Version classiqueVersion mobile

Traduction et lusophonie

 | 
Marie-Noëlle Ciccia
, 
Ludovic Heyraud
, 
Claude Maffre

Traduire les genres : le théâtre

L’adaptateur à la dérive

Marie-Thérèse Coudert

Texte intégral

1Je voudrais vous parler aujourd’hui de l’adaptation proposée par Georges Neveux, en 1955, de la comedia de Lope de Vega qui fut publiée pour la première fois, en 1618, sous le titre El perro del hortelano, c’est-à-dire Le chien du jardinier.

  • 1 Sebastián de Covarrubias, Tesoro de la lengua castellana o española, edición de Martín de Riquer d (...)
  • 2 Frédéric Serralta, in Notice au Chien du jardinier, Théâtre espagnol du xviie siècle (I), édition (...)
  • 3 Ibid., p. 1483. Et Frédéric Serralta d’ajouter : « Fidèle à la tradition théâtrale du serviteur dé (...)

2Ce titre, qui emprunte la première partie d’un dicton espagnol : « El perro del hortelano, que ni come las berças, ni las dexa comer a otro1 », résume assez bien à lui seul l’action de la pièce. Le chien du jardinier, celui qui « ne mange pas les choux et ne les laisse pas manger aux autres », c’est en fait « Diana, comtesse de Belflor, jeune femme de haute condition qui repousse avec dédain les avances de toute l’aristocratie de Naples2 » mais s’éprend, au fil du temps, de son secrétaire Teodoro lui-même presque fiancé avec son égale la chambrière Marcela : « [...] le conflit entre l’amour et les lois sociales ne peut être résolu que par un changement du statut de Teodoro. Ce sera le résultat du stratagème final, dont le deus ex machina se trouvera être le valet Tristán3. »

1. Le chien du jardinier en 1955

3Mais venons-en maintenant à 1955. La date est importante car il faut rappeler que, depuis les années cinquante, grâce à la politique culturelle qui est menée en France, jamais le théâtre n’a été aussi prospère et la Comedia espagnole jouit alors d’un réel essor, un âge d’or si l’on peut dire, à Paris mais aussi en province, en particulier lors des festivals d’été qui ne cessent de se multiplier depuis la naissance de celui d’Avignon en 1947. C’est donc dans un tel contexte que Georges Neveux décide de s’intéresser au Chien du jardinier.

4Mais il n’est pas le seul. Et nous aurions volontiers intitulé cette communication « Z’avez-pas vu Mirza ? » pour reprendre le titre d’une chanson de Nino Ferrer et afin de souligner les difficultés auxquelles on se trouve confronté dès que l’on se lance dans une recherche comme celle-ci.

  • 4 Nous avons pu consulter un programme de ces représentations à la Bibliothèque de la S.A.C.D. On y (...)
  • 5 Paris-Théâtre, n° 98, juillet 1955, p. 61.

5C’est ainsi que le 10 juin 1955 est créé au Petit Théâtre Marigny la comédie en deux parties de Jean Loynel, intitulée Jeux de prince4, qui est présentée ainsi dans Paris-Théâtre5 : « Les amours malheureuses d’une grande dame (parfaitement odieuse) et de son jeune secrétaire (parfaitement simple). » En fait, il s’agit là d’une autre adaptation du Chien du jardinier selon ce que remarque Gabriel Marcel dans un article sans date ni titre. Il explique : « Nous avions vu, il y a six mois environ, au Petit-Marigny, une pièce de M. Jean Loynel qui s’intitulait Jeux de prince et qui était elle-même une adaptation du Chien du jardinier. Elle n’était pas dépourvue d’agréments et fut jouée d’une façon honnête par une jeune compagnie ; elle passa presque inaperçue. Je sais que Georges Neveux n’en connaissait pas l’existence jusqu’à ces derniers jours. Il serait curieux de mettre les deux textes en parallèle et de les confronter l’un et l’autre avec l’original espagnol. » Nous aurions bien aimé, nous aussi, pouvoir le faire. Malheureusement cela reste pour l’instant impossible, malgré les recherches que nous avons entreprises en nous adressant même à M. Guy Bedos qui jouait deux rôles de valet...

