Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’école française et les langues régionales

 | 
Hervé Lieutard
, 
Marie-Jeanne Verny

L’école primaire et les questions linguistiques en Alsace entre 1918 et 1940

Dominique Huck

Texte intégral

1En ayant quitté la sphère géopolitique française en 1870, l’Alsace ne participe pas au débat autour de l’école (rôle politique de l’institution scolaire dans la construction de la nation, fonction du français dans l’école primaire en France).Une partie de ces questions ressurgira après 1918, même si les histoires de l’Alsace et des autres régions françaises ont largement différé durant près d’un demi-siècle.

2Dans ce sens, la question du rapport entre l’école et la « langue régionale » se pose dans une autre perspective pour l’Alsace. Au demeurant, le syntagme glottonymique « langue régionale », issu d’une terminologie des politiques linguistiques éducatives de la deuxième moitié du xxe siècle peine à être utilisé pour l’espace alsacien dans la période de l’entre-deux-guerres dans la mesure où les distributions fonctionnelles des langues en présence, leur statut subjectif et les pratiques linguistiques renvoient à des situations sociolinguistiques complexes où la lexie « langue régionale », appliquée à ce segment du temps, pourrait paraître incongrue ou anachronique.

3La question des langues joue un rôle structurant majeur dans les débats et conflits de l’entre-deux-guerres, que ce soit dans la vie publique, dans la sphère religieuse ou dans l’espace éducatif.

4Que l’espace éducatif présente un enjeu spécifique n’est sans doute pas nouveau. Mais l’école primaire focalisera l’attention de manière particulière durant la vingtaine d’années qui séparent les deux guerres mondiales.

1 Prolégomènes : la question des langues avant 1918

5Tout au long du xixe siècle, depuis que l’enseignement commence à être structuré par l’État, la question de la langue d’enseignement se pose en Alsace. La Révolution avait décrété, durant la période de la Terreur, qu’un « instituteur de la langue française [serait nommé] dans chaque commune des campagnes des départements du Haut et Bas-Rhin », qui serait

  • 1 « Rapport du comité de salut public sur les idiomes », séance du 8 pluviôse an II [ = 27 janvier 1 (...)

tenu d’enseigner tous les jours la langue française [...] à tous les citoyens des deux sexes que les pères, mères et tuteurs seront tenus d’envoyer dans les écoles publiques1.

  • 2 Les familles dialectales traditionnellement retenues en Alsace appartiennent au domaine dialectal (...)

6Le décret ne pourra pas être appliqué, faute de maîtres linguistiquement compétents. Mais la question de la langue d’enseignement à utiliser en Alsace est posée. En Alsace, l’allemand restera langue d’enseignement durant une bonne partie du xixe siècle, notamment sous la pression des clergés catholique et protestant qui estiment qu’il n’est possible d’atteindre le cœur de l’enfant qu’au travers de la langue qu’il comprend, c’est-à-dire l’allemand commun. Il représente en effet la langue normée écrite la plus proche du dialecte parlé2 dans lequel s’accomplit l’essentiel des interactions de la vie.

7Le français commence à opérer une bonne percée à l’école après 1860.

8À la veille du conflit de 1870, l’Alsace offre une image composite sur le plan linguistique. Quantitativement, les dialectes restent la variété la plus parlée. La variété la plus fréquemment utilisée à l’écrit est toujours l’allemand commun. Le français est connu, parfois utilisé par les couches moyennes et supérieures de la population. La haute bourgeoisie s’est tournée vers le français depuis longtemps, abandonnant partiellement ou totalement les autres variétés.

9L’image du français, langue minoritaire du point de vue du nombre de locuteurs, en sort renforcée comme langue de la distinction.

10Avec la défaite de la France, l’Alsace et une partie de la Lorraine sont incorporées politiquement dans l’Empire allemand, proclamé en janvier 1871, sous forme de Reichsland (Terre d’Empire). Par ce changement étatique, l’allemand commun normé devient la langue officielle et, par là, également la langue unique de l’école. Durant toute la période, le français garde un rôle politiquement symbolique, en ce qu’il pouvait renvoyer au souvenir de la France, et/ou jouer un rôle de distinction sociale, dans la mesure où il était connu et employé par l’élite sociale. Mais, au fil du temps, la connaissance du français s’estompe pour ceux qui l’avaient appris ou qui avaient commencé à l’apprendre, et l’immense majorité de la population alsacienne n’apprendra pas/plus le français. L’allemand a repris une place centrale, sinon exclusive, dans le domaine de l’écrit.

2 Données générales : Langues en présence après 1918

11Au terme de la Première Guerre Mondiale, l’Alsace retrouve le cadre politique français.

  • 3 Chiffres proposés par Maugue Pierre Le particularisme alsacien 1918-1967, Paris 1970, Presses d’Eu (...)

12Sur le plan des pratiques linguistiques, les interactions verbales se déroulent, pour la majeure partie de la population, en dialecte, comme cela a toujours été le cas, quelle qu’ait été l’appartenance étatique. La langue essentielle de l’écrit, tant dans la réception que dans la production, reste l’allemand standard, consolidé par le demi-siècle passé dans le cadre politique de l’Empire allemand. Quant au français, il ne serait utilisé de façon active que par 2 % de la population globale et 8 % en aurait une connaissance relative3.

13Aussi est-ce, en quelque sorte, le français, en principe la langue nationale, qui est très largement minoritaire dans les usages, le dialecte pour la part orale), l’allemand commun (pour la part écrite), restant les langues d’usage largement majoritaires.

14Ce qui différencie sans doute l’Alsace d’autres régions de France, s’agissant du traitement des langues locales, c’est que l’une des variétés utilisées, l’allemand écrit, constitue la langue nationale d’un État voisin, ennemi tout juste vaincu qui plus est.

15Les enjeux linguistiques seront ainsi, d’emblée, des enjeux politiques d’appartenance identitaire et nationale et dépasseront, de loin, un conflit entre la langue locale et la langue nationale, comme il a pu exister ailleurs.

