Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’école française et les langues régionales

 | 
Hervé Lieutard
, 
Marie-Jeanne Verny

La puissante ténacité de l’obstacle de la langue bretonne

Fañch Broudic

Texte intégral

1Jusqu’à présent, l’école a été généralement considérée comme ayant joué le rôle « essentiel » dans un processus qui a conduit au fil du temps à la réduction considérable de la pratique du breton. Cette analyse est effectivement plausible, dans la mesure où la revendication actuelle d’un statut pour la langue bretonne est formulée en direction de l’État et porte expressément sur l’école.

2Les choses ne sont cependant pas si simples, et l’évolution de la pratique du breton, depuis le xixe siècle, est un phénomène bien plus complexe qu’on ne l’affirme généralement. La pratique du breton ne s’est pas transformée et n’a pas régressé sous l’effet d’une seule cause, mais plutôt sous l’effet de facteurs multiples et convergents. Parmi ceux-ci, on peut citer l’intervention du politique bien sûr, mais aussi le rôle de la presse et des médias, les mouvements de population, le développement des échanges, les choix effectués par les bretonnants eux-mêmes, etc.

3Le fait est que l’usage du breton, comme celui de toute langue, est évolutif. Pour l’apprécier, nous ne disposons certes pas des données des recensements. Mais en exploitant les diverses sources archivistiques et documentaires disponibles et par la mise en œuvre que nous avons proposée d’une sociolinguistique historique, on peut disposer de points de repère assez précis sur les pratiques linguistiques en Basse-Bretagne (c’est-à-dire dans la zone bretonnante, située dans la moitié ouest de la région) tout au long du xixe siècle :

  • en 1828, c’est Gilbert Villeneuve qui écrit dans l’Itinéraire descriptif du département du Finistère :

      • il n’y a absolument aucune nuance : on parle bas-breton, ou on ne le parle pas.

  • 556 communes de Basse-Bretagne sont considérées, au moment de l’enquête Duruy de 1864, comme étant des communes où « la langue française n’est pas encore en usage ». La population de ces communes est estimée, globalement, à 1 060 375 personnes, soit 84 % de la population de la Basse-Bretagne. Les communes où le français serait d’usage courant regrouperaient environ 100 000 habitants.

  • en 1902, lorsqu’Émile Combes prétend interdire la prédication en langue bretonne, la situation sociolinguistique n’est déjà plus ce qu’elle était un siècle plus tôt. Mais le monolinguisme breton concerne toujours la moitié de la population en Basse-Bretagne, et la pratique usuelle du breton plus de 80 % de la population.

4Le graphique p. ? ? représente l’évolution de la pratique sociale du breton aux xixe et xxe siècles.

1 Les pratiques scolaires

5Comment, dans ce contexte, ont évolué les pratiques scolaires ? Pour s’en tenir au xixe siècle, plusieurs approches différentes doivent être prises en considération.

1.1 Première approche : la loi et son application

6La loi ne définit jamais que l’obligation d’un enseignement du français. Mais Rémi Rouquette parle du « fondement [juridique] incertain du principe de l’enseignement du français ». La loi n’est certes pas prohibitive à l’égard du breton. Mais elle ne prend pas non plus son existence en compte : elle l’ignore purement et simplement. De fait, la question n’a guère préoccupé le pouvoir central. Localement pourtant, ses représentants ont été conscients de la nécessité d’assurer l’intégration de la Basse-Bretagne au sein de la nation et ils ont agi en conséquence. Les déclarations des représentants locaux des pouvoirs publics sont assez explicites à cet égard, les pratiques mises en œuvre sous l’autorité des responsables académiques aussi.

7Les réglementations sont en effet tout de suite plus précises que la loi. Dans les écoles, les règlements locaux traduisent l’impérieuse nécessité de donner la primauté à la langue nationale. Par exemple, le « Règlement pour les écoles primaires élémentaires de l’arrondissement de Lorient », adopté et arrêté par le Comité supérieur de l’arrondissement en 1836 et approuvé par le Recteur en 1842, stipule :

§ 2. Discipline. Art. 21. Il est défendu aux élèves de parler breton, même pendant la récréation et de proférer aucune parole grossière. Aucun livre breton ne devra être admis ni toléré.

8S’exprimer en breton et parler « grossièrement » font donc l’objet de la même prohibition.

9Le souhait de l’administration est bien de répandre la langue française par le biais des écoles :

  • En 1846, le Préfet des Côtes-du-Nord expose à l’Évêque de Saint-Brieuc que

nos écoles, dans la Basse Bretagne, ont particulièrement pour objet de substituer la langue française au Breton, et ce serait incontestablement déjà un grand bienfait.

  • en s’adressant à l’Inspecteur d’Académie de Vannes dans le cadre de l’enquête Duruy de 1863, le Recteur de l’Académie de Rennes ne manque pas de lui réclamer

le plus promptement possible un rapport sur les mesures pratiques qu’il conviendrait de prendre pour déraciner chez les habitants de [son] département l’habitude de la langue bretonne et faire généraliser le français.

