION

4La première grande recherche sur le milieu carcéral était consacrée à cette question de l’influence de la prison sur le détenu. Clemmer (1940), dans l’étude d’un établissement à sécurité maximale, a voulu déterminer dans quelle mesure le temps passé en prison pouvait modifier les attitudes des détenus. C’est d’ailleurs pour désigner l’assimilation du détenu par le milieu carcéral qu’il inventa le terme de prisonniérisation (de l’anglais prisonization). De même qu’un immigrant doit se faire à un nouveau pays et s’intégrer dans une nouvelle communauté, le détenu, plongé dans un nouvel univers, acquiert de nouvelles habitudes de vie et adhère à de nouvelles valeurs.

Les facteurs

5Pour Clemmer (1940), toute personne incarcérée est, jusqu’à un certain point, assimilée par le milieu en raison d’influences auxquelles il a donné le nom de facteurs universels de prisonniérisation.

  • Le détenu se voit imposer un nouveau statut social. Il devient une figure anonyme parmi un groupe de personnes dominées, un numéro lui tient lieu de nom, et il porte le même uniforme que des centaines ou des milliers d’autres individus. On le questionne, on le surveille, on le met en garde. Il apprend que certaines personnes, notamment le directeur de l’établissement, sont toutes-puissantes.

  • Le détenu adopte de nouvelles habitudes de vie. Qu’il s’agisse de s’habiller, dormir, travailler, se déplacer, parler, plus rien n’est pareil. Certains détenus doivent s’habituer à manger seuls dans leur cellule, près d’une cuvette de toilettes ; d’autres, à manger dans une cafétéria bruyante en compagnie de centaines d’autres prisonniers, toujours à la même table. Les détenus découvrent qu’ils dépendent des gardiens pour l’ouverture des portes électroniques, plusieurs passant même plusieurs années sans faire le geste d’ouvrir une porte. Ils doivent également apprendre, et rapidement, la signification d’un langage carcéral bien particulier.

  • Le détenu découvre qu’il ne peut se fier à un environnement généralement hostile, qu’il doit être constamment sur ses gardes, qu’il ne peut faire confiance à quiconque.

  • Le détenu se rend compte de l’importance d’occuper un emploi qui offre le plus d’avantages et le moins d’inconvénients possible ; il comprend qu’un tel emploi lui permettra de « faire son temps » sans problèmes, donc d’être libéré le plus rapidement possible.

6C’est la difficulté de survivre dans cet univers si particulier et si difficile qui donne naissance à la prisonniérisation, adaptation d’autant plus significative qu’elle s’inscrit sur la toile de fond de la séparation entre gardiens et détenus. Clemmer (1940) a le mérite d’avoir compris le premier que le fossé entre les deux groupes permet aux facteurs de prisonniérisation d’opérer pleinement. En d’autres termes, ce qui donne sa force à la prisonniérsation, ce n’est pas tant que l’univers des détenus constitue un monde différent, que le fait qu’il s’agit d’un monde à part, rejeté, dans lequel les détenus sont isolés de la collectivité.

7Bien qu’il ait qualifié ces facteurs d’universels, Clemmer (1940) a vite réalisé qu’ils n’agissent pas unanimement sur tous les détenus, le degré de prisonniérisation variant de l’un à l’autre. Son analyse l’a conduit à distinguer plusieurs conditions susceptibles d’entraîner une plus grande prisonniérisation :

  • une longue sentence d’emprisonnement, qui prolonge d’autant l’exposition aux facteurs ci-dessus énumérés ;

  • une personnalité instable, due à ce que l’individu, n’ayant pas établi en société les relations positives essentielles à une socialisation adéquate, devient particulièrement vulnérable aux influences de la prison ;

  • l’absence de relations avec des gens de l’extérieur durant l’incarcération, l’univers du détenu se réduisant dès lors à la seule prison ;

    • 1 Groupes restreints d’environ cinq détenus qui tissent des liens de camaraderie et se tiennent ensem (...)

    la volonté et la capacité de s’intégrer à des groupes primaires1 au sein de la prison ;

  • l’adhésion aveugle, ou quasi aveugle, aux valeurs et aux mœurs du groupe primaire d’abord, et à celles de la population carcérale ensuite ;

  • la possibilité de côtoyer, au travail et dans les pavillons cellulaires, des détenus ayant une orientation semblable ;

    • 2 En prison, tout devient prétexte à pari, de la mort de célébrités aux mouches qui se posent sur les (...)

    la volonté de participer aux jeux de hasard2 et aux activités sexuelles du milieu.