  • 6 Il existe un fonds Georges Neveux à la Bibliothèque de la S.A.C.D. et c’est là que nous avons pu c (...)
  • 7 La distribution, par ordre d’entrée en scène des personnages, était la suivante : Théodore, Jean-L (...)

6Ce n’est donc que six mois plus tard, le 7 décembre 1955 très précisément, que l’autre version du Perro del hortelano, celle de Georges Neveux6 maintenant, est présentée, toujours au Théâtre Marigny mais dans la grande salle cette fois, par la Compagnie Renaud-Barrault7.

7Peut-on imaginer que c’est à cause des deux titres différents que l’administratrice du Théâtre Marigny, Simone Volterra, ne s’est pas aperçue, au moment de la programmation que Jeux de prince et Le chien du jardinier étaient deux adaptations d’une même comedia ? Tout ceci reste un mystère que le temps et notre opiniâtreté nous aideront peut-être à résoudre un jour. Toujours est-il que l’adaptation de Georges Neveux fait l’unanimité auprès des critiques. Tous s’accordent à reconnaître son efficacité. Mais venons-en à sa démarche et au texte qu’il nous propose.

2. De la traduction à l’adaptation : Le chien du jardinier8 de Georges Neveux (1900-1982)

  • 8 Le texte du Chien du jardinier de Georges Neveux a été publié dans L’Avant-Scène théâtre, n° 119, (...)

8Rappelons tout d’abord que Georges Neveux suit au début de sa vie une formation juridique. Mais il ne tarde pas à quitter Nice et à renoncer au barreau. Il monte à Paris, rencontre Louis Jouvet et devient secrétaire général de l’Athénée. Il se consacre alors au théâtre et à la poésie. En 1930, le Théâtre de l’Avenue accepte sa première pièce, Juliette ou la Clé des Songes. Il adapte Shakespeare puis Aldous Huxley et propose différentes pièces : Plainte contre inconnu, Les filles de La Rochelle et Le loup et la rose.

9En 1955, lorsqu’il choisit El perro del hortelano de Lope de Vega et qu’il en propose une version française en prose, c’est en fait, au départ, une traduction qu’il envisage de faire. Mais, peu à peu, il se laisse emporter par son inspiration d’écrivain. Voici ce qu’il explique :

  • 9 Propos de Georges Neveux, repris dans Sommets de la littérature espagnole, t. 7, op. cit., p. 23.

Comme tout le monde, j’aime retrouver dans la version française d’une œuvre étrangère la sonorité de l’original. J’ai donc commencé ce travail-ci par un grand sentiment de fidélité à Lope de Vega. Mais à mesure que je serrais chaque scène de plus près, la sonorité particulière à cette pièce s’éloignait, se perdait. Je m’aperçus très vite que ma fidélité se retournait contre Lope de Vega et devenait trahison. Je me sentis inquiet9.

10Georges Neveux est donc le premier à reconnaître que son adaptation comporte une part de trahison, mais il considère que c’est en trahissant l’auteur qu’il lui est, finalement, le plus fidèle. En réalité, l’adaptateur peut, selon lui, adopter deux attitudes totalement opposées. Voilà ce qu’il affirme :

  • 10 Extrait du premier texte dactylographié qui se trouve dans le dossier du Chien du jardinier du fon (...)

