Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’école française et les langues régionales

 | 
Hervé Lieutard
, 
Marie-Jeanne Verny

Éveilleurs d’occitan en Rouergue (1921-1970)

Michel Lafon

Texte intégral

1Ainsi s’exprime l’instituteur félibre aveyronnais Henri Mouly, dans un article intitulé « Pour l’honneur du Rouergue » publié dans le Journal de l’Aveyron le 6 mars 1921.

2On peut dire que c’est à ce moment-là que commence en Aveyron la bataille publique, le combat pied à pied, pour imposer la présence de l’occitan à l’école. Abordant la question du bilinguisme français-langue d’oc il précise :

L’idéal serait d’apprendre les deux à l’école. Redresser le Rouergat serait une petite affaire, et le français deviendrait d’une simplicité inouïe en le faisant découler du premier. Ce serait des leçons vivantes, concrètes, écoutées, comprises et fructueuses. Hélas nous n’en sommes pas là, et j’en sais beaucoup qui qualifieront cela d’utopie inepte et hors de sens.

3Vision quelque peu idyllique d’un côté, mais aussi conscience très nette des difficultés qui attendent les tenants de cette proposition.

4Certes, depuis bien longtemps, de nombreux écrivains et poètes rouergats chantent la langue d’Oc :

  • Claude Peyrot, le prieur de Pradinas, dès 1781, publie Les Géorgiques patoises ;
  • En 1879 est publié le Dictionnaire patois-français d’Aimé Vayssier ;
  • Le philologue Durand de Gros a aussi donné des études sur le parler rouergat ;
  • Jean Carbonel (1864-1942), instituteur, originaire du Carladez (Commune de Taussac), collecta des contes, proverbes, sentences, coutumes, et fit publier par l’Académie Internationale de Géographie Botanique la Liste des noms patois de plantes usités dans les cantons d’Entraygues et deMur-de-Barrez.
  • l’Abbé Justin Bessou, chantre du Rouergue, donne à la langue d’Oc un prodigieux élan par ses écrits parus dans la presse, notamment le célèbre « D’al brèç a la tomba » (du berceau au tombeau).

5Nous pourrions citer Léopold Constans, Durand-Picoral, Auguste Bénazet, Joseph Vaylet, Gustave Bessières, Louis Joulié, Louis d’Ardenne de Tizac, Louis Lacout, Léon Froment et autres Bouviala, Villiers ou Edouard Galy.

6Mais l’idée de l’introduction de l’apprentissage de l’occitan à l’école est avancée publiquement pour la première fois en Aveyron par l’article cité d’Henri Mouly. Et il faut un certain courage, car, sauf de rares exceptions, l’interdit dans les écoles est souverain : observations, réprimandes, vexations, pratique du signal et punitions règnent (de nombreux témoignages écrits et oraux en apportent la preuve, comme dans le film de collectage que nous avons réalisé Quel est ce charabia ?). L’ensemble de la population aveyronnaise comprend l’occitan ; pour l’immense majorité des Rouergats c’est la langue du quotidien, et pour certains, notamment en milieu rural, la seule connue. Le souci du moment dans les écoles est donc : comment apprendre le Français ? La réponse donnée par les enseignants passe malheureusement, très souvent, par l’éradication du « patois ».

7L’appel d’Henri Mouly va accélérer la création d’une organisation félibréenne le Grelh Roergat, [Le Grillon Rouergat], qui se donne pour tâche de maintenir, défendre et illustrer la langue d’Oc et débute une action vigoureuse en faveur de l’occitan à l’école.

  • 1 Henri Mouly, En tutant lo grelh, chap. IV, « L’espelison » p. 116-122 Subervie imp. Rodez 1965.