8En somme, un détenu présentant toutes ces caractéristiques aurait de fortes chances d’être assimilé par le milieu carcéral ; à l’inverse, un détenu présentant les caractéristiques opposées subirait moins l’influence du milieu. Ainsi, un détenu incarcéré peu de temps, ayant une personnalité stable, conservant des liens positifs avec l’extérieur et se mêlant peu aux autres détenus, sera davantage en mesure de résister aux pressions assimilantes et de garder son identité propre. Car, en dernière analyse, c’est de cela qu’il s’agit : une personne emprisonnée peut-elle conserver son individualité, évitant ainsi d’être absorbée par le milieu ? Clemmer (1940) a conclu pour sa part que, dans une certaine mesure, la prisonniérisation touchait tous les détenus.

La mesure

9La recherche de Clemmer (1940) a inspiré une série d’études sur le milieu carcéral, lesquelles ont permis d’affiner le concept de prisonniérisation. Ainsi, Wheeler (1961) a jugé nécessaire d’étudier la prisonniérisation, non plus uniquement en fonction du temps écoulé depuis le début de la peine, comme l’avait fait Clemmer (1940), mais aussi en fonction du temps qu’il reste avant que la peine n’expire. Soulignant que l’avenir importe autant que le passé, il introduit la perspective du retour en société comme un élément déterminant dans l’assimilation du détenu par le milieu.

10Pour mesurer la prisonniérisation, il a présenté à un échantillon représentatif de détenus et d’employés un questionnaire décrivant des situations conflictuelles. Chacun devait prendre position, sur une échelle allant de l’accord total au désaccord total, par rapport à la situation présentée. Le chercheur a constaté que, plus les détenus étaient prisonniérisés, plus leurs réponses s’opposaient nettement à celles des gardiens. Par exemple, une des mises en situation demandait une prise de position sur le cas suivant : relativement à une infraction disciplinaire sanctionnée par un gardien, deux détenus critiquent le gardien, alors qu’un troisième le défend en disant qu’il n’a fait que son devoir. Que penser du point de vue de ce troisième détenu ? Il s’agit de situations discriminantes à deux égards : tout d’abord, il y a un consensus très fort chez les employés, qui marquent leur accord avec le troisième détenu ; ensuite, l’évolution du point de vue des détenus, de l’accord vers le désaccord, devient un indice de prisonniérisation. L’hypothèse de base, conforme à la définition de la prisonniérisation, est donc que le processus d’assimilation des détenus se traduit par un écart de plus en plus marqué entre les valeurs des détenus et celles du personnel.

11Dans la première partie de son analyse, le chercheur n’a considéré, à l’instar de Clemmer (1940), que le temps passé en prison. Les résultats du Tableau 1.1 nous indiquent que la durée de l’incarcération a pour effet la diminution de la conformité des valeurs des détenus avec celles du personnel : dans le cas de la conformité élevée, si le pourcentage atteint 47 % durant les six premiers mois, il diminue à 16 % après deux ans. À l’inverse, la faible conformité augmente avec le temps.

12Ces résultats indiquent que l’incarcération plonge les détenus dans un univers de valeurs propres à leur monde. Ils mettent aussi en évidence que, si les six premiers mois constituent une période de tiraillement entre les valeurs des uns et des autres, le temps fait son œuvre, les détenus s’orientant ensuite dans une direction confirmant la prisonniérisation. Ces premiers résultats viennent corroborer, avec une méthodologie différente, les observations de Clemmer (1940).

TABLEAU 1.1. Conformité des valeurs des détenus avec celles du personnel en fonction de la partie purgée de la peine (Wheeler, 1961)

Conformité

Partie purgée de la peine

moins de 6 mois (%)

6 mois-2 ans

plus de 2 ans (%)

élevée

47

32

16

moyenne

44

54

61

faible

9

14

24

13Cependant, ces résultats ne concernent qu’une partie de la réalité. En effet, le détenu vit aussi en fonction du temps qu’il lui reste à purger, ce que Merton (Wheeler, 1961) a appelé la socialisation anticipatoire. Toute la vie carcérale s’organise autour d’une réalité, celle du temps à faire. Apprendre à vivre en prison, c’est avant tout apprendre à savoir « faire son temps ». Le temps qu’il reste à purger et la perspective de la libération s’imposent donc comme des éléments essentiels, qu’une étude sur la prisonniérisation se doit de considérer. C’est ce que Wheeler (1961) a fait dans la seconde partie de son étude. Ainsi envisagée, l’incarcération d’un détenu comprend trois grandes phases :

  • la phase initiale, qui équivaut aux six premiers mois de l’incarcération ;

  • la phase centrale, qui débute après le sixième mois d’incarcération et se poursuit jusqu’au sixième mois précédant la libération prévue ;

  • la phase terminale, qui comprend les six derniers mois avant la libération.