À l’instant où il décide d’adapter un chef-d’œuvre ancien du théâtre étranger, l’auteur français a le choix entre deux vocations : se faire huissier ou chercheur de trésor.
Huissier, s’il veut établir une traduction rigoureuse. Tous les mots seront là, soigneusement recensés. Nous nous trouverons devant un constat. Mais, prenons garde : au théâtre, c’est souvent un constat de décès.
Chercheur de trésor, s’il se sent le désir de se glisser à l’intérieur de l’œuvre, et d’y retrouver la piste autrefois suivie par l’auteur [...]
La représentation théâtrale est, avant tout, un échange d’électricité.
L’adaptateur ne doit pas se contenter de reproduire en trompe-l’œil l’aspect du fil électrique. Ce qu’on lui demande, c’est de faire passer le courant, ou du moins de permettre que le courant passe (les acteurs se chargeront du reste). Et s’il y réussit, c’est qu’il a fait honnêtement son métier [...]
[Lope de Vega] n’inventait réellement dans chaque pièce que le canevas et les scènes principales. Les scènes secondaires, il les puisait souvent dans un fonds commun à toutes ses pièces, et même à tous les auteurs de son époque.
Ces scènes secondaires, usées aujourd’hui, à force d’avoir été entendues, forment une espèce de bois mort qui bouche la vue et empêche de distinguer les grandes scènes, qui, elles, sont admirables et encore pleines de sève.
Dans Le chien du jardinier, j’ai coupé le bois mort. Mais les grandes scènes, réduites à elles-mêmes, auraient flotté dans le vide [...]10

11Si nous avons repris ce texte, bien qu’il soit un peu long, c’est parce qu’il montre la lucidité de Georges Neveux vis-à-vis de son travail. Il se situe du côté des « chercheurs de trésor » et pour remplacer tout « le bois mort » qu’il a cru bon d’enlever, il enrichit l’intrigue en intégrant de nouveaux éléments. Alors que la Comtesse Diane est partagée entre l’amour qu’elle éprouve pour Théodore, son valet-secrétaire, et l’orgueil qui lui interdit de lui appartenir, Georges Neveux ajoute qu’elle sent grandir son désir au fur et à mesure que la nuit approche, et renaître son orgueil sitôt que le jour se lève. C’est ainsi qu’ayant décidé de renvoyer Théodore, bien qu’elle l’aime plus que jamais, elle lui dicte les premiers mots d’une lettre pour lui signifier sa décision. Mais la nuit tombe et le ton change. Ce n’est plus une lettre de congé mais une déclaration d’amour.

  • 11 Ibid.

12Georges Neveux fait aussi intervenir un personnage supplémentaire : celui du spadassin que Diane paie pour tuer Théodore. Et ce spadassin « s’est trouvé si à son aise dans l’action qu’il a même exigé de revenir à la dernière scène et de participer activement au rebondissement final11. » L’inspiration de Georges Neveux est telle qu’à la fin de la pièce, le personnage est devenu complètement autonome.

13En réalité il considère — et je le cite — que « la tragédie [...] exige une traduction aussi fidèle que possible ; elle exprime des sentiments d’ordre général et n’a aucun besoin d’être transposée. Il en va tout autrement de la comédie, axée, de par son essence même, sur le particulier et s’accomodant fort bien d’une adaptation moins littérale. Il suffit d’en restituer le climat, ou plus exactement l’humeur. »

3. De la suppression des sonnets

14Il faut néanmoins remarquer que Georges Neveux ne se laisse vraiment aller à la dérive qu’à partir de la seconde journée. Et s’il fallait proposer une analyse comparée plus approfondie de ce texte de Georges Neveux et de l’original de Lope, nous la mènerions, sans aucun doute, à partir de la traduction — ou plutôt de la disparition progressive — des neuf sonnets qui émaillent et structurent El perro del hortelano. Bernard Gille explique dans une note qui vient compléter l’Avant-propos de Robert Marrast, dans la Pléiade :

  • 12 Bernard Gille, in Théâtre espagnol du xviie siècle (1), op.cit., p. xiv, note 1.