  • 4 Les données quantitatives ont été calculées à partir des chiffres bruts publiés par Rosse J., Stür (...)

16Selon une enquête, dont les résultats sont publiés en 1926, portant sur la langue usuelle des Alsaciens4, le français constitue la langue usuelle ou, beaucoup plus fréquemment, l’une des langues usuelles déclarées d’un Alsacien sur cinq (19,65 %). Le français reste absent de toutes les constellations chez 71,80 % des Alsaciens enquêtés.

17Face à cette réalité, certes encourageante pour les autorités françaises, quelques années à peine après l’intégration de l’Alsace à la France, force est de constater que le dialecte alsacien reste, de loin, la langue usuelle déclarée le plus fréquemment (80 %). En tout état de cause, la place réelle du français dans la constellation linguistique reste faible, son statut précaire, dans la mesure où il représente pour une majorité de la population une langue étrangère de proximité.

18Au vu de ces données, la propagation de la connaissance de la langue française allait devenir un souci permanent des autorités, dans la mesure où, dans la cohérence idéologique qui est la sienne, la France n’avait aucune raison de modifier la politique linguistique qu’elle menait : le français devait devenir, comme dans les autres régions de France, la langue officielle et, partant, la langue du système éducatif, en particulier à l’école primaire élémentaire et à l’école maternelle.

19Mais vouloir faire du français la langue unique de l’école dans une société dont les langues usuelles restent les dialectes et l’allemand standard heurte le corps social, politique, religieux... et prend une place de choix dans le conflit qui opposera une grande partie de l’Alsace aux autorités françaises.

3 Situation générale

20Le retour dans l’orbite politique française se fonde sur un vaste malentendu qui marquera profondément le climat politique, social et culturel en Alsace jusqu’au début des années trente lorsque, en particulier, le national-socialisme triomphant en Allemagne fera passer au second plan les revendications internes à l’Alsace.

21Le malentendu fondamental repose sur la signification politique du retour dans le giron français : pour la France, il s’agit de réintégrer l’Alsace dans les structures françaises, de l’« assimiler » rapidement, à tous les niveaux, pour fermer ainsi ce qui est considéré comme une parenthèse ouverte en 1870. En revanche, pour une bonne partie des élus alsaciens, le retour à la France signifie l’épanouissement des libertés acquises difficilement durant l’époque allemande (notamment par la Constitution de 1911) qu’il s’agit de renforcer par une certaine autonomie politique au sein de l’État. Or, une telle conception se trouve aux antipodes de la philosophie politique de la France. Il ne pourra en résulter qu’un dialogue de sourds...

22Aussi, les questions liées aux langues ne sauraient-elles être isolées en tant que telles : elles font nécessairement partie intégrante de tous les niveaux où se manifestent d’importantes divergences de vue, particulièrement dans les domaines éducatif et religieux, mais aussi très globalement sur le rôle respectif du français et de l’allemand, et plus spécifiquement sur le maintien éventuel de l’allemand comme seconde langue officielle, de droit ou de fait. Elles joueront, avec les questions religieuses, un rôle central dans le débat difficile qui s’engage entre l’autorité centrale et les représentants alsaciens.

  • 5 Baas Geneviève Le malaise alsacien 1919-1924, Strasbourg 1972, Développement et Communauté, p. 29

23Il se développe ainsi un « malaise alsacien », une « révolte latente et silencieuse » entre 1919 et 1924 dont « l’origine profonde [...] est ce choc entre le particularisme que l’Alsace tient à conserver et l’uniformisme français5 ».

4 L’école et les langues

24L’un des points essentiels de l’assimilation réside dans le fait que le français doit être largement diffusé dans la population pour qu’il devienne une langue d’usage. C’est au premier chef le rôle de l’école de contribuer de manière décisive à la connaissance du français et, partant, à l’assimilation.

  • 6 Cf. Wolff Christian « Charléty Sébastien » in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, fasci (...)

25Dès le 15 janvier 1920, le recteur Charléty6 formule des Instructions où il rappelle les Principes généraux de sa position politique fondamentale :

  • 7 « L’enseignement de la langue française et de la langue allemande dans les écoles d’Alsace et de L (...)

Il y a deux principes généraux sur lesquels tout le monde est d’accord : le premier est qu’il faut faire une place à l’enseignement de l’allemand à côté de celui du français ; le second, c’est que le français doit avoir une place prépondérante7.

26La glose qu’il propose de ce principe se place bien dans le champ de la mission intégrative, c’est-à-dire profondément politique, de l’école :

  • 8 Ibidem.

Dire que le français doit être la langue essentielle, c’est dire que nos élèves doivent recevoir une culture française [...] et participer à la vie intellectuelle et morale du peuple français. Et c’est pourquoi, quelle que soit ici la valeur économique et l’importance usuelle de l’allemand, elle ne vient qu’après celle du français. Oui, certes, l’enseignement de l’allemand doit être donné dans nos écoles ; mais à la condition essentielle de ne pas porter préjudice à la diffusion de la langue française, car aucun argument d’ordre économique ne saurait prévaloir contre la nécessité de faire de l’Alsace et de la Lorraine un pays de langue française8.

27C’est donc d’emblée la volonté politique qui l’emporte largement sur les considérations pédagogiques dans le champ scolaire. Charles Bock, lui-même acteur du système éducatif, reformulera les enjeux, en 1932, en une formule taillée à la hâche :

  • 9 Bock Ch. « L’enseignement primaire » in : Comité alsacien d’études et d’informations L’Alsace depu (...)

En fait, la controverse se ramène à la question : l’école primaire alsacienne et lorraine sera-t-elle une école française où on enseigne aussi de l’allemand ? Ou sera-t-elle une école allemande où on enseigne aussi le français. La réponse ne pouvait faire l’ombre d’un doute9.

