Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traduction et lusophonie

 | 
Marie-Noëlle Ciccia
, 
Ludovic Heyraud
, 
Claude Maffre

Traduire les genres : la poésie

Traduire Camões

Maryvonne Boudoy et Anne-Marie Quint

Texte intégral

  • 1 Luís de Camões, Sonnets, Éd. bilingue d’A.-M. Quint et M. Boudoy, Paris, Chandeigne, 1998 ; Luís d (...)
  • 2 Les Lusiades sont disponibles en France dans la traduction de Roger Bismut, en édition bilingue ch (...)

1Avant tout, précisons que nous allons surtout parler ici de notre expérience personnelle, et que nos observations seront beaucoup plus pragmatiques que théoriques. Il nous a paru logique de situer cette expérience sous la rubrique « Traduire le lointain », car c’est une distance de près de 500 ans qui nous sépare d’un poète du xvie siècle. En effet nous avons traduit Camões, ou plus modestement, des extraits de l’œuvre lyrique de Camões1, ce qui, a priori, peut sembler poser moins de problèmes que l’œuvre épique, Les Lusiades2, sur laquelle Roger Bismut a travaillé durant des années et dont il a scrupuleusement revu et corrigé les éditions successives. Nous allons essayer d’exposer ici dans quelles conditions nous en sommes venues à traduire ces textes, et comment nous avons tenté de résoudre les questions posées par la distance culturelle, linguistique et conceptuelle.

1. Parcours

2Tout a commencé dans le cadre des exercices universitaires de traduction. Et puis, en voyant chez Michel Chandeigne une jolie édition bilingue de 10 sonnets de Quevedo, Anne-Marie lui a demandé : Pourquoi pas des sonnets de Camões ? Prise au mot, elle a trouvé dans ses cartons 20 sonnets qu’il a suffi de revoir et qui ont constitué le premier volume de la collection « Lusitane », en 1989. Quand il a été épuisé, c’est l’éditeur, cette fois, qui a demandé quelques sonnets de plus pour une réimpression augmentée. Nous avions alors pris l’habitude de travailler en tandem, et nous avons traduit 10 sonnets de plus pour l’édition de 1998. Entre-temps, Claude Rouquet, des éditions l’Escampette, qui souhaitait publier une anthologie de la lyrique camonienne, nous avait demandé de nous en charger.

3L’œuvre étant vaste et l’anthologie limitée, nous avons dû définir un certain nombre de critères. En premier lieu, nous avons voulu montrer la diversité de cette œuvre lyrique, et offrir au public au moins un exemple de chaque forme cultivée. Nous avons aussi tenu à présenter des poèmes complets, quelle qu’en soit la longueur. Pour la sélection, nous avons demandé conseil à Mme Maria de Lourdes Belchior, qui nous a adressé une liste des poèmes qui lui paraissaient les plus importants. Il a fallu élaguer cette liste. Nous avons retenu les textes qui nous plaisaient le plus, mais éliminé :

  1. ceux qui auraient perdu beaucoup de leur intérêt une fois traduits. Par exemple, « Perdigão perdeu a pena » fondé à la fois sur un jeu de mots (pena = plume ou peine) et sur un jeu d’allitérations ;
  2. ceux qui auraient exigé un commentaire important. Par exemple, l’ode IV, truffée de références à la mythologie et à l’histoire romaine. Or, l’éditeur voulait limiter au maximum les notes, qui alourdissent la lecture.

4Il fallait enfin choisir une édition pour le texte de départ. On sait que les tentatives pour déterminer exactement le corpus de la lyrique de Camões n’ont pas encore abouti à un résultat définitif, loin de là. Au début, nous avons surtout utilisé les éditions d’Hernâni Cidade (Clássicos Sá da Costa) et d’Álvaro da Costa Pimpão (Atlântida). Mais lorsque notre éditeur a décidé de faire un ouvrage bilingue, nous avons dû choisir, et nous avons adopté le texte établi par Hernâni Cidade, à de très rares corrections près, comme nous l’indiquons dans l’introduction.

