Version classiqueVersion mobile

Traduction et lusophonie

 | 
Marie-Noëlle Ciccia
, 
Ludovic Heyraud
, 
Claude Maffre

Traduire — Transmettre — Transgresser

Traduire les lointains : l’épisode du Tamandua-tão dans Grande Sertão : Veredas

Francis Utéza

Texte intégral

  • 1 Nous remercions nos collègues catalanistes — Christian Camps, Michel Bourret et Marta Montagut — e (...)

1Grande Sertão : Veredas (que nous désignerons dorénavant par le sigle GSV) fait partie de ces rares œuvres littéraires du xxe siècle brésilien qui aient bénéficié de deux traductions éditées successivement en langue française ; étant donné que cet unique roman de Guimarães Rosa a aussi été publié en italien, en castillan et en catalan, une étude comparative d’une page de ces cinq versions en langues romanes peut s’avérer instructive sur les difficultés que doit affronter le traducteur pour rendre perceptibles les « lointains » culturels autant que linguistiques dont de telles créations sont porteuses1.

1. Les cinq versions romanes

2L’édition originale de GSV est publiée à Rio, chez José Olympio, en 1956 avec un sous-titre — « o diabo na rua no meio do redemoinho » ; une lemniscate est dessinée à la fin du texte, au milieu de la dernière page. Les versions en langues romanes dont nous entendons analyser un court extrait, se présentent comme suit :

31965 première version française : Diadorim, Albin Michel, Paris ; le sous-titre figure en page 5 — « le diable dans la rue au milieu du tourbillon... » — juste au-dessous du titre et il est suivi de la mention « Traduit du brésilien par Jean-Jacques Villard ». Une « note du traducteur » occupe la totalité de la page 9 ; elle résume l’intrigue et conclut en la situant « aux confins des états de Minas Gerais, de Bahia et de Goiás, dans les plaines immenses, souvent désertiques, et les hauts plateaux du sertão, sorte de mer s’étendant à l’infini, avec pour îles les combes verdoyantes dominées par les buritis ». La lemniscate se détache nettement au bas de la dernière page, bien centrée comme dans l’édition originale. Cette première version française ne comporte pas de glossaire. Nous la désignerons sous l’abréviation F1.

  • 2 « Gran Sertón : Veredas ha sido traducido al alemán, al francés y al inglés. Conocemos las traducc (...)

41965 version castillane : Gran Sertón : Veredas, Seix Barral, Barcelona ; le sous-titre figure, seul, en page 5 — « el diablo en la calle en medio del remolino... » ; le nom du traducteur, Ángel Crespo, est mentionné avec les données éditoriales et le titre original sur la page précédente ; une « nota del traductor » (p. 9 et 10) entend justifier les écarts par rapport à la norme littéraire du castillan, le traducteur affirmant haut et fort s’être préoccupé de la fidélité au « climat linguistique de l’original » contrairement, à l’en croire, aux traductions anglaise et française qu’il dit avoir consultées2. La lemniscate se détache au bas de la dernière page, comme dans l’édition française ; un glossaire de 159 entrées, où figurent piaba, senzala, sertón, sucuriyu, tapera, vereda, termes qui apparaissent dans la page que nous avons retenue ; mais Tamanduá ne figure pas dans ce glossaire. Nous la désignerons sous l’abréviation ESP.

51970 version italienne : Grande Sertão, Feltrinelli, Milano ; l’édition ne comporte pas de sous-titre, ni de lemniscate sur la dernière page ; la traduction est due à Edoardo Bizarri qui avait déjà traduit Corpo de Baile et maintenu une correspondance suivie avec Rosa en cette occasion ; ce ne fut pas le cas pour GSV, Rosa étant décédé avant que Bizarri n’entreprenne cette tâche. La version débute sur une « avvertenza del traduttore » et se termine sur un « glossario » où sont mentionnés 57 termes, dont buriti, sertão, et vereda, inclus dans la page que nous étudions. Nous la désignerons sous l’abréviation IT.

61990 version catalane : Gran Sertão : riberes, Edicions 62, Barcelona ; la traduction est de Xavier Pàmies ; le sous titre figure en page huit, (« El diable al carrer, al mig del remoli... »), après une « Presentació » de quatre pages signée du traducteur, et dans laquelle est précisé le sens de certains termes géographiques et botaniques ; en ce qui concerne le lexique de la page que nous avons choisie, la « presentació » a retenu sertão, buriti, et tamanduá (traduit par « formiguer »). La lemniscate n’a pas été reproduite à la fin du texte, et il n’y a pas de glossaire. Nous la désignerons sous l’abréviation CAT.

  • 3 Lettre du 11 octobre 1963, in Correspondência com o tradutor italiano, p. 22-23.

71991 deuxième version française, chez Albin Michel sous le titre de Diadorim, et dans une traduction de Maryvonne Lapouge-Pettorelli ; une préface de Mário Vargas Llosa intitulée « Épopée du sertão, Tour de Babel ou Manuel de Satanisme ? » ouvre cette version ; puis un « Avant-Propos » reprend sur deux pages les explications que donnaient Rosa dans un courrier à Edoardo Bizarri3 sur la réalité géographique des « Veredas », tandis qu’une illustration reproduit un paysage stylisé dominé par le palmier buriti ; puis une courte « note de la traductrice » justifie les traductions multiples du terme même de « vereda » et annonce le glossaire placé en fin de volume (quinze entrées dont aucune ne se rapporte au lexique de notre texte) ; de plus, sous le titre reprenant le nom de Diadorim un graphisme à grands traits reproduit une sorte de spirale susceptible d’évoquer le tourbillon diabolique du sous-titre original non formulé en langue française. Enfin, une lemniscate de petite dimension, accolée au dernier mot, ne se détache pas au milieu de la dernière page. Nous la désignerons sous l’abréviation F2.

2. Les lointains métaphysiques

  • 4 Lettre publiée dans la revue Cavalo Azul, São Paulo, s/d. ni éd. n° 3, p. 31-32. Il est probable q (...)

8Lorsqu’il s’exprimait sur son activité d’écrivain, Guimarães Rosa insistait sur son intérêt pour ce qu’il qualifiait de « valor metafísicoreligioso ». C’est le cas par exemple dans une lettre datée du 21 mai 1958 et adressée à Vicente Ferreira où il déclare4 :

O Grande Sertão : Veredas (...) é menos literatura pura do que um sumário de idéias e crenças do autor, com buritis e capim devidamente semi-camufladas (...) Desconfio que sou um individualista feroz, mas disciplinadíssimo. Com aversão ao histórico, ao político, ao sociológico (...) Sou só religião — mas impossível de qualquer associação ou organização religiosa : tudo é o quente diálogo (tentativa de) com ∞.

  • 5 Entrevue publiée dans la revue allemande Humbolt, Munich, Bruckmann, 1978, n° 37, p. 42-53.

9De même ravalait-il au niveau de la lecture superficielle, le prétendu « régionalisme » que certains critiques s’entêtaient à attribuer à ses œuvres. Ainsi affirmait-il en avril 1966 à Fernando Camacho qui l’interrogeait sur les problèmes que celles-ci posaient aux traducteurs5 :

Quando tiver uma dúvida, você adopte a solução poética, a solução metafísica, então você acerta. Em qualquer caso, nunca o terra a terra. O terra a terra é sempre o pretexto (...) Eu gosto de apoio, o apoio é necessário para a transcendência. Mas quanto mais estou apoiando, quanto mais realista sou, você desconfie. Aí é que está o degrau para a ascensão, o trampolim para o salto. Aquilo é o texto pago para ter o direito de esconder uma porção de coisas... para quem não precisa de saber e não aprecia...