14Si les phases initiale et terminale sont fixes, se limitant respectivement aux six premiers et aux six derniers mois de la durée d’emprisonnement, la durée de la phase centrale varie : pour un détenu incarcéré durant trois ans, elle sera de deux ans, pour un détenu incarcéré durant six ans, cette phase sera de cinq ans.

15Le Tableau 1.2 présente les résultats obtenus dans la seconde partie de cette étude sur les valeurs des prisonniers et la prisonniérisation.

TABLEAU 1.2 Conformité des valeurs des détenus avec celles du personnel en fonction de la phase de l’incarcération (Wheeler)

Conformité

Phase de l’incarcération

initiale (%)

centrale (%)

terminale (%)

élevée

47

21

43

moyenne

44

65

33

faible

9

14

25

16Si l’on considère la conformité élevée entre les valeurs des détenus et celles du personnel, on se rend compte qu’il n’y a maintenant plus de progression linéaire : la conformité élevée passe bien de 47 % à 21 % durant la phase centrale, mais elle remonte à 43 % durant la phase terminale de l’incarcération.

17La prisonniérisation prend donc la forme d’une courbe en U. La majorité des détenus sont assimilés par le milieu carcéral durant ce qu’on peut appeler la période « creuse » (ou phase centrale) de l’incarcération, mais la perspective de la libération semble renverser cet état de choses et ramener la prisonniérisation à sa phase initiale, marquée davantage par le tiraillement entre deux systèmes de valeurs que par un choix précis. La prisonniérisation, considérée de façon globale, n’est donc pas un processus linéaire continu, mais un phénomène cyclique à tendance négative.

18Le phénomène s’observe même lorsque l’on compare les détenus sans antécédents d’incarcération et les récidivistes, ainsi qu’on peut le constater au Tableau 1.3.

TABLEAU 1.3. Conformité élevée des valeurs des détenus avec celles du personnel en fonction des antécédents carcéraux (Wheeler, 1961)

Antécédents carcéraux

Phase de l’incarcération

initiale (%)

centrale (%)

terminale (%)

Première incarcération

49

21

44

Récidives

40

22

33

19La courbe en U se retrouve dans les deux groupes, même si le retour est moins prononcé, comme il faut s’y attendre, chez les détenus récidivistes.

LES CARRIÈRES CARCÉRALES

20Dans le contexte d’une analyse de l’adaptation au milieu carcéral, il faut noter qu’il existe plus d’une façon de « faire du temps ». La prison, en effet, ne produit pas un modèle unique, les détenus ne forment pas un tout homogène et les rapports à l’institution varient selon les individus et les sentences purgées. L’impact de la prison sur le détenu et l’intégration de ce dernier au milieu carcéral diffèrent ainsi selon le rôle joué en détention, le temps de la peine ou encore le rapport que le prisonnier entretient avec la prison.

Le temps de la peine

21Un premier phénomène a été constaté : celui de l’adaptation au temps de la peine. En effet, les détenus vivent dans un espace-temps spécifique. Cohen et Taylor (1974) ont fait ressortir que le temps en prison prend une signification bien particulière. Alors que, pour les personnes libres, il constitue une ressource dont elles manquent trop souvent, il devient pour les détenus une denrée trop abondante. C’est un instrument de contrôle, et les détenus essaient de s’y soustraire : « Je réussis maintenant à dormir douze heures par jour, alors qu’avant je n’en dormais que huit ; ce faisant, j’ai réussi à réduire ma sentence de quelques années » (McKay, Jayewardene et Reedie, 1979). Dans leur étude sur la vie après l’incarcération, Otero, Poupart et Spielvogel (2004) ont, de leur côté, montré que l’incarcération est vécue par les détenus comme du temps perdu, comme un temps d’attente, un temps à travers lequel il faut passer avant d’atteindre la sortie : la libération est le but ultime, le point de lumière dans un horizon fermé.

22La durée de la condamnation a donc un effet déterminant quant à la façon dont le prisonnier s’intègre au milieu carcéral. Clemmer (1940) a souligné que le phénomène de prisonniérisation était plus marqué parmi les détenus condamnés à de longues peines. Le temps passé derrière les murs, surtout lorsque la sentence est particulièrement longue, devient une gageure en soi. Lourd de conséquences pour la personne, il conduit à une forme d’adaptation particulière, qu’il convient d’autant plus de décrire ici que le paysage pénal des sociétés occidentales se caractérise aujourd’hui par l’allongement des sentences et du temps passé en détention (Tournier, 2000). Plusieurs enjeux reliés à la durée même de la peine ont été soulevés à maintes reprises. Flanagan (1995) parle des effets dévastateurs d’une longue sentence, tant sur le plan social que sur le plan psychologique. Pour Lameyre (2004), une longue peine peut mener à l’anéantissement même de la personne.

