Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’école française et les langues régionales

 | 
Hervé Lieutard
, 
Marie-Jeanne Verny

La presse félibréenne et l’occitan à l’école durant l’Entre-deux-guerres

Yan Lespoux

Texte intégral

  • 1 Cité par Joseph Salvat, « Peut-on espérer ? », Lo Gai Saber, n° 156, oct. 1937, p. 277. [Cette lan (...)

1Lors d’un discours, à Montpellier, en 1875, Frédéric Mistral parlait d’« Aquelo lengo d’O, grando voues istourico, signau de nosto raço, mirau de nosto glòri. » et d’ajouter « à l’escolo la coursejon e ié barron la porto au nas1... ». La même année, dans l’Armana, il demandait que la langue d’oc puisse être choisie comme épreuve du baccalauréat. Le Félibrige prenait conscience de l’importance de la présence de la langue à l’école afin de la sauvegarder.

  • 2 « Du Capouliérat de Valère Bernard comme de celui de Fallen, on a pu dire qu’ils avaient été des C (...)

2Un peu plus de quarante ans plus tard, alors que la guerre s’achève, le Félibrige, exsangue, essaie de trouver une nouvelle dynamique. Le Maître, Frédéric Mistral, est mort en 1914. Joseph Fallen succède en 1919 à Valère Bernard comme capoulier : capouliérats de transition pour René Jouveau2. On critique l’immobilisme du Félibrige. La jeune génération se montre pressante à propos du rôle social de l’organisation : fédéralisme, parti félibre, enseignement bien sûr. Et ce d’autant plus que le Félibrige a payé un assez lourd tribut pendant la guerre. Un tribut qui, pense-t-on, peut l’exonérer de tout soupçon de séparatisme. Alors que, de la fin du xixe au tout début du xxe siècle, Mistral et le Félibrige ont mis en avant le rôle que pouvait avoir l’occitan comme auxiliaire dans l’apprentissage du français, théories de Bréal à l’appui, une partie du Félibrige de l’après-guerre va demander l’apprentissage de la langue pour elle-même, pour ses richesses intrinsèques. Ainsi, dans une de ses dernières lettres, avant de mourir au front, le félibre Francis Pouzol écrit-il :

  • 3 Francis Pouzol, Lou Secrèt, 1918. Cité in René Jouveau, op. cit., p. 31.

[...] nous voulons que le provençal entre dans les Écoles comme l’égal du français et non pas comme son domestique, comme une langue vivant d’elle-même et pour elle-même, et non pas en tirant un peu de vie du français et en lui donnant toute sa vie en retour3.

3Dans le même temps la pratique de la langue ne cesse de reculer.

4Comment va alors réagir le Félibrige ? Comment va-t-il défendre la langue à l’école ? Le règlement des écoles interdit encore son usage. Que faire ? Défendre le droit d’utiliser cette langue dans la vie sociale ? Ce qui signifie, en ce qui concerne les enfants, les laisser la parler dans la cour de l’école et, pour les instituteurs, dans la classe, que ce soit pour mieux véhiculer la langue elle-même ou comme intermédiaire pour mieux apprendre le français comme le veut l’axiome en vogue depuis la fin du xixe chez de nombreux défenseurs de la langue ? Ou bien se battre pour que la langue soit enseignée dans les écoles au même titre que pourrait l’être une langue étrangère ?

  • 4 Cité par Simon Calamel et Dominique Javel, La langue d’oc pour étendard, les félibres (1854-2002), (...)
  • 5 Ibid., p. 89.

5Il va de soi que les avis divergent, chez les félibres comme au sein de l’administration. Les escolos sont de plus en plus nombreuses depuis que les statuts de 1912 ont permis aux écoles « qui œuvrent avec lui pour l’épanouissement de la langue d’oc [...] et généralement à toute association ayant pour but unique ou non la propagande des idées du Félibrige4 » de s’affilier au Félibrige. Calamel et Javel notent ainsi que l’on passe de 11 écoles affiliées en 1908 à 47 en 1913 et 77 en 19365. Des écoles où les félibres sont minoritaires mais qui par le biais de leurs publications, lorsqu’elles en possèdent, ont la possibilités de transmettre des idées qui ne suivent pas forcément la ligne officielle du Félibrige. Des écoles dont on peut penser que, pour peu qu’elle soient sensibilisées aux combats menés par le Félibrige officiel, elles vont à leur niveau prendre position sur une question aussi importante que celle du lien de la langue et de l’école. Des écoles, enfin, qui, n’étant pas provençales, vont peut-être adopter des vues souvent bien différentes de celles d’un Félibrige dans lequel leurs membres félibres ont bien du mal à trouver une place.

6Un dépouillement exhaustif de toutes les revues d’escolos s’avérant compliqué à réaliser, nous avons choisi de nous intéresser à trois d’entre elles.

7Notre choix fut guidé par deux grands critères : l’importance, en nombre d’adhérents, de l’escolo, et son influence dans le Félibrige.

  • 6 Philippe Martel, Félibres et Félibrige (1876-1947), radioscopie d’une organisation, Saint-Denis, U (...)

8Les deux plus grandes escolos sont, comme le note Philippe Martel6, le Bournat du Périgord et l’Escolo Gastou Febus qui comptent chacune plusieurs centaines de membres. Leurs revues, Lou Bournat et les Reclams de Biarn e de Gascougne bénéficient donc d’une diffusion importante.

9À Toulouse, en 1919, Estieu et Perbosc créent l’Escòla Occitana. Cette école se dote d’une revue, Lo Gai Saber dont les idées et la graphie même vont souvent aiguillonner le Félibrige provençal.

10Nous avons choisi de les confronter à la revue Lou Felibrige. Cette publication, fondée par Marie Mistral, veuve du Maître, n’est pas la publication officielle du Félibrige. Mais, même si elle se présente souvent comme un organe destiné avant tout à célébrer les anniversaires de la naissance et de la mort de Mistral, elle accueille en son sein les plumes de Félibres provençaux comme les capouliers Fallen et Marius Jouveau ou encore le frère Savinien, auteur d’une grammaire provençale et très impliqué sur la question de l’enseignement de la langue.

11Enfin, afin de ne pas faire l’impasse sur un mouvement important qui prend naissance dans cette période, nous nous sommes aussi intéressé à la revue Oc, qui paraît à partir de 1923 et qui, dès cette époque, développe des idées originales et se démarque clairement du Félibrige.