Dans un passage du Nouvel art de faire des comédies, traitant de la conformité qui existe entre versification et situation dramatique, Lope de Vega écrit au vers 308 : « le sonnet convient aux tourments de l’attente. » Morceau de bravoure pour l’acteur, il suspend un court instant le mouvement de l’action dans un monologue lyrique où s’exprime la tension née des conflits (amour non partagé, jalousie, point d’honneur) autour desquels s’ordonne l’intrigue. Outre cette utilisation fonctionnelle, le sonnet est l’occasion pour le poète de montrer sa virtuosité. Révélateurs du débordement des principes dramaturgiques par le plaisir du texte sont les neuf sonnets du Chien du jardinier12.

15C’est à travers ces sonnets (trois de Diana, quatre de Teodoro et deux de Marcela) que l’on découvre les réels sentiments des personnages et leur complication n’est rien d’autre que le reflet de la complexité de leurs sentiments. Rappelons ce que Clément Rochel, un traducteur à la charnière des xixe et xxe siècles, disait à propos de leur traduction :

  • 13 Les Chefs-d’œuvre du théâtre espagnol ancien et moderne, trad. de Clément Rochel, Paris : Garnier (...)

Rien [...] n’est plus difficile à traduire qu’un sonnet du temps de Lope. Le vers est éclatant, les assonances ou les rimes sont parfaites. C’est une musique de mots, mais on en saisit avec peine la pensée subtile ; dès qu’on veut la fixer en termes précis, elle se fond, disparaît13.

  • 14 Voici le texte de ce sonnet et celui de l’adaptation de Georges Neveux (in Sommets de la littératu (...)
  • 15 Ces propos de Georges Neveux se trouvent dans le deuxième texte dactylographié du dossier sur Le c (...)

16Georges Neveux qui souligne — comme Eugène Baret l’avait fait avant lui, à propos du sonnet de don Alonso dans une autre pièce de Lope de Vega, Le Chevalier d’Olmedo — le style alambiqué de ces sonnets, ne « traduit » que les deux premiers que l’on doit à Diana. Le verbe « traduire » est, d’ailleurs, particulièrement inapproprié ici, puisque Georges Neveux fait, de l’un, les paroles d’une chanson14 et, de l’autre, un billet en prose. Puis, plus rien. Les sonnets ont disparu. En se laissant emporter au large, l’adaptateur a dérivé. Il est redevenu écrivain et avoue : « Voilà donc une pièce dont j’ai emprunté la situation de départ à Lope de Vega mais qui est de moi presque entièrement pour la suite de l’action et pour le caractère des personnages15. » Pour le plus grand bonheur du public, si l’on en croit ce témoignage de Georges Lerminier, publié le 10 décembre 1955, dans un journal dont le titre n’apparaît pas : « Bravo, Georges Neveux ! Car enfin, vous avez mis beaucoup de vous dans cette transposition. Vous avez si bien adapté ce chien, vous l’avez si bien peigné, soigné, nourri qu’il gambade joyeusement. » Et Jean Paris de commenter à propos de ce travail :

  • 16 Jean Paris, Le chien du jardinier de Georges Neveux, d’après Lope de Vega, et Les suites d’une cou (...)

L’inertie ? C’est la copie, le décalque servile, dont il semble que nos professeurs aient le secret. Les collections bilingues sont pleines de ces transcriptions insipides, où exactitude rime toujours avec platitude, littéralité avec médiocrité, et dont la lecture ferait presque douter du génie de l’original. À ces travers, Georges Neveux oppose une réponse ingénieuse, harmonieuse, pleine de charme et de nouveauté. Traduire à la lettre ce Perro del hortelano, que Lope composa dans sa jeunesse, à l’intention d’un public si différent de nous, n’eût été qu’une entreprise d’archéologue. Georges Neveux a su moderniser ce texte, sans rien sacrifier de son caractère initial16.

17Georges Lerminier parlait de « transposition » ; nous avons parlé d’« adaptation » mais peut-être eût-il mieux valu parler, en fait, de « réécriture » car, par rapport à l’adaptation, la réécriture présente un degré de transformation plus important du texte source et propose un travail de création artistique original et fécond.