23À partir de rencontres et d’entrevues avec des condamnés, Marchetti (2001) a réalisé une étude approfondie des longues peines. En parlant du temps infini auquel sont soumis ces prisonniers, elle soulève la question de l’adaptation et rappelle que ce temps demande un aménagement, une organisation temporelle propre. L’adaptation au temps sans fin de la peine se déroule en plusieurs étapes, de l’acceptation de la sentence elle-même, ainsi que du délit à son origine, jusqu’à la sortie, souvent vécue comme terrorisante en raison de la perte totale de repères que le temps passé derrière les murs a occasionnée. L’auteure montre qu’après les premiers temps, les personnes condamnées à une longue sentence passent à une deuxième étape. Se produit alors un double phénomène. À partir de la constitution d’un réseau de relations, la plupart de ces prisonniers vont s’adapter d’une manière singulière. Cette adaptation se cristallise autour de l’obtention d’un emploi – si possible, d’un emploi autorisant une certaine liberté de mouvement – et de la création de liens avec des codétenus choisis en fonction de la longueur de leur peine et de leur ancienneté dans l’établissement carcéral. Pour ces prisonniers, le quotidien de l’institution devient la préoccupation essentielle, tandis que l’extérieur et ce qui s’y passe perd de sa réalité. Le détenu, en quelque sorte, « s’installe » dans sa sentence et prend ses distances par rapport à l’extérieur.

Les rôles en détention

24Toujours dans le contexte de l’analyse de l’adaptation au milieu carcéral, un deuxième phénomène a été constaté, celui de l’acquisition d’un statut au sein de l’institution. Société à part entière, comme nous le verrons dans les chapitres suivants, la société carcérale s’organise selon une hiérarchie particulière, où prédominent les rapports de force. Selon leur âge, le délit commis, leurs antécédents criminels ou la durée de leur sentence, les prisonniers ont des rôles différents ; ils occupent des places différentes dans cette organisation sociale. À 40 ans d’intervalle, deux auteurs ont analysé cette question du rôle des détenus en détention, Schrag (1961) et Chantraine (2004a).

25Considérant que les détenus se caractérisent par le rôle qu’ils jouent en détention, Schrag (1961) a établi une typologie selon laquelle on trouverait en prison cinq grands rôles qui varient selon les liens que le prisonnier noue avec ses codétenus et les membres du personnel, et selon le type d’acte criminel commis.

  • Le Square John. Sa criminalité étant accidentelle, il n’a pas d’expérience du milieu délinquant ou carcéral. Il est motivé à participer aux programmes de réhabilitation, prêt à établir avec le personnel des contacts plus étroits que ne le prescrit la loi du milieu et plutôt enclin à limiter ses contacts avec les autres détenus.

  • Le Right Guy. C’est « le vrai bon bandit », comme on le dit souvent. Il a derrière lui une carrière criminelle importante et a l’expérience de la prison. Très respecté des autres détenus, il se situe au sommet de l’échelle sociale du milieu et jouit souvent d’un statut particulier auprès des membres du personnel et de la direction. Il ne souhaite guère se réhabiliter et n’entretient avec le personnel que des contacts de nature utilitaire.

  • Le Politician. Sa criminalité est souvent sophistiquée ; il s’agira par exemple de fraude ou de recel. Il se distingue davantage par sa subtilité que par sa force. Habile à manipuler les gens, il participe volontiers aux programmes et aux activités, et il est en mesure d’établir de nombreux contacts tant avec le personnel qu’avec les autres détenus. Il sait naviguer en eau trouble.

  • L’Outlaw. Généralement plus jeune que la moyenne des détenus, il vient d’accéder au statut de délinquant adulte après une carrière juvénile bien remplie. Pour ce détenu « en pleine gloire criminelle », la violence constitue le principal moyen de vaincre les obstacles qui se dressent sur sa route. Impulsif et imprévisible, il est regardé avec méfiance, même s’il peut à l’occasion être manipulé par des détenus plus habiles. Il ne veut évidemment « rien savoir » du personnel et des programmes de réhabilitation.

  • Le Ding. Détenu non violent, généralement mis à l’écart tant par le personnel que par les autres détenus, sa criminalité est atypique ; il aura commis, par exemple, des actes de délinquance sexuelle. Marginal, il ne possède généralement pas les ressources personnelles pour s’adapter au milieu et doit souvent avoir recours aux soins psychiatriques.

26De son côté, Gilles Chantraine, dans Par-delà les murs (2004a), s’est penché sur les trajectoires carcérales de prisonniers. À partir des récits de vie de personnes détenues dans des maisons d’arrêt françaises, il a mis en lumière trois formes d’adaptation, qui varient selon la position que le prisonnier occupe dans le milieu de détention.

