Version classiqueVersion mobile

Traduction et lusophonie

 | 
Marie-Noëlle Ciccia
, 
Ludovic Heyraud
, 
Claude Maffre

Traduire les genres : le théâtre

La pratique de la traduction théâtrale ou les voies de la création dramaturgique sur la scène portugaise au xixe siècle

Ana Clara Santos

Texte intégral

  • 1 Principalement dans un article de Georges Mounin intitulé « La traduction au théâtre », en 1968.
  • 2 Dans cet ouvrage publié en 1980, Susan Bassnett consacra la dernière partie du dernier chapitre à (...)
  • 3 Cet ouvrage publié par Ortrun Zuber-Skerritt en 1980 fut sans doute l’un des premiers volumes enti (...)
  • 4 Encore un ouvrage publié par Ortrun Zuber-Skerritt à Amsterdam quatre ans plus tard (1984).
  • 5 Cet ouvrage fut publié par H. Scolnicou, P. Holland aux Presses de l’université de Cambridge en 19 (...)
  • 6 Il s’agit ici des VIe Assises de la Traduction Littéraire tenues en Arles en 1989 et entièrement c (...)
  • 7 Francisco Lafarga et Robert Dengler publient cet ouvrage aux Presses de l’université Pompeu Fabra (...)
  • 8 Francisco Lafarga et Luis Pegenaute dirigent cet ouvrage récemment publié (2004) aux éditions Ambo (...)
  • 9 Cette publication (2001) est le résultat d’un colloque tenu à l’université Catholique Portugaise d (...)
  • 10 Il s’agit, pour finir, d’une initiative toute récente du Centre d’Études Comparatistes et du Centr (...)

1Le développement des études de traduction au cours des dernières décennies a sans doute contribué à une nouvelle approche du phénomène littéraire et culturel. Rappelons seulement quelques efforts qui se sont vérifiés un peu partout en Europe (en France, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, en Belgique, en Espagne et même au Portugal) et en Amérique (aux États-Unis et, bien sûr, au Canada) dans le secteur de la traduction dramatique et scénique. Alors que la Fédération Internationale des Traducteurs attirait l’attention sur la problématique au cours des années soixante dans la revue Babel1, la recherche à partir des années quatre-vingt posera les piliers solides de cette théorisation. Il suffit de rappeler ici quelques titres illustratifs : Translation studies2, The languages of theatre. Problems in the translation and transposition of drama3, Page to stage: theatre as translation4, The play out of context: transferring plays from culture to culture5, Traduire le théâtre6, Teatro e traducción7, Historia de la traducción en España8, Estudos de Tradução em Portugal9, Teatro e Tradução: palcos de encontro10.

  • 11 José Lambert, « Production, traduction, et importation : une clef pour l’étude de la littérature e (...)

2La traduction théâtrale tend ainsi, grâce à ces nouvelles orientations, à sortir de sa sphère dite « marginale » afin de rejoindre le point de contact entre deux cultures, d’intégrer le niveau de maturité des littératures dites nationales. On n’a pas besoin de rappeler, à ce propos, la position de certains chercheurs comme Itamar Even-Zohar ou José Lambert qui insistent, très tôt, sur l’importance des traductions pour la rénovation des littératures et des cultures. Du processus d’importation défini par Lambert11, découle l’analyse des différentes attitudes du système littéraire et culturel face à l’Autre, ainsi que l’évolution de la pratique de la traduction au sein de la construction même de l’identité nationale.

3De cette manière, déterminer la façon dont la culture réceptrice s’autoproclame ou se positionne devant les autres cultures ou devant une culture en particulier, c’est tout l’enjeu de notre démarche qui se propose d’aborder de près le cas des relations culturelles entretenues entre le Portugal et la France, au cours des premières décennies du xixe siècle, en matière théâtrale, bien sûr ! Ce nouveau regard coïncide d’autre part avec une volonté et un intérêt particulier pour une dimension de notre histoire culturelle parfois marginalisée, ou du moins mal étudiée, celle de l’histoire du spectacle et de l’activité artistique des différentes structures théâtrales. Persister dans cette direction, c’est reconnaître d’emblée l’importance accordée à la traduction théâtrale au sein d’une réévaluation de l’histoire du théâtre et de la dramaturgie au Portugal à la lumière d’une interaction nécessaire entre histoire du spectacle et histoire du texte dramatique. Suivant cette perspective, cette intervention se développera autour de trois grands axes : théâtre et représentation, théâtre et traduction et théâtre et édition.

4Les mutations politiques du début du siècle romantique sont, au Portugal, synonyme d’éclosion d’une nouvelle sensibilité littéraire et culturelle qui privilégie, il faut bien le dire, de nouvelles formes de sociabilité créées principalement grâce au développement de la presse et du marché du livre d’un côté, et à la reprise des saisons théâtrales régulières de l’autre. Si le goût pour les modèles du théâtre espagnol et italien est à la base de l’introduction tardive du goût pour le théâtre français au Portugal au cours du xviiie siècle, il n’en restera pas moins que cet avènement se fait, dès le début du siècle suivant, d’une manière extraordinaire car il est concrétisé, du moins à Lisbonne, par la venue de troupes d’acteurs parisiens.

1. Théâtre et représentation

  • 12 Il faut noter effectivement que grâce à la venue de la troupe française, ce théâtre de la capitale (...)
  • 13 Il est évident qu’on comptabilise ici seulement les représentations de pièces qui sont données pou (...)
  • 14 En effet, parmi les reprises de la troupe qui visita Lisbonne en 1822-23, on compte quelques pièce (...)
  • 15 Comme on a pu démontrer dans une intervention à l’université Pompeu Fabra (« Le drame romantique f (...)
  • 16 Ainsi était appelé le Théâtre de la Rua dos Condes au cours de la permanence de la troupe français (...)
  • 17 Pour s’en rendre compte, il suffit de consulter l’annexe 4.2, p. 198.