5Nous nous sommes aussi, au départ, fixé quelques buts précis :

  1. — D’abord, être autant que possible fidèles au sens. Cela nous a amenées à refuser de chercher des rimes, sans toutefois les rejeter, lorsqu’elles arrivaient naturellement et nous semblaient agréables à l’oreille.
  2. — Conserver la forme des poèmes, et traduire strophes et vers en gardant dans la mesure du possible l’ordre et la longueur des vers, puisque nous avions affaire à une poésie écrite en mètres réguliers.
  3. — Donner une priorité absolue au rythme du vers français. Il nous fallait donc trouver les mètres correspondants. À l’oreille, il nous a semblé que bien que le décasyllabe français soit l’équivalent exact du décasyllabe portugais, on pouvait hésiter entre lui et l’alexandrin et nous avons donc utilisé les deux, avec beaucoup de souplesse. Signalons un cas exceptionnel : le sonnet XXII de l’édition Chandeigne (Ditoso seja aquele que somente...) a été traduit en octosyllabes, parce que les premiers vers nous sont venus presque spontanément. Pour les vers de « redondilha maior », nous avons hésité entre l’heptasyllabe et l’octosyllabe, mais sans les mélanger dans le même poème, le premier se prêtant mieux, nous a-t-il semblé, à l’effusion lyrique parce qu’il est plus mélodique (on peut songer à Verlaine : « De la musique avant toute chose, / Et pour cela préfère l’impair... »). Pour les vers plus courts, nous avons parfois connu les mêmes hésitations entre deux mètres, au point de donner, dans le cas des Endechas a Bárbara, deux versions, l’une en pentasyllabes, l’autre en hexasyllabes (PL, p. 37-39) entre lesquelles nous n’avons pas su choisir et l’éditeur non plus.
  4. — Rendre la poésie de Camões accessible au lecteur français d’aujourd’hui et donc ne pas essayer de faire un pastiche des poètes français du xvie siècle.

6Cela étant, il y a entre Camões et nous une distance à franchir.

2. Distance culturelle

7La distance culturelle pourrait rendre difficile la compréhension des textes pour le traducteur. Mais les faits de civilisation propres au Portugal n’apparaissent guère dans la lyrique camonienne. Les allusions à des événements historiques ou à des Portugais contemporains sont bien plus rares que chez un Gil Vicente, par exemple. De plus, dans le cas de Camões, on ne manque pas d’éditions commentées, à commencer par celle de l’honnête et scrupuleux Hernâni Cidade. Nous avons aussi beaucoup consulté Faria e Sousa, particulièrement précis dans la recherche des sources et des références à l’Antiquité.

8Néanmoins, nous avons été confrontées à quelques points délicats. Ainsi, pour ces deux vers de l’églogue II (PL, p. 128) :

Mostrava a flava Ceres polas eiras Cérès la blonde étalait sur les aires
Das brancas sementeiras ledo l’heureux fruit des sillons où le chaume fruto blanchit.

9il nous a fallu réfléchir longtemps avant de comprendre que les sementeiras ne pouvaient être blanches qu’une fois les blés coupés, et déposés sur l’aire ; c’est alors que le chaume se dessèche et blanchit. Dans notre civilisation urbaine actuelle, nous ne sommes plus familiers avec les travaux des champs.

10Dans d’autres cas, grâce aux explications de Hernâni Cidade et de Faria e Sousa, le sens est clair. Mais la distance culturelle est telle que l’allusion, aisément perçue par les contemporains de Camões, nécessiterait une note explicative. Ainsi dans l’ode XII (PL, p. 164) :

Sempre os dous caudais rios, toujours coulent mes pleurs,
Que em meus olhos abriu quem nos seus anda, ruisseaux qu’a fait jaillir le pouvoir de ses yeux
Correm, sem chegar nunca o Verão brando, sur les miens, et jamais une telle rigueur
Que tamanha aspereza vá mudando. le doux printemps ne saurait la changer.

11nous n’avons pas trouvé comment introduire l’Amour ou Cupidon dans les yeux de la bien-aimée pour traduire le quem nos seus anda, et nous en sommes restées au « pouvoir » des yeux.