  • 10 Cet enseignement post-scolaire, destiné « 1o aux adolescents et aux adultes qui n’ont jamais fréqu (...)

28Le rôle dévolu à l’école primaire dans la diffusion du français ira encore au-delà de ses tâches habituelles, notamment par la création et l’organisation, dès 1920, d’un enseignement post-scolaire10.

  • 11 Gillig Jean-Marie La question scolaire en Alsace de 1918 à 1939. Confessionnalisme et bilinguisme (...)
  • 12 « Facilités données aux instituteurs et institutrices du cadre alsacien-lorrain pour se perfection (...)

29Pour mener à bien ce choix assimilationniste, l’administration scolaire recrutera 1 500 maîtres exclusivement francophones11 et enverra des milliers de maîtres du « cadre local » — jusqu’en 1930 — « faire un stage de perfectionnement à l’intérieur » de la France, faire des « séjours de vacances auprès d’universités » ou suivre des « cours de perfectionnement » (durant les vacances) « dans les écoles normales de Versailles et de Saint-Germain-en-Laye12 ».

30Le principe politique posé par le recteur de la primauté du français dans le champ éducatif va être âprement discuté. À l’exception des radicaux qui préconisent une assimilation rapide et sans faille au droit général, y compris sur le plan linguistique, tous les autres partis vont réclamer une forte présence de l’allemand à l’école.

31Sous le coup de l’urgence et de l’impréparation auxquelles les autorités françaises ont à faire face, des réalités sociolinguistiques qui s’imposent à elles, et sous la pression des positions des partis politiques locaux, elles concéderont une place limitée à l’allemand dans l’enseignement primaire.

32C’est cette place de l’allemand à l’école primaire qui fera l’objet d’incessantes discussions et négociations. Les débats vont conduire à des repositionnements de l’administration scolaire, mais aussi à un développement métalinguistique fluctuant sur les relations entre dialecte alsacien et allemand standard.

33L’un des choix pédagogiques en lien direct avec le rôle politique assigné au français est celui de la manière d’enseigner le français, la « méthode directe ». Elle consiste à enseigner dès la première année en français. Le recteur va l’imposer et la justifier politiquement :

  • 13 Ibidem, p. 41 ; sur la « méthode directe », cf., par exemple, Christ Herbert et Coste Daniel (coor (...)

Admettre que la langue française doit être la langue prépondérante, c’est admettre qu’il faut penser directement en français, que sa pensée doit se développer selon les formes de la langue française13.

34Le recteur soumet ainsi, explicitement, le pédagogique au politique. Cette « immersion totale » aurait pu être modulée ou n’être que partielle. Mais le recteur récuse, pour des raisons psycholinguistiques, l’idée d’une école bilingue :

  • 14 Ibidem, p. 40.

Il serait également fâcheux de pratiquer au début de la scolarité l’étude simultanée de deux langues. Il s’agit d’apprendre à l’enfant à penser en même temps qu’à parler, c’est tout un. Or tous les hommes cultivés qui savent plusieurs langues conviennent qu’à part les notions les plus simples et les plus concrètes, on ne peut penser en deux langues différentes. Cela sera bien plus vrai encore d’enfants de 6 à 7 ans. En voulant leur faire étudier deux langues, on aboutirait à ne leur en apprendre aucune, on introduirait dans leur esprit en même temps que dans leur langage le désordre et la confusion14.

  • 15 Ibidem, p. 43.

35Enfin, s’appuyant sur les pratiques linguistiques observables (« l’école est souvent le seul milieu où l’on parle français »), le recteur est amené à différer l’enseignement de l’allemand pour ne l’introduire qu’en 4e année à raison de trois heures hebdomadaires15, dans la mesure où, à ses yeux,

  • 16 Ibidem, p. 40.

commencer par l’allemand et n’introduire le français qu’après coup, c’est vouloir que le français ne soit plus qu’une langue accessoire. La parenté entre l’allemand et le dialecte alsacien est trop grande pour que, aidé du dialecte, l’allemand enseigné le premier ne l’emporte pas, au bout du compte, sur le français16.

36Mais l’allemand sera quand même présent par le biais de l’instruction religieuse qui, restant pour le recteur une affaire privée (« son caractère familial lui donne une place à part »), n’engage pas l’État. Ainsi, sur 25 heures d’enseignement, quatre heures sont consacrées à l’enseignement religieux, dispensé en allemand.

  • 17 « Au sujet des programmes d’enseignement et de la situation du personnel. Circulaire de M. le Rect (...)

37À la suite d’interventions auprès de l’administration et du gouvernement, une nouvelle circulaire rectorale (19 octobre 1920)17 introduit l’allemand dès la troisième année [à partir de 8 ans], à raison de trois heures hebdomadaires (« lecture, écriture et grammaire allemande »).

38Le recteur justifie le changement de la manière suivante :

  • 18 Ibidemp. 79.

Cette mesure permettra de créer plus tôt le parallélisme entre l’enseignement de la religion en allemand et celui de la langue allemande. Comme les autres, l’enseignement religieux est, au début, purement oral ; mais, comme les autres, il doit utiliser le livre lorsque l’enfant sait lire et écrire ; et il bénéficiera ainsi de l’introduction plus prompte de l’enseignement de l’allemand18.

39Le propos est étonnant venant de la part du recteur, dans la mesure où l’argumentation a un air de ressemblance avec des éléments qui sont avancés par certains partis politiques en conflit permanent avec lui.

40La concession que le recteur est amené à faire, quel qu’en ait été l’instigateur, souligne la tension que génère le choix opéré par les autorités françaises : dans une société alsacienne dont les variétés linguistiques usuelles sont un dialecte allemand à l’oral, l’allemand standard à l’écrit, le français ne peut pas être la seule langue présente à l’école. Le discours des partis politiques tend à montrer que le corps social n’accepterait certainement pas que ses propres enfants ne sachent pas lire et écrire la langue des parents et des grands-parents.