5Le cas qui nous occupera ici est celui de la troupe d’Emile Doux et de Paul qui resta à Lisbonne au théâtre de la Rua dos Condes du mois de janvier 1835 au mois d’avril 1837, offrant la possibilité au public de la capitale portugaise de découvrir, en version originale, les pièces qui se jouaient alors sur la scène parisienne. Un regard convergeant sur le répertoire théâtral de cette troupe nous permettra de revisiter la scène portugaise et de prendre conscience des véritables répercussions de la dramaturgie française sur le théâtre national. Instaurant au théâtre de la Rua dos Condes des saisons régulières avec une dynamisation au niveau des spectacles hebdomadaires12, les comédiens parisiens présentent au public de Lisbonne, dès la première année (1835), en moyenne une soixantaine de pièces par semestre représentées pour la première fois13. Comme on peut voir dans l’annexe 4.1, p. 196, à côté des reprises de certaines pièces qui avaient déjà été jouées dans les théâtres du Salitre et du Bairro Alto en 1822 et 1823 par la troupe de Saint-Eugène14, la troupe d’Émile Doux introduit sur la scène portugaise le drame romantique15 et les grands succès du théâtre de boulevard liés au vaudeville et au mélodrame. Jusqu’au mois d’avril 1837, date de son départ en France, la troupe française ne cessera de multiplier sur la scène du nouveau Théâtre Français de Lisbonne16, les dernières nouveautés de la scène parisienne. Là-dessus Scribe fut sans aucun doute l’auteur le plus joué par la troupe française17. Suivent des auteurs tels que Bayard, Brazier, Mélesville, Carmouche, Dartois, Dupeuty, Duport, Duvert, Dumersan, Désaugiers, Mazères, Théaulon, Caigniez, Ducange, entre autres.

2. Théâtre et traduction

  • 18 On a souvent fait référence au rôle joué par Émile Doux et Paul sur la formation de troupes et d’a (...)

6Cette effervescence dans le domaine de la représentation théâtrale, dynamisée par la troupe française, est à l’origine de profondes mutations au sein du panorama théâtral portugais. Sans parler de l’influence de certains acteurs français sur la formation d’acteurs portugais18, l’un des premiers grands impacts de cette troupe sur la scène nationale se situe indubitablement au niveau de la constitution d’un répertoire des troupes portugaises. Or, dans cette matière, répertoire et traduction se superposent car l’un ne va pas sans l’autre. Ce phénomène artistique est d’abord observable au théâtre du Salitre à partir du deuxième semestre de l’année 1835. Le tableau présenté ci-dessous rend compte des pièces jouées par la troupe française au théâtre Rua dos Condes traduites ensuite en portugais et représentées au théâtre du Salitre jusqu’à la fin de l’année 1836.

7Pièces traduites et jouées au théâtre du Salitre (1835-1836)

Titre

Auteurs(s)

O urso e o pachá

Scribe

Um duelo sob a administração do cardeal Richelieu

Lockroy, Badon

Próspero e Vicente ou os dois irmãos gémeos

Duvert, Lauzanne

As vítimas de clausura

Monvel

O jovem marido

Mazères

Há dezasseis anos ou os incendiários

Ducange

Latude ou 35 anos de cativeiro

Pixérécourt

O proprietário sem propriedade

Ymber, Varner

Os dois Pedro

Mélesville

Grande dama

Bayard

O mentiroso verídico

Scribe, Mélesville

M. Rigaud ou os dois maridos

Scribe, Varner

Frontino, casado, solteiro

Scribe, Mélesville

António ou as três gerações

Brazier, Mélesville

O secretário e o cozinheiro

Scribe

O parlamentário

Scribe, Mélesville

O convento de Tonnington ou o pensionista

Ducange

Trinta anos ou a vida de um jogador

Ducange

M. e Mme Galochard

Duvert, Lauzanne

M. Mouflet ou o duelo no 3oandar

Halévy

A família Moronval ou o homem das fatalidades

Lafont

Uma hora de prisão

Dumersan, Sewrin

D. João de Áustria

Delavigne

O surdo ou a estalagem cheia

Desforges

  • 19 Rappelons que la permanence de la troupe française au théâtre Rua dos Condes offre continûment et (...)
  • 20 L’allusion au théâtre du Gymnase à Paris dont certains acteurs de la troupe française étaient orig (...)

8Mais au moment où la troupe française commence à préparer son départ19 et lorsqu’Émile Doux s’apprête à prendre en main, au cours du mois de mars 1837, la direction de la troupe portugaise du Théâtre Rua dos Condes devenu le Nouveau Théâtre National du Gymnase20, le même phénomène s’étend sur cette salle de spectacle. Bernardo na lua, A duquesa de La Vaubalière, As luvas amarelas, Um erro, O artista, Carlos III ou a inquisição de Espanha, Werther ou as grandes paixões, O homem da máscara de ferro, Tékéli ou o cerco de Montgatz, A família do boticário, A Torre de Nesle, Os filhos de Eduardo, O aniversário de 50 anos de casado, Polder ou o carrasco de Amsterdam, O cura Merino, Há dezasseis anos ou os incendiários, O aldeão pervertido ou 15 anos de Paris, O vampiro, A família de Anglade, Valéria, Lucrécia Borgia, Ricardo Darlington, O pobre pastor, Os dois sargentos, Clotilde, Mãe criminosa ou o outro Tartufo, Hariadão barba-roxa, Henrique III e a sua corte, Uma fidalga na corte de Napoleão, Trinta anos ou a vida de um jogador, Kabri, o tamanqueiro, ou os piparotes, o padrinho, O enjeitado ne sont que quelques exemples qui marquent le répertoire du nouveau théâtre pour l’année 1837 sous l’impulsion du nouveau directeur de scène. Devant une telle situation, la revue spécialisée O Entre-Acto élève sa critique contre l’invasion de ces traductions au nom de la création d’un théâtre national :

  • 21 O Entre-Acto, n° 3, 22.5.1837, p. 14. Notons au passage que nous avons procédé à l’actualisation o (...)

Grandes passos de progresso tem dado o nosso teatro nacional nestes últimos meses. A naturalidade da declamação, a propriedade nos costumes, a moderação nos gestos, e uma ordem e decência geral de todo o espectáculo que todo o mundo tem aplaudido.
Infelizmente falta àquele teatro [Théâtre Rua dos Condes] um bom repertório : nós temos poucas peças dramáticas que sofram representação, mas algumas temos, e cumpria dar essas. Mas em todo o caso nunca será o meio de criar um teatro nacional o traduzir cegamente os vaudevilles e dramas franceses — que além de repugnarem por sua textura e frase aos nossos hábitos, estilo e uso de falar, têm aqui em Lisboa o inconveniente de terem já sido vistas em Francês, muito melhor executadas, assim porque os actores eram superiores como porque em seu original valem dobrado do que nas descosidas traduções em que as travestiram e mascararam21.

9Afin de répondre aux attentes d’un public avide de nouveautés dramatiques, les deux salles de spectacle rivalisent entre elles du point de vue artistique et cela finit bien par avoir des retombées sur le champ littéraire et culturel. Cette vision des choses n’échappe pas à la critique de la presse de l’époque :

  • 22 O Entre-Acto, p. 27.

