Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’école française et les langues régionales

 | 
Hervé Lieutard
, 
Marie-Jeanne Verny

Louis Pastre (1863-1927)

Précurseur de l’enseignement intégré du catalan et du français à l’école publique

Luc Bonet

Texte intégral

  • 1 Rivesaltes (1889-1894), Claira (1894-1896), Toulouges (1900).
  • 2 « [...] el senyor Pastre és estat (sic) un dels meus primers mestres que m’apuntalava les lletres (...)

1Louis Pastre, fils de domestique, né à Clermont-l’Hérault en 1863 et mort à Perpignan en 1927, effectue toute sa carrière d’instituteur public dans les Pyrénées-Orientales, de 1889 à 1920. Les dix premières années de sa carrière de maître d’école se déroulent successivement dans quatre villages du Roussillon1, dont Ille-sur-Têt, de 1896 à 1900. Là, Josep Sebastià Pons, qui deviendra le poète fondateur de la langue catalane littéraire contemporaine au nord des Pyrénées, est un de ses élèves2. Ensuite et jusqu’à la retraite en 1920, il est en poste à Perpignan, à l’école Pasteur (1900-1901), à l’école Rigaud (1901-1909) et à l’école Voltaire de la Plaça del Puig, dès 1910, dans le quartier populaire Saint- Jacques.

  • 3 La Revue Catalane (1907-1921) avec l’objectif de « Soutenir et développer une Renaissance Catalane (...)
  • 4 Combes J. et Pastre L. (1901) : Essai d’éducation sociale à l’école avec le concours de la famille(...)

2Louis Pastre est l’auteur de sept ouvrages, neuf tirés à part de la Revue Catalane3 et de seize articles stricto sensu. Ses quatre premières publications4 : Essai d’éducation sociale à l’école avec le concours de la famille (1901), écrit avec le directeur d’école perpignanais Jules Combes, Le français usuel enseigné par les exercices de langage aux enfants de 3 à 6 ans (1904) et Le français usuel enseigné par les exercices de langage et de lecture aux enfants de 6 à 9 ans (1905), coécrits avec l’inspecteur primaire Sylvain Davin et Le catalan à l’école (1907), suffisent déjà pour comprendre le sens d’une œuvre didactique nourrie à tout moment d’un triple engagement social, pédagogique et culturel catalan.

1 Engagement social et pédagogique : la méthode directe pour « les jeunes enfants du peuple »

3Louis Pastre déclare le 14 avril 1905, lors du Comité général de la Bourse du travail de Perpignan, en tant que représentant du Syndicat des Instituteurs des Pyrénées-Orientales, créé un mois plus tôt mais non affilié à la C.G.T. :

  • 5 Frenay E. (à paraître) : « Louis Pastre » in Nouveau dictionnaire de biographies roussillonnaises. (...)

Prolétaires de la plume, les instituteurs tendent aujourd’hui une main fraternelle aux prolétaires de l’outil5

  • 6 Blanchon J.-L. (1981) : « En Cerdagne, les écoles de la Belle Époque », Font de Segre, n° 7, p. 75 (...)
  • 7 Déplacement de l’école Rigaud à l’école Rousseau que L. Pastre semble avoir refusé : il est en con (...)

4En 1908, il devient président du syndicat qui a déjà connu en 1905 et 1907, les départs d’« amicalistes » rassemblés finalement au sein de l’Union Fraternelle des Instituteurs et Institutrices des Pyrénées- Orientales. C’est à ce titre et au nom de ceux qui, en novembre 1905, s’opposèrent à l’autodissolution du syndicat suggérée par le ministre de l’Instruction publique, qu’il adresse le 5 mai 1908 au nouveau ministre, Gaston Doumergue, un télégramme6 exprimant la « confiance » du syndicat « dans l’esprit de justice », ultime recours afin que l’existence de ce dernier soit reconnue. En retour, le Préfet des P.-O. déplace7 d’école Louis Pastre pour « insuffisance professionnelle et manquement de conduite grave », en application de la circulaire du 6 avril 1906 d’Aristide Briand, Ministre de l’Instruction publique, destinée à réprimer les syndicalistes.

Éducateur de profession, il l’était aussi par vocation [...]. Toute son œuvre est conçue dans un esprit pédagogique : articles techniques, études, observations.

  • 8 Bauby Ch. (1927) : « Ceux qui s’en vont », La Tramontane, n° 123, mars 1927, p. 69.
  • 9 Pastre L. (1907 a) : Revue Catalane, n° 1, p. 24.
  • 10 Sous titre de Eléments de grammaire catalane (1925).
  • 11 Pastre L. (1907 b) : « Distribution des prix du concours de langue catalane. Rapport du secrétaire (...)
  • 12 Pastre L. (1911) : Le français enseigné par les exercices de traduction de textes catalans aux enf (...)

5écrit Charles Bauby, le directeur de la « revue mensuelle de régionalisme » La Tramontane8, dans la nécrologie de Louis Pastre. L’enseignement de la langue française aux « jeunes enfants du peuple, aussi bons français que les enfants de la bourgeoisie9 » correspond à l’engagement premier de Louis Pastre. Toute l’œuvre qui suivra en faveur du catalan à l’école et au-delà, au service de la vulgarisation de la grammaire catalane « conformément aux règles orthographiques en usage dans la littérature moderne10 » ne contredira pas pour autant son postulat de départ. Louis Pastre, instituteur de la IIIe République, n’opposait pas les deux langues. Son objectif pédagogique pourrait être traduit aujourd’hui par le concept d’éducation langagière par colinguisme tardif. En effet, après avoir appliqué aux plus jeunes la méthode directe officielle puisque « la langue catalane en Roussillon est la préférée des enfants11 », il introduit ensuite « Le français enseigné par les exercices de traduction de textes catalans aux enfants de 9 à 15 ans », méthode écrite12 dès 1910.

  • 13 Davin S. et Pastre L. (1905), « illustré par la photographie instantanée de M. Lamaysouette, insti (...)

6Nous reviendrons sur la méthode mixte, clef de voûte du système pédagogique pro catalan de Louis Pastre, mais pour en comprendre les premiers fondements, il faut se pencher sur Le français enseigné par les exercices de langage et de lecture aux enfants de 6 à 9 ans13, appelé aussi la méthode Davin-Pastre, puisque coécrite en 1905 avec Sylvain Davin, inspecteur primaire.

7Examinons quelques passages de comptes-rendus publiés dans la presse pédagogique à propos de cette méthode Davin-Pastre, reproduits dans la quatrième édition de l’ouvrage, parue probablement en 1913 :

8Les auteurs ont retrouvé cette vérité chère aux professeurs de langues étrangères, mais inconnue des maîtres de français : on apprend une langue en la parlant. [...]. Il [l’enfant] agit, comprend, s’amuse, s’intéresse et parle sans peine. [...] Après avoir parlé, ils lisent sur le livre les phrases qu’ils ont bâties, puis ils apprennent au tableau noir l’orthographe des mots qu’ils ont lus [...]. (P. Nérod, Bulletin corporatif du Rhône).

9La méthode Davin-Pastre [...] permet rapidement à un jeune enfant qui sait lire et copier de rédiger sans aucun secours une petite composition française. (Bulletin de l’Amicale d’Oran).

10Les auteurs, en avance sur les pédagogues officiels [...] n’ont pas oublié de faire une place au dessin libre. J’ajoute que tous les éléments d’un même chapitre [...] se groupent autour d’un même sujet, car les auteurs avaient, avant que fût créé le mot, appliqué le principe des centres d’intérêt. (A. Deleuze, L’École émancipée).

11Le titre indique de suite (sic) la conception des auteurs et l’esprit de l’ouvrage : le français s’enseignera, non par la grammaire, mais par la langue elle-même. [...] (J. Raffin, L’Émancipation de l’instituteur).

12Dans notre plaine du Roussillon, où la majeure partie des enfants que nous recevons, ignorent totalement le français, je suis arrivé avec la méthode Davin-Pastre à des résultats surprenants. [...] On enseigne tout en ayant l’air de s’amuser. [...] (E. Boucabeille, Bulletin du Syndicat des Instituteurs des Pyrénées-Orientales).

13Voyons également quelques appréciations d’utilisateurs, reproduites également dans le prologue :

14[...] Les conversations sont pleines d’intérêt pour les enfants [...]. (Boucher, instituteur à Philippeville [Algérie]).

15Mes petits Gascons aiment fort vos exercices si animés, vos si vivantes leçons de choses. [...] (MmeBaux, institutrice à Mascaras, Gers).

16[...] j’ai remarqué qu’au bout de très peu de temps les conversations en français pendant l’exercice de langage étaient aussi naturelles que les conversations en catalan dans la cour ou dans la rue. [...] (Thomas, instituteur à Baixas, P.-O.).

17Je remercie MM. Davin et Pastre de l’envoi de leur livre si attrayant [...]. (J. Lapassade, instituteur à Analalava, Madagascar).

18Mes sincères compliments pour votre ouvrage si pratique pour l’enseignement du français aux petits Bretons. (Rousseau, instituteur à Brech, Morbihan).

19J’ai proposé et obtenu l’inscription sur la liste parisienne de votre excellent petit manuel d’exercices de langage. (Jeannard, instituteur à Paris).

20[...] Non seulement je veux l’adopter, mais je le recommanderai chaudement à mes connaissances. (Bachès, directeur de Berlitz-School, à Solingen, Allemagne).

  • 14 Le journal L’Indépendant écrit d’ailleurs à son propos : « [...] si ses conseils étaient suivis, n (...)

21Si la méthode Davin-Pastre pour l’enseignement du « français usuel » aux enfants de 6 à 9 ans relève de la méthode directe, c’est probablement qu’elle est pensée pour des écoliers dont la langue maternelle n’est pas le français. Même si cela n’est pas explicité par les auteurs, les commentaires des utilisateurs valident l’hypothèse, en particulier ceux des instituteurs de Catalogne Nord, d’Occitanie et de Bretagne. Le fait que la méthode soit appréciée en Algérie, à Madagascar mais aussi dans une Berlitz-School corrobore ce qui précède. L’Inspecteur général primaire Irénée Carré avait déjà franchi ce même pas dès 1889 avec sa Méthode pratique de langage, de lecture, de l’écriture, de calcul, etc. plus particulièrement destinée aux élèves des provinces où l’on ne parle pas français, et qui arrivent en classe ne comprenant ni ne sachant parler la langue nationale. Louis Pastre est au fait de la méthode Carré, l’inspecteur général a marqué son passage dans les Pyrénées-Orientales en 1891, par une conférence dans chaque arrondissement14.

  • 15 Boutan P. (1998) : « La Méthode Carré et la politique linguistique à l’école primaire de la IIIe R (...)
  • 16 Ibid., p. 21.

22Alors, l’originalité de la méthode Davin-Pastre réside dans le fait que, pensée pour les non francophones, elle s’adresse sans distinguer l’origine linguistique des apprenants, et donc sans distinction sociale, à l’ensemble des écoliers des départements français. Ils bénéficient tous, de fait, dès 1905, de la pédagogie novatrice de l’enseignement des langues étrangères. Cela n’était pas précisément le propos de Carré. On peut même parler d’une méthode active centrée sur le langage, faisant d’abord appel à l’oralité, ludique, incitant à l’autonomie des apprenants, et d’inspiration constructiviste. La méthode Carré, au contraire, « rappelle le très habituel catéchisme »15 ; elle est rééditée sur plus de trente ans16 à partir de 1889, la méthode Davin-Pastre est donc, au moins entre 1905 et 1913, sa concurrente excentrée.

2 Engagement pédagogique et pro catalan : la méthode mixte pour « les jeunes roussillonnais »

  • 17 La veu de Catalunya, 10 août 1905.
  • 18 La Lliga regionalista est dirigée par Enric Prat de la Riba (1870-1917), premier président (1914-1 (...)
  • 19 Jean Amade (1878-1949). Professeur d’espagnol au lycée puis à la faculté des lettres de Montpellie (...)
  • 20 Pierre Vidal (1848-1929). Historien, bibliographe et folkloriste, auteur de nombreux ouvrages sur (...)
  • 21 Ce pseudonyme (« quelqu’un », en français) rappelle celui d’Albert Saisset (1842-1894), Un Tal («  (...)

23La première mention de l’activité militante en faveur de la langue et la culture catalanes de Louis Pastre correspond à 1905. C’est également l’année de la première édition du Français usuel par les exercices de langage et de lecture, et aussi l’année où Louis Pastre représente le Syndicat des instituteurs des P.-O. à la Bourse du travail de Perpignan. C’est donc aussi en 1905 qu’il marque son engagement catalaniste en annonçant dans sa tribune suivie « Cronícas (sic) de Perpinyà » dans la revue barcelonaise La veu de Catalunya17, organe du parti autonomiste Lliga regionalista18, la création d’une « Société des Amis de l’histoire et de la langue catalane du Roussillon » dont le premier objectif annoncé est « Salvar de la corrupció francesa la llengua rossellonesa ». Celle-ci devient en 1906 la Société d’Études Catalanes. Louis Pastre en est co-fondateur aux côtés, entre autres, de ses amis Jean Amade19 et Pierre Vidal20, mais également secrétaire et plus tard archiviste et vice-président. Il collabore activement, de 1907 à 1921, à La Revue Catalane, organe bilingue de la S.E.C. Ses articles en français portent essentiellement sur l’étude de la langue catalane et son enseignement ; il y publie également en catalan quelques poèmes bucoliques et traductions de poésies françaises sous le pseudonyme Algú21, ainsi que des comptes-rendus de lectures, en français ou en catalan.

24Dans son premier article versé à La Revue Catalane, intitulé « Le catalan à l’école » et publié dans les trois premiers numéros de 1907, Louis Pastre présente et défend pour la première fois l’originalité de sa méthode mixte, prolongement logique de la méthode (directe) Davin-Pastre :

  • 22 Pastre L. (1907 a), Revue catalane, n° 2, p. 52. L’article 14 du règlement modèle des écoles prima (...)

Enseigner d’abord aux jeunes Roussillonnais à parler et à écrire le français sans tenir compte du catalan, et, plus tard, à bien parler et à bien écrire le français au moyen du catalan, voilà la seule méthode qui paraît conforme à la logique et — ce qui n’est pas à dédaigner — aux Règlements en vigueur22.

  • 23 Un tiré à part de la série d’articles Le Catalan à l’École est publié en 1907, chez l’imprimeur Co (...)

25Ce système mixte dans lequel intervient d’abord la méthode directe puis la « méthode comparative ou de traduction » participe du catalanisme pragmatique23 de Louis Pastre :

  • 24 « Le Catalan à l’École », Revue catalane, n° 2, février 1907, p. 52.

Cette méthode d’enseignement aurait pour conséquence inévitable la conservation et même le perfectionnement du catalan, et, de plus, elle mettrait tout le monde d’accord [les félibres et les régionalistes, puis les maîtres en pédagogie et enfin l’administration universitaire elle-même] au grand profit des enfants de nos écoles. Ainsi soit-il24.

  • 25 Pastre L. (1911). Sur la couverture sont reproduites deux citations en faveur de la méthode de tra (...)
  • 26 Pastre L. (1910) : « La langue catalane et son utilité pédagogique », Revue Catalane, nos 45-48, s (...)

26Effectivement, en 1911, Louis Pastre publie un manuel de 118 pages pour la mise en pratique du deuxième volet de sa méthode mixte : Le français enseigné par les exercices de traduction de textes catalans aux enfants de 9 à 15 ans25. Cet ouvrage rassemble une série d’articles parus dans la Revue Catalane de septembre 1910 à octobre 1911, sous le titre on ne peut plus explicite : « La Langue Catalane et son utilité pédagogique26. » Dans l’avant-propos sous-titré « La méthode mixte », il rappelle stratégiquement la conformité de celle-ci au cadre légal :

l’article 13 du Règlement des Écoles primaires ne peut être invoqué contre le catalan si ce dernier est employé comme langue de comparaison dans une classe où les enfants ont déjà appris à parler et à écrire par la méthode directe.

  • 27 On peut mentionner toutefois : Mattes J. (1844) : Leçons pratiques de grammaire, faites à l’École (...)

27Dans la préface de ce manuel basé sur la méthode comparative ou de traduction, la désignation du public visé montre l’originalité27 de la méthode mixte, basée sur une double finalité :

  • 28 Pastre L. (1911), p. 7.

Le présent ouvrage, qui s’adresse aux jeunes Roussillonnais sachant parler français, a pour but de leur rappeler la langue maternelle, non seulement pour leur montrer tout le bénéfice qu’ils peuvent en retirer pour la connaissance plus approfondie de notre chère langue française, mais encore pour leur enseigner les règles de cette langue catalane qu’ils ne parlent pas toujours correctement ; de sorte qu’il y aura double profit pour eux28.

28Pour ce faire, le manuel se compose de 30 leçons, soit trente textes catalans, d’abord

faciles, empruntés aux écrivains roussillonnais contemporains,

29ensuite

d’écrivains catalans de Catalogne dont la langue est presque identique à la nôtre,
quelques jolis spécimens des autres variétés dialectales (catalan de València, de Mallorca et d’Alguer)

30et

quelques textes anciens, afin de bien montrer aux enfants qu’avant la conquête, la langue catalane était absolument la même des deux côtés des Pyrénées et aussi pour leur apprendre à déchiffrer le vieux catalan dans nos archives départementales si précieuses pour l’histoire locale.

31Louis Pastre a donc une vision synchronique (dialectes) et diachronique (langue médiévale et contemporaine) de l’étude de la langue catalane : belle ambition pour un public scolaire. Chaque leçon est construite d’abord à partir de la traduction française (écrite) du texte catalan ; Louis Pastre remarque :

  • 29 Pastre L. (1910) : Revue Catalane, n° 47, p. 425. Louis Pastre place au passage son point de vue s (...)

Cet exercice pourrait remplacer très avantageusement la dictée dans nos écoles29.

  • 30 « La langue catalane et son utilité pédagogique », Revue Catalane, n° 47, novembre 1910, p. 256.

32Vient ensuite, une composition catalane (au début court résumé, plus tard un petit essai), suivie d’une composition française (tantôt traduction, tantôt transposition du sujet) et finalement la conjugaison bilingue (un temps ou deux à chaque leçon pour un verbe catalan et son équivalent français au début, plus tard la conjugaison bilingue complète), souvent contrastive. La récitation du texte catalan, avant la conjugaison, intervient à partir de la dix-huitième leçon. Les notes grammaticales, toujours contrastives entre le catalan et le français, traitent à chaque leçon d’un aspect particulier de la phonologie ou de la morphosyntaxe en contexte, grâce au texte de référence catalan. Ci-dessous un extrait30 des notes grammaticales dont la légitimité est encore toute contemporaine, pour les élèves de catalan ou pour le roussillonnais moyen.

15e LEÇON [...] Notes grammaticales : pronoms personnels
[...] on ne doit pas confondre les pronoms li et l’hi. Le premier signifie lui tandis que le second signifie le lui ou l’y et comprend en réalité deux pronoms dont l’un est complément direct et l’autre complément indirect.
[...] L’ordre des pronoms fait aussi commettre des fautes de français sur lesquelles on doit appeler l’attention des élèves en comparant les deux langues. Ex. : Dona-me-lo se traduit par : donne-le-moi et non par : donne-moi-le.

  • 31 Pastre L. (1913) : Les catalanismes à l’école. Perpignan : Imprimerie Catalane, 1913, 53 p.

33Pour inciter les instituteurs à appliquer la méthode mixte, Louis Pastre fait tirer à part, en 1913, la série d’articles qu’il écrit dans la Revue Catalane entre novembre 1912 et mai 1913. Dans l’introduction du petit ouvrage de 49 pages intitulé, comme la série d’articles, Les Catalanismes à l’École31, il déclare :

  • 32 Ibidem, p. 7.

[...] nous [l’] offrons à nos collègues avec le ferme espoir que ce modeste travail les aidera à réagir contre le préjugé qui consiste à dire que le catalan nuit à l’enseignement du français32.

34Il y démontre, au contraire, par l’analyse de rédactions d’élèves de onze ans se préparant au certificat d’études et habitant expressément dans les différentes petites régions de Roussillon, Conflent, Vallespir, Cerdagne et Capcir,

  • 33 Ibid., p. 10.

les résultats déplorables obtenus par la méthode officielle ou méthode de proscription du catalan à l’école33.

35Louis Pastre compulse également, avec l’autorisation de l’inspecteur d’Académie, les compositions françaises de la session 1912 des candidates et candidats au certificat d’études et au brevet élémentaire et constate que

  • 34 Ibid., p. 45.

le catalan y exerce encore ses ravages alors qu’avec la méthode de traduction il aurait pu y apporter ses bienfaits34.

3 De la méthode de comparaison des langues à « l’enseignement bilingue »

36Puisque

  • 35 Ibid., p. 49.

la proscription du catalan (une proscription de trois siècles ! ...) n’a pas fait faire un grand pas à l’enseignement du français dans les écoles du Roussillon35,

  • 36 Pastre L. (1920) : Enseignement de la langue catalane par la méthode des doubles textes. Perpignan (...)

37Louis Pastre, au terme de sa carrière d’instituteur public, prend en 1920 le contre-pied de sa propre action antérieure. Il publie un manuel non spécifiquement destiné à un public scolaire et dont la finalité première n’est plus exprimée, comme à trois reprises auparavant, par un titre du type : Le Français enseigné par... Avec l’ouvrage intitulé Enseignement de la langue catalane par la méthode des doubles textes36, Louis Pastre se centre à présent ouvertement sur la langue catalane, sa finalité n’est plus scolaire mais sociétale, la justification est politique :

  • 37 Officiellement, 954 volontaires catalans du sud des Pyrénées participent à la première guerre mond (...)

[...] on parviendra en peu de temps à manier la langue catalane avec aisance et presque sans effort. On apprendra aussi à connaître la littérature remarquable de nos voisins de Catalogne et cela contribuera, nous en sommes convaincu, à accentuer davantage cette union des deux pays que dix mille volontaires catalans37 ont scellée de leur sang sur les champs de bataille de la grande guerre.

  • 38 Pastre L. (1919) : « Leçons bilingues pour l’enseignement simultané du français et du catalan », R (...)

38Louis Pastre ne renonce pas pour autant à la méthode de traduction, il se prévaut au contraire d’« une heureuse combinaison de trois méthodes [...] déjà en usage dans l’enseignement des langues vivantes » : méthode Claude Marcel, méthode Ten des Berlitz-Schools et méthode Davin-Pastre. Une série de quarante textes catalans accompagnés de leur traduction française sont le support d’exercices de comparaison, de traduction du catalan au français et de composition catalane. Il est intéressant de signaler que cet ouvrage devait originellement porter le titre de « Leçons bilingues pour l’enseignement simultané du Français et du Catalan38 », avec le

but d’enseigner [...] aux Catalans de Catalogne immigrés en Roussillon et aux Français non Roussillonnais résidant dans notre province [...] la langue qui leur est étrangère et de les rendre rapidement bilingues, c’est-à-dire Roussillonnais.

  • 39 En 1924, Louis Pastre publie un cours de langue catalane par correspondance identique à son ouvrag (...)
  • 40 Ibidem, note de l’éditeur.
  • 41 Pastre L. (1925) : Éléments de grammaire catalane, rédigée conformément aux règles orthographiques (...)
  • 42 Puiggari P. (1852) : Grammaire catalane française à l’usage des Français. Perpignan : Jean-Baptist (...)
  • 43 Fabra, P. (1928) : Abrégé de grammaire catalane. Paris : Les Belles Lettres, 1928. Pompeu Fabra (1 (...)

39La dernière œuvre de Louis Pastre, alors qu’il vient de mettre en place un cours de langue catalane par correspondance39, est « une [...] grammaire simple, pratique et conforme à l’orthographe moderne unanimement adoptée par les écrivains actuels40 ». L’ouvrage de 128 pages, publié en 1925 et intitulé Éléments de grammaire catalane41 est destiné à supplanter les grammaires existantes pour un public francophone et considérées par l’éditeur Comet soit archaïques, soit trop érudites42. Elle précède de trois ans la publication de l’Abrégé de grammaire catalane43 de Pompeu Fabra. Cette publication de 1925 est la deuxième que Louis Pastre ne destine plus spécifiquement aux écoliers.

40Cette année-là, le ministre de l’Instruction publique, Anatole de Monzie, produit une circulaire refusant l’usage des idiomes locaux dans l’apprentissage du français. Le concepteur et infatigable divulgateur de la méthode mixte, l’instituteur légaliste et toutefois catalaniste sincère en prend certainement ombrage. Après avoir dûment traité de morphosyntaxe et de prosodie dans une optique comparative, de dialectologie, le dix-huitième et dernier chapitre d’Éléments de grammaire catalane porte sur une question de sociolinguistique, avant la lettre : « L’utilité du catalan ». Celle-ci est examinée de plusieurs points de vue : commercial, touristique, historique, scientifique, pédagogique, religieux. La réflexion pédagogique se termine par un renvoi de l’auteur vers ses publications antérieures consacrées à l’utilité pédagogique du catalan et, comme pour contredire une dernière fois Anatole de Monzie, il réitère :

  • 44 Pastre L. (1925), p 126.

[...] dans un pays bilingue comme le Roussillon, l’enseignement bilingue s’impose comme le seul capable de combattre les catalanismes qui émaillent les devoirs de français des écoliers roussillonnais44.

41Le Roussillon est plutôt un pays diglossique, mais avec un plaidoyer en faveur de l’enseignement bilingue, en 1925, Louis Pastre est un précurseur ; on sait que

  • 45 Lietti A. (1994) : Pour une éducation bilingue. Paris : Petite bibliothèque Payot, 205 p., p. 73.

jusque dans les années cinquante, les chercheurs ont apporté de l’eau au moulin de l’idée que le bilinguisme rend idiot45.

4 L’intégration linguistique en héritage

  • 46 Pastre L. (1915) : Ramon Llull et son oeuvre pédagogique. Perpignan : Imprimerie Catalane, 1915, 2 (...)

42Pour qualifier l’œuvre de Louis Pastre, prenons à notre compte ce qu’il écrivait lui-même mais à propos de Ramon Llull, dans le fascicule Ramon Llull et son œuvre pédagogique46 :

[...] il nous apparaît sous la figure de l’éducateur convaincu, guidé par une idée qu’il croit bonne et consacrant sa vie entière à lutter pour cette idée qu’il veut faire partager aux autres en la leur « démontrant ».

  • 47 « Le Catalan à l’École », Revue Catalane, n° 17, mai 1908, p. 135-141.
  • 48 Le concours se compose d’une épreuve écrite basée sur la traduction en français d’un texte catalan (...)

43Alors, son engagement de pédagogue en faveur d’une éducation cohérente pour les enfants du Roussillon demande parfois de faire preuve de prosélytisme. Ainsi, Louis Pastre est certainement l’auteur d’une longue lettre47 signée par le président de la Société d’Études Catalanes et adressée à l’inspecteur d’Académie le 10 décembre 1907, après que le ministère d’Aristide Briand a interdit le concours de langue catalane destiné aux « garçons et filles des écoles primaires publiques ou privées48 », à l’origine duquel se trouve encore Louis Pastre. La lettre demande

d’autoriser ce qui a été autorisé ailleurs [...] dans plusieurs départements : l’usage du catalan dans les classes supérieures des écoles primaires pour perfectionner l’étude du français,

44et de citer entre autres le cas d’Adrien Perbosc instituteur dans le Tarnet-Garonne. L’inspecteur d’Académie traite habilement la question en présentant la demande au conseil d’administration de l’Union Fraternelle des Instituteurs et des Institutrices des P.-O., organisation opposée au Syndicat des Instituteurs de Louis Pastre :

  • 49 Pastre L. (1910), Revue Catalane, nos 45/46, p. 397.

elle [est] refusée à l’unanimité et sans discussion, les membres du Conseil étant tous partisans de la méthode directe49.

  • 50 Pastre L. (1910), Revue Catalane, nos 45/46, p. 401.

45Louis Pastre voulant concilier dans sa méthode mixte deux principes différents, méthode directe et méthode de traduction, il dresse naturellement contre lui les défenseurs de l’exclusivité de chacune d’elles. D’abord, les « francimands irréductibles qui se figurent que tout est perdu si les idiomes locaux franchissent le seuil de l’école50 », ensuite les régionalistes.

  • 51 Amade J. (1912) : L’idée régionaliste. Perpignan : Librairie Comet, 1912, 201 p., p. 134. En revan (...)

46Son ami Jean Amade, en 1912, dans l’essai L’idée régionaliste51 écrit :

[...] je combats l’exclusivisme de M. Louis Pastre qui veut que devant les tout petits l’instituteur ne prononce jamais un mot de catalan [...]. Je le combats au nom même d’un principe [...] qui veut que l’on passe toujours, quand on enseigne, du connu à l’inconnu.

  • 52 Voir Cavalli M. (2006) : « Créer une cohérence », Le Français dans le monde, n° 344, mars-avril 20 (...)
  • 53 « Le bilinguisme composé est un état de bilingualité où le bilingue possède deux équivalents lingu (...)
  • 54 Il est intéressant de signaler que Louis Pastre est lui-même au moins trilingue, puisque originair (...)

47Jean Amade oublie que le jeune enfant ne connaît pas a priori, en catalan, tous les concepts qu’il doit apprendre, en français, à l’école. Louis Pastre fait volontairement abstraction du pré acquis conceptuel en catalan, et se prive de faire parler et penser les enfants dans les deux langues, dès le début des apprentissages. Il y a, nous le savons, un interdit réglementaire qui concerne le catalan et Louis Pastre sait que celui-ci est insurmontable. Plus tard, quand les enfants connaissent le français, il contourne le règlement scolaire et propose une méthode qui cache derrière son titre Le français enseigné par les exercices de traduction de textes catalan, les prémisses de l’intégration linguistiqu52. Il s’agit de dépasser la juxtaposition des deux langues, en faveur de leur mise en cohérence dynamique. Cela correspond au bilinguisme composé53 qui prépare au plurilinguisme54.

48On voudrait qu’il s’installe aujourd’hui dans les pratiques des classes bilingues français-catalan de l’école publique, cent ans après la publication par Louis Pastre de son article fondateur Le catalan à l’école.

  • 55 Pastre L. (1907 a), Revue Catalane, n° 2, p. 49.
  • 56 Pastre L. (1910), Revue Catalane, n° 58, p. 351.
  • 57 En 1908, il bénéficie cependant de la collaboration de ses collègues instituteurs qui collectent d (...)
  • 58 D’après une citation de Michel Bréal rapportée par : Chanet J.-F. (1996) : L’école républicaine et (...)
  • 59 Inscription toujours visible sous le préau de l’école publique désaffectée du petit village d’Aigu (...)