  • Le stratège participe activement à la vie en détention et au contrôle de la population carcérale dans son ensemble. C’est un personnage relativement influent : il participe à la régulation sociale de la prison, en particulier en se faisant l’intermédiaire entre les détenus et l’administration carcérale. En contrepartie, il jouit de certaines faveurs, obtient des occupations recherchées et occupe un emploi privilégié. C’est un détenu qui exerce, selon l’auteur, un contre-pouvoir par rapport à celui des surveillants, et cela, parce qu’il a ses entrées auprès de la direction et qu’il est en son pouvoir de produire du désordre.

  • Le tacticien, dans ses rapports tant avec les surveillants qu’avec ses codétenus, cherche à tirer le plus d’avantages et de profits personnels possible. L’ensemble de son adaptation au milieu carcéral repose sur la ruse, le calcul. Qu’il s’agisse d’avoir le « bon compagnon de cellule », le « bon emploi » ou de se faire octroyer des privilèges, il négocie, échange et joue sur tous les plans, selon le lieu ou le moment.

  • Le soumis, quant à lui, se retrouve dans une simple position d’obéissance devant l’administration carcérale, et il est dominé par ses pairs de détention. Non intégré dans un réseau de relations, non reconnu par ses codétenus, il se retrouve soumis à une forme d’oppression et se voit pris dans une dynamique de domination contre lesquelles il ne peut résister. Il est souvent écarté d’emblée de certaines activités, et les petits privilèges que les autres obtiennent sans mal lui échappent.

Le rapport à la prison

27Enfin, pour saisir dans son entièreté le phénomène d’adaptation à la prison, un troisième aspect doit être pris en considération, le rapport que le détenu a avec sa sentence et celui qu’il entretient avec l’institution carcérale. En effet, entre un détenu qui considère que le temps qu’il passe en détention peut lui être bénéfique en raison de la pause dans l’engrenage de la délinquance que son incarcération implique et celui pour qui la condamnation est une étape obligée, injuste, et qui attend sa sortie, on peut penser que l’assimilation par le milieu sera différente.

28Chantraine (2004a) a analysé de façon extrêmement approfondie le rapport à l’incarcération des détenus, en fonction de leur trajectoire délictuelle. Il présente ainsi cinq « idéaux types » de rapports à l’enfermement.

  • Pour une partie des prisonniers, l’enfermement est inéluctable. Il s’inscrit dans une dynamique sociale et délinquante, marquée par la désorganisation, l’exclusion, la rage. La prison est l’aboutissement logique de l’enchaînement des délits. Les arrestations se multiplient et les condamnations s’accumulent. L’incarcération devient routinière, et la vie se déroule en allées et venues entre l’intérieur et l’extérieur. Ces détenus, souvent, gèrent leur vie en détention de façon bien organisée : ils accèdent à de bons emplois et acquièrent des biens personnels de manière avisée.

  • Pour d’autres, l’enfermement prend la forme d’une pause, d’un arrêt dans la carrière criminelle. Chantraine (2004a) parle d’incarceration break. Cette détention est alors vécue comme une façon de ralentir une carrière délictuelle – souvent liée à la toxicomanie –, comme une façon de stabiliser une situation qui menace de s’emballer, de dégénérer. Pause temporaire, l’incarcération n’implique pas un arrêt définitif de la délinquance ; elle est plutôt l’occasion d’une remise en état, souvent physique.

  • Un enfermement catastrophe, de son côté, engendre pour le détenu une rupture profonde avec tout ce qui constituait sa vie jusque-là. La prison lui était tout à fait étrangère avant l’incarcération, mais un événement – homicide involontaire pour avoir conduit en état d’ébriété, agression sexuelle, entre autres – l’y amène. Il y a chute, proche d’une descente aux enfers. Souvent rejeté par ses proches, pour qui la condamnation équivaut à une reconnaissance de culpabilité, aux prises avec des rituels carcéraux auxquels il ne comprend rien, perdu dans un environnement hostile, le détenu vit l’incarcération comme un événement terrible et fort difficile à assumer.

  • Chantraine parle d’enfermement protecteur lorsque le prisonnier perçoit la détention comme une sorte de libération, et ce, en raison d’une situation sociale, économique ou familiale devenue intenable. Les détenus rencontrés présentent l’incarcération comme un refuge : pour un temps, ils ont accès à un logement, à un travail, à des soins de base, voire à une prise en charge totale de leurs besoins.

  • Enfin, l’enfermement calculé est présenté comme un passage obligé compte tenu du mode de vie du condamné. Menant une vie dans laquelle les actes de délinquance sont nombreux et répétés, le détenu considère que l’emprisonnement fait partie des « risques du métier ». Pour lui, le temps passé en détention est totalement inutile ; c’est un temps qui ne sert à rien, mais qu’il faut traverser.

