Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traduction et lusophonie

 | 
Marie-Noëlle Ciccia
, 
Ludovic Heyraud
, 
Claude Maffre

Traduire — Transmettre — Transgresser

La traduction de l’Art poétique de Boileau par le comte d’Ericeira

Claude Maffre

Texte intégral

1Le quatrième comte d’Ericeira, Francisco Xavier de Meneses, a activement participé au renouveau des Lettres portugaises en instituant en 1696, dans le palais familial, appelé « Cunhal das Bolas », les Conferências discretas e eruditas dans lesquelles Rafael Bluteau devait se distinguer. La réception des progrès scientifiques s’y doublait d’une opposition aux excès littéraires baroques, cultisme et conceptisme. C’est dans ce cadre qu’en 1697 Francisco Xavier de Meneses, désireux de mettre l’accent sur la mesure et la raison, traduisit l’Art poétique de Boileau (cette œuvre majeure qui inspira également l’Italien Lodovico Muratori et l’Espagnol Ignacio de Luzán), dont la première édition date de 1674.

  • 1 Ch. Dezobry, Dictionnaire pratique et critique de l’art épistolaire français, Paris, Lib. Ch. Dela (...)
  • 2 Le texte intégral de cette lettre figure à la fin de l’article, p. 304.

2C’est par le plus grand des hasards que le Dictionnaire de l’art épistolaire français1 a porté à notre connaissance la lettre2 que Boileau écrivit au comte d’Ericeira pour le remercier d’avoir traduit en portugais son Art poétique. La lecture de ce texte frappe par l’hypertrophie manifeste des louanges que le grand écrivain satirique adresse à son traducteur. Comment se fait-il que l’auteur d’un « Art poétique » dans lequel la mesure est prônée et l’enflure fustigée, ait pu tenir des propos aussi exagérés, comme par exemple :

  • 3 Ibid., p. 1213.

Il ne m’a plus été possible de me croire un homme ordinaire en me voyant si extraordinairement honoré ; et il m’a paru que d’avoir un traducteur de votre capacité et de votre élévation était pour moi un titre de mérite qui me distinguait de tous les écrivains de notre siècle... Je n’ai qu’une connaissance très imparfaite de votre langue, et je n’en ai fait aucune étude particulière. J’ai pourtant assez bien entendu votre traduction pour m’y admirer moi-même et pour me trouver beaucoup plus habile écrivain en portugais qu’en français ; en effet, vous enrichissez toutes mes pensées en les exprimant3.

3Charles Dezobry, le commentateur des lettres de ce dictionnaire a beau jeu d’écrire :

  • 4 Ibid., p. 1215.

Le bon goût que Boileau imposait à la littérature ne s’étendait pas jusqu’au genre épistolaire. Nous ne nous étonnerons donc pas que, vivant à la Cour, il ait fait comme tout le monde, et que lui, qui régentait si bien écrivains et poètes, ait obéi à la mode4.

  • 5 Jean Starobinski, Le remède dans le mal, critique et légitimation de l’artifice à l’âge des Lumièr (...)

4Remarquons cependant que nous sommes en 1697, que Boileau, à soixante-trois ans, qu’il est au sommet de sa gloire et qu’il écrit cette prose dithyrambique à un jeune homme de vingt-trois ans parfaitement inconnu en France. N’était-ce là qu’un excès de civilité ou le résultat d’un élan de sincérité ? À vrai dire les codes de la civilité sous l’ancien régime autorisaient ce type d’échanges laudatifs où chacun trouvait son compte car, selon la démonstration qu’en fait Jean Starobinski, « la louange échangée a pour effet de confirmer chacun dans la surestimation qu’il fait de soi5 ».

  • 6 « J’y ai fait ajouter deux nouvelles lettres, l’une que j’écris à Monsieur Perrault [...] ; l’autr (...)
  • 7 Almanak das Musas, nova collecaõ de Poezias offerecida ao Genio Portuguez, parte segunda, Lisboa, (...)
  • 8 Hernâni Cidade, Lições de Cultura e Literatura Portuguesas, Coimbra, Coimbra editora, 1959, vol. I (...)
  • 9 Lisboa, na Typ. Rollandiana, 1818.

5Boileau a publié cette lettre dans la dernière édition de ses œuvres qu’il ait réalisée de son vivant, en 1701, et il a, de surcroît, annoncé cette insertion dans la préface6. La traduction du comte d’Ericeira, quant à elle, fut imprimée une première fois dans l’Almanak das Musas, en 17937, sans nom d’auteur et non en 1818 ainsi que l’affirme Hernani Cidade dans ses Lições de Cultura e Literatura Portuguesas8. Il est par contre vrai que cette édition de 1818 fait fièrement mention de la lettre de Boileau dans son frontispice ainsi rédigé : « Arte Poetica de Boileau, traduzida do Francez pelo Excellentissimo Conde da Ericeira. Acompanhada a sobredita traduçcão com a carta que Boileau escreveo ao Excellentissimo Conde, agradecendo-lhe a bela traducção que lhe remettera da sua Arte Poetica9. » Une réserve doit cependant être apportée car Boileau qui affirme au comte, nous l’avons vu, avoir assez bien compris sa traduction, profère là en réalité un beau mais pieux mensonge puisqu’il écrit le 10 juillet 1701 à son ami lyonnais Brossette :

  • 10 Boileau, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1966, p. 655.