Se mal aconselhados andam os nossos infatigáveis, zelosos e beneméritos directores da rua dos Condes, não são mais felizes os do Salitre. Vão forragear do mesmo modo aos repertórios de Gymnase e da Porte St. Martin de Paris : e a consequência é pior. Se o Salitre soubesse consultar bem os seus interesses, devia, para fazer útil oposição à Rua dos Condes, consagrar-se a um género seu, e combater em terreno de vantagem. Como ? Escolhendo de nossos tantos entremezes e farsas os melhores e mais populares, aproveitando as comédias e dramas conhecidos e queridos do povo, procurando formar-se em género, e conciliar-se um interesse especial — tanto mais quanto lhe pode ser impossível lutar com vantagem na generalidade22.

  • 23 João Baptista Ferreira est l’auteur de plus d’une cinquantaine de traductions de pièces de théâtre (...)

10L’analyse de ce phénomène de la traductologie est d’autant plus intéressante que sa portée dépasse très vite le cadre de la critique littéraire et théâtrale afin de rejoindre celui de la création et des métiers artistiques. Du côté des producteurs des spectacles et des traducteurs, la traduction semble être vue dès le départ comme le seul moyen de créer et de développer un répertoire jusqu’alors inexistant. Ainsi l’explique João Baptista Ferreira, l’un des traducteurs les plus dynamiques au sein du champ théâtral de l’époque23 :

  • 24 João Baptista Ferreira, « Motim theatral », Atalaia Nacional dos Theatros, n° 6, 15.7.1838, p. 22.

Pelo que respeita à tradução destas Peças e ao Francês macarrónico e língua de preto, que o sr. Herculano notou nelas, pedimos-lhe que se recorde bem, e verá que nem todas merecem a gracinha : algumas há, principalmente as que foram traduzidas no princípio da empresa, que não estão bem apuradas, mas o Teatro ainda não tinha o seu répertoire e por isso era necessário trabalhar depressa, porque uma peça não podia ir à cena mais de 3 ou 4 vezes24.

  • 25 Comme on le sait, Almeida Garrett toucha aussi au métier de traducteur en donnant la traduction du (...)
  • 26 On peut signaler la traduction de la pièce de Scribe et Mélesville, Le secrétaire et le cuisinier, (...)
  • 27 À côté de ses nombreuses pièces originales, José Mendes Leal entreprend pour le théâtre de la Rua (...)
  • 28 António Feliciano de Castilho, plutôt connu pour ses traductions du répertoire moliéresque, ne fit (...)
  • 29 À part sa création originale (O Camões do Rossio), Inácio Maria Feijó est l’auteur d’une dizaine d (...)
  • 30 À côté de ses drames (Christierno, Rei da Dinamarca et O marquês de Pombal ou o terramoto de 1755) (...)
  • 31 O conde do Farrobo est, comme on le sait, à l’origine de la venue de certaines troupes théâtrales (...)
  • 32 Pendant les années quarante, Carlota Talassi est à l’origine, entre autres, de la traduction de Pa (...)
  • 33 Nous avons publié dernièrement un article à ce sujet dans les Cahiers du CREPAL intitulé « Le dram (...)

11Il semblerait donc que des questions d’économie théâtrale soient à la base de la prolifération du marché de la traduction pour la scène, ce qui justifierait en outre un certain manque de qualité du langage. Mais il y a plus. La querelle qui oppose le théâtre du Salitre et le théâtre de la Rua dos Condes en 1838 au sujet des répertoires des théâtres à Lisbonne, dont la citation ci-dessus fait preuve, fixe non seulement les contours d’une nouvelle réalité du polysystème culturel portugais au sein duquel la traduction assume une position centrale et médiatrice entre orientation étrangère et théâtre national, mais soulève aussi, par la même occasion, la question de l’exercice d’une nouvelle profession qui tend à s’affirmer de plus en plus sur le plan artistique, celle du traducteur. En effet, les traductions faites à l’intention de la représentation théâtrale sont rarement identifiées en tant que telles car les annonces n’identifiant ni l’auteur ni le traducteur ces pièces sont données, la plupart du temps, comme des pièces originales portugaises. Seul un public parfaitement connaisseur du milieu culturel de l’époque pouvait faire la différence. Le traducteur devenait ainsi une figure clé du réseau sans pour autant se positionner dans une position de force à l’intérieur du champ artistique. Son travail faisait vivre la scène nationale mais sa figure resta très souvent dans l’ombre. On se cachait derrière sa renommée ou bien derrière son anonymat. Au cours de la première moitié du siècle, des grands écrivains comme Almeida Garrett25, Alexandre Herculano26 José Mendes Leal27 ou António Feliciano de Castilho28, jusqu’aux auteurs moins reconnus par leur temps comme Inácio Maria Feijó29 et Luís José Baiardo30, en passant par les gens du spectacle dont l’impresario Conde do Farrobo31 et l’actrice Carlota Talassi32 en sont les emblèmes. Tous se sont essayés au métier de traducteur. À ce sujet, dans une allusion explicite à la contagion des vents rénovateurs venus du nord qui ont amené sur le sol ibérique le romantisme européen, Almeida Garrett rend compte, dans l’introduction à son Romanceiro, de ce qu’il a appelé « l’humiliante servitude française », seule entrave au génie créateur national33 :

  • 34 A. Garrett, Obras Completas, Empreza da História de Portugal, p. 408-9.

Quase se podia dizer destruída toda a nacionalidade, apagados os últimos vestígios originais da poesia, quando no fim do primeiro quartel deste século essa influência da renascença alemã e inglesa se começou a fazer sentir. [...] Direi somente que em Espanha portugueses e castelhanos despertaram quase ao mesmo tempo, e começaram a abrir os olhos sobre a triste figura que estavam fazendo na Europa em renegar da fidalga origem de suas belas línguas e literaturas, prostituindo-as em tão humilhante servidão francesa que por fim tinham chegado a nem já quase ousar imitar os seus modelos : traduziam palavra a palavra ; e da própria frase, do génio de seu idioma se envergonhavam34.

3. Théâtre et édition

12Même si on continue à déplorer la situation de profonde crise dans le théâtre national qui persiste à vivre en grande partie des traductions du répertoire français aux conséquences funestes au niveau du langage et des mœurs :

  • 35 Jornal do Conservatório, n° 15, 15.3.1840, p. 117.