  • 19 Durant la séance du Conseil départemental [du Bas-Rhin] de l’enseignement primaire du 19 décembre (...)

41Dans ce contexte, l’enseignement de l’allemand présente à la fois un aspect d’enseignement-apprentissage scolaire un peu particulier, mais scolaire quand même, mais aussi un aspect sociétal — au moins dans l’aspect intergénérationnel — et politique. Ici, c’est bien le français qui est considéré comme langue étrangère et l’allemand comme langue standard habituelle des Alsaciens dialectophones19.

42Après une « tournée » que le Président du Conseil Poincaré a effectuée dans les établissements scolaires des « trois départements recouvrés », il adresse une lettre au recteur pour féliciter l’ensemble des acteurs du travail accompli en faveur du français, mais pour indiquer aussi, en s’appuyant sur les circulaires rectorales de 1920 et de 1926, que

  • 20 « Lettre du 18 octobre 1926 de M. le Président du Conseil à M. le Recteur, Directeur général de l’ (...)

l’enseignement donné dans la plupart de nos écoles d’Alsace [...] est et doit être bilingue. [...] Je crois, comme vous, indispensable qu’à la sortie de l’école, les enfants des communes où se parle le dialecte sachent parler et écrire convenablement le haut allemand20.

43Mais les critiques, plus particulièrement celles qui portent sur la « méthode directe » préconisée par le recteur, ne vont pas cesser. La Chambre des Métiers d’Alsace et de la Moselle reproche amèrement à Poincaré de ne pas s’être intéressé aux résultats obtenus par l’école et dresse un tableau particulièrement sombre de la situation, s’agissant de l’examen de compagnon que les apprentis passent entre 16 et 18 ans, c’est-à-dire deux à quatre ans après leur sortie de l’école :

  1. Le niveau général des connaissances a considérablement fléchi en comparaison de celui d’avant-guerre. Plus de 50 % des candidats ont un bagage scolaire insuffisant.
  2. Dans les dernières années, la connaissance de la langue française a fait des progrès dans les milieux citadins. Chez les apprentis de la campagne, cette connaissance est encore très superficielle et fragmentaire.
  3. La connaissance de l’allemand est en régression sur toute la ligne. Ne sachant plus l’allemand et pas encore le français de façon suffisante, la plupart des candidats sont incapables de s’exprimer autrement que dans le dialecte alsacien.
  4. Les connaissances en calcul, géographie et instruction civique sont en général insuffisantes21.
  • 22 Lettre du président de la Fédération Agricole d’Alsace et de Lorraine à Poincaré, Président du Con (...)

44La Fédération Agricole d’Alsace et de Lorraine avait également pris position avant la venue de Poincaré. Dans une lettre que lui adresse son président le 24 septembre 1926, elle lui demande de maintenir l’enseignement des deux langues « de manière à ce qu’aucune des deux ne soit négligée » et critique explicitement l’emploi de la « méthode directe22 ».

45Les représentants professionnels expriment là, à leur manière, un point de vue analogue à la plupart des partis politiques et, sans doute, reflètent-ils l’opinion d’une majorité de la population.

46La factualité de leur analyse et de leurs observations quant aux résultats scolaires ou aux connaissances des élèves et des adolescents reste cependant fragile dans la mesure où elle n’intègre pas une comparaison avec d’autres régions de France.

  • 23 C’est l’énumération apocalyptique qu’entreprend Gotthelf A. dans « Zur Sprachenfrage » in Im Diens (...)
  • 24 Cf. le panorama beaucoup plus nuancé qu’en dresse Cholvy Gérard Christianisation et société en Fra (...)

47L’église catholique, quant à elle, ou du moins une partie de ses représentants, redoute qu’une connaissance médiocre de l’allemand ait des conséquences dramatiques sur le plan spirituel : les enfants risquent d’apprendre des prières qui ne représenteront pour eux que des formules vides de sens, le lien avec le milieu familial et la communauté paroissiale se distendra, la prière et le chant religieux en commun seront rendus difficiles ou impossibles, le cours de religion à l’école ne sera plus un soutien efficace pour celui que dispense le prêtre, l’évangile et le sermon ne seront plus compris, les connaissances religieuses seront superficielles et disparaîtront à moyen terme23. Au-delà de l’exagération due à la passion du moment, Pinck souligne certes explicitement plusieurs des enjeux qui sont liés à une bonne connaissance de l’allemand : le danger de la déchristianisation, dont la France lui semble un bon exemple24, le maintien d’une cohérence intergénérationnelle et sociétale fondée sur les mêmes valeurs, etc., mais il en tait d’autres : une perte d’influence de l’Église sur ses ouailles, dans le domaine spirituel, mais aussi dans les domaines social, moral, politique. Une perte d’influence de l’Église signifierait aussi une perte d’influence politique et économique dans la mesure où une partie importante de la presse, publiée en allemand, appartient à des consortiums catholiques.

  • 25 Sur leurs positions parfois divisées, cf. Storne-Sengel Catherine Les protestants d’Alsace-Lorrain (...)
  • 26 Déclaration de l’évêque de Strasbourg, reproduite avec d’autres prises de position (évêque deMetz, (...)

48Les évêques de Strasbourg et de Metz et, dans une moindre mesure, les autorités religieuses protestantes25 se plaignent régulièrement du fait que le cours de religion est dispensé en français, « sous la pression de certains fonctionnaires26 » et n’atteint pas ainsi son objectif ou que l’enseignement de l’allemand reste insuffisant, de manière générale, de sorte qu’il en résulte une compréhension insuffisante du catéchisme ou de la Bible.

  • 27 Gillig Jean-Marie La question scolaire en Alsace de 1918 à 1939, op. cit., p. 105 sqq. se demande (...)
  • 28 Christian Pfister (1857-1933) est né en Alsace et y a suivi sa scolarité jusqu’en 1871. Il poursui (...)