Je vous dirai donc, Monsieur, qu’il y a environ quatre ans que M. le Comte d’Ericeyra m’envoia la traduction en Portugais de ma Poetique avec une lettre tres obligeante et des vers françois à ma louange. Que je scais assés bien l’Espagnol mais que je n’entens point le Portugais qui est fort different du Castillan et qu’ainsi c’est sur le rapport d’autrui que j’ay loué sa traduction10.

  • 11 Ibid., p. 657.
  • 12 Ibid., p. 658.
  • 13 Dezobry, op. cit., p. 1214.

6Le comte d’Ericeira avait envoyé à Boileau, en même temps que sa traduction, des vers composés en français dont notre satiriste vante les mérites dans la réponse qu’il lui adresse, affirmant : « On n’y voit rien d’étranger que votre nom, et il n’y a point en France d’homme de bon goût qui ne voulût les avoir faits. » Or, dans une autre lettre à Brossette, en date du 13 septembre, Boileau écrit à son ami qu’il ne peut lui envoyer les vers français du comte d’Ericeira prétendant les avoir égarés11. Il revient encore une fois sur cet envoi manqué le 6 octobre mais ajoute avec une certaine perfidie : « d’ailleurs je ne trouve pas ces vers assés bons pour permettre qu’on les rende publics. C’est une étrange entreprise que d’escrire une langue estrangere quand nous n’avons point fréquenté avec les Naturels du Pays12. » Voilà une assertion assassine qui contredit les compliments et projette une ombre plombée sur les louanges précédemment prodiguées. On est alors en droit de se demander si Boileau était vraiment sincère dans sa lettre au comte lorsqu’il lui promettait : « Ce que je vous puis dire par avance, c’est qu’à la première édition de mes ouvrages je ne manquerai pas d’y insérer votre traduction13. « Dans son édition de 1701, il juge bon de faire allusion à cette promesse dans la préface :

  • 14 Édition de 1701, op. cit., p. 5.

J’aurais bien voulu pouvoir m’acquitter de la parole que je lui donne à la fin de ce Remercîment, de faire imprimer cette excellente traduction à la suite de mes Poésies ; mais malheureusement un de mes Amis à qui je l’avais prestée m’en a égaré le premier Chant, et j’ay eu la mauvaise honte de n’oser récrire à Lisbonne pour en avoir une autre copie14.

7On peut à juste titre s’interroger à ce propos et se demander si tous ces malencontreux « égarements » ne sont pas des « égarements de l’esprit », car ils semblent venir à point nommé pour éviter de fâcheuses critiques ou polémiques. Aussi nous a-t-il semblé qu’il convenait d’aller plus loin que toutes ces arguties et qu’une comparaison minutieuse des deux textes s’imposait. Ericeira, qui avait fait le choix de la traduction en vers, a-t-il réussi sur le plan strictement formel ? Les recommandations doctrinaires du chantre du Lutrin se retrouvent-elles intactes dans la langue de Camoëns ? Le comte a-t-il réussi à résoudre les problèmes de traduction qui se sont posés à lui ?

8C’est précisément à ce premier chant, qui par bonheur a pu être retrouvé, que nous bornerons nos remarques.

  • 15 H. Cidade, op. cit., p. 65.

9Le poème de Boileau est construit en alexandrins dont les rimes sont dites plates, c’est-à-dire font alterner deux vers à rimes masculines et deux vers à rimes féminines. Le comte d’Ericeira a, à juste titre, préféré un mètre plus conforme aux traditions et au génie de la langue portugaise et a choisi l’oitava rima, celle des Lusiades, composée de huit décasyllabes « héroïques » disposés selon le schéma strophique ABABABCC, à l’évidence plus complexe. Le premier chant de l’Art poétique comporte 232 vers tandis que la traduction en propose 248 répartis en 31 strophes, ce qui, compte tenu du fait que l’alexandrin a deux pieds de plus que le vers héroïque, semble établir un équilibre entre texte et traduction. Hernâni Cidade n’a cependant pas manqué de souligner les difficultés que le choix des strophes et du mètre entraînait immanquablement : « Desta pretensão da rima mais complicada, com exigência de recorte estrófico, por que o tradutor quis manter a sua categoria de poeta, resulta a cada passo a dissolução, na moleza das suas estâncias, do nítido vigor lapidar original15. » En somme, H. Cidade reproche à D. Francisco de Meneses d’avoir voulu jouer les poètes sans y parvenir, et cela au détriment de son rôle avoué de traducteur. Certes, c’est là un vaste problème. Encore faut-il prendre la peine de démonter ce délicat mécanisme afin qu’au-delà des siècles, la leçon puisse encore être utile.

