Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les inégalités sociales de santé au Québec

 | 
Katherine Frohlich
, 
Maria De Koninck
, 
Andrée Demers
, 
et al.

II. Théories et méthodes

8. Capital social, solidarité réticulaire et santé

Louise Bouchard

Texte intégral

La science n’est autre chose que la conscience portée à son plus haut point de clarté
Émile Durkheim, De la division du travail social

1La prise en compte des liens sociaux dans l’étude de la santé des populations constitue un champ de recherche relativement bien établi depuis plus d’une trentaine d’années. Les relations sociales, qu’elles empruntent la forme de réseaux de soutien, de proximité, d’affinité, de participation sociale, ou de mobilisation sont reconnues pour jouer un rôle potentiellement protecteur contre les effets néfastes des stresseurs de l’environnement social ainsi qu’un rôle positif d’adaptation, de solidarité et d’intégration sociale. Cependant, la recherche a, conceptuellement et méthodologiquement, évolué par diverses voies depuis les études pionnières de Durkheim sur le suicide et la cohésion sociale, en passant par le soutien social durant les années 1960-1970, les réseaux sociaux et plus récemment, le capital social. Devant le constat de l’accroissement des inégalités de santé mis en évidence par moult études, les chercheurs se sont attardés avec plus d’attention sur le rôle des déterminants sociaux de la santé. Les questions relatives aux inégalités, aux clivages et aux fractures sociales, autrement dit, au phénomène général de la cohésion des sociétés, ont occupé l’avant-scène de la recherche académique en santé des dernières années.

2Dans ce chapitre nous examinerons dans un premier temps les bases théoriques sur lesquelles prend appui la recherche en santé, principalement dans les travaux de Durkheim sur la solidarité sociale. Puis, nous ferons un bref survol des thèses qui ont plus récemment contribué à élaborer le concept de capital social ainsi que les débats qu’il soulève conceptuellement et méthodologiquement. Enfin nous nous pencherons sur son utilisation dans le domaine de la santé.

Durkheim : la solidarité sociale

3L’apport le plus considérable de Durkheim à la sociologie est sans aucun doute la formulation des règles de méthode propres au raisonnement sociologique. Les faits sociaux sont extérieurs aux individus et doivent être expliqués par un autre fait social : « L’origine première de tout processus social de quelque importance doit être recherchée dans la constitution du milieu social interne » (Durkheim, 1894, p. 65) Les faits sociaux se produisent au niveau de la société (en ayant une existence propre, indépendante de ses manifestations individuelles et s’imposent aux individus en vertu d’un pouvoir de coercition. Témoin privilégié des désordres sociaux découlant de l’industrialisation massive des sociétés de son temps, Durkheim cherche à comprendre les facteurs de la cohésion sociale. À travers sa célèbre étude sur le suicide, Durkheim démontre que les taux de suicide, un phénomène relevant apparemment de la psychologie individuelle, varient considérablement en fonction des milieux sociaux. Le suicide est analysé comme un fait social relié à d’autres facteurs sociaux : la religion, le sexe, l’état matrimonial, l’environnement social. D’autres analystes de la même époque, dont Friedrich Engels, décrivent avec force la situation du prolétariat industriel en Angleterre et constate que des milliers d’ouvriers sont exposés à une « mort prématurée et anormale ». La maladie est donc un fait social dans sa nature même, dans ses causes, dans sa propagation et la médecine, comme le soutenait à cette époque Rudolf Virchow, n’a d’autre choix que d’être politique : « Si la médecine veut vraiment remplir sa grande tâche, elle sera obligée d’intervenir dans la vie politique et sociale, elle doit dénoncer les obstacles qui empêchent l’épanouissement normal des processus vitaux » (Sournia, 1992, p. 234).

  • 1 Durkheim rappelle que c’est Adam Smith qui fut le premier théoricien du concept de division du tra (...)

4La majorité des chercheurs en santé qui s’intéressent aux relations entre liens sociaux et santé réfèrent principalement à l’étude sur le Suicide, comme base théorique. Mais c’est dans l’ouvrage De la division du travail social que Durkheim explore le plus globalement la question des liens sociaux et de la cohésion des sociétés. Pourvu d’une excellente connaissance générale, des sciences naturelles et s’inspirant du fonctionnement des organismes vivants, Durkheim cherche à comprendre la société de la même manière, c’est-à-dire comme un système complexe dynamique formé d’organes ou entités qui interagissent localement et simultanément. Un organisme vivant est généralement défini en tant qu’être organisé capable de se maintenir en vie, de se développer selon une certaine organisation, de se reproduire et de trouver un environnement favorable qui lui permette de survivre. Si depuis ce temps, la comparaison avec les organismes vivants n’a pas retenu l’intérêt des sociologues contemporains, elle mérite, à l’heure des études interdisciplinaires et des systèmes complexes, d’être à nouveau considérée. Que nous enseigne-t-il ? Tout d’abord : « La loi de la division du travail s’applique aux organismes vivants comme aux sociétés, en même temps qu’elle est une loi de la nature, elle est une règle morale de la conduite humaine » (p. 38). Si les économistes furent les premiers à conceptualiser la notion de division du travail1, Durkheim la considère comme un phénomène sociologique en raison « de l’effet moral qu’elle produit, à savoir créer entre deux ou plusieurs personnes un sentiment de solidarité », ce qui en fait une condition essentielle de l’existence des sociétés et de leur cohésion. Pour clarifier cette hypothèse, il applique les règles de méthodes sociologiques en catégorisant les différentes espèces de solidarité sociale et en comparant leur variation entre différentes sociétés. Le droit, en tant qu’outil de régulation des sociétés, lui apparaît pouvoir refléter les variétés essentielles de la solidarité sociale. Les règles juridiques nécessitent d’être classées d’après leurs sanctions : répressives dans le cadre du droit pénal, restitutives lorsqu’il s’agit de rétablir des rapports problématiques à leur forme normale (droit civil, commercial, administratif, etc.). À ces deux grandes catégories des systèmes juridiques correspondra deux formes de solidarité sociale.