Onde as armas imperam, as letras não dão saborosos frutos, e esta talvez seja a causa da principal decadência do nosso teatro de 1820 até agora. Entregues todos aos negócios públicos, não havia quem cultivasse as artes ; tudo quanto não tinha relação com a política era votado ao esquecimento, e desta arte, foi-se empobrecendo o nosso teatro, ao passo que os estranhos se aperfeiçoavam. Não havia bons actores porque ninguém queria seguir uma profissão envilecida pelas prevenções daquela época ; a muito custo ainda pisavam o palco cénico homens que passavam o dia trabalhando com o martelo, ou sentados na tripeça. E quem haveria que compusesse dramas para tais actores ? Quem se sujeitaria a ver recitada por eles alguma obra filha de muitas noites de trabalho, e de estudo ? Ninguém. Algumas traduções toscas, e mal feitas eram as únicas composições de que vivia o nosso teatro ; e cujas funestas consequências foram a introdução de uma linguagem bastarda, e mesclada de português e francês35.

13Il n’en reste pas moins que cette « contagion » se poursuit dans le monde de l’édition. L’exemple le plus emblématique reste sans doute celui de la publication de la collection Archivo Theatral ou colecção selecta dos mais modernos dramas do Theatro Francez. Cette publication qui dure huit ans (1838-1845) est la consécration du travail de traduction opéré auparavant sur la scène portugaise. En effet, comme on peut voir dans l’annexe 4.3, p. 200, cette collection reprend les grands succès de la scène portugaise qui avaient été joués au Théâtre Français puis traduits et représentés au théâtre du Salitre ou à celui du Condes. Cette volonté manifeste d’atteindre, par la publication d’une collection, un public beaucoup plus vaste reste sans doute la preuve de l’importance accordée à la traduction théâtrale à partir des années trente au Portugal en tant que principal véhicule de la maturité de la scène nationale qui a encore besoin pour s’édifier d’avoir recours à l’importation des modèles étrangers.

14Qu’on nous permette de terminer cette intervention par un autre témoignage de l’époque. Un témoignage un peu caricatural certes, mais venu d’un autre praticien de la traduction théâtrale qui nous a occupé ici quelques instants, José da Silva Mendes Leal qui, à la fin de la première moitié du xixe siècle, retrace avec la même ironie et le même dépit la situation de l’activité traductrice devenue banalisée :

  • 36 Ces propos sont tirés d’une lettre adressée par José da Silva Mendes Leal au rédacteur de la Revis (...)

Uma tradução em terra onde se está costumado a ver e tolerar tantas, e tão mascavadas e ininteligíveis, é coisa naturalmente de pouca monta e valia. Verter um livro ou uma peça de teatro é a coisa que em Portugal se faz com mais facilidade : é como agenciar eleições. Nem é preciso que o tradutor saiba a língua para que traduza e entenda o idioma de que traduz : essa é a menos especial condição : — quem não tem que fazer, faz uma versão36.

15Il semblerait bien que les forces qui gravitent au sein du champ culturel et artistique aient fait remuer certaines eaux qui font soulever le problème du métier dans un questionnement des capacités et des compétences liées à la pratique de la traduction. Mais ceci est une autre histoire...

4. Annexes

4.1 Pièces représentées par la troupe d’Émile Doux au théâtre Rua dos Condes (1835)

Titre de la pièce

G/A

Auteurs(s)

Avant, pendant et après la révolution française

DV3

Scribe, B. de Rougemont

Bruéys et Palaprat

C 1

Etienne

Chacun de son côté

C 3

Mazères

Diner de Madelon, ou le Bourgeois du Marais

CV 1

Désaugiers

Edouard en Écosse ou la nuit d’un proscrit

D 3

A. Duval

Elle est folle

CV 2

Mélesville (A.H.J. Duveyrier)

Estelle ou le père et la fille

CV 1

Scribe

Frères de lait

CV 1

Duvert, Nicole, Dubay

Frontin, mari-garçon

CV 1

Scribe, Mélesville

Gascon aux 3 visages ou la revue de Lisbonne

V 1

C. Honoré, Lurieu

Heur et malheur

V 1

Duvert, Lauzanne, A. Basset

Il y a seize ans ou Les incendiaires

D 3

V. Ducange

Jean ou le pouvoir de l’éducation

CV 3

Théaulon, A. Signol

Jeanne d’Arc

T 5

Soumet

Jocko ou le singe du Brésil

D 2

Rochefort, Lurieu, Merle

Kettly ou le retour en Suisse

CV 1

Duvert, P. Duport

La carte à payer ou l’aubergiste bourgmestre

CV 1

Brazier, Merle, Carmouche

La Chanoinesse

CV 1

Scribe

La demoiselle à marier ou la première entrevue

CV 1

Scribe, Mélesville

La demoiselle et la dame ou avant et après

CV 1

Scribe, Dupin, Courcy

La famille de l’apothicaire ou la petite prude

V 1

Duvert, Chapeau, Varin

La famille Riquebourg ou un mariage mal assorti

CV 1

Scribe

La ferme de Bondy ou les deux réfractaires

D 4

Masson, Gabriel, Villeneuve

La grande aventure

CV 1

Scribe, Varner

La grande dame

DV 2

J-F-A. Bayard

La lectrice ou une folie de jeune homme

CV 2

J.F.A. Bayard

La maitresse au logis

CV 1

Scribe

La manie des places

CV 1

Scribe, Bayard

La marraine

CV 1

Scribe, Lockroy, J. Chabot de Bouin

La mère coupable

C 5

Beaumarchais

La nièce supposée

C3

F. Planard (Eugène)

La nuit d’un proscrit ou Edouard en Écosse

D 3

A. Duval

La petite soeur

V 1

Scribe, Mélesville

La Pie voleuse ou la servante de Palaiseau

D 3

Caigniez, Daubigny

La seconde année ou à qui la faute ?