8Un mot sur ce Grelh Roergat qui va jouer un rôle important. Il voit le jour à l’initiative d’Henri Mouly et d’Eugène Séguret, son ami de toujours, qui l’avait sorti gravement blessé du champ de bataille en 1916 ; ils partagent la même approche de la langue du pays. Mais à cette heure, Séguret est en Algérie pour son travail. Ce 6 mars 1921, à l’hôtel Rouvier à Rodez, de nombreux amis sont là : Monsieur Brunet, président de la Société des Lettres de l’Aveyron, Édouard Galy, homme de théâtre occitan, Monsieur Marra directeur des Services Agricoles, Messieurs Guibert, directeur d’école au Gua d’Aubin, Paul Andrieu de Colombiès, M. Coubès de Canet de Salars, René Flottes de Lavergne, près de Naucelle, tous les trois instituteurs et Monsieur Clermont, professeur de français à l’École Normale, ce qui tend à montrer l’intérêt que portaient certains enseignants à la langue d’Oc. Henri Bedel et Joseph Vaylet, écrivain occitan, seront également de la réunion, ainsi que Messieurs Boyer et Nespoulous. Auguste Bénazet coiffeur à Villefranche de Rouergue et Arthémon Durand-Picoral de Castelnau de Mandailles, déjà connus du milieu occitan, sont excusés1.

9Au cours de cette réunion fondatrice du Grelh Roergat, la grande cantatrice Emma Calvé est élue reine et le demeurera jusqu’à la fin de sa vie, en 1942. Dans le Comité d’Honneur sont présents : le poète François Fabié qui, soit dit en passant, est loin d’avoir été un défenseur acharné de l’occitan à l’école, le sculpteur Denis Puech, le Général de Curières de Castelnau, auréolé des victoires de la « Grande Guerre », le président de la Société des lettres, M. Brunet, et l’archiviste départemental, M. Lempereur. Le président en est le chanoine Jean-Antoine Vaylet, il le demeurera jusqu’à sa mort. Dans les domaines de la Littérature, des Arts et des Sciences, voire de la politique, les soutiens sont nombreux et clairement affirmés. Le Journal de l’Aveyron, plus de vingt ans durant, grâce à son directeur Pierre Carrère, imprimeur à Rodez, sera l’organe officiel du Grelh Rouergat et les félibres, qui mèneront en Rouergue une action vivante, efficace et populaire, vont se servir de cette tribune.

10Après la première intervention d’Henri Mouly dans la presse, de nombreux articles paraissent en faveur de l’occitan et surtout de l’occitan à l’école, notamment en 1925, après la réponse négative du Ministre Anatole de Monzie à la lettre de la Ligue pour la Langue d’Oc à l’école. Des articles de Rouergats ou de soutiens extérieurs sont publiés : Jean Ladoux, Gandilhon Gens-D’Armes, Joseph Hild, André Lajoinie, Émile Gayard, Henri Mouly à plusieurs reprises et plus précisément le 20-02-1927. Dans un article intitulé « La langue d’oc à l’école », après avoir argumenté sur tous les avantages de l’apprentissage scolaire de l’occitan, l’instituteur de Compolibat ajoute :

Le Grelh Rouergat a pensé que l’heure était venue de faire appel à toutes les volontés. A l’unanimité, lors de son assemblée générale du 2 janvier 1927, le Grelh Rouergat a émis le vœu que la question de la langue d’Oc à l’école soit prise en considération dans les milieux intéressés et fasse l’objet d’une étude impartiale et approfondie.

11C’est un appel offensif et direct aux autorités politiques et académiques pour la prise en compte de cette question. Nous noterons aussi l’unanimité dans l’association félibréenne pour cet enseignement.

12Le 11 mars 1928 c’est Julienne Séguret, alias « Calelhon », institutrice, écrivaine, qui cosigne avec son époux, Eugène Séguret, dans le Journal de l’Aveyron, l’article « La Langue d’Oc à l’école », présentant le manifeste publié par La Ligue pour la langue d’oc à l’école et demandant l’abolition des interdits linguistiques et le développement de l’étude de l’occitan. Ils concluent :

Quoique jeune encore, la « Ligue » compte de nombreux adhérents. Les divers ordres d’enseignement public ou privé y sont tous représentés. À côté d’académiciens et de membres de divers instituts, on y trouve des parlementaires, un inspecteur général de l’Instruction publique, des inspecteurs d’Académie, des professeurs de Facultés et de Lycées, des directeurs et professeurs d’Écoles normales, des Inspecteurs primaires, des instituteurs.