49Avec le départ du recteur Charléty27 et l’arrivée du recteur Pfister28, en mars 1927, l’autorité éducative affirme la permanence des options fondamentales qu’elles a retenues :

  • 29 « Instructions du 30 août 1927 de M. le Recteur d’Académie, Directeur Général de l’Instruction Pub (...)

Nous désirons qu’à la sortie de l’école primaire les jeunes Alsaciens et Lorrains sachent parler la langue française qui est celle de leur patrie. [...] La connaissance du français ne doit pas être un privilège [social], mais un bien commun à tous les enfants d’Alsace et de Lorraine29,

50soulignant le caractère national de la langue française et sa fonction égalitariste. Dans le même temps cependant, elle assouplit sa position sur la question de la « méthode directe », en acceptant que

  • 30 Ibidem, p. 1617.

cette méthode, que nous recommandons, ne doit pas être employée d’une façon rigide et exclusive30,

51et se rapproche de la demande politique et sociale en indiquant qu’il est

  • 31 Ibidem.

nécessaire d’introduire un enseignement de l’allemand et que, dans ce sens, l’école doit être bilingue, la place principale restant au français31.

52Il s’agit là de la concession maximale que pourra faire l’État, sur le plan des principes, face aux revendications politiques auxquelles il est confronté.

  • 32 « Nous prescrivons donc que, dès le second semestre de la deuxième année scolaire, quand l’enfant (...)

53Néanmoins, le recteur Pfister va introduire deux changements dans la pratique des écoles, qu’il met sur un même plan. La première mesure concerne un abaissement de l’âge où débutera l’enseignement de l’allemand dans la mesure où il est prévu dès le second semestre de la deuxième année, à raison de deux heures par semaine32. La seconde disposition prévoit que « l’allemand devra [...] figurer dans les deux examens qui consacrent les études primaires ». Il s’agit de l’examen hérité de la réglementation allemande (Zulassungsprüfung), qui reste encore en vigueur, ainsi que du certificat d’études primaires. Mais la nouveauté, inscrite par le recteur dans ses instructions, réside dans la notion d’obligation qu’il prescrit :

  • 33 Ibidem, p. 1618.

Cette épreuve aura un caractère obligatoire pour les élèves des villes et des villages dont la population parle de façon courante le dialecte33.

  • 34 Cf. par exemple, la petite revue de presse qu’entreprend le mensuel (clérical et autonomiste) Die (...)

54Ce texte ne satisfait personne : ceux qui sont favorables à l’enseignement de l’allemand critiquent le fait que l’allemand ne commence qu’en 2e année et qu’il n’y ait pas d’abandon explicite de la « méthode directe », les assimilationnistes, pour leur part, contestent le fait que l’enseignement religieux continue à être dispensé en allemand34. Ce seront, en fin de compte, les pratiques réelles des maîtres, selon des conditions locales très hétérogènes, qui conditionneront la mise en œuvre loyale ou biaisée des dispositions qui ont été prises.

55Les Conseils Généraux du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, les partis politiques majoritaires, les associations professionnelles... continueront à réclamer une meilleure prise en compte de l’allemand à l’école et, surtout, l’utilisation d’une méthode « indirecte ». Mais les dispositions prises en 1927 ne seront plus modifiées.

5 Bilan

  • 35 Cependant la connaissance déclarée du dialecte couvre, en 1931, 80,09 % de la population et celle (...)

56La politique linguistique menée par les autorités pour ancrer le français dans la constellation linguistique alsacienne semble avoir eu des effets fructueux. Aux recensements de 1931 et de 1936, le français est présent sous une forme exclusive ou en combinaison avec d’autres langues chez 48,47 % des recensés en 1931 et chez 55,63 % des recensés en 193635.

57Aussi les autorités peuvent-elles prendre acte d’une progression spectaculaire du français dans la mesure où, en moins de 20 ans, plus de la moitié de la population déclare savoir parler le français.

58Mais cette connaissance du français, réelle ou uniquement estimée par les recensés, n’entame aucunement le taux de connaissance déclarée du dialecte et de l’allemand.

  • 36 L’abbé Haegy souhaitait, dès mars 1922, « que l’enseignement de la langue allemande ne soit pas li (...)

59En tout état de cause, l’école semble jouer un rôle déterminant dans cette connaissance : pourvoyeuse essentielle du français, elle ne dispose que d’un nombre limité de relais dans la vie extra-scolaire. Quant à la langue allemande, elle reste présente pour 6 à 7 heures hebdomadaires (enseignement de l’allemand + enseignement religieux en allemand36) dans le système éducatif primaire qui fournit un savoir et un savoir-faire scolaires, mais elle possède de puissants relais dans la vie sociétale : la vie religieuse et cultuelle se passe, pour l’essentiel, en allemand, les écrits destinés à un large public (journaux, périodiques, littérature populaire...) restent très majoritairement en allemand.

60Qu’il s’agisse de la lecture publique, du cinéma ou de la radio, le frémissement en faveur du français est bien réel, mais c’est l’allemand qui reste encore la langue standard dominante dans la plupart des domaines touchant la majeure partie de la population.

  • 37 Bock émet cependant, en 1932, une restriction majeure : « Les enseignements de l’allemand et de la (...)

61Cette distribution linguistique concerne, de fait, des générations d’enfants bilingues, aux compétences sans doute inégales, mais qui, sous l’effet du plus grand désir d’ascension sociale et du contact plus fréquent avec l’écrit, acquièrent, beaucoup plus fréquemment que par le passé, des compétences élevées de lecteurs dans les deux langues37.

62La question des langues durant l’entre-deux-guerres souligne des enjeux multiples, parfois paradoxaux et contradictoires.

  • 38 Cf. Delahache Georges Les débuts de l’administration française en Alsace et en Lorraine, op. cit., (...)

