Version classiqueVersion mobile

Anatomie de la prison contemporaine

 | 
Guy Lemire
, 
Marion Vacheret

Première partie. Carrières carcérales

Carrières carcérales

Texte intégral

1Gardiens et détenus, groupes complémentaires et opposés, sont les acteurs centraux des dispositifs de détention. En effet, si la composition du groupe des membres du personnel a changé depuis les années 1940 en raison de la multiplication des intervenants en réinsertion sociale, les surveillants restent le corps professionnel de première ligne. De leur côté, les détenus, exclus de la collectivité, isolés du monde extérieur pour un temps plus ou moins long, subissent de plein fouet la perte de liberté à laquelle ils sont condamnés et tout ce qui en découle.

2Tant pour le détenu que pour celui qui en a la garde, « la prison » signifie vivre ou travailler dans un monde de privations et de contraintes. L’adaptation de chacun à cet univers est l’une des questions fondamentales sur lesquelles il convient de se pencher si on veut le comprendre. La prisonniérisation et l’influence du milieu sur le prisonnier, les sous-cultures carcérales, le code de valeurs des détenus tout comme le code de travail et les diverses logiques d’intervention des membres du personnel de surveillance sont les grandes dimensions sur lesquelles nous nous attarderons dans un premier temps.

3Peut-on parler d’homogénéité au sein de ces groupes ? Les modes d’adaptation à cet univers sont-ils semblables d’une personne à l’autre, et, dans le cas contraire, quels sont les éléments qui nous permettent de comprendre les modes adaptatifs de chacun ?

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search