  • 6 Nous citons d’après la 14e édition, Rio, José Olympio, 1980.

10Un indice majeur pouvant orienter la démarche herméneutique indispensable pour identifier « les lointains » inscrits en filigrane dans la page que nous entendons commenter, est constitué par l’épisode de la fazenda de la Carimã qui précède immédiatement la bataille du Tamanduá-tão. Au cours de son passage dans cette fazenda, sur les frontières de Goiás et de Minas, le chef Urutu-Branco est roulé dans la farine par un propriétaire terrien qui parvient à se débarrasser de ses hôtes encombrants sans grand dommage pour sa fortune personnelle : le comportement de l’étrange Do-Zabudo était si peu conforme au contexte culturel du sertão brésilien, que Riobaldo s’interroge toujours sur ce personnage. C’est d’abord, au début du récit un avertissement — Do Zabudo : o senhor preste atenção no homem, para ver o que é um ser esperto (405)6 —, et une fois le récit terminé, une invitation à réfléchir encore :

Agora o senhor prestou toda a atenção nesse homem, do-Zabudo? o diabo dele. O senhor me diga : o senhor desconfiou de alguma arte, concebeu alguma coisa ? (p. 408)

  • 7 Dans les traductions qui nous occupent, le surnom du maître de la Carimã apparaît tel quel en F1, (...)

11Le lecteur pressé trouvera dans cette invitation une suggestion assimilant le personnage à un suppôt de Satan — o diabo dele —, d’autant plus que de Zabudo à Rabudo il n’y a pas loin. Toutefois, une analyse de la conduite du maître de la Carimã, à la lumière des principes de la sagesse orientale, autorise à l’identifier comme un maître ès-arts martiaux japonais. En effet, il met en pratique les principes du ju-jutsu, la « voie de la souplesse » qui tourne l’agressivité de l’adversaire à son profit pour remporter la victoire sans excès de violence. Quant au chef jagunço, dont la culture se fonde sur les seuls canons du « machisme » il n’a pas su déchiffrer la référence aux valeurs de l’extrême-orient inscrite aussi bien dans la conduite du fazendeiro que dans son surnom : Do, la voie spirituelle, Za, la posture de méditation, budo, la voie martiale : (UTÉZA, 1994, p. 174-183). Évidemment cette clef n’est accessible qu’au prix d’une démarche herméneutique approfondie qui trouve sa justification dans une analyse globale de l’œuvre, où il est démontré, entre autres, que les patronymes autant que les toponymes constituent des indices porteurs de sens7. Une telle conclusion peut faciliter la tâche de traduction dans la mesure où la prudence commanderait de reproduire à l’identique purement et simplement tous les noms propres et noms de lieux — et en particulier celui de l’espace où Urutu-Branco défait triomphalement les jagunços ennemis, en adoptant à son tour une stratégie pour le moins bizarre.

  • 8 Nous rappellerons que dans son discours de réception à l’Académie Brésilienne, Rosa utilisait ce t (...)

12Cette stratégie, qui est rapportée sans le moindre commentaire susceptible d’en éclairer les tenants et les aboutissants, nous l’avons analysée en détail (Utéza, 1994, p. 321-328) ; nous ne retiendrons ici que l’essentiel de nos conclusions, à savoir que les bras croisés, dressé sur son cheval sous un arbre symbolisant l’Axe du Monde, et alors que la bataille faisait rage au-dessous de lui, le chef illustrait parfaitement le concept oriental de WU Wei, le non-agir8, par lequel l’empereur de Chine gouvernait l’univers en raison de son harmonie totale avec le Tao. Dans un espace où régnait apparemment le chaos semé par la guerre, le Chef par excellence établissait un principe d’ordre : dans la dualité déchaînée il matérialisait le Centre capteur-diffuseur des énergies universelles de l’Un, en totale conformité avec les valeurs du Taoïsme. De toute évidence, le semi-analphabète qui raconte sa vie, n’est pas en mesure d’identifier dans son aventure personnelle le moindre indice de cette « voie ». Son discours n’en porte pas moins les traces de ces « lointains » qu’il revient au « doutor » qui l’écoute et par delà, au lecteur de ne pas laisser perdre au bénéfice d’un « réalisme » réducteur. Et le traducteur, intermédiaire supplémentaire dans la chaîne de transmission, hérite d’une redoutable responsabilité, avec la tâche primordiale de dépasser lui aussi un ethnocentrisme à « double face » — la culture inhérente à la langue d’arrivée et le régionalisme superficiel du sertão brésilien.

3. L’espace du Tamanduá-tão

13Pour mettre en place l’espace du Tamanduá-tão le narrateur s’organise en deux étapes : dans un premier temps, il se contente de la parole, puis dans un deuxième temps, réclame l’intermédiaire d’une feuille de papier supposée permettre une visualisation plus précise.

3.1. Les données spatiales strictement orales

14La partie strictement orale, débute sur une première notation, répétée à trois reprises dans le même paragraphe : os campos do Tamanduá-tão, une expression où le pluriel suggère l’immensité, aussitôt confirmée dans la démesure par deux néologismes portant chacun un suffixe augmentatif : varjaz et baixadão. Ces deux hapax de genre masculin sont presque immédiatement explicités par une expression vernaculaire et féminine — a enorme vargem. Enfin, si le premier pluriel introduisait le toponyme précédé de l’article défini — do Tamanduá-tão — ce même toponyme apparaît sans article dans les deux références en italique qui sont suivies de la description de ses dimensions (p. 413).

15Pour compléter sa présentation, le narrateur attribue à cette étendue extraordinaire une capacité mesurable en « bœufs » — bétail assexué par nature — et en « chevaux » et « juments », par qui la dualité mâle / femelle devient perceptible. Quant à la végétation elle est aussi globalement différenciée en masculin — travessão de mato — et féminin — braço de mata —, constitutifs également d’une unité une nouvelle fois explicitée par le toponyme :

Porque, para tudo quanto havia, o nome era aquele só — que Mata-Grande do Tamanduá-tão, e Mata-Pequena do Tamanduá-tão, e tudo.

16C’est bien encore un jeu linguistique qui évoque la dualité en opposant cette fois deux adjectifs, grande et pequena, une opposition dépassée dans la dimension supérieure englobante : tudo.

17Dans cet univers la présence de l’homme est patente par les ruines qui témoignent d’un passé historique — donc d’un ancrage dans le temps :

Por mesmo, do Tamanduá-tão era a casa-de-fazenda — de muitos antigos tempos, quando tinha tido senzalas e um engenho-de-pau-empé.

18Dans l’unité du toponyme, ces ruines portent aussi la complémentarité féminin-masculin suggérée par l’emploi anormal des traits d’union d’une part, et par la connotation grivoise évidente de la dernière expression. Et c’est toujours l’unité qui transparaît dans la mention de la rivière : ses eaux ont la pureté originelle et sur ses berges les palmiers buritis se dressent en matérialisation symbolique des échanges entre les niveaux cosmiques, depuis les profondeurs de la terre où ils plongent leurs racines jusqu’à celles du ciel où leurs rameaux s’élancent. D’ailleurs le rôle central de cette vereda est mis en évidence dans le déclenchement de la bataille sur lequel prend fin la première partie de la description :

Às beiras daquela, minha gente galopou — a vereda toda, susã-jusã — feito estivessem sendo surucuiú sem fêmea, percorrente doidada...E o inimigo dava para trás ! Não achavam esconso... Assim é que se principiou.

