Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traduction et lusophonie

 | 
Marie-Noëlle Ciccia
, 
Ludovic Heyraud
, 
Claude Maffre

Traduire les genres : la poésie

Traduire le poème

Divertissement de métrique comparée

António Coimbra Martins

Texte intégral

1Dans les siècles classiques, le poème des Portugais, o tesouro do Luso, n’était autre que Les Lusiades, parues en 1572. On aurait pu dire : celui-ci ou rien. Relativement vite, l’œuvre obtint une renommée européenne. Des débuts fulgurants. Trois traductions différentes en vingt ans. Toutes espagnoles, la dernière visant la diffusion dans le Nouveau Monde. L’Espagne était une puissance de premier plan et ces trois traductions sont la preuve que Camões avait le vent en poupe. En effet, la superbia espagnole ajoutait un grand poème à sa littérature, comme la couronne venait d’ajouter un nouveau royaume à son domaine. Pour leur part, les Portugais faisaient voir de quel prodige poétique ils étaient capables. Eux, les Portugais, les meilleurs des Espagnols. Camões ne serait-il pas le premier des poètes de la Péninsule, supérieur à Ercilla, chantre de la conquête de l’Occident ? Affinités frappantes n’excluent pas différences essentielles. Camões était aussi poète espagnol. Portugais et Espagnols avaient choisi le même mètre pour chanter leurs exploits : un langage italien né en Toscane, illustré déjà par Boccace, l’octave-rime. De sorte que traduire les strophes d’une langue à l’autre n’était pas difficile.

2Les traductions espagnoles sont une promotion pour Les Lusiades. Le Portugais Faria e Sousa, vivant à Madrid, obtint le privilège de procéder autrement : éditer l’original accompagné d’une explication et de commentaires exhaustifs en espagnol. Cet important folio parut en 1639. Il insinuait dès le titre que Camões était le prince des poètes de l’Espagne. Dès lors, un Français, par exemple, qui connaîtrait l’espagnol, pourrait se faire une idée des beautés du poème. Ce fut une autre promotion. Cela aidait parce qu’il n’y avait pas de traduction française. L’octave-rime décourageait l’approche. Pour un Anglais, non. Un Edmund Spencer, un Philip Sidney, un Michael Drayton l’avaient cultivée. La renaissance anglaise la connaissait suffisamment. La preuve en est que la seconde langue vivante dans laquelle Les Lusiades furent traduites fut l’anglais. Au milieu du xviie siècle, l’ambassadeur britannique à Lisbonne, Richard Fanshaw, s’éprit du pays et de ses valeurs et acheva une version complète publiée à Londres en 1654. Elle était en octave-rime anglaise, proche parente du vers héroïque portugais.

3Disposant d’une métrique bien plus apte à cadencer le portugais, Italiens (et Français) ne possédaient pas encore de version du poème ou le boudaient. Il y aurait eu deux traductions anciennes, en italien, datant du xvie siècle et du début du xviie, mais elles ne furent pas imprimées et personne n’a décrit les manuscrits. D’autres témoignages rapportent qu’une traduction française aurait existé au xviie siècle mais personne n’a pu la localiser.

4La mobilité des diplomates et des commerçants aida-t-elle à la diffusion de l’œuvre de Camões ? Un certain noble génois, Carlo Antonio Paggi, qui s’était établi à Lisbonne, y fit paraître en 1658 une Lusiada italiana et n’eut aucune difficulté à rendre l’octave-rime. Après Paggi, trêve de traductions. Les maîtres français ès belleslettres (René Rapin, Adrien Baillet) n’oubliaient pas Camões, mais c’est le poème de Milton, (Paradise lost), 1667, qui frappa les esprits.

5Voltaire vint. Comme il voulut s’essayer au genre, il tenta de dire ses vérités sur les grands poètes de l’humanité (1728). Sur Camões, il commit des erreurs grossières mais répandit également des vues fort justes. Ce qu’il écrivait faisait jaillir la contestation et la polémique s’ensuivait. Les Lusiades firent leur entrée dans la polémique des Lumières. La traduction compatible n’allait pas tarder. Duperron de Castéra, qui ne disposait pas de l’octave-rime, les traduisit en prose en 1735. Pour la première fois, le poème était séparé de son mètre et des strophes.

6Et si Castéra avait eu raison ? Doit-on traduire en vers ou en prose ? L’exactitude réclame la prose. Mais l’exactitude est-elle le critère de la poésie ? Essayons donc de mettre en vers ce qu’en leur langue d’autres en obtiennent ... Dès lors, une autre question se pose : faut-il reproduire la métrique, la strophe adoptée par l’auteur, ou suffit-il d’adopter une quelconque mesure pourvu que l’on suggère assez bien l’idée du discours original ? En somme, on garde l’idée, on renouvelle la musique, comme on peut ...

7Les diplomates portugais n’ont pas toujours des arguments de poids à avancer. Mais ils avaient, ils ont leur trésor, o tesouro do Luso, Os Lusíadas. En 1772, le ministre portugais à La Haye, José Vasques da Cunha, s’enticha d’une jeune fille de bonne famille auteur de poèmes et que l’on appelait La Muse Belgique. Son nom véritable était Marie-Caroline Murray. Sous couvert de l’épisode d’Inès de Castro, qu’il donna à traduire à sa muse, le diplomate lui fit des avances. Elle n’était insensible ni aux vers ni au ministre. De leurs travaux résulta un opuscule qui se donne pour une Imitation libre de l’épisode d’Inès de Castro, et un bébé du sexe faible. Les bibliographes n’eurent pas connaissance du bébé mais l’opuscule les intriga. Les nombreuses coquilles de la première édition en suscitèrent presque immédiatement une seconde. Pourtant le texte est faible et mêle, sans critère apparent, décasyllabes et alexandrins. Le fait est curieux car ces deux mètres s’opposaient au Portugal en une guerre sourde depuis que le comte d’Ericeira avait traduit en octave-rime l’Art poétique de Boileau. On admettait à la rigueur l’alexandrin dans la bonne société, mais le commun des mortels ne pouvait, sous prétexte d’alexandrin ou de mode française, ou encore de style Régence, délaisser le décasyllabe. Car c’était le vers héroïque national et lui en préférer un autre eût été trahir Camões. « L’alexandrin va finir par chasser le décasyllabe » prévenait l’abbé de Jazente vers 1770.

8Les poètes français, tenants de l’alexandrin, ne se laissaient pas faire et ne pouvaient, du reste, faire autrement. L’un d’eux composa en alexandrins une épître à Jean V, un autre une tragédie Inès de Castro, un autre et non des moindres déplora en vers le désastre de Lisbonne, un autre enfin imita en vers les Lettres de la religieuse portugaise.

9Assuré de sa position, le major de la place de Lisbonne, un militaire français, Sulpice Gaubier de Barrault, valet du roi à Versailles, offrit au roi Joseph Ier, pour son anniversaire, une nouvelle imitation en alexandrins de l’épisode d’Inès de Castro et, grande première, une traduction, toujours en alexandrins de l’épisode d’Adamastor. Pourquoi ce cadeau poétique ? Le major avait son idée, qui était de servir d’essai à une traduction française complète en vers du fameux poème portugais. C’était en 1772, l’année où paraissait à La Haye, l’essai d’imitation libre de Marie-Caroline Murray.

10Les Portugais, en somme, estimaient-ils que leurs Lusiades ne pouvaient être admises qu’en octave-rime ? Les traductions espagnoles pouvaient convenir. The Lusiad, de Fanshaw, nous flattait. La Lusiada italiana de Paggi, imprimée à Lisbonne, méritait même d’être dédiée au pape. Mais l’alexandrin avait deux défauts : c’était la langue des libertins et il était incompatible avec l’octave-rime.

11Gaubier revint à la charge, c’est-à-dire à la lyre. Toujours en 1772, il accompagna le marquis de Pombal à Coimbra pour l’installation de la nouvelle université « réformée ». Il fit aussitôt imprimer une épître au marquis, en quintils français à trois alexandrins.

12Travaillait-il à son projet de traduction intégrale ? Il se laissa devancer car la traduction complète parut, mais à Paris et en prose. Ce fut celle de La Harpe, en 1776. Elle devait connaître un certain succès et plusieurs rééditions, servant même de texte de départ pour plusieurs versions en langues non encore mises à l’épreuve de Camões. Gaubier, paraît-il, connaissait pourtant mieux le portugais que La Harpe...

13Un Écossais, William Julius Mickle, devait dépasser le succès de la dernière version parisienne, et allait être paradoxalement considéré comme The first anglo-portuguese Scholar. Il s’essaya à la traduction de l’épisode d’Adamastor, publia ensuite le premier chant puis, en 1776, le poème dans son entier avant de se rendre au Portugal en 1779-1780. La traduction de Mickle n’est pas la meilleure mais, parmi les intégrales en vers, reste de loin la plus rééditée. Notre scholar s’efforça de correspondre au décasyllabe portugais plutôt qu’à l’alexandrin français, mais il adopta d’un bout à l’autre le système des rimes plates.

14En France, Caris de Florian, petit neveu de Voltaire, s’évertua le premier à respecter l’octave-rime. Mais, en 1790, il se borna au seul épisode d’Inès de Castro. Dans ses Mélanges de poésie et de littérature, qui connurent une publication posthume en 1810, il souligne la « difficulté de rendre Camões octave par octave et presque vers par vers ».

15Ces dernières tentatives (Mickle, Florian) ainsi que les pages camoniennes du Nouvel almanach des Muses attestent d’une dimension nouvelle de la réputation de Camões. Les écrivains, les professeurs, les explorateurs des littératures étrangères, les poètes, vont remplacer les diplomates, les représentants d’un pays qui s’éprennent de l’étranger comme d’une curiosité. En France, Madame de Staël, Chateaubriand, Stendhal, Lamartine, Hugo même, parfois aussi ceux qui traitent au théâtre le thème d’Inès/Pedro (comme Firmin Didot, Lucien Arnault) vont toucher à Camões. Et le « camonisme » s’étend vers le Nord, vers l’Est, jusqu’en Pologne et en Russie. Les Allemands n’eurent pas de difficulté avec l’octave-rime (Heise, Kuhn Winkler, Donner). Si nous revenons vers le Midi, les Italiens, pour ne parler que d’intégrales du poème, ajoutent de nouvelles octaves-rimes à leur collection (Nervi, en 1814, Briccolani en 1826). Curieusement, les Espagnols, à l’exception de Lamberto Gil (1818) se sont tus longtemps : moins de Camões, pas d’octave-rime.

16Le Morgado de Mateus est un cas. C’est le Portugais qui reçoit à Paris la révélation de la grandeur de Camões et qui décide alors de promouvoir en 1817 chez Firmin-Didot l’édition monumentale en portugais qui manquait à la gloire du poète, édition qui allait être suivie de plusieurs rééditions plus économiques.

17Il y avait également les Portugais qui se trouvaient à Paris ou qui y étaient exilés. La réputation grandissante de Camões, son destin éclairé maintenant par l’aube du Romantisme, le monument dressé par le Morgado de Mateus, étaient de nature à les impressionner. Le duc de Palmela, que Mme de Staël aurait conseillé, entreprit de traduire Les Lusiades. Il y avait une belle édition portugaise, celle du Morgado, il y aurait une traduction française irréprochable.

18Garrett avait plus de talent mais il n’était pas moins ambitieux et se sentait en communion avec Camões. Il en raconta, avec romantisme, le destin, dans le poème à partir duquel on date la naissance du romantisme portugais (Paris, 1825). Le comportement de Filinto Elísio fut plus douteux. Il avait copié de sa main Os Lusíadas, il corrigea et retoucha le poème et essaya de se débarrasser à bon prix du manuscrit qu’il faisait passer pour avoir été revu par l’auteur.

19Les fragments qui nous sont parvenus de la version de Palmela montrent que le duc, conseillé ou non, faisait comme ses prédécesseurs de langue française : le décasyllabe devenait un alexandrin. Il ne négligea pas de faire alterner rimes féminines et masculines. Par contre, il se montre plus respectueux de la distribution des rimes dans l’octave portugaise : il croise les vers 1 et 6 et ferme la strophe en rime plate : ABABABCC. Gaubier, tout en découpant le chant en séries de huit vers, n’avait jamais employé que la rime plate (AABBCCDD). Un siècle plus tard, de Cool (Rio, 1886) allait faire comme Gaubier, tout en se vantant naïvement de respecter les exigences de l’octave-rime. Un peu plus tard, en 1889, Hyacinthe Garin devait réunir en fausses octaves deux quatrains à rimes croisées (ABABCDCD).

20Revenons un instant à Garrett. Dans son Camões, Garrett inséra une longue paraphrase des Lusiades en vers blancs, qui est du reste le seul mètre de son poème, un décasyllabe blanc qui acquiert une harmonie originale, pas du tout « camonienne » mais réellement dérivée d’une vision de Camões et qui apportait une contribution nouvelle à sa légende. En somme, Garrett « traduisit » le poème. D’un Portugais, l’autre. Mais le langage de 1825 — expression d’une situation, sentiment d’un exil — ne dura qu’un temps. Camões avait doté la langue portugaise de l’octave-rime ; Garrett transfigura son héros mais épuisa un langage dans cette transfiguration. Un langage qui n’a pourtant pas son pareil. Même si un Anglais, Thomas More Musgrave, traduisit presque aussitôt Les Lusiades, à Londres en 1826, en vers blancs également. Il est le seul, à notre connaissance, qui ait fait ce choix.

21Parmi nos romantiques de premier plan, le maître de la versification est António Feliciano de Castilho. À partir du milieu du xixe siècle, il adopte des positions de plus en plus tranchées : plus d’octave-rime. Il fallait au Portugal un « système de poésie libéral ». Et la liberté n’admettait pas le despotisme, la monotonie de l’octave-rime. Pour donner plus de capacité au vers, il convenait d’adopter l’alexandrin et Castilho, maître ès versification, veut passer pour le champion de l’alexandrin au Portugal.

22Ce « système de poésie libéral » trouvera des adeptes parmi lesquels Tomás Ribeiro. En 1862, ce dernier publie son poème D. Jaime qui connaît un immense succès au Portugal et au Brésil. Au chant 8, l’auteur emploie, successivement, en échelle métrique, tous les vers que Castilho avait recensés, alexandrin compris. Car le théoricien recommandait la « variété du mètre ». Une véritable démonstration. Le théoricien applaudit à tout rompre.

23Ensuite, en 1865, Antero de Quental publie ses Odas modernas qui comprennent un long et beau poème en octave-rime, À História. Bien entendu ce n’est pas là la seule raison pour laquelle l’opposition Castilho / Antero fut à l’origine de la polémique littéraire du siècle.

24Le fait est que l’alexandrin nous tenait. Bientôt Junqueiro, Guilherme de Azevedo, Gomes Leal allaient le faire parvenir à la perfection. Dans son Alma Nova (1874), Azevedo n’emploie pas d’autre mètre. L’abbé de Jazente avait raison : le vers héroïque français venait — pour une fois — de bannir du Parnasse son frère, l’héroïque employé par Camões pour célébrer le voyage de Vasco de Gama. Gomes Leal, poète immense à moité fou, déblatère contre l’octaverime. Les moins agressifs l’évitent et elle n’est plus l’apanage que de quelques grotesques.

25Tout cela alors qu’à l’étranger, Les Lusiades, son vers héroïque, son octave-rime contribuent à susciter études, admiration, imitations. Un Suédois, Nils Loven, les traduit en 1852 en une octave-rime très acceptable. En allemand, Booch-Arkossy (Lund, 1842), en italien, Felice Belotti (Milan,1862). Les Français en viennent à la traduction intégrale en vers : François Ragon (Paris, 1842), Charles Aubert-Hix (Paris, 1844), Émile Albert (Paris, 1859), toutes trois en rimes plates et en alexandrins.

26En langue espagnole, par laquelle tout avait commencé, Lamberto Gil demeurait seul au xixe siècle. Cependant, un poète de Séville, Gabriel García y Tassara (1917-1875) avait achevé, vers 1870, une traduction intégrale des Lusiades en octave-rime qui soutient la comparaison avec d’autres ; mais l’auteur, bien que jouissant d’une certaine réputation, ne voulut ou ne parvint pas à la faire imprimer.

27Du point de vue de la métrique, la traduction la plus intéressante, ou du moins la plus originale, qui parut à l’occasion du tricentenaire de 1880, fut celle de Robert Duff Knight, en anglais. L’auteur trouva un équivalent de l’octave-rime, la stance spensérienne, qui en est fort proche. C’est un neuvain utilisé, voire inventé par Edmund Spencer pour son poème The Faerie Queene, publié quelque vingt ans après Les Lusiades : huit pentamètres anglais, aboutissant à un vers final, hexamètre ou alexandrin, avec une disposition des rimes en ABABBCBCC.

28La monarchie vacillante, les corps constitués comptaient sur le tricentenaire pour redorer la couronne. Les solennités furent nombreuses, le nombre de publications, portugaises et étrangères, dépassa toute attente. Mais l’opposition au régime exalta un Camões de gauche qui gagna la partie. Un bonheur ou un malheur ne viennent jamais seuls : érudits et autres « camonistes » firent preuve d’un esprit de collectionneur, se délectant devant de belles reliures, de belles illustrations, l’effet des fers à dorer et n’abordaient pas la véritable valeur littéraire, la poétique camonienne. Camões fut salué en alexandrins par des poètes engagés. Les Lusiades connurent une édition gratuite, anti-Morgado de Mateus. Le principal périodique satirique dessina le poète faisant acte d’allégeance à la République. Gomes Leal composa un pamphlet virulent en alexandrins, intitulé A Fome de Camões. Il montrait l’œuvre d’un pouvoir égoïste acculant le génie à l’hôpital, à la mendicité, à la mort.

29Comme le siècle approchait de son terme, le prestige de l’alexandrin commença à décliner. On le désarticulait, on cherchait des super-alexandrins à plusieurs articulations, on allongeait la ligne, on la libérait de toute contrainte. Il eut son purgatoire. D’ailleurs les Français, qui avaient tant aidé à la reconnaissance internationale de Camões, n’ont pas moins contribué à la consécration de celui qui occupe désormais la seconde place parmi nos écrivains. Pourtant ce dernier laissa se disperser ses poèmes, les enferma dans une valise et ne publia qu’un volume cohérent : Mensagem (1934). Il nous quitta un an après ce message, tout comme Camões, fort peu de temps après la publication des Lusiades. Arrêtons là la recherche de coïncidences et ne parlons pas de nationalisme, quoique Mensagem, tout autant que Les Lusiades, se prête à la mise en valeur de l’exaltation patriotique. Du point de vue formel, le seul qui nous intéresse, ce recueil nous apparaît même comme typiquement « post-castiliano », et ne s’essaie nullement au vers libre. Il offre même une caractéristique frappante qui l’apparente à ce D. Jaime non moins patriotique et qui flattait énormément le vieux radoteur du Tratado de Metrificação, la variété du mètre.

30Nous avons parlé des Lusiades ; parlons maintenant de Mensagem. Le poème de Camões est indissociable de la strophe qu’il lance ; il projette dans la poésie épique portugaise sa « forme essentielle », l’octave-rime. Qui se souvient du type de strophes qu’emploie Pessoa dans son recueil ? Il ne prend pourtant pas de liberté par rapport à l’arrangement strophique. Pas une série de vers que seul le sens ne détermine. Seulement la liberté du choix de la strophe. Sans innover du reste. Il n’est aucune strophe dans le recueil qui ne se trouve auparavant en portugais.

31Strophes courtes, nettes. La cohérence strophique ne dépasse jamais les neuf lignes et n’y parvient que dans le célèbre Mostrengo. Autrement, le poète utilise des combinaisons traditionnelles qu’il choisit au gré de chaque poème ou que chaque poème prend au gré de l’inspiration de l’auteur. Il lui arrive, il est vrai, de détacher un vers de ce qui serait son bloc strophique, pour en accentuer l’expression propre. C’est le précédé du monostiche. Si le même artifice déplace deux ou trois vers, c’est le procédé du strambotto.

32Pessoa pratique l’isométrie quand cela lui chante. O Quinto Império (25 vers). Le plus souvent il suit des combinaisons traditionnelles de vers entiers (le décasyllabe par exemple) avec leur quebrado (l’heptasyllabe à la portugaise, ou l’octosyllabe à la française).

33Voyons cela de plus près :

34Le poète tire parti du dissyllabe qui lui sert, en correspondance réciproque, pour couper et boucler un sizain : A Última Nau.

35Il affectionne particulièrement le tétrasyllabe au moyen duquel, par exemple, il clôt régulièrement le quintil : Ulisses.

36Son poème D. Tareja, est, du point de vue de la métrique, des plus intéressants : stance, le quatrain ; dernier vers du quatrain, le tétrasyllabe ; L’accentuation interne des vers 1, 2 et 3 se porte sur la quatrième syllabe ; ces vers sont des octosyllabes, parfois coupés par une césure.

37Nuno Álvares Pereira est évoqué en hexasyllabes, Filipa de Lencastre en heptasyllabes ; O Bandarra, en octosyllabes. Notons que ce dernier mètre, préconisé par Castilho, se trouve très rarement dans la poésie portugaise classique. L’ennéasyllabe domine dans le poème Antemanhã.

38Cela n’a rien d’étonnant : le décasyllabe est très fréquent. Il apparaît en isométrie dans D. João, o segundo. Il est très fréquent avec son quebrado portugais (l’hexasyllabe), par exemple dans trois poèmes consécutifs D. Fernando, D. Pedro et D. João, infante. Mais on le voit également, en alternance parfaite avec son partenaire habituel en français, l’octosyllabe. Et ceci dans l’un des poèmes les plus appréciés du livre : Mar português.

39Les vers impairs de 5, 11 et 13 pieds sont absents. Dans Mensagem, en dépit du conseil de Verlaine, Fernando Pessoa ne cultive pas l’impair. Tout au contraire, il fait le plus grand honneur à l’alexandrin. Non par la fréquence de l’emploi, mais par le genre de poème où il l’introduit. Une seule fois, une occasion unique. Le héros des Lusiades, s’il y en a un, c’est Vasco de Gama. Mensagem a son Adamastor, qui est O Mostrengo et sa nature hostile, la mer, qui met à l’épreuve la valeur des Portugais. Comme dans les Lusiades après l’épisode du Conseil des dieux marins. Un final en beauté, avec Cybèle qui, dans l’île des Amours, consacre et instruit Vasco de Gama. Cette sorte de couronnement du héros est, symboliquement, le moment culminant du poème : l’homme est rendu divin par la fille des dieux, la fille même du Ciel et de la Terre. Dans Mensagem, le couronnement est plus mystique. Vasco de Gama ne gravit pas le sommet d’un monte alto e fino, conduit par la reine des nymphes. Il monte au ciel même, qui s’ouvre et reçoit son âme. Quel vers faudra-t-il à ce mysticisme ?

40Nous nous sommes spécialement interrogé, au cours de cette étude, sur la manière dont on traduisait en français le poème, sur les difficultés posées, par la métrique et la tradition portugaises, au passage en vers français. Nous terminerons en appliquant les mêmes questions aux différents vers que nous avons relevés dans Mensagem. Pour cela, nous nous servirons de l’édition de la Pléiade, que nous devons à l’excellent travail de traduction réalisé par Patrick Quillier.

41Le dissyllabe de l’Última Nau devient, en règle générale, un trisyllabe. Ex : Mistério → d’un mystère. Rappelons que dans Mensagem, Pessoa n’emploie pas le trisyllabe.

42Tétrasyllabe : dans le poème Ulisses, il y en a trois en clôture de strophe. Le premier et le second deviennent des hexasyllabes. Ex : Vivo e desnudo → Vivante, mise à nu ; E nos criou → Et fut qui nous créa. Seul le troisième conserve ses quatre syllabes : De rien se meurt.

43Dans le poème Dona Teresa, l’octosyllabe domine et s’allonge onze fois sur douze ; il est respecté une fois, mais la position de l’accent change. Le tétrasyllabe, qui clôt le quatrain, est conservé trois fois sur quatre.

44Dans Nuno Álvares Pereira, trois quatrains en hexasyllabes isométriques, s’allongent en octosyllabes ou même, une fois, en un décasyllabe.

45Dans Dona Filipa de Lencastre, deux quatrains en heptasyllabes isométriques vont commencer en français par un alexandrin. Le premier quatrain observe l’alternance 12/20/12/20, le second 12/8/8/8.

46Bandarra (deux quatrains) est un cas d’octosyllabes isométriques, rendu en général par des vers de la même mesure, et fort heureux, mais le sixième rompt l’harmonie allant jusqu’à douze pieds (sans césure). On peut aussi se demander si, en métrique, ce n’est pas plutôt l’heptasyllabe portugais qui correspond au vers français de huit pieds.

47Dans le cas de Antemanhã (décasyllabe en ouverture, dix ennéasyllabes), la version française ouvre et finit l’alexandrin mais y mêle trois vers plus courts.

48L’équivalence classique (10/12) est respectée dans D. Duarte, rei de Portugal : deux tercets décasyllabiques isométriques parfaitement rendus en alexandrins isométriques.

49Nous revenons à la question de l’alexandrin en la posant cette fois à propos de Mensagem. À propos du SEUL poème du recueil. Composé en alexandrins, isométriques d’ailleurs. Traité avec des égards. À la française. Le seul poème : Ascensão.

50D’abord une série de sept alexandrins, pourvus de rimes plates du premier au sixième. Le septième, qui clôt la série, n’aura sa rime que dans le vers 2 du tercet qui complète le poème (ABA). Les rimes sont alternativement féminines et masculines : terra — guerra ; céus — véus ; assombro — ombro ; clarões — trovões, en rime croisée ; et finalement flauta — argonauta (rime croisée).

51C’est comme si le poète de Mensagem avait réservé le vers, dont le règne au Portugal s’achevait, pour la pièce apothéose de son poème, l’équivalent de la consécration de Vasco de Gama dans l’île des Amours. Le choix de l’alexandrin, à cet instant, peut-il être le fruit du hasard, du caprice, d’une inspiration momentanée ? D’un alexandrin aux césures nettes, aux rimes alternées, au tercet renvoyé en strambotto, lapidaire, dont le dernier vers s’équilibre sur trois mots-clés, disposés symétriquement : céu, abismo, argonauta.

52Traduire le poème... Jadis les Français avaient rechigné devant l’octave-rime... Ils avaient mis à la place quelques simulacres d’octaverime à eux. Devant Pessoa, habillé en alexandrins, on dirait que le traducteur a voulu le mettre à son aise, plus en accord, du reste, avec son image de « démétrificateur ». N’était-ce pas cela ? Bien, en tout cas on pouvait le faire. Ce n’était pas du Camões, et encore moins du Guerra Junqueiro. Allons-y.

53L’alexandrin est libéré dès le troisième vers. Il revient, têtu, au cinquième. Superbe alexandrin : Un moment, d’abord, puis une apparition.

54C’est son adieu. L’expression enfle aussitôt. Ou plutôt : bien que fidèle à Pessoa, l’idée ne tient plus dans le carcan des douze pieds. De plus en plus de mots désarticulés dépassent les limites. Et puis se retiennent à peine dans une sorte de trimètre : 5 + 5 + 7.

Le ciel déchiré/ouvrir son abî/me à l’âme de l’Argonaute.
O céu abrir o abis/mo à alma do Argonauta.

Auteur

Essayiste, Lisbonne-Paris

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site