12Ici, nous avons réduit la difficulté de compréhension pour le lecteur en modifiant légèrement le texte. Mais ce cas est assez exceptionnel. En effet, nous sommes parties du principe que ceux qui vont lire ces traductions ont une certaine familiarité avec les textes du xvie siècle et du xviie. Et dès lors, Camões n’est guère plus difficile à lire qu’un Ronsard ou un Du Bellay, ses contemporains. Ils appartiennent en fait à la même civilisation. Ils ont une formation équivalente, une culture identique, des goûts semblables. Ils ont en particulier une même passion pour l’Antiquité classique et une même connaissance de la Renaissance italienne. De nos jours, un lecteur portugais a besoin de notes pour lire Camões, tout comme un lecteur français pour lire les auteurs de la Pléiade. Les difficultés ne diffèrent guère. Nous n’avons donc introduit que les notes qui nous paraissaient indispensables, concernant certains éléments de la culture gréco-latine. Il nous a semblé que bien des gens ignorent où coule l’Hypanis (PL, p. 125), ou qui est Vertumne (PL, p. 129), ou quel fut le châtiment de la jeune Anaxarète (PL, p. 151), etc. En revanche, nous avons jugé que le Léthé (PL, p. 177), Éole ou Téthys (PL, p. 179), le Styx (PL, p. 183), Phébus (PL, p. 185) ne posaient pas de problème à un lecteur moyennement cultivé, d’autant plus que le contexte était clair. Nous avons aussi parfois préféré introduire de légères modifications dans le texte afin d’éclaircir des allusions et d’éviter des notes : nous avons ainsi traduit o Troiano pastor par « le berger Pâris » (PL, p. 139) ; o manso Favónio par « l’aimable Zéphyre » (PL, p. 179) ; Galateia par « la nymphe Galatée » (PL, p. 179) ; a cor assíria par « la pourpre de Tyr « (PL, p. 185) ; Citereia par Vénus (PL, p. 185), etc.

13Enfin, quelques références culturelles nous ont semblé mériter des notes : ainsi, les emprunts de Camões à Virgile (PL, p. 147, p. 185), à Boscán (PL, p. 51) ou à Garcilaso de la Vega (PL, p. 131), ou encore, le personnage de D. António de Noronha, ami et protecteur du poète (PL, p. 91).

14Si les exemples proposés laissent voir que la distance culturelle entre la poésie lyrique de Camões et un lecteur d’aujourd’hui n’est pas infranchissable, qu’en est-il de la distance linguistique ?

3. Distance linguistique

15Elle est très sensible, bien sûr. Et l’on pourrait être tenté de se plonger dans les textes des poètes de la Pléiade pour recréer en français un texte proche de ceux du xvie siècle. C’est un exercice qui n’est pas sans intérêt. Mais comme nous l’avons dit, nous ne voulions pas faire de pastiche et nous avons résolument opté pour rendre le texte de Camões accessible aux lecteurs d’aujourd’hui. Cela ne signifie pas que nous avons voulu donner l’impression d’un texte actuel. Simplement, nous avons essayé d’éviter les mots dont le sens a tellement évolué qu’ils risqueraient de donner lieu de nos jours à des contresens. Ainsi, dans la glose de la vieille chanson Falso cavaleiro ingrato (PL, p. 24-25), la dame déclare à celui qu’elle aime : magoais-me, qui a ici le sens même qu’avait « navrer » jusqu’au xve siècle et même au-delà, c’est-à-dire : « blesser grièvement, au cours d’une joute ou d’une bataille. » Ce sens s’est complètement affaibli, comme celui de magoar en portugais, et nous avons donc traduit : « vous me blessez. » Le mot fera revient souvent pour désigner une amante cruelle ; Ronsard n’hésitait pas à franciser le latin et à traiter Cassandre de « fère ». Qui comprendrait ce mot actuellement ? Nous avons donc préféré traduire par « tigresse » (PL, p. 157,193).