13Et ils appellent les rouergats à renforcer les rangs de la « Ligue ».

14Mais tout le monde ne défend pas avec la même ardeur ces positions et quelques articles font montre de plus de tiédeur, voire d’opposition.

15Nous ne résistons pas au plaisir de citer le poète aveyronnais de Durenque, François Fabié, déjà nommé, qui écrit, le 16 août 1928, en réponse à Durand del Picoral qui lui demandait ce qu’il pensait de l’enseignement de la langue d’oc dans les écoles :

Comme vous j’estime qu’il est bon de se servir discrètement de ce beau patois pour enseigner et même pour enrichir la langue française, mais il serait vain, sinon désastreux, de vouloir en faire figurer l’étude dans les écoles sur le même pied que celle du français.

16On remarquera au passage le bel adverbe « discrètement. »

17Il termine :

C’est là le rêve de quelques échauffés qui tentent ce que Mistral n’a pu accomplir. Or Mistral, c’était Alexandre, et ils ne sont que les successeurs d’Alexandre et l’on sait ce que ceux-ci ont fait de son empire !

18Manifestement, tout le monde n’est pas sur la même longueur d’onde pour l’enseignement de l’occitan à l’école.

19Un article du 27-12-1931 signé « Lo Lauzetàs » (la grosse alouette), pseudonyme d’Henri Mouly, indique :

Pour sauver notre langue il faut aujourd’hui une loi introduisant son enseignement dans toutes les écoles. Ce n’est pas seulement mon opinion. Ceci est l’opinion de tous ceux qui ont pu étudier notre décadence de près.

20Reprenant l’argumentaire le 30 avril 1934, il précise :

  • 2 Traduction : Mais alors, amis, si nous décidons de maintenir cette langue qui est la nôtre, cette (...)

Mas alèra, amic, se decidam de mantène aquela lenga qu’es nòstra, aquela lenga de Pats, li cal donar totes los mouiens de se defendre e de trioumfar dins la lucha que li fan aduèi maitas lengas plus favourizadas. L’escola, lou libre, lou journal. E cal coumensar per l’escola, persa que es à l’escola que s’apren à parlar couma col, à legir è à coumprene so que dis lou libre e lou journal.
Es qu’acoi pas una ounta per un pople couma lou nostre, que se crei libre e civilizat, d’avouar tristament en facia de las obras de sous pouètas vertadiers : sabi pas legir nostra lenga2.

21C’est peut-être pour cette dernière raison que, pour la première fois, Mouly développe son argumentation dans la presse en occitan.

22Mais il y avait quantité de Rouergats qui lisaient l’occitan, et le Journal de l’Aveyron, de loin le plus diffusé, publiait dans chaque numéro au moins un texte en occitan : contes, fables, historiettes, romans sous forme de feuilletons, chants de Noël, devinettes etc., parfois sur deux, voire trois colonnes à la une. Outre le Journal de l’Aveyron, nombreux sont les journaux, revues ou périodiques du département à parler de la langue d’Oc et à publier des œuvres entières en occitan ; citons entre autres pour l’entre deux guerres ou après la seconde guerre mondiale : Le Rouergue, L’Union Catholique, La Voix du Rouergue, La Dépêche, Midi Libre, Le Pays, Le Rouergue Républicain, Le Rouergue Amicaliste, Le Rouergat, l’Auvergnat de Paris, Le Villefranchois, L’Écho d’Espalion, La Revue du Rouergue, L’Armanac Rouergat, Le Bulletin de la Solidarité Aveyronnaise, etc.

  • 3 Calelhon — parfois écrit « Calelhou » (Julienne Seguret) : La Revue du Rouergue 1954 ; « La vie fé (...)