  • 9 La toponymie de la Galice et du Portugal a gardé les traces de ces deux adjectifs issus du latin t (...)

19À l’image des méandres évoqués par la reptation du serpent, s’ajoute la sonorité bizarre du nom du reptile et de celle de l’hapax susã-jusã, construit à partir de deux termes empruntés au portugais ancien9.

  • 10 Nous trouvons un écho de cette analogie dans un courrier de Guimarães Rosa, daté du 7 avril 1964, (...)

20Il s’agit donc d’un immense champ clos dont l’identité porte la référence apparente du nom tupi du paisible fourmilier, ce tamanduá dont on ne verra jamais le moindre spécimen à aucun moment de l’épisode ; quant à la coda tão dont le toponyme est orné, il s’agirait apparemment d’un adverbe qui soulignerait la démesure... En fait, la description suggère un univers archétype, où toutes les oppositions se résorbent en une unité supérieure — où l’Un (Tam magnum) englobe l’infini de la dualité (dua), pour ne plus signifier que le Principe supérieur, le tao10 de la tradition orientale.

21Ceci posé, nous pouvons confronter ces premiers « lointains » aux approches qu’en proposent les cinq versions romanes dont nous transcrivons ci-dessous les solutions dans leur contexte, en les commentant au fur et à mesure.

Nos campos do Tamanduá-tão. Foi grande batalha.

F1

dans les terres du Tamandua Tão. Ç’a été une grande bataille.

F2

dans la plaine de Tamandua-tan. Ce fut une grande bataille.

ESP

En los campos del Tamanduá-tán. Fue la gran batalla.

CAT

Als camps del Tamanduá-tão. Va ser una gran batalla.

IT

Nella piana del Gran Formichiere. Fu grande battaglia.

Tamanduá-tão é o varjaz — que dum topo de ladeira se avistava ; e para lá descemos (...)

F1

Tamandua-tão, c’était une plaine de bord d’eau qu’on voyait d’une crête.On y est descendu (...)

F2

Tamandua-tan, c’est la plaine — qu’on découvrait du haut d’un escarpement ; et on la rejoignit (...)

ESP

Tamanduá-tán es la vega, que desde lo alto de una ladera se divisaba ; y para allá bajamos

CAT

Tamanduá-tão és una vall — que s’albirava des de dalt d’una pujada ; i hi vam baixar (...)

IT

Il Gran Formichiere è la piana — che dall’alto di una pendice si vedeva ; e verso là scendemmo

o fim do varjaz

F1

la fin du vallon

F2

l’extrémité de la vallée

ESP

el fin de la vega

CAT

el final de la fondalada

IT

la fine della piana

  • Comme temps de la narration, F1 choisit le passé composé ce qui est en parfaite adéquation avec le récit autobiographique dans la langue française actuelle (Weinrich, p. 262) et avec l’oralité supposée du discours du narrateur ; F2 privilégie le passé simple. Ces choix respectifs sont généralisés dans ces deux versions dès qu’un passé lointain apparaît dans le récit ; ceci constitue en F2 un décalage par rapport à l’oralité foncière du discours, particulièrement malvenu lorsqu’il s’agit d’une première personne du pluriel, comme par exemple avec ce « nous arrivâmes » qui ouvre l’épisode du Tamandua-tão) ; pour ESP et IT la question ne se pose pas, le prétérit répondant aux critères de l’oralité, tout comme le choix de la forme composée en CAT ;
  • le toponyme Tamanduá-tão est conservé dans son intégralité en F1 et CAT ; la coda est modifiée en ESP et F2 qui choisissent un monossyllabe susceptible d’être connoté d’orientalisme11 tout en reprenant le sens grammatical du portugais tão — le premier avec l’adverbe castillan équivalent, le second dans une graphie dont la sonorité est celle de l’adverbe français tant ; nous remarquerons cependant que F2 conserve la graphie ão (tilde comprise) de la diphtongue portugaise dans de nombreux termes de sa version de GSV, et notamment pour chaque occurence du mot sertão ; avec Il Gran Formichieri, IT opte pour l’exotisme régionaliste d’où a disparu toute connotation orientale ;
  • le pluriel de os campos, est rendu par un pluriel en F1, ESP et CAT, et par le terme féminin qui sert aussi pour traduire varjaz en F2 et IT ;
  • pour o varjaz aucune version n’ose un néologisme et deux d’entre elles (F1 et CAT) rectifient l’article défini en indéfini ; lors de sa deuxième occurence dans l’original portugais sous la forme o fim do varjaz, l’hapax brésilien n’est rendu à l’identique que par ESP, chacun des autres traducteurs introduisant un terme nouveau qui relève toujours de la langue vernaculaire.

a gente estava sempre naquilo que Tamanduá-tão é : a enorme vargem.

F1

on était toujours dans ce Tamandua-tão, un vallon énorme

F2

on était toujours dans ce qu’est Tamandua-tan : la plaine, immense.

ESP

estábamos en aquello que es el Tamanduá-tán : la enorme vega.

CAT

es tornava a sortir altre cop en allò que es el Tamanduá-tão : una vall enorme.

IT

si stava sempre in quel che è il Gran-Formichiere l’enorme piana.

  • Le toponyme utilisé sans déterminatif dans l’original se voit doté de l’article en ESP, CAT, IT, et même d’un démonstratif en F1 ; seul F2 le conserve tel quel ;
  • pour a enorme vargem, l’article défini de l’original est à nouveau rendu par un indéfini en F1 et CAT ; F2, ESP, CAT et IT reprennent pour le substantif le terme choisi précédemment pour traduire la première occurrence de varjaz ; F1 reprend celui de la deuxième occurrence de l’hapax.

Ao muito escuro, duma banda, existia um travessão de mato. Outro braço de mata, da outra banda

F1

D’un côté, y avait une longue bande sombre de bois ; à l’autre bout, une autre avancée de bois.

F2

D’un côté, masse obscure, c’était un rempart de forêts. De l’autre, un autre bras de forêt.

ESP

Muy oscuro, a un lado, había un brazo de bosque. Otro brazo de matorral, al otro lado.

CAT

En una banda, tota fosca, hi havia una faixa de bosc. A l’altra banda, un altre braç de bosquina.

IT

Molto scuro, da una parte, c’era un braccio di foresta. Altro braccio di selva, dall’altra parte.

  • le jeu Mato/Mata est rendu par une opposition entre masculin/féminin en CAT, singulier/pluriel en F2, et entre deux termes différents mais du même genre, masculin en ESP, féminin en IT ; F1 uniformise ;
  • la différenciation entre travessão et braço ne trouve pas d’écho ni en ESP, ni en IT, alors que chacune des autres versions opte pour deux termes lexicaux distincts ; CAT, en proposant un masculin et un féminin, renforce l’opposition.

Porque, para tudo quanto havia, o nome era aquele só — que Mata-Grande do Tamanduá-tão, e Mata-Pequena do Tamanduá-tão, e tudo.

