Version classiqueVersion mobile

Traduction et lusophonie

 | 
Marie-Noëlle Ciccia
, 
Ludovic Heyraud
, 
Claude Maffre

Traduire seul ou à plusieurs mains

De la francophonie à la lusophonie : une expérience dialogique de traduction

Leonor Lourenço de Abreu

Texte intégral

1. L’engendrement

1Dans le cadre des Francophonies originelles que sont la Belgique romane et la Suisse romande — mais aussi la France, même si l’aboutissement de cette inclusion est loin d’être déjà actualisé —, la littérature belge de langue française présente des spécificités esthétiques et une historicité propre qui instaurent un décalage fréquent par rapport aux modèles littéraires français et montre bien toute la tension qui existe, au sein des francophonies littéraires, entre France et Francophonies. Littérature « périphérique » dès lors ? Première littérature francophone au sens strict, la patrie des auteurs belges a pourtant irrigué la littérature française des deux derniers siècles, du symbolisme et du naturalisme fin de siècle (xixe) au roman contemporain en passant par le surréalisme et ses dérivés, le fantastique, la BD ou le policier, pour ne pas parler de l’expressionnisme théâtral d’un Crommelynck ou d’un Ghelderode qui firent les beaux jours du Paris des années trente ou cinquante, ou, plus récemment, du rayonnement de l’œuvre d’un Henry Bauchau. Certains de ces auteurs ont certes été littéralement avalés par la force centripète que constitue le pôle parisien et font dès lors partie intégrante du champ littéraire hexagonal. Qui se souvient aujourd’hui qu’Henri Michaux était belge ?

  • 1 Celui-ci est par ailleurs un acteur important du débat francophone actuel tant à travers ses sémin (...)

2Dans le but de combler un déficit de (re)connaissance d’une littérature francophone originale dans le monde lusophone, une équipe s’est constituée, à l’initiative de Zilá Bernd, en vue de mettre sur pied une anthologie d’écrivains belges francophones, tâche menée à terme par le spécialiste des lettres belges qu’est Marc Quaghebeur1 avec ma collaboration, puis d’opérer sa traduction en portugais du Brésil par une équipe de traducteurs, enseignants et étudiants de 3e cycle, sous la direction de Zilá Bernd et Robert Ponge, tous deux professeurs à l’Universidade Federal do Rio Grande do Sul. Cette traduction fut ensuite revue par moi, à travers une relecture et une confrontation avec les textes « originaux » ainsi qu’avec le concepteur de l’anthologie et parfois même avec les auteurs. Eu égard à ma collaboration à ce projet assurant l’interface entre langues et cultures de départ et d’arrivée, ma communication a pour but de présenter cette expérience traductologique à voix multiples qui emprunte les voies « périphériques » de la francophonie européenne et de la lusophonie américaine. Elle s’inscrit dans une dynamique transversale où la distance linguistique se double d’une distance culturelle.

2. Le corpus

  • 2 Marc Quaghebeur, Anthologie de la littérature française de Belgique ; Entre réel et surréel, Bruxe (...)
  • 3 M. Quaghebeur, « Avant-propos » (ANT. p. 6).

3Pour des raisons d’ordre pragmatique et de continu de lecture, le corpus de l’Anthologie de la littérature française de Belgique ; Entre réel et surréel2 comprend uniquement des écrits en prose de soixante auteurs ayant écrit dès avant les débuts constitutionnels de la nation belge (1830) — mais à l’exclusion des textes du millénaire de l’ancien régime, brièvement synthétisés en avant-propos — jusqu’à nos jours. Le premier texte, Le Gueux de mer d’Henri Moke, date de 1827 et le dernier, Lettres du pays froid de Caroline Lamarche, de 2003. Le choix s’est porté, autant que possible, sur des textes autonomes, comme le conte ou la nouvelle. Cependant, pour que des pans entiers et essentiels des lettres belges ne soient pas passés sous silence, nous avons également coupé sciemment dans des romans et retenu des passages assez longs, et suffisamment significatifs, pour s’intégrer harmonieusement dans un parcours cohérent d’inscription textuelle de l’historicité. Car nous avons privilégié des œuvres « qui ont des rapports directs ou indirects avec l’Histoire, qui en donnent à lire, en tous les cas, les diverses facettes, comme les divers modes d’appréhension mémorielle par le sujet3 ».

4La conscience que la poésie relève d’une spécificité radicale dont la traduction demande des compétences et des aptitudes précises, nous a conduits à la tenir momentanément à l’écart. En effet, les difficultés générées par la traduction du texte poétique s’avèrent moins solubles dans le contexte de notre défi collectif. La double contrainte — le rapport à l’Histoire et le texte en prose — qui a guidé notre choix conduit de la sorte à passer sous silence l’œuvre d’un poète symboliste essentiel comme Max Elskamp, mais aussi celle d’un Géo Norge ou d’un François Jacqmin.

5Maeterlinck, l’auteur des poèmes capitaux de Serres chaudes et des pièces Pelléas et Mélisande ou La Princesse Maleine, de même que Verhaeren, le poète des Villes tentaculaires et des Campagnes hallucinées, sont représentés par des nouvelles. Le rapport au réel, surtout pour le second, s’y trouve en franc décalage et confine à l’inquiétante étrangeté subsumée dans la folie. Or c’est essentiellement par le registre poétique — et dramatique pour le premier ! — que ces deux poètes ont suscité l’admiration des symbolistes et des modernistes brésiliens du Nord au Sud du pays. À noter toutefois que la nouvelle retenue pour Maeterlinck, L’Anneau de Polycrate, a tout d’abord fait l’objet chez l’auteur d’un projet dramatique...

6Le texte dramatique stricto sensu n’ayant pas été retenu eu égard à la complexité qu’engendre sa double nature d’art de la parole et d’art de la scène, les grands dramaturges sont donc représentés soit par une nouvelle, comme Crommelynck, Maeterlinck ou Willems ; soit par un texte autonome, une sorte de ballet théâtral qui ajoute à la (con)fusion des genres, pour Ghelderode. Des auteurs dramatiques essentiels pour la compréhension de l’histoire contemporaine (d’une partie) de la Belgique, tels Kalisky et Louvet, sont représentés par des essais montrant l’enracinement de leurs œuvres dans la réalité historique.

  • 4 Suzanne Lilar, O casal, trad. de Le couple par Regina Regis Junqueira, Rio de Janeiro, Editora Civ (...)

7Sans être bien sûr exhaustive, la présente anthologie donne une vision panoramique assez complète de la production francophone de ce pays durant les deux derniers siècles. Pourtant, des écrivains reconnus, tel le dernier prix Goncourt (2005) François Weyergans, n’ont pas été retenus, ni le situationniste Raoul Vaneigem, auteur du célèbre Traité du savoir-vivre à l’usage des jeunes générations. Choix partiel et forcément partial, mais qui préfère dégager les lignes de faîte de l’historicité et donner des masses textuelles suffisantes pour donner le goût de lire plutôt que de chercher à rencontrer le rêve d’une impossible exhaustivité. Pour certains, des textes « attendus « ont aussi été écartés au profit d’autres. Dans un premier moment, nous avions ainsi retenu un extrait de Le Couple de Suzanne Lilar, un essai qui obtint une bonne répercussion dans les milieux féministes des années soixante (1963), et qui fut traduit au Brésil en 19704. Il s’est effacé au profit d’un (extrait de) roman inédit en portugais, dans lequel l’art de la romancière trouve tout son épanouissement textuel et érotique. Sauf erreur de notre part, tous les textes proposés à la traduction sont inédits en portugais du Brésil.

8Au seuil du processus de transmutation d’une langue dans une autre, la question s’impose de savoir quelle attitude les écrivains francophones de Belgique observent par rapport aux modèles linguistique et littéraire qui prévalent à Paris, seul centre patenté de reconnaissance pour les littératures francophones. Notre corpus rend compte de trois sortes de comportements : 1. une attitude de révérence classique envers la langue chez un Plisnier ou un Walder, tous deux couronnés par ailleurs par le prix Goncourt (1937 et 1956) ; 2. une attitude d’irrévérence et de joyeuse (ou grinçante) subversion carnavalesque chez un De Coster ou un Verheggen, voire dans l’œuvre théâtrale de Crommelynck et Ghelderode ; une troisième posture, enfin, qui feint la révérence mais s’obstine à faire dire aux mots leur manque, voire le contraire de ce qu’ils sont censés dire, ce qui les maintient en décalage permanent par rapport à la langue de Voltaire. Ces modulations sont à l’œuvre aussi bien chez Maeterlinck que chez Nougé. Ces différentes postures accroissent la complexité de lecture et génèrent, en conséquence, des résistances d’ordre divers à la transposition dans une autre langue et une autre culture.

3. Une (double) médiation

9La matière textuelle d’Entre réel et surréel est précédée d’une mise en perspective historique, suivie d’une introduction à chacune des cinq sections chronologiques qui composent l’anthologie, ainsi que d’une notice sur l’auteur et d’un commentaire visant à la contextualisation de chaque texte. La difficulté que ces textes non-littéraires offrent à la traduction se fait ressentir à deux niveaux : le premier, d’ordre linguistique, tient par exemple au style de l’auteur, lequel peut se caractériser par un phrasé baroque où coordonnées, subordonnées et incises se multiplient, s’enchevêtrent en un rebondissement permanent. Le deuxième type de difficulté est de l’ordre des référents historiques et culturels, d’autant plus difficilement compréhensibles et, par conséquent, traduisibles, qu’ils renvoient à des univers éloignés du lecteur brésilien tant du point de vue spatial que temporel. Si le premier cas trouve facilement une solution à travers les échanges entre les acteurs du processus de traduction, le deuxième en revanche demande à être explicité — et ce parfois même pour un lecteur hexagonal.

10Le passage suivant donne un exemple du premier type. L’auteur y procède par accumulation, mettant en scène une panoplie de noms propres :

  • 5 M. Quaghebeur, « Introduction » à l’édition brésilienne.

L’État constitué par ses [de Charles Quint] ancêtres de Bourgogne s’étend de Arras et de Luxembourg jusqu’à l’extrémité Nord de la Hollande actuelle. Ses pays, que désignent plusieurs noms propres utilisés au gré des circonstances (Flandres, Belgique, Pays de pardeça, Pays-Bas, Germanie inférieure, Cercle de Bourgogne, Cercle des dix-sept provinces) ont produit la peinture des primitifs flamands et les arts de la lisse qui s’exportent dans toute l’Europe, la grande polyphonie qui irriguera le Nouveau Monde, Erasme, Mercator, Vésale et Breughel5.
O Estado constituído por seus antepassados de Borgonha se estende de Arras e de Luxemburgo até a extremidade Norte da Holanda atual. Seus países, designados pormuitos nomes próprios utilizados ao sabor das circunstâncias (Flandres, Bélgica, Países do lado de cá, Países Baixos, Germânia Inferior, Círculo de Borgonha, Círculo das dezessete províncias) produziram a pintura dos primitivos flamengos e as artes de tapeçaria que são exportadas para toda a Europa, a grande polifonia que irrigará o Novo Mundo, Erasmo, Mercator, Vesale e Breughel.

11Pour la traduction des anthroponymes et toponymes, trois stratégies se sont imposées : emploi de la forme « attestée » en portugais : Erasmo, Bélgica, Germânia, Países Baixos ; report des graphies pour Vesale (sans accent), Mercator et Breughel — le nom du peintre a une transcription instable : Breughel, Brueghel ou Bruegel. Pour les expressions toponymiques l’on a recouru à la traduction littérale, y compris pour Pays de par-deça/Países do lado de cá. Ce court syntagme exprime toutefois une ambiguïté en français, le terme pays sans déterminant pouvant signifier un singulier comme un pluriel. Le report pur et simple contribue à préserver l’intégrité de l’expression d’origine et à naturaliser l’emprunt en faisant ressortir son « étrangéité » dans la langue d’arrivée — « étrangéité » par ailleurs à l’œuvre dans la langue de départ.

12Face au constat de la structure ethnocentrique de toute culture (au sens global de référents culturels qui renvoient à un environnement historique et cognitif ample), face au recoupement du monde opéré par chaque idiome, le sujet traduisant doit agir en médiateur interlinguistique et interculturel au sens où la tâche lui incombe d’initier le lecteur à la culture de l’Autre. Son travail s’inscrit forcément dans une dialectique entre fidélité et trahison.

13Les difficultés du second registre, nombreuses et complexes, s’étendent à l’ensemble de l’œuvre. Elles recouvrent plusieurs catégories de problèmes, tout particulièrement les énoncés holophrastiques au contenu complexe, qui désignent des notions propres à une langue et, en termes plus généraux, à une civilisation et signifient le plus souvent un authentique art de vivre de tout un peuple. Ils trouvent rarement un équivalent dans la traduction (comme la portugaise « saudade »). Voici un exemple tiré du paratexte de [l’extrait de] Nirep :

Mêlant constamment zwanze, aventure et science, le récit assemble un quarteron de personnages... (ANT. p. 53)
Misturando constantemente zwanze forma de humor típica dos belgas —, aventura e ciência, a narrativa reúne um pequeno número de personagens...

  • 6 Cf. Michel Ballard, « Les stratégies de traduction des désignateurs de référents culturels », dans (...)

14Tout Bruxellois reconnaît, voire se reconnaît dans la zwanze, un type d’humour typiquement gouailleur propre à la capitale du pays — et, par extension, aux Belges en général — basé sur l’autodérision et la dérision de tous les pouvoirs. La zwanze s’inscrit dans les registres dialectaux du français populaire mâtiné de dialecte flamand, comme le brusseleir ou le marollien, et témoigne de la culture d’échanges qui a caractérisé au long des siècles l’histoire de ce pays. Pour un francophone non-belge ou, à plus forte raison, pour un locuteur d’une tout autre langue, le constat d’évidence ne va plus de soi, à tel point que même dans l’édition belge le terme se trouve défini dans une note infrapaginale. Dans le processus de traduction et comme forme de dévoilement de l’opacité du sujet, le terme fut reporté, suivi d’une apposition explicative : « forma de humor típica dos belgas. » Cette insertion du sens du référent culturel prend la forme de l’« incrémentialisation6 ».

4. L’art de la négociation permanente

15L’entreprise que nous venons de mener à terme mobilisa trente-cinq traducteurs et impliqua un travail de médiation permanent tout au long du parcours d’accouchement dans la langue d’arrivée. Ainsi qu’un travail de négociation systématique entre préservation et acclimatation des référents. La confrontation pari passu du texte traduit au texte de départ permit d’emblée le repérage de certaines zones textuelles problématiques. À commencer par certains titres, comme celui du roman Ripple-Marks de Jean Muno. Nous avons préservé l’étrangéité du signifiant d’origine en le reportant, assorti toutefois d’une explicitation du sens dans une note en bas de page, ce dont le français peut se passer, l’expression étant attestée depuis 1904. Le narrateur-personnage y est un double de l’auteur et se nourrit de ce qu’il découvre avec ses jumelles du haut d’un balcon d’un appartement sur le front de mer (du Nord).

Naturellement, j’ai beaucoup vécu. Muno ou l’Aventure. Toutes les guerres, je les ai faites. L’Algérie, l’Indochine, le Sinaï, les Khmers rouges. J’ai porté tous les uniformes, la guêtre comme la demi-botte. [...] Ce qui ne m’empêche pas d’exercer correctement mon métier de professeur. Entre-temps, ça m’intéresse. Vrai, je le jure ! L’accord du participe passé (le pépé), Booz endormi, Diphile et l’amateur de prunes, les doncainsiparconséquent, ça m’intéresse. Je vis sur deux plans, je suis un diptyque. Je rampe, je m’embusque, je bondis. Tactactactac ! Il est par terre, le sale môme, et sa composition française est pleine de rouge ! (ANT. p. 242)
Naturalmente, vivi muito. Muno ou a Aventura. Todas as guerras, eu as fiz. A Argélia, a Indochina, o Sinai, os khmers vermelhos. Usei todos os uniformes, a polaina assim como a meia-bota. [...] O que não me impede de exercer corretamente o trabalho de professor. Sim, entrementes isto me descansa. E além disso me interessa. É verdade, eu juro ! A concordância do particípio passado (o pepê), Booz adormecido, Diphile e o apreciador de ameixas, os entãoassimporconseqüência, me interessam. Vivo em dois planos, sou um díptico. Rastejo, faço emboscada, salto. Tactactactac ! Ele está caído, o menino safado, e sua composição francesa está eivada de vermelho !

  • 7 M. Ballard, ibidem, p. 126.

16Ce paragraphe met en scène nombre de « désignateurs de référents culturels » ou « culturèmes », que Michel Ballard définit comme étant « des signes renvoyant à des référents culturels, c’est-à-dire des éléments ou traits dont l’ensemble constitue une civilisation ou une culture7 ». Ces désignateurs peuvent être des noms propres ou des noms communs, que l’on peut subdiviser en deux groupes : ceux qui renvoient à l’universel ou à un univers partagé entre les deux civilisations ; ceux qui renvoient à des spécificités irréductibles d’une culture (on l’a vu avec la zwanze). Ce paragraphe présente effectivement des exemples ressortissant aux deux modalités : les guerres d’Algérie, d’Indochine, du Sinaï, ou les Khmers rouges sont des référents qui font partie des connaissances historiques de quiconque s’intéresse à l’histoire du monde, encore qu’un Belge — plus attentif au destin français — ait vécu ces événements de plus près qu’un Brésilien. La traduction de ces « désignateurs » ne présente pas de difficulté lorsque le bagage culturel et intellectuel est à peu près équivalent. Tout autre est le cas des référents culturels spécifiques.

  • 8 J’emploie le concept communauté interprétative (interpretative community) dans le sens défini par (...)

17La traduction du paragraphe a posé problème lorsqu’il fut question de traduire le syntagme « l’amateur de prunes ». Une première version, qui bénéficia de la collaboration d’un ressortissant belge d’origine liégeoise, avait donné : « o amador de vaginas ». La connotation érotique et sensuelle est certes fréquemment suggérée par la saveur, la forme, le parfum ou la couleur des fruits. Cependant, pour que le résultat soit pertinent, le lecteur ou la « communauté interprétative8 « de départ se doit de reconnaître cette allusion. Or d’autres lecteurs belges d’origine non-liégeoise et nés dans des milieux sociaux et philosophiques différents, n’y ont pas identifié la moindre connotation sexuelle. Une base consensuelle de jugement fait donc défaut.

  • 9 Thilde Barboni, « Inconscient et traduction », Cahiers internationaux de symbolisme. Théorie et pr (...)
  • 10 Nul doute que les pratiques traduisantes ne soient redevables de l’environnement intellectuel du t (...)

18D’emblée la désignation sexuelle m’avait parue excessive. À un second stade de réflexion, au cas où la connotation sexuelle nous aurait cependant échappé — la domestication du sens ne va pas sans peine ! —, l’hypothèse se posa de trouver une équivalence fonctionnelle et de traduire « prune » par un autre fruit tropical à même de déclencher un mécanisme analogue d’association érotique et de rappeler le sexe féminin. Pourtant, si dans le registre poétique, le mécanisme des équivalences constitue un des passages obligés de tout sujet traduisant, dans ce texte en prose précis, où les référents spatiaux sont aussi nettement définis, que le narrateur se mette à rêvasser de fruits tropicaux — forcément rares en ces années-là — au détriment de fruits indigènes n’eût pas été très crédible. En dépit de sa simplicité apparente, ce paragraphe nous a conduite à interroger les mécanismes psychologiques intervenant au sein de tout processus de traduction et qui se situent au-delà des connaissances linguistiques intrinsèques. Dont le mécanisme de l’identification qui interfère avec l’opération de la traduction. Ainsi que le conçoit Barboni, « l’identification primaire est une sorte d’incorporation orale du sens à son propre compte : l’auteur veut dire cela puisque moi je pense comme cela9 ». Dans notre cas précis, il semble que la traductrice avait investi l’œuvre au point de confondre la production de l’auteur avec la sienne propre dont le sens ne rejoint nullement celui de la communauté interprétative de départ. L’interprétation de ce passage, c’est-à-dire l’incorporation des champs sémantiques, donne l’exacte mesure du décalage qui subsiste entre la communauté des lecteurs de départ et celle d’arrivée, dont fait partie, au premier plan, le traducteur10. Les mots ne sont pas associés aux mêmes concepts et images mentales dans telle langue ou dans telle autre. Le bagage culturel (ou « lexiculturel ») d’un locuteur natif et d’un traducteur ne coïncident pratiquement jamais. La faible différence de l’écart constitue la garantie d’une plus ou moins grande fiabilité de l’œuvre traduite.

  • 11 Antoine Berman, L’Épreuve de l’étranger. Culture et traduction dans l’Allemagne romantique, Paris, (...)

19Le lecteur français ou belge reconnaît aisément le champ sémantique de l’univers scolaire — le personnage-rêveur est enseignant — avec ses séquences de conjonctions, locutions et de titres de poèmes anthologisés dans une association un peu décousue : « Booz endormi « est un poème de La Légende des siècles de Victor Hugo ; « Diphile « et « L’amateur de prunes » sont des titres de La Bruyère. La traduction demeurant un art de la négociation permanente, et la référence à la Bruyère étant importante chez un écrivain-enseignant, lui-même fils d’enseignants, l’expression « l’amateur de prunes » est (re)devenue (jusqu’à nouvel ordre) « o apreciador de ameixas ». Bien que cela puisse s’apparenter à une aberration exotique, nous avons préféré reporter les termes et structures de la langue de départ, comme pour « L’accord du participe passé (le pépé)/ A concordância do particípio passado (pepê) ». Il nous semble, en effet, que la traduction littérale de ces désignateurs culturels ne nuit pas à la compréhension du sens global du paragraphe, qui a trait à l’univers scolaire qui obsède tant, et enseignants, et étudiants. Ce faisant, nous rallions une stratégie qui consiste à provoquer le dépaysement du lecteur en le forçant à aller à la rencontre de l’Autre, de l’étranger. Cette démarche est un exemple de traduction « non-ethnocentrique » que Berman décrit comme étant celle où « le traducteur oblige le lecteur à sortir de lui-même, à faire un effort de décentrement pour percevoir l’auteur étranger dans son être d’étranger » ; elle s’oppose à la traduction « ethnocentrique » qui « oblige l’auteur à se dépouiller de son étrangeté pour devenir familier du lecteur11 ».

20Toujours dans Ripple-marks, le narrateur-personnage évoque le travail de recherche mené pour une thèse sur un écrivain quasiment méconnu représenté par les initiales S.R.. Alors que dans le contexte rien ne le laisse présager, le texte en langue d’arrivée donne à lire — de nouveau — des allusions sexuelles explicites (a) ; le travail de traduction de cette anthologie étant un travail à voix multiples, les options de traduction sont soumises à discussion. Le choix opéré fut identique à celui de l’opération précédente (b).

Voilà bientôt vingt ans qu’on m’en avait parlé pour la première fois, à l’université. Un oublié tenace, disait en substance mon professeur, un méconnu presque officiel, en vingt-sept volumes introuvables. Mais quel sujet de thèse ! Sans craindre la concurrence, je pourrais arpenter à mon aise ces hectares de prose vierge, les baliser à ma fantaisie, m’y tailler un fief. Joyce et S.R., S.R. ou l’anti-Kafka... personne ne viendrait me contredire. Installé bien au chaud dans mon grand homme particulier, je prendrai de l’assise et du rayonnement. (ANT. p. 243)
Em breve fará vinte anos que me falaram a seu respeito pela primeira vez na Universidade. Um obstinado esquecido, dizia resumindo meu professor, um desconhecido quase oficial, em vinte e sete volumes não-encontráveis. Mas que assunto para tese ! Sem temer a concorrência, poderia trilhar à vontade esses hectares de prosa inexplorados, balizá-los à minha fantasia, nele talharme um feudo. Joyce e S. R., S. R. ou o anti-Kafka... ninguém viria me contradizer. Bem instalado no calor do meu grande pênis particular; brilharia e influenciaria. (a)
Confortavelmente instalado no quentinho do meu grande homem, brilharia e influenciaria. (b)

21Aucun traducteur n’est en mesure de connaître toutes les allusions, les sous-entendus, les connotations d’un texte. La conscience de cette limite peut conduire à un sentiment d’insécurité face à l’univers étranger qu’il s’agit de transposer dans la langue-cible. Le sujet traduisant est alors dominé par la crainte de rater des significations essentielles. Croyant à l’existence d’un sens caché il sera tenté d’en remettre.

22Un autre mécanisme psychologique intervenant dans la transposition vers une autre langue est le refoulement, qui se situe aux antipodes du mécanisme de l’identification. La censure de la pensée tend à atténuer les situations provoquant un malaise : le texte-cible est dès lors aseptisé par rapport au texte source ; une partie de l’expressivité court alors le risque de s’évaporer. Je cite deux exemples de négociation au cours de cette démarche collective : le premier, « Lettre à M’Corps » Ñ « Carta ao senhor meu corpo » de Corpus Scripti de Marcel Moreau, où l’on met en scène la métaphore foncièrement érotique de l’acte d’écriture :

Tu as bien changé depuis. Maintenant, c’est leur ventre que tu chantes et célèbres. Ta vision de l’amour y a gagné en émerveillement profond, en certitude d’homme quant à l’immensité de la femme. Ton obsession a bien fait de changer de site, de sacré. Quand tu n’en finis pas de faire à la femme, dans ta vie, une place au moins égale à celle qu’y a tenu le verbe, il faut y voir la marque de cette permutation de sanctuaires (ANT. p. 251)
Mudaste muito desde então. Agora, é o seu ventre que tu cantas e celebras. Tua visão do amor ganhou em maravilhamento profundo, em certeza de homem quanto à imensidão da mulher. Tua obsessão fez bem em mudar de lugar, de sagrado. Enquanto continuares a fazer para a mulher, na tua vida, um lugar ao menos igual ao que ocupou o verbo, é preciso ver nisso a marca dessa permutação dos santuários.

23Le second est un extrait de Vie et mort pornographiques de Madame Mao de Jean-Pierre Verheggen, au caractère ludico-carnavalesque pornographique. Dans les versions successives, tous deux ont subi de profondes modifications pour libérer la syntaxe d’une forme de censure (et d’autocensure) et épouser le rythme de la phrase tout en restituant de plus près le sens des mots :

Elle prend son pied où et quand ça lui plaît. Partout. À satiété.
Ici dans l’humidité d’un fossé. Là dans l’anfractuosité de deux rochers.
Ici sur un canapé. Là dans un hallier. Ici parmi les groseillers. Là sous les cognassiers. (ANT. p. 308)
Ela busca o seu prazer onde e quando lhe dá na gana. Em todo o lugar. Até ficar saciada.
Aqui, na umidade de uma depressão. Lá, na cavidade funda entre duas rochas. Aqui, sobre um sofá. Lá, em uma moita. Aqui, entre as groselheiras. Lá, sob os marmeleiros.

5. Négocier le décentrement

24Nous venons de voir qu’il appartient au traducteur d’effectuer les choix visant à favoriser les phénomènes de rapprochement ou d’éloignement de ce qui est ou paraît étranger. J’énumère quelques particularités qui ont demandé une attention spéciale tout au long de mon travail de médiation.

5.1. Contaminations linguistiques

25La Belgique offre un mode de vie assez singulier. C’est un monde de l’entre-deux : entre deux cultures, entre deux langues (voire trois si l’on considère la communauté linguistique germanophone qui compte 70 000 locuteurs). Les deux langues majeures en contact — le français et le néerlandais, dans ses variantes flamandes, — impriment d’intenses mouvements, des corps à corps faits d’échanges et d’emprunts. Ainsi dans un restaurant de la côte, un plat local typique (tomates aux crevettes grises) se voit adjoindre le cardinal néerlandais « twee ».

26Nous avons choisi de garder la trace exotique du signifiant d’origine, assorti toutefois d’une explicitation du sens dans le paratexte infrapaginal.

Je passai commande et entendis le garçon répéter comme un écho bilingue : « tomates-crevettes, twee » (ANT. p. 350)
Eu fiz o pedido e escutei o garçom repetir como um eco bilíngüe : « tomates com camarões, twee. »

27Dans un pays où la contamination linguistique est repérable tant aux niveaux lexical et morphosyntaxique que phonologique, il s’imposait de garder les sonorités du vieux flamand de La Légende d’Ulenspiegel de De Coster suivies d’une traduction libre en français :

Met raedt Met raedt
En daedt ; En daedt ;
Met doodt Met doodt
En bloodt. En bloodt.
Alliance de conseil Aliança de conselho
Et d’action, E de ação
De mort De morte
Et de sang (ANT. p. 35) E de sangue

5.2. Le nom propre

28Il n’a pas toujours été aisé de traduire le nom propre. Celui-ci dépasse le domaine strictement linguistique et renvoie au domaine socioculturel et historique. Dans le cas précis du héros de De Coster, la résonance du nom témoigne d’une cohabitation de cultures. Le nom est parlant, il est une forme pleine de sens. Thyl Ulenspiegel n’a pas trouvé d’équivalent en portugais (ni en espagnol). Le roman de Charles De Coster, auquel le héros farcesque donne son titre réduit, s’inspire en effet des vieilles légendes germaniques d’où provient le personnage pour en faire un héros d’une tout autre envergure, mais constitutivement dual. Toutes choses — concepts et images mentales — que suggèrent les termes uilen (en néerlandais) et Eule(n) (en allemand) = hibou et spiegel = miroir, dans une sorte de mise en abyme qui explique aussi bien la logique du texte que de son sens puisque pour De Coster, l’Histoire a failli dans les Pays-Bas du xvie siècle ; le héros, qui ne se veut tel, est donc à la fois sagesse et comédie. Ce personnage facétieux est connu en français comme Thyl l’Espiègle, le mot « espiègle » venant, dit Le Robert, d’Uilenspiegel/Eulenspiegel. Comment traduire cela en portugais ? En renvoyant aux mythes des bandits d’honneur du sertão, comme Lampião ? Ce n’est pas tout à fait la même chose. Dans le roman de Nirep, Les Mystères du Congo, des personnages fantasques réinterprètent leur généalogie (ANT. p. 55-56). Au travers de procédés textuels qui renvoient à un phénomène d’intertextualité explicite, on y trouve ainsi tout un jeu cocasse sur l’étymologie des noms et un glissement successif, phonétique et de sens : « Les pieds d’aigle » → « Sir Les pié d’aigle » → « Lessepié d’aigle » → « Le Spié d’aigle » → « d’Espiègle » ou « d’Espiaigle », puis finalement « de Spiègle ». Ces termes successifs perdirent de leur expressivité dans le processus de traduction. Appauvri, sans doute, et affublé d’une note en bas de page, où « Espiègle » renvoie au terme portugais « esperto », le texte d’arrivée est donc demeuré le plus près de l’étrange étranger dans son irréductibilité propre.

29Pour les anthroponymes littéraires, nous n’avons pas adopté une stratégie unique. Ainsi, l’on retrouve dans Entre o real e o surreal des procédés qui varient entre le report simple, l’« aportuguesamento » du nom, ou la traduction littérale, comme dans le titre Je soussigné, Charles le Téméraire, Duc de Bourgogne / Eu, abaixoassinado, Carlos, o Temerário, Duque de Borgonha de Gaston Compère.

5.3. Connotations

30Le titre est le lieu d’élection par excellence du registre da la connotation. Ainsi de celui de Pierre Mertens, Une Paix royale, qui est l’objet d’une traduction aux conséquences heureuses : Uma paz de rei, qui succède à une première traduction littérale récusée : Uma paz real.

31Le terme « gueux » est un terme récurrent dans notre corpus, notamment chez Moke et Ghelderode. Il fait partie des mythes constitutifs de la Belgique et l’on peut dès lors le rattacher aux mots holophrastiques. Il est traduit par le vocable « vilão ». Ce terme est foncièrement polysémique (habitante da vila, camponês medieval, plebeu et exprime des connotations morales comme abjeto, desprezível, miserável). Le mot « gueux », qui désigne des miséreux et coquins, a pris un sens particulier dans les anciens Pays-Bas occupés par les Espagnols au temps de Philippe II. Les nobles, qui prirent part à la révolte contre l’occupant dans les bois comme sur la mer, s’autodésignèrent au préalable, par antiphrase, comme « gueux ». Le Gueux de mer [O vilão do mar] et Le Gueux des bois [O vilão dos bosques] sont par ailleurs des titres de romans de Moke. Une note infrapaginale explicite la référence historique.

32Pour la nouvelle d’Albert Dasnoy, Le Ghoum, nous avons transposé le titre — O Ghum — aussi mystérieux et énigmatique d’une rive à l’autre de l’Atlantique.

5.4. Particularités climatiques

33L’acclimatation ou non des particularités climatiques est un des vastes problèmes que se pose tout sujet traduisant. À plus forte raison lorsque la culture d’arrivée se trouve aux antipodes géographiques. Dans Plaisir des météores ou Le Livre des douze mois, Marie Gevers écrit : « Survient une ondée chaude et soudaine, le vent se met au sud, et les enfants s’en vont patauger dans la glace fondante » (ANT. p. 183). Une première version transposait de la sorte : « Sobrevém uma onda quente e repentina, o vento sopra para o sul e as crianças põem-se a patinhar sobre o gelo que se derrete. » L’ambiguïté du syntagme de départ et la méconnaissance du régime des vents dans l’hémisphère nord (« o vento do sul ») ont empêché au départ une appréhension correcte du sens.

5.5. Équivalences

34Toute activité traduisante se doit d’emprunter le chemin obligé de la recherche d’équivalences tant formelles que fonctionnelles ou encore culturelles. Afin de ne pas rabrouer le lecteur et lui faire partager le plaisir de la lecture, nous avons opéré en fonction du degré d’opacité que le texte de départ offrait et proposé des solutions en conséquence.

35Le texte de Jean-Louis Lippert, Mamiwata, est ancré dans la réalité culturelle de l’ex-Congo-Zaïre (RDC). De nombreux éléments renvoyant à la faune et à la flore, ainsi que toute une couleur locale, sont certainement plus proches de la culture d’arrivée que de la langue-culture de départ. Des allusions demeurent toutefois non-opératoires si elles ne sont pas explicitées ; ainsi du « Maréchal », que n’importe quel Belge identifie aisément comme étant le Maréchal Mobutu, lequel a présidé aux destinées du pays avec une main de fer pendant plus de trente ans.

  • 12 Jean-Louis Lippert, Mamiwata, Bruxelles, Éditions Talus d’approche, 1994, p. 180.

Sur mon bloc à dessin, je tente de capter en vitesse les jeux de l’ombre et des derniers rayons roses frappant le côté droit de ce Christ de pierre blanche aux bras écartés comme celui de Lisbonne, offrant une même bénédiction [...] aux chemises de nuit et lingeries féminines en toutes sortes de matières inflammables, aux miroirs et poudres à lessiver, aux beignets d’arachides et aux bottes de tabac séché, aux pyramides de sucre en poudre, de farine de manioc et de café [...] aux blocs de sel de cuisine indigène et aux longues chikwangues enveloppées dans leurs feuilles de bananiers, aux plantes médicinales pour vers intestinaux et aux bassines d’huile de palme, aux bananes plantin et au foufou, aux soutiens-gorge et aux poissons séchés, aux piles pour transistors et aux insecticides [...]12
Em meu bloco de desenho, tento captar rapidamente os jogos da sombra e os últimos raios róseos que batem no lado direito desse Cristo de pedra branca cujos braços estão abertos, como o de Lisboa, oferecendo uma mesma bênção [...] às camisolas e lingeries femininas de todo tipo de materiais inflamáveis, aos espelhos e sabão em pó, aos pés-de-moleque e às braçadas de tabaco seco, às pirâmides de açúcar em pó, de farinha de mandioca e de café [...] aos blocos de sal de cozinha indígena e aos longos bolinhos de tapioca enrolados em folhas de bananeira, às plantas medicinais para vermes intestinais e às bacias de dendê, às bananasda-terra e ao pirão, aos sutiãs e aos peixes secos, às pilhas para transistor e aos inseticidas [...]

36Le Christ aux bras ouverts jette sa bénédiction sur cette étrange création, ou plutôt cet inventaire à la manière de Prévert, où toute une panoplie d’objets hétéroclites se télescopent, comme dans tout marché populaire de n’importe quelle grande ville du Sud. Si pour les produits industrialisés la traduction ne posait pas de difficulté, il en alla autrement lorsqu’il s’agit de traduire des plats de la cuisine locale. Grâce à un ressortissant congolais, la description nous fut faite de ces plats aux noms énigmatiques. Ainsi pour la « chikwangue », mot d’origine lingala de la région de Kinshasa, qui désigne un genre de beignet de tapioca. Nous avons donc proposé un équivalent, le « bolinho de tapioca », que l’on trouve couramment en vente chez les Bahianaises typiques dans les rues de Salvador de Bahia. Il en fut de même pour « beignet d’arachide », spécialité sucrée, qui a trouvé un équivalent aux résonances suggestives dans « pé-de-moleque », originaire de la culture culinaire africaine dans le Nordeste brésilien. « Banane plantin » trouva facilement son équivalent brésilien dans « banana-da-terra » et « foufou » trouva son correspondant dans le « pirão », une sorte de bouillie à base essentiellement de farine de manioc. Le référent culturel « huile de palme » a donné « [azeite de] dendê », utilisé dans toute la cuisine afro-brésilienne. Les résistances rejaillissant dans une première lecture se sont finalement aplanies et le texte d’arrivée franchit l’océan en reproduisant la spontanéité et la boulimie accumulatrice du texte original.

37Dans La Légende d’Ulenspiegel, le ton carnavalesque dans un phrasé baroque a trouvé des équivalents tout à fait pertinents en portugais. De Coster a par ailleurs recours à des poèmes et chansons d’inspiration populaire qui s’inscrivent dans le registre mystérieux que sous-tend une lecture « ésotérique » du roman. La traduction a trouvé des expressions suggestives pour transposer la (fausse) oralité populaire :

Ils veulent d’un air bigle, Querem, com olhos mortais,
Ces pucerons chétifs, Essas pulguinhas de nada,
Lire les divins sigles Ler os divinos sinais,
Que nous tenons captifs. Que temos aprisionados.
Lis, puce, le mystère ; Leia, pulga, o mistério ;
Lis, pou, le mot sacré Leia, piolho, o sagrado
Qui dans l’air, ciel et terre No ar, no céu e na terra
Par sept clous est ancré (ANT. p. 32) Com sete pregos fixado.
Dans les fumiers germent les séves [sic] ; O esterco é da seiva matriz ;
Sept est mauvais, mais sept est bon ; Sete são bons, mas sete não ;
Diamants sortent du charbon ; Diamantes saem do carvão ;
De sots docteurs, sages élèves ; Tolo doutor, sábio aprendiz
Sept est mauvais mais sept est bon. (ANT. p. 32) Sete são bons, mas sete não.
Quand le septentrion Quando o setentrião
Baisera le couchant, Beijar o sol poente,
Ce sera fin de ruines : Será o fim do flagelo :
Cherche la ceinture. (ANT. p. 34) Busquem, homens, o elo.

38Chez Hubert Juin, la stratégie des équivalences fonctionnelles se montra efficace et la traduction propose des comptines enfantines brésiliennes, pleines de fraîcheur et de charme, qui dénotent le contraste avec la situation de violence extrême qui se prépare dans Le Repas chez Marguerite :

Un deux trois — Um, dois
— De bois ! Feijão com arroz
Quatre cinq six — Três, quatro
— De buis Feijão no prato
Sept huit neuf — Cinco, seis
— De bœuf... Bolo inglês
Sete, oito
Comer biscoito
Nove, dez
Comer pastéis

39Un autre exemple dans le même texte :

Pimacrevaille Bambalalão
Le rois des vieux cons Senhor capitão
Se branlant l’citron Orelha de porco
S’est cassé... Pra comer com feijão

5.6. Spécificités du français

40Si la langue portugaise se révèle d’habitude plus ductile que la langue française, se plie à des tournures plus libres et permet davantage l’ambivalence, il advient que le traducteur se retrouve toutefois face à un dilemme. Le verbe d’état ÊTRE peut ainsi être traduit en portugais (et en espagnol) par les verbes SER et ESTAR. Là où la langue de départ offre un cas d’ambiguïté polysémique, le traducteur-médiateur doit opérer un choix. Cette particularité linguistique des deux langues ibériques, Borges la définit à merveille en proclamant que SER et ESTAR séparent le métaphysique du contingent.

41Dans un roman autobiographique, le narrateur-mineur Constant Malva raconte [s]a Nuit au jour le jour, hantée par le risque éminent d’accident qui a déjà emporté nombre de ses camarades. D’où la tension à l’œuvre dans le dialogue qui suit :

42Quand le surveillant fut arrivé, le porion un peu apaisé lui demanda, presque doux :

  • Comment cela va-t-il dans le bas ?
  • Ça ne va pas trop mal. Il y a ... chariots de charbon.
  • Bon, je dois partir dans un autre chantier. Tâche de faire marcher le jeu rondement.

43Ils sont tellement abrutis que, pour eux, les disputes et les insultes, c’est comme une conversation ordinaire. (ANT. p. 169)

44Quando o fiscal chegou, o contramestre, um pouco mais calmo, lhe perguntou, quase gentilmente :

  • Como vão as coisas lá em baixo ?
  • Vão indo. Há ... carrinhos de carvão.
  • Bom, tenho de partir para um outro canteiro. Trate de manter o ritmo.

45Eles estão tão embrutecidos que, para eles, as brigas e os insultos são como uma simples conversa.

46Le passage « ils sont tellement abrutis » interpelle le traducteur et met en branle tous les mécanismes inhérents à l’activité traduisante : lire, interpréter, rendre. Dans le cas qui nous concerne, traduire, donc réduire, le verbe « être » relève d’une dimension historique mais aussi éthique. Ser embrutecido ou estar embrutecido voilà la question ! Le narrateur et ses compagnons appartiennent à la classe ouvrière wallonne qui se reconnut pendant plus d’un siècle dans le Parti Socialiste Belge. Pour un parti et une classe qui s’efforcent d’actualiser les vieux rêves de lendemains qui chantent, réduire l’expression à « ser embrutecido » eût annihilé tout espoir de changement.

6. Brève conclusion

47À quel registre ou niveau de langue avons-nous affaire tout au long de cette anthologie ? À quelques exceptions près, à un registre plutôt soutenu, voire classique. Les écrivains belges, en effet, ne s’affirment pas par des orthographes fantaisistes, par une syntaxe elliptique ou par la création particulière de néologismes. Ils font la distinction entre registre populaire et langue écrite, y compris André Baillon qui se sert d’une langue aux limites du brut, une langue écorchée qui tisse néanmoins un lien étroit avec la langue de tous les jours, celles des propos familiers et argotiques, tout en gardant une voix narrative instruite.

48L’ensemble des voix de la communauté de traduction, qui n’en est pas moins une « communauté interprétative » au sens restreint du terme — celle qui, à un moment donné, est censée donner un sens à un énoncé et trouver les mots pour le dire dans une autre langue — s’inscrit au sein d’une démarche qui se garde de privilégier une forme d’homogénéisation absolue et récuse de la sorte la double sacralisation, celle de l’auteur comme celle de la langue d’arrivée.

  • 13 Georges L. Bastin, « L’Impact d’Antoine Berman sur la traductologie en Amérique latine : une enquê (...)

49Comme la Belgique, la communauté « traductrice » habite un espace d’entre-deux, elle travaille dans un va-et-vient permanent entre l’ici et l’ailleurs, entre la lettre et le sens, entre le « je » et l’« autre », consciente toutefois que des particularités expressives risquent de se perdre à tout jamais dans le jeu subtil du passage de l’un à l’autre. Le nouveau monde brésilien se caractérise par un mélange d’éléments hétéroclites que l’on avale joyeusement dans le processus défini couramment par la métaphore du cannibalisme culturel. Le traducteur collectif a su éviter l’écueil ethnocentrique et s’inscrit en porte-à-faux contre une vision uniformisatrice et donc « contre la démarche assimilatrice de prédilection assez générale en Amérique latine13 ». S’il a voulu demeurer fidèle à l’« original » et a su préserver son étrangeté, il a su également s’en écarter en s’efforçant d’axer son cap sur une troisième rive du fleuve, celle d’une nouvelle forme de nouveau monde.

Notes

1 Celui-ci est par ailleurs un acteur important du débat francophone actuel tant à travers ses séminaires au Centre International d’Études Francophones de la Sorbonne que de sa collection « Documents pour l’histoire des francophonies » (Bruxelles, Pie Peter Lang) où sont notamment parus récemment L’Europe et les francophonies ; Les Écrivains francophones interprètes de l’Histoire ; entre filiation et dissidence ; et Entre aventures, syllogismes et confessions : Belgique Roumanie Suisse. Lors du colloque de 2005 Où va la francophonie au seuil du troisième millénaire (Bari-Paris, Schena Editore — Presses de l’université de Paris-Sorbonne), il a notamment creusé la tension constitutive France-Francophonies.

2 Marc Quaghebeur, Anthologie de la littérature française de Belgique ; Entre réel et surréel, Bruxelles, Éditions Racine, 2006. Conçue au départ pour une publication brésilienne, le titre original était Entre réel et surréel : une anthologie de la Belgique francophone / Entre o real e o surreal : uma antologia da Bélgica francófona ; ce travail est en phase de publication aux éditions Tomo Editorial à Porto Alegre. L’édition belge se calque sur le travail conçu pour la traduction. Les choix de l’éditeur en ont toutefois modifié le titre d’une part, et procédé à des coupes dans certains des textes sélectionnés, d’autre part. Pour des raisons d’efficacité lors des citations, je me reporterai à l’édition en français (ANT. p. x) ; en cas de texte amputé, je me reporterai à l’édition de base de l’écrivain en question.

3 M. Quaghebeur, « Avant-propos » (ANT. p. 6).

4 Suzanne Lilar, O casal, trad. de Le couple par Regina Regis Junqueira, Rio de Janeiro, Editora Civilização Brasileira, 1970.

5 M. Quaghebeur, « Introduction » à l’édition brésilienne.

6 Cf. Michel Ballard, « Les stratégies de traduction des désignateurs de référents culturels », dans La Traduction, contact de langues et de cultures (1), études réunies par Michel Ballard, Arras, Artois Presses de l’université, 2005, p. 134.

7 M. Ballard, ibidem, p. 126.

8 J’emploie le concept communauté interprétative (interpretative community) dans le sens défini par Stanley Fish : l’ensemble des éléments responsables de l’émergence de significations ou de stratégies interprétatives acceptables à une époque et dans une société données, le sens n’étant donc pas acquis une fois pour toutes, mais actualisé en fonction de paramètres historiques, philosophies, éthiques et psychologiques de la communauté socioculturelle. Cf. S. Fish, Is there a Text in this Class ?, Cambridge, Harvard University Press, 1980.

9 Thilde Barboni, « Inconscient et traduction », Cahiers internationaux de symbolisme. Théorie et pratique de la traduction littéraire, l’atelier du traducteur, n° 92-93-94, 1999, p. 28.

10 Nul doute que les pratiques traduisantes ne soient redevables de l’environnement intellectuel du traducteur, notamment de ses lectures. Il me semble qu’en l’occurrence celui-ci a subi l’empreinte des conceptions théoriques postulées par Rosemary Arrojo, qui conçoit la traduction comme ré-écriture et le processus traductologique comme une activité essentiellement créative : « plus que transférer, traduire c’est transformer. » Dans son ouvrage Oficina de tradução (São Paulo, Ática, 1986), un chapitre s’intitule précisément : « Quando ameixas não são simplesmente ameixas. » Il y est question de l’interprétation et de la traduction d’un poème de William Carlos William intitulé « This is just to say », et où les « prunes ne sont pas que des prunes ».

11 Antoine Berman, L’Épreuve de l’étranger. Culture et traduction dans l’Allemagne romantique, Paris, Gallimard, 1984, p. 235.

12 Jean-Louis Lippert, Mamiwata, Bruxelles, Éditions Talus d’approche, 1994, p. 180.

13 Georges L. Bastin, « L’Impact d’Antoine Berman sur la traductologie en Amérique latine : une enquête », TTR : traduction, terminologie, rédaction. Antoine Berman aujourd’hui. Vol. 14, n° 2, 2e semestre 2001, p. 185. Article consulté sur internet : http://www.erudit.org/revue/ttr/2001/v14/n2/000575ar.html

Auteur

Université Catholique de Louvain — Belgique

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search