  • l’Inspecteur vannetais s’associe pleinement à cet objectif :

Évidemment le premier rôle que l’instituteur a à remplir en Bretagne c’est de rattacher par la langue à la patrie française des populations qui y tiennent si fortement par le patriotisme et la religion.

1.2 Deuxième approche : le placement

10En pratique, les méthodes de scolarisation ont toujours été très diverses. Il existait tout d’abord une tradition de placer volontairement pendant quelque temps les jeunes bretonnants hors de leur milieu, en ville ou hors de Basse-Bretagne, pour leur faciliter l’apprentissage du français. Dom Le Pelletier signale déjà dans son Dictionnaire étymologique de la langue bretonne en 1752 que les paysans, se voyant

méprisés pour leur ignorance de la langue dominante et, n’étant plus en âge de l’apprendre envoient leurs enfants servir chez ceux qui la parlent...

11Au xviiie siècle, les plus aisés envoient donc leurs garçons au collège, et leurs filles chez les religieuses. Mais la pratique est bien antérieure : vers 1666, lors de la procession du mardi de la Pentecôte, à Josselin, l’on remarque

une compagnie de deux ou trois cents Léonnois, demeurant à Josselin pour apprendre le françois et faire le commerce.

12C’est aussi la pratique des « likès », dont le nom persiste pour désigner un établissement scolaire privé de Quimper et que décrit le Dictionnaire historique d’Ogée au milieu du xixe siècle :

Les cultivateurs aisés étaient de tout temps dans l’usage d’envoyer, pendant quelques années, leurs enfants à la ville pour y apprendre la langue française et recevoir des leçons de lecture, d’écriture et de grammaire. Le peuple leur donnait le noms de likès [...].

13Cette façon de procéder est générale, puisque, selon le rapport de l’Inspecteur Général Villeneuve, à propos des écoles du Morbihan en 1863, les habitants des campagnes renoncent à faire apprendre le français à leurs enfants

à moins qu’ils aient assez d’aisance pour les mettre en pension dans le chef lieu de canton le plus rapproché, là enfin où les enfants peuvent fréquenter des écoles dirigées par des frères des écoles chrétiennes qui ne sont pas bretons, ou dans de rares écoles laïques où le maître sait le français et ne parle que le français dans sa classe.

14Dans le département des Côtes-du-Nord, l’Inspecteur d’Académie L. Campion faisait les mêmes constatations dès 1835-1836. Il écrit ceci :

Dans le pays breton, le riche seul, ayant au dehors des relations qui nécessitent l’usage de la langue française, sent le besoin d’envoyer son fils à l’école. Vous y trouverez rarement l’enfant du pauvre ; il n’occupe jamais toutes les places qui lui sont réservées.

15L’apprentissage du français recouvre la demande d’instruction, laquelle doit être réservée à ceux qui ont les moyens de scolariser leurs enfants en ville. Il s’agit là d’un comportement typiquement bas-breton, puisque, selon l’Inspecteur Campion, en pays « français », c’est-à-dire en pays gallo,

les indigents dominent souvent [à l’école...], le français aisé voit sans peine le pauvre à côté de son fils.

16Pour l’Inspecteur Primaire de Brest, en 1857, l’envoi des enfants à la ville est aussi la bonne solution, qu’il propose d’ériger en système : il faut isoler les petits bretonnants de leur milieu, et à cet effet il propose la généralisation de l’internat :

L’on ne peut se rendre une langue réellement familière que par la pratique de la conversation. Or si ces enfants passent chaque jour à l’école quelques heures pendant lesquelles on les force bien à s’exprimer en français, on ne doit pas perdre de vue qu’ils rentrent dans leurs familles entre les classes ; qu’ils y passent toutes leurs soirées, et que là ils doivent parler constamment breton, sous peine de n’être pas compris [...]. Voilà pourquoi j’ai toujours conseillé les internats comme le moyen le plus efficace de propager dans nos campagnes l’usage de la langue française.

17La pratique du « placement » en ville apparaît comme un critère de différenciation sociale, puisque ce sont les couches supérieures de la paysannerie qui manifestent ainsi une demande d’instruction en français qu’elles seules ont les moyens de trouver hors de chez elles.

1.3 Troisième approche : les petites écoles

18Il existait une pratique complètement à l’opposé de la précédente : les petites écoles. Irrégulières, elles présentaient toutes, selon la définition très critique qui en est donnée par André Quintric, les mêmes traits communs :

la prière, un peu de lecture (dans le meilleur des cas en français), le catéchisme, la morale, un rôle social et l’usage assez prononcé de la langue bretonne.

19Cet auteur cite pour le Morbihan l’exemple de l’école de Melrand en 1856, « moitié bretonne moitié française », et celui de Pluméliau en 1870 :

La première classe où l’enseignement est exclusivement donné en breton est gratuite [...]. Pour entrer en classe française, il faut payer.