63Le premier enjeu procède du pouvoir. Intégrer les Alsaciens dans la communauté nationale, c’est en premier lieu chercher leur adhésion à des structures politiques, à des pratiques culturelles, vouloir leur donner les moyens de participer à la vie publique de la France. Si une action psychologique reste indispensable — et ce sera, dans les tout premiers temps de la désannexion la tâche du service de propagande38 —, c’est par l’accès direct aux décisions, aux débats que cette intégration a des chances de réussir. Or, le chemin le plus court reste, pour les assimilationnistes, la connaissance de la langue française. Pour une partie des autonomistes et les séparatistes, mais aussi d’une certaine manière pour les Églises, l’accès à la langue française constitue un danger : les règles morales et les normes sociétales restent encore fortement imprégnées par un contrôle et une surveillance sociales largement inspirées par la religion, qui sanctionne — sociétalement et moralement— tout manquement à l’appareil régulatoire. Ce type de fonctionnement de la société alimente une reproduction comportementale des individus et assure un magistère peu contesté aux Églises. La tradition s’alimente des données existantes, de la reproduction qui, en se perpétuant, accroît le sentiment de l’altérité, de la différence, de la spécificité. En s’appuyant sur cet aspect, une partie des dirigeants politiques alsaciens rassure l’opinion en la confortant dans ses repères et s’assure un ascendant certain sur la population. La question linguistique est, au quotidien, au cœur du besoin de stabilité, du repérage identitaire et reste en ce sens, existentielle, pour la majeure partie de la population. Elle assure un ascendant certain à tous ceux qui défendent les variétés linguistiques dans lesquelles la population se reconnaît (allemand standard écrit, dialecte).

64Fondamentalement, sur le plan politique et éthique, s’esquisse un enjeu central, celui de la démocratie. Les termes du problème ne sont pas sans rappeler la difficulté à laquelle avait été confrontée la Révolution : les citoyens ne sachant pas le français sont-ils en mesure d’exercer les mêmes droits civiques que les autres ?

65Le second enjeu relève de la cohérence sociétale et de stratégies de survie : pour maintenir un lien entre les générations, entre les couches sociales différentes, entre un passé commun et un avenir ouvert, le corps social alsacien a besoin d’éléments de continuité, sauf à devenir schizophrène ou dépressif. La langue joue ce rôle central et la forte mise en cause du rôle de l’allemand par les nouvelles autorités, accompagnée d’une forte dévaluation des parlers dialectaux, provoque un rejet de cet élément qui met en danger la cohérence de la société et déséquilibre l’écologie linguistique individuelle. Cet aspect entre nécessairement en conflit avec l’enjeu intégratif tel qu’il est compris par la France et sert davantage les partisans d’une voie différente.

66Une fois acquise l’idée que le cadre politique français ne saurait être fédératif et qu’en voie de conséquence l’allemand n’aurait jamais de statut officiel, un troisième enjeu s’esquisse pour les Alsaciens : comment se ménager un avenir linguistique dans le cadre de la France pour ne pas devenir des citoyens de seconde zone, tout en maintenant un lien étroit avec le passé immédiat et les valeurs sociétales issues de ce passé ?

67L’ensemble de ces questions se pose avec, toujours en arrière-plan, la présence invisible, réelle ou supposée, de l’Allemagne et de ses intentions.

68Dans ce contexte, les moyens à mettre en œuvre (qui permettaient à la fois le changement et le maintien linguistiques) procédaient d’un défi qu’il était presque impossible à relever, dans le cadre politique du moment.

Notes

1 « Rapport du comité de salut public sur les idiomes », séance du 8 pluviôse an II [ = 27 janvier 1794], reproduit in Certeau de Michel, Julia Dominique, Revel Jacques Une politique de la langue. La révolution française et les patois, Paris 1975, Gallimard, p. 291-299 (réédité en poche, avec une postface inédite de Dominique Julia et Jacques Revel [Paris 2002, Gallimard, folio histoire n° 117, p. 321-331]).

2 Les familles dialectales traditionnellement retenues en Alsace appartiennent au domaine dialectal de l’allemand supérieur : le bas alémanique, « famille » quantitativement la plus largement représentée, le haut alémanique (au sud) et le francique rhénan méridional (au nord-est), d’une part, et, d’autre part, à l’allemand moyen : le francique rhénan (au nord-ouest).

3 Chiffres proposés par Maugue Pierre Le particularisme alsacien 1918-1967, Paris 1970, Presses d’Europe, collection « régions », p. 47, mais sans indication de sources. L’ouvrage est issu d’une thèse de doctorat en science politique présentée à la faculté de droit et de sciences économiques de Paris en avril 1967. L’auteur fait preuve d’une forte empathie pour son sujet, mais fournit toujours des données quantitatives fiables.

4 Les données quantitatives ont été calculées à partir des chiffres bruts publiés par Rosse J., Stürmel M., Bleicher A., Deiber F. et Keppi J. (éds) Das Elsass von 1870-1932, IV. Band, Colmar 1938, Verlag Alsatia, p. 198, tableau 95.

5 Baas Geneviève Le malaise alsacien 1919-1924, Strasbourg 1972, Développement et Communauté, p. 29

6 Cf. Wolff Christian « Charléty Sébastien » in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, fascicule n° 6, Strasbourg 1985, p. 492-493

7 « L’enseignement de la langue française et de la langue allemande dans les écoles d’Alsace et de Lorraine. Instructions de M. le Recteur aux Inspecteurs d’Académie (15 janvier 1920) » in Bulletin de l’Enseignement (Département du Bas-Rhin), 1re année n° 2, juin 1920, p. 37-47 (p. 39).

8 Ibidem.

9 Bock Ch. « L’enseignement primaire » in : Comité alsacien d’études et d’informations L’Alsace depuis son retour à la France, 1918-1932, Tome premier, Strasbourg 1932, p. 399-416 (p. 403). Depuis 1930, Bock est directeur de l’enseignement primaire à la Direction générale des Services d’Alsace et de Lorraine. Sur son parcours : voir Baechler Christian « Bock Charles » in Nouveau Dictionnaire de Biographie Alsacienne fascicule n° 4, Strasbourg 1984, p. 266-267.