5Le crime, poursuit Durkheim, constitue une rupture du lien de solidarité parce qu’il représente un manquement très grave à la morale collective. En fait, le crime n’existe que parce qu’il est collectivement réprouvé. C’est qu’une conscience collective commune s’oppose à certains faits, dit-il : « Le crime n’est pas seulement la lésion d’intérêts même graves, c’est une offense contre une autorité en quelque sorte transcendante. Or, expérimentalement, il n’y a pas de force morale supérieure à l’individu, sauf la force collective » (p. 67). Dans les sociétés traditionnelles, explique Durkheim, le droit, étant religieux, est presque exclusivement répressif. Il ressort de cette conscience collective commune ou psyché collective, un type de solidarité que Durkheim appelle « solidarité mécanique ou par similitudes ». Ce type de solidarité implique que les individus se ressemblent, partagent les mêmes valeurs, que les comportements et les activités humaines soient faiblement différenciées et spécialisées. La tradition produit les normes et la culture du groupe. Le collectif absorbe l’individu.

6En évoluant, les sociétés deviennent plus volumineuses, se densifient et s’individualisent d’où le nécessaire processus de différenciation et de spécialisation de l’activité humaine. La division du travail donne naissance à de nouveaux groupes sociaux, ainsi qu’à des règles juridiques et morales qui déterminent la nature et les rapports des fonctions divisées, à un droit coopératif. Dans ce processus, les rapports sociaux deviennent plus interdépendants, et affranchissent les individus du joug collectif. Durkheim nomme « organique » la solidarité qui est due à la division du travail. Ainsi :

La vie sociale résulte d’une double source, la similitude des consciences et la division du travail. L’individu est socialisé dans le premier cas, parce que, n’ayant pas d’individualité propre, il se confond, ainsi que ses semblables, au sein d’un même type collectif ; dans le second, parce que, tout en ayant une physionomie et une activité personnelles qui le distinguent des autres, il dépend d’eux dans la mesure même ou il s’en distingue, et par conséquent de la société qui résulte de leur union. (p. 205)

La division du travail

7Pour Durkheim, la division du travail touche toute la vie sociale et désigne le processus de différenciation par lequel se distinguent les unes des autres les fonctions sociales (religieuses, juridiques, économiques, politiques…) d’une part et d’autre part, la division technique des opérations de production.

8Si au départ, la différenciation est surtout liée à des circonstances locales (particularité ethniques, climatériques, etc.), à mesure que les frontières premières s’atténuent, un équilibre se rompt. Les individus ne sont plus contenus dans leurs lieux d’origine, de nouveaux espaces libres les attirent, les populations se mélangent, les différences originelles se perdent, les villes se développent, deviennent les foyers du progrès, affaiblissant du coup les traditions. Plus le milieu social s’étend, plus la conscience collective devient abstraite et générale, plus elle laisse place aux variations individuelles. Les pressions de plus en plus fortes exercées par les unités sociales les unes sur les autres les obligent à se développer dans des sens de plus en plus divergents, produisant ainsi la division du travail et des fonctions.

9La fonction première de la division du travail, poursuit Durkheim, est de permettre une vie sociale dans les conditions toujours renouvelées d’existence qui sont faites aux individus. Pour que la division du travail évolue et puisqu’elle « unit en même temps qu’elle oppose ; qu’elle fait converger les activités qu’elle différencie », il est nécessaire que les individus adhèrent les uns aux autres. Pour cela, il faut que les individus entre lesquels la lutte s’engage soient déjà solidaires, ce qui présuppose l’existence de liens moraux. Ce processus de division et de spécialisation n’est pas seulement dû aux circonstances extérieures plus variées, mais surtout, précise-t-il, parce que la lutte pour la survie devient toujours plus vive et plus exigeante. La spécialisation des tâches est une lutte incessante et les problèmes qu’elle engendre ne peuvent être résolus que par une division du travail toujours plus développée. Tel est, selon Durkheim, « le moteur du progrès ».

10Suivant l’analogie des organismes vivants, le milieu humain est le plus complexe de tous les milieux. La spécialisation des fonctions sociales est un processus continu, qui ne peut jamais être définitif. Parce que leur grande complexité les maintient dans un état d’instabilité, les états complexes, se décomposent facilement. Plus les activités se spécialisent, plus elles se complexifient et plus les aptitudes se développent, plus elles se transmettent (par l’hérédité) difficilement. C’est leur état d’indétermination qui rend les organismes aptes au changement sous l’influence de différentes circonstances.

11Par souci de démonstration formelle, Durkheim examine l’antithèse ou les « formes anormales » de la division du travail, celles qui ne produisent pas de solidarité et ne favorisent pas l’intégration. Le crime organisé vient tout de suite à l’esprit, mais précise-t-il, il ne s’agit pas de division du travail mais plutôt, à l’image d’un cancer, d’une prolifération anarchique de cellules sans qu’il n’y ait spécialisation nouvelle des fonctions biologiques. Les crises industrielles, les faillites qui deviennent plus nombreuses à mesure que le travail se divise sont des ruptures partielles de la solidarité organique. Elles indiquent une transition dans le processus de division du travail où les luttes sont plus vives que la solidarité. Les conditions nouvelles de la vie industrielle réclament une organisation nouvelle mais comme ces transformations s’accomplissent rapidement, les intérêts en conflits n’ont pas le temps de s’équilibrer, créant l’état d’anomie. La cohésion devient plus instable et a besoin d’être consolidée par d’autres moyens d’où la nécessité de réglementations nouvelles qui se font toujours à tâtons.

12Enfin, la division du travail prend une forme anormale lorsqu’elle est contrainte par l’antagonisme du travail et du capital et des inégalités de classes qui s’ensuivent, bien qu’en même temps, elle en accroît la conscience. C’est qu’elle crée entre les fonctions divisées tout un système de droits et de devoirs qui lient les uns aux autres d’une manière durable, exacerbant la conscience des inégalités. Rendant plus conscients les individus de leurs rôles dans la division du travail, elle crée le besoin d’une répartition juste et équitable des fonctions et des tâches. De même les similitudes sociales donnent naissance à un droit et une morale qui les protègent, de même la division du travail donne naissance à des règles qui assurent le concours pacifique et régulier des fonctions divisées. Durkheim ajoute qu’il ne suffit pas qu’il y ait des règles, il faut que celles-ci soient justes et pour cela il faut que les conditions extérieures de la concurrence soient égales. La société se divise en tentant de réduire les inégalités en réglementant, en assistant ceux qui se trouvent placés dans des situations désavantageuses et en les aidant à s’en sortir. La tâche des sociétés les plus avancées est donc, pour Durkheim, une œuvre de justice. « L’idéal des sociétés traditionnelles était de créer une vie commune aussi intense que possible, le nôtre est de mettre toujours plus d’équité dans nos rapports sociaux, afin d’assurer le libre déploiement de toutes les forces socialement utiles, même si la justice en cours d’évolution apparaît imparfaite » (p. 127).