Notes

1 Sebastián de Covarrubias, Tesoro de la lengua castellana o española, edición de Martín de Riquer de la Real Academia Española, Barcelona : Alta Fulla, 1998, p. 864.

2 Frédéric Serralta, in Notice au Chien du jardinier, Théâtre espagnol du xviie siècle (I), édition publiée sous la direction de Robert Marrast, Paris : Gallimard, 1994, Bibliothèque de la Pléiade, p. 1482.

3 Ibid., p. 1483. Et Frédéric Serralta d’ajouter : « Fidèle à la tradition théâtrale du serviteur dévoué et imaginatif, celui-ci fait passer son maître pour le fils unique, autrefois diparu, du vieux comte Ludovico. Bien que le secrétaire ait révélé à Diana toute la vérité, la comtesse choisit l’amour et le silence, pour épouser enfin le jeune homme devenu aux yeux de tous son égal. »

4 Nous avons pu consulter un programme de ces représentations à la Bibliothèque de la S.A.C.D. On y trouve, outre la distribution du spectacle, un avertissement de Pierre Loris.
La pièce fut interprétée par la Compagnie Maurice-Guillaud, dans un décor et des costumes de Jacques Camurati, en collaboration avec Odette Defradat. La distribution en était la suivante, avec par ordre d’entrée en scène : Tristan, Pierre Hatet ; Théodore, Gérard Villers ; Diane, Madeleine Marion ; Fabio, Philippe Clair ; Octavio ; Pierre Pernet ; Anarda, Liliane JAYR ; Marcella, Emma Teillon ; Dorothée, Karen Rémi ; Ricardo, Georges Toussaint ; Celio, Maurice-Guillaud ; Leonido, Guy Bedos ; Frederic, Philippe Drancy ; Antonello, Pierre Pernet ; Lirano, Jacques Marchand ; Furio, Guy Bedos ; Ludovic, Jean-Christophe Malan ; Camillo, Jacques Marchand.

5 Paris-Théâtre, n° 98, juillet 1955, p. 61.

6 Il existe un fonds Georges Neveux à la Bibliothèque de la S.A.C.D. et c’est là que nous avons pu consulter les documents auxquels nous faisons référence dans ces lignes, en particulier deux textes dactylographiés et des coupures de presse concernant les représentations du Chien du jardinier.

7 La distribution, par ordre d’entrée en scène des personnages, était la suivante : Théodore, Jean-Louis Barrault ; Tristan, Jean-Pierre Granval ; Comtesse Diane de Belflor, Madeleine Renaud ; Fabio, Jean Pommier ; Octavio, Georges Cusin ; Marcelle, Simone Valère ; Assunta, Natalie Nerval ; Dorothée ; Françoise Ledoux ; Ricardo, André Jobin ; Frédéric, Régis Outin ; Leonido, Émile Noël ; Celio, Jean Lancelot ; Antonio, Jean Juillard ; Ludovic, Pierre Bertin ; Camille, Jacques Galland ; Un page, Luis Masson ; Furio, Gérard Dournel ; Décors et costumes de Jean-Denis Malclès ; Mise en scène de Jean-Louis Barrault.
Voici comment Jean-Louis Barrault présente l’intrigue de cette comedia, dans le programme dont nous avons pu consulter un exemplaire à la Bibliothèque de la S.A.C.D. : « Une jeune veuve, passant son veuvage avec une rigueur d’inquisition, étend celui-ci à tous les gens de sa maison. Filles et garçons n’ont droit à goûter à rien. Interdiction de manger de l’amour. Quand elle apprend que l’une de ses servantes partage l’amour avec son secrétaire, elle devient d’abord jalouse de la première, puis seulement ensuite amoureuse du second. Or la différence de classe lui interdit d’aller plus loin avec celui-ci. Ainsi elle est comme la fable du chien du jardinier, qui ne voulait pas manger sa pâtée, mais ne voulait pas que les autres la mangent. Après maintes intrigues, tout s’arrange... »

8 Le texte du Chien du jardinier de Georges Neveux a été publié dans L’Avant-Scène théâtre, n° 119, en 1955. On trouve également dans cette publication des extraits d’articles critiques de Robert Kemp du Monde, de Jean Guignebert de Libération, de Paul Gordeaux de France-Soir, de Jacques Lemarchand du Figaro-Littéraire ou encore de Jean-Jacques Gautier du Figaro. L’adaptation de Georges Neveux sera publiée à nouveau dans les Sommets de la littérature espagnole, t. 7, en 1962.