20G. Jaffredou décrit aussi l’activité d’instituteurs ambulants, non autorisés ou « clandestins », parfois qualifiés d’« ignorants », qui apprennent à lire le latin et le breton. Il signale également le cas, en 1824, du vicaire de Plougonvelin, qui donne des

leçons à un jeune homme de 16 ans [qui lui-même] apprend à lire le latin et le breton à 15 ou 16 enfants et le français à trois.

21Vers 1840, à Berrien,

une femme du pays nommée Laurence, allait [...] de village en village pour enseigner la lecture du breton.

22En 1855, l’inspecteur d’Académie signale au Préfet du Finistère le décès de « l’institutrice qui dirigeait sans brevet l’école bretonne de Plouzévédé », et qu’il sera donc désormais possible de remplacer.

23L’Inspecteur d’Académie des Côtes-du-Nord, L. Campion, dans son rapport de 1836-1837, présente de cette pratique une interprétation plus nuancée. Selon lui,

il ne faut pas regarder comme privés d’instruction tous ceux qui ne vont pas aux écoles. Outre les 1 200 enfants que nous avons supposés recevant des leçons des maîtres ambulants, il y en a un très grand nombre à apprendre à lire par les voisins de leurs parents.

24Dans Le Cheval d’orgueil, Pierre-Jakez Hélias ne dit pas où ni comment son grand-père a appris à lire, bien qu’il n’use guère de cette faculté :

Alain Le Goff sait fort bien lire, il ne lit jamais [...] Il sait aussi compter très vite de la tête en breton, beaucoup moins vite avec le crayon et le papier.

25L’écrit n’a pas encore supplanté la civilisation orale...

1.4 Quatrième approche : « nous ne pouvons interdire »

26En pratique, la politique officielle a été fluctuante, faisant preuve de souplesse, jusqu’en 1870 et même jusqu’en 1897, sinon sur les principes, du moins dans les faits. Ainsi que le reconnaît l’Inspecteur Primaire de Brest dans son rapport de 1863,

nous ne pouvons interdire d’une manière absolue l’usage du breton, même dans nos écoles publiques.

27Contrairement à beaucoup d’idées reçues, infiniment nombreux ont été les cas où il apparaît que le breton a été présent dans les écoles. On peut même considérer que, tout au long du xixe siècle au moins, avec ou sans la bénédiction des autorités académiques, le breton a généralement été — au minimum — un auxiliaire indispensable de l’enseignement.

28En 1836, le conseil municipal de Guéméné-sur-Scorff se félicite que les instituteurs

connaissent parfaitement l’idiome bas-breton qui est pour eux un moyen de démonstration plus facile dans l’instruction des enfants.

29En 1851, à Ploerdut, l’instituteur

parle parfaitement le breton, chose nécessaire dans un pays où les enfants ne parlent que cette langue.

30En 1866, l’Inspecteur du Finistère, consulté sur les pratiques en vigueur à l’école de Plouguin

ne pense pas qu’il y ait lieu d’interdire, dans l’école de cette commune, l’usage de faire la classe en breton, pourvu toutefois que l’instruction ne se borne pas à l’enseignement de cette langue, et prépare les élèves, par des exercices de traduction, à la connaissance de la langue française, qui ne doit être ignorée dans aucune de nos écoles primaires.

31L’administration elle-même tient compte du fait que les enfants sont monolingues bretonnants en arrivant à l’école. Dans les Côtes-du-Nord, par exemple, le règlement des écoles primaires communales de 1852 stipule en son article 30 que

le français sera seul en usage dans l’école. Le maître s’efforcera, par des descriptions, par de fréquentes explications et surtout par son exemple, de former les élèves à l’usage de cette langue [...]. Il pourra aussi employer la langue bretonne comme moyen de traduction.

32Des exercices de traduction et l’étude du catéchisme breton figurent expressément au programme des écoles de Plourivo et de Trévérec en 1839. Dans le Morbihan, le Conseil Académique, au cours de sa session de juin 1864, donne son approbation à une liste de livres d’enseignement parmi lesquels figurent trois manuels breton-français. Il dresse même une liste des communes auxquelles il pourrait être « utilement » adressé.

33Dans le Finistère, en 1857, un inspecteur d’académie, très critique par rapport aux méthodes pédagogiques en vigueur jusqu’à son arrivée, et qui déplorait « le peu de français que nos pauvres petits Bretons parvenaient à apprendre » en plusieurs années d’école, explique ses propres méthodes à l’Évêque de Quimper :

Dès que les enfants entrent à l’école, on leur fait suivre, à côté des exercices purement mécaniques auxquels ils se livrent journellement, un autre exercice qui consiste à leur indiquer en breton les noms ou objets qu’ils connaissent et le nom français correspondant ; puis on fait l’inverse.