13Lorsque des changements profonds se produisent très rapidement et en peu de temps dans la structure des sociétés, des états de crise s’ensuivent. La morale qui correspond à ce type social régresse sans qu’une nouvelle n’ait eu le temps de prendre forme.» Pour faire cesser cette anomie, il faut trouver les moyens de faire concourir harmoniquement ces organes qui se heurtent encore à des mouvements discordants, c’est introduire dans leur rapport plus de justice en atténuant de plus en plus ces inégalités extérieures qui sont la source du mal » (p. 143).

14Bien que la critique académique lui ait conféré un certain conservatisme en raison d’une vision de la société « stable et reposant sur le consensus normatif », en réinterprétant aujourd’hui son travail à la lumière des théories de la complexité, nous pouvons considérer que Durkheim préfigurait, bien avant l’heure d’une analyse dynamique des sociétés, qu’il a étudié comme des systèmes complexes et intégrés. Loin de nier les inégalités sociales, les conflits des groupes d’intérêts, les luttes interprofessionnelles, les conflits de pouvoir, il constate que les sociétés organisées tendent à les réduire et que l’effort de tous finit par converger vers cet idéal de justice et d’équité, parce que le mouvement même de la division du travail accroît la conscience des positions que chacun occupe, elle divise et unit. Pour Durkheim, une société organisée est forcément une société morale. L’altruisme plus que l’égoïsme règlerait les conduites humaines et serait à la base de la civilisation.

15Cette étude sur la solidarité sociale et des ses formes différentes selon la morphologie sociale demeure extrêmement riche pour l’analyse actuelle des liens sociaux dans le contexte de la mondialisation, de la vie qu se concentre toujours plus dans les méga cités, de l’accroissement des communications et des échanges à l’échelle de la planète.

La société en réseaux et nouvelle forme de solidarité

16Les changements morphologiques ou structurels, comme l’a démontré Durkheim dans son étude sur la division du travail et la spécialisation des tâches, induisent des effets sur les liens sociaux. Les liens de solidarité survivent aux transformations sociales liées à l’urbanisation et à l’industrialisation mais ils relèvent davantage des interdépendances entre individus et groupes sociaux : la solidarité devient organique. Dans les sociétés actuelles, complexes et informationnelles, la division du travail est encore plus accentuée et spécialisée, s’exerce à l’échelle du monde et les liens sociaux toujours plus interdépendants, se tissent à travers les réseaux, à l’enseigne des systèmes d’information dynamiques où un nombre accru d’individus communiquent davantage entre eux. L’organisation réticulaire permettant d’agir à plusieurs niveaux simultanément et dans un espace se jouant des frontières traditionnelles, constitue la forme adaptée des sociétés complexes qui permet aux individus de résoudre les problèmes de l’action sociale et l’atteinte de divers objectifs. On pourrait avancer le concept de solidarité réticulaire pour correspondre au type de sociétés mondialisées.

17Les réseaux, selon Castells (1998), constitueraient la nouvelle morphologie sociale des sociétés contemporaines qui « détermine largement les processus de production, d’expérience, de pouvoir et de culture » (p. 575). Bien que les réseaux sociaux aient existé de tout temps, Castells voit dans le paradigme informationnel (dont les technologies de l’information en constituent la base matérielle) une extension de la logique de mise en réseau à toute la structure sociale. Castells définit les réseaux comme des « structures ouvertes, susceptibles de s’étendre à l’infini, intégrant des nœuds nouveaux en tant qu’ils sont capables de communiquer au sein du réseau, autrement dit qu’ils partagent les mêmes codes de communication (par exemple des valeurs ou des objectifs de résultat) » (p. 577). Les réseaux sont vus comme des structures dynamiques fonctionnant généralement sous forme d’alliances peu hiérarchisées. Un réseau social, selon la même perspective, est un maillage de relations sociales plus ou moins denses qui génèrent et partagent des ressources nécessaires à la mobilisation des membres constituants. La forme du réseau détermine son efficience. Ainsi, comme l’a démontré Granovettor (1973) l’un des pionniers de la théorie sociale des réseaux, plus un réseau est ouvert avec de nombreux liens faibles, plus il est susceptible de donner accès à davantage de ressources qu’un réseau plus petit aux liens serrés. Le réseau permet de déterminer le capital social des acteurs sociaux.

18Les courants de modernisation de nombreux États s’inscrivent dans ce mouvement d’adaptation à la nouvelle morphologie sociale. Innovation, décentralisation, ententes multipartites et intersectorielles, concertation, gouvernance horizontale, mécanismes flexibles, réseautage, intégration, partenariat stratégique en constituent les principales composantes. C’est dans ce contexte qu’est entrée en vigueur au Canada, en 2002, la Politique sur les différents modes de prestations des services. Pour le Conseil du trésor, responsable de la politique, « La prestation moderne de services axés sur les citoyens témoigne de l’interdépendance accrue des différents secteurs dans un environnement aussi complexe que varié » (p. 2).

Le capital social défini par les réseaux de relations et les ressources sociales

19La question de départ qui a conduit Durkheim a rédiger son ouvrage est celle de la solidarité sociale. Il cherche à comprendre comment les êtres humains maintiennent leurs liens de coopération tout en s’individualisant davantage, un paradoxe en soi. Le concept de capital social qui a émergé au cours des années 1980 tourne toujours autour de cette question fondamentale de la cohésion sociale et recoupe diverses dimensions telles que : réseaux sociaux, normes de réciprocité, participation sociale, soutien social, confiance, accès aux ressources sociales.