CV 1

Scribe, Mélesville

La somnambule

CV 2

Scribe, G. Delavigne

La tour de Nesle

D 5

A. Dumas

La vie de Molière

D-V 3

E. Arago, Dupeuty

L’ami Grandet

C V 3

Ancelot

L’auberge des Adrets, ou la pauvre Marie

M 3

B. Antier, A. Lacoste, A. Chapponier

Le bon papa ou la proposition de mariage

CV 1

Scribe, Mélesville

Le chevreuil, ou le fermier anglais

CV 3

L. Halévy, E. Jaime

Le coiffeur et le perruquier

V 1

Scribe, Mazères, N. St-Laurent

Le comédien d’Etampes

CV 1

Moreau, Sewrin

Le confident

CV 1

Scribe, Mélesville

Le conscrit

V 1

Merle, Simonnin, Laloue

Le dépit amoureux

C 2

Molière

Le Gardien

CV 2

Scribe, J.F.A. Bayard

Le Hussard de Felsheim

CV 3

C. Dupeuty, F. Villeneuv, A.V. St-Hilaire

Le jeune mari

C 3

Mazères

Le Lorgnon

CV 1

Scribe

Les manteaux

CV 2

Scribe, Varner, Dupin

Le mari et l’amant

C 1

J-C. Vial

Le mariage de Figaro

C 5

Beaumarchais

Le mariage de raison

CV 2

Scribe, Varner

Le parrain

C 1

Scribe, Delestre- Poirson, Mélesville

Le paysan perverti ou 15 ans de Paris

D 3

Théaulon

Le petit enfant prodigue

CV 1

Désaugiers, Gentil

Le philtre Champenois

CV 1

Brazier, Mélesville

Le quaker et la danseuse

CV 1

Scribe

Le secret du ménage

C 3

Creuzé de Lesser

Le serrurier

CV 1

Bayard, Vanderburch, Alexis

Le sourd ou l’auberge pleine

CV 1

(Desforges) Desgroiseillez, La Merlière, Delestre-Poirson

Le Tartuffe

C 5

Molière

L’école des vieillards

C 5

C. Delavigne

L’enfant trouvé ou les parents impromptus

C 3

Picard, Mazères

Léonide ou la vieille de Suresne

CV 3

A.V.St-Hilaire, Dupeuty, Villeneuve

Les dernières amours

V 1

Brisset

Les deux forçats ou la Meunière du Puy de Dôme

D 3

Boirie, Carmouche, Poujol

Les deux frères

V 2

Masson, Villeneuve

Les deux précepteurs ou asinus asinum fricat

CV1

Moreau, Scribe

Les enfants d’Edouard

T 5

C. Delavigne

Les enragés

V 1

A. d’Artois, Brazier

Les étourdis ou le mort supposé

C 3

Andrieux

Les femmes savantes

C 5

Molière

Les jeunes bonnes et les vieux garçons

V 1

Chapeau, Varin

Les malheurs d’un amant heureux

CV 2

Scribe

Les ouvriers ou les bons enfants

CV 1

Brazier, d’Allarde, Dumersan

Les premières amours ou les souvenirsd’enfance

CV 1

Scribe

Les victimes cloitrées

D 3

J.M.B. aMonvel

L’héritière

V 1

Scribe. G. Delavigne

L’oubli ou la chambre nuptiale

V 1

Duport

Louise ou la réparation

CV 2

Scribe, Bayard, Mélesville

L’ours et le pacha

V 1

Scribe, Boniface

Lucrèce Borgia

D 3

V. Hugo

Mme Grégoire ou le Cabaret de laPomme de Pin

V 2

Rochefort, Livry, Dupeuty

Malvine ou un mariage d’inclination

DV 2

Scribe

Michel et Christine

CV 1

Scribe, Dupin

Michel Perrin

CV 2

Mélesville (A.H. J. Duveyrier), Ch. Duveyrier

Misanthropie et repentir

D 5

(Kotzebue) J. Molé

M. Cagnard ou les conspirateurs

V 1

Brazier, Dumersan

Philippe

CV 1

Bayard, Mélesville, Scribe

Pierre de Portugal

T 5

Lucien Arnault

Prosper et Vincent ou les deux frèresjumeaux

CV 2

Duvert, Lauzanne

Quaker et la danseuse

CV 1

Scribe

Sans tambour ni trompette

CV 1

Merle, Brazier, Carmouche

Simple Histoire

CV 1

Scribe, Courcy

Theobald ou le retour en Russie

CV 1

Scribe, Varner

Théophile ou ma vocation

CV 1

Chapeau, Arago, Varin

Thérèse ou l’orpheline de Genève

D 3

V. Ducange

Tony ou 5 années en 2 heures

V 2

Mélesville, Carmouche, Brazier

Toujours ou l’avenir d’un fils

V 2

Scribe, Varner

Trente ans ou la vie d’un joueur

D 3

V. Ducange

Un Duel sous le cardinal de Richelieu

DV 3

Lockroy, E. Badon

Un premier amour

CV 3

JFA. Bayard, Vanderburch

Une dame de l’Empire

CV 1

P. Duport, Ancelot, Paulin

Une Faute

D 2

Scribe

Valérie

C 3

Scribe, Mélesville

Vatel ou le petit fils d’un grand homme

CV 1

Scribe, Mazères

Vert-vert

CV 3

A. de Leuven, P. de Forges

Visite à Bedlam

CV 1

Scribe, Delestre-Poirson

Zoé ou l’amant prêté

CV 1

Scribe, Mélesville

4.2 Pièces de Scribe représentées par la troupe d’Emile Doux (1835-1837)

Titre de la pièce

Auteurs(s)

Ambassadeur (L’) ou l’intrigue napolitaine

Scribe, Mélesville

Artiste (L’)

Scribe, Perlet

Avant, pendant et après la révolution française

Scribe, B. de Rougemont

Bertrand et Raton ou l’art de conspirer

Scribe

Bon papa ou la proposition de mariage

Scribe, Mélesville

Chanoinesse (La)

Scribe, Cornu

Chaperon (Le)

Scribe

Chut ! ! !

Scribe

Coiffeur et le perruquier (Le)

Scribe, Mazères e N. St-Laurent

Colonel (Le)

Scribe, G. Delavigne

Confident (Le)

Scribe, Mélesville

Demoiselle à marier ou la première entrevue (La)

Scribe, Mélesville

Demoiselle et la dame, ou avant et après (La)

Scribe, Courcy, Dupin

Deux précepteurs ou asinus asinum fricat (Les)

Scribe, Moreau

Diplomate (Le)

Scribe, G. Delavigne

Estelle ou le père et la fille

Scribe

Être aimé ou mourir

Scribe, Dumanoir

Famille Riquebourg ou le mariage mal assorti (La)

Scribe

Faute (Une)

Scribe

Fils d’un agent de change (Le)

Scribe, Dupin

Frontin, mari-garçon

Scribe, Mélesville

Gardien (Le)

Scribe, J.F.A. Bayard

Grande aventure (La)

Scribe, Varner

Haine d’une femme (La)

Scribe

Héritière (L’)

Scribe, G. Delavigne

Lorgnon (Le)

Scribe

Louise ou la réparation

Scribe, Bayard, Mélesville

Lune de Miel (La)

Scribe, Mélesville, Carmouche

Madame de St. Agnès

Scribe, Varner

Maîtresse au logis (La)