23Dans les écoles, dès 1924, grâce au soutien actif du censeur Veschambre, des entretiens, conférences et cours sont donnés au lycée Foch de Rodez, puis, en relation avec le Collège d’Occitanie à Toulouse fondé en 1927 par Prosper Estieu, Antonin Perbosc et l’abbé Joseph Salvat ; certains élèves participent aux Jeux Floraux Scolaires : dix d’entre eux verront même leurs copies refusées pour n’avoir pas utilisé la graphie prônée par l’Escòla Occitana ; ils seront 86 lycéens à suivre les cours en 19283.

24En 1934, à l’initiative de l’Abbé Fournier, quelques élèves du collège Sainte-Marie de Rodez suivent les cours du même Collège d’Occitanie. Les devoirs sont soit renvoyés à Toulouse pour correction, notamment pour le concours des Jeux Floraux, soit corrigés sur place par le professeur.

  • 4 Lo Gai Saber n° 58, sept. 1928 : « Résultats des Jeux Floraux Scolaires ».

25Quelques rares écoles ou collèges ruraux participent également. Ainsi dès 1928, à La Capelle Saint-Martin et au Cours Complémentaire de Rieupeyroux comme en témoignent les résultats des Jeux Floraux publiés par Lo Gai Saber, organe de L’Escòla Occitana4.

26Si la bataille pour introduire la langue d’oc à l’école est de tous les instants, elle est également menée auprès du peuple des campagnes dans les villages et les bourgs pour faire reconnaître aux Aveyronnais la richesse, les beautés, et les possibilités littéraires de leur langue naturelle : cela passera par le théâtre. C’est ainsi que Mouly crée la troupe L’Estèlo de Bessou (L’Étoile de Bessou), puis Pierre Miremont fonde Les Grelhons Vilafrancats (Les Jeunes Grillons Villefranchois), plus tard, à Saint-Rome de Tarn, Édouard Galy animera Lo Païssel de Saint-Roma (Le tuteur de Saint-Rome), à Millau ce sera La Gantièirela de Paul Girard et à Rodez La Pastourelle ; Paul Cousty animera La Campanièra à Naucelle ; en 1937, Paul Gayraud fondera une revue littéraire : La Campana [La Cloche], sans parler des innombrables publications d’ouvrages en occitan. Le Cercle Ruthena organise à Rodez des soirées, des causeries, les Normaliennes participent à des représentations de Catet de Rascal et de Moulins d’un còp èra [Moulins d’autrefois], pièces écrites par Calelhou et Eugène Séguret.

27Né d’une scission au sein du Grelh en 1937, le Calelh del Rouergue, qui compte parmi ses membres des professeurs de l’enseignement secondaire public et privé, des maîtres de l’enseignement primaire, et l’essentiel des membres du Grelh Rouergat, organise dans les écoles du département l’enseignement du dialecte rouergat, en liaison avec le Collège d’Occitanie.

28En 1941 le décret Carcopino accorde aux langues régionales une heure d’enseignement facultatif par semaine.

  • 5 Premier congrès du collège d’Occitanie à Rodez, 11-12 avril 1942. brochure, P. Carrère imp. Rodez, (...)

29Les 11 et 12 avril 1942, se tient à Rodez le Premier Congrès du Collège d’Occitanie5. Plus de 150 délégués des régions et départements voisins sont présents. Les délégués aveyronnais font de nombreuses et importantes déclarations : Henri Mouly, Julienne Séguret, l’abbé Fournier, Henri Bousquet, Monsieur l’inspecteur d’Académie Maurice Defaut nous donnent d’intéressants renseignements sur l’état de l’enseignement de la langue d’Oc.

30Au Lycée Foch de Rodez, des professeurs, MM. Saisset, Roumiguier et Adrien Vézinhet, (père de l’actuel président du Conseil Général de l’Hérault) organisent immédiatement les cours. Le Proviseur M. Fauré, le censeur M. Albenque accueillent favorablement les efforts en faveur de l’occitan : plus de 60 lycéens suivent cet enseignement.