F1

là tout portait le même nom : le Grand Bois du Tamandua-tão, le Petit Bois du Tamandua-tão, et tout comme ça.

F2

le nom, pour le tout, était seulement ceci : les Grands-Bois de Tamandua-tan et les Petits-Bois de Tamandua-tan, et ainsi de suite.

ESP

para todo cuanto había, el nombre era aquel solo : que si Bosque-Grande del Tamanduá-tán y Bosque-Pequeño del Tamanduá-tán, y todo.

CAT

per a tot el que hi havia, el nom sempre era aquell — Mata Gran del Tamanduá-tão, i Mata Petita del Tamanduá-tão, i tot així.

IT

per tutto quanto c’era, il nome era solo quello — Foresta-Grande del Gran-Formi chiere, e Foresta-Piccola del Gran-Formichiere, e tutto.

  • Grande / Pequena ne pose évidemment aucune difficulté ;
  • la référence à la Totalité archétype qui est suggérée dans l’original brésilien — e tudo — est perdue en F1, F2 et CAT, alors qu’elle peut perdurer en ESP et IT.

Por mesmo, do Tamanduá-tão era a casa-de-fazenda — de muitos antigos tempos, quando tinha tido sanzalas e um engenho-de-pau-em-pé.

F1

Y avait de même la Fazenda du Tamandua-tão, une vieille bâtisse de l’ancien temps, quand y avait le quartier des esclaves et des moulins à bras.

F2

De même, Tamandua-tan c’était également la maison de maître de la fazenda — une fazenda d’une époque très reculée, lorsqu’elle comptait encore des habitations d’esclaves et un moulin à sucre en bois.

ESP

del Tamanduá-tán era la casa de la hacienda, de muy antiguos tiempos, cuando había tenido senzalas y un ingenio de palo-en-pie.

CAT

Igualment, al Tamanduá-tão hi pertanyia la casa pairal — de temps molt reculats, en que hi havia hagut cases d’esclaus i un molí de sang.

IT

Anche, del Gran-Formichiere era la casa di fazenda — di molto antichi tempi, quando aveva avuto abitazioni di schiavi e frantoio di legno.

  • Seul ESP utilise les traits d’union et uniquement pour le moulin à sucre ; cette version est aussi la seule à rendre compte de la connotation grivoise de engenho-de-pau-em-pé ;
  • en traduisant engenho-de-pau-em-pé par molí de sang, CAT introduit une difficulté d’interprétation qui ne peut être levée que par le biais d’une encyclopédie où figure cette expression renvoyant à la traction animale12 ;
  • En employant un pluriel — des moulins à sucre — au lieu du singulier de l’original, F1 détruit le parallélisme entre fazenda et engenho.
  • En IT frantoio de legno ne retrouve pas l’article qui singularise le moulin à sucre dans le texte original.

E do Tamanduá-tão era a Vereda, com seus buritis altos e a água ida lambida, donzela de branca

F1

le ruisseau aussi était du Tamandua-tão, avec ses grands buritis et une eau qui coulait toute claire, sans une miette de boue

F2

Et faisait partie de Tamandua-tan, la Vereda, avec sa haute futaie de buritis et le clapotis de l’eau, donzelle en blanc, sans un seul litre de boue.

ESP

la Vereda, con sus buritíes altos y el agua ida lamida, doncella de tan blanca, sin un celemín de barro.

CAT

I també hi passava, pel Tamanduá-tão, una riera, amb els seus buritís alts i l’aigua lliscant corrent, neta i clara, sense ni un picotí de fang.

IT

E del Gran-Formichiere era la Vereda, con i suoi buritís alti e l’acqua lieve lambente, donzella bianca, senza un palmo di fango.

  • Le terme fondamental de Vereda, doté de la majuscule, est reproduit à l’identique en F2, ESP et IT ; F1 propose un équivalent français privé de la majuscule de l’original ; CAT introduit un terme autre que ribere qui figure pourtant dans le titre du roman ;
  • toutes les versions conservent le brésilianisme buriti, F2 l’explicitant par l’adjonction de haute futaie en équivalent de l’adjectif altos ;
  • la rime ida / lambida est rendue en ESP ; IT trouve un équivalent possible dans l’allitération en L ; la pureté virginale des eaux connotée dans le texte original n’est perceptible qu’en ESP, F2 et IT.

Às beiras daquela, minha gente galopou — a vereda toda, susã-jusã

F1

Mes gars ont galopé tout au long de la rive

F2

Mes hommes se lancèrent au galop en zigzaguant — tout autour de la Vereda

ESP

A las orillas de aquélla, mi gente galopó — toda la vereda, arribabajo

CAT

Els meus homes hi van galopar seguint-ne els marges, de dalt a baix

IT

Sulle sponde della vereda, i miei uomini galopparono — la vereda tutta, a zig-zag

  • Seul ESP propose un néologisme ; ce mot-valise rend compte exactement du sens de l’hapax brésilien, mais en perd la sonorité bizarre que IT parvient à suggérer ;
  • F1 escamote la difficulté ; avec le verbe zigzaguer ; F2 introduit une sonorité intéressante, mais le choix de tout autour ne correspond pas au mouvement défini par l’expression brésilienne ;
  • CAT retient une expression vernaculaire de la langue courante ;
  • seuls ESP et IT transmettent le rythme propre à la phrase originale.

3.2. Le croquis commenté

22La deuxième partie de l’exposé censée passer par l’intermédiaire d’un croquis sur une feuille de papier, est apparemment construite sur le symbole majeur du christianisme :

A bem, como é que vou dar, letral, os lados do lugar, definir para o senhor ? Só se a uso de papel, com grande debuxo. O senhor forme uma cruz, traceje. Que tenha os quatro braços, e a ponta de cada braço : cada uma é uma...

23Le passage à l’écrit, bien que justifié a priori par un besoin de clarté — letral sonne évidemment comme la déformation de literal — n’en introduit pas moins avec cada uma é uma une énigme qu’il revient au traducteur de maintenir, sauf à imposer son interprétation et donc à réduire à néant la participation que le texte de Guimarães Rosa demande à son lecteur. Pour notre part, nous mènerons ce travail en constatant que seuls deux substantifs féminins peuvent être mis en relation avec le pronom uma : cruz et ponta ; et en déduisant de la confrontation entre ces deux substantifs, la seule combinaison susceptible de faire sens, à savoir : cada ponta é uma cruz.

24Le croquis à grands traits — c’est le sens précis de debuxo — matérialise un centre (celui de la grande croix principale dont les quatre bras convergent vers le point commun de leur intersection) et une périphérie qui répercute aux extrémités quatre autres images de cette même représentation de l’unité. Ce graphisme constitue une visualisation symbolique du chaos ordonné en cosmos, la mise en évidence d’un axe médian : par la grand croix centrale convergent et divergent toutes les énergies susceptibles d’animer la périphérie. Dans l’étendue ainsi orientée par cette « croix recroisetée » selon la terminologie de l’héraldique, la suite du discours répartit les éléments listés dans la première description orale :

Pois, na de cima, era donde a gente vinha, e a cava. A da banda da mão-direita nossa, isto é, do poente, era a Mata-Grande do Tamanduátão. Rumo a rumo, a da banda da mão-esquerda, a Mata-Pequena do Tamanduá-tão.