20On attribue l’usage formel contemporain du concept et son développement théorique à Pierre Bourdieu, James Coleman et Robert Putnam. Sans revoir en détail cette littérature bien exposée ailleurs (Portes, 1998 ; Woolcook, 1998), rappelons ici quelques éléments principaux du contenu qui s’en dégage. Pierre Bourdieu (1983) fut le premier à formuler une théorie des capitaux pouvant prendre différentes formes (économique, culturel, social et symbolique). Il définit ainsi le concept de capital social : « le capital social comprend les ressources actuelles ou potentielles liées à la possession d’un réseau stable de relations plus ou moins institutionnalisées de connaissance et de reconnaissance mutuelles, autrement dit liées à l’appartenance à un groupe. » (Bourdieu, 1986, cité en français par Lévesque et White, 1999, p. 27-28). Le capital social est instrumental en ce qu’il procure des ressources non accessibles autrement que par l’appartenance à un réseau social. Il s’est intéressé plus particulièrement aux mécanismes de sa reproduction et aux comportements stratégiques qui en sont caractéristiques, notamment chez les élites françaises. Du côté de la sociologie américaine, c’est James Coleman, un sociologue reconnu pour ses travaux sur l’éducation publique et comme le chef de file en sociologie de la théorie des choix rationnels qui a contribué à donner de la visibilité au concept, notamment dans son ouvrage Foundations of Social Theory (1990). Le capital social y est défini plus vaguement et comprend diverses composantes dont : les normes de réciprocité (les obligations et les attentes négociées par le niveau de confiance sociale), les réseaux d’information, les normes sociales et les sanctions effectives, les relations d’autorité et les organisations sociales, ayant pour fonction de faciliter l’action sociale (consist of some aspect of social structure and they facilitate certain actions of actors within the structure). L’approche avancée par Coleman a été sévèrement critiquée par Portes (1998) pour son caractère trop hétérogène mais a néanmoins permis d’identifier certains des mécanismes générateurs de capital social. Nous y reviendrons.

  • 2 « [Les] caractéristiques de l’organisation sociale telles que la confiance, les normes et les rése (...)

21D’autres auteurs ont contribué à forger le concept tels Glen Loury (théorie économique sur les inégalités raciales, 1977), Mark Granovetter (théorie des liens faibles, 1973) et Nam Lin (théories des ressources, 1981). Mais c’est au politologue Robert Putnam que revient la popularité du concept ces dernières années. Dans le cadre d’une étude sur les différentes régions d’Italie, Putnam (1993) constate que la performance de l’économie et des institutions politiques de chacune d’elles, était tributaire du niveau d’engagement civique présent. Les travaux subséquents de Putnam (Bowling alone, 1995) sur le capital social déclinant aux États-Unis ont attiré l’attention sur le concept. Pour lui, le capital social représente une ressource collective, fait de normes de réciprocité et de réseaux d’engagement civique, des aspects essentiels de la confiance sociale qui peuvent renforcer l’efficacité de la société2. Constatant le désengagement civique aux États-Unis (une démocratie construite, selon A de Tocqueville, sur l’esprit et la pratique de l’association), il postule un déclin du capital social dont l’effet est l’affaiblissement des indicateurs de santé, de bien-être, de prospérité et d’éducation (Putnam, 2000). Cette définition du capital social, davantage centrée sur la fonction du capital social, a souvent été reprise dans de nombreuses études empiriques.

22Des réserves et des critiques ont été émis quant à la clarté conceptuelle, à sa mesure et à l’excès d’optimisme que le concept pouvait engendrer. Coleman (1990) a reconnu dès le départ que le capital social pouvait servir à des fins destructrices (les groupes mafieux représentent une forme de capital social « anti-social »). Portes (1998) a aussi relevé que les réseaux « tissés serrés » peuvent avoir des pratiques ou des règles exclusives, discriminatoires et oppressives. Le capital social peut donc aussi produire des effets négatifs. Une critique plus sévère est venue souligner le caractère potentiellement tautologique du concept de capital social, défini par sa fonction. En effet, certaines recherches utilisant le concept ont parfois eu tendance à confondre le capital social lui-même à ses résultats (Lin, 1995). Dans la même veine d’idée, Portes (1998) considère qu’il est « important de distinguer les ressources en soi de la capacité à y accéder par l’appartenance à diverses structures sociales », une distinction explicite chez Bourdieu mais nébuleuse chez Coleman. L’analyse de Portes a contribué à faire ressortir les limites d’une approche où déterminants, sources et résultats du capital social peuvent être assimilés l’un à l’autre.

23Parmi les autres critiques du concept, on retrouve celle occultant le rôle des nouveaux mouvements sociaux, tels que les mouvements écologistes et féministes en se concentrant sur les formes classiques d’associations, tels que le taux de vote, l’appartenance à des associations bénévoles de bienfaisance ou à des clubs sportifs. On a également dénoncé le fait que le capital social pouvait servir de justification du retrait de l’État des sphères sociales (Van Kemenade, 2003). En effet, puisqu’il est possible de retrouver certains niveaux élevés de capital social dans certains milieux pauvres et compte tenu des vertus sociales attribuées au capital social, le développement du capital social peut parfois apparaître non seulement comme une solution complémentaire aux coûteux programmes d’assistance sociale, mais aussi comme une solution de rechange.

24Comme toute science évolue par confrontation théorique, malgré sa popularité, le concept est encore fortement débattu à la fois au plan théorique, méthodologique et politique (Fassin, 2003 ; PRP, 2003). Théoriquement en raison d’une définition par les effets, méthodologiquement pour sa diversité de contenu, politiquement pour son potentiel de transfert de responsabilité de l’état aux individus et l’occultation des déterminations structurelles. Plus récemment la perspective du capital social défini par les réseaux de relations sociales et les ressources contenues dans ces réseaux semble faire consensus (PRP, 2003).

25Une avancée utile pour distinguer les sources et les effets du capital social fut la distinction entre trois formes de capital social : affectif (bonding), relationnel (bridging) et instrumental (linking) (Woolcock, 2001 ; Frank, 2003). La première forme renvoie aux liens étroits tissés au sein de groupes homogènes aptes à offrir le soutien social et psychologique. La seconde, le capital social relationnel, est plus hétérogène et transversale. Cette forme de capital social facilite l’accès à différentes ressources et la diffusion de l’information. Elle inclut les « liens faibles » identifiés par Granovetter (1970), qui peuvent parfois s’avérer plus utiles que les liens forts. Le capital social instrumental constituerait la catégorie verticale des interrelations, les relations entre différentes strates de richesse et de statut social permettant de tirer profit des ressources institutionnelles plus largement qu’au niveau du groupe restreint.

26Lévesque et White (1999) ont opéré la distinction entre les courants « fonctionnaliste » et « réticulaire » au sein des théories du capital social, une distinction nécessaire pour mieux comprendre de quoi est fait le capital social, comment il fonctionne et ce qu’il produit. L’approche proposée par Coleman et Putnam porte sur les moyens par lesquels le capital social représente un actif collectif, une définition du capital social par ses effets. L’impasse majeure imputée à cette approche est d’étendre trop longuement la liste d’éléments considérés comme des générateurs de capital social et d’obscurcir plus que d’éclairer sa compréhension et d’en limiter le pouvoir explicatif. Les approches du capital social basées sur les réseaux vont s’intéresser soit à la structure des réseaux, soit aux ressources qui y sont contenues ou encore à l’accessibilité des ressources via les réseaux (Lévesque et White, 1999). Malgré que l’approche réticulaire ait aussi ses lacunes, certains la considérant trop restrictive, elle apparaît néanmoins plus claire et plus opérationnelle parce qu’elle permet de distinguer les formes du capital de ses effets, une règle de base de la méthode sociologique. Si le capital humain s’est révélé un concept solide en raison de composantes bien définies telles que les connaissances et les compétences, le capital social peut se révéler tout aussi productif si on lui donne une définition moins équivoque.