29Selon le chercheur, le rapport à l’institution et l’adaptation au milieu vont alors varier selon trois modes différents.

  • Certains détenus expriment une adhésion aux finalités de l’institution. Ils font preuve d’une certaine coopération, d’une certaine confiance à l’égard du mode institué de contrôle social. Le but avoué de ces détenus est de tuer le temps, ce qu’ils font soit en suivant une routine, soit en prenant part, parfois de façon très active, aux activités. On peut parler dans ce cas d’une intégration à l’institution, intégration qui se fait relativement en conformité avec les buts de l’administration pénitentiaire.

  • D’autres détenus opposent une résistance à l’institution elle-même, celle-ci pouvant prendre une forme individuelle ou collective. Leur adaptation consiste en un rejet concret de la prison, de ce qu’elle représente et de ce à quoi elle les soumet. Cette résistance ne s’exprime pas nécessairement par la violence, mais elle peut se traduire par un désaccord manifeste. L’intégration en ce cas se fait au sein de la société des captifs.

  • Enfin, un troisième groupe de détenus adoptent une attitude apathique par rapport au milieu. Souvent sujets à des périodes de dépression, ces détenus tentent de se dérober, par un repli sur soi et une forme d’absentéisme psychologique, à la contrainte et à la domination qui font intrinsèquement partie de l’institution carcérale. Pour certains, ce rapport apathique au milieu passe par une tentative d’évasion, physique ou psychologique, pour d’autres plus simplement par un rêve d’évasion. Il est légitime de penser qu’il n’y a pas en ce cas de réelle intégration.

30Cette question du rapport à la prison a également été analysée par Rostaing (1997) et Vacheret (2005).

  • 3 Bien que l’étude de Rostaing porte sur les établissement carcéraux pour femmes, sujet qui ne fait p (...)

31Rostaing (1997), dans l’étude d’établissements de détention en France, a établi que les détenus adoptent deux attitudes à l’égard de la prison3. D’un côté, on trouve une attitude de refus face à l’incarcération, refus qui s’exprime par un désaccord avec les règlements et un rejet de la discipline. Exprimant leur opposition soit par le retrait soit par la rébellion, les détenus refusent de collaborer avec le système. Ils expriment un fort sentiment de méfiance à l’égard des intervenants du milieu. Cette position les amène à être la plupart du temps sanctionnés pour non-respect des règlements. Cette attitude peut prendre sa source dans le refus de la peine, voire dans un refus de reconnaître toute responsabilité dans le délit commis.

32De l’autre côté, se trouve une attitude de participation. Cette attitude s’exprime par l’implication dans les différentes activités proposées par l’institution, par le respect des règlements et par une relative soumission à la discipline. Il ressort de cette attitude l’idée de donner un sens positif à l’emprisonnement, de mettre à profit le temps passé en prison et de préparer la sortie. La reconnaissance de leur responsabilité dans le délit commis et l’acceptation de la sentence seraient des éléments pouvant conduire les détenus à cette forme de rapport à l’incarcération.

33On retrouve ces mêmes attitudes – attitudes opposées de refus et de participation – dans les études que Vacheret (2005) a menées, dans des pénitenciers fédéraux canadiens, sur le rapport que les détenus ont à leur sentence. Des 34 détenus rencontrés en entrevue, la moitié environ rejettent le modèle, les autres tentant, autant que faire se peut, de « tirer leur épingle du jeu ».

34Il ressort de cette étude que l’attitude de rejet se manifeste par un refus et de l’institution et du système de gestion des peines. Totalement intégrés au milieu de détention, s’étant créé un univers bien à eux, vivant la suite des jours sous le mode de la routine, ces détenus se sont « installés », de façon relativement stable et équilibrée, dans leur peine. Cette stabilisation les conduit à refuser la plupart des changements qui leur sont proposés, notamment les transferts d’établissement. Souvent ils s’impliquent dans le milieu carcéral et dans son système d’économie parallèle plutôt que dans des programmes de réinsertion sociale. Misant davantage sur une sortie au moment fixé par la loi que sur une sortie anticipée, ces détenus s’immergent au sein de l’institution et « font leur temps » de façon relativement fataliste.

35Quant à l’attitude de participation, elle prend surtout la forme d’une négociation avec le système. Espérant obtenir une libération anticipée ou des conditions de détention moins cœrcitives, les détenus qui adoptent cette attitude sont prêts à faire preuve de conformisme et tendent à se soumettre au règlement. Se retranchant dans la solitude, limitant les contacts avec leurs codétenus, ces prisonniers ne s’impliquent pratiquement pas dans la vie carcérale, que ce soit dans les activités sportives ou culturelles ou dans le système d’économie parallèle. Leur adaptation passe par une forme de négociation, de donnant-donnant, parfois implicite, avec les autorités carcérales.