Scribe

Malheurs d’un amant heureux ou le nouvel homme à bonnes fortunes (Les)

Scribe

Malvine ou un mariage d’inclination

Scribe

Manie des places ou la folie du siècle (La)

Scribe, Bayard

Mansarde des artistes (La)

Scribe, H. Dupin, Varner

Manteaux (Les)

Scribe, Dupin, Varner

Mariage de raison (Le)

Scribe, Varner

Marraine (La)

Scribe, Lockroy, J. Chabot de Bouin

Mémoires d’un colonel de Hussards (Les)

Scribe, Mélesville

Menteur véridique (Le)

Scribe, Mélesville

Michel et Christine, ou le soldat polonais

Scribe, Dupin

Monomanie (Une)

Scribe, P. Duport

Nouveau Pourceaugnac (Le)

Scribe, Delestre-Poirson

Ours et le pacha (L’)

Scribe, Boniface

Parrain (Le)

Scribe, Delestre-Poirson, Mélesville

Partie et Revanche

Scribe, Brazier

Père et Parrain ou 1788 et 1804

Scribe, Mélesville

Petite sœur (La)

Scribe, Mélesville

Philippe

Scribe, Bayard, Mélesville,

Premières amours ou les souvenirs d’enfance (Les)

Scribe

Quaker et la danseuse (Le)

Scribe, P. Duport

Quarantaine (La)

Scribe, Mazères

Rodolphe ou frère et sœur

Scribe, Mélesville

Seconde année ou à qui la faute ? (La)

Scribe, Mélesville

Secrétaire et le cuisinier (Le)

Scribe, Mélesville

Simple histoire

Scribe, Courcy

Sir Hugues de Guilfort

Scribe, Bayard

Somnambule (La)

Scribe, G. Delavigne

Théobald ou le retour en Russie

Scribe, Varner

Toujours ou l’avenir d’un fils

Scribe, Varner

Valérie

Scribe, Mélesville

Vatel ou le petit fils d’un grand homme

Scribe, Mazères

Vieux mari (Le)

Scribe, Mélesville

Visite à Bedlam

Scribe, Delestre-Poirson

Yelva ou l’orpheline russe

Scribe, Villeneuve, Chapeau

Zoé ou l’amant prêté

Scribe, Mélesville

4.3 Publications du répertoire français représenté à Lisbonne dans la collection Archivo Theatral37

  • 37 Cette liste ne rend compte que des publications qui, dans cette collection, ont fait l’objet de re (...)

Auteurs

Titres

Représentations

Traducteurs/Édition

Dumas

La Tour de Nesle *A Torre de Nesle

Condes 1835-36Condes 1837-40

Conde de Farrobo, 1838

Boulé, Cormon

O Prevoste de Paris

Salitre 1841

1838

Dumas

Richard Darlington *Ricardo Darlington

Condes 1836Condes 1837

. B. Ferreira, 1838

J HalévyJaime

Le chevreuil ou le fermier anglais *O cabrito montês ou o rendeiro inglês

Condes 1835-36Condes 1837-44

L.J. Baiardo, 1838

Hugo

Lucrèce Borgia *Lucrécia Borgia

Condes 1835-36Condes 1837-38

L.J. Baiardo, 1838

MélesvilleCarmouche

Os desafios

Condes 1837-38

L.J. Baiardo, 1838

Scribe

L’ours et le pacha * O urso e o pachá

Condes 1835-36Salitre 1835-36

1838

Dumas

Catherine Howard *Catharina Howard

Condes 1838

1838

D’AubygnyCarmouche

O pobre pastor

Condes 1837-38

L.J. Baiardo, 1838

Ducange

Trente ans ou la vie d’un joueur *Trinta anos ou a vida de um jogador

Condes 1835-36Salitre 1836-37Condes 1837-43

L. J. Baiardo, 1838

BayardVanderburch

Le gamin de Paris *O gaiato de Lisboa

Condes 1836-37Condes 1838-46

J. B. Ferreira, 1838

Boulé,Mallian

A nódoa de sangue

Condes 1838-39

R. Sousa da Câmara, 1838

MélesvilleBayard

La chambre ardente ou la marquise de Brinvilliers *A Câmara ardente ou a marquesa de Brinvilliers

Condes 1836Salitre 1837Condes 1838

P. Ciríaco da Silva, 1838

LockroyBourgeois

Karl, conde de Richter, ou o castigo

Condes 1838

Carvalho e Melo, 1839

Delavigne

D, Juan d’Autriche ou la vocation *D. João de Áustria ou a vocação

Condes 1836Salitre 1836-37Condes 1838-39

L.J. Baiardo, 1839

HerbinFontan

Joana de Flandres

Condes 1838-39

Conde de Farrobo, 1839

PixérécourtBourgeois

Latude ou 35 ans de captivité *Latude ou 35 anos de cativetro

Condes 1836-37 Condes 1836-37

1839

DuvertLauzanne

Prosper et Vincent ou les deux frères jumeaux *Próspero e Vicente ou os dois irmãos gémeos