25Les quatre points cardinaux sont ainsi instaurés — comme le faisait tout pontife fondateur de cité, et comme le fait toujours le prêtre chrétien « bénissant » un espace chaotique et lui donnant par ce rituel fondamental une réalité cosmique. Ainsi la Mata-Grande — c’est-à-dire la végétation identifiée dans la première partie du discours comme relevant du côté « très obscur » de l’ensemble — se voit attribuer l’Occident, alors que la Mata-Pequena s’inscrit à l’Orient. Dès lors le jeu d’opposition/complémentarité entre l’ombre et la lumière se trouve également visualisé, tout comme dans le graphisme du Taï Chi, le Yin obscur et le Yang lumineux se répartissant à égalité la totalité de l’espace, par rapport à un axe hélicoïdal. Quant à l’aspect de la paroi montagneuse qui clôt le sud, le lexique retenu pour l’évoquer insiste sur son étrangeté :

A de baixo, o fim do varjaz — que era, em bruto, de repente, a parede da Serra do Tamanduá-tão, feia, com barrancos escalavrados. Os barrancos cinzentos, divulgando uns rebolos e relombos, barrancos muito esquisitos — como as costas de fila de muitos animais...

  • 13 Toutes ces significations sont attestées par le dictionnaire de Morais, sauf celle qui en fait un (...)

26Ces ravins à la surprenante coloration grisâtre portent apparemment la marque d’une érosion profonde qui aurait laissé des excroissances en forme de meules ou de cylindres — uns rebolos — à moins que ce terme ne représente des surgeons de canne à sucre, des morceaux de tuiles, de simples cailloux, encore des projectiles sans forme définie utilisés pour faire choir du haut des arbres les fruits hors de portée, ou encore des grands tambours africains type tam-tam13. Quant aux relombos qui redoublent ces excroissances imprécises en un néologisme dérivé du terme vernaculaire lombo désignant de façon claire et nette l’échine des animaux, on les retrouve illustrés dans la séquence par la comparaison avec du bétail em file indienne. Autant dire que le narrateur, confronté à une réalité qu’il ne parvient pas à dominer intellectuellement, a entrepris de la décrire avec ses propres critères culturels. Pour notre part, nous constaterons que sa description renvoie à une géométrie confuse combinant lignes courbes et lignes droites — à la manière des idéogrammes chinois, des kanji japonais ou des hexagrammes du Yi King.

27Les autres éléments du paysage, s’ordonnent eux aussi selon une répartition où le dualisme que nous avons repéré dans la partie strictement orale du discours réapparaît, toujours selon une disposition symétrique :

Mas, agora, o senhor assinale, aqui por entremeio, de onde é a Serra do Tamanduá-tão e a Mata-Grande do Tamanduá-tão, mais ou menos, os troços velhos da casa-de-fazenda, que tanto se desmantelou toda ; e, rumo-a-rumo, no caminho da Serra para a Mata-Pequena, essas rocinhas de pobres sitiantes.

28Quant au cours d’eau, une nouvelle touche le replace dans une position axiale, identique à celle qui dessine sur le Tai Chi la ligne de contact entre le Yin et le Yang :

A Vereda recruza, reparte o plaino, de esguelha, da cabeceira-domato da Mata-Pequena para a casa-de-fazenda, e é alegrante verde, mas em curtas curvas, como no sucinto caminhar qualquer cobra faz.

29Outre le choix du verbe recruzar dont l’étymologie porte une référence supplémentaire à la croix, la présence d’un nouvel hapax — o plaino — et de la majuscule pour Vereda ne peuvent passer inaperçus aux yeux du traducteur.

30Quant à la note finale du tracé, elle s’impose comme une récapitulation dans laquelle l’unité essentielle se recompose dans une anticipation de l’ultime vision du champ de bataille :

E tudo. O resto, céu e campo. Tão grandes, como quando vi, quando no fim : que ouvi só, no estradalhal, gritos e os relinchos : a muita poeira, de fugida, e os cavalos se azulando...

  • 14 Rosa utilise ce suffixe dans deux autres hapax : « do estralal do sol, pudemos sair sem maiores es (...)

31C’est encore la référence à l’Un dans le tout, signifié par la réunion de ce qui est en haut et de ce qui est en bas : céu e campo. La globalité de cette hiérogamie confond les sensations visuelles et auditives en une synesthésie à laquelle un nouvel hapax — no estradalhal — sert de support. Sur la racine sternere, stratus – étendre — se greffe un suffixe exprimant à la fois la démesure et la fusion dans l’unité. La référence à l’étendue est multipliée par un suffixe collectif en quelque sorte redoublé (alha + al)14. La plasticité de ce néologisme exprime une vibration sonore surimposée à la vibration visuelle — vi /ouvi só — en une modulation fondée sur la reprise d’un même son : le « a » voyelle centrale du système phonétique brésilien se trouve ainsi répercuté jusqu’à la note aérienne de la dernière syllabe tonique. Quant au verbe azular que le gérondif établit dans une durée indéfinie prolongée par les points de suspension, il combine la suggestion de l’étendue céleste à celle de la désagrégation dans l’espace : sur le plan sémantique, la notation de la disparition des chevaux au galop se double de leur projection vers l’infini de l’azur sur la ligne d’horizon.

32Finalement donc, l’intermédiaire fictif du croquis complète les références symboliques identifiées dans la partie strictement orale de la mise en place de l’espace du Tamanduá-tão : en filigrane d’un tracé renvoyant au symbole dont le christianisme a fait sa référence primordiale, les directives du narrateur inscrivent de nouveaux indices de la symbolique orientale du taoïsme — les idéogrammes chinois et japonais ou les simples hexagrammes du Yi King inscrits sur la paroi de la montagne, le dessin du Tai Chi répartissant le paysage de la plaine en Yin féminin obscur et Yang masculin lumineux de part et d’autre de l’oblique centrale de la Vereda, la symbiose finale dans le grand Tout où l’Orient est réuni à l’Occident. À cela viendra s’ajouter le cri de guerre poussé par le protagoniste au moment de lancer ses cavaliers dans la bataille :

gritei de sussús : — « Vale seis ! — e toma nove !... » (...) Mas todo o todo do Tamanduá-tão se alastrou em fogo de guerra.

  • 15 Plusieurs sites Internet brésiliens consacrés à ce jeu — o truco — sont explicites sur les vocifér (...)

33Cette formule empruntée aux vociférations du truco — ce jeu de cartes15 que le chef jagunço interdisait à ses hommes parce qu’il le considérait comme une émanation du diable — ajoute la suggestion du dessin du 6 et du 9 complémentaires dans la représentation du Tai Chi hélicoïdal, tout autant que dans la numérologie chinoise où le Six est le nombre du Yin et Neuf celui du Yang (GRANET, 1980, p. 158).

34Comme précédemment, nous pouvons maintenant passer à l’examen des solutions proposées dans les cinq versions romanes pour ce croquis commenté.

O senhor forme uma cruz, traceje. Que tenha os quatro braços, e a ponta de cada braço : cada uma é uma...

F1

Tenez, que Monsieur dessine une croix. Une croix ç’a quatre bras, chaque pointe bien séparée...

F2

Vous dessinez une croix, bien tracée. Qu’elle ait quatre bras, une pointe à chaque bras : chaque pointe bien nette...