27L’approche par les réseaux de relations sociales différencie les ressources elles-mêmes de leur obtention et se penchent ainsi davantage sur la nature intrinsèque du capital social. Les thèses de Lin (1995) constituent un exemple de théorisation réticulaire. Il analyse le capital social sous l’angle de la théorie des ressources sociales qui cerne les actions conduites pour conserver ou acquérir de telles ressources. » (Lin, 1995, p. 687). En identifiant la genèse du capital social, Lin permet une meilleure différenciation du capital social par rapport aux autres formes de capital (culturel, économique, etc.).

28Ces développements théoriques constituent autant de précisions permettant de mieux appréhender le capital social et de faire une analyse plus fine de ses effets. Des développements semblables sont également survenus dans les modèles conceptuels visant la mesure du capital social, source d’autant de débats. Les indicateurs « traditionnels » inspirés par les définitions proposées par Coleman (1990) et Putnam (1993) regroupent les mesures de confiance envers autrui et les institutions ; les normes de réciprocité ; l’engagement civique et communautaire ; la participation aux institutions politiques. Ces indicateurs ont donné lieu à de nombreuses extensions et interprétations si bien que de l’avis des experts qui s’y penchent, il est difficile de s’y retrouver. Cependant, dans le but de clarifier les multiples usages du capital social, Woolcock et Narayan (2000) dégagent quatre types d’analyse du capital social : l’approche communautariste reposant sur l’activité associative dans une communauté, l’approche par les réseaux s’intéressant à leurs structures et contenu, l’approche institutionnelle examinant la vitalité des réseaux communautaires en relation avec l’environnement politique, juridique et institutionnel, l’approche synergique reconnaissant une action réciproque des réseaux et des institutions.

29Les études empiriques sur le capital social ont démontré leur pertinence dans trois ordres principaux de résultats : le développement social, le développement économique et la santé. De nombreuses études empiriques ont conclu à un lien possible entre le capital social mesuré par la densité des liens et l’instruction, le bien-être des enfants, la délinquance, la vitalité des quartiers, la santé physique et psychologique, la satisfaction et la démocratie (Healy et Côté, 2001 ; Helliwell, 2001).

Capital social et inégalités de santé

30L’étude des liens sociaux, du capital social et de la santé mise sur deux grandes traditions de recherche. La première a émergé durant les années 1970 et porte sur la notion de réseaux de soutien social. La seconde fait son apparition durant les années 1990 et recourt au concept de capital social. Les deux traditions cependant cherchent à expliquer la mortalité et la morbidité différentielles.

Réseaux de soutien social

31Le soutien social renvoie aux dimensions cognitives des relations sociales (le bien-être qu’il procure). Les relations sociales sont vues comme des ressources relationnelles pouvant transmettre des ressources matérielles ou informationnelles aux personnes qui en ont besoin (Lemieux, 1999 ; Lin, 1995). Les réseaux de soutien sont caractérisés par les échanges entre des personnes aidantes (par exemple, des parents, des amis, des voisins, des bénévoles) et des personnes aidées (des personnes âgées, des malades, des personnes défavorisées sur le plan de différentes ressources). Les fonctions du soutien social sont instrumentales et expressives et apportent soit une aide émotionnelle (empathie) ; 2) une aide instrumentale et tangible ; 3) de l’information (conseil, mentorat) ; 4) de l’accompagnement ; 5) ou renforcent le sentiment d’appartenance et les liens de solidarité.

32Plusieurs études ont démontré que les réseaux de soutien social sont associés positivement au maintien de la santé, voire même à une espérance de vie prolongée. L’étude pionnière du comté d’Alameda aux États-Unis (Berkman et Syme, 1979) a démontré à partir d’un suivi de neuf ans que les taux de mortalité étaient supérieurs chez les personnes dépourvues de liens sociaux familiaux, amicaux, ou communautaires. Les recherches qui ont suivi cette première étude (House et al., 1982) ont renforcé les résultats dégagés de l’étude sur le comté d’Alameda, c’est-à-dire l’étroite relation entre les réseaux sociaux et les taux de mortalité. Les conclusions de ces études démontraient que les personnes n’ayant pas de réseau de soutien avaient une probabilité de mourir de deux à trois fois supérieure aux personnes possédant un tel réseau.

33Cette association a été mise en évidence à travers plusieurs études de population et pour plusieurs causes de maladies (maladies ischémiques, cérébrovasculaires, circulatoires, les cancers, ainsi que les maladies respiratoires et gastro-intestinales) (Berkman, 1995). Les réseaux sociaux exercent aussi une influence positive sur les comportements préventifs (dépistage du cancer, dialyse, arrêt du tabagisme, consommation d’alcool) (Berkman, 1995). La maladie physique et mentale peut aussi diminuer les capacités d’intégration sociale et accroître l’isolement, le soutien social pourrait ainsi contribuer à une meilleure adaptation. On sait également que les relations sociales ne sont pas toujours positives pour les individus et qu’elles peuvent être la source de stress et de morbidité, tels que les conflits familiaux ou les conflits au travail, ou encore l’influence négative des pairs dans la prise de risque chez les jeunes.

34Dans cette tradition de recherche, on retrouve l’indice de réseaux de soutien social développé par L. Berkman, qui mesure la quantité et la fréquence de l’appui offert par les réseaux de parents et d’amis (quantité et fréquence), la participation sociale (associative, communautaire, religieuse, charitable) et le soutien social (émotif et instrumental). Pionnière dans ce domaine, elle a largement contribué à circonscrire cette tradition de recherche (Berkman, 2000). Au Canada, les enquêtes nationales de santé (Santé Québec, ENSP, ESCC) incluent différentes variables de réseaux sociaux (réseau de parents, d’amis, de voisinage), fréquence des contacts, participation sociale, bénévolat, indice de soutien social, indice de cohérence (sense of coherence). Récemment l’enquête sociale générale, ESG-cycle 17, a été consacrée à l’engagement social au Canada.