9 Propos de Georges Neveux, repris dans Sommets de la littérature espagnole, t. 7, op. cit., p. 23.

10 Extrait du premier texte dactylographié qui se trouve dans le dossier du Chien du jardinier du fonds Georges-Neveux de la Bibliothèque de la S.A.C.D.

11 Ibid.

12 Bernard Gille, in Théâtre espagnol du xviie siècle (1), op.cit., p. xiv, note 1.

13 Les Chefs-d’œuvre du théâtre espagnol ancien et moderne, trad. de Clément Rochel, Paris : Garnier Frères, Libraires-Éditeurs, sans indication de date, introduction au tome 1, p. XVII.

14 Voici le texte de ce sonnet et celui de l’adaptation de Georges Neveux (in Sommets de la littérature, t. 7, op. cit., p. 367) :
(vv 325-328 ; Diana sola)
Mil veces he advertido en la belleza,
gracia y entendimiento de Teodoro ;
que a no ser desigual a mi decoro,
estimara su ingenio y gentileza.
Es el amor común naturaleza,
mas yo tengo mi honor por más tesoro;
que los respetos de quien soy adoro
y aun el pensarlo tengo por bajeza.
La envidia bien sé yo que ha de quedarme,
que si la suelen dar bienes ajenos,
bien tengo de que pueda lamentarme,
porque quisiera yo que por lo menos
Teodoro fuera más, para igualarme,
o yo, para igualarle, fuera menos.
(adaptation de Georges Neveux)
Diane, seule. Elle va et vient, ne se décidant pas à aller se coucher
C’est vrai qu’il est charmant, ce Théodore...
Elle chantonne.
Quel malheur charmant
D’entendre deux cœurs
Deux cœurs différents
Battre dans son cœur...
Un qui bat le jour...
Elle s’arrête. Parlé.
Oui, cette chanson me ressemble un peu... (Un temps) Il faudra tout de même faire barricader cette porte. (Elle s’en va). Je crois que j’aurai du mal à m’endormir... Je crois que je ferai mieux de rester quelques jours sans le voir.
On entend sa voix qui achève la chanson en s’éloignant.
Un qui bat le jour
Et parle d’honneur
Et l’autre la nuit
Qui parle d’amour.

15 Ces propos de Georges Neveux se trouvent dans le deuxième texte dactylographié du dossier sur Le chien du jardinier du fonds de la Bibliothèque de la S.A.C.D.

16 Jean Paris, Le chien du jardinier de Georges Neveux, d’après Lope de Vega, et Les suites d’une course, mimo-farce de Jules Supervielle, mise en scène de Jean-Louis Barrault, au Théâtre Marigny, in Théâtre populaire, revue bimestrielle d’information sur le théâtre, novembre-décembre 1955, n° 16, p. 80-84. Jean Paris regrette cependant : « On eût aimé que le sens politique de cette aventure apparût mieux dans le spectacle du Marigny. Il était possible, sans rien ôter à la drôlerie des situations, d’en souligner de temps à autre la portée ; Georges Neveux avait, à dessein, semé son texte de merveilleuses perfidies... Mais le parti-pris du divertissement l’a emporté sur l’enseignement de la comédie : les mots les plus riches d’illusions, de sous-entendus, se trouvent constamment démentis par la mimique, de sorte qu’ils font rire sans faire aucunement penser. Et ainsi l’interprétation souffre d’une regrettable généralité. » Ici, c’est la mise en scène qui est en cause, et non le texte.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search