ESP

Forme usted una cruz, trace. Que tenga los cuatro brazos, y la punta de cada brazo : cada una es una...

CAT

Faci una creu, amb dues ratlles. Que tingui els quatre braços : cada punta, un braç...

IT

Vossignoria formi, tracci una croce. Che abbia i quattro bracci, e la punta di ogni braccio : ognuna di per sé..

  • l’énigme linguistique que pose cada uma é uma, est maintenue telle quelle en ESP ; elle est rendue en IT par une expression qu’il revient au lecteur de décrypter ; les trois autres versions imposent une interprétation qui détruit l’image héraldique de la « croix recroisetée » ;
  • de plus F1 et CAT simplifient en supprimant au début un verbe, à la fin un membre de phrase ;
  • aucune version ne propose un équivalent spécifique de tracejar susceptible de le différencier de traçar.

Os barrancos cinzentos, divulgando uns rebolos e relombos, barrancos muito esquisitos — como as costas de fila de muitos animais

F1

des ravins gris, pleins de roches rondes, de drôles de ravins, comme le dos d’une file d’animaux

F2

Des escarpements grisâtres, présentant des bosses et des creux, des escarpements très bizarres — comme les dos de toute une file d’animaux

ESP

Los barrancos cenicientos, divisándose unos pedruscos y unas lomas, barrancos muy extraños, como las espaldas en fila de muchos animales...

CAT

Uns barrancs cendrosos, molt estranys, on s’hi distingien malucs i esquenes — com els lloms arrenglerats de molts animals...

IT

Le scarpate cineree, mostrando sporgenze e rientranze, scarpate molto strane — come i dorsi di una fila di molti animali...

  • Aucun néologisme ne rend compte de relombos ;
  • F1 réduit le doublet rebolos / relombos à un ensemble adjectif + substantif qui a l’avantage de produire une allitération comme dans l’original brésilien ;
  • F2 et IT traduisent ce même doublet par deux termes qui s’opposent ; F2 en inversant le cliché français des creux et des bosses, IT en reproduisant le cliché linguistique italien où une pseudo rime peut équivaloir à l’allitération brésilienne ;
  • CAT passe par l’anatomie — malucs (hanches) et esquenes (échines) — en un doublet qui annonce la comparaison avec les animaux en file indienne ; le traducteur choisit ainsi de rattacher rebolos au verbe rebolar et au mouvement ondulant qu’il suggère.

a Vereda recruza, reparte o plaino, de esguelha, da cabeceira-do-mato da Mata-Pequena para a casa-de-fazenda, e é alegrante verde mas em curtas curvas, como no sucinto caminhar qualquer cobra faz.

F1

Le Ru traverse de biais, depuis le début du Petit Bois jusqu’à l’habitation, d’un joli vert, mais avec un tas de courbes, tout comme fait en plus petit un serpent qui se promène.

F2

la Vereda. Elle fend, partage la plaine, en biais, depuis l’entrée des Petits-Bois jusqu’à la grande maison, et c’est un vert revigorant, mais ondulant, une suite de courbes courtes, comme le parcours succinct d’un serpent quelconque.

ESP

La Vereda recruza, reparte el llano, al sesgo, desde la linde del Bosque-Pequeño a la casa de la hacienda, y es alegradora verde, pero en cortas curvas, como en el sucinto caminar hace cualquier serpiente.

CAT

La riera travessa, divideix el pla, de biaix, des del llindar del bosc de la Mata Petita fins a la casa pairal, i és d’un verd viu, i fa tot de recolzes, com ho fan totes les serps quan caminen

IT

La vereda taglia, divide la pianura, in diagonale, dall’inizio della Foresta-Piccola alla casa di fazenda, ed è allegrante verde, ma in curve corte, come fa qualsiasi serpente in un andar breve.

  • Aucune version ne risque de néologisme pour traduire o plaino ; F1 escamote la difficulté ; F2 reprend le substantif féminin la plaine antérieurement utilisé comme équivalent de varjaz et de vargem ; ESP et CAT choisissent chacun un nouveau substantif masculin vernaculaire, et IT un autre substantif féminin également vernaculaire ;
  • pour Vereda, F1 risque un terme emprunté au lexique habituel des mots croisés ; les quatre autres conservent la solution antérieure (CAT une fois encore ne propose pas le terme qui figure dans le titre comme équivalent de vereda) ; la majuscule a disparu en CAT et IT ;
  • la référence à la croix présente dans l’original recruza n’est conservée qu’en ESP qui ici encore reproduit fidèlement le rythme de la phrase originale ; F1 réduit les deux verbes recruza et reparte en un seul, les autres retiennent deux verbes différents juxtaposés mais ne portant aucune référence à la croix ;
  • F2 traduit é alegrante verde par une forme impersonnelle et ajoute une glose dans les références aux méandres de la rivière ;
  • CAT développe également avec fa tot de recolzes qui ne rend pas compte de l’allitération présente dans em curtas curvas ; cette même allitération n’est rendue que par ESP, F2 et IT.

E tudo. O resto, céu e campo.

F1

C’est tout. Le reste est ciel et campagne.

F2

Voilà. Le reste, le ciel et les champs.

ESP

Y es todo. El resto, cielo y campo.

CAT

I això és tot. La resta, camp i cel.

IT

E tutto. Il resto, cielo e campagna.

  • La concision du premier segment est entièrement rendue en IT ; chacune des autres versions est ambiguë et peut être interprétée comme une expression restrictive, alors que l’original ne l’est en rien ;
  • pour le second segment, F1 introduit le verbe être et F2 des déterminants qui ne sont pas dans l’original ; CAT choisit d’inverser les substantifs ; le sens générique de campo a appelé un pluriel en F2 et un féminin en F1 et IT.

como quando vi, quando no fim : que ouvi só, no estradalhal, gritos e os relinchos : a muita poeira, de fugida, e os cavalos se azulando...

F1

j’ai seulement entendu sur le grand chemin des cris et des hennissements, dans beaucoup de poussière soulevée par la déroute et les chevaux qui s’enfuyaient.

F2

quand à la fin : j’entendis seulement, sur la grand-route, des cris et les hennissements : les nuées de poussière de la débandade, et les chevaux qui détalaient.

ESP

cuando vi, cuando al fin : que oí sólo, en el camino, gritos y los relinchos : el mucho polvo, de huida, y los caballos azuzándose...

CAT

tal com vaig veure cap al final : perqu è a mig fer només sentia renills i xiscles : molta polseguera, corrents i de pressa, i els cavalls enfugint-se...

IT

come quando li vidi, alla fine : che sentii solo, per l’ampio cammino, i gridi e i nitriti : la molta polvere, della fuga, e i cavalli che inazzurravano...

  • Ici encore personne ne risque de néologisme pour estradalhal, interprété par tous comme une référence au parcours des chevaux, sauf par CAT qui y voit curieusement une expression signifiant le non accomplissement de l’action entreprise — a mig fer ;
  • avec « sur la grand-route » F2 renvoie à un autre contexte que le sertão brésilien ;
  • seuls F2 et ESP ont rendu la différence marquée par l’original dans l’emploi du déterminant avec os relinchos ;
  • la polysémie de se azulando est réduite à la seule idée de fuite en F1, F2 et CAT, à la mention du ciel par sa couleur en IT, alors que ESP confond avec le verbe açular dont l’équivalent castillan azuzar porte le sens d’exciter les chiens.

gritei de sussús : — « Vale seis ! — e toma nove !... » (...) Mas todo o todo do Tamanduá-tão se alastrou em fogo de guerra.