Capital social

35Quant au concept de capital social qui a succédé aux études sur le soutien social, il s’est rapidement taillé une place importante dans l’agenda de la santé publique et des populations, en raison de son appropriation par l’épidémiologie sociale et de son potentiel explicatif des inégalités de santé. Comme nous l’avons mentionné précédemment, le concept a puisé à deux sources théoriques différentes, l’une définissant le capital social par le réseau de relations sociales donnant accès à des ressources, (définition réticulaire instrumentale), et l’autre par les normes de réciprocité et de confiance, de participation sociale et civique améliorant l’efficacité collective et l’intégration sociale (définition par la fonction). La perspective de recherche qui s’est imposée dans les études d’épidémiologie sociale associe le capital social au degré de cohésion sociale mesurée par la distribution des inégalités sociales et tout indicateur relié aux ruptures de liens dans une société (criminalité, divorce) et la présence de liens sociaux forts mesurés par le niveau de confiance et de réciprocité (rendre service), la multiplicité des associations reliant les individus (participation sociale et civique) et leur relation avec la santé des populations. Le concept sert à définir certaines caractéristiques des relations dont le niveau de confiance et les normes de réciprocité qui viennent renforcer les liens sociaux dans les communautés et les sociétés (Kawachi et Berkman, 2000). Les auteurs précisent cependant que si le capital social contribue à la cohésion sociale, il n’en est certes pas une condition suffisante.

36Wilkinson a été le premier à introduire le concept de capital social dans les études portant sur la santé (1996). Il avance l’idée que les sociétés plus égalitaires (en termes de distribution du revenu) et plus cohésives socialement ont une meilleure espérance de vie. Comparant différentes régions géographiques, l’Europe de l’Est, l’Angleterre, le Japon, la ville américaine de Rosetto, il en vient à la conclusion que plus grande est la cohésion sociale meilleure est la santé. Le concept gagne ensuite en importance dans les études épidémiologiques pour la compréhension du lien entre les inégalités sociales et les taux de mortalité. L’expression « passer sous la peau » traduit l’effet des inégalités sociales en termes de morbidité et mortalité précoces. Les premières études de Wilkinson (1998) ont révélé une corrélation forte entre la mortalité et les inégalités de revenus. Putnam (2001) a également démontré que les indicateurs de santé sont meilleurs dans les états américains ayant un capital social plus élevé. Dans les pays scandinaves Hyppä et Mäki (2001) concluent que la minorité finlandaise de langue suédoise a une meilleure espérance de vie et que leur capital social y contribuerait. Lomas (1998) a mis en évidence l’importance des réseaux sociaux comparée à d’autres types d’intervention dans le domaine de la santé publique au Canada. Les communautés ayant un faible capital social présentent des niveaux de stress plus élevés, un taux d’isolement social plus grand, une moins grande capacité de répondre aux risques environnementaux, ou aux interventions de santé publique (Szreter et Woolcoock, 2004). Une récente recension de la littérature examine la relation entre capital social et santé dans différents pays selon leur degré d’égalitarisme économique. Tenant compte des protocoles de recherche et des méthodologies, les résultats indiquent une association positive entre capital social et meilleure santé au niveau individuel. Au niveau contextuel, la relation serait moins frappante (Islam et al., 2006)

37Outre les indicateurs précités, Lochner et ses collègues (1999) ont examiné une série d’instruments de mesure, telle que la cohésion du quartier et la mesure d’efficacité collective de Bandura - définie comme « un sentiment de compétence collective entre individus qui décident d’affecter, de coordonner et d’intégrer leurs ressources de façon efficace et concertée pour faire face à des situations spécifiques ». Tout récemment, dans le contexte de l’approche « axée sur les réseaux », Van Der Gaag et Snijders ont produit un outil, le « générateur de ressources » qui ne semble pas avoir encore servi aux études de santé. Cet outil de mesure du capital social questionne les répondants sur leur accès à diverses ressources et sur les types de liens qui leur permettent d’accéder à ces ressources (connaissances, amis, membres de la famille). L’outil couvre quatre dimensions des ressources : le prestige et l’éducation, les habiletés politiques et économiques, les habiletés sociales et le soutien social. Un tel outil s’avère prometteur pour dépasser les lacunes méthodologiques toujours apparentes dans la mesure du capital social. Récemment, une équipe de recherche a conduit une analyse secondaire à partir des données recueillies dans le cadre du cycle 17 de l’Enquête sociale générale (ESG) de 2003 (Bouchard et al., 2006). L’étude démontre que les indicateurs de capital social les plus proches d’une approche réseau (les réseaux de liens forts et les réseaux de liens avec les organisations) sont associés de manière significative à l’état de santé perçu de trois sous-populations : les aînés, les immigrants et les membres de ménages à faible revenu.

38Par quels mécanismes la cohésion sociale, définie par le degré d’équité sociale, peut-elle être reliée à la santé ? Les synthèses de recherche sociologique permettent de faire ressortir trois types d’explication : une explication matérialiste, une explication psychosociale et une explication comportementale, liée aux styles de vie.

39L’explication matérialiste met en évidence la forte corrélation entre le revenu et la santé, autrement dit les personnes les plus dépourvues au niveau financier vont mourir plus précocement, vont connaître davantage de problèmes de santé physique et mentale que les personnes ayant les meilleurs revenus. Ce désavantage matériel affecte la santé à travers plusieurs mécanismes, dont le stress psychosocial, les styles de vie qui impliquent davantage de risques pour la santé (fumer et boire avec excès, conduire en état d’ébriété, occuper un travail plus risqué et plus exigeant pour la santé, ne pas avoir accès aux bonnes ressources alimentaires, etc.) et la « désaffiliation » sociale. L’explication psychosociale de l’impact des inégalités met l’accent sur le stress engendré par le fait de vivre dans des conditions d’insuffisance et d’adversité : ne pas avoir d’emploi, ne pas avoir assez d’argent pour finir le mois, ne pas pouvoir nourrir correctement ses enfants et ne pas satisfaire les besoins de base. À travers les voies du système neuroendocrinien et immunitaire, pareil stress finit par user prématurément et engendrer plus rapidement la maladie et le vieillissement (Sapolski, 2005). L’explication reliée aux styles de vie mettra de l’avant que les comportements et les attitudes adoptées par des groupes d’individus le sont en fonction de leur environnement social, économique et culturel. Si le tabagisme ou l’alcoolisme est plus fréquent dans les classes sociales plus défavorisées, c’est que ces pratiques servent de résistance ou d’échappatoire aux conditions difficiles de vie. Les styles de vie, dans la perspective de Weber, s’ils sont adoptés par choix individuels (les goûts alimentaires, le type de logement, de loisirs, l’apparence…), sont déterminés par les contextes sociaux qui, quant à eux, sont donnés par chance (dimension structurelle telle que naître dans une famille riche donnant accès à un type de culture, de ressources, de manière d’être, de manger, etc.) (Cockerham, 2005 ; Frohlich, 2001). La position sociale, définie par le statut ou le prestige, le pouvoir social et économique de l’individu, exerce une influence prépondérante sur les styles de vie. La théorie des capitaux de Bourdieu et des styles de vie collectifs de Frohlich renforcent cette vision. Selon leurs expériences individuelles et collectives, les membres des groupes les plus désavantagés peuvent vivre une « désaffiliation », c’est-à-dire une rupture partielle ou complète du lien social (Castel, 1994). Cette désaffiliation se traduit par un épuisement des stocks de capital social où les individus mis à l’écart du lien social ne peuvent plus bénéficier des ressources accessibles par l’appartenance à des réseaux sociaux (Vankemenade, et al., 2006).