12Un premier constat, guère surprenant, après le dépouillement des revues en question, est qu’aucune position forte du Félibrige sur la question de l’enseignement n’apparaît. S’il est clair que la présence de la langue d’oc à l’école est résolument désirée, aucune stratégie pour arriver à ses fins ne semble mise en place par l’organisation. On est ensuite frappé par la différence de traitement de la question d’une revue à l’autre. Quand Lou Felibrige se contente le plus souvent de rendre compte de diverses ouvertures de cours de langue ici ou là, ou de décisions prises par les autorités concernant l’enseignement de l’occitan, les Reclams et le Gai Saber consacrent plus d’articles de fond à la question. Quant au Bournat, nous n’y avons relevé sur toute la période étudiée que deux articles ayant trait à l’enseignement de la langue occitane, même si la collection consultée comptait quelques lacunes. Il est clair que cette question n’était pas primordiale pour les félibres périgourdins. De son côté, la revue Oc se distingue par un ton extrêmement revendicatif en laissant une place régulière à la Liga per la lengua d’oc a l’escòla et par le biais de la série d’articles d’Antonin Perbosc sur « Les langues de France à l’École ».

13La première question à se poser est, ainsi que nous l’avons vu plus haut, celle de la place de la langue dans l’école. Deux conceptions cohabitent dans le Félibrige.

14L’idée que l’occitan peut être un outil pour l’apprentissage du français d’abord. Elle s’appuie notamment sur les théories du linguiste Michel Bréal, favorable, pour l’enseignement de la langue nationale, à l’utilisation de la comparaison avec le patois. Cette idée est séduisante dans le sens où elle permet de revendiquer une place dans l’institution scolaire pour l’occitan tout en se défendant de toute idée séparatiste. Bien que paraissant timide à certains félibres, elle est présente dans toutes les revues que nous avons dépouillées et ce tout au long de la période étudiée. Elle s’accompagne de considérations sur le statut de la langue ou sur l’attachement des félibres à leur petite comme à leur grande patrie.

  • 7 Jean-Victor Lalanne, « Lou Biarnés éy ûe loéngue ou û patoès ? », Reclams de Biarn e Gascougne, ao (...)
  • 8 « Le Gascon, le Béarnais, ce n’est pas un patois », Reclams de Biarn e Gascougne, janvier 1918, p. (...)
  • 9 Simin Palay, « Patois, parlers ou dialectes », Reclams de Biarn e Gascougne, avril 1923, p. 103-10 (...)

15On voit ainsi fleurir dans les Reclams les articles aux intitulés sans équivoque : « Lou Biarnés éy ûe loéngue ou û patoès7 ? », « Le Gascon, le Béarnais, ce n’est pas un patois8 », « Patois, parlers ou dialectes9 ». Il s’agit de montrer d’abord que la langue d’oc, malgré ses variantes, n’est pas un patois : il s’agit d’une langue fille du latin et donc sœur du français pour l’apprentissage duquel elle peut alors se montrer essentielle. Une langue qui, pour ce qui est de sa noblesse, n’a non plus rien à envier au français. Afin d’enfoncer encore un peu plus le clou, les Reclams comme le Gai Saber utilisent régulièrement une rubrique (« La boune paraule » pour la première revue, « Pages choisies » pour la seconde) reprenant des extraits choisis d’œuvres ou de travaux de personnages reconnus faisant l’éloge de l’utilisation de la langue d’oc ou des patois pour favoriser l’apprentissage du français. On voit ainsi se succéder au fil des mois et des années dans les pages de ces revues les noms de linguistes émérites comme Dauzat et Bréal ou encore des politiques acquis à la cause (ou dont la cause s’est emparée) comme Jaurès et Bérard.

16Mais même chez ses plus fervents soutiens, la promotion de cette méthode apparaît plutôt comme un argument pragmatique.

  • 10 Joseph Lhermite-Savinien, « Esclargimen sus la Metodo pèr ensigna lou Prouvençau », Lou Felibrige, (...)

Mai, à bèn regarda dins lou founs de la causo, entre l’escolo ounte lou Mèstre ansin respetuous à sa maniero de la lengo meiralo, n’en tiro de richesso linguistico pèr alisca lou francés e aquelo autro escolo ounte mespreso lou prouvençau e se ié fai défènso de lou parla quento chausirié tout félibre amourous de sa lengo10 ?

  • 11 In Lou Gal, 11 avril 1920. Cité par Jouveau, R., op. cit., p. 39.

17demande-t-on dans Lou Felibrige. Et pas sous n’importe quelle plume, mais sous celle du frère Savinien, auteur d’une méthode parue en 1896 prônant l’utilisation du provençal pour l’étude du français, en faisant un « latin des classes primaires du Midi ». Méthode qui, ainsi que se plaisait à le rappeler l’auteur, avait eu l’heur de plaire aussi bien à Mistral lui-même qu’à divers ministres de l’Instruction Publique, mais qui avait aussi fait se lever contre elle de nombreux félibres : « la méthode savinienne nous semblait faire de la langue d’Oc la Cendrillon du dialecte parisien » écrivait le majoral Léon Teissier11. Finalement, utiliser la langue d’oc pour mieux apprendre le français permettrait de la faire entrer dans l’école en attendant qu’elle puisse y être enseignée pour elle-même. C’est aussi, bien entendu lui accorder une reconnaissance qui obligera peut-être finalement l’Instruction Publique à cesser de la persécuter lorsque les enfants la parlent à l’école.

  • 12 Cf. Jean-Marie Sarpoulet, Les débuts des Reclams de Biarn e Gascougne, revue occitane en Gascogne (...)

18Si le soutien d’une telle méthode peut parfois sembler être une manière bien timide de militer pour l’enseignement de la langue d’oc de la part de félibres dont la défense et l’illustration de l’occitan devrait être un objectif premier, c’est aussi, sans doute, dans le cadre de ces revues, parce qu’elles ne sont pas uniquement destinées à des membres actifs du Félibrige. Une revue comme les Reclams, qui compte en 1920 aux environs de 600 abonnés dont de nombreux enseignants, mais aussi quelques hommes politiques et cadres de la fonction publique12, ne peut se permettre, malgré quelques collaborateurs au caractère bien trempé comme Camélat ou Palay, de se montrer trop virulente vis à vis de l’administration, surtout quand l’association est en contact avec cette dernière afin de faire aboutir quelque revendication.

19Il est d’ailleurs à ce titre intéressant de constater que, lorsque l’argument présentant la langue régionale comme auxiliaire pour l’apprentissage du français est très officiellement présenté au ministre de l’Instruction Publique, Anatole de Monzie, en 1925, et rejeté en bloc par ce dernier, les félibres se trouvent finalement contraints à défendre ce qui n’était finalement pour eux qu’une idée soufflée par le pragmatisme et qui ne représentait en fin de compte qu’une revendication a minima.

  • 13 Lettre reprise dans « Lous ‘patouès’ a l’escole », Reclams de Biarn e Gascougne, octobre 1925, p.  (...)