LA PRISONNIÉRISATION, UN PHÉNOMÈNE LIMITÉ

36Quels que soient l’époque ou le modèle d’incarcération favorisé, l’adaptation carcérale se conjugue donc très différemment d’un détenu à l’autre. Il est clair, et il importe de bien le noter, que chacun vit l’enfermement d’une manière qui lui est propre et que chacun occupe, au sein de la société des détenus une position particulière, pouvant varier selon l’acte qu’il a commis et son rôle en détention (Schrag, 1961), selon l’attitude de refus de la détention ou de participation à celle-ci (Rostaing, 1997 ; Vacheret, 2005), ou encore selon une approche de l’enfermement et de l’organisation carcérale variant entre recherche de pouvoir, recherche d’un intérêt personnel ou soumission (Chantraine, 2004a). Le phénomène de prisonniérisation se révèle par là même lui aussi variable selon les individus.

La prisonniérisation et le rapport à la prison

37Garabedian (1963), en s’appuyant sur la typologie de Schrag (1961), a évalué la prisonniérisation des détenus selon leur rôle en détention. Les résultats apparaissent au Tableau 1.4.

TABLEAU 1.4. Conformité élevée des valeurs des détenus avec celles du personnel en fonction de leurs rôles carcéraux (Garabedian)

Rôle

Phase de l’incarcération

initiale (%)

centrale (%)

terminale (%)

Square Johns

67

30

60

Right Guys

46

8

29

Politicians

46

30

33

Outlaws

19

15

0

Dings

12

22

60

38Il ressort clairement de ce tableau qu’il existe différents modes de prisonniérisation, selon les rôles des détenus. La courbe en U ne peut donc pas être généralisée à l’ensemble de la population carcérale puisqu’elle ne s’applique dans cette étude qu’aux Square Johns et aux Right Guys. Les Square Johns passent de 67 % en phase initiale à 30 % en phase centrale, et remontent à 60 % en phase terminale d’incarcération. L’assimilation des Right Guys, qui obtiennent des résultats de 46 %, 8 % et 29 % pour les mêmes phases, est plus prononcée, et leur retour à des valeurs « traditionnelles », plus limité. Enfin, pour les trois autres grands rôles, les modes d’adaptation sont bien différents et s’éloignent considérablement de la courbe en U. Les Politicians obtiennent des résultats relativement stables (46 %, 30 %, 33 %), et tout se passe comme si le milieu carcéral ne réussissait pas, ou ne réussissait que très peu, à les assimiler davantage. Ces détenus habiles disposent, semble-t-il, de ressources personnelles supérieures qui leur permettent de manipuler les uns et les autres, et de s’intégrer tout en conservant une identité personnelle relativement forte. S’ils sont moins touchés par les aspects négatifs de la prison, ils semblent également imperméables aux programmes de réhabilitation. Dans le cas des Outlaws, la prisonniérisation augmente avec la durée de l’emprisonnement. Cette constatation est d’autant plus importante que ce sont des détenus plus jeunes, avec un passé de délinquance juvénile et qui veulent s’imposer parmi les adultes. Leur très grande vulnérabilité à la prisonniérisation s’affirme souvent par un comportement rebelle en opposition directe aux attentes du personnel. En fait de réhabilitation, l’incarcération de ce groupe semble avoir des effets tout à fait contre-productifs puisqu’elle ne sert qu’à renforcer une hostilité déjà marquée envers la société et ses représentants les plus visibles, les gardiens. Le dernier rôle, celui des Dings ou marginaux du milieu carcéral, offre un mode d’adaptation tout à fait particulier, dans lequel, à l’opposé des Outlaws, la conformité élevée augmente avec la durée de l’incarcération, passant de 12 % à 22 %, puis à 60 % en fin de sentence. Selon Garabedian (1963), la prison pourrait avoir pour ce groupe un effet thérapeutique. C’est possible, mais cette « déprisonniérisation » peut aussi résulter du fait que, mis à l’écart et rejetés par les autres détenus, ces marginaux ont intérêt à se rapprocher du personnel, qui offre plus de sécurité et une oreille tout de même plus attentive. Cela devient encore plus évident quand ces détenus doivent faire l’objet de mesures de protection.