10 Cet enseignement post-scolaire, destiné « 1o aux adolescents et aux adultes qui n’ont jamais fréquenté l’école française et à qui il est indispensable de donner une connaissance au moins pratique du français ; 2° aux jeunes gens de 15 ou 16 ans, qui ont un an ou deux de scolarité française faisant suite à 6 ou 7 années de scolarité allemande. Si nous n’organisons pas pour ceux-ci et pour leurs camarades qui vont bientôt sortir de l’école un enseignement post-scolaire, les connaissances de la langue française acquises à l’école seront bientôt compromises. » Il est assuré par des maîtres de l’école primaire. (cf. « Organisation de l’enseignement post-scolaire. Circulaire de M. le Recteur du 26 octobre 1920 » in Bulletin de l’enseignement (Département du Bas-Rhin), 1re année, n° 5, novembre 1920, p. 98-101.Un certificat d’études post-scolaires françaises en Alsace et en Lorraine est créé par arrêté du 11 mars 1922 de M. le commissaire général de la République (in Bulletin de l’enseignement (Département du Bas-Rhin), 3e année, n° 2, mars-avril 1922, p. 66 sqq.), remanié en 1934 (« Circulaire du 6 décembre 1934 de M. le Recteur d’Académie, Directeur de l’Instruction Publique » in Bulletin de l’enseignement (Département du Bas-Rhin), 15e année, n° 6, novembre-décembre 1934, p. 184-187).

11 Gillig Jean-Marie La question scolaire en Alsace de 1918 à 1939. Confessionnalisme et bilinguisme à l’école primaire, [Strasbourg] 1979, Université des Sciences Humaines, thèse pour le doctorat de 3e cycle, t. I, p. 127.

12 « Facilités données aux instituteurs et institutrices du cadre alsacien-lorrain pour se perfectionner dans la langue française » in Bulletin de l’enseignement (Département du Bas-Rhin), 1re année, n° 1, avril-mai 1920, p. 17-18 ; « Envoi à l’intérieur [de la France] d’instituteurs et d’institutrices du cadre alsacien-lorrain » : « ceux qui ont une connaissance au moins passable du français seront chargés d’un service complet dans une classe », « ceux qui ont une connaissance insuffisante du français seront d’abord envoyés dans des écoles normales pendant cinq mois. Le matin ils suivront des exercices qui seront spécialement organisés à leur intention ; le soir, ils assisteront à des classes soit à l’école annexe, soit en ville. » in Bulletin de l’enseignement (Département du Bas-Rhin), 1re année, n° 2, juin 1920, p. 34-35 ; longue circulaire circonstanciée du recteur en date du 19 octobre 1920 qui fait un bilan critique et donne un cadrage pour l’« organisation de cours de perfectionnement pour le personnel du cadre local » in Bulletin de l’enseignement (Département du Bas-Rhin), 1re année n° 4, octobre 1920, p. 69-71. Ces circulaires seront publiées chaque année, les dernières concerneront l’année scolaire 1929-1930.
Par le biais des maîtres alsaciens en formation linguistique « à l’intérieur », le recteur souhaite mettre en place un Cousinage des écoles, c’est-à-dire une correspondance scolaire entre enfants de classes alsaciennes et mosellanes et classes de l’intérieur de la France (1923), cf. « Circulaire du 25 janvier 1923 de M. le Recteur, Directeur Général de l’Instruction Publique » in Bulletin de l’enseignement (Département du Bas-Rhin), 4e année, n° 1, janvier-février 1923, p. 31-32.

13 Ibidem, p. 41 ; sur la « méthode directe », cf., par exemple, Christ Herbert et Coste Daniel (coord.) Pour ou contre la méthode directe. Historique du mouvement de réforme de l’enseignement des langues de 1880 à 1914, Études de Linguistique Appliquée n° 90, avril-juin 1993, Didier ; Mombert Monique L’enseignement de l’allemand en France 1880-1914. Entre « modèle allemand » et « langue de l’ennemi », Strasbourg 2001, Presses Universitaires de Strasbourg (Coll. Faustus), passim ; Puren Laurent « La polémique autour de la méthode directe dans l’Alsace-Lorraine de l’entre-deux-guerres » in Travaux de didactique du FLE n° 46 (2001), p. 35-62.

14 Ibidem, p. 40.

15 Ibidem, p. 43.

16 Ibidem, p. 40.

17 « Au sujet des programmes d’enseignement et de la situation du personnel. Circulaire de M. le Recteur aux Inspecteurs d’Académie », 19 octobre 1920 in Bulletin de l’Enseignement (Département du Bas-Rhin), 1re année, n° 4, octobre 1920, p. 77-82 (p. 79-80).

18 Ibidemp. 79.

19 Durant la séance du Conseil départemental [du Bas-Rhin] de l’enseignement primaire du 19 décembre 1925, à propos d’une proposition qui est faite modifiant les programmes scolaires, le Préfet estime certes « irrégulier de discuter la proposition », mais il ne met pas en cause le premier considérant qui constitue un postulat préalable formulé ainsi : « Considérant que, dans les écoles bilingues de nos départements, l’enseignement est donné en français, c’est-à-dire dans une langue étrangère à l’élève et que celui-ci est d’abord obligé d’apprendre [...] » (« Compte rendu de la séance du 19 décembre 1925 » in Bulletin de l’Enseignement (Département du Bas-Rhin), 6e année, n° 6, novembre-décembre 1925, p. 168-170 (p. 170) .

20 « Lettre du 18 octobre 1926 de M. le Président du Conseil à M. le Recteur, Directeur général de l’Instruction Publique » in Bulletin de l’Enseignement (Département du Bas-Rhin), 8e année, n° 1, janvier-février 1927, p. 13-14.