F1

J’ai crié à pleine voix d’aller sus : « Hardi ! Rentrez dedans ! » (...) mais tout le Tamandua-tão était embrasé par la guerre.

F2

Je clamai des sus ! sus ! : « treize à la douzaine ! — treize à la douzaine ! » (...) Mais Tamandua-tan tout entière s’embrasa du feu de la guerre.

ESP

Gritei a modo de sús : « ¡ Vale seis, y toma nueve ! » (...) Pero todo el todo del Tamanduá-tán se cubrió de fuego de guerra.

CAT

Vai cridar, de sotaveu : — « vals sis — pero aqui en tens nou... » pero tot l’ample del Tamanduá-tão es va encendre amb foc de guerra.

IT

Gridai per animarli : « vale sei — e prende nove !.. » Ma il fuoco di guerra si sparse in lungo i en largo per il Gran Formichiere.

  • Les deux versions françaises ont éludé la référence au jeu de cartes que les autres ont maintenue ; le niveau de langue est décalé par le passé simple de F2 ;
  • en rendant au pied de la lettre le cri poussé par le protagoniste, ESP, CAT et IT ont conservé toutes les connotations éventuelles (peut-être même sans en avoir évalué la portée) ;
  • c’est encore ESP qui dans sa scrupuleuse fidélité au texte est seul en mesure de rendre perceptible la dimension supérieure inscrite dans l’expression todo o todo par laquelle la totalité de l’espace est évoquée dans l’original ; F2 choisit les allitérations en T pour traduire cette expression, banalisée en in lungo i en largo par IT qui affaiblit également le néologisme de sussús en l’expliquant par une intention ;
  • ce même néologisme, interprété à contre sens par CAT, est rendu en français et en castillan par des formules qui en préservent une part de sonorité, mais toujours sans oser de création verbale.

35De ces analyses, que d’aucuns pourront trouver pointilleuses à l’excès, nous retiendrons un certain nombre de constatations, à savoir :

  • la rigueur de la version d’Angel Crespo qui parvient à rendre avec un maximum de précision jusqu’au rythme des phrases de Rosa ; la tâche se trouve probablement facilitée par les parallélismes entre les constructions portugaises et castillanes et les nombreuses convergences lexicales entre ces deux langues ;
  • la tendance, voulue ou inconsciente, chez les traducteurs autres que ESP, à un ethnocentrisme visant à faciliter la lecture plutôt qu’à tenter d’amener le lecteur en visite chez l’étranger par un « ethnocentrisme positif » qui réaliserait la « montre de l’Autre » selon l’expression de Jean-Louis Cordonnier (2002) (par exemple le traducteur catalan proposant casa pairal comme équivalent de casa-de-fazenda, riera pour vereda alors que dans le titre du roman ce même mot est traduit par riberes, ou les « explications » des traducteurs français, telle cette « haute futaie de buritis » qui identifie en F2 le terme étranger en tant que nom d’arbre) ;
  • la relative « infidélité » de la version italienne, en dépit du fait que le traducteur ait maintenu antérieurement une correspondance suivie avec l’auteur brésilien, à l’occasion d’autres traductions ;
  • la déperdition résultant d’une banalisation relative (IT et CAT notamment), ou de simplifications qui permettent d’éviter la difficulté (F1) ;
  • l’« ennoblissement » (BERMAN, 1982 ; CHARRON, 2001) pratiqué par F2 en contradiction avec l’oralité recherchée dans l’original ;
  • le refus systématique des néologismes dans tous les cas observés ;
  • les réticences à laisser subsister des zones d’ombre, et la tendance qui en découle à imposer des interprétations plus ou moins « dictées » par le contexte ;
  • la diversité dans la transcription / traduction des toponymes (ce point particulier pourrait d’ailleurs faire l’objet d’une analyse plus complète portant sur le traitement des toponymes et patronymes dans les différentes versions) ;
  • l’utilisation souvent anarchique des déterminants, sans grande considération des choix de l’original.

36La critique étant aisée, il nous incombe en conclusion de fournir notre propre version de ce texte. Nous la donnerons ici en précisant que le travail qu’elle nous a coûté dépasse de fort loin le rythme de production susceptible d’assurer le plus maigre des salaires de survie à un traducteur payé à la page. Et cela, bien que nous disposions avec le réseau Internet d’un outil de travail multipliant les performances des dictionnaires et grammaires classiques avec lesquels nos prédécesseurs ont mené à terme la traduction des quelque cinq cents pages d’une œuvre foisonnante dont nous ne prétendons pas posséder les clefs en exclusivité...

4. Proposition de traduction

37Terres du Tamandua-tão — écrivez donc : 20 pages... sur les terres du Tamandua-tão ; ça a été une grande bataille. On s’est pas concerté pour. Y a pas eu d’avis non plus. J’ai fait la guerre. Comme on l’a voulu : loi contre loi, et feu contre feu. C’était dans la force de la lune.

38Tamandua-tão c’est le planal — que du haut d’une crête on découvrait ; et on y est descendu par une excavation en ravin, presque une grotte, entaillée dans le versant. Mais plus de mille bœufs, ou chevaux et juments, quelque huit cents, s’il avait fallu, auraient pacagé à l’aise dans ce grandfond, de bout en bout. Dans le très obscur, d’un côté, il y avait un gros travers de bois. Un autre bras de forêt, de l’autre côté. Et alors, cette forêt contournée, on était toujours dans ce qu’est Tamandua-tão : l’énorme plaine. Parce que, tout ce qu’il y avait, portait un seul nom — Grande-Forêt du Tamandua-tão et Petite-Forêt du Tamandua-tão, et tout. Et aussi, elle était du Tamandua-tão la maison-de-fazenda — des très anciens temps, de quand y avait des senzalas à esclaves et un moulin-en-pieu-dressé. Mais elle était tombée dans l’oubli, avec des poutres en ruines et des pans de murs autour d’amas de terre et de pierres recouverts de végétation, en fin d’éboulis.

39Pour sûr, que près de là, étaient venus des pauvres gens, des paysans : ça se voyait aux champs cultivés, maïs et haricots pimpants. Des gens, on en a guère vu. Et du Tamandua-tão était la Vereda, avec ses buritis et son eau fluide limpide, vierge de si blanche, sans un filet de boue. Il paraît qu’on y pèche, et de grosses piabas. Par dessus, je sais qu’on a tiré quantité de coups de feu. Y avait une auge sur le sol, dans l’herbe ; le bétail dressait l’oreille, et s’enfuyait, effarouché. Sur ses berges, mes hommes ont galopé — toute la vereda, ensus-ensous — comme serpent surucuiu sans femelle, en course folle... Et l’ennemi prenait la fuite ! ils trouvaient pas de cache... c’est ainsi que ça a commencé.