39Les recherches plus récentes de Rostaing (1997), de Chantraine (2004a), et de Vacheret (2005) confirment que le mode d’assimilation au milieu carcéral varie selon les détenus. En effet, on peut légitimement penser que les attitudes de refus (Rostaing), de résistance (Chantraine) ou de rejet (Vacheret) sont représentatives d’une forme de prisonniérisation. Souvent associées à une attitude conflictuelle à l’endroit des membres du personnel, à une implication dans le système d’économie parallèle, au non-respect des règlements, ces attitudes relèvent la plupart du temps d’un rejet des valeurs véhiculées par l’institution et par les membres du personnel. La constitution de liens forts avec des codétenus, l’accession à un certain rang dans la hiérarchie des prisonniers et la participation à la vie quotidienne de la population carcérale sont des éléments permettant de conclure à une certaine prisonniérisation. A contrario, l’acceptation ou l’attitude de participation (Rostaing), la négociation (Vacheret) ou la coopération (Chantraine) laissent entendre que les détenus adhèrent aux buts de l’institution et se conforment non seulement aux règlements de la prison, mais aussi aux attentes en matière de participation aux programmes de réinsertion sociale lorsque ceux-ci existent. Leurs rapports avec les autorités carcérales s’apparentent davantage à des relations de négociation, voire d’adhésion aux valeurs véhiculées. Les détenus ne cherchent pas à occuper quelque position que ce soit dans la hiérarchie carcérale, ils limitent leurs contacts et leur association avec la population des détenus. Leur vie quotidienne est marquée par l’isolement, la solitude et le maintien de liens avec l’extérieur, peu significatifs en matière de prisonniérisation.

La prisonniérisation et la réinsertion sociale

40La prisonniérisation n’est pas un phénomène irréversible. Ainsi, parmi les nombreuses autres recherches qui ont tenté de mesurer les effets de la prisonniérisation, certaines concernent les conséquences de l’emprisonnement de longue durée. Si la prisonniérisation avait un caractère irréversible, il faudrait s’attendre à ce que la majorité des détenus incarcérés durant de très longues périodes, soit dix ans ou plus, gardent des séquelles susceptibles de se répercuter sur leur retour en société. Or, ce groupe de détenus obtient un taux de succès très élevé en libération conditionnelle, et de nombreuses recherches indiquent clairement qu’il réussit le mieux sa réinsertion sociale (Lemire, 1984 ; Johnson et Grant, 2000). Ainsi, ayant effectué un suivi de sept ans, Johnson et Grant (2000) montrent que le taux de récidive des détenus purgeant une longue peine d’incarcération est très bas, soit un taux de non-condamnation de 73 % pour toute infraction, chiffre qui monte à 89 % pour les infractions avec violence. L’assimilation par le milieu carcéral semble donc avoir un caractère transitoire et situationnel qui n’empêche pas un retour réussi en société. Ce phénomène reste alors l’expression d’une adaptation temporaire, il ne peut être vu comme incompatible avec une réinsertion sociale réussie.

41Dans le contexte d’une réflexion sur le phénomène de l’assimilation au milieu carcéral, il faut noter également que l’institution carcérale est loin d’être aujourd’hui ce qu’elle était à l’époque de Clemmer. En effet, les établissements à sécurité maximale ne sont plus la seule forme de détention, et l’incarcération se déroule aujourd’hui en contact étroit avec l’extérieur. Le détenu conserve son nom et donc son identité, la toute-puissance du directeur est à relativiser, et les règlements intérieurs se sont assouplis. On favorise la réintégration rapide du prisonnier dans la collectivité, ce dont témoignent les sorties anticipées et les programmes de réinsertion. Les établissements carcéraux ne sont donc plus totalement clos et une peine privative de liberté s’accompagne généralement d’un minimum d’échanges avec l’extérieur. En outre, le déroulement de la peine est orienté vers des valeurs sociales établies, que ce soit par l’intermédiaire des différents programmes offerts aux détenus ou parce qu’un espoir de sortie anticipée est permis. Plusieurs des facteurs universels de prisonniérisation présentés par Clemmer tendent donc à s’atténuer, sinon à disparaître. On peut alors conclure que ce phénomène est beaucoup moins marqué à l’heure actuelle qu’il ne l’a déjà été.

Notes

1 Groupes restreints d’environ cinq détenus qui tissent des liens de camaraderie et se tiennent ensemble dans la mesure du possible. Cette intégration à un groupe primaire est souvent décrite dans la littérature carcérale comme la solution de rechange la plus sûre et la plus recherchée face à un milieu possiblement hostile et peu digne de confiance.

2 En prison, tout devient prétexte à pari, de la mort de célébrités aux mouches qui se posent sur les murs, avec toutefois une priorité : les résultats sportifs. Comme l’a décrit un ancien détenu : « de l’aube au crépuscule, toute la prison était en proie à une fièvre du pari » (Caron, 1980).

3 Bien que l’étude de Rostaing porte sur les établissement carcéraux pour femmes, sujet qui ne fait pas l’objet de cet ouvrage, les analyses de cette auteure, très pertinentes, nous paraissent applicables aux établissements pour hommes.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search