49De son vivant, Louis Pastre a échoué ; il était le précurseur de cet enseignement bilingue par intégration du français et du catalan, son « latin du pauvre55 ». Il a dû faire faire face aux « snobs56 », à la frilosité de la plupart de ses collègues57, ceux-là même qui ont « longtemps parlé catalan au foyer domestique58 » mais qui à l’école adhéraient au « Parlez français Soyez propres59 ». Peut-être y a-t-il eu aussi, en Catalogne française, plus qu’ailleurs, la crainte des autorités face à une éventuelle attraction politique centrifuge.

  • 60 Gallart i Bau J. (2004) : « Lluís Pastre, mestre de català a l’escola primària pública nord-catala (...)
  • 61 De 1920 jusqu’à sa mort, Louis Pastre est sous-bibliothécaire de la ville de Perpignan. En 1935, l (...)

50Louis Pastre, « pédagogue, dialectologue, grammairien, traducteur, traductologue et critique littéraire60 » est oublié, aucun établissement scolaire ne porte son nom61, il a été emporté par le lieu commun des Hussards noirs de la République.

Notes

1 Rivesaltes (1889-1894), Claira (1894-1896), Toulouges (1900).

2 « [...] el senyor Pastre és estat (sic) un dels meus primers mestres que m’apuntalava les lletres [...] ». Préface de J.-S. Pons in : Eléments de grammaire catalane (1925). Josep Sebastià Pons (1886-1962), professeur d’espagnol au lycée de Montpellier puis à la faculté des Lettres de Toulouse, est l’auteur, entre autres, des recueils de poésie : Roses i xiprers (1911), Canta perdiu (1925), Cantilena (1937). Il est au tout premier plan de la poésie catalane du nord et participe à la naissance de la poésie occitane moderne.

3 La Revue Catalane (1907-1921) avec l’objectif de « Soutenir et développer une Renaissance Catalane en Roussillon » est l’organe de la Société d’Études Catalanes ; Louis Pastre, membre fondateur, y publie l’essentiel de ses écrits.

4 Combes J. et Pastre L. (1901) : Essai d’éducation sociale à l’école avec le concours de la famille. 24 p. (2 éditions).
Davin S. et Pastre L. (1904) : Le français usuel enseigné par les exercices de langage aux enfants de 3 à 6 ans.
Davin S. et Pastre L. (1905) : Le français usuel enseigné par les exercices de langage et de lecture au enfants de 6 à 9 ans. Perpignan : Imprimerie J. Comet. (4 éditions)
Pastre L. (1907 a) : « Le catalan à l’école », Revue Catalane, nos 1-3, janvier-mars 1907, p. 21-25, 46-53, 78-83.

5 Frenay E. (à paraître) : « Louis Pastre » in Nouveau dictionnaire de biographies roussillonnaises. Perpignan : Publications de l’Olivier.

6 Blanchon J.-L. (1981) : « En Cerdagne, les écoles de la Belle Époque », Font de Segre, n° 7, p. 75-83.

7 Déplacement de l’école Rigaud à l’école Rousseau que L. Pastre semble avoir refusé : il est en congé pendant l’année scolaire 1909-1910 et exerce la profession de comptable. Pastre est réintégré en octobre 1910. L’administration lui adresse une lettre de félicitations en février 1913. Voir Frenay E.

8 Bauby Ch. (1927) : « Ceux qui s’en vont », La Tramontane, n° 123, mars 1927, p. 69.

9 Pastre L. (1907 a) : Revue Catalane, n° 1, p. 24.

10 Sous titre de Eléments de grammaire catalane (1925).

11 Pastre L. (1907 b) : « Distribution des prix du concours de langue catalane. Rapport du secrétaire », Revue Catalane, n° 10, octobre 1907, p. 299.

12 Pastre L. (1911) : Le français enseigné par les exercices de traduction de textes catalans aux enfants de 9 à 15 ans. Perpignan : Imprimerie J. Comet, 119 p. Cet ouvrage publié avec couverture cartonnée, apparaît d’abord sous forme d’une série d’articles du n° 45 de septembre 1910, au n° 58 d’octobre 1911 de la Revue Catalane, avec le titre « La langue catalane et son utilité pédagogique ».

13 Davin S. et Pastre L. (1905), « illustré par la photographie instantanée de M. Lamaysouette, instituteur » et destiné aux « cours préparatoires et élémentaires des écoles primaires, classes enfantines et préparatoires des lycées et collèges », ouvrage « en dépôt dans les principales librairies de chaque département » ou chez « M. Louis Pastre, instituteur public à Perpignan ».

14 Le journal L’Indépendant écrit d’ailleurs à son propos : « [...] si ses conseils étaient suivis, nos jeunes Catalans s’exprimeraient dans un français autrement correct et simple que leurs aînés ». Payrou B. (1980) : L’école républicaine, de Jules Ferry à la Grande Guerre : un important outil d’acculturation pour la Catalogne Nord. Perpignan : mémoire de maîtrise, 181 p., p. 21.

15 Boutan P. (1998) : « La Méthode Carré et la politique linguistique à l’école primaire de la IIIe République, vers la fin du xixe siècle », Tréma, n° 14, I.U.F.M. de Montpellier, décembre 1998, p. 13-26, p. 19.

16 Ibid., p. 21.

17 La veu de Catalunya, 10 août 1905.

18 La Lliga regionalista est dirigée par Enric Prat de la Riba (1870-1917), premier président (1914-1917) de laMancomunitat de Catalunya (1914-1925), assemblée qui préfigure le retour de l’institution politique autonome en Catalogne : la Generaliat de Catalunya, en 1931. Enric Prat de la Riba crée en 1907 l’Institut d’Estudis Catalans (académie de la langue catalane, aujourd’hui centenaire) et adopte en 1913, à la tête de laMancomunitat, les normes orthographiques de la langue catalane promulguées par l’Institut d’Estudis Catalans.

19 Jean Amade (1878-1949). Professeur d’espagnol au lycée puis à la faculté des lettres de Montpellier, auteur entre autres de l’Anthologie catalane, poètes roussillonnais (1908), de l’essai L’idée régionaliste (1912) et du recueil de poésies catalanes L’oliveda (1934), Joan Amade est avec Josep Sebastià Pons l’un des principaux représentants de la renaissance des lettres catalanes du nord. Louis Pastre (sous le pseudonyme Algú) lui dédie un poème dans la Revue catalane n° 11 de novembre 1907 : « A mon jove amich (sic) Joan Amada (sic) ».
Sur Amade et Pons, voir : Camps C. (1986) : Jean Amade, Joseph Sébastien Pons : deux écrivains catalans. Castelnau-le-Lez : Les amis de Joseph-Sébastien Pons, 912 p.

20 Pierre Vidal (1848-1929). Historien, bibliographe et folkloriste, auteur de nombreux ouvrages sur la Catalogne du nord des Pyrénées, Pierre Vidal est bibliothécaire de la ville de Perpignan et fondateur de « Ruscino, revue d’histoire et d’archéologie du Roussillon et des autres pays catalans » (1911-1926). Louis Pastre lui dédie, en 1911, Le français enseigné par les exercices de traduction de textes catalans aux enfants de 9 à 15 ans : « A mon vieil ami et maître Pierre Vidal, témoignage de profonde sympathie ». Louis Pastre salue également la parution de « Ruscino » par un article dans la « Revue catalane » n° 56 du 15 août 1911, p. 240.

21 Ce pseudonyme (« quelqu’un », en français) rappelle celui d’Albert Saisset (1842-1894), Un Tal (« Un Tel »), l’auteur du très populaire recueil satirique Oun pougnat de catalanades (1887), orthographié à la française. Pastre a recours à un texte d’Un Tal (Lou Gail de San-Jouán), doublé de l’orthographe catalane normative pour préparer les écoliers à participer aux Jeux Floraux de la Société d’Etudes Catalanes de 1907.

22 Pastre L. (1907 a), Revue catalane, n° 2, p. 52. L’article 14 du règlement modèle des écoles primaires, adopté le 07 juin 1880, stipule : « Le français sera seul en usage dans l’école ». Pastre fait curieusement référence à l’article 13.

23 Un tiré à part de la série d’articles Le Catalan à l’École est publié en 1907, chez l’imprimeur Comet, sous le même titre, avec la dédicace imprimée : « À MONSIEUR CAPRA, Inspecteur d’Académie des Pyrénées-Orientales, Hommage respectueux ».

24 « Le Catalan à l’École », Revue catalane, n° 2, février 1907, p. 52.

25 Pastre L. (1911). Sur la couverture sont reproduites deux citations en faveur de la méthode de traduction, l’une de Pauline Kergomard (« Mettez les élèves en présence d’un texte patois ; enseignez-leur à le serrer de très près, et l’exercice leur sera au moins aussi profitable que celui de la version latine aux élèves des lycées. »), l’autre de Michel Bréal (« La nacelle vogue mieux avec deux rames, l’oiseau vole mieux avec deux ailes, et l’écolier vaudrait mieux qui étudierait à la fois son dialecte d’oc et notre langue nationale. »). P. Kergomard est la première inspectrice générale des écoles maternelles de 1881 à 1917. Michel Bréal, professeur de grammaire comparée au Collège de France et fondateur de la sémantique, est nommé inspecteur général de l’enseignement supérieur (1879-1888) par Jules Ferry ; il se déclare en 1878 « un ami des patois ».On apprend dans la bibliographie de Louis Pastre figurant dans Les catalanismes à l’école (1913) que Le français enseigné par les exercices de traduction de textes catalans est « honoré de l’approbation de Frédéric Mistral et de M. Maurice Faure, Félibrige majoral, ancien Ministre de l’Instruction publique ».

26 Pastre L. (1910) : « La langue catalane et son utilité pédagogique », Revue Catalane, nos 45-48, septembre-décembre 1910, p. 396-402, 425-431, 463-468, et nos 49-58, janvier-octobre 1911, p. 20-26, 57-64, 85-91, 121-126, 154-158, 188-190, 249-296, 341-352.

27 On peut mentionner toutefois : Mattes J. (1844) : Leçons pratiques de grammaire, faites à l’École d’adultes de Perpignan dans lesquelles l’orthographe d’usage est enseignée au moyen de la langue catalane. Ouvrage particulièrement destiné aux ouvriers du département. Perpignan : J.-B. Alzine, Libraire-Éditeur, 192 p.

28 Pastre L. (1911), p. 7.

29 Pastre L. (1910) : Revue Catalane, n° 47, p. 425. Louis Pastre place au passage son point de vue sur la didactique du français, il est de l’avis d’Irénée Carré qui « mène une campagne pour l’éviction de la dictée du Certificat d’Études qui échouera en 1891 ». Voir Boutan P. (1998)

30 « La langue catalane et son utilité pédagogique », Revue Catalane, n° 47, novembre 1910, p. 256.

31 Pastre L. (1913) : Les catalanismes à l’école. Perpignan : Imprimerie Catalane, 1913, 53 p.

32 Ibidem, p. 7.

33 Ibid., p. 10.

34 Ibid., p. 45.

35 Ibid., p. 49.

36 Pastre L. (1920) : Enseignement de la langue catalane par la méthode des doubles textes. Perpignan : Imprimerie Catalane J. Comet, 86 p.

37 Officiellement, 954 volontaires catalans du sud des Pyrénées participent à la première guerre mondiale, contre 1164 espagnols (hormis les catalans), dans l’espoir de voir reconnues les aspirations nationales catalanes. Louis Pastre participe d’un mouvement général demythification du nombre de volontaires, le député des P.-O. Emmanuel Brousse (1866-1926) se réfère à douze mille volontaires. Voir Finestres J., Villarroya J. : « Catalans a la Gran Guerra » in Sàpiens, septembre 2006, n° 47, p. 20-27.

38 Pastre L. (1919) : « Leçons bilingues pour l’enseignement simultané du français et du catalan », Revue catalane, n° 158, p. 242-249. L’ouvrage devait rassembler des textes empruntés aux meilleurs écrivains des deux langues.

39 En 1924, Louis Pastre publie un cours de langue catalane par correspondance identique à son ouvrage de 1920 dans L’Éveil catalan, organe du mouvement catalaniste « Colla del Rosselló », qui prend en 1921 le relais de la Société d’Etudes catalanes. Voir : Costa i Costa, J. J. (1978) : « La Colla del Rosselló (1921-1941) », Revista Catalana, n° 37, p. 27.

40 Ibidem, note de l’éditeur.

41 Pastre L. (1925) : Éléments de grammaire catalane, rédigée conformément aux règles orthographiques en usage dans la littérature moderne. Préface de M. J.-S. Pons. Perpignan : Imprimerie Catalane, 128 p.

42 Puiggari P. (1852) : Grammaire catalane française à l’usage des Français. Perpignan : Jean-Baptiste Alzine, Libraire-Éditeur, 134 p. (Deuxième édition en 1910, à Perpignan, chez Barrière avec une préface de Pierre Vidal) ; Saisset A. (1894) : Grammaire catalane suivie d’un traité de versification catalane : Perpignan : Imprimerie de Ch. Latrobe, 93 p ; Foulché-Delbosc R. (1902) : Abrégé de grammaire catalane. Barcelone : Imprimerie et librairie de l’Avenç, 236 p.

43 Fabra, P. (1928) : Abrégé de grammaire catalane. Paris : Les Belles Lettres, 1928. Pompeu Fabra (1868-1948) est l’auteur de la Gramàtica catalana de 1918 officialisée par l’Institut d’Estudis Catalans.

44 Pastre L. (1925), p 126.

45 Lietti A. (1994) : Pour une éducation bilingue. Paris : Petite bibliothèque Payot, 205 p., p. 73.

46 Pastre L. (1915) : Ramon Llull et son oeuvre pédagogique. Perpignan : Imprimerie Catalane, 1915, 27 p. Écrit à l’occasion du VIe centenaire de la mort de Ramon Llull (1232-1233/1215-1216), l’écrivain, philosophe, mystique et missionnaire auteur entre autres des narrations Llibre d’evast e Blaquerna et Llibre de meravelles, soit le créateur de la prose littéraire en langue catalane et le premier philosophe écrivant en langue vulgaire.

47 « Le Catalan à l’École », Revue Catalane, n° 17, mai 1908, p. 135-141.

48 Le concours se compose d’une épreuve écrite basée sur la traduction en français d’un texte catalan et d’une épreuve orale de récitation catalane. Afin de contourner l’interdiction ministérielle, le concours est organisé en dehors des écoles, avec l’autorisation des parents, en supprimant la distribution publique des prix et le prix d’honneur de 50 francs initialement décerné à l’enseignant qui compte trois élèves parmi les lauréats. Vingt-sept écoliers maintiennent leur inscription sur les cinquante avant interdiction ministérielle. Michel Carola de Perpignan obtient le premier prix (livret de caisse d’épargne de 15 francs) de la section enfants de 11 et 12 ans ; conseiller municipal socialiste de Perpignan, ensuite résistant, il est déporté et assassiné à Buchenwald en 1945. Le deuxième prix (dictionnaire catalan) de la section enfants de 10 ans est attribué à Jules, fils de Louis Pastre.

49 Pastre L. (1910), Revue Catalane, nos 45/46, p. 397.

50 Pastre L. (1910), Revue Catalane, nos 45/46, p. 401.

51 Amade J. (1912) : L’idée régionaliste. Perpignan : Librairie Comet, 1912, 201 p., p. 134. En revanche, Jean Amade félicite Louis Pastre pour saméthode de comparaison : « Nous devons féliciter M. Louis Pastre de son courage, et le féliciter d’autant plus chaudement que nous ne sommes pas habitués à trouver sous la plume des membres de l’enseignement primaire un plaidoyer en faveur du catalan ». Ibidem, p. 137.

52 Voir Cavalli M. (2006) : « Créer une cohérence », Le Français dans le monde, n° 344, mars-avril 2006, p. 22-23.

53 « Le bilinguisme composé est un état de bilingualité où le bilingue possède deux équivalents linguistiques dans deux codes, mais qu’il mettrait en relation pour former chez lui une même unité sémantique, un même système de signifiés (certains auteurs parlent de bilinguisme intégré) ; ce type de bilingualité serait lié à un contexte d’acquisition simultanée des deux langues, il fonctionnerait parfaitement chez le bilingue équilibré. » Extrait de : Duverger J. (2005) : L’enseignement en classe bilingue. Paris : Hachette, coll. Français langue étrangère, 139 p., p. 134.

54 Il est intéressant de signaler que Louis Pastre est lui-même au moins trilingue, puisque originaire du bas Languedoc il est occitanophone. Il consacre à sa langue maternelle un ouvrage : Pastre L. (1913) : Le sous-dialecte bas-languedocien de Clermont l’Hérault. Perpignan : Imprimerie J. Comet, 163 p.

55 Pastre L. (1907 a), Revue Catalane, n° 2, p. 49.

56 Pastre L. (1910), Revue Catalane, n° 58, p. 351.

57 En 1908, il bénéficie cependant de la collaboration de ses collègues instituteurs qui collectent des conversations d’enfants et des tirades de crieurs publics, dans 26 communes de la mer à la montagne, pour servir l’ouvrage du moment : Pastre L. (1908) : La langue populaire en Roussillon, recueil de documents. Perpignan : Imprimerie J. Comet, 1908.

58 D’après une citation de Michel Bréal rapportée par : Chanet J.-F. (1996) : L’école républicaine et les petites patries. Paris : Aubier, p. 226. Bréal parle de « patois », ce vocable n’a jamais réussi à détrôner le nom de la langue vernaculaire des territoires catalans de France.

59 Inscription toujours visible sous le préau de l’école publique désaffectée du petit village d’Aiguatébia.

60 Gallart i Bau J. (2004) : « Lluís Pastre, mestre de català a l’escola primària pública nord-catalana (1863-1927) », Educació i història, vol. 5 (2001-2002), p. 146-158.

61 De 1920 jusqu’à sa mort, Louis Pastre est sous-bibliothécaire de la ville de Perpignan. En 1935, la municipalité donne son nom à une petite rue du quartier du haut Vernet. Aujourd’hui, cette voie non asphaltée ne correspond à l’adresse d’aucune habitation ; sa localisation est erronée sur le plan guide Blay.

Auteur

Certifié de catalan, I.U.F.M. de l’Académie de Montpellier & Lycée Aristide Maillol de Perpignan

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540