34Cet inspecteur ne discute pas des objectifs de l’école : il s’agit bien de transformer les petits Bretons en Français qu’ils ne sont pas encore, et donc de les rendre aptes à s’exprimer usuellement en langue française. Du moins convient-il de s’aider de la seule langue qu’ils connaissent au départ pour les initier à celle dont ils doivent tout apprendre. Le breton reste langue auxiliaire de l’enseignement, mais il n’est pas exclu de l’école.

35Quelques années plus tard, au moment de l’enquête Duruy, ces méthodes n’ont pas été abandonnées, et les inspecteurs primaires de Brest et de Quimper insistent, dans leurs rapports, sur ces exercices de traduction orale et écrite qu’ils expérimentent depuis quelques années et qui produisent « de bons résultats » :

À de bien faibles exceptions près, tous les enfants de 13 ans (garçons et filles) savent parler et écrire le français. Il y a même lieu quelquefois de s’étonner de la promptitude et de la correction avec lesquelles ils traduisent dans les inspections, les phrases qui leur sont proposées.

36En 1879, l’Inspecteur d’Académie des Côtes-du-Nord regrette le manque de compétence pédagogique de nombre d’instituteurs et surtout d’institutrices :

Si dans les communes rurales de la plus grande partie du département, la langue de la famille n’est pas celle de l’école, et si nos maîtres et maîtresses rencontrent là un grand obstacle contre lequel ils luttent avec une pénible énergie, on ne sait pas non plus l’art d’appuyer sur le breton même l’étude du français et de concilier ainsi les légitimes exigences de la société française et de l’avenir national avec le respect du pittoresque idiome des ancêtres de la contrée et la religion des souvenirs.

37L’Inspecteur de Brest-Châteaulin le reconnaît dans le cadre de l’enquête Duruy :

Il faut bien que le maître emploie cet idiome pour se faire comprendre des commençants.

38L’Inspecteur Général Villeneuve déjà cité laisse entendre lui aussi que dans la partie bretonnante du Morbihan les écoles, en fait, sont bretonnes : les enfants y apprennent

à lire et à écrire — non pas en français qui se parle à peine dans l’école et qu’on ne parle jamais au dehors, mais le Bas-Breton que les enfants trouvent dans leur livre de prières et dans leur catéchisme ; telle est la situation de 130 communes environ sur 230.

39Dans le Finistère, le seul département entièrement bretonnant, les statistiques de l’enquête Duruy sont les suivantes : 24 % des écoles dispensent l’enseignement en français exclusivement, 70 % sont bilingues, et il en est même 6 % (soit 33 écoles) où l’on n’enseigne qu’en breton.

40Cela ne saurait être surprenant, puisque, selon les éléments fournis par les Inspecteurs Primaires du Finistère, la moitié environ des enfants de 7 à 13 ans n’est pas à même de parler le français, le pourcentage étant encore plus fort pour les filles que pour les garçons.

1.5 Cinquième approche : l’éviction du breton

41Elle se fait en plusieurs étapes :

  • l’invention du symbole

  • la mise au point de la méthode directe

  • l’interdiction absolue de la langue régionale.

42À une pédagogie tolérante, on adjoint en effet désormais des méthodes qui se veulent plus persuasives. En 1862, par exemple, le maire de Penhars, près de Quimper, s’adresse aux enfants de l’école, en leur présentant leur nouvel instituteur :

Il leur a surtout recommandé de ne point parler breton en récréation comme ils avaient eu l’habitude de le faire jusqu’à présent.

43À la même date, l’Inspecteur Primaire de Quimper passe du stade de la recommandation à celui de l’injonction :

Aux moyens proposés pour les enfants, on pourrait ajouter la remise déjà pratiquée sur mon invitation dans plusieurs écoles, de jetons, qui, donnés à un certain nombre d’élèves seraient passés par ceux-ci aux enfants parlant breton pendant les récréations, dans les chemins ou dans les villages, et repassés par ces derniers aux premiers trouvés en faute, afin d’éviter la punition réservée à la fin de chaque journée aux détenteurs des jetons. L’obligation de parler constamment français résultant de la circulation des jetons et de la surveillance incessante des élèves par eux-mêmes fait évidemment de cette circulation, par le maintien aussi sévère que possible de la défense de parler breton, un auxiliaire puissant des exercices de la classe.

44Ce n’est cependant pas à ce fonctionnaire qu’on doit attribuer l’invention du « symbole ». Dès 1833, l’un de ces prédécesseurs, un certain Dufilhol (par ailleurs collecteur de chansons populaires en langue bretonne), bien que n’utilisant pas ce terme, préconisait que les enfants se surveillent mutuellement, celui qui serait surpris à proférer un mot de breton par inadvertance se voyant attribuer une pièce de bois et ne pouvant prendre part aux jeux de la récréation que lorsqu’il aurait lui-même entendu un de ses camarades parler breton. Dufilhol croit pouvoir affirmer que les enfants se surveillaient de manière très active et très enjouée.