31Au collège de jeunes filles Fabre, lieu de rapatriement de l’École Normale en ces temps de guerre, les élèves maîtresses participent aux cours de Mme Julienne Séguret (Calelhou).

32À Sainte-Marie, M. l’Abbé Henri Fournier poursuit le travail entrepris.

33Au Collège Monteil, ancienne École Primaire Supérieure du lycée à Rodez, M. Calmes, Professeur, réunit chaque semaine une quinzaine d’élèves.

34Au Grand Séminaire de Rodez des cours sont donnés par l’abbé Brun, ainsi que dans les petits séminaires de Saint-Affrique, Belmont ou Espalion. Outre l’enseignement de la langue d’Oc, des exercices de composition de prédications en occitan sont organisés, des prières sont dites en occitan.

  • 6 Le Journal de l’Aveyron n° 24 du 26 juin 1943 publiera les épreuves écrites de la session de juin (...)

35C’est ainsi qu’en juin 1942 à Rodez, sous l’autorité de M. l’Inspecteur d’Académie de l’Aveyron, voit le jour le premier Certificat d’Etudis Primaris Occitans, [Certificat d’Études Primaires Occitanes6] (5). Une commission présidée par M. Defaut, et comprenant Henri Mouly, Julienne Séguret, Adrien Vézinhet, Henri Fournier fait passer des épreuves écrites et orales à 48 candidats : traduction de textes de Justin Bessou, thème, questions de vocabulaire, de grammaire et de graphie, conversation etc. 27 élèves obtiennent l’examen. Des épreuves auront lieu jusqu’en 1946. Un diplôme signé de M. l’Inspecteur d’Académie est attribué à chaque lauréat.

36Jusqu’à présent, les organes officiels n’avaient guère parlé de la langue régionale, sinon pour rappeler son interdiction : par exemple dans le « Règlement des écoles de l’arrondissement de Rodez » dès 1837, l’Article 6 précise, concernant les élèves :

Il leur est défendu de s’absenter ou d’arriver tard sans raison légitime ; de rester couverts sans la permission du maître, de parler patois entr’eux

37Et en 1894, le « Règlement des écoles primaires du département de l’Aveyron », élaboré par le conseil départemental le 2 février 1894 précise dans l’article 10 :

Le français sera seul en usage dans l’école et dans ses dépendances.

38Dans les interventions des inspecteurs Primaires ou dans les rapports annuels des différents Inspecteurs d’Académie, en cette première moitié du xxe siècle, l’accent est mis essentiellement sur la fréquentation scolaire insuffisante (à la campagne, beaucoup d’élèves effectuaient la rentrée scolaire à Toussaint et dès Pâques ne revenaient plus) et sur la nécessité de renforcer l’apprentissage du français.

39Un léger changement apparaît durant la seconde guerre mondiale ; le Bulletin de l’Enseignement Primaire de l’Aveyron, dans son n° 1 de janvier 1942, publie un rectificatif aux épreuves du Certificat d’Études Primaires, alinéa 4 :

4° : L’exécution d’un chant choisi sur une liste d’au moins cinq morceaux. L’un de ces morceaux pourra être pris dans le répertoire dialectal

40Peu de temps auparavant, dans le numéro 6 de novembre-décembre 1941, une circulaire avait été publiée :

Je signale à cette occasion aux maîtres l’utilité que peut présenter pour eux l’étude du dialecte local. Si, pour l’instant tout au moins, il n’a pas paru possible de faire enseigner ces dialectes dans les écoles primaires, je recommande aux maîtres de les étudier... Ils peuvent aussi user pour la langue française, de la comparaison avec le dialecte local familier à certains de leurs élèves. Dans tous les pays du midi, la langue d’Oc a une littérature magnifique qui ne doit pas être inconnue des élèves.

41C’est une déclaration claire de l’autorité académique en faveur de l’occitan.