16En revanche, nous n’avons pas rejeté certains termes, même si leur valeur sémantique s’est modifiée au fil du temps, lorsqu’il nous a semblé que leur sens classique était tellement connu qu’il ne pouvait donner lieu à aucune équivoque. Ainsi « l’amant » pour o amador (PL, p. 79) ou o amante (PL, p. 137, 147) ; « transporté » et « dans ces transports » pour enlevado (PL, p. 137), ou bien « ravir » dans le sens de plonger dans l’extase :

Mas com tão doce gesto, irado mais son air doux, sensible
e brando, et courroucé
O sentimento e a vida me enlevou, a tellement ravi et mon cœur et ma vie
Que a pena lhe agradeço ; que je bénis ma peine. (PL, p. 157)

17Nous nous sommes aussi permis d’utiliser des mots de liaison un peu désuets, comme « lors » :

Suspirareis então pelo passado Lors vous soupirerez après votre passé
(PL, p. 83)

18Il nous a semblé que ces mots, pas vraiment archaïques, mais juste surannés — tel que « courroucé » pour irado — donnaient au texte d’arrivée un ton poétique que nous recherchions. D’où aussi notre choix de mots connus, mais peu usuels dans la prose actuelle : vale, « val » (PL, p. 117) ; a verdura, « les verts pacages » (PL, p. 117) ; o frio, « la froidure » (PL, p. 149) ; o peso, « le fardeau » (PL, p. 97) ; passarinho, « oiselet » (S. VII). Ou encore :

Com quanto perdi, Ma perte était grande
Trabalhava em vão et mon labeur vain (PL, p. 23)
Os cravos, lírios e as purpúreas rosas ; les oeillets et les lis et les roses pourprées ; (PL, p. 161)

19et dans ce dernier vers s’est glissé un écho de Ronsard.

20C’est encore le souci du ton poétique qui nous a amenées à traduire souvent a água par « l’onde », moins quotidien et moins banal que « l’eau » : águas de cristal, « ondes cristallines » (PL, p. 77) ; água pura, « onde pure » (PL, p. 129, 183) ; líquido cristal, « une onde de cristal » (PL, p. 161) ; águas frias, « l’onde froide » (PL, p. 183). Et dans l’exemple suivant :

Verdes são os campos, Ils sont verts les champs,
Da cor de limão couleur de limette (PL, p. 34-5)

21la limette sonnait bien mieux que le citron — qui n’est vert que si on précise sa couleur — même si tous les lecteurs ne connaissent pas ce fruit...

22Ce dernier exemple montre bien qu’une adaptation est parfois nécessaire. Ici, c’est au bénéfice de la poésie. Ailleurs, c’est en raison du lexique ou de la syntaxe qu’on se voit contraint de s’éloigner du texte de départ. Dans les vers :

É raio da Fermosura pâle éclat de la Beauté
Que só se deve de amar. qui seule doit être aimée. (PL, p. 58-9)

23traduire raio par « rayon » aurait été difficilement compris par un lecteur français.

24Autre exemple, concernant encore le lexique :

Parece injusto aos homens, e profundo. paraît à l’homme injuste, impénétrable. (p. 98-9)

25Le poète parle ici du dessein de Dieu. Traduire par « profond » n’aurait eu aucun sens, surtout au singulier. Si l’on passe à « impénétrable » tout devient clair.

26Nous sommes parfois allées plus loin. Dans la chanson « Coifa de beirame/ Namorou Joane », les derniers vers sont :

Sabes de que vem Sais-tu bien pourquoi
Amares beirame ? tu aimes ma coiffe ?
Vem de ser Joane. T’es un sot, Jeannot. (PL, p. 32-3)

27le prénom Joane a nettement la connotation de « benêt », « nigaud », très fréquente chez Gil Vicente. Le français « Jeannot » est familier, mais pas péjoratif ; en revanche, l’adjectif « sot », qui prépare l’écho « Jeannot », met bien en évidence cette nuance.

28Donnons deux exemples où nous avons dû adapter la syntaxe des vers portugais :

Abrir-se devem passos à ventura ; Il faut ouvrir une voie à la chance ;
Sem si próprio ninguém será ditoso ; nul ne sera heureux s’il n’agit par lui-même ;
Os princípios somente a sorte os move. les débuts seuls sont aidés par le sort.
(PL, p. 104-5)
Os raios por Vulcano fabricados Les éclairs que Vulcain avait forgés
Vibrava o fero e áspero Tonante. vibraient aux mains du cruel dieu qui tonne. (PL, p. 180-1)

29Dans le premier, tiré d’un sonnet où le poète exalte l’audace personnelle, il était indispensable d’expliciter le Sem si próprio, quitte à introduire une conditionnelle qui allonge le vers. Et dans le second, où nous avons voulu conserver l’ordre des mots, le changement de sujet de « vibrer » (littéralement, le portugais signifie que le dieu « fait vibrer » les éclairs) nous a forcées à préciser « aux mains » et à renoncer à traduire áspero. Cela ne nous semble pas une grande perte, car en fait il s’agit d’une cheville. Et nous avons compensé, puisqu’il était difficile en français d’appeler Jupiter « le Tonnant », en lui donnant son titre de dieu.

30Comme on voit, nos efforts ont visé à rendre les textes de Camões très lisibles pour le lecteur français, tout en essayant de leur conserver une tonalité poétique et pas trop contemporaine. Mais s’il est possible de réduire la distance linguistique sans excès d’anachronisme, il faut être conscient que les mots expriment souvent des concepts courants au xvie siècle, alors qu’ils nous échappent en partie.

4. Distance conceptuelle

31Nous avons sélectionné quelques termes qui nous ont semblé chargés de connotations multiples et pour lesquels nous avons dû nous résoudre à proposer des traductions différentes. Ce sont des termes qui reviennent assez souvent, voire très souvent et qui, de ce fait, donnent une coloration spéciale à cette poésie, comme des touches de couleur dans un tableau. Renoncer à les traduire toujours de la même façon modifie donc l’impression que laisse l’œuvre. Il se trouve que ce sont des termes qui relèvent plus ou moins directement du même champ sémantique. Il s’agit du couple concerto-desconcerto, de erro et de ses dérivés et surtout du couple engano-desengano et de ses dérivés.

32On sait que Camões a écrit un long poème en 29 huitains Sobre o desconcerto do mundo. Mais dans nos anthologies le couple concerto-desconcerto apparaît relativement peu : 4 occurrences pour desconcerto(s), une seule pour concerto, qualifié de desigual.

Pois não pudestes mover Puisque tu n’as pu bannir
Desconcertos da ventura... les égarements du sort... (PL, p. 48-9)
Dedicai, se quereis, ao Desconcerto Offrez, si vous voulez, à la Confusion,
Novas honras e cegos sacrifícios ; nouveaux honneurs, aveugles sacrifices ; (PL, p. 98-99)
Mas, quero-te dizer : se o enganoso Mais je dois te le dire : si l’Amour
Amor é costumado a desconcertos, mensonger se complaît dans le désordre, (Pl, p. 144-5)
[a dor] Estes enganos punha em desconcerto. [la douleur] dispersait aussitôt ces illusions. (PL, p. 194-5)
Silvestres montes, ásperos penedos, Agrestes monts et rochers escarpés
Compostos em concerto desigual : composant un harmonieux désordre (PL, p. 76-7)

33On peut constater que nous avons chaque fois proposé une traduction différente, en fonction du contexte, de la longueur et du rythme des vers, tout en essayant d’altérer le moins possible le sens dominant, celui de désordre et de confusion. C’est avec amertume que Camões dénonce ces désordres, alors qu’il perçoit aussi que la beauté peut naître d’un agencement ordonné des dissonances (concerto desigual).

34Le mot erro est intéressant en raison de sa polysémie.

Que, quem tanto queria, car pour un tel amour
Parece que não erra, se confia. être confiant n’est pas déraisonnable. (PL, p. 116-7)
Não pode quem quer muito ser culpado Celui qui aime trop ne peut être accusé
Em nenhum erro... d’aucune faute... (PL, p. 136-7)
E, de novo tecendo a antiga história et, tissant à nouveau l’histoire ancienne
De meus doces errores... de mes douces erreurs... (PL, p. 202-3)
Em castigo de meu erro. en châtiment de ma faute. (PL, p. 56-7)
Mas, já que pera errores fui nacido, mais, voué à l’erreur dès ma naissance,
Vir este a ser um deles não duvido. assurément, j’en commets une ici,
Que pois já de acertar estou tão fora, et comme en rien je ne puis réussir,
Não me culpem também se nisto errei. qu’on ne m’accuse point de me tromper encore.
Sequer este refúgio só terei : J’aurai du moins cet unique refuge :
Falar e errar, sem culpa, livremente. parler et me tromper, sans faute, librement. (PL, p. 190-1)
Mas triste quem se sente magoado Mais triste celui dont les fautes
De erros em que não pode haver rongent sans espoir
perdão de pardon
Sem ficar n’alma a mágoa do pecado. l’âme meurtrie par le péché. (S. xxii)
Em prisões baixas fui um tempo atado, Des liens honteux me retinrent jadis,
Vergonhoso castigo de meus erros ; avilissante peine de mes fautes ; (S. xxiii)
Erros meus, má fortuna, amor ardente Mes fautes, un mauvais sort, l’amour ardent
Em minha perdição se s’étaient conjuraram ; ligués dans le but de me perdre ;
Os erros e a fortuna sobejaram [...] Les fautes et le sort étaient de trop [...]
Errei todo o discurso de meus anos ; J’ai perdu tout le cours de mes années ; (S. xxiv)
Esperanças de novas alegrias Plus d’espoir désormais dans une joie nouvelle,
Não mas deixa a Fortuna e o Tempo errado la Fortune et le Temps trompeur me le refusent (S. xxvi)

35Si on est dans la banalité lorsqu’il est question des errements et des erreurs de l’amour (voir les trois premiers exemples), dans la plupart des occurrences, l’erreur associée à l’errance rejoint la faute, voire le péché. Toute l’existence du poète s’en est trouvée affectée, d’où un sentiment de repentir et même de remords.

36Le terme dont la traduction nous a laissées le plus insatisfaites est engano, qu’on ne peut séparer du verbe enganar et des antonymes desengano et desenganar. On sait que c’est là un mot clé du baroque en littérature. Commentant la fortune de ces termes dans l’Espagne voisine, Bertrand Gibert observe que :

  • 3 Bertrand Gibert, Le baroque littéraire français, Paris, Armand Colin, 1997, p. 65-66.

l’enchantement (engaño) de l’arrivée de l’or américain à Séville notamment, ce débordement de métal précieux venu d’ailleurs qui illumina retables et palais, a fait place au désenchantement (desengaño) d’une inflation dramatique, de banqueroutes en chaîne, de la prolifération des pauvres dans les villes. C’est sans doute pour une bonne part la violence de ces contrastes et de ces revers qui a orienté la sensibilité du Siècle d’Or vers la conscience aiguë du caractère trompeur du monde des apparences, vu comme une scène où l’inégalité des conditions est soumise aux jeux de la Fortune3.

37La situation du Portugal dans la deuxième moitié du xvie siècle correspond à cet état de désenchantement. Et les thèmes baroques de l’inconstance de la Fortune, du Temps et de ses métamorphoses, de l’instabilité et du caractère éphémère du monde sont bien présents dans la poésie de Camões. Les équivalents français de engano ou desengano restent imparfaits. Comme le note Bertrand Gibert, ces mots sont « chargés de connotations métaphysiques et religieuses (y compris celle du châtiment) plus profondes et plus lourdes que dans aucune autre langue ».

38Un balayage des poèmes que nous avons traduits nous a permis de relever au moins 33 occurrences de ces termes, dont 17 du seul engano.

E colhia enganos ; je cueillais des leurres (PL, p. 22-3)
Onde vi quantos enganos je vis donc comme le temps
Faz o tempo às esperanças. mystifie nos espérances. (PL, p. 42-3)
[Amor] escureceu-me o engenho co tormento, [Amour] a brouillé ma raison à force de tourments,
Pera que seus enganos não dissesse. pour que je taise tous ses artifices. (PL, p. 74-5)
[restait dans le cœur]
Que o pastor na memória a debuxava, de son berger qui la voyait en pensée,
Por poder sustentar-se deste engano. afin de se nourrir de cette illusion. (PL, p. 88-9)
[a esperança] Que com doces enganos [son espoir] après avoir de douces illusions
Lhe sustentara a vida tantos anos nourri sa vie, durant bien des années. (PL, p. 116-7)
Saiba o mundo meu dano, dis mon malheur au monde,
Porque se desengane em meu engano. qu’il devienne plus sage en voyant mes erreurs. (PL, p. 120-1)
[Teus olhos]
Com que estou enganando meu desejo. c’est ainsi que j’abuse mon désir. (PL, p. 122-3)
Ah ! falso pensamento que me enganas ! Ah ! pensée mensongère qui me trompes ! (PL, p. 134-5)
Em este doce engano estava agora Cette douce illusion le tenait à l’instant (PL, p. 136-7)
Desta arte andavam sonhos enganando O pastor De même par son rêve était trompé... ce berger... ( ibid.)
[a nuvem] O vão pai dos Centauros enganava [le nuage] trompait le vaniteux géniteur des Centaures
(Que Amor, quando contenta, sempre engana) (car toujours sont trompeurs les plaisirs de l’Amour) ( ibid.)
Lágrimas e suspiros arrancados Pleurs et soupirs venus du fond de l’âme
Da alma, todos se pagam com enganos ; ne sont payés que par des illusions ;
E oxalá fossem muitos enganados ! Et plaise au ciel que beaucoup s’illusionnent ! (PL, p. 138-9)
Mas mui grande doudice e grande engano. c’est très grande folie et grande erreur. (PL, p. 142-3)
As trazia contentes e enganadas. je leur apportais joie et illusion. (PL, p. 144-5)
Mas quero-te dizer : se o enganoso Amor Mais je dois te le dire : si l’Amour... mensonger... ( ibid.)
Para repouso algum de meu engano, pour apaiser un peu mes illusions, (PL, p. 150-1)
Tu nessa fantasia falsa tua, Et toi, livré à tes rêves trompeurs,
Pera engano maior de teu perigo, plus que jamais inconscient du danger, (ibid.)
Daquele que dá vida quando engana. de celui qui fait vivre alors même qu’il trompe. (p. 176-7)
Já me desenganei que de queixar-me J’ai perdu l’illusion de trouver un remède
Não se alcança remédio ;... dans les plaintes ;... (PL, p. 190-1)
[a dor] Estes enganos punha em desconcerto. [la douleur] dispersait aussitôt ces illusions. (PL, p. 194-5)
Que as mágoas enganava co’os enganos ; que je trompais ma peine à force d’illusions (PL, p. 196-7)
... que ensinava ... pour apprendre
A vida a sustentar-se de enganada. à la vie comment vivre d’illusions. (PL, p. 198-9)
Vendo o triste pastor que com enganos Le malgeureux berger voyant que par la ruse (S iv)
Pois havia de ver tal desengano ! S’il fallait retomber dans la désillusion !
· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
Ah ! deleitoso bem ! ah ! doce engano Délectable bonheur ! Exquise illusion !
Se por mais largo tempo me enganara ! Ah ! que ne pouvais-tu plus longtemps me leurrer ! (S xvii)
De amor não vi senão breves enganos. D’amour je n’ai connu qu’illusions brèves. (S xxiv)
Com que esperança ainda me enganais ? De quel espoir me leurrez-vous encore ? (S xxvi)
Qualquer grande esperança é grande engano. Tout grand espoir n’est que grande illusion. (S xxviii)

39Nous constatons que nous avons traduit 10 fois engano par « illusion » (au singulier ou au pluriel), 2 fois par « erreurs », une fois par « leurre », « artifices », ou « ruse », et, en changeant de catégorie grammaticale, une fois par le verbe « mystifie », une autre par l’adjectif « inconscient ». Enganar (7 occurrences) a été traduit 5 fois par « tromper », 2 fois par « leurrer », une fois par « sont trompeurs « et une autre par « abuser ». Le participe passé enganado est traduit une fois par « apporter illusion » (as trazia enganadas), une autre par « s’illusionnent » ; l’adjectif enganoso par « mensonger ». Desenganar (3 occurrences) est rendu soit par « devenir plus sage », soit par « perdre l’illusion », soit par le substantif « désillusion » et le nom desengano par « désillusion ». L’intérêt de ce relevé est de nous faire percevoir avec une clarté aveuglante l’importance du caractère trompeur ou mensonger, non seulement de l’amour, mais de la réalité du monde en général. Dire que l’amour n’est qu’une illusion est une banalité en poésie, surtout à cette époque. Mais ici, on se trouve face à une véritable obsession. La conscience douloureuse que tout dans le monde n’est qu’engano s’impose à la sensibilité du poète, suscitant en lui une angoisse irrémédiable. On note d’ailleurs que c’est l’engano qui domine, de façon écrasante, et que le desengano est beaucoup moins présent.

40Sans doute faudrait-il analyser de la même manière toute la poésie de Camões, mais à partir des 54 poèmes (dont certains fort longs) que nous avons traduits, nous sommes tentées de conclure que le poète se situe dans une phase où il a pris conscience qu’il a été trompé dans tous ses espoirs sur la vie et le monde. Il en souffre profondément, et il est bien loin d’assumer cette souffrance, comme le feront les poètes baroques desenganados de la génération suivante. Il a connu dans sa jeunesse l’exaltation des Portugais devant les perspectives qu’ouvraient la découverte et la conquête de mondes nouveaux. Ses propres revers (déboires amoureux, déceptions à la cour et dans sa carrière militaire), le choc qu’a représenté le contact avec la réalité de l’Inde, lui ont fait durement ressentir combien était mensongère cette exaltation. Mais son caractère explosif le rend incapable de dépasser cette phase de révolte et d’accepter une réalité décevante. La France n’a pas connu la même aventure et les poètes français ses contemporains ne peuvent partager les mêmes sentiments. D’où l’absence en français d’un mot unique porteur des mêmes significations.

41Bien d’autres mots pourraient susciter une réflexion pareille à celle que nous venons de mener, d’autant plus que nous nous sommes rendu compte que cette analyse des problèmes de traduction nous a conduites à mieux cerner les sentiments de Camões.

5. Conclusion

42Toute traduction suppose une distance à franchir entre un texte de départ et un texte d’arrivée, et on ne franchit jamais cette distance sans difficultés et sans devoir abandonner quelque chose en cours de route. Il faut faire des choix. Le nôtre a été de donner à percevoir le mieux possible les qualités poétiques des textes de Camões dans une langue accessible à un Français du xxie siècle. Si nous avons atteint notre but, notre lecteur ne pourra certes pas goûter toute la saveur de la poésie de Camões, mais il aura l’avantage, par rapport au lecteur portugais actuel, d’en avoir une compréhension plus immédiate. Et nous aimerions penser qu’en réduisant la distance qui sépare le vieux poète des Français d’aujourd’hui, nous avons en quelque sorte rapproché le lecteur de la situation d’un contemporain de Camões, et que ce n’est pas là um engano...

Notes

1 Luís de Camões, Sonnets, Éd. bilingue d’A.-M. Quint et M. Boudoy, Paris, Chandeigne, 1998 ; Luís de CAMÕES, La poésie lyrique. Une anthologie portugais/ français, Traduction de M. Boudoy & A.-M. Quint, Bordeaux, L’Escampette, 2001. Nos citations sont tirées de ces ouvrages, respectivement désignés par les abréviations PL et S.

2 Les Lusiades sont disponibles en France dans la traduction de Roger Bismut, en édition bilingue chez Robert Laffont (1992).

3 Bertrand Gibert, Le baroque littéraire français, Paris, Armand Colin, 1997, p. 65-66.

Auteurs

Université de Paris VIII — Saint-Denis

Université Sorbonne Nouvelle — Paris III

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540