21 Extrait d’un article de La Gazette des Métiers, organe officiel de la Chambre des Métiers, du 22 octobre 1926, reproduit in-extenso dans Ferenzy de Oscar La Vérité sur l’Alsace, Paris 1930 (2e éd.), Bloud & Gay, p. 336-338 (p. 337).

22 Lettre du président de la Fédération Agricole d’Alsace et de Lorraine à Poincaré, Président du Conseil, publiée in Rosse J., Stürmel M., Bleicher A., Deiber F. et Keppi J. (éds) Das Elsass von 1870-1932, IV. Band, op. cit., p. 529-531. La même argumentation avait déjà été produite lors d’un discours du président de la Fédération devant l’Union des groupements professionnels des membres de l’Enseignement d’Alsace et de Lorraine, cf. Ferenzy de Oscar La Vérité sur l’Alsace, op. cit., qui en cite des extraits p. 327-328.

23 C’est l’énumération apocalyptique qu’entreprend Gotthelf A. dans « Zur Sprachenfrage » in Im Dienst der Kirche und des Volkes. Festschrift zum 60. Geburtstage des H. Abbé Dr. Xavier Haegy, Colmar 1930, Alsatia, p. 297-326 (p. 321) ; « Gotthelf » est le pseudonyme de Louis Pinck, curé de Hambach, folkloriste et autonomiste actif.

24 Cf. le panorama beaucoup plus nuancé qu’en dresse Cholvy Gérard Christianisation et société en France au xixe siècle (1790-1914), Paris (nouvelle édition) 2001, Seuil, en tenant compte de la pratique religieuse, de l’hétérogénéité des comportements d’un point de vue géographique, social ou groupal.

25 Sur leurs positions parfois divisées, cf. Storne-Sengel Catherine Les protestants d’Alsace-Lorraine de 1919 à 1939 : entre les deux règnes, Strasbourg 2003, Publications de la Société Savante d’Alsace (coll. « Recherches et documents », t. 71), passim.

26 Déclaration de l’évêque de Strasbourg, reproduite avec d’autres prises de position (évêque deMetz, autorités protestantes) in Rosse J., Stürmel M., Bleicher A., Deiber F. et Keppi J. (éds) Das Elsass von 1870-1932, IV. Band, op. cit., p. 542-545.

27 Gillig Jean-Marie La question scolaire en Alsace de 1918 à 1939, op. cit., p. 105 sqq. se demande jusqu’à quel point la doctrine définie par Charléty n’est pas, en partie, son œuvre personnelle, en tant que représentant typique des universitaires français nationalistes.

28 Christian Pfister (1857-1933) est né en Alsace et y a suivi sa scolarité jusqu’en 1871. Il poursuit ses études, puis sa carrière en France, à partir de 1871. Historien, il enseigne dans diverses universités à partir de 1882. Il demande sa mutation à Strasbourg pour y reprendre la chaire occupée par Fustel de Coulanges jusqu’en 1870 (cf. Strauss Léon « Pfister Chrétien (dit Christian) » in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne fascicule n° 29, Strasbourg 1997, p. 2992-2993).

29 « Instructions du 30 août 1927 de M. le Recteur d’Académie, Directeur Général de l’Instruction Publique » in Bulletin de l’Instruction Primaire (Département du Haut-Rhin), 8e année, n° 37, juin-septembre 1927, p. 1616-1619.

30 Ibidem, p. 1617.

31 Ibidem.

32 « Nous prescrivons donc que, dès le second semestre de la deuxième année scolaire, quand l’enfant saura parfaitement lire le français, il apprenne à lire l’allemand, d’abord en caractères latins, puis en caractères gothiques », ibidem, p. 1618.

33 Ibidem, p. 1618.

34 Cf. par exemple, la petite revue de presse qu’entreprend le mensuel (clérical et autonomiste) Die Heimat n° 10, en 1927, p. 279-293.

35 Cependant la connaissance déclarée du dialecte couvre, en 1931, 80,09 % de la population et celle de l’allemand 74,59 % des personnes concernées, et, en 1936, respectivement 82,11 % (dialecte) et 76,07 % (allemand).

36 L’abbé Haegy souhaitait, dès mars 1922, « que l’enseignement de la langue allemande ne soit pas limité dans toute la durée de la scolarité à trois heures par semaine. » Il faisait observer, très abruptement, qu’il n’était pas « admissible que les heures d’enseignement religieux soient comptées pour l’enseignement linguistique. L’enseignement religieux donné dans la langue du pays ne peut avoir le caractère d’un enseignement de langue. Il n’a pas pour mission de donner aux enfants des connaissances grammaticales ou verbales de la langue allemande, mais il les suppose. Il doit leur donner les éléments de la vie religieuse et morale en une langue comprise et allant à l’âme de l’enfant. » (cité par Brogly Médard « Dokumente und Tatsachen zur Geschichte unseres Landes » in Im Dienst der Kirche und des Volkes. Festschrift zum 60. Geburtstage des H. Abbé Dr. Xavier Haegy, op. cit., p. 249-296 (p 279).

37 Bock émet cependant, en 1932, une restriction majeure : « Les enseignements de l’allemand et de la religion, en réduisant de près de 1/4 le temps consacré aux autres disciplines, empêchent d’atteindre, dès à présent, et le niveau et la proportion des candidats [au certificat d’études primaires élémentaires] des autres départements. » Il estime qu’un quart de l’effectif total des enfants quittant l’école est reçu au Certificat. (Bock Ch. « L’enseignement primaire » in : Comité alsacien d’études et d’informations L’Alsace depuis son retour à la France, tome premier, op. cit., p. 406).

38 Cf. Delahache Georges Les débuts de l’administration française en Alsace et en Lorraine, op. cit., chapitre « Propagande et presse », p. 173-180.

Auteur

Université Marc-Bloch, Strasbourg II

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540