40Bon, comment est-ce que je vais vous donner, lettralement, les aspects de cet endroit, vous les définir ? Sauf en utilisant du papier, avec un grand croquis. Formez une croix, à grands traits. Qu’elle ait ses quatre bras et la pointe de chaque bras : chacune en est une... Eh bien, celle d’en haut, c’était d’où on venait, et l’excavation. À celle de notre main droite, c’est-à-dire, au couchant, il y avait la Grande-Forêt du Tamandua-tão ; face à face, à celle de la main-gauche, la Petite-Forêt du Tamandua-tão. À celle d’en bas, la fin du planal — qui était à l’abrupt, soudaine, la paroi de la Chaîne du Tamanduatão, pas belle à voir, crevassée de ravins. Ces ravins grisâtres, ils se divulguaient comme en rhombes et lombes, des ravins très bizarres — comme les dos en lignes de beaucoup d’animaux ... Mais, maintenant, vous signalez, là au milieu, entre la Chaîne du Tamandua-tão et la Grande-Forêt du Tamandua-tão, plus ou moins, les vieilles ruines de la maison-de-fazenda, qui s’était toute démantelée ; et face-à-face, sur le chemin menant de la Chaîne à la Petite-Forêt, les champs des paysans pauvres. Vous y voilà, on y est. La Vereda recroise, elle répartit le planium, en diagonale, depuis là où commence le bois de la Grande-Forêt en direction de la maison-de-maître, et elle est d’un vert revigorant, mais en courbes courtes, comme fait dans un déplacement succinct n’importe quel serpent. Et tout. Le reste, ciel et champs. Si vastes, comme quand j’ai vu, comme quand à la fin je faisais plus qu’entendre, distancielisés, des cris et les hennissements : tout en poussière, en fuite, et les chevaux se dispersant dans l’azur...

Bibliographie

Bibliographie

Berman, Antoine, « La traduction des œuvres latino-américaines », in Lendemains, Berlin, 1982, N° 27, p. 39-44.

Camacho, Fernando, « Entrevista com Guimarães Rosa », in HUMBOLT, Munich, Bruckmann, 1978, n° 37, p. 42-53.

Charron, Marc, « Berman étranger à lui-même ? » in TTR : Traduction, Terminologie, Rédaction, Québec, Volume 14, numéro 2, 2e semestre 2001 (article accessible sur le site Internet : www.erudit.org/revue/ttr).

Cordonnier, Jean-Louis, « Aspects culturels de la traduction : quelques notions clés », in Meta, université de Montréal, vol. XLVII, n° 1, mars 2002 (article accessible sur le site Internet : www.erudit.org/revue/meta).

Granet, Maurice, La Pensée Chinoise, Paris, Albin Michel, 1980.

Rosa, João Guimarães, Correspondência com seu tradutor italiano Edoardo Bizarri, São Paulo, T. A. Queiroz, Editor, Instituto Cultural Italo-brasileiro, 1981.

Rosa, João Guimarães, « O verbo e o Logos », in Em Memória de João Guimarães Rosa, Rio, José Olympio, 1968.

Utéza, Francis, JGR: Metafísica do Grande Sertão, São Paulo, EDUSP, 1994.

Weinrich, Harald, Le Temps, Paris, Le Seuil, 1973.

Notes

1 Nous remercions nos collègues catalanistes — Christian Camps, Michel Bourret et Marta Montagut — et italianistes — Myriam Carminati et Sylvie Favalier — qui ont éclairé de leurs connaissances nos doutes et insuffisances dans ces deux langues.

2 « Gran Sertón : Veredas ha sido traducido al alemán, al francés y al inglés. Conocemos las traducciones a los dos últimos idiomas y, en ellas, sus autores no se han preocupado de mantener el clima lingüístico del original. Se trata de un francés y un inglés ortodoxos o levemente matizados, en ocasiones, de cierto coloquialismo. Lo que nosostros hemos intentado es más expuesto a errores, pero también mas congruente con el verdadero concepto de traducción ; hemos tratado de aplicar al castellano el mismo instrumental que Guimarães Rosa ha aplicado al portugués y procurado efectos semejantes a los por él conseguidos. Nuestra traducción — consciente y escrupulosamente — tampoco se ajusta al castellano usual en literatura. Esta versión, como el original, no sólo no es académica: tampoco es corrientemente literaria. Y, no obstante, nos parece que se acercará tanto más al concepto de literatura de creación cuanto más se aproxime al original, que hemos tratado de respetar com el mayor miramiento. »

3 Lettre du 11 octobre 1963, in Correspondência com o tradutor italiano, p. 22-23.

4 Lettre publiée dans la revue Cavalo Azul, São Paulo, s/d. ni éd. n° 3, p. 31-32. Il est probable que ce numéro date de 1967.

5 Entrevue publiée dans la revue allemande Humbolt, Munich, Bruckmann, 1978, n° 37, p. 42-53.

6 Nous citons d’après la 14e édition, Rio, José Olympio, 1980.

7 Dans les traductions qui nous occupent, le surnom du maître de la Carimã apparaît tel quel en F1, sous la forme Zabudo en F2, Del Zabudo en IT et ESP, et En Zabudo en CAT. Les versions ESP et IT rendent compte des modifications dans les graphies successives de l’édition originale où le nom est transcrit au début sans trait d’union puis avec ce trait d’union à la fin de l’épisode. F1 unifie avec trait d’union du début à la fin ; F2 — et pour cause — n’utilise jamais de trait d’union, tout comme CAT.

8 Nous rappellerons que dans son discours de réception à l’Académie Brésilienne, Rosa utilisait ce terme de Wu Wei, qu’il définissait en ces termes : não interferência, a norma da fecunda inação e repassado não-esforço de intuição — passivo agente a servir-se das excessivas forças em torno e delas recebendo tudo pois « por acréscimo », et qu’il appliquait à Getúlio Vargas (Rosa, 1968, p. 75).

9 La toponymie de la Galice et du Portugal a gardé les traces de ces deux adjectifs issus du latin tardif, et signifiant respectivement l’amont et l’aval (cf. Moreira jusã et Moreira susã, ou Aguadas jusã et Aguadas susã, entre autres). On trouve sur Internet de nombreuses références à des toponymes anciens de ce type.

10 Nous trouvons un écho de cette analogie dans un courrier de Guimarães Rosa, daté du 7 avril 1964, où il annonçait en post-scriptum à Bizarri : « O GSV sairá ainda este ano na França, com o título de Diadorim ; e também este ano, na Alemanha com o título de ( !) GRANDE SERTAO (sem til) ». Le point d’exclamation fonctionne comme un clin d’oeil invitant à donner un sens à cette formule... En fait, la version allemande présente dans son titre la graphie SERTÃO, avec˜.

11 Il suffira de rappeler la fréquence de ce monosyllabe, entre autres dans les patronymes et toponymes chinois.

12 Cf. l’entrée molí dans le vol. 7 (p. 498) du dictionnaire en 10 volumes d’Alcover-Moll où molí de sang est défini comme suit : « el que es fa moure per traccio animal ; cast. tahona ». La référence est illustrée par des gravures (p. 508-509).

13 Toutes ces significations sont attestées par le dictionnaire de Morais, sauf celle qui en fait un instrument à percussion, attestée sur Internet (http://www.carnaxe.com.br/batuque).

14 Rosa utilise ce suffixe dans deux autres hapax : « do estralal do sol, pudemos sair sem maiores estragos » (44) et « dividi idéia de guerra que ia ser, no brutalhal » (426). Le contexte indique clairement la valeur d’augmentatif.

15 Plusieurs sites Internet brésiliens consacrés à ce jeu — o truco — sont explicites sur les vociférations qui accompagnent obligatoirement son déroulement.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search