Condes 1835-37Salitre 1836-37Condes 1838-41

L.J. Baiardo, 1839

St-Victor,Corse

Hariadão, barba-roxa

Condes 1837-43

L.J. Baiardo, 1839

Scribe

Une faute *Um erro

Condes 1835-37Condes 1837-41

1839

Honoré

M. Bonardin dans la luneBernardo na lua

Condes 1838Condes 1837-38

P. G. Silva Martins, 1839

Ducange

Il y a seize ans ou les incendiaires *Há dezasseis anos ou os incendiários

Condes 1835-36Salitre 1836Condes 1837-44

L.J. Baiardo, 1839

Arnould Fournier

O homem da máscara de ferro

Condes 1837-44

J.B. Ferreira, 1839

Monvel

Les victimes cloîtrées *As vítimas da clausura

Condes 1835Salitre 1836-37

1839

Bouchardy

O sineiro de S. Paulo

Condes 1839-43

J.B. Ferreira, 1839

Lafont

La famille Moronval *A família de Moronval ou o homem das fatalidades

Condes 1836-37Salitre 1836Condes 1841

1840

D’Aubigny

Os dois sargentos

Condes 1837-38

L.J. Baiardo, 1840

Pixérécourt

Polder ou o carrasco de Amsterdam

Condes 1837-38

1840

Pixérécourt

O peregrino branco, ou os meninos da aldeia

Condes

1840

St-Hilaire Laloue,Duport

Os dois primos

Condes 1838-39

1840

EpargnyDeyeux

Charles III et l’Inquisition d’Espagne *Carlos III ou a Inquisição de Espanha

Condes 1837Condes 1837-40

A. F. Castilho, 1840

RougemontSimonnin

La duchesse de la Vaubalière *A duquesa de la Vaubalière

Condes 1836-37Salitre 1837

J.B. Ferreira, 1840

Dumas,Bourgeois

La vénitienneA veneziana

Condes 1836-37

1840

Dumas

D. João de Maranha ou a queda de um anjo

Condes 1840

1840

Mélesville

Michel Perrin *Miguel Perrin

Condes 1835-36Condes 1838

Roberto, 1841

Théaulon

Le paysan perverti ou 15 ans de Paris *O aldeão pervertido ou 15 anos de Paris

Condes 1835Condes 1837

Conde de Farrobo, 1841

Dupetit- Méré

O vale da torrente

Condes 1840

1841

Bourgeois,Masson

Atar-Gull

Salitre 1841

1841

Scribe

Estelle ou le père et la fille *Estela ou o pai e a filha

Condes 1835Condes 1838-42

1841

Halévy

M. Mouflet ou o duelo no 3o andar

Salitre 1836-44

1841

Halévy, Jaime

Os sete infantes de Lara

Condes 1839

1841

FouchéAlboizePujol

O último dia de Veneza

S. Carlos 1840

1841

Mazères,Picard

O enjeitado

Condes 1837-39

1841

Scribe

O copo de água ou os efeitos e as causas

Condes 1842-43

1842

Cogniard

Pauvre Jacques *O pobre Jacques

Condes 1836-37Condes 1839

R. Sousa da Câmara, 1842

LockroBadon

Un duel sous le cardinal Richelieu *Um duelo sob a administração do cardeal RichelieuUm duelo no tempo do cardeal Richelieu

Condes 1835-37Salitre 1835Condes 1838-43

João Duarte Lisboa Serra, 1842

Jouhaud

Fieschi ou a máquina infernal

Salitre 1836-37

1842

AncelotCamberousse

L’ami Grandet *O amigo Grandet

Condes 1835Condes 1838-39

1843

Ducange

Lisbeth ou la fille du laboureur *Lisbeth ou a filha do lavrador

Condes 1837

1843

Scribe

Bertrand et Raton ou l’art de conspirer *Bertrand e Raton ou a arte de conspirar

Condes 1837Salitre 1837

1843

AlboizePujol

O tributo das cem virgens

Condes 1845

Mendes Leal, 1843

Dumas

O capitão Paulo

Condes 1844-47

J.B. Ferreira, 1843

DinauxLegouvé

Luísa de Lignerolles

Condes 1839-42

J.B. Ferreira, 1844

BourgeoisAlbert

Madalena

Condes 1844-46

J.B. Ferreira, 1844

LatourSt-Ybars

O tribuno do Palermo

Condes 1843

J.B. Ferreira, 1844

Desnoyer,Lafont

O ramo de carvalho

Condes 1843-44

1844

Dennery

O terramoto das Antilhas

Salitre 1844-45

1844

Notes

1 Principalement dans un article de Georges Mounin intitulé « La traduction au théâtre », en 1968.

2 Dans cet ouvrage publié en 1980, Susan Bassnett consacra la dernière partie du dernier chapitre à la traduction théâtrale qui s’intitulait alors « Translating dramatic texts ».

3 Cet ouvrage publié par Ortrun Zuber-Skerritt en 1980 fut sans doute l’un des premiers volumes entièrement dédiés à la traduction théâtrale.

4 Encore un ouvrage publié par Ortrun Zuber-Skerritt à Amsterdam quatre ans plus tard (1984).

5 Cet ouvrage fut publié par H. Scolnicou, P. Holland aux Presses de l’université de Cambridge en 1989.

6 Il s’agit ici des VIe Assises de la Traduction Littéraire tenues en Arles en 1989 et entièrement consacrées au phénomène théâtral.

7 Francisco Lafarga et Robert Dengler publient cet ouvrage aux Presses de l’université Pompeu Fabra à Barcelone, en 1995.

8 Francisco Lafarga et Luis Pegenaute dirigent cet ouvrage récemment publié (2004) aux éditions Ambos Mundos, à Salamanque, dans lequel une large place est faite aux traductions théâtrales.

9 Cette publication (2001) est le résultat d’un colloque tenu à l’université Catholique Portugaise de Lisbonne, en 2000, organisé par Teresa Seruya, dans lequel ont été abordées quelques études de cas de la traduction théâtrale.

10 Il s’agit, pour finir, d’une initiative toute récente du Centre d’Études Comparatistes et du Centre d’Études Théâtrales de l’université de Lisbonne organisée par Maria João Brilhante et Manuela Carvalho au mois de mars dernier (sous presse).

11 José Lambert, « Production, traduction, et importation : une clef pour l’étude de la littérature en traduction », Revue Canadienne de Littérature Comparée, VII, 2, 1980, p. 246-252.

12 Il faut noter effectivement que grâce à la venue de la troupe française, ce théâtre de la capitale portugaise fut le seul à assurer trois, voire quatre spectacles par semaine constitués chacun, dans la majorité des cas, par la représentation de trois pièces.

13 Il est évident qu’on comptabilise ici seulement les représentations de pièces qui sont données pour la première fois en excluant, cela va de soi, les nombreuses reprises de ces mêmes pièces et le nombre total des représentations dans tous les spectacles, ce qui atteindrait un chiffre très proche, et parfois supérieur, aux deux centaines. Consulter, à ce propos, l’annexe 4.1, p. 196.

14 En effet, parmi les reprises de la troupe qui visita Lisbonne en 1822-23, on compte quelques pièces de Molière (Le dépit amoureux, Le Tartuffe, Les femmes savantes), de Desforges (Le sourd ou l’auberge pleine), de Vial (Le mari et l’amant), de Lesser (Le secret du ménage), de Désaugiers (Dîner de Madelon, ou le bourgeois du Marais), de Brazier (La carte à payer ou l’aubergiste bourgmestre) et de Scribe (Frontin, mari-garçon, Les deux précepteurs, ou asinus asinum fricat, Michel et Christine, Visite à Bedlam).

15 Comme on a pu démontrer dans une intervention à l’université Pompeu Fabra (« Le drame romantique français sur l’espace péninsulaire : de Victor Hugo à Alexandre Dumas »), on doit à cette troupe l’introduction du drame romantique à Lisbonne avec les représentations des pièces de Victor Hugo et d’Alexandre Dumas qui finissent par avoir, très tôt, des répercussions sur les répertoires des salles de spectacle nationales et sur le monde de l’édition.