10Qu’on ne s’y méprenne point ; notre propos n’est pas de fustiger à l’envi le comte d’Ericeira ; on peut mettre à son actif d’excellentes trouvailles. Lorsque Boileau veut souligner la pluralité des talents poétiques, il écrit :

L’un peut tracer en vers une amoureuse flamme ;
L’autre, d’un trait plaisant, aiguiser l’épigramme. (v. 16)

11En écho, Meneses répond :

Hum tem nos Epigrammas a agudeza,
Outro exprime do amor finos ardores.

12D’une part finos ardores paraît satisfaisant pour amoureuse flamme car le feu commun est, pourrait-on dire, domestiqué par les épithètes se référant à l’amour ; mais surtout le traducteur a su rendre le trait piquant de l’épigramme par la mention de cette agudeza qui est une grande particularité du classicisme ibérique et il ne faut pas douter que le comte n’ignorait pas qu’aiguiser et agudeza proviennent tous deux du latin acutum. Voilà qui permettait d’acclimater Boileau Outre-Pyrénées.

13Il faut néanmoins reconnaître que la recherche d’une rime invite bien souvent à terminer un vers par un mot qui paraît superflu. Critiquant le style burlesque et la recherche affectée de la trivialité, Boileau fulmine :

La licence à rimer alors n’eut plus de frein.
Apollon travesti devint un Tabarin. (v. 85-86)

14Meneses écrit alors :

Esta licença já sem freio, ou polo,
Pôz disfarces ridiculos a Apollo.

15S’il était normal qu’Ericeira escamotât le bateleur Tabarin, parfaitement inconnu sur les bords du Tage, à l’inverse ce polo qui vient sans nécessité se superposer au freio ne s’explique que par le désir de trouver un mot se terminant par olo pour rimer avec Apollo. Il serait facile de multiplier les exemples mais cela ne pourrait mener qu’à la même conclusion que celle d’H. Cidade, la vigueur de l’expression originale se délayant en quelque sorte et perdant cette précision d’orfèvre qui donne sa crédibilité dogmatique au texte. L’exemple suivant, emprunté aux premiers vers du chant qui disent l’impossibilité de toute création poétique sans le génie de l’inspiration, le montre :

Dans son génie étroit il [le poète] est toujours captif ;
Pour lui Phébus est sourd, et Pégase est rétif. (v. 5 et 6)

16devient alors :

Ao seu genio captivo, estreito e vario
Nunca Phebo concede a attenção pura,
E o Pegaso volante, e generoso,
Se lhe nega detido, e vagaroso.

17Phébus n’est autre qu’Apollon, prince des poètes, et Pégase représente traditionnellement l’inspiration poétique et n’accepte de transporter sur son dos que les poètes inspirés ; l’épithète rétif convient ainsi parfaitement à un équidé. On constate immédiatement que les quatre qualificatifs dont Pégase est affublé dans la traduction (volante, generoso, detido, vagaroso) s’éloignent considérablement de l’expression française et finissent par noyer dans l’imprécision l’attitude de cet être fabuleux. La traduction de ce passage est bien malheureuse car, chez Boileau, Phébus ne fait la sourde oreille qu’à un poète limité par son manque de génie ; pour Ericeira, Phébus refuse son attention (passage inutile du concret à l’abstrait entre sourd et concede a attenção) à un génie poétique prisonnier, ce qui est très différent car ce génie, sans cette réclusion, pourrait alors logiquement s’exprimer. De plus, si cette « attention » est, on ne sait pourquoi, qualifiée de pura, c’est parce qu’il fallait trouver une rime, fût-elle pauvre, à impura, deux vers plus haut. De la même façon, vario ne s’explique que par la nécessité de trouver un mot rimant avec temerario et contrario.

18Il arrive à l’inverse que, manquant d’inspiration, Francisco de Meneses résume en deux vers ce que Boileau développe en quatre, comme dans cette belle métaphore où l’on voit la raison suivre avec beaucoup de difficultés la seule voie qui mène au bon sens :

Tout doit tendre au Bon sens : mais pour y parvenir
Le chemin est glissant et pénible à tenir.
Pour peu qu’on s’en écarte, aussi-tôt on se noie.
La Raison, pour marcher, n’a souvent qu’une voie. (v. 45-48)

19Voici la réduction proposée qui simplifie les embûches du chemin, transforme le bon sens en réussite et introduit, toujours pour les besoins de la rime, la présence d’un guide :

A razão tem no acerto huma só via,
O caminho he penoso, incerta a guia.

20On comprend aisément que la pensée du traducteur, à la recherche de la rime, se laisse séduire par de nouvelles images qu’un mot nouveau vient éveiller dans son esprit. Ainsi, lorsque Boileau écrit, désireux de se moquer de la longue description (quelques cinq cents vers) que Scudéri fait d’un château :

Fuyez de ces Auteurs l’abondance stérile,
Et ne vous chargez point d’un détail inutile. (v. 59-60)

21Francisco de Meneses développe :

Fugí de tão esteril abundancia,
Emprego inutil das Heroicas pennas :
A demasia he chêa de ignorancia,
Desprezão-na cançadas as Camenas.