40Il est important de considérer que ces trois ordres d’explication sont reliés, car la position sociale et l’accès aux ressources sont deux variables directement proportionnelles (Bouchard, 2008). Afin d’unifier ces différentes théories, Nancy Krieger (2001) a proposé la théorie éco-sociale, une théorie qui vise à rendre compte de la complexité de la relation entre position et appartenance sociale et santé.

Conclusion

41Depuis leur origine, les sciences sociales se penchent sur le problème de la vie en société, de la démocratie, de la justice sociale et de l’abolition des inégalités. Les théories, pour la majorité, convergent en ce sens. En raison de ses travaux pionniers sur la cohésion sociale et le suicide, Durkheim est la référence la plus citée dans le domaine d’étude des inégalités de santé. Mais, c’est dans la division du travail qu’il élabore les fondements théoriques de la solidarité sociale qui seront ultérieurement mis en application dans l’étude sur le suicide. La fonction principale de la division du travail et de la spécialisation des tâches est de produire de la solidarité sociale. Plus les populations se densifient et s’accroissent en volume, plus elles doivent, pour survivre aux conditions nouvelles, se différencier et s’individualiser. Ce processus n’est possible que si la force collective qui régulait les comportements laisse place à celle d’individus conscients du besoin qu’ils ont des uns des autres (altruisme) pour satisfaire différents besoins, donner sens à leurs actions et évoluer. Ce processus entraîne la division du travail, qui elle contribue à la création de règles et de droits pour réguler les fonctions divisées. La division du travail ainsi que les règles de droit qui l’accompagnent est un processus continu dynamique, qui se renouvelle constamment. Comme chaque individu y est engagé, il n’a donc pas le choix de mener ses luttes tout en étant solidaire, et de rechercher les règles contractuelles les plus justes possibles. Alors que la conscience collective forte des sociétés traditionnelles s’appuyait sur la croyance en un dieu, les sociétés complexes s’organisent autour d’un principe de justice. Plus les bouleversements sociaux sont rapides, plus la nouvelle régulation est difficile à établir. C’est dans ce contexte que la division du travail stagne, crée l’anomie et les pathologies sociales s’accroissent : le suicide, le crime, la maladie, la mortalité précoce, etc.

42Comme la révolution industrielle a substantiellement transformé la morphologie sociale, la mondialisation intensive actuelle des échanges complexifie davantage l’organisation des sociétés. Suivant le raisonnement de Durkheim, les liens de solidarité subsisteraient aux changements mais prendraient une forme nouvelle. Selon Castells, les réseaux constituent la nouvelle morphologie sociale. Ceux-ci connectent les individus par delà les frontières traditionnellement établies de la famille, des classes sociales, de la région, du pays. Les réseaux constituent également les nouvelles formes d’action sociale, de coordination et de gouvernance qui en retour suscite une nouvelle organisation sociale. Dans cette dynamique où les groupes d’intérêts se multiplient, la lutte aux injustices, aux inégalités ne peut que s’intensifier.

43C’est dans cette ligne de pensée que se situe la recherche sur le capital social. Bien que le concept, comme on l’a vu, ne soit pas encore complètement établi au plan scientifique, il est suffisamment heuristique pour que la recherche se poursuive. Si au temps de Coleman, les ingrédients (les réseaux, l’information, les normes de réciprocité, de sanctions et de contrôle social) ont émergés, ainsi que la fonction (faciliter l’action sociale) et qu’au temps de Bourdieu, la définition du capital social s’était précisée dans le concept de réseau de relations sociales, il ne semble pas encore correspondre conceptuellement et méthodologiquement à la méthode durkheimienne, à savoir que tel fait social produit tel autre fait social. En poursuivant ce raisonnement, il est possible de dépasser cette limite et d’avancer que le capital social (les réseaux) est producteur de solidarité sociale : chemin faisant, il contribue à la cohésion sociale, autrement dit à la santé globale d’une société plus juste. La division du travail et la spécialisation des tâches se poursuivent à travers les réseaux, symbole de la société contemporaine du savoir et de l’information. Réseaux communautaires, réseaux politiques, économiques s’entrelacent dans le but ultime de réaliser l’égalité des citoyens et des peuples. Le capital social est ainsi un élément fondamental de l’organisation des sociétés complexes et mondialisées et de l’atteinte des objectifs de justice sociale.

Bibliographie

Références

Berkman L. et S. L. Syme (1979), « Social Networks, Host Resistance and Mortality : A Nine-year Follow-Up Study of Alameda County Residents », American Journal of Epidemiology, vol. 109, p. 186-204.

Berkman, L. et T. Glass (2000), « Social Integration, Social Networks, Social Support, and Health », dans L. Berkman et I. Kawachi. (dir.), Social Epidemiology, New York, Oxford University Press, p. 137-173.

Bouchard, L. (2008) « La sociologie de la santé », dans J. Lafonton et S. Laflamme, Initiation thématique à la sociologie, Montréal, Éditions Prise de parole.

Bouchard, L., J. F. Roy et S. Van Kemenade (2006), « Coup d’œil sur la recherche sur les réseaux sociaux et ses traditions », Bulletin de recherche sur les politiques de santé/Health Policy Research, vol. 12, p. 10-15

— (2005), Quelle est l’incidence du capital social sur la santé des canadiens ? Série de documents de travail 010, Projet de recherche sur les politiques.