45Pour sa part, l’Inspecteur Général de l’enseignement primaire I. Carré affirme n’être absolument pas partisan des méthodes répressives :

Par-dessus tout, écrit-il, ne pas faire usage du symbole, si tant est que cette pratique existe toujours quelque part.

46Il vient en Bretagne par deux fois, en 1887 et 1889. Devant les instituteurs, puis dans les revues pédagogiques, il expose — et impose — sa méthode, bien connue depuis sous le nom de « méthode directe ».

47Irénée Carré avait en effet mis au point une « Méthode pratique de langage, de lecture, d’écriture, de calcul, etc. », dont il précisait sur la couverture qu’elle était

plus spécialement destinée aux élèves des provinces où l’on ne parle pas français, et qui arrivent en classe ne comprenant ni ne sachant parler la langue nationale.

48On ne peut en tout cas reprocher à cette énonciation d’occulter, ou de nier, la réalité. Pour l’Inspecteur Général, les choses sont claires : il est des provinces qui ignorent le français et des enfants qui arrivent à l’école sans le connaître. Son objectif est, dès lors, de remédier à cette situation qui lui paraît anormale. Carré a, incontestablement, fait le tour de la question. L’argumentaire suivant est extrait de sa préface au Livre du maître :

491. Est-il nécessaire que TOUS les petits Français (même les Bretons, les Flamands, les Basques, les Arabes, etc.) comprennent et sachent parler le français ?

50Oui :

51Parce que leur intérêt est qu’ils puissent plus tard entretenir des relations avec les habitants du reste de la France [...]

52Enfin, parce qu’on n’est pas complètement Français, quand on ne connaît pas la langue de la France.

532. Est-il nécessaire de recourir à la langue qu’ils parlent en arrivant à l’école pour leur apprendre le français qu’ils ne savent pas ?

54Non :

55Parce que, dans tout le reste de la France, les mères apprennent le français à leurs enfants sans savoir ni breton, ni flamand, ni basque, ni arabe [...].

56Devant les instituteurs du Finistère pourtant, Carré se défend de vouloir « détruire » la langue bretonne ni aucune des « particularités » de la Bretagne. Mais il avait dès le départ exclu que l’enseignement puisse n’être dispensé qu’en breton — ce serait renoncer à la langue nationale, et ce n’était pas dans l’esprit de la loi. Il écarte également toute possibilité d’enseignement bilingue — le breton n’ayant d’intérêt linguistique que pour des savants, dans le cadre d’études universitaires. Il ne conçoit pas qu’il puisse être un moyen auxiliaire de l’enseignement, la seule méthode valable à ses yeux étant cette méthode maternelle ou directe. L’Inspecteur Général n’envisageait d’utilisation du breton que de manière tout à fait restrictive, pendant la période d’initiation des enfants au vocabulaire de base.

57Il faut bien reconnaître que cette méthode directe du xixe siècle s’apparente beaucoup à la méthode par immersion en vigueur depuis la fin du xxe siècle dans la plupart des classes bilingues ou en langue régionale. Les débats la concernant se sont prolongés, y compris parmi le personnel enseignant et parmi les politiques, jusqu’à la veille de la seconde guerre mondiale. Certains maîtres d’école répugnaient à employer les méthodes préconisées par la hiérarchie. D’autres, à l’exemple de ceux de Brasparts, se prononçaient pour l’éviction du breton. Un certain J. Dosimont, Inspecteur d’Académie du Finistère pendant quelques années, clôt le débat en 1897, en interdisant les méthodes fondées sur la traduction et en préconisant la seule méthode Carré. Il édicte comme une « règle inviolable » et un « principe qui ne saurait jamais fléchir » le fait que « pas un mot de breton [ne devait être prononcé] en classe, ni dans les cours de récréation ». Jamais, jusque là, la politique d’exclusion du breton n’avait été aussi clairement affirmée.

2 Quelle demande sociale ?

58Pour le xixe siècle, il faut donc retenir de la part des Bas-Bretons un jeu complexe de réactions différenciées vis-à-vis de l’école comme vis-à-vis de l’apprentissage du français. La scolarisation a certes progressé tout au long du siècle, mais pendant longtemps le retard de la Basse-Bretagne était flagrant.

59Les historiens Furet et Ozouf, s’appuyant sur des recherches antérieures, mais aussi sur le dépouillement de listes nominatives de conscrits, dans le Morbihan et les Côtes-du-Nord, pour 1850 et 1890, ont effectivement mis en évidence un retard constant des cantons bretonnants par rapport à ceux du pays gallo, en matière d’alphabétisation. Avant la Révolution, dans les paroisses rurales, les hommes apposent beaucoup plus fréquemment leur signature au bas des actes de baptême en pays gallo qu’en pays bretonnant. En 1874, les 16 cantons purement bretonnants ont un taux d’analphabétisme supérieur à la moyenne départementale, alors que celui des cantons francophones est inférieur. En 1850, parmi les conscrits que l’on peut classer comme laboureurs ou cultivateurs, 17,6 % étaient alphabétisés dans les cantons bretons, 35,3 % dans les cantons gallos. Parmi les artisans et commerçants, les taux sont respectivement de 41,2 % et 55,4 %. Quarante ans plus tard, en 1890, les cantons bretons ont accentué leur retard dans la catégorie « laboureurs » : le nombre des « sachant au moins lire » progresse plus vite en pays gallo.

60Furet et Ozouf en tirent les conclusions suivantes :

Pour un conscrit du milieu du xixe siècle, quelle que soit sa catégorie sociale (paysan, domestique, journalier, commerçant, artisan) et quel que soit son lieu de résidence (intérieur, maritime ou semi-maritime), être bretonnant se traduit par un retard sensible d’alphabétisation. Au cours de la deuxième moitié du siècle, au moment où, partout, la tendance est au rattrapage rapide des retards d’alphabétisation (sexuels, sociaux, géographiques), être bretonnant, pour les conscrits de condition paysanne, les laboureurs, les domestiques, les journaliers, se traduit par une sensible aggravation du handicap initial.

3 La demande manifeste d’apprentissage du français

61Il reste dès lors à analyser les raisons de ce retard et à comprendre comment les Bas-Bretons eux-mêmes se sont positionnés par rapport aux pratiques scolaires. N’y-a-t-il eu aucune demande sociale pour une scolarisation en breton ? Quelle a été réellement l’ampleur de la demande d’apprentissage du français ?

62Celle-ci est de plus en plus manifeste. Il est certain que la volonté des autorités de répandre la connaissance du français va rencontrer une exigence de plus en plus fortement exprimée par la population locale. Il existe une demande sociale croissante en faveur de la connaissance de la langue nationale. Seules les classes aisées la formulent au début, en plaçant leurs enfants dans les écoles de ville, s’en réservant même l’exclusivité, puisqu’ils n’envisagent pas que d’autres enfants que les leurs puissent bénéficier des bienfaits de l’enseignement — et ce trait différencie d’ailleurs la Basse-Bretagne de la Haute-Bretagne.

63Mais la progression continue de l’organisation de l’enseignement tout au long du siècle, même si elle a pris du retard par rapport à la moyenne nationale, montre bien que, fondamentalement, les Bas-Bretons considèrent de plus en plus l’acquisition du français comme une nécessité : au début du siècle, une commune sur 5 avait une école ; vers 1880, avant même l’adoption des lois Ferry qui vont établir l’obligation scolaire, toutes les communes en ont, et on en est à créer des écoles de hameaux. M. Bédel-Bénard le constate :

Pour la première fois peut-être dans le domaine scolaire, le Finistère a précédé la loi.

64Or, si les municipalités acceptent ou favorisent à ce point l’ouverture d’écoles, tout en sachant qu’elles ont pour fonction d’apprendre le français, c’est que cet objectif correspond bien à leur attente.

65Il y a donc là, désormais, un véritable consensus. Le souci d’apprendre la langue de l’école — qui n’était pas que la langue de l’école — l’emporte. Et il n’y a, sur ce point aucune différence entre l’école congréganiste et l’école laïque :

Sur ce qui faisait l’essentiel de l’école en 1860, à savoir l’acquisition des connaissances élémentaires, loin de s’opposer, les deux écoles ont travaillé au même but : du moment qu’il sait lire et écrire, peu importe qu’un enfant l’ait appris d’un maître laïc ou congréganiste et dans une école publique ou privée.

4 La résistance passive en faveur d’une école de langue bretonne

66Il ne faudrait pas considérer pour autant que personne en Basse-Bretagne n’ait exprimé de revendication en faveur de la langue régionale. Certes, Il n’y a jamais eu, ni avant la Révolution, ni après, de tradition d’enseignement structuré du breton, en dehors des petites écoles. L’acquisition du français était en quelque sorte considérée comme un préalable à l’acquisition des connaissances, et les deux objectifs tendaient à se confondre. Aucune demande sociale explicite ne s’est manifestée pour l’enseignement spécifique de la langue bretonne : il n’y a pas eu au cours du xixe siècle de débat public, même en Bretagne, sur l’opportunité de l’intégrer à l’enseignement. Mais des interventions ont bien eu lieu en ce sens, et des voix se sont élevées.

67Un juge de paix de Brest, Yves-Marie-Gabriel Laouénan, adresse par exemple en 1837 au Préfet Boullé un mémoire pour qu’il juge lui-même

de la nécessité d’instruire les Bas-Bretons dans leur propre langue, et par conséquent de répandre parmi eux le plus possible les livres le plus à leur portée, et en même temps ceux qui leur sont le plus nécessaire en raison de leurs professions et de leur besoins journaliers.

68En 1835,

l’interdiction aux instituteurs de ne rien apprendre aux enfants en idiome breton, a trouvé des contradicteurs et je ne doute pas, lit-on dans le rapport de l’Inspecteur Primaire de Brest, qu’elle ne soit cause que beaucoup de cultivateurs n’envoient pas leurs enfants à l’école, ces cultivateurs tenant fortement à ce que leurs enfants sachent lire en breton, langue qui longtemps encore leur sera très utile et dans laquelle se fait le catéchisme aux églises. Il est sans doute nécessaire d’habituer les gens de la campagne à se servir habituellement de la langue française, mais il faut se reposer sur le besoin qu’ils en auront dans leurs communications avec les personnes de la ville et user de grands ménagements, afin d’amener nos cultivateurs, assez apathiques, à envoyer leurs enfants à l’école.

69En 1851, le Préfet du Finistère craint encore l’effet dissuasif d’un enseignement non breton sur la fréquentation scolaire :

Tout en reconnaissant que l’état des choses actuel s’oppose à tout progrès et doit en conséquence être modifié, j’[illisible] que la proscription absolue de l’idiome breton n’eût pas pour effet de diminuer le nombre, déjà si faible, de notre population scolarisée.

70Alors que l’interprétation courante, jusqu’à présent, imputait les lenteurs et le retard de l’alphabétisation en Basse-Bretagne au xixe siècle, entre autres, à la pratique du breton, il apparaît donc que, parallèlement à la préoccupation des classes les plus aisées de la paysannerie de faire apprendre le français à leurs enfants, la masse des bretonnants a, en quelque sorte, fait de la résistance passive vis-à-vis de la scolarisation parce que, précisément, l’enseignement n’était pas dispensé en breton.

71Analysant l’histoire scolaire de la région de Pontivy au xixe siècle, A. Quintric mentionne explicitement en effet l’usage de la langue bretonne comme l’un des nombreux « obstacles et freins au développement de la scolarisation » (indifférence des populations rurales et des élus, attitude du clergé, raisons financières, composantes socioéconomiques...). Pour lui,

la domination de la langue bretonne [a] constitué un facteur stérilisant sur le plan du développement de la demande d’instruction.

72Cet auteur ne fait, en l’occurrence, que reprendre à son compte une argumentation cent fois répétée par l’administration. En 1887, l’Inspecteur Lucas souligne ainsi combien

l’Inspection générale a été particulièrement frappée, cette année, de la puissante ténacité de l’obstacle que la langue bretonne, en 23 de nos cantons [des Côtes-du-Nord], oppose à la langue française et aux autres matières du programme [...]. On ne rencontre pas ailleurs pareil obstacle [...].

73En 1863, le rapport annuel du Préfet du Morbihan concernant l’instruction primaire dans son département souligne qu’

aux difficultés que rencontre partout la mission de l’instituteur vient souvent s’en joindre une toute spéciale à une partie de nos communes. Nous voulons parler de l’usage de la langue bretonne qui présente un des plus grands obstacles naturels au développement de l’instruction primaire dans notre département.

74Un peu plus loin, le Préfet ajoute :

On ne peut, en présence du fait signalé, que manifester le désir de voir la langue française se répandre davantage dans les campagnes, surtout par la création de nouvelles écoles, dans les communes qui en sont encore dépourvues.

75Disant cela, l’administration tourne en rond, ne sachant par quel bout prendre le problème, ni surtout quelle bonne solution lui trouver, puisqu’à ses yeux, le breton est l’obstacle qui empêche le développement des écoles, et qu’en même temps la seule façon d’éliminer l’obstacle est de développer les écoles. On ne peut mieux dire que toute évolution en ce domaine est affaire de temps et de patience.

76Les Bas-Bretons ont donc été longtemps réfractaires à l’enseignement du français et ont boudé l’école du xixe siècle. Les bretonnants ne ressentaient pour leurs enfants aucun besoin de la fréquenter puisqu’il y auraient appris une langue qui n’était pas la leur. S’ils ont été si réticents à l’égard de l’école, c’est bien parce qu’elle ne parlait pas leur langue. C’est donc en inversé — ou, si l’on préfère, en négatif — que s’est manifestée la demande sociale d’enseignement du breton. Bien qu’elle n’ait jamais été comprise comme telle, elle fut bien réelle, et ce fut l’erreur des pouvoirs publics de ne l’avoir pas entendue. Les retards de scolarisation auraient pu — et dû — être résorbés plus tôt.

Conclusion

77Si la Basse-Bretagne a donc accumulé de tels retards de scolarisation durant une bonne partie du xixe siècle, on peut y voir l’échec des politiques scolaires successives, et particulièrement de la politique linguistique de l’État. En établissant une stricte relation d’association entre la réalisation de l’unité nationale et l’unification linguistique, l’État condamnait une région de langue différente comme la Basse-Bretagne à ne pas bénéficier du même progrès scolaire que le reste de la nation. C’est pour n’avoir pas voulu, pour des raisons idéologiques, envisager la mise en place d’un système d’enseignement qui tienne compte de l’existence de la langue bretonne, que l’on a condamné la Basse-Bretagne à la stagnation scolaire. Au lieu d’incriminer l’apathie des populations et l’indifférence des « cultivateurs indigents », il eût fallu s’interroger sur la finalité et sur la langue de l’enseignement. Que les inspecteurs et autres responsables de l’enseignement ne posent presque jamais la question en ces termes est en soi tout à fait significatif.

78Pour ce qui est de l’exclusion du breton de l’école, il s’est plus agi cependant, jusqu’aux lois Jules Ferry, de la définition d’un objectif à atteindre que de la mise en œuvre d’une politique. Pendant longtemps, les responsables locaux de l’instruction publique n’imaginent d’autre solution pour améliorer la connaissance du français que de développer les internats : dans un pensionnat, les internes apprenaient plus de français en six mois que les externes ailleurs en deux ans. C’est à partir du moment où la loi met en place un enseignement de masse, à partir du moment surtout où, du fait des lois scolaires des années 1880, il concerne la totalité de la jeunesse, qu’il convenait de mettre au point de nouvelles méthodes. L’apprentissage du français n’était plus limité à des écoles géographiquement circonscrites et socialement réservées.

79La généralisation de l’enseignement, eu égard à l’objectif linguistique que l’on s’était fixé, impliquait de nouvelles adaptations. La mise en œuvre à partir de 1887 de la méthode directe de Carré, puis la préconisation par Dosimont en 1897 de méthodes répressives cantonnant le breton hors de l’école ont été les réponses nouvelles que nécessitaient ces adaptations. Puisqu’on ne pouvait plus isoler les enfants en un seul lieu pour accélérer leur apprentissage du français et puisqu’on ne voulait pas les scolariser en breton, il fallait bien les enlever à leur environnement par une nouvelle « pédagogie ».Mais il aura fallu tout le xixe siècle et même une vingtaine d’années après l’adoption des lois scolaires de Jules Ferry pour parvenir à ce résultat. La « période dure » d’exclusion du breton de l’école se prolongera dès lors jusqu’à l’adoption de la loi Deixonne en 1951.

80Le lecteur trouvera toutes les références archivistiques et documentaires concernant les faits signalés dans cet article, ainsi que des compléments, dans :

Bibliographie

Bibliographie

Broudic F., 1995, La pratique du breton de l’Ancien Régime à nos jours. Rennes : Presses Universitaires de Rennes. 490 p.

Bedel-Benard M., 1981, L’enseignement primaire dans le Finistère. 1863-1905. École Nationale des Chartes. 343+166 p. (Thèse, multigr.).

Brunot F., 1926-1927, Histoire de la langue française. Paris.

Cadiou H., 1983, La langue bretonne et l’enseignement. Du Catholicon aux lois scolaires de la IIIe République. Brest. 148 p. (Mémoire de maîtrise, multigr.)

Carre I., 1889, Méthode pratique de langage, de lecture, d’écriture, de calcul, etc. plus spécialement destinée aux élèves des provinces où l’on ne parle pas français, et qui arrivent en classe ne comprenant ni ne sachant parler la langue nationale. Livre du maître. Paris : A. Colin.

Carre I., 1889, Livre de l’élève. Paris : A. Colin.

Du Klaoda an, 1991, « Histoire d’un interdit. Le breton à l’école ». Hor Yezh, n° spécial, 317 p., ill.

Furet F., Ozouf J., 1977, Lire et écrire. L’alphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferry, Paris : Éd. De Minuit. 380 p. (Le sens commun).

Helias P.-J., 1975, Le cheval d’orgueil. Mémoires d’un Breton du pays bigouden, Paris : Plon, 575 p.

Le Gallo Y., 1991, Clergé, religion et société en Basse-Bretagne, de la fin de l’Ancien Régime à 1840, Paris : Les Éd. Ouvrières, 1140 p.

McDonald M., 1989, We are not French. Language, culture and identity in Brittany, London, Routledge, 384 p.

Postic F., 2001, « Propositions pour un enseignement bilingue en 1836. Un mémoire inédit de Y.-M.-G. Laouénan », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, t. CXXX, p. 437-466.

Quintric A., 1988, Le développement de la scolarisation et la vie des écoliers en centre Bretagne au xixe siècle : l’exemple de la région de Pontivy, Rennes : C.R.D.P., 204 p., ill.

Rouquette R., 1987, Le régime juridique des langues en France, Université de Paris X : auteur. 702 p. (Thèse de doctorat, multigr.).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/902/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

Auteur

Centre de Recherche Bretonne et Celtique (membre associé), UBO, Brest Site personnel : www.langue-bretonne.com

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540