20Résumons l’affaire. Durant l’été 1925, huit personnalités, dont le Capoulié Marius Jouveau, les majoraux Anglade et Loubet, Charles-Brun, ainsi que Jean Bonnafous, président de la Ligue pour la Langue d’Oc à l’École, écrivent au ministre. Notant que ses prédécesseurs ont introduit la langue d’oc dans l’enseignement supérieur et dans le secondaire, ils demandent, constatant que la méthode dite « directe » n’a pas donné les résultats escomptés, que les maîtres puissent « utiliser le dialecte maternel de leurs élèves pour l’enseignement du français13 ». La réponse du ministre est sans équivoque. Il s’agit d’une circulaire développant divers arguments opposés à l’utilisation du « patois » et se terminant ainsi :

  • 14 Ibid.

Est-il donc vrai que le dialecte local puisse servir à enseigner le Français ? Ce n’est, à cette heure, l’avis d’aucun pédagogue qualifié. [...] Comment en surplus, accorder une telle proposition avec les méthodes générales de l’enseignement, avec la méthode directe dont il est usé pour apprendre l’Allemand ou l’Anglais ? Se servira-t-on du languedocien comme truchement du français, tandis que le mot d’ordre moderne est l’apprentissage du français par le français ? Les objections valables se multiplient sans qu’apparaisse en sens contraire aucun argument décisif.14

21À la suite de cette circulaire, la presse félibréenne semble d’abord avoir le souffle coupé. Lou Felibrige se contente d’annoncer :

  • 15 « L’ensegnamen de la Lengo d’O », Lou Felibrige, n° 36, juillet-septembre 1925, p. 41-43. [Entre n (...)

Entre nautre, avèn pas besoun de discuti sus la ridiculo circulàri de Moussu de Monzie. Sian tóuti d’acord sus sa valour ! Es pas elo que nous empachara de persegui nosto toco.15

22Les Reclams font paraître la lettre de sollicitation des défenseurs de l’occitan et la réponse-circulaire du ministre. Ils ajoutent à cela un article paru dans la Petite Gironde sous la plume du béarnais et ancien ministre de l’Instruction Publique Léon Bérard pourfendant la méthode directe :

  • 16 « Lous ‘patouès’ a l’escole », Reclams de Biarn e Gascougne, octobre 1925, p. 32.

Peut-être n’est-il pas téméraire de supposer, ô de Monzie, que vos oreilles furent parfois écorchées dans les rues de Souillac et de Saint-Céré, de quelque dialogue semblable à celui-ci, où s’attestent les bienfaits de la méthode directe dans le Sud-Ouest ?
—Hé bé ! qu’est-ce que tu t’es fait du chapeau, petite ?
— Hé bé ! je me le suis sorti de la tête pour courir au derrière de la jument.
Voilà mon cher de Monzie, le beau français que vous allez peut-être favoriser. Il ressemble à celui que nous aimons — et que vous parlez — à peu près comme les boniments d’un cocher de Rome ressemblent aux discours de Cicéron. Ce français-là, c’est le vrai patois16...

23Réponse d’un ministre fidèle de Poincaré qui n’a pas fait grand-chose pour les langues régionales à un ministre du Cartel des Gauches qui ne désire finalement pas en faire plus... mais qui ose le dire.

  • 17 « Reclams de perquiu. Encoère sur la circularie Monzie », Reclams de Biarn e Gascougne, janvier 19 (...)
  • 18 « Les idiomes locaux », Lou Bournat, octobre-novembre-décembre 1925, p. 280-281.
  • 19 « Pages choisies », Lo Gai Saber, n° 37, septembre-octobre 1925, p. 125-129.
  • 20 Joseph Rouquet, « Les idiomes locaux à l’école », Lo Gai Saber, n° 38, novembre-décembre 1925, p.  (...)

24Les Reclams reviennent sur la question en janvier 192617 en reproduisant des articles parus dans le Patriote des Pyrénées et dans Oc. Le choc provoqué par cette circulaire est tel que même le Bournat consacre deux pages confuses18 à l’affaire, se rattachant lui aussi finalement à l’argument de la nécessité de la comparaison et de l’enracinement au terroir. Pour sa part, le Gai Saber19 reprend des articles de Jean Dureng dans la Dépêche et de Charles Maurras dans l’Action Française, célébrant respectivement les figures de Bréal et du frère Savinien. À cela, le Gai Saber ajoute la lettre que la Ligue pour la Langue d’Oc à l’École a envoyée au ministre en réponse à sa circulaire. Il faut attendre le mois de décembre suivant pour que cette revue tente de battre en brèche les allégations de de Monzie, sous la plume de Joseph Rouquet20. Celui-ci, professeur de français en Italie pendant plus de vingt ans, dit avoir commencé par utiliser la méthode directe dans ses cours et constaté son échec, ce qui l’a amené à utiliser, avec plus de succès, la méthode comparative. Pour lui, la méthode directe ne peut s’appliquer qu’à l’apprentissage de la langue maternelle puisque ce langage « naturel » n’est en fait « qu’une fonction comme les autres ». Tandis que l’on apprend à l’école une langue littéraire et « la méthode devra changer avec l’objet ». Et de conclure, parlant de la langue du foyer et de la langue nationale :

Et qu’on ne dédaigne point de faire entrer la première à l’école, pour y être relevée dans sa dignité et pour y donner la main à la seconde, afin qu’elles s’aident et se complètent mutuellement !

25Une deuxième idée, est celle de l’enseignement de l’occitan pour lui-même. Moins courante dans la presse félibréenne, elle s’attire malgré tout quelques suffrages.

  • 21 Ismaël Girard, « Pour l’Enseignement de notre Langue. L’action occitane », Lo Gai Saber, n° 20, no (...)

26Cette position, Ismaël Girard la défend dans le Gai Saber en 192221 en partant du constat que la langue s’appauvrit et s’abâtardit en se divisant à l’infini en sous-dialectes et en se francisant ou s’italianisant. L’école se doit donc de l’enseigner selon deux niveaux : en primaire, un enseignement dialectal, dans le secondaire, « un enseignement général, synthétique ». Cela afin de permettre aux enfants de parler un dialecte pur avant de les initier à une étude de la langue occitane dans sa globalité. Mais s’il détaille les besoins matériels d’une telle initiative, Girard n’évoque pas vraiment la méthode pédagogique qu’il faudrait alors utiliser.