Bourdieu, P. (1986) [1983], « The Forms of Capital », dans J. G. Richardson (dir.), Handbook of Theory and Research for the Sociology of Education, New York, Greenwood Press.

Castells, M. (2001), La société en réseau, tome 1 : l’ère de l’information, Fayard (1998-2001).

Castel, R. (1994), « La dynamique des processus de marginalisation : de la vulnérabilité à la désaffiliation », Cahiers de recherche sociologique, vol. 22, p. 11-26.

Cockerham, William (2005), « Health lifestyle theory and the convergence of agency and structure », Journal of Health and Social Behavior, vol. 46, p. 51-67.

Coleman, J. S. (1990), The Foundations of Social Theory, Cambridge, Harvard University Press.

Durkheim, Émile, (1967) [1893]. De la division du travail social, Paris, P.U.F.

— (1988) [1894] Les règles de la méthode sociologique, Paris, Flammarion.

— (2002) [1897], Le suicide, Paris, P.U.F., coll. « Quadrige ».

Fassin, D. (2003), « Le capital social, de la sociologie à l’épidémiologie : analyse critique d’une migration transdisciplinaire », Revue d’épidémiologie et de santé publique, vol. 51, p. 403-413.

Frank, J. (2003), « Faire du capital social une notion utile pour les politiques », Horizons, vol. 6, no 3, p. 3-6.

Frohlich, K., H. Corin et L. Potvin (2001), « A theoretical proposal for the relationship between context and disease », Sociology of Health & Illness, vol. 23, p. 776-797.

Granovetter, M. S. (1973), « The Strenght of Weak Ties », The American Journal of Sociology, vol. 78, no 6, p. 1360-1380.

Helliwell, J. F. (2001), La contribution du capital humain et social à une croissance économique durable et au bien-être, Rapport du symposium international, Développement des ressources humaines Canada.

House, J. S., C. Robbins et H. L. Metzner (1982), « The association of social relationships and activities with mortality : prospective evidence from the Tecumseh community health study », American Journal of Epidemiology, vol. 116, p. 123-140.

Hyppä, M. T. et J. Mäki (2001), « Individual-Level Relationships between social capital and Self-Rated Health in a Bilingual Community », Preventive Medicine, vol. 32, p. 148-155.

Islam, M. K. et al. (2006), « Social capital and health : Does egalitarianism matter ? A literature review », International Journal for Equity in Health, vol. 5, p. 3,

Judge, R. (2003), « Le capital social : Établir les fondements de la recherche et de l’élaboration des politiques », Horizons, vol. 6, no 3, p. 7-12.

Kawachi, I. et L. Berkman (2000), « Social Cohesion, Social Capital, and Health », dans L. F. Berkman et I. Kawachi (dir.), Social Epidemiology, New York, Oxford University Press.

Kawachi, I., B. P. Kennedy et R. Glass (1999), « Social Capital and Self-Rated Health : A Contextual Analysis », American Journal of Public Health, vol. 89, no 8, p. 1187-1193.

Kawachi, I., et al., (1997), « Social Capital, Income Inequality, and Mortality », American Journal of Public Health, vol. 87 no 9, p. 1491-1498.

Lemieux, V. (1999), Les réseaux d’acteurs sociaux, Presses Universitaires de France.

Lévesque, M. et D. White (1999), « Le concept de capital social et ses usages », Lien social et politiques, vol. 41, p. 23-33.

Lin, Nan (1995), « Les ressources sociales : une théorie du capital social », Revue française de sociologie, XXXVI, p. 685-704.

Lochner, K., I. Kawachi et B. Kennedy (1999), « Social capital : a guide to its measurement », Health & Place, vol. 5, p. 259-270.

Lomas, J. (1998), « Social Capital and Health : Implications for Public Health and Epidemiology », Social Science & Medicine, vol. 47, p. 1181-1188.

Loury, G. C. (1977), « A dynamic theory of racial income differences », P. A. Wallace et A. Lamond (dir.), Women, minorities & employment discrimination, Lexington Books, MA.

Projet de recherche sur les politiques (2003), Capital social : Miser sur une approche fondée sur les réseaux, document de travail provisoire, <www.recherchepolitique.gc.ca>.

Putnam, R. D. (2001), « Mesures et conséquences du capital social », ISUMA, revue canadienne de recherche sur les politiques, vol. 2, no 1, p. 41-51.

— (2000), Bowling Alone. The Collapse and Revival of American Community, New York, Simon et Schuster.

— (1993), Making Democracy Work : Civic Traditions in Modern Italy, Princeton, Princeton University Press.

Sapolsky, R. (2005), « Sick of poverty », Scientific American, déc., p. 93-99.

Schellenberg, G. (2004), Enquête sociale générale de 2003 sur l’engagement social, cycle 17 : un aperçu des résultats, Statistique Canada, Division de la statistique sociale, du logement et des familles.

Szreter, S. et M. Woolcock (2004), « Health by association ? Social capital, social theory, and the political economy of public health », International Journal of Epidemiology, vol. 33, p. 650-667.

Sournia, J. C. (1992), Histoire de la médecine, Paris, La Découverte.

Van Der Gaag, M. et T. Snijders (2005), « The Resource Generator : Social Capital Quantification with Concrete Items », Social Networks, vol. 27, p. 1-29.

Van Kemenade, S., L. Bouchard et J. F. Roy (2006), « Réseaux sociaux et populations vulnérables (…) résultats de l’Enquête sociale générale », Bulletin de recherche sur les politiques de santé/Health Policy Research, vol. 12, p. 16-20.

Van Kemenade, S. (2003), Le capital social comme déterminant de la santé – Comment le définir ?, Ottawa, Santé Canada.

Wilkinson, R. G. (1996), Unhealthy Societies. The Afflictions of Inequality, London, England, Routledge.

Woolcock, M. (1998), « Social capital and economic development : toward a theoretical synthesis and policy framework », Theory and Society, vol. 27, p. 151-208.

Woolcock, M. et D. Narayan (2000), « Social Capital : Implications for Development Theory, Research and Policy », The World Bank Research Observer, vol. 15, no 2, p. 225-249.

Notes

1 Durkheim rappelle que c’est Adam Smith qui fut le premier théoricien du concept de division du travail ; d’ailleurs, c’est lui qui créa l’expression (p. 36).

2 « [Les] caractéristiques de l’organisation sociale telles que la confiance, les normes et les réseaux, qui peuvent accroître l’efficacité de la société en facilitant des interventions concertées. » (Putnam, 1993, cité par Judge, 2003, p. 9).

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540