Version classiqueVersion mobile

Traduction et lusophonie

 | 
Marie-Noëlle Ciccia
, 
Ludovic Heyraud
, 
Claude Maffre

Présentation

Marie-Noëlle Ciccia

Texte intégral

1Ce volume regroupe les actes du colloque international « Traduction et Lusophonie : Trans-actions ? Trans-missions ? Transpositions ? » qui s’est tenu les 6, 7 et 8 avril 2006 à l’université Paul-Valéry — Montpellier III. Le partenariat entre le centre de recherches ETILAL, auquel appartient le département d’Études lusophones, et la Maison Antoine Vitez, qui se consacre à la traduction et à l’édition d’ouvrages de théâtre contemporain du monde entier, a débouché sur une fructueuse rencontre entre universitaires de nombreux pays (France, Portugal, Brésil, Équateur, Italie, Belgique, Roumanie), metteurs en scène de théâtre, traducteurs et écrivains de langue portugaise (le Portugais Pedro Sena-Lino et l’Angolais Ondjaki).

2L’objectif de cette rencontre était d’explorer les enjeux de la traduction dans les domaines réciproques de la littérature française et des œuvres produites en langue portugaise. Les multiples visages de la lusophonie d’hier et d’aujourd’hui ont permis, à partir du cadre théorique de l’activité de traduction, d’aborder et d’illustrer divers aspects de cette problématique, en particulier les questions relevant de la sociologie croisée des espaces culturels dans lesquels interviennent les langues française et portugaise. Par ailleurs, trois études ancrées dans le monde littéraire hispanique ont apporté une vision plus élargie de ce tableau général.

3La réflexion initiale des organisateurs de ce colloque a permis de recueillir de nombreuses propositions envisageant l’acte de traduire selon plusieurs axes transversaux qui, tous, se fondent sur une constatation fondamentale : la conscience du « lointain ». De fait, l’ensemble des chercheurs a relevé la distance, qu’elle soit temporelle, géographique, linguistique ou formelle, qui s’instaure dès lors que l’ont prétend transposer un texte (écrit ou oral) dans une langue cible. Les communications des deux auteurs invités sont une entrée en matière émouvante, parce qu’humaine et vécue de l’intérieur, dans le débat de la transmission sur le mode linguistique de leur désir — et de leur besoin — d’expression artistique.

4Les inévitables interpénétrations entre les différents thèmes abordés sont aisément repérables et l’on peut juger vain de s’attacher à classifier les études qui ont été proposées. Cependant, on constate qu’elles s’ordonnent globalement en trois grandes directions :

  • La première, « Traduire seul ou à plusieurs mains », interroge plus particulièrement la technique de la traduction, les liens qui s’établissent entre deux ou plusieurs traducteurs et leurs perceptions éventuellement discordantes du texte source, les contacts entre traducteur et auteur susceptibles de mutuelles influences.
  • La seconde, « Traduire les genres » s’est avérée la plus féconde et a pris pour cible la forme du message à traduire. Qu’advient-il, par exemple, de la transmission écrite d’un message oral ? Les textes théâtraux subissent également d’inévitables distorsions lors du passage dans une autre langue, distorsions liées non seulement à leur forme, à leur caractère d’oralité mais aussi à l’usage qui sera fait de la traduction, notamment à travers cet autre prisme qu’est la mise en scène. Plusieurs interventions ont porté sur la nécessaire adaptation du texte poétique, qu’il appartienne à la période classique, ou immédiatement contemporaine. Des réflexions sur la traduction de textes en prose ont, par ailleurs, fait surgir des pistes de travail souvent inattendues. Les questions de sous-titrage et le thème de l’adaptation de chansons ont eu également leur place dans ce débat.
  • Enfin, les communications incluses dans le dernier domaine d’étude, « Traduire — Transmettre — Transgresser », se sont consacrées davantage (mais non pas exclusivement) aux effets de la traduction, à l’implication éventuellement politique (au sens large) de l’acte de traduire, à l’inévitable part de transgression — plus ou moins consciemment assumée — dans la volonté de transmettre le message écrit.

5On ne peut que se réjouir de la diversité et de la qualité des divers travaux présentés lors de ce colloque qui, loin de clore le débat sur le thème de la traduction, ouvre au contraire de nombreuses perspectives tant le foisonnement des idées est perceptible à la lecture de ces textes.

6Avant de conclure cette présentation, nous tenons à exprimer nos plus vifs remerciements à un certain nombre d’institutions qui, de près ou de loin, ont soutenu ce projet jusqu’à sa réalisation : l’ETILAL, en la personne de son directeur, M. le Professeur Raphaël Carrasco, la Maison Antoine Vitez de Montpellier qui a, entre autres, organisé une table-ronde sur la traduction théâtrale en parallèle avec ce colloque ainsi que des lectures bilingues de textes dramatiques, le Pôle universitaire européen, l’Instituto Camões, la région Languedoc-Roussillon et la paroisse Sainte-Bernadette, pour son chaleureux accueil dans ses locaux, au moment de la fermeture de l’université.

7Ont collaboré à ce volume (par ordre alphabétique) :

8Leonor Lourenço de Abreu, université catholique de Louvain, Belgique.

9Maryvonne Boudoy, université de Paris VIII — Saint-Denis.

10Cristina Burneo, revue País secreto, Quito, Équateur.

11Lúcia Peixoto Cherém, université du Paraná, Brésil.

12Marie-Noëlle Ciccia, université Paul-Valéry — Montpellier III.

13Paula Mendes Coelho, universidade Aberta, Lisbonne.

14António Coimbra Martins, essayiste, Lisbonne-Paris.

15Marie-Thérèse Coudert, université de Paris X — Nanterre.

16Teresa Cristina Duarte, université de Toulouse — Le Mirail.

17Marc Gruas, Institut supérieur de langues et administration, Lisbonne.

18Ludovic Heyraud, université Paul-Valéry — Montpellier III.

19Ilinca Ilian, enseignant-chercheur, Bucarest, Roumanie.

20Xavier Julien-Laferrière, musicien, metteur en scène, Paris.

21Olinda Kleiman, université Charles-de-Gaulle — Lille III.

22Ivana Librici, université de Sienne, Italie.

23Claude Maffre, université Paul-Valéry, — Montpellier III.

24Ondjaki, écrivain angolais, Luanda.

25Anne-Marie Quint, université de la Sorbonne Nouvelle — Paris III.

26Manuel Ramos, chercheur, Portugal.

27Michel Riaudel, université de Paris X — Nanterre.

28Adrien Roig, université Paul-Valéry — Montpellier III.

29Ana Clara Santos, université d’Algarve, Portugal.

30Pedro Sena-Lino, écrivain, Lisbonne.

31Francis Utéza, université Paul-Valéry — Montpellier III.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search