27La défense de l’enseignement de la langue pour ses valeurs intrinsèques est d’ailleurs surtout développée par des membres de l’administration de l’Instruction publique. Ainsi, en 1920, le Bulletin officiel de l’Instruction publique du Var publie un rapport de l’inspecteur Gistucci où ce dernier fait l’éloge de la langue d’Oc et regrette qu’elle ne soit pas présente dans l’école :

[...] le provençal n’est pas un patois, c’est une langue véritable [...]. Et cette langue romane, « autonome », est « aussi distincte du français que l’italien et l’espagnol ». Elle a son génie propre, sa syntaxe, son vocabulaire, avec le son musical de ses syllabes chantantes et son expressive harmonie, toute latine.
[...] Que diraient nos maîtres de l’enseignement primaire s’ils entendaient leurs élèves causer entre eux, à leurs moments perdus, en anglais, en italien ou en... allemand ? Ils approuveraient cet utile supplément d’éducation linguistique. Ils y verraient un auxiliaire précieux de culture intellectuelle.
Or, le provençal remplace pour nos enfants l’italien qu’ils entendent mal ou le latin qu’ils n’entendent pas.

  • 22 « La Lengo Prouvençalo a l’Escolo », Lou Felibrige, n° 16, juillet-septembre 1920, p. 74-75. [M. l (...)

28Lou Felibrige s’empresse de relever ces paroles et de préciser que « M. l’Ispeitour d’Acadèmi dóu Var es pas un de nòsti felibre22 ». Et l’inspecteur Gistucci va devenir une exception exemplaire pour le Félibrige. Ses écrits sont aussi repris dans le Gai Saber comme lorsqu’il note dans son rapport de 1921 :

Ce que l’on veut, avec Mistral, dont ce fut le rêve dans les dernières années de sa vie, c’est que la langue provençale soit introduite, non plus subrepticement et comme occasionnellement dans tel ou tel établissement secondaire, mais officiellement et qu’on lui ouvre les portes sur le vaste champ de l’enseignement primaire, à la base de l’éducation du peuple...

29C’est encore Gistucci qu’on évoque après la circulaire de Monzie, dans le n° 36 de juillet-septembre 1925 du Felibrige, pour dire que, malgré les positions du ministre, l’Inspecteur d’Académie du Var a distribué en grande pompe les prix d’un concours de poésie en langue d’oc... et tant pis si cette cérémonie a eu lieu le 2 juillet, c’est à dire avant que la circulaire ne soit écrite ! Pain béni pour le Félibrige : sa propagande réussit même à toucher un inspecteur d’académie qui n’est pas félibre !

  • 23 « Letre duberte au secretàri dous Reclams », Reclams de Biarn e Gascougne, juin 1923, p. 148-149.

30Mais des instituteurs comme des inspecteurs, il y en a aussi dans les escolos et dans le Félibrige. Et se ne sont parfois pas les moins revendicatifs. En juin 1923, les Reclams publient une lettre de Jean Hustach23, inspecteur primaire dans le Nord de la France et membre de l’Escole Gastou Febus. Il y évoque le fait qu’il faudrait faire des propositions concrètes en faveur de l’enseignement de la langue au ministre Léon Bérard. Trois points importants évoqués par Hustach sont la création d’une heure hebdomadaire d’enseignement de la langue, le fait de laisser les enfants discuter dans leur langue maternelle pendant les récréations, et la création d’un « certificat d’aptitude à l’enseignement de la langue maternelle dans les écoles primaires du Midi ». En clair, il faut cesser de brimer les enfants lorsqu’ils parlent leur langue et confier cet enseignement à part entière à des professionnels formés pour ce faire.

31De fait, l’enseignement de la langue est avant tout un problème administratif. Et quels que soient les arguments employés, l’entrée de l’occitan dans l’école, comme dans les collèges et les universités, dépend avant tout de l’administration de l’Instruction publique. C’est là que l’on va vraiment pouvoir juger de la disparité des attitudes selon les lieux et les escolos.

  • 24 « Uno cadiero de lengo prouvençalo à-z-Ais », Lou Felibrige, n° 13, septembre-décembre 1919.
  • 25 « La langue d’Oc à la Chambre », Lo Gai Saber, n° 18, juillet-août 1922, p. 217-219.

32Les premiers sollicités sont bien entendu les assemblées et élus locaux : conseils généraux, sénateurs, députés... Le no 13 du Felibrige rend ainsi compte de l’intervention d’André Lefèvre, député d’Aix-en-Provence, qui, lors de la session du 30 juin 1919 à propos du budget de l’Instruction publique concernant les Universités des départements, a demandé la création d’une chaire de langue provençale à l’Université d’Aix-en-Provence. Demande portée aussi par le Conseil Général des Bouches-du-Rhône qui se dit prêt à participer au financement du projet24. Ce type d’intervention révèle bien entendu le fait que le Félibrige a fait un travail d’information et de propagande et a porté des doléances précises aux élus en question. C’est aussi une illustration du fait que le Félibrige et ses escolos se trouvent être un lieu de sociabilité, lors des Felibrejadas par exemple, et donc un lieu favorable à l’installation de réseaux de personnes susceptibles de faire parvenir au niveau national les revendications locales. C’est aussi sous cet éclairage que l’on peut voir l’intervention du député de l’Action Française Léon Daudet à la Chambre le 27 juin 1922, que reprend le Gai Saber25. Scène surréaliste où les députés de l’Action Française, de la Gauche et du Centre, s’interrompent les uns les autres pour chanter les louanges de la langue d’oc et de ses écrivains. Si les félibres peuvent se réjouir de ce que leur langue et la question de son enseignement aient été évoquées (Lo Gai Saber no 18, juillet-août 1922, Reclams d’août 1922), les députés en question peuvent de leur côté dormir sur leurs deux oreilles : ils ont pu profiter de l’allocution de Daudet, qui n’a aucun poids dans l’Assemblée, pour montrer à leurs électeurs potentiels qu’ils se soucient de leur langue sans avoir eu à voter quoi que ce soit ni à chercher à obtenir la moindre réponse du ministre.

  • 26 « L’Ensignamen de la Lengo d’O », Lou Felibrige, n° 25, octobre-décembre 1922, p. 116. [(il) estim (...)

33Et les démarches faites auprès des ministres eux-mêmes n’ont pas plus de portée. La même année 1922, Lou Felibrige doit se rendre à l’évidence. La revue commence par complimenter le mainteneur Xavier de Magallon, député de l’Hérault, pour avoir demandé à la Chambre qu’on enseigne la langue d’oc dans les départements où on la parle. Mais elle ne peut qu’évoquer les propos du ministre, Léon Bérard — « mèmbre de la Gastou Febus » ajoute perfidement l’auteur de la brève. Celui-ci, en réponse à une lettre du Capoulié qui se plaignait que le recteur de Grenoble refuse l’ouverture d’un cours de littérature provençale dans un collège de Montélimar, « estimo qu’es pas poussible d’introudurre l’estùdi de lengo d’O dins li prougramo escoulàri26 ».

  • 27 « La Lengo d’O à l’Escolo », Lou Felibrige, n° 37, octobre-décembre 1925, p. 65. [Nous pensons que (...)

34Il faut croire que le Félibrige était destiné à être déçu par ces ministres de l’Instruction originaires du Sud... on sait ce qu’il advint de la demande faite à M. de Monzie. On attendait donc beaucoup de son successeur, Édouard Daladier, ancien maire de Carpentras et défenseur de la langue et des traditions provençales : « Pensan que lou menistre fara pas menti lou conse » écrit-on alors27. Mais lorsque les félibres parisiens des Amis de la Langue d’Oc, la Ligue pour la Langue d’Oc à l’École demandent au nouveau ministre de bien vouloir « autoriser, à tous les degrés de l’enseignement public, l’utilisation rationnelle de nos idiomes régionaux », les Reclams ne se font plus, avec raison, d’illusion

  • 28 « Reclams de perquiu — L’Ensegnamén de la Léngue d’O », Reclams de Biarn e Gascougne, février-mars (...)

A d’aco, que respounera lou ministre Daladier ? Ço qui abè respounut—ou au plus près — lou ministre de Monzie. Touts dus, toutu, que soun dou Mieydie e que-s parech que parlen « patouès » à l’oucasiou, quoan soun per case, mes, à la Crampe... l’òmi n’ey pas mey lou medich, si disen lous qui counéguen l’endret28.

  • 29 René Jouveau, op. cit. p. 322.

35Les fins de non-recevoir du ministre Daladier ne l’empêcheront pas quelques années plus tard de se permettre lors d’un repas des sociétés provençales de Paris un tonitruant : « Ceux qui l’ont oubliée, la langue, il faudra qu’ils la réapprennent29 ! »

36Après les Béarnais avec Bérard et les Provençaux avec Daladier, c’est au tour des Toulousains de l’Escòla Occitana de s’atteler à la dure tâche d’essayer de convaincre un ministre de faciliter l’enseignement de la langue d’oc à tous les niveaux, du primaire à l’Université, en 1929. Les félibres toulousains pensent avoir un porte parole de poids en la personne du sénateur de la Haute-Garonne Paul Feuga, félibre membre de l’école. La réponse du ministre Marraud ne se fait pas attendre, comme l’écrit le rédacteur de l’article rapportant les faits :

  • 30 Jean d’Occitanie, « La langue d’Oc au Sénat », Lo Gai Saber, n° 58, mars-avril 1929, p. 31.

Hélas ! le beau discours de M. Feuga laissa insensible le cœur de M. Marraud, ministre de l’Instruction publique. Celui-ci, sous une forme doucereuse qui ne fit illusion à personne, lui répondit en somme en parfait jacobin et en digne successeur de M. de Monzie30.

37En effet, après un vibrant éloge de la langue d’oc, qu’il parle et qui lui rappelle son pays, mais qui risquerait de tant perdre en originalité et spontanéité en étant soumise « aux contraintes de l’enseignement et de la méthode, livré[e] aux supplices inséparables de la pédagogie » le ministre rappelle la réponse de de Monzie sur la priorité que doit donner l’école à l’enseignement du français et ajoute un argument qui fera date, puisqu’il est encore utilisé de nos jours : il faut éviter de surcharger des programmes déjà bien lourds.

38Ces revendications, qui nous apparaissent, à travers l’étude de ces revues, bien dispersées, semblent manquer d’une cohésion nationale qu’aurait sans doute pu avoir le Félibrige s’il avait bénéficié d’une meilleure organisation. Ajoutons que les félibres n’étaient pas non plus aidés par une véritable valse des gouvernements : entre 1919 et 1930, ce ne sont pas moins de quinze ministères qui se succèdent. Ainsi, dans le même numéro des Reclams de janvier 1920, on se félicite de l’arrivée du béarnais Bérard au poste de ministre de l’Instruction publique, et on annonce son remplacement par Honnorat !

39Il faut donc agir d’une autre manière. C’est là que les escolos montrent le mieux leurs particularités car ces actions ont le plus souvent lieu localement. Elles ont pour but de faire entrer la langue à l’école malgré les freins posés par l’administration centrale. On agit chez soi, faute de pouvoir atteindre le rêve formulé par Marius Jouveau dans un article intitulé « S’ère menistre » :

  • 31 Marius Jouveau, « S’èremenistre », Lou Felibrige, n° 22, janvier-mars 1922, p. 29-31. [Si j’étais (...)

S’ère menistre de l’Estrucioun publico, decretariéu quatecant que la lengo d’O a d’èstre ensignado dins lis escolo à parti dóu mes d’óutobre venènt [...] Faudrié d’abord faire tesa li granouio e calma lou grapaud. Acò sarié pas dificile... tant que sariéu menistre. Lis ispeitour, pèr me coumplaire, me signalarien li mèstre favourable au decrèt, parai ? Iéu, voulountié, acourdariéu de prèmi e de recoumpènso à-n-aquèli bràvi gent. E veirias lèu granouio e grapaud dire O pèr Oui31 !

40Les Reclams nous montrent une Escole Gastou Febus très active. En 1919, la revue annonce la création de conférences de littérature locale à l’École Normale de Lescar, faisant dire au capdau Lalanne :

  • 32 Jean-Victor Lalanne, « La loéngue a l’Escole Nourmale », Reclams de Biarn e Gascougne, novembre 19 (...)

Beroye loéngue, que bas doun tourna resouna pèr dehén las Escoles dou Goubernemén, be soy doun you countén32 !

  • 33 Michel Camelat, « La hèste de Maubourguet », Reclams de Biarn e Gascougne, octobre 1920, p. 164.

41Il s’agit de l’aboutissement de demandes faites au ministre de l’époque, le béarnais Laferre, par l’Escole Gastou Febus elle-même et par l’intermédiaire de l’Inspecteur d’Académie Gaillard et du Recteur de Bordeaux. Ces conférences, qui débutent dès le mois de février suivant lors d’une cérémonie en présence de l’Inspecteur d’Académie, sont pour les félibres béarnais un facteur de propagande important. Elles se poursuivent durant tout l’Entre-deux-guerres et leur permettent de toucher des maîtres qui, en sortant de leur formation, auront peut-être le désir de transmettre la culture et la langue béarnaises. C’est en instaurant et en officialisant ce genre d’action que le félibrige peut ancrer localement la langue dans l’école. C’est ce que rappelle le capdau dans son discours des fêtes de l’Escole a Maubourguet33 où il évoque le fait que, grâce à l’aide de l’Inspecteur, on a pu développer dans les écoles les exercices de thème et de version en gascon ou encore l’étude de chants et de contes dans la langue. Il n’hésite d’ailleurs à faire de l’Escole Gastou Febus un modèle pour les félibres provençaux :

  • 34 [Les félibres de Provence qui, tant de fois ont essayé de mettre le pied à l’école primaire se son (...)

Lous felibres de Proubénce qui, tan de còps an esprabat de hiqua lo pè a l’escole purmère que-s sounmayemén regaudits de so qui abémoubtiencut. Adare qui la porte éy uberte n’ous seré pas a malayse d’entra, éths tabé34.

42La création de jeux floraux et de concours réservés aux écoles obéissent à la même logique, c’est à dire qu’ils représentent un moyen de faire entrer la langue à l’école.

43La question de l’enseignement est prégnante pour les Béarnais. Elle est d’ailleurs présente dans quasiment tous les ordres du jour de l’assemblée annuelle de Pâques de l’école. Et pas une année ne passe sans qu’un article ne traite directement de la question de l’enseignement, ce qui n’est pas le cas des autres revues dépouillées. Qu’il s’agisse d’informations (déclarations de ministres, annonce de conférences ou de concours...) ou d’articles de fond comme ceux dans lesquels Jean Hustach explique aux instituteurs et institutrices comment insérer la langue dans leurs cours sans contrevenir aux instructions officielles, la revue de Gastou Febus montre à quel point l’école s’investit dans ce combat.

  • 35 Jean Charles-Brun, « Réponse à cette question : Doit-on admettre la langue de Mistral au Baccalaur (...)
  • 36 Joseph Anglade, « La Langue d’Oc et le Baccalauréat », Lo Gai Saber, n° 25, septembre-octobre 1923 (...)

44L’Escòla Occitana, fondée par Perbosc, chantre de la langue à l’école, ne pouvait elle aussi que s’investir dans la lutte visant à faire entrer l’occitan dans l’institution scolaire. Elle commence par faire de cette question un débat de fond illustré par des articles de qualité et des tribunes qui posent le problème au niveau national. C’est notamment le cas de l’article d’Ismaël Girard déjà évoqué (« Pour l’enseignement de notre langue. L’action occitane »), de ceux de Jean Charles-Brun35 et Joseph Anglade36 sur le Baccalauréat, où encore de la place importante laissée à la Ligue pour la Langue d’Oc à l’École pour diffuser ses idées.

45Un véritable tournant a lieu en 1927 avec la création, sous l’autorité de l’abbé Salvat, majoral du Félibrige, du Colètge d’Occitania. La naissance de cette institution tient au constat que, puisque les multiples demandes faites aux politiques n’aboutissent pas, c’est aux Occitans de prendre eux-mêmes en main l’enseignement de leur langue et de le propager. Le but du Colètge est de former à la langue toutes les personnes qui le désirent. Les effectifs croissent vite et de plus en plus d’enseignants s’inscrivent aux cours qui sont aussi donnés par correspondance. Au fur et à mesure apparaissent les devoirs préparés par le collège que les maîtres peuvent donner à leurs élèves. Cette action, appuyée par la diffusion d’un fascicule, La Rampelada del Colètge d’Occitania, distribué avec le Gai Saber, aide à développer l’enseignement de l’occitan par le biais d’un réseau de militants de plus en plus important. Enfin, comme l’Escole Gastou Febus, l’Escòla Occitana organise des jeux floraux et des concours scolaires en s’appuyant sur des autorités administratives conciliantes, lorsque cela est possible, afin de faire un peu plus entrer l’occitan dans les salles de classe.

  • 37 [Cela prouve que le cours leur plait]

46Lou Felibrige dresse aussi un tableau intéressant de la situation, dans le sens où il possède une rubrique à peu près régulière (« La Lengo d’O à l’Escolo » ou « L’ensignamen de la Lengo d’O ») dans les années 1920 sur l’enseignement de la langue d’oc. Cette rubrique étant de moins en moins présente dans la décennie suivante. Ici les articles de fond sont rares. On trouve essentiellement des brèves sur les créations de cours, notamment dans les collèges ou lycées où enseignent des félibres. La rubrique, bien qu’irrégulière, semble parfois difficile à remplir, c’est pourquoi on y trouve des documents sur d’anciennes initiatives ministérielles ou des brèves qui n’ont rien à envier à un bulletin amicaliste. Le no 34 de janvier-mars 1925 évoque ainsi le fait qu’en 1883 le ministre de l’Instruction Publique a offert un prix de 100 francs pour la meilleure étude sur les dialectes d’une localité déterminée du Midi. On mentionne aussi l’hommage des élèves qui suivent le cours de provençal de M. Escullié, à Draguignan, qui ont offert à leur maître une terre cuite représentant « Lou Tambourinaire ». « Acò provo que lou cours i’agrado37 » ajoute le rédacteur... un argument de poids en faveur de l’enseignement de la langue.

47Cela confirme surtout ici que l’enseignement de l’occitan est avant tout une question locale et tient plus que tout à la personnalité et au dynamisme d’individus ou d’Escolos. Le Félibrige ne semble pas en mesure de fédérer ses forces pour pouvoir peser politiquement sur les débats et mettre réellement en avant la question de cet enseignement au Parlement ou dans l’administration de l’Instruction publique.

48Pourtant le désir d’agir est très marqué dans l’ensemble des revues que nous avons dépouillées. En 1923, c’est là le message de Simin Palay :

  • 38 Simin Palay, « Crouniquète dous Reclams. Abém la fé ? », Reclams de Biarn e Gascougne, mars 1923, (...)

Mes si estimat de qu’èm loegn dou but qui caleré atégne [...] n’atendiat pas que lou salut qu’arribe dous auts : hèt-b’y p’ou boste coumpte : siat òmis d’acciou38 !

  • 39 Ismaël Girard, « Pour l’Enseignement de notre Langue. L’action occitane », Lo Gai Saber, n° 20, no (...)
  • 40 Marius Jouveau, « S’ère menistre », Lou Felibrige, n° 22, janvier-mars 1922, p. 29-31.

49Cette action, c’est celle qu’appelait Girard de ses vœux l’année précédente dans le Gai Saber39 et dont parlait au même moment Marius Jouveau dans Lou Felibrige40. Et l’idée est simple : s’il est nécessaire de continuer à demander l’enseignement de la langue aux ministres qui se succèdent, il faut aussi, et sans attendre de recevoir des réponses favorables aux demandes faites à l’État, créer le matériel nécessaire à un enseignement de la langue. Un matériel qui puisse être à la fois adapté à chaque dialecte et utilisable dans toute l’Occitanie. Ce qui pose nécessairement le question de l’écriture de la langue. Question sensible : les Provençaux suivent la graphie mistralienne, les Béarnais utilisent une graphie inspirée de Mistral mais qu’ils ont adaptée à leur dialecte, les Languedociens de l’Escòla Occitana utilisent la graphie Estieu/Perbosc...

  • 41 G. Destriau, « Crouniquète dous Reclams », mai 1929, p. 187. [Un Normand, un Charentais ne parlent (...)

U Normand, u Charentés nou parlen pas u mème francés e toutu que l’escriben pariè. Perqué, labéts, n’en seré pas atau en Gascougne41 ?

50demande G. Destriau dans les Reclams. Languedociens et Provençaux, eux, s’engagent chacun de leur côté dans ce qui ressemble de plus en plus à une guerre ouverte. Le Colètge d’Occitania va être un instrument privilégié de la graphie classique dans tout le Languedoc occidental, favorisant par la même occasion une certaine crispation du Félibrige provençal et donc du Félibrige officiel majoritairement dirigé par des provençaux.

51Dans les faits, l’action revendiquée partout est effective seulement en quelques endroits et à travers quelques initiatives : l’exemple même en est bien entendu la naissance du Colètge d’Occitania dont la création a pour objectif d’assumer les manques de l’État dans le domaine de la transmission de la langue, non seulement en l’enseignant le plus largement possible, y compris en la faisant rentrer dans les écoles, mais aussi en formant des militants et des écrivains. Léon Cordes, André-J. Boussac, pour ne citer qu’eux, en furent les élèves. La Ligue pour la Langue d’Oc à l’École de Jean Bonnafous représente aussi une manière d’agir assez complète : non seulement elle essaie de faire pression sur l’administration et les ministres, mais elle tente aussi de créer des échanges entre enseignants et fait même paraître dans la revue Oc, qui devient quasiment son diffuseur officiel dans les années 1920, des textes à utiliser en classe, des conseils aux instituteurs et des notions d’histoire de l’Occitanie. Malgré un nombre important d’adhérents, attesté par les longues listes publiées par Oc, et le soutien exprimé d’une grande partie du Félibrige, elle semble pourtant finalement peu efficace.

52En fin de compte, si l’étude de ces revues devait nous enseigner quelque chose, ce serait surtout la fantastique capacité du Félibrige dans son ensemble à croire en des lendemains qui chantent. Mais la force de l’autosuggestion ne suffit pas. Et chacun est finalement amené à mettre en place localement des solutions qui permettent de faire entrer la langue dans l’école, pour peu que l’escolo du lieu en ait le désir, le Bournat nous fournissant ici un parfait contre-exemple. Et ce par le biais d’un travail de fond auprès des autorités locales et des enseignants (Escole Gastou Febus) ou par la création d’une structure destinée à cet enseignement (Colètge d’Occitania de l’Escòla occitana).

53Sur cette question de l’école, le Félibrige montre aussi son incapacité à unifier ses forces pour faire pression sur le pouvoir central et à créer une dynamique auprès de ses adhérents. C’est sans doute que les escolos, et surtout hors de Provence, ont du mal à véhiculer auprès de leurs adhérents l’idée qu’il est important qu’il y ait un engagement massif de personnes dans le Félibrige. Les véritables félibres, ce sont souvent justement ceux qui écrivent dans les revues de ces escolos : les Salvat, les Perbosc, les Palay ou les Camélat. Et ils montrent aussi que tout le monde n’est pas d’accord. Sur lesmoyens à employer, sur les arguments à avancer. C’est ce que voit clairement Simin Palay qui appelle de ces vœux la création d’un parti félibre en 1936 et conclut ainsi son article :

  • 42 Simin Palay, « Clams de douctrine. U Partit Felibre », Reclams de Biarn e Gascougne, juillet 1936, (...)

En û mout coum en cent, qu’èm autant en darrè qu’au temps oun Mistral yetabe lous permès clams enta la liberacioû dou pòple nouste. Si lous yoens nou tiren pas mey en daban que n’at abém sabut ha, lous adbersàris dou Felibridye qu’aberan abut rasoû de s’arride dous qui n’auran sabut esta que fabricàyres de cansoûs42.

54Cette dispersion des forces, cette incapacité à s’unir véritablement, c’est aussi ce que reproche au Félibrige la génération qui fait naître l’occitanisme, à partir de la revue Oc, notamment, qui va de plus en plus s’opposer au Félibrige dans les années 1930.

55Le Félibrige n’a pas réussi, comme le désirait Mistral, à offrir à la langue d’oc une place dans l’école, et en particulier dans le primaire. Mais ses efforts, aussi ponctuels et désorganisés soient-ils, ont-ils été vains ? Sans doute pas. Les succès locaux le montrent. Les Reclams, au travers des nombreux articles consacrés à la question de l’enseignement, en nous apprenant la profusion d’actions menées auprès des autorités scolaires académiques, nous prouvent à quel point le Félibrige, dans son action, était tributaire de la vitalité de ses écoles concernant les questions de société. Enfin, le Félibrige aura au moins eu le mérite de faire parler de ce sujet régulièrement auprès des ministres successifs.

56Après-guerre, l’occitanisme reprendra le flambeau et son succès sera tout aussi mitigé malgré la timide loi Deixonne. Là encore la dispersion des forces, la présence de personnalités aux caractères forts et parfois opposés affaiblira la portée du message et l’efficacité de la propagande. Nul doute que, si l’on devait comparer les actions des différentes associations affiliées à l’I.E.O. dans les années allant de l’Après-guerre aux années 1980, le constat serait le même que pour le Félibrige de l’Entre-deux-guerres.

Notes

1 Cité par Joseph Salvat, « Peut-on espérer ? », Lo Gai Saber, n° 156, oct. 1937, p. 277. [Cette langue d’Oc, grande voix historique, symbole de notre race, miroir de notre gloire [...] à l’école on la pourchasse et on lui ferme la porte au nez].

2 « Du Capouliérat de Valère Bernard comme de celui de Fallen, on a pu dire qu’ils avaient été des Capouliérats de transition ». René Jouveau, Histoire du Félibrige (1914-1941), 1977, p. 35.

3 Francis Pouzol, Lou Secrèt, 1918. Cité in René Jouveau, op. cit., p. 31.

4 Cité par Simon Calamel et Dominique Javel, La langue d’oc pour étendard, les félibres (1854-2002), Toulouse, Privat, coll. Hommes et communautés, 2002.

5 Ibid., p. 89.

6 Philippe Martel, Félibres et Félibrige (1876-1947), radioscopie d’une organisation, Saint-Denis, Université de Paris VIII-Vincennes, 1984.

7 Jean-Victor Lalanne, « Lou Biarnés éy ûe loéngue ou û patoès ? », Reclams de Biarn e Gascougne, août 1917, p. 129-130. [Le Béarnais est-il une langue ou un patois ?].

8 « Le Gascon, le Béarnais, ce n’est pas un patois », Reclams de Biarn e Gascougne, janvier 1918, p. 3-6.

9 Simin Palay, « Patois, parlers ou dialectes », Reclams de Biarn e Gascougne, avril 1923, p. 103-104.

10 Joseph Lhermite-Savinien, « Esclargimen sus la Metodo pèr ensigna lou Prouvençau », Lou Felibrige, n° 10, janvier-mars 1919, p. 11-12. [Mais, à bien regarder le fond de la chose, entre l’école où le Maître ainsi respectueux à sa manière de la langue maternelle, en tire de la richesse linguistique pour corriger le français et cette autre école où il méprise le provençal et où il défend de le parler, laquelle choisirait tout félibre amoureux de sa langue ?]

11 In Lou Gal, 11 avril 1920. Cité par Jouveau, R., op. cit., p. 39.

12 Cf. Jean-Marie Sarpoulet, Les débuts des Reclams de Biarn e Gascougne, revue occitane en Gascogne (1897-1920), Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, coll. Saber, 2005.

13 Lettre reprise dans « Lous ‘patouès’ a l’escole », Reclams de Biarn e Gascougne, octobre 1925, p. 30-31.

14 Ibid.

15 « L’ensegnamen de la Lengo d’O », Lou Felibrige, n° 36, juillet-septembre 1925, p. 41-43. [Entre nous, nous n’avons pas besoin de discuter de la ridicule circulaire de Monsieur de Monzie. Nous sommes tous d’accord sur sa valeur ! Ce n’est pas elle qui nous empêchera de poursuivre notre dessein.]

16 « Lous ‘patouès’ a l’escole », Reclams de Biarn e Gascougne, octobre 1925, p. 32.

17 « Reclams de perquiu. Encoère sur la circularie Monzie », Reclams de Biarn e Gascougne, janvier 1926, p. 75-77.

18 « Les idiomes locaux », Lou Bournat, octobre-novembre-décembre 1925, p. 280-281.

19 « Pages choisies », Lo Gai Saber, n° 37, septembre-octobre 1925, p. 125-129.

20 Joseph Rouquet, « Les idiomes locaux à l’école », Lo Gai Saber, n° 38, novembre-décembre 1925, p. 150-156.

21 Ismaël Girard, « Pour l’Enseignement de notre Langue. L’action occitane », Lo Gai Saber, n° 20, novembre-décembre 1922, p. 249-255.

22 « La Lengo Prouvençalo a l’Escolo », Lou Felibrige, n° 16, juillet-septembre 1920, p. 74-75. [M. l’Inspecteur d’Académie du Var n’est pas un de nos félibres.]

23 « Letre duberte au secretàri dous Reclams », Reclams de Biarn e Gascougne, juin 1923, p. 148-149.

24 « Uno cadiero de lengo prouvençalo à-z-Ais », Lou Felibrige, n° 13, septembre-décembre 1919.

25 « La langue d’Oc à la Chambre », Lo Gai Saber, n° 18, juillet-août 1922, p. 217-219.

26 « L’Ensignamen de la Lengo d’O », Lou Felibrige, n° 25, octobre-décembre 1922, p. 116. [(il) estime qu’il n’est pas possible d’introduire l’étude de la langue d’Oc dans les programmes scolaires.]

27 « La Lengo d’O à l’Escolo », Lou Felibrige, n° 37, octobre-décembre 1925, p. 65. [Nous pensons que le ministre ne fera pas mentir le maire].

28 « Reclams de perquiu — L’Ensegnamén de la Léngue d’O », Reclams de Biarn e Gascougne, février-mars 1926, p. 108. [À cela, que répondra le ministreDaladier ? Ce qu’a répondu — ou à peu près — le ministre de Monzie. Tous les deux, cependant, son du Midi et il paraît qu’ils parlent « patois » à l’occasion, quand ils sont par chez eux, mais à la Chambre... l’homme n’est plus le même, disent ceux qui connaissent l’endroit.]

29 René Jouveau, op. cit. p. 322.

30 Jean d’Occitanie, « La langue d’Oc au Sénat », Lo Gai Saber, n° 58, mars-avril 1929, p. 31.

31 Marius Jouveau, « S’èremenistre », Lou Felibrige, n° 22, janvier-mars 1922, p. 29-31. [Si j’étais ministre de l’Instruction publique, je décrèterais sur-le-champ que la langue d’Oc doit être enseignée dans les écoles à partir du mois d’octobre suivant [...] Il faudrait d’abord faire taire les grenouilles et calmer le crapaud. Cela ne serait pas difficile... tant que je serais ministre. Les inspecteurs, pour me complaire, me signaleraient les maîtres favorables au décret, n’est-ce pas ? Moi, volontiers, j’accorderais des prix et des récompenses à ces braves gens. Et vous verriez les grenouilles et les crapauds dire Oc plutôt que Oui !]

32 Jean-Victor Lalanne, « La loéngue a l’Escole Nourmale », Reclams de Biarn e Gascougne, novembre 1919, p. 142. [Belle langue, tu vas donc résonner à nouveau dans les écoles du Gouvernement, comme je suis content !]

33 Michel Camelat, « La hèste de Maubourguet », Reclams de Biarn e Gascougne, octobre 1920, p. 164.

34 [Les félibres de Provence qui, tant de fois ont essayé de mettre le pied à l’école primaire se sont réjouis de ce que nous avons obtenu. Maintenant que la porte est ouverte, ils n’auront pas de mal à y entrer eux aussi.]

35 Jean Charles-Brun, « Réponse à cette question : Doit-on admettre la langue de Mistral au Baccalauréat ? », Lo Gai Saber, n° 22, mars-avril 1923, p. 20-21.

36 Joseph Anglade, « La Langue d’Oc et le Baccalauréat », Lo Gai Saber, n° 25, septembre-octobre 1923, p. 93-96.

37 [Cela prouve que le cours leur plait]

38 Simin Palay, « Crouniquète dous Reclams. Abém la fé ? », Reclams de Biarn e Gascougne, mars 1923, p. 85. [Mais si vous estimez que nous sommes loin du but qu’il faudrait atteindre [...] n’attendez pas que le salut arrive des autres : soyez des hommes d’action !]

39 Ismaël Girard, « Pour l’Enseignement de notre Langue. L’action occitane », Lo Gai Saber, n° 20, novembre-décembre 1922, p. 249-255.

40 Marius Jouveau, « S’ère menistre », Lou Felibrige, n° 22, janvier-mars 1922, p. 29-31.

41 G. Destriau, « Crouniquète dous Reclams », mai 1929, p. 187. [Un Normand, un Charentais ne parlent pas un même français et cependant ils l’écrivent pareil. Pourquoi, alors, n’en serait-il pas ainsi en Gascogne ?]

42 Simin Palay, « Clams de douctrine. U Partit Felibre », Reclams de Biarn e Gascougne, juillet 1936, p. 291. [En un mot comme en cent, nous ne sommes pas plus avancés que du temps où Mistral lançait les premiers appels pour la libération de notre peuple. Si les jeunes n’avancent pas plus que nous n’avons su le faire, les adversaires du Félibrige auront eu raison de rire de ceux qui n’auront su être que des fabricants de chansons.]

Auteur

Doctorant, université de Pau, