Version classiqueVersion mobile

Diasporas, Cultures of Mobilities, ‘Race’ 2

 | 
Sarah Barbour
, 
David Howard
, 
Thomas Lacroix
, 
et al.

Questions of Theory, History and Memory

D’exils en migrations : échos d’une dispersion iranienne

Mélanie Pénicaud

Résumé

Arguing for a better recognition of the notion of exile in the social sciences, this article intends to shed light on the complexity of the connexions between migration and exile narratives by analysing several examples representations of Iranian migration and exile. In underlining the differences between exile and migration in narratives, this article examines the possibility of working with a dual corpus composed of both oral and written sources. Investigating sources of a different nature—but mainly based on interviews—and focusing on the figures and representations of exile, these pages present the variety of meaning that the term ‘exile’ can embody for people in contrast to ‘migration’ in the context of Iranian migration.

Plaidant pour une meilleure reconnaissance de la notion d’exil dans le domaine des sciences sociales, cet article se propose d’interroger différentes formes de l’expression de l’exil iranien à travers l’analyse des expériences migratoires et du récit de soi en contexte migratoire. En s’attachant à la dialectique entre expériences migratoires et exiliques, ces lignes esquissent ainsi une approche comparative de l’étude des différents modes d’expression de soi en migration, à la fois oraux et écrits. Elles croisent ainsi l’analyse des expériences migratoires et de leurs expressions avec une réflexion sous-jacente relative à la connexité entre la migration et l’exil, que cette dernière soit de nature intrinsèque à leur existence commune ou bien construite socialement, culturellement, politiquement.

Texte intégral

  • 1 Friedrich W. Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra (Paris: Gallimard, 1947): 15.

Lorsque Zarathoustra fut âgé de trente ans, il quitta son pays et le lac de son pays et s’en alla dans la montagne. Là, il jouit de son esprit et de sa solitude et ne s’en lassa point durant dix années. Mais enfin, son cœur se transforma, et un matin, il se leva avec l’aurore, s’avança devant le soleil et lui parla ainsi : « Quel serait ton bonheur, ô grand astre ! si tu n’avais pas ceux que tu éclaires1 ? »

1Si la notion d’exil s’est appauvrie dans le langage courant et médiatique, renvoyant presque exclusivement à des situations de migration dites « forcées », cette dernière s’avère cependant d’un puissant potentiel heuristique dans le champ des migrations internationales (Nuselovici, 2013 ; Pénicaud, 2012). En ce qui concerne la migration iranienne, le terme est communément employé afin de désigner les Iraniens de l’étranger : l’exilé est d’abord politique et sa figure lestée du poids de la contestation. Ici, et comme dans le vocable courant ou journalistique, exil et migration sous la contrainte sont largement mêlés.

2Principalement issu d’une enquête anthropologique menée auprès de migrants iraniens en France, cet article se propose d’élargir l’acception de l’exil à travers quelques références au champ littéraire. Néanmoins, la démarche qui oriente ces lignes n’ambitionne pas de procéder à une analyse littéraire des textes invoqués mais à mettre en regard des sources que la tradition n’a pas pour habitude de se saisir dans un même geste. En effet, si la plupart des recherches en Sciences sociales invoquent depuis longtemps des auteurs littéraires, notamment en sociologie ou en anthropologie, et même si les Sciences sociales commencent à se saisir, depuis quelques dizaines d’années, des œuvres littéraires comme objet d’étude, on ne peut que déplorer l’absence d’un traitement combiné de différents types d’expressions dans l’analyse des expériences et des identités. La migration et ses effets ne sont-ils pas pourtant un objet commun des études en Sciences sociales et des études littéraires, notamment de la littérature comparée ? Or, si le chercheur en Sciences sociales s’accorde avec Paul Ricœur pour reconnaître dans tout récit de soi le mécanisme d’une « identité narrative » sous-tendu par une « mise en intrigue » (Ricœur 1988), le parallèle entre le récit de vie et le roman, par exemple, devient significatif : dans l’un comme dans l’autre, c’est l’unité narrative d’une vie qui est objet de (re) construction, le récit restant une tentative d’unification a postériori.

  • 2 Le film Persépolis a été co-réalisé par Marjane Satrapi avec Vincent Paronnaud en 2007.

3Afin de présenter diverses variations narratives et discursives de l’expérience de l’exil et de la migration, ce texte s’appuie principalement sur une enquête menée à Paris aux mois de mars et avril 2012 sur la base de dix entretiens semi-directifs dont l’échantillon présentait quatre individus faisant état d’une activité artistique et/ou littéraire : un musicien, un poète, un écrivain et une artiste plasticienne et écrivain. Tandis que les expériences migratoires, les thèmes de l’exil, de la nostalgie, du voyage, etc., ainsi que le rapport à la lecture étaient abordés avec l’ensemble des enquêtés, cette enquête questionnait, en outre, le métadiscours de certains enquêtés sur leurs propres créations, aspect qui n’est cependant pas rapporté dans cet article. Le corpus littéraire mobilisé pour ce travail s’appuyait principalement sur le recueil de poèmes du poète Hassan Makaremi Deux faces, poèmes (1983-2002), sur La Vallée des Aigles, autobiographie d’une fuite, de Sorour Kasmaï (2006), sur L’extrême réel, deux voyages en Iran, de Pedro Kadivar (2010), ainsi que sur la trilogie du Partir, rester, revenir, de Shahrokh Meskoob (2007) et enfin, sur la bande dessinée ainsi que sur le film Persépolis de Marjane Satrapi2. Cependant, cet article ne reprend que quelques exemples parmi ces références artistiques et littéraires et sa portée ne dépasse pas l’objectif de souligner, dans une démarche exploratoire, les diverses, complexes et parfois paradoxales dimensions, figures et expressions de l’exil recueillies auprès d’une population précise. Ainsi, les questionnements épistémologiques et méthodologiques induits par la mise en écho de ces deux corpus n’entrent pas dans le champ de cet article.

  • 3 En référence à Alexis Nuselovici pour qui l’exil est « condition et conscience ».

4En questionnant la dialectique entre expériences migratoires et exiliques à travers leurs formes orales et littéraires, ces lignes révèlent une diversité de modulations de la notion d’exil que le sens commun et les dictionnaires eux-mêmes ne permettent pas de toujours bien appréhender. Elles croisent ainsi l’analyse des expériences migratoires, de leurs expressions et de la construction des récits de soi avec une réflexion sous-jacente relative à la connexité entre la migration et l’exil, que cette dernière soit de nature intrinsèque à leur existence commune ou bien construite socialement, culturellement, politiquement. Enfin, l’expression des expériences en migration est ici prétexte à s’intéresser à l’exil comme processus, situation, conscience et réflexivité3 : derrière toute acception de l’exil, qu’elle soit générale, à visée politique ou de nature médiatique, que recouvre exactement, à l’échelle de l’individu, ce terme largement galvaudé ? C’est donc dans les récits, discours et créations de ces Iraniens présents en France que nous l’avons traqué : que disent ces voix de l’exil lorsqu’on les écoute ? Ces lignes sont ainsi l’occasion de s’intéresser à la symbolique du corps en exil et à l’expression de temporalités singulières.

  • 4 À noter cependant une récente initiative du Collège des études mondiales menée par Alexis Nuselovic (...)
  • 5 En hébreu « exil », la galout désigne plus spécifiquement l’exil du peuple Juif d’Israël.

5Une analyse des discours et récits de la migration ou de l’exil iranien ne saurait néanmoins se concevoir sans rendre compte au préalable des processus historiques dans lesquels ils s’inscrivent. Dissocier exil et migration ne va pas encore de soi et la notion d’exil n’est d’ailleurs pas entrée dans le champ des Sciences sociales4. Celle-ci recouvre plusieurs dimensions différentes. D’abord à la fois bannissement ou départ résultant d’un choix non librement consenti, les chemins de l’exil sont à la fois un topos littéraire très ancien et un objet romantique. En effet, l’exilé racontant son expérience — et son drame ? — a le pouvoir d’atteindre émotionnellement ses auditeurs et/ou ses lecteurs. Le courant du romantisme s’en est d’ailleurs largement saisi en développant principalement les variations de la nostalgie du pays quitté. Parce qu’il incarne une contestation, une posture de refus, l’exil mérite récit et capte l’attention. Mais si les figures de l’exil romantique sont incarnées par des personnages solitaires, l’exil peut aussi être collectif, comme l’illustre la galout5 qui marque l’exil et la dispersion. L’exil est donc par conséquent et tout à la fois un objet littéraire, poétique, politique et philosophique.

  • 6 « Exil: [...] 3. Astrologie : situation d’un astre qui se trouve dans le signe du zodiaque situé à (...)

6Cependant, les dictionnaires eux-mêmes ne donnent pas la même définition du terme et participent de l’appauvrissement que l’on peut observer dans le langage courant (El-Khattabi 2012). Par exemple, Le Robert s’aligne derrière l’acception de migration sous la contrainte et offre de l’exil une définition exclusivement géographique, voire géopolitique, jusqu’à lui prêter comme antonyme le terme de « retour »... Par ailleurs, si la consultation de dictionnaires d’usage distinct révèle des acceptions différentes, l’exil apparaît dès sa définition comme une condition marquée de négativité : entre éloignement géographique sous la contrainte (dont le degré est souvent difficilement appréciable de l’observateur) et isolement, séparation affective et symbolique, perte, fracture et manque — une dimension psychologique que l’on peut isoler autour de l’exil comme n’impliquant pas les traumatismes précédant le départ — on nous livre, jusqu’au signe du zodiaque marqué par l’opposition6, la définition d’un état perçu comme négatif. Or, cette négativité allouée à la notion d’exil est nécessairement historiquement située, ce que souligne Chantal Bordes-Benayoun :

[...] écart géographique et séparation symbolique sont en effet indissociables. Être exilé et être en diaspora se sont donc souvent construits comme des équivalents pour évoquer une situation incomplète. Privé de patrie, on est privé d’être. C’est là un usage linguistique fréquent mais aussi une représentation située historiquement.
(Bordes-Benayoun 2006 : 189)

7La connexité entre exil et déplacement géographique ne va pas de soi et l’on peut se sentir déraciné sans sortir de chez soi, ce qu’incarne l’expérience de la « désolation » arendtienne : « Être déraciné, cela veut dire n’avoir pas de place dans le monde, reconnue et garantie par les autres [...] » (Arendt 1951 : 313). Enfin, les Sciences sociales ne sont pas en reste de l’appauvrissement du mot : tandis que la notion requiert un regard transdisciplinaire, nombre de géographes et sociologues ont « dissous » (Wievorka 2013) l’exil dans le champ d’étude des migrations internationales, lui-même fortement structuré par ces deux disciplines et réduit à la traduction d’une « migration forcée ».

8Alors ne se doit-on pas de bousculer cette nébuleuse préconstruite et située qui gravite autour de l’exil ? Ne faut-il pas laisser à ceux qui vivent ces expériences la place de nous les narrer (Fogel 1999), ou bien encore prêter une plus grande attention aux témoignages offerts par la littérature, bien que les Sciences sociales demeurent frileuses ou divisées à les considérer comme terrain d’enquête ? Derrière toute négativité apparente, ne trouve-t-on pas des exils dits « fertiles » par ceux qui les vivent, rappelant le mythe platonicien de la caverne : l’exil agit-il toujours l’individu ou bien celui-ci peut-il en faire en quelque sorte une ressource ? Si l’on considère l’exil comme un « vide inextirpable qu’il faut remplir » (Bianchi 2005 : 8), peut-il alors se lire comme un processus et l’exil philosophique comme une réalité anthropologique ?

9La présence iranienne sur le sol français repose sur une « entente » historique, économique, politique et culturelle entre les deux pays, forgée dès le xixe siècle (Adelkhah 2003). Les défaites perses face à la Prusse et à la Grande-Bretagne posent le socle patriotique des relations entre la Perse et la France à l’origine d’une longue tradition migratoire. Les élites perses se tournent alors vers l’hexagone afin de puiser en Europe le terreau d’une modernisation du pays : écoles privées et religieuses françaises, enseignement du français et a fortiori enseignement « à la française » se développent. En 1902, le français devient la seconde langue officielle du pays ; entre 1929 et 1935 environ 75 % des étudiants iraniens à l’étranger sont en France (Naraqhi 1995 : 151). Cette proportion chute rapidement après la Seconde Guerre mondiale à la suite de laquelle les États-Unis deviennent la première destination d’émigration, tandis que le français perd son statut de langue officielle. Ainsi, en 1973, on ne compte plus en France que 5 % des étudiants iraniens partis faire leurs études à l’étranger (Vahabi 2012 : 42).

  • 7 La ville est aujourd’hui généralement reconnue comme un tremplin vers l’émigration.
  • 8 Avec toutes les réserves que l’on doit prendre à l’égard de ces chiffres.

10Si les premiers Persans à trouver refuge en France n’ont pas attendu le tournant politique de la révolution de 1979, celui-ci provoque de nouvelles et plus conséquentes vagues de départ. Dès 1978, une grande partie de l’ancienne classe dirigeante part précipitamment, à l’instar de certaines minorités religieuses. La chute du président Bani Sadr en juin 1981 provoque quant à elle la fuite de l’intelligentsia révolutionnaire, puis des intellectuels politiquement actifs, des dirigeants des partis politiques, des officiers supérieurs et de ceux qui craignent pour leurs libertés. Les destinations privilégiées sont déjà les États-Unis et le Canada et dans une moindre mesure, l’Europe occidentale. Les vagues migratoires qui s’ensuivent résultent quant à elles de facteurs structurels divers et combinés : contexte de globalisation et d’urbanisation grandissantes7, guerre avec l’Irak, protestation populaire à l’Université de Téhéran en 1999, durcissement du régime d’Ahmadinejad, etc. D’après l’INSEE, la France compte en 2006, 18 982 immigrés iraniens dont 8 154 étrangers8.

11La présence iranienne en France se distingue par sa composition fortement élitaire (Vahabi 2011). Elle comprend, d’une part, l’ensemble des générations venu faire ses études à l’étranger, dont les motivations des contingents partis suite aux conséquences de la révolution de 1979 ne sont pas à isoler du contexte politique. La seconde composante de cette « élite » iranienne présente en France est, d’autre part, incarnée par les membres de l’opposition, que les dispositions politiques de la France conduisirent en nombre à choisir comme terre d’élection (Vahabi 2009).

  • 9 L’essentiel de la diaspora iranienne réside actuellement aux États-Unis, en Inde, au Canada, en All (...)

12Si la dispersion du peuple iranien semble bien correspondre aux critères de la diaspora, à savoir principalement dispersion, conscience et marquage identitaire (MA MUNG 2000), « l’interpolarité des relations avec le pays d’origine et entre les différents pôles de la migration9 » (MA MUNG 1992 : 187) reste à attester. Ainsi, Catherine Withol de Wenden et Nader Vahabi préfèrent parler de « diaspora par défaut » (2011) pour qualifier la présence iranienne en Belgique. En effet, l’existence de couples migratoires entre la métropole perse et les pôles de la migration est considérée comme de nature problématique, notamment en raison de la politique intérieure et étrangère iranienne. Cependant, nous pouvons nous permettre d’avancer une certaine interpolarité des liens entre ces derniers par le fait que la population iranienne de l’étranger est — du moins pour une grande partie de ses membres et sans doute du fait de son caractère élitaire — forte d’une pratique régulière de l’espace transnational. Les raisons des déplacements chez les enquêtés sont en effet multiples : emploi, congés, retour en Iran pour certains, visite de la famille souvent dispersée aux quatre vents par la situation sociopolitique de l’Iran de ces trente dernières années :

Vous avez voyagé depuis que vous êtes en Europe ?
Ah oui, bien sûr ! Parce que toute ma famille habite en Europe. J’ai de la famille en Allemagne, en Suisse, en Hollande, en Norvège, en Suède, au Canada, aux États-Unis. (Mme J.)

  • 10 Voir Arendt Hannah, Les Origines du totalitarisme (Paris: Seuil, 1951) et Le Système totalitaire (P (...)

13De même, les productions artistiques et littéraires — notamment traitant de la migration et de l’exil, que ce dernier soit vécu de l’étranger ou bien depuis l’Iran en référence à la désolation arendtienne10 — et leur diffusion, ainsi que les déplacements et rencontres de ceux qui les produisent œuvrent aussi à bâtir un réseau et des échanges de type diasporique. Ainsi, plus qu’une réflexion sur des logiques diasporiques, c’est une géographie individuelle multipolaire qui se dessine au fil des histoires de vie, invitant à repenser la figure de l’exilé dans un cadre dynamique, mobile, à la fois ouvert et ancré géographiquement, perçant une « troisième voie [d’analyse] entre l’option de l’assimilation et celle du retour » (Fibbi, D’Amato 2008 : 7). Loin du stéréotype de l’exilé ne quittant pas le sol du pays d’accueil, coincé dans la dynamique spatiale binaire d’un « entre-deux » entre nouvelle patrie et pays natal ou encore dans le triptyque du « partir/rester/revenir », les individus enquêtés sont tous fortement inscrits dans des dynamiques circulatoires.

  • 11 En référence à la notion d’exil intérieur chez H. Arendt.

14Mais si l’exil fait intrinsèquement allusion à la notion de rupture et de perte (géographique, des repères, affective, matérielle), cette dernière place alors au cœur de la problématique exilique la question du retour, par nature impossible. En effet, si le sentiment d’exil a pu précéder le départ d’Iran11 de la même manière que l’installation en d’autres lieux, le retour ou sa possibilité n’en restent pas moins marqués de son sceau. Ainsi l’expression de l’exil, toujours négociée dans ce que M. Breviglieri qualifie d’« économie du regret » (2010 : 61), est souvent un moment de tension dans la narration, où l’amertume traduit souvent le bilan d’une vie sur laquelle les individus ont fait une croix. À cela s’ajoute souvent la dépossession matérielle qui joue un rôle pragmatique et symbolique dans la manière d’envisager un hypothétique retour.

Deuxième vie commence. [Silence] premier chapitre c’est un peu... Derrière moi je laisse et mon pays et mes enfants et mon épouse et je laisse ma famille et je laisse tout ensemble et mes ennemis, mes idéaux, tout ensemble des activités, coopérative familiale, tout ce que j’ai construit, ma maison, mes moyens financiers, tout, tout ça que jamais je récupérerai, ça, c’est fini ça. (M. B.)

Aujourd’hui, quand j’appelle les gens que j’ai toujours en contact là-bas, il m’a dit que voilà [...] : « toutes les choses que tu as dans ta mémoire, ils sont que erase : immeubles de vingt étages ou trente étages ». C’est fini, aujourd’hui, tout ça c’est comme une photo pour moi, c’est dans ma mémoire. [Silence] J’ai pas très... [hésitant puis se reprenant] J’ai envie de y aller un jour. Mais je sens que si je vais y aller, je vais être comme un touriste, comme toi. Si je vais aller aujourd’hui là-bas, je vais prendre un book pour lire un peu d’histoire, parce que tout était changé, le pays c’est pas le même. (M. E.)

15Ce n’est désormais plus que l’étranger à son propre pays qui envisage le retour, amorcé par la pensée depuis longtemps. Le décalage entre ce que la mémoire retient telle « une photo » contraste violemment avec l’évolution du pays qui souligne l’amplitude du temps passé au loin. La souffrance liée à l’impossibilité de rentrer un jour dans le pays de sa mémoire, conditionnée par l’âge auquel les enquêtés ont quitté leur pays, est accentuée par la longueur des années passées en exil. Cette frustration d’un passé à jamais perdu s’exprime souvent difficilement, avec une émotion vive, mais aussi la difficulté à trouver les mots justes, comme pour Mme J. qui se rend compte avec inquiétude au cours de l’entretien qui lui impose un moment d’introspection de toute la distance qui s’est installée entre elle et son pays d’origine. Comme chez d’autres, la narration laisse percevoir un certain isolement dans la souffrance et la difficulté à partager cette « expérience » :

Mais c’est drôle parce que je me sens une étrangère en Iran. Quand je vais en Iran, je n’ai pas la même vie [qu’avant]. Pas la même vision, de regarder... comment on dit ? La même vision que les autres, vous voyez, sur la vie. [...] Non, mais c’est en Iran que je me sens étrangère, malheureusement. Dans mon propre pays je me sens une étrangère. C’est drôle hein ? [Silence] C’est drôle et c’est triste de se sentir étranger chez soi. [Elle rit doucement. Silence long]
Mais c’est quelque chose que j’ai retrouvé chez l’ensemble des personnes que j’ai pu rencontrer...
Ah, ils se sentent la même chose que moi ?

16Dans l’exil, impossible retour et nostalgie d’un temps perdu vont de pair. C’est ce qu’évoque poétiquement Sharokh Meskoob dans la deuxième section de sa trilogie à travers un dialogue que l’on peut lire comme une certaine forme de maïeutique :

S.M. — De ce point de vue le jardin est toujours loin de nous. Il est en nous, mais il est loin de nous, hors de notre portée. Il fleurit au printemps et lorsque notre automne arrive le temps du jardin est révolu.
F.O. — Le problème est que l’on ne se souvient du printemps que lorsqu’il est passé. (Meskoob 2007 : 72)

  • 12 Évolution souvent mal vécue qui se retrouve dans les discours.
  • 13 Plusieurs enquêtés soulignent avoir été frappés par le brusque renversement de l’image de l’Iran en (...)

17Cependant, derrière une expérience douloureuse et contrairement à ce qu’expriment largement de l’exil et de la migration les œuvres littéraires, les situations d’exil apparaissent étonnamment fréquemment valorisées dans les discours de ceux qui les vivent : très souvent l’interculturalité et l’enrichissement personnel induits sont mis en avant par l’individu. Ainsi, beaucoup ont fait de leur migration un outil du quotidien, en sachant mettre en avant et apprécier leur double ou pluri-appartenance. Plus que cela, Mme F. fait ainsi preuve d’une relation affective avec ce qu’elle nomme son « exil » : « Alors, je reconnais que cette chance là, que cette ouverture de la vie, que cette porte qui s’est ouverte en moi, je l’aime et je prends soin de ça. [Silence] ». Cette valorisation de la migration et de l’exil dans le discours apparaît comme une forme de singularisation et de distinction : « Et c’est vrai, je ne fais pas comme tout le monde, je ne suis pas comme tout le monde, je ne suis pas Madame Tout le Monde et je suis fière. C’est ma façon de faire. » (Mme C., à propos de la place de ses origines dans son milieu professionnel). La migration et l’exil deviennent les outils de la revendication d’une altérité. Contrairement à l’image de l’exilé indéfiniment perdu entre deux cultures et peut-être afin de prendre du recul ou de réagir face à la transformation politique de la figure de l’immigré en France dans les années 200012, comme de celle, négative, de l’« Iranien post 197913 », beaucoup développent ce type de discours, à l’image de M. E., activiste politique, qui se définit lui-même comme « exilé » et « réfugié politique » :

J’apprécie, de moi-même, [d’être] forcé d’aller vers l’exil.
C’est enrichissant pour vous, c’est positif ?
Oui, oui, absolument, absolument. Et peut-être c’est une des choses que ça m’aide au niveau du travail parce que je comprends les gens mieux. [...] Et voilà, et je pense aussi que ça m’a aidé au point de vue du travail et pour être ouvert vers le monde. [...] L’exil, au bout de dix-huit ans, a changé ma réflexion sur l’homme. (M. E.)

  • 14 Voir Platon, La République.

18Outre l’aspect d’une pluralité culturelle et du dépassement de soi, c’est parfois l’exil lui-même qui devient positif dans son état de repli, obligeant le sujet à faire un retour sur lui-même dans son isolement. Ainsi, M. B., réfugié en France, raconte son premier exil dans son propre pays, en 1969. L’activité intellectuelle et créatrice qui a marqué cette période ne peut que nous rappeler le mythe de la caverne platonicien14. En revenant de ces deux années d’ostracisme, M. B. raconte n’être plus le même :

Pendant cette période d’école Polytechnique j’ai fait quelques activités politiques, donc c’était à l’époque du Shah et j’étais exilé pendant deux ans dans la région du Balouchistan. Premier élément important. Avant Polytechnique etc., premier concours d’entrée, etc., c’est pas très important. Ce qui est important pour vous, c’est cet exil ? Oui, oui. Tout le monde peut être premier dans un concours d’entrée de Polytechnique. C’est pas ça qui est important. C’est, c’est exil de deux ans au Balouchistan, entre à peu près dix-neuf et vingt-et-un ans. [...] Ces deux ans m’ont permis de m’instruire, de me construire, de comprendre qu’est-ce que c’est l’être humain, qu’est-ce que c’est un pays, parce que j’étais plutôt poussé comme ça, de grande ville Téhéran vers grande ville de province, après petite ville de province, après un village le plus lointain, c’est le dernier village vers lequel on m’a amené [...] c’est le village frontière entre Iran et Pakistan. [...] [Je voudrais] vous donner quand même cette chose : ce jeune étudiant polytechnique qui voulait construire le monde avec la science et la technique et ben, ce constat que la vie, la vraie vie est là. [...] Mais, mais, ces deux ans c’est très constructif. [...] En revenant vers Polytechnique, j’étais changé, on peut dire. Oui, c’est ça. Ça m’intéressait plus : ni la vie étudiante, ni la vie politique telle que je l’avais constatée, mais c’était beaucoup plus profond ; mais je peux dire que [...] mes fréquentations étaient d’un niveau plus élevé. [...] Je suis passé mon temps et j’ai appris plein de choses. C’est auto-construction. Reprendre, apprendre tout un ensemble de sciences et de connaissances qui me manquaient.

19M.B. le dit lui-même, cet exil est l’évènement fondateur d’une prise de conscience qui marque de manière indélébile son orientation existentielle et c’est aussi une expérience qui lui inspira son premier poème auquel de nombreux autres succèderont. La solitude de l’exil encourage l’introspection, la réflexion, l’observation. Comment, ici, ne pas penser à l’exil de Zarathoustra, le prophète perse du Zoroastrisme ?

20Si les récits de l’exil transparaissent dans la littérature tandis qu’ils émergent difficilement au cours des entretiens, c’est qu’ils touchent à la sphère de l’intime, par delà les « lignes rouges » ( « khatteh sorkha » (Vahabi 2008 : 17)) qui tiennent « l’importun » (ibidem) à l’écart ; lignes bordées de barrières que l’entretien fait parfois sauter. Parler de son exil, c’est presque toujours laisser émerger affects et émotions. Le retour sur soi-même impliqué par l’entretien peut même se transformer en « un moment de réflexivité existentielle insupportable » (Tissut 2012). Néanmoins, penser que de tels affects et émotions ne peuvent que s’exprimer dans la littérature ou les arts, autrement dit, par le biais d’un médium, serait se méprendre.

21Dans le discours des personnes étant parties après la révolution, le basculement de 1979 s’apparente à l’état de désolation dépeint par H. Arendt (1951), les codes sociaux n’étant plus les mêmes. On retrouve aisément les traces de cet « exil immobile » dans les œuvres littéraires et artistiques. Ainsi, Persépolis dépeint la perte de repères progressive de Marjane pour qui l’exil semble bien commencer avant son départ pour l’Europe. « [...] je me sentais sans repère : qu’est-ce qui pouvait arriver de pire ? » (Satrapi 2000 : 71).

[...] ce gouvernement, il a changé les codes habituels de la société. C’est un pays que j’adore, j’ai besoin, presque, d’y aller pour me ressourcer. Avec l’âge en plus, je ressens... Mais je vois que pour vivre, aujourd’hui... je peux pas accepter les codes d’aujourd’hui... (Mme F.)

22L’expression de la nostalgie prend une place de choix dans les récits d’exil écrits, mais aussi oraux. Le sentiment de manque issu de l’éloignement d’avec le pays natal s’attache à des fragments de la mémoire, des sensations (odeurs, couleurs...), des repères géographiques, festifs, etc. Autant de « points d’adhérence » et de « lieux d’ancrages », dont le « souvenir donne à sentir ces vibrations » (Breviglieri 2010 : 58), par delà les ruptures et les enracinements : dans le souvenir s’incarne au présent un passé révolu que la mémoire réactive.

[...] C’est un pays magnifique l’Iran ! Imaginez, vous êtes à Téhéran, dans la capitale d’un grand pays, vous sortez le matin de chez vous, vous êtes au pied d’une grosse montagne, l’Alborz. [...] Cette montagne que j’ai montée plusieurs fois au sommet, magnifique, d’une beauté vraiment extraordinaire ; la mer Caspienne, la forêt du nord, la forêt du sud, le Golfe persique... Tout ça, ce sont les endroits qui me manquent géographiquement, question beauté. (M. A.)

  • 15 Du grec nostos le « retour » et algos la « douleur », le terme est utilisé à partir du xviiie siècl (...)

23Souffrance née de l’éloignement, retour retardé, jugé trop lointain ou impossible — la dimension subie de la migration est ici très présente — l’idée de retour est intrinsèquement, étymologiquement même, liée à la notion de douleur15. On peut, avec la psychologue Judith Stern, retenir trois angles différents sous lesquels la nostalgie se fait jour : « Ce sont les souvenirs sensoriels, la tradition familiale et finalement la communauté culturelle » (Stern 2008). « La poésie de mon enfance me manque, l’odeur, les liens, les cousins, cousines, les rues de notre pays... » (Mme F.). J. Stern souligne qu’« il n’est pas facile de raconter, d’articuler ce genre d’évocations qui semblent relever de la poésie de chacun » (ibid.). Elle insiste également sur la difficulté à trouver des objets de référence ou les termes exacts de la « langue d’accueil » pour communiquer ce type d’émotion, difficulté qui vient doubler la possibilité d’être « emmuré dans sa nostalgie » (ibid.). C’est plutôt finalement à travers des situations prenant facilement « un caractère mythique » (ibid.) que se réfèrent plus aisément les interviewés, par exemple, la chaleur et la profondeur des relations humaines en Iran par exemple, « Quand vous quittez la France, c’est comme vous quittez un congélateur. Et quand vous entrez en Iran c’est comme vous entrez dans un four. » (Mme J.), généralités nécessairement moins présentes dans les écrits. Lorsque l’exil est sujet poétique, on décèle très souvent ce que J. Burgos qualifie, dans sa poétique de l’imaginaire, de modalité de « repli ». Par exemple, le poème Migrateur d’Hassan Makaremi décrit, à travers le passage de l’exilé — aigle incarnant l’indépendance — d’une ville vers une autre, la quête, dans la fuite, d’un espace de recul, dans un voyage mystique et initiatique, dans lequel le corps même s’efface, puis les cités, les proches et même le temps. Après le passage d’un « fragile diaphragme [qui] se déchire » (Makaremi 1993), l’exilé trouve dans sa quête un espace de repli hors du monde, dont la structure spatio-temporelle est articulée par les schèmes d’effacement et de fusion, un monde dans lequel il est désormais « sans recherche » (ibid.) : « le refus du temps qui passe trouve ici réponse à l’angoisse [dans la délimitation d’espace dans l’espace » et où « la pérennité [...] est cherchée [...] hors du temps chronologique » (Burgos 1982 : 127).

24Le temps de l’exil incite en effet à une analyse plutôt littéraire (Quasmera 2006) en ce que cette dernière invite à saisir des variations temporelles à la fois sur le temps court et le temps long. Ainsi, depuis l’Odyssée qui en est paradigmatique, les temporalités de l’exil dans la littérature sont très fortement marquées par la figure de la circularité, dont l’errance est une composante. Pour ne prendre ici qu’un court exemple — qui n’est pas sans rappeler l’écriture du temps dans la poésie d’H. Makaremi — le geste de S. Meskoob dans Partir, rester, revenir (plus particulièrement dans la troisième partie de la trilogie intitulée « Voyage dans le rêve ») dessine, dans le temps du partir, du rester et du revenir, une fable du temps en un paysage fragmenté et néanmoins restreint. À travers une topographie finalement peu développée et parfois même par l’absence de déplacement (notamment dans la seconde partie, « Dialogue dans le jardin ») renforçant le sentiment de solitude, d’oppression et de circularité, s’exprime une véritable « cosmogonie de l’exil » (Milkovitch-Rioux 2009), un espace du « non-où », du déracinement et de l’errance. Le triptyque de Meskoob est un voyage dans le temps, un temps déchiré que la triade s’efforce à reconstruire en tentant de s’affranchir des limites du « ici » et du « là-bas » : écriture migrante, écriture du « hors-lieu », la plume de Meskoob « se voue ainsi par nature à la narration des formes de départ et d’arrivée, des détours et des lignes de fuite » (ibid. : 5). C’est ici tout un rapport au monde, au temps et à l’espace en particulier, qui s’exprime à travers une errance narrative et identitaire que le travail d’écriture semble retranscrire. Néanmoins, la comparaison avec un recueil d’entretiens nous permet de ne pas réduire ces formes récurrentes (circularité, fragmentation...) à de seuls procédés ou figures littéraires (comme exposition et exploration d’une identité), ni même, a contrario, d’appliquer sans une certaine distance des théories interprétant la littérature comme le seul médium permettant de dévoiler une part de l’intimité de l’individu qui serait inapte à émerger dans un contexte d’interaction sociale. En effet, les entretiens permettent aussi de développer des émotions qui se situent elles-mêmes dans une temporalité complexe et fragmentée : une des enquêtées nous fait part de la manière avec laquelle se manifestent ses « crises » nostalgiques qui surviendraient de manière itérative, suivant son cycle menstruel :

Est-ce que vous avez l’habitude de parler de ce dont on vient de parler et avec qui ?
Oui, avec mon mari, je parle beaucoup. [Silence]
De ça ?
Oui. [Elle rit] Vous savez, quand, pour les femmes, quand elles arrivent quelque temps dans le mois qu’elles sont proches de ses règles, elles sont très agacées. Et normalement c’est une période de « sinus » ; vous connaissez « sinus », « cosinus » ? [Elle rit] J’ai commencé de... agacée, de... de dire que mon pays me manque, ma famille, ça, ça, ça... Je parle beaucoup avec mon mari et heureusement, il écoute. Il ne dit pas rien du tout contre de partir en Iran, parce que il sait que... que c’est ce moment : après je deviens calme, jusqu’à le mois prochain ! [Elle rit] Oui. Parfois il me pose des questions : « ce n’est pas le moment de ça ? ! » [Elle rit] « D’accord, tu veux que on aille en Iran : quand ? Demain ? Aujourd’hui ? Demain ? » Parce que il y a deux vols chaque semaine pour Iran. « Tu veux partir vendredi ou mercredi ? » [Elle rit] Et après, il sait que je deviens calme. (Mme H.)

25Le rire qui ponctue chaque idée exprimée par Mme H. traduit une mise à distance plus ou moins consciente face à la dureté du ressenti. C’est le même rire qui inspire le « jeu » inventé par son mari pour dédramatiser la situation en temporisant et jouant sur l’aspect répétitif de ces « crises nostalgiques ». Pour Mme H., l’exil d’Iran, c’est dans son corps de femme et de manière cyclique qu’elle le ressent et c’est ce corps même qui l’exprime avec cette circularité dont on fait la propriété de ce que certains nomment « écriture migrante ». S’il est une manière pour Mme H. de mettre son mal-être à distance et de l’imputer à des causes naturelles en le replaçant sur le plan physiologique, ce sentiment s’impose surtout par son aspect permanent ou en tout cas rémanent, Mme H. ne pouvant pour l’instant qu’en plaisanter avec son mari faute de pouvoir s’en départir. De même, à travers la geste introspective de Persépolis, Marjane Satrapi témoigne, dans l’exil qui fait suite à son départ d’Iran, de son propre ressenti d’une interrelation entre le corps et l’exil. Pauline Carvhalo note :

[...] dans une tentative de comprendre ce mouvement de déstabilisation [de cet état double de l’exil et de la puberté où les systèmes de pensée mis en place depuis toujours sont bouleversés], l’auteur pose la question : comment produire des figures mouvantes de la représentation de soi (et de l’autre) sans perdre toute son unité ? [...] sous son pinceau se dessine alors un territoire de l’intime où le corps joue un rôle fondamental [...] Marjane apprend à devenir une femme tout au long de la bande dessinée mais ce statut de femme variera selon sa condition géographique, sociale et/ou politique [...]. Le va et vient géographique est alors vécu comme une absolue défiguration, déformation.
(Carvhalo 2011 : 3)

26Persépolis nous convie au développement de l’interaction entre l’environnement extérieur et la propre individualité de l’auteure : « le corps devient le centre de l’identité contemporaine » (ibid. : 4). La construction du corps peut alors se lire en fonction des temporalités et des espaces qui ont modelé la vie de l’artiste. Plus que cela, l’intertextualité à laquelle font référence les représentations des corps (à la culture perse, européenne, américaine) sont autant de marques d’une pluri-appartenance culturelle qui s’affirme (ibid.). Dans les entretiens, le rapport au temps, si subjectif et intérieur, est plus difficile — mais pas impossible — à pénétrer. Une autre enquêtée témoigne de la manière dont la distance qui la sépare de son pays et de sa culture se rappelle à elle, dans ses rêves, à travers ses lectures et sa langue :

[...] J’ai le roman iranien, mais quand je l’ouvre, ça me prend un peu de temps pour que les phrases entrent dans mon cerveau. Je peux pas faire des imaginations du livre. [...]
Ça vous demande du temps ?
Ça me prend du temps, oui. Ça me prend du temps parce que ça fait vingt ans presque que je n’ai pas vraiment lu [en iranien] et que j’ai lu que en français. Mes rêves sont que en français. Je ne rêve plus jamais... [...] si, au début je rêvais iranien, c’est normal, dans ma langue maternelle, mais maintenant je ne rêve jamais en langue persan. C’est drôle. [Elle rit]
Même quand vous êtes en Iran, même quand vous voyagez ?
Oui, par exemple même quand dans mes rêves que je suis avec ma maman je parle en français vous voyez ? [Elle rit] C’est drôle. Pourtant quand je parle au téléphone je parle iranien, parce que elle sait pas le français, mais, c’est... [silence] je ne sais pas. [Elle rit] Oui. (Mme J.)

27Le rire encore, en une émotion contradictoire, et l’impossibilité d’exprimer avec des mots ses émotions : le témoignage du rapport à la langue n’est sans doute globalement pas plus propre à l’exil qu’à la migration. Elle demeure au même titre que les rêves, une des incarnations de la distance dans sa dimension plus subie que maîtrisée et totalement intériorisée.

28Bien que leurs destins ne soient pas toujours solidaires, expériences migratoires et exiliques doivent pouvoir se lire en parallèle et permettre de souligner l’heuristicité de l’exil pour les Sciences sociales. L’analyse combinée de matériaux empruntant à des disciplines différentes vient approfondir la compréhension de celui-ci (exil intérieur, état de repli, expérience philosophique, processus d’un accomplissement existentiel, etc.) et met au jour la charge affective et morale, individuelle et universelle à la fois, intrinsèque à cette expérience. Cette multiplicité des acceptions de l’exil, déjà pour certaines soutenues dans d’autres champs mais moins connues des Sciences sociales, souligne la construction située historiquement de cette « condition », que la doxa peut faire ressentir comme une forme d’assignation à une identité réifiée, contre laquelle les discours des personnes enquêtées s’orientent parfois douloureusement.

Bibliographie

Ouvrages cités

Adelkhah Fariba, « Partir sans quitter, quitter sans partir », Critique internationale, n° 19, avril 2003, p. 141-155.

Arendt Hannah, Les Origines du totalitarisme, Paris, Seuil, 1951.

Arendt Hannah, Le Système totalitaire, Paris, Seuil, 1972.

Bianchi Olivia, « Penser l’exil pour penser l’être », Le Portique, 1, 2005, http://leportique.revues.org/index519.html.

Breviglieri Marc, « De la cohésion de vie du migrant, déplacement migratoire et orientation existentielle », Revue européenne des migrations internationales, 26, 2010, p. 57-76.

Burgos Jean, Pour une poétique de l’imaginaire, Paris, Seuil, 1982.

Carvhalo Pauline, « Marianne Satrapi, croqueuse d’exil », e-CRIT, hors-série 1, 2011, p. 1-5. En ligne sur : http://e-crit3224.univ-fcomte.fr.

El-Khattabi Séloua, Exil, langues et génération : psychopathologie des inventions subjectives, pour une clinique du lien social contemporain, Thèse de doctorat en Psychologie, Rennes, université Rennes 2, janvier 2012.

Fibbi Rosita et D’Amato Gianni, « Transnationalisme des migrants en Europe : une preuve par les faits », Revue européenne des migrations internationales, 24, 2008, p. 7-22. En ligne sur : http://remi.revues. org/4452.

Fogel Frédérique, « Transfert contre migration ? », in Lassailly-Jacob V., Marchal J.-Y., Quesnel A. et al., Déplacés et réfugiés, la mobilité sous contraintes, Paris, IRD, 1999.

Harel Simon, Les passages obligés de l’écriture migrante, Montréal, XYZ éditeur, 2005.

Makaremi Hassan, « Migrateur », Deux faces, poèmes (1993). En ligne sur : www.makaremi.com/resources/Poemes.doc.

Ma Mung Emmanuel, « Dispositif économique et ressources spatiales : éléments d’une économie de diaspora », Revue européenne des migrations internationales, vol. 8, 3, 1992, p. 175–193.

Ma Mung Emmanuel, La Diaspora chinoise, géographie d’une migration, Poitiers, Ophrys, 2000.

Milkovitch-Rioux Catherine, « Figures de la migration chez Kateb Yacine dans Nedjma », communication du colloque Kateb Yacine, Paris, université Paris Diderot, 31 janvier 2009. En ligne sur : www.fabula.org/colloques/sommaire1157.php.

Naraqhi Ehsan, Enseignement et changements sociaux en Iran du viie au xxe siècle. Islam et laïcité : leçons d’une expérience séculaire, Paris, Maison des sciences de l’Homme, 1995.

Nuselovici (Nouss) Alexiss Étudier l’exil. FMSH-PP, septembre 2013.

Pénicaud Mélanie, Territoires de soi, paroles d’exils. Approche comparative des modes d’expression de l’expérience migratoire des élites iraniennes en France, Poitiers, université de Poitiers, U.F.R. Sciences humaines et arts, 139 p., Mémoire de master 2, Migrations internationales, Poitiers, 2012.

Quasmera Maria, « Vieillir émigré, vieillir en exil », in A. Montandon et P. Pitaud, Vieillir en exil. Clermont Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2006.

Ricœur Paul, « L’identité narrative », Esprit, juillet 1988.

Satrapi Marjane, Persépolis, tome 1, Paris, L’Association (Ciboulette), 2000.

Shahrokh Meskoob, Partir, rester, revenir, Mayenne, Actes Sud, 2007.

Stern Judith, « L’immigration, la nostalgie, le deuil », Montréal, Revue Filigrane, En ligne sur : http://rsmq.cam.org/filigrane/archives/nostalg. htm.

Tissut Anne-Laure, Séminaire Expériences migratoires, Paris, E.H.E.S.S., Paris, 17 février 2012.

Vahabi Nader, « Une enquête auprès d’exilés iraniens. L’exercice de la maïeutique sociologique face à des enquêtés réticents à se livrer », Migrations Société, vol. 20, n° 120, 2008, p. 13-34.

Vahabi Nader, Récits de vie des exilés iraniens, Paris, Elzévir, 2009.

Vahabi Nader, La migration iranienne en Belgique. Une diaspora par défaut, Paris, L’Harmattan, 2011.

Vahabi Nader, « Genèse de la diaspora iranienne en France, une analyse socio-historique », Migrations Société, vol. 24, n° 139, 2012, p. 27–45.

Wievorka Michel, « Pour un concept d’exil », Séminaire Expérience de l’exil, Collège d’études mondiales, Paris, E.H.E.S.S., 20 février 2013.

Withol de Wenden Catherine, « Préface », in Vahabi Nader, La migration iranienne en Belgique, une diaspora par défaut, Paris, L’Harmattan, 2011, p. 11.

Notes

1 Friedrich W. Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra (Paris: Gallimard, 1947): 15.

2 Le film Persépolis a été co-réalisé par Marjane Satrapi avec Vincent Paronnaud en 2007.

3 En référence à Alexis Nuselovici pour qui l’exil est « condition et conscience ».

4 À noter cependant une récente initiative du Collège des études mondiales menée par Alexis Nuselovici et Alexandra Loumpet-Galitzine.

5 En hébreu « exil », la galout désigne plus spécifiquement l’exil du peuple Juif d’Israël.

6 « Exil: [...] 3. Astrologie : situation d’un astre qui se trouve dans le signe du zodiaque situé à l’opposé de son domicile. » (Académie française, « exil », Dictionnaire de l’Académie française (aris : Fayard, 2005).

7 La ville est aujourd’hui généralement reconnue comme un tremplin vers l’émigration.

8 Avec toutes les réserves que l’on doit prendre à l’égard de ces chiffres.

9 L’essentiel de la diaspora iranienne réside actuellement aux États-Unis, en Inde, au Canada, en Allemagne, en Suède, en Israël, au Royaume-Uni et dans une moindre mesure en France et en Turquie.

10 Voir Arendt Hannah, Les Origines du totalitarisme (Paris: Seuil, 1951) et Le Système totalitaire (Paris: Seuil, 1972).

11 En référence à la notion d’exil intérieur chez H. Arendt.

12 Évolution souvent mal vécue qui se retrouve dans les discours.

13 Plusieurs enquêtés soulignent avoir été frappés par le brusque renversement de l’image de l’Iran en Occident suite à la révolution de 1979, image devenue globalement négative et marquée par l’extrémisme religieux, ainsi que par sa généralisation à l’ensemble de la communauté iranienne.

14 Voir Platon, La République.

15 Du grec nostos le « retour » et algos la « douleur », le terme est utilisé à partir du xviiie siècle pour définir les graves perturbations psychologiques ou physiologiques des mercenaires des montagnes suisses venant combattre dans les plaines et ne guérissant qu’une fois de retour « au pays ». Le terme a ensuite évolué et quitté le domaine médical pour ne plus désigner qu’un sentiment: la notion s’élargit, passant des conséquences de l’exil au regret du temps qui passe.

Auteur

MIGRINTER, Université de Poitiers
Is currently pursuing a PhD degree in anthropology at the MIGRINTER laboratory (University of Poitiers, France). Her research interests include the expressions and the passing on of migratory and exile experiences. More specifically, her thesis deals with expressions of the migratory and exile experiences of migrants from the Republic of the Congo through an analysis of various sources based on both written and oral material. She is also interested in memory processes, migrant literature and literature of exile, migration narratives and their circulation, artistic and literary creations on migration, cosmopolitism and transnationalism.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search