22Si Ericeira traduit fort correctement le premier vers de ce distique, il éprouve la nécessité d’utiliser trois vers pour traduire le second. Nous ne savons pas, du reste, si les Heroicas pennas sont les plumes qui content les épopées ou celles qui emploient la fameuse oitava rima, mais lorsqu’il affirme que l’excès marche de pair avec l’ignorance, il ne reflète plus la pensée de Boileau. Il fait ensuite intervenir les Muses (as Camenas), excédées par les débordements des descriptions baroques ; là encore leur présence, qui symbolise l’inspiration poétique, est le résultat de l’obligation de trouver une rime en enas ; ce n’est donc plus un passage traduit mais un passage interprété, par conséquent éloigné de la sobriété voulue par l’auteur du poème.

23La conséquence de ce que l’on pourrait appeler une manipulation malheureuse apparaît principalement quand il s’agit de rendre des images, des métaphores, tout simplement parce que le traducteur, ayant beaucoup de mal à rechercher des rimes convenables, a tendance, ainsi que nous l’avons vu, à s’égarer lorsqu’il les a trouvées. Il perd alors ce qui fait la beauté et surtout la vivacité du texte originel. Arrêtons-nous encore sur ce passage dans lequel Boileau reproche sa prolixité au même Scudéri :

S’il rencontre un Palais, il m’en dépeint la face ;
Il me promène après de terrasse en terrasse.
Ici s’offre un perron, là règne un corridor,
Là ce balcon s’enferme en un balustre d’or : (v. 51-54)

24Afin de mieux critiquer les longues descriptions ennuyeuses, Boileau trouve le moyen d’animer la sienne ; non seulement on le voit se promener en compagnie de Scudéri, mais les objets inanimés deviennent autant de personnages que l’on rencontre, des palais ayant un visage et non une façade, et gouvernant des verbes à l’actif (le perron s’offre, le corridor règne, le balcon s’enferme). Hélas, le comte d’Ericeira n’a presque rien vu de tout cela et l’on a tôt fait de retomber avec lui dans le travers que l’on déplore puisque les particularités du palais redeviennent des objets passifs :

Pinta a hum Palacio a face, e me passêa,
De eirado a outro eirado, e nunca pára :
Balcões e galerias me nomêa,
O ouro aos balaustres finos aclara.

25Cette pléthore descriptive qu’il réprouve, cet excès de verbiage, Boileau les compare quelques vers plus loin à un abus de nourriture, à une prise excessive d’aliments qui suscite un phénomène de rejet :

Tout ce qu’on dit de trop est fade et rebutant :
L’esprit rassasié le rejette à l’instant. (v. 61-62)

26Traduction :

Quem não detem o arrebatado pletro,
Malquista a voz, desautoriza o metro.

27Ericeira, on ne sait pourquoi, préfère jeter le discrédit sur le mot et sur le mètre, détruisant la métaphore initiale dont la clé est le substantif esprit qui ramène à lui tous les autres termes concrets se rapportant au corps. Chez le traducteur, pletro [sic], voz, metro se trouvent ainsi confondus avec des concepts abstraits :

  • 16 Les premières éditions sont, respectivement, de 1644 et 1648, Paris, Toussaint Quinet, lib.
  • 17 Première édition, à Paris, Luynes, lib., 1653. Le genre burlesque était passé de mode au moment où (...)

28Le comte d’Ericeira, sans doute influencé malgré lui par le conceptisme qu’il a voulu combattre, favorise ainsi l’abstraction que Boileau veut précisément éviter. Cela est d’autant plus curieux que la langue française a la réputation de privilégier l’abstrait au dépend du concret, à l’inverse du portugais. Dans l’Art poétique, Boileau fait souvent appel aux images et aux métaphores pour faire passer son message. Désireux de fustiger le goût du burlesque et du langage populaire qui a fait florès quelques années auparavant avec la Gigantomachie et Le Virgile travesti de Scarron16 ou l’Ovide en belle humeur17 de Dassoucy, Boileau décoche sa flèche :

On ne vit plus en vers que pointes triviales.
Le Parnasse parla le langage des Hales. (v. 83-84)

29Ceci donne:

Do trivial equivoco a agudeza
Foi do Parnaso indigno vituperio.

30Ce langage des Halles aurait dû logiquement amener une allusion aux regateiras et autres varinas à qui même des autos ont été consacrés. Point du tout. Ericeira préfère employer les mots savants vituperio, equivoco, agudeza :

31Le dernier exemple de ces images qu’Ericeira a eu du mal à traduire concerne l’allusion de Boileau à deux poètes, l’un sans inspiration mais qui n’abuse point d’ornements de mauvais goût pour masquer ce défaut, l’autre qui refuse les considérations par trop terre à terre et se perd dans un idéal qui reste cependant pour lui inaccessible :

L’un n’est point trop fardé mais sa Muse est trop nue.
L’autre a peur de ramper, il se perd dans la nue ; (v. 67-68)

32Ericeira traduit par :

Hum, a quem falta influxo mais propicio,
Fica desalinhado por ser puro,
E outro que subir quiz, por elevado
Desde as nuvens naufraga despenhado.

33La belle double image de la muse nue et du fard se dissout dans celle d’une inspiration défaillante représentée par un influxo qui manque d’élégance et dont on ne sait pas pour quelle raison sa pureté le rend négligé (desalinhado). Quant au second poète, Ericeira omet de dire que c’est en raison de son refus d’appeler un chat un chat qu’il se perd dans la nue et fait de lui un nouvel Icare, ce qui ne correspond pas à la pensée de Boileau.

  • 18 On ignore la date de composition de cette œuvre qui ne fut publiée qu’en 1875 à Lisbonne, par Inoc (...)

34On ne saurait omettre d’évoquer les vers sentencieux qui émaillent l’Art poétique, dont certains sont même passés dans la langue sous une forme proverbiale et qui sont responsables d’une part non négligeable de la renommée de Boileau, longtemps gratifié du nom de « législateur du Parnasse ». Dans ce domaine, la veine de Francisco de Meneses est loin d’égaler celle d’un Francisco Manuel de Melo, auteur, quelques années plus tôt, de la célèbre Feira dos Anexins18. Certes, le Festina lente d’Auguste, rendu chez Boileau par Hatez-vous lentement (v. 171), est traduit avec bonheur par Lento vos apressai. Mais il faut bien reconnaître que dans la plupart des cas, le comte d’Ericeira n’a pas réussi à sertir une sentence dans un vers avec la même clarté, la même concision et la même force de persuasion que celle du texte original. Prenons, par exemple, deux vers qui sont, en France, dans tous les esprits car ils résument à eux seuls le désir de limpidité d’une langue qui veut ainsi refléter la clarté du concept. D’une certaine manière c’est sur eux que s’est fondée l’hégémonie de la langue française classique aux xviie et xviiie siècles :

Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement
Et les mots pour le dire arrivent aisément. (v. 153-154)

35Ces vers deviennent chez Ericeira :

Que o que puro, ou confuso se concebe,
Mais claro ou mais escuro se percebe.

  • 19 Les deux derniers vers de ce chant constituent un autre exemple de ce manque de nervosité qui cara (...)

36On remarque que l’expression devient floue et même ambiguë malgré les parallélismes puro — claro et confuso — escuro. En effet, entre conception et perception, l’essentiel de la transmission d’une idée, c’est-à-dire l’énonciation (s’énonce clairement), est perdu19. C’est pourtant sur cette énonciation que se portaient les efforts de Boileau. On constate donc un glissement de sens qui a tendance à modifier la ligne de pensée du satiriste français. C’est sur ce dernier point que nous voudrions insister à présent.

37De telles modifications peuvent, bien entendu, provenir d’une certaine méconnaissance du français tout à fait excusable lorsqu’il s’agit de nuances linguistiques. Un exemple nous est donné par la mauvaise compréhension du substantif titre au sens de « raison », dans un passage où Boileau met en relief la mauvaise foi d’un auteur qui ne veut point accepter les critiques, ne les sollicitant que pour en obtenir des louanges :

Qu’un mot dans son ouvrage ait paru vous blesser,
C’est un titre chez lui pour ne point l’effacer. (v. 217-218)
E hum verso não consente ver riscado,
Como se nelle hum titulo perdera ;

38Manifestement, nous avons affaire ici à un contresens car le substantif portugais titulo bien que se prêtant à la même acception (razão, motivo) que le français, ne peut signifier ici que quelque chose d’honorifique comme si le poète allait y perdre son honneur ou un titre de gloire quelconque.

39Boileau instaure sur ce même sujet un dialogue entre le mauvais poète et le critique dont il ne veut pas accepter les reproches. Il écrit :

De ce vers, direz-vous, l’expression est basse.
— « Ah, Monsieur, pour ce vers, je vous demande grâce. »
Répondra-t-il d’abord. « Ce mot me semble froid.
Je le retrancherais. » — « C’est le plus bel endroit. »
— « Ce tour ne me plaît pas. » — « Tout le monde l’admire. » (v. 211-215)

40Traduction :

Se huma baixa expressão vos assignala,
Para que passe lhe pedis licença ;
Isto he frio (vos diz), oh ! que he notavel ;
Isto he máo... oh ! senhor que he admiravel.

  • 20 Trissotin : « Avez-vous vu certain petit sonnet / Sur la fièvre qui tint la princesse Uranie ? »
    Va (...)

41Dans ce passage de Boileau, on se retrouve plongé dans le salon moliéresque des Femmes savantes où le ton précieux brille de tout son éclat. Et les réponses du poète aux critiques qui lui sont faites ne sont pas sans rappeler les accusations portées par Vadius sur un sonnet de Trissotin20. Francisco de Meneses propose une traduction d’une platitude désespérante où la grâce demandée pour une expression, comme s’il s’agissait de la peine capitale d’un condamné à mort, se borne à un simple pedir licença qui détruit le dialogue, où le plus bel endroit devient un banal he notavel, où enfin la dernière opposition entre le « je » du critique mis au ban de la société et le « tout le monde » du poète offensé disparaît à son tour.

42Parfois, la difficulté surgit dans la traduction des pronoms personnels :

Souvent la peur d’un mal nous conduit dans un pire.
Un vers était trop foible, et vous le rendez dur.
J’évite d’être long, et je deviens obscur. (v. 64-66)
Por emendar do baixo estylo o vicio,
Ao verso, que era humilde, fazeis duro ;
O temor vos conduz a hum precipicio,
Evitando o ser largo, sois escuro.

43Pour faire admettre à tous que l’équilibre, en poésie, est difficile à atteindre, Boileau passe de nous à vous puis à je ; cette diversité semble instaurer un dialogue qui inclut l’auteur dans la réflexion, ce qui a pour conséquence de ne pas l’ériger en censeur et donne un ton plus vif au discours. Cette confluence des voix à la recherche de l’harmonieuse solution est uniformisée chez Ericeira par l’emploi de la seule deuxième personne du pluriel, plaçant ainsi le poète novice dans une position d’infériorité par rapport à la voix du « magister » :

44On peut constater que si le jeu des pronoms personnels a disparu, Ericeira dévie quelque peu du sens objectif du texte source, introduisant même de nouvelles images, sans doute, encore une fois, pour les besoins de la rime.

45Dans un autre passage de ce chant, Boileau, reprenant à son compte le vers bien connu d’Houdar de la Motte, L’ennui naquit un jour de l’uniformité, prône la variété du style sous peine d’endormissement du lecteur :

Sans cesse en écrivant variez vos discours.
Un style trop égal et toujours uniforme
En vain brille à nos yeux, il faut qu’il nous endorme. (v. 70-72)

46Chez Ericeira, nous avons :

De variar discursos nunca cesse,
O estylo igual, unidos os primores,
Aos olhos que suspende, resplandece.

47Le sens est ici totalement différent puisque suspender signifie « ficar enlevado, embevecido », c’est-à-dire que le lecteur, en extase, est charmé par ce qu’il lit et qui resplendit de beauté et qu’en aucune façon il ne s’endort sous l’effet d’un beau récit soporifique.

48Nous touchons finalement ici à la plus fréquente et la plus insidieuse des infidélités d’Ericeira par rapport au texte source. La signification particulièrement précise des vers français va être rendue par un faux sens, voire un contresens, sans que pour autant l’allure générale de la traduction en paraisse modifiée, tout simplement parce que la langue du satiriste ne tolère l’ajout d’aucune nuance, la moindre goutte étrangère venant troubler son « onde pure ». Mettons en parallèle les vers 9 à 12 :

N’allez pas sur des vers sans fruit vous consumer, Não consumais sem fruto a nobre chamma
Ni prendre pour génie un amour de rimer. Se o genio foge, e o metro busca a proza.
Craignez d’un vain plaisir les trompeuses amorces Temei hum gosto, que talvez infama,
Et consultez long-temps vostre esprit et vos forces. Com a vista agradavel, e enganosa,
E se há em vós, consultareis prudente, Furor divino, espirito valente.

  • 21 Marcel Hervier, L’art poétique de Boileau, étude et analyse, Paris, Mellottée éd., s.d., p. 61.
  • 22 C’est ainsi qu’elle apparaît dans Lamartine :
    Oui, je sens ta présence, ô Dieu persécuteur ! / Et t (...)

49La dilution commence par l’apport de deux vers supplémentaires. Dans un premier temps, Boileau conseille aux débutants de ne point croire qu’ils sont devenus des poètes parce qu’ils ont réussi à faire des vers puisque, selon Marcel Hervier, « ce n’est pas pour les vulgaires rimeurs que les règles sont édictées, c’est pour tracer la voie au génie21 ». Dans un deuxième temps, il leur conseille de ne pas se laisser emporter par un embryon de réussite, sans mesurer, à l’aune du bon sens et de la raison (esprit), les capacités (forces) dont ils disposent. Le premier faux sens d’Ericeira est d’affirmer que si le vers tend à n’être que de la prose, il faut renoncer à rimer alors qu’on peut très bien respecter la métrique sans pour autant être bon poète. La traduction des deux derniers vers révèle un contresens car on ne saurait confondre les trompeuses amorces, qui ne désignent que quelques vers aimables avec la « fureur », qui est précisément, dans la langue classique, « le délire produit par l’inspiration poétique », selon la définition du Grand Robert. Le poète inspiré est un vate et n’a donc plus besoin de consulter sa raison, d’autant plus qu’Ericeira ne qualifie pas cette fureur de poétique, mais de divina, ce qui fait du poète l’égal des dieux, porteurs de « furor divina22 ».

  • 23 La plus célèbre est celle de Francisco José Freire (Cândido Lusitano), en 1758, Lisboa, na of. pat (...)

50La démarche du comte d’Ericeira, certes probablement désireux de briller dans les assembleias, constituait le premier jalon de ces ouvrages à portée pédagogique que Bluteau et Verney allaient étendre à d’autres domaines. Cette traduction confidentielle voulait s’élever contre l’emprise que la poésie baroque exerçait encore au Portugal. C’est à ce retour à la mesure que l’on devra, au xviiie siècle, les nombreuses traductions de l’Art poétique d’Horace23, dont Boileau s’est lui-même inspiré. Surpris cependant par les compliments excessifs que lui avait adressés Boileau, nous avons voulu en vérifier le bien fondé. La lecture attentive de ce premier chant nous a montré que le comte s’était attaqué à une tâche fort difficile et qu’il avait rendue plus malaisée encore en choisissant de s’exprimer en oitava rima. En effet, les problèmes posés par les exigences du mètre et de l’agencement strophique l’ont égaré dans de coupables digressions. Ces ajouts superfétatoires ont non seulement alourdi son style mais ont introduit de nouvelles nuances l’amenant parfois à s’écarter dangereusement du sens originel. Il est certain qu’au xviie siècle la conception que l’on avait de la traduction s’accommodait de licences aujourd’hui condamnées. Il faut cependant remarquer qu’il ne s’agissait pas dans le cas qui nous occupe d’un roman avec lequel le traducteur d’alors pouvait prendre un recul certain, mais d’un poème didactique qui, tel Moïse du haut du Sinaï, formulait des canons bien précis dont il était bien plus dangereux de s’écarter. Cette traduction de D. Francisco de Meneses nous offre néanmoins la possibilité de méditer sur les nombreux écueils que réserve la traduction en vers d’un texte poétique, qui ne doit être abordée qu’avec d’infinies précautions.

Lettre de Boileau au comte d’Ericeira

51Au comte d’Ericeira pour la traduction de son Art poétique, faite par le comte en vers portugais

52Monsieur,

53Bien que mes ouvrages aient fait de l’éclat dans le monde, je n’en ai point conçu une trop haute opinion de moi-même ; et si les louanges qu’on m’a données m’ont flatté assez agréablement, elles ne m’ont pourtant point aveuglé ; mais j’avoue que la traduction que Votre Excellence a bien daigné faire de mon Art poétique, et les éloges dont elle l’a accompagnée en me l’envoyant, m’ont donné un véritable orgueil. Il ne m’a plus été possible de me croire un homme ordinaire en me voyant si extraordinairement honoré ; et il m’a paru que d’avoir un traducteur de votre capacité et de votre élévation était pour moi un titre de mérite qui me distinguait de tous les écrivains de notre siècle. Je n’ai qu’une connaissance très imparfaite de votre langue, et je n’en ai fait aucune étude particulière. J’ai pourtant assez bien entendu votre traduction pour m’y admirer moi-même, et pour me trouver beaucoup plus habile écrivain en portugais qu’en français. En effet, vous enrichissez toutes mes pensées en les exprimant. Tout ce que vous maniez se change en or, et les cailloux même, s’il faut ainsi parler, deviennent des pierres précieuses entre vos mains. Jugez après cela si vous devez exiger de moi que je vous marque les endroits où vous pouvez vous être un peu écarté de mon sens. Quand, à la place de mes pensées, vous m’auriez, sans y prendre garde, prêté quelques-unes des vôtres, bien loin de m’employer à les faire ôter, je songerais à profiter de votre méprise, et je les adopterais sur-le-champ pour me faire honneur ; mais vous ne me mettez nulle part à cette épreuve. Tout est également juste, exact, fidèle, dans votre traduction ; et bien que vous m’y ayez fort embelli, je ne laisse pas de m’y reconnaître partout. Ne dites donc plus, Monsieur, que vous craignez de ne m’avoir pas assez bien entendu : dites-moi plutôt comment vous avez fait pour m’entendre si bien, et pour apercevoir dans mon ouvrage jusqu’à des finesses que je croyais ne pouvoir être senties que par des gens nés en France et nourris à la Cour de Louis le Grand. Je vois bien que vous n’êtes étranger dans aucun pays, et que, par l’étendue de vos connaissances, vous êtes de toutes les Cours et de toutes les Nations. La lettre et les vers français que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire en sont un bon témoignage. On n’y voit rien d’étranger que votre nom, et il n’y a point en France d’homme de bon goût qui ne voulût les avoir faits. Je les ai montré à plusieurs de nos meilleurs écrivains : il n’y en a pas un qui n’en ait été extrêmement frappé, et qui ne m’ait fait comprendre que, s’il avait reçu de vous de pareilles louanges, il vous aurait déjà récrit des volumes de prose et de vers. Que penserez-vous donc de moi, de me contenter d’y répondre par une simple lettre de compliment ? Ne m’accuserez-vous point d’être ou méconnaissant ou grossier ? Non, Monsieur, je ne suis ni l’un ni l’autre ; mais franchement je ne fais pas des vers, ni même de la prose quand je veux. Apollon est pour moi un dieu bizarre, qui ne me donne pas comme à vous audience à toutes les heures. Il faut que j’attende les moments favorables. J’aurai soin d’en profiter dès que je les trouverai ; et il y a bien du malheur si je ne meurs enfin quitte d’une partie de vos éloges. Ce que je puis vous dire par avance, c’est qu’à la première édition de mes ouvrages je ne manquerai pas d’y insérer votre traduction, et que je ne perdrai aucune occasion de faire savoir à toute la terre que c’est des extrémités de notre continent, et d’aussi loin que les Colonnes d’Hercule, que me sont venues les louanges dont je m’applaudis davantage, et l’ouvrage dont je me sens le plus honoré.

54Je suis avec un très-grand respect,

55De Votre Excellence,

56Le très-humble et très-obéissant serviteur.

57(Extrait de L’Art épistolaire français, de Ch. Dezobry, Paris, 1886, p. 1213-1214.)

Notes

1 Ch. Dezobry, Dictionnaire pratique et critique de l’art épistolaire français, Paris, Lib. Ch. Delagrave, 1886, p. 1213-1215.

2 Le texte intégral de cette lettre figure à la fin de l’article, p. 304.

3 Ibid., p. 1213.

4 Ibid., p. 1215.

5 Jean Starobinski, Le remède dans le mal, critique et légitimation de l’artifice à l’âge des Lumières, Paris, Gallimard, 1989, p. 70.

6 « J’y ai fait ajouter deux nouvelles lettres, l’une que j’écris à Monsieur Perrault [...] ; l’autre est un remercîment à M. le Comte d’Ericeyra, au sujet de la Traduction de mon Art Poétique, faite par lui en vers Portugais, qu’il a eu la bonté de m’envoyer de Lisbonne avec une Lettre et des vers François de sa composition » (N. Boileau-Despréaux, Œuvres diverses, nouv. éd. revue et augmentée, Paris, Denys Thierry, 1701, t. 1, p. 5).

7 Almanak das Musas, nova collecaõ de Poezias offerecida ao Genio Portuguez, parte segunda, Lisboa, na off. de Joaõ Antonio Da Silva, 1793, p. LXXXIVCXLII. Voir à ce propos l’introduction de José Pedro Machado dans l’édition bilingue qu’il a publiée (Lisboa, Papelaria Fernandes s.d., 157 p.) et qui nous servira ici de référence. Nous en avons respecté l’orthographe aussi bien portugaise que française.

8 Hernâni Cidade, Lições de Cultura e Literatura Portuguesas, Coimbra, Coimbra editora, 1959, vol. II, p. 65 : « O livrinho [...] só foi publicado em 1818 mas o tradutor não deixaria com certeza de tornar conhecido o manuscrito de quantos homens de letras lhe frequentavam as tertúlias. »

9 Lisboa, na Typ. Rollandiana, 1818.

10 Boileau, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1966, p. 655.

11 Ibid., p. 657.

12 Ibid., p. 658.

13 Dezobry, op. cit., p. 1214.

14 Édition de 1701, op. cit., p. 5.

15 H. Cidade, op. cit., p. 65.

16 Les premières éditions sont, respectivement, de 1644 et 1648, Paris, Toussaint Quinet, lib.

17 Première édition, à Paris, Luynes, lib., 1653. Le genre burlesque était passé de mode au moment où Boileau écrivit l’Art poétique, et ses lecteurs, dit ironiquement ce dernier, ne se retrouvent qu’en province.

18 On ignore la date de composition de cette œuvre qui ne fut publiée qu’en 1875 à Lisbonne, par Inocêncio Francisco da Silva.

19 Les deux derniers vers de ce chant constituent un autre exemple de ce manque de nervosité qui caractérise la traduction d’Ericeira :
Et pour finir enfin par un trait de Satire
Un sot trouve toujours un plus sot qui l’admire. (v. 231-232)
E sempre louva (a satyra é constante)
Ao ignorante algum mais ignorante.

20 Trissotin : « Avez-vous vu certain petit sonnet / Sur la fièvre qui tint la princesse Uranie ? »
Vadius : « Oui. Il me fut lu dans une compagnie ».
T. : « Vous en savez l’auteur ? »
V. : « Non, mais je sais fort bien / Qu’à ne le point flatter son sonnet ne vaut rien. »
T. : « Beaucoup de gens pourtant le trouvent admirable. » (Molière, Les femmes savantes, acte III, scène III).

21 Marcel Hervier, L’art poétique de Boileau, étude et analyse, Paris, Mellottée éd., s.d., p. 61.

22 C’est ainsi qu’elle apparaît dans Lamartine :
Oui, je sens ta présence, ô Dieu persécuteur ! / Et ta fureur divine a passé dans mon coeur. (paroles de la Pythonisse dans l’« Apparition de l’ombre de Samuel », Lamartine, Nouvelles méditations poétiques, Paris, Gallimard, NRF, 1981, p. 192).

23 La plus célèbre est celle de Francisco José Freire (Cândido Lusitano), en 1758, Lisboa, na of. patriarcal de F. Luis Ameno (rééditée en 1784) ; mais d’autres suivirent : celle de Miguel do Couto Guerreiro (Lisboa, Regia off. typ., 1772) ; celle de D. Rita Clara Freyre d’Andrade (Coimbra, 1781) ; celle de Jeronymo Suarez Barbosa (Coimbra, 1791) ; celle de Joaquim José da Costa (Lisboa, off. de S. Thaddeo Ferreira, 1794).

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site