16 Ainsi était appelé le Théâtre de la Rua dos Condes au cours de la permanence de la troupe française.

17 Pour s’en rendre compte, il suffit de consulter l’annexe 4.2, p. 198.

18 On a souvent fait référence au rôle joué par Émile Doux et Paul sur la formation de troupes et d’acteurs portugais et leur influence dans ce domaine reste aujourd’hui incontestable et constitue un attribut majeur de leur permanence à Lisbonne.

19 Rappelons que la permanence de la troupe française au théâtre Rua dos Condes offre continûment et exclusivement, du 4 janvier 1835 au 29 avril 1837, des représentations en langue française. Ce rythme diminue progressivement à partir du 27 mars 1837 lorsqu’on commence à intercaler la représentation des pièces françaises avec les traductions du répertoire français en portugais.

20 L’allusion au théâtre du Gymnase à Paris dont certains acteurs de la troupe française étaient originaires, notamment Paul, premier acteur comique de ce théâtre parisien, ne fut sans doute pas innocente.

21 O Entre-Acto, n° 3, 22.5.1837, p. 14. Notons au passage que nous avons procédé à l’actualisation orthographique de toutes les citations en portugais retirées des différentes sources de l’époque.

22 O Entre-Acto, p. 27.

23 João Baptista Ferreira est l’auteur de plus d’une cinquantaine de traductions de pièces de théâtre jouées entre 1837 et 1845 au théâtre de la Rua dos Condes. Comme la liste serait trop longue, on ne cite ici que les titres les plus emblématiques : A duquesa de La Vaubalière, O homem da máscara de ferro, Ricardo Darlington, O vampiro, O bobo do príncipe, O gaiato de Lisboa, A compadrice, O papa jantares, Jacquelina de Baviera, Luísa de Lignerolles, Mlle de Belle-Isle, O poltrão, O sineiro de S. Paulo, Uma transacção mercantil, O filho de Cromwell ou uma restauração, O tribuno de Palermo, O capitão Paulo, As duas educandas, A planície de Grenelle, Madalena, O casamento do gaiato de Lisboa, O Sr. Dumbiky, A condessa d’Altenberg, Lady Seymour, A dama de S. Tropez, A cigana de Paris.

24 João Baptista Ferreira, « Motim theatral », Atalaia Nacional dos Theatros, n° 6, 15.7.1838, p. 22.

25 Comme on le sait, Almeida Garrett toucha aussi au métier de traducteur en donnant la traduction du Menteur véridique de Scribe, Falar verdade a mentir.

26 On peut signaler la traduction de la pièce de Scribe et Mélesville, Le secrétaire et le cuisinier, faite par Alexandre Herculano pour le théâtre du Salitre et jouée le 15 août 1838 sous le titre O tinteiro não é caçarola.

27 À côté de ses nombreuses pièces originales, José Mendes Leal entreprend pour le théâtre de la Rua dos Condes entre 1843 et 1845 la traduction d’une dizaine de pièces françaises dont voici quelques titres : Delito e arrependimento, A calçada de Pampulha, Um casamento no reinado de Luís XV, O dote de Susana, As feiticeiras, pai e ministro, Teatro e cozinha, A praia dos naufrágios, Satanás em Lisboa, Tributo das cem donzelas.

28 António Feliciano de Castilho, plutôt connu pour ses traductions du répertoire moliéresque, ne fit pas exception à la règle et signa de sa plume, au cours de cette période, principalement deux traductions : Carlos III ou a inquisição de Espanha et Mulheres românticas.

29 À part sa création originale (O Camões do Rossio), Inácio Maria Feijó est l’auteur d’une dizaine de traductions pour les théâtres du Salitre et celui du Condes dont voici quelques titres : O naturalista, Adelaide ou empreste-me oito tostões, Hércules em Sacavém, Sofia ou a filha do proscrito, A revista da bicha, O duque de Rohan, Neve ou o novo Eginard, Adelina d’Ornilly.

30 À côté de ses drames (Christierno, Rei da Dinamarca et O marquês de Pombal ou o terramoto de 1755) Luís José Baiardo est l’auteur de plus d’une vingtaine de traductions jouées aux théâtres du Salitre et du Condes. On ne donne ici que quelques exemples : Próspero e Vicente ou os dois irmãos gémeos, Clotilde, Há dezasseis anos ou os incendiários, JovemWerther ou as grandes paixões, Tékéli ou o cerco de Montgatz, Trinta anos ou a vida de um jogador, Lucrécia Borgia, As luvas amarelas, Mãe criminosa ou o outro Tartufo, D. João de Áustria ou a vocação, O cabrito montês ou o rendeiro inglês, Valéria, A família de Andrade ou os desafios, Pobre pastor, Os dois sargentos, Hariadão barba-roxa, O filho do cambista, Pedro e Cristina, Teresa ou a órfã de Lisboa, Tony ou 5 anos em 2 horas, O depositário.

31 O conde do Farrobo est, comme on le sait, à l’origine de la venue de certaines troupes théâtrales françaises dans les théâtres publics et privés de la capitale portugaise et, par la même occasion, le traducteur de nombreuses pièces parmi lesquelles on compte O aldeão pervertido ou 15 anos de Paris, O armazém das modas, O padrinho, A torre de Nesle, O monóculo, Joana de Flandres, Amazampo ou a descoberta da Quina.

32 Pendant les années quarante, Carlota Talassi est à l’origine, entre autres, de la traduction de Paula ou a esposa virtuosa, Marido rapaz e mulher velha, O conde de Renneville.

33 Nous avons publié dernièrement un article à ce sujet dans les Cahiers du CREPAL intitulé « Le drame romantique au Portugal pendant la première moitié du xixe siècle » dans lequel nous nous penchons sur la période théâtrale romantique en mettant en parallèle la création nationale et l’imitation étrangère d’origine française.

34 A. Garrett, Obras Completas, Empreza da História de Portugal, p. 408-9.

35 Jornal do Conservatório, n° 15, 15.3.1840, p. 117.

36 Ces propos sont tirés d’une lettre adressée par José da Silva Mendes Leal au rédacteur de la Revista Universal Lisbonense en mai 1848, au moment où ce périodique commence la publication de sa traduction de Marino Faliero de Casimir Delavigne.

37 Cette liste ne rend compte que des publications qui, dans cette collection, ont fait l’objet de représentations théâtrales à cette époque, c’est-à-dire avant 1845. Les représentations en français au théâtre de la Rua dos Condes données par la troupe française sont signalées par un * au sein d’une présentation qui se fait par ordre chronologique de publication.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search