  • 7 Henri Mouly : Éléments de langue occitane, illustrations de Charles Mouly, deuxième édition, imp. (...)
  • 8 Henri Mouly : Teatre Escolari, illustrations de CharlesMouly ; Salingardes éditeur, Villefranche-d (...)
  • 9 Henri Mouly, Bortomieu o lo torn del Roergue. Collection du Grelh Rouergat, Carrère imp. Rodez 197 (...)

42Déjà Henri Mouly avait publié en 1939 Éléments de langue occitane7 et en 1942 c’est le livre Teatre Escolari8 qui voit le jour. Plus tard il publiera Bortomieu o lo torn del Roergue9.

43Si des cours d’occitan ont bien lieu en collège et lycée, l’idée, pour tous les militants en faveur de la langue, est qu’il faut prendre les choses plus en amont, à l’école primaire, intensifier, programmer et unifier les cours, intéresser et faire participer un maximum d’écoles, de maîtres et d’écoliers ; pour cela, il faut une revue pédagogique. Ainsi, initiée par l’infatigable Henri Mouly, la revue Escòla e Terrador [École et Terroir] voit le jour le 1er janvier 1943 et paraîtra tous les 15 jours. Vocabulaire, grammaire, thèmes, versions, histoire et étude du milieu local, poésies, chants et textes des grands auteurs occitans analysés par Calelhon, mais aussi du français constituent l’essentiel de son contenu. Une grande campagne d’abonnements est lancée, le cap des cinq cents abonnés atteint, ce qui est considérable vu le nombre d’instituteurs et d’institutrices en Aveyron. Des résultats se font sentir puisque des élèves de certaines écoles aveyronnaises participent pour la première fois aux Jeux Floraux Scolaires organisés par le Collège d’Occitanie, comme en attestent les résultats avec des lauréats de : Saint-Félix de Lunel, Sanvensa, Villefranche de Rouergue etc.

44Des cours ou des approches de la langue sont organisés dans de nombreuses écoles ; dans son rapport publié dans le Bulletin départemental n° 3 de 1943, M. l’Inspecteur d’Académie Defaut précise :

Trente cinq maîtres et maîtresses ont entrepris d’enseigner de façon rationnelle la langue d’Oc à leurs élèves, à raison d’une heure et demie par semaine : les enfants ont suivi ces cours avec intérêt et, l’an prochain, le nombre des maîtres sera sans doute doublé. Il est regrettable que le Conseil départemental n’ait pas cru devoir suivre l’exemple de nombreux autres départements et ait refusé de voter la prime de 600 francs l’heure-année prévue par un arrêté ministériel de l’an passé pour la rétribution de cet enseignement qui vise à mieux attacher nos enfants à leur petite patrie.

45Alors que l’évolution est favorable, on notera la réticence de l’Assemblée départementale à soutenir l’enseignement de l’occitan.

46Mais les temps de guerre mettent en difficulté la revue Escòla e Terrador, une parution bimensuelle est lourde à tenir et le nombre d’abonnés s’amenuise, la revue cesse de paraître en juin 1944.

47Toutefois la semence porte certains fruits et, dès la Libération, les adeptes de la pédagogie initiée par Célestin Freinet utilisent l’occitan, l’étudient ; entre la fin des années 1940 et le début des années 1950, des journaux scolaires déposés aux archives de Rodez en portent témoignage : Le Petit Montagnard de l’école primaire de Soulages-Bonneval ou L’Écho de Saugane de l’école primaire publique de Saugane par exemple ; d’anciens écoliers de cette époque de l’immédiat après-guerre en donnent confirmation. Ainsi M. Raymond Capoulade, agriculteur à Soulages nous dit :

Quand nous avions 10-11-12 ans, M. ou Mme Vernet nous faisaient parler en patois, mais surtout ils nous faisaient écrire des textes libres en patois... Le maître d’école l’écrivait au tableau et nous le recopiions parce que nous ne savions pas bien l’écrire, mais nous le parlions très bien... C’était formidable... Nous faisions un petit journal en français et en patois Le petit Montagnard, nous l’imprimions et nous le vendions au village, on faisait s’abonner les petits parisiens, et nous faisions des échanges avec des correspondants ; en Bretagne, à Lannion, à Donzère Mondragon, à Fontaine de Vaucluse aussi. Nous mettions la traduction française à côté du texte patois... On faisait aussi des petites pièces de théâtre en patois... Quelle chance j’ai eue ! Nous avions des maîtres qui appliquaient la méthode Freinet...

48Ce témoignage enthousiaste ne doit pas nous cacher que d’autres enseignants poursuivaient la guerre contre l’occitan, d’anciens élèves nous en parlent, y compris des instituteurs. Ainsi Pierre Broussal et son collègue M. Marc à Campuac, de 1946 à 1954 pratiquaient encore la méthode du « signal » avec une pierre, à l’encontre des élèves parlant patois ; méthode apprise auprès de l’instituteur Cayre qui la pratiquait déjà à Espeyrac. Jean Causse, instituteur à Lacalmen 1957 déclare :

Pendant les récréations, ça ne me posait pas de problème, mais quand on était en classe... Un jour, j’ai piqué la colère et je les ai punis collectivement ; ils sont restés une heure de plus en classe à copier : « Je ne parlerai pas occitan ». J’étais jeune instituteur, je n’ai pas réalisé. Les parents se sont fait du souci parce que je gardais les gosses trop longtemps, il y avait quelque chose. Des mères sont venues me voir, et quand je leur ai expliqué, elles m’ont dit : « Vous avez raison, vous avez raison. »

49Témoignage significatif.

50Je tiens à préciser que Jean Causse, qui connaît parfaitement la lenga nòstra, fut par la suite militant de l’I.E.O. et contribua à la création d’un recueil de chants occitans : Emai encara canta avec MM. Montarnal, Segonds, Aussibal ainsi que M. Triby, professeur de musique à l’École Normale de Rodez.

51Il est à noter que parmi tous les témoignages recueillis concernant cette période, en gros entre 1920 et 1970, tous concordent pour dire que cette question de la langue d’oc n’a jamais fait l’objet d’un sujet de conférence pédagogique ou de discussions officielles.

52La conscience qu’il faut faire quelque chose pour cette langue qui se perd a gagné du terrain. En 1951, la loi Deixonne, sans révolutionner les faits, va aider. Des candidats au bac présentent l’option « occitan » ; plus tard, l’I.E.O. et ses militants aveyronnais impulseront le mouvement en faveur de l’enseignement de l’occitan. Mais c’est déjà plus proche de nous. J’ai en mémoire la venue de Jean Boudou à l’École Normale de Rodez, à la fin fin des années soixante, où une salle comble l’accueillit. Le Professeur de français André Combettes, qui avait déjà enseigné l’occitan lorsqu’il était maître d’internat au lycée Foch au début des années 1950 donnait, une fois par semaine, des cours du soir, assidûment suivis par bon nombre d’élèves-maîtresses et d’élèves-maîtres.

53Entre 1963 et 1966, c’est toujours Henri Mouly qui publie dans la revue départementale trimestrielle du SNI, (Syndicat National des Instituteurs), une série d’articles en faveur de l’enseignement de l’occitan à l’école. Ce qui lui vaut une réponse assez méchante d’un opposant Jean-Claude Fraysse, le trésorier de la section départementale.

54En 1970, voit le jour une revue Lo Senhal, qui s’adresse aux enseignants de différents niveaux scolaires, mais elle ne comptera que quatre numéros.

55Si nous avons maintenant en Aveyron quelques classes bilingues, si un frémissement populaire semble apparaître en faveur de l’occitan, c’est assurément en grande partie à ces militantes et militants, ces « Éveilleurs d’Occitan Rouergats » dont je viens de parler, que nous le devons.

56Je conclurai sur cette citation du discours tenu par Henri Mouly le 11 octobre 1962 sur l’Aubrac, à Castelnau-de-Mandailles à l’occasion du centenaire de la naissance d’Artémon Durand-Picoral ; s’adressant à ses auditeurs pour une des rares fois en français :

Fils de paysans ou fils d’ouvriers, fiers de vos origines, et qui gardez au cœur le culte de la langue populaire, c’est votre concours enthousiaste que nous sollicitons pour une œuvre de culture populaire, la plus naturelle, la plus simple, et la plus belle qui soit : apprendre à ce peuple à lire dans la langue maternelle.

57Et les derniers mots de son livre En tutant lo Grelh, d’où est extrait ce passage seront les suivants :

Ardit, los joines ! A l’esteba ! La rega es dubèrta ! En abant

58[Hardi ! les jeunes. Aux mancherons ! Le sillon est ouvert ! En avant !]

Notes

1 Henri Mouly, En tutant lo grelh, chap. IV, « L’espelison » p. 116-122 Subervie imp. Rodez 1965.

2 Traduction : Mais alors, amis, si nous décidons de maintenir cette langue qui est la nôtre, cette langue de paix, il faut lui donner tous les moyens de se défendre et de triompher dans la lutte que lui mènent d’autres langues plus favorisées. L’école, le livre, le journal. Et il faut commencer par l’école, parce que c’est à l’école que l’on apprend à parler convenablement, à lire et à comprendre ce que dit le livre et le journal.
Est-ce que cela n’est pas une honte pour un peuple comme le nôtre, qui se croit libre et civilisé, d’avouer tristement, devant les œuvres de ses véritables poètes, je ne sais pas lire notre langue.
Remarque : lorsqu’il écrit cet article, la graphie de Mouly n’est pas encore totalement fixée.

3 Calelhon — parfois écrit « Calelhou » (Julienne Seguret) : La Revue du Rouergue 1954 ; « La vie félibréenne » p. 560.

4 Lo Gai Saber n° 58, sept. 1928 : « Résultats des Jeux Floraux Scolaires ».

5 Premier congrès du collège d’Occitanie à Rodez, 11-12 avril 1942. brochure, P. Carrère imp. Rodez, 1943.

6 Le Journal de l’Aveyron n° 24 du 26 juin 1943 publiera les épreuves écrites de la session de juin 1943 :
Premier degré :
a) Version : « Lou lapinou », texte de l’Abbé Bessou, tiré des Countes de la Tata Mannou (une douzaine de lignes)
1° Traduire. 2° Mettre en graphie occitane.
b) Narration : Descrivètz lo vilatge al ras de nuèch
Deuxième degré :
a) Thème : Rouergue. Texte d’une quinzaine de lignes, d’Henri Mouly.
b) Explication littéraire d’un poème : La fialaira blanca. (Calelhon).
1° Quel est le thème de ce morceau ? Sous quelle forme est-il développé ? Quelles sont les impressions poétiques qui s’y trouvent simultanément exprimées ? Vous paraissent-elles harmonieusement fondues ensemble ?
2° Étudiez la qualité des images. Montrez qu’elles dépassent souvent ce que nos sens sont capables de percevoir et qu’elles créent un climat de rêve où se complait notre imagination.
3° Le rythme ne concourt-il pas, pour une large part, à donner à ce morceau toute sa valeur poétique ? Montrez-le.

7 Henri Mouly : Éléments de langue occitane, illustrations de Charles Mouly, deuxième édition, imp. Subervie Rodez 4e trimestre 1967 ; édité par le Syndicat National des Instituteurs.

8 Henri Mouly : Teatre Escolari, illustrations de CharlesMouly ; Salingardes éditeur, Villefranche-de-Rouergue, 1942. (12 pièces en occitan pour les enfants de 10 à 14 ans).

9 Henri Mouly, Bortomieu o lo torn del Roergue. Collection du Grelh Rouergat, Carrère imp. Rodez 1973. (L’histoire et la géographie de l’Aveyron à travers le périple départemental de deux enfants accompagnés d’un âne savant.)

Auteur

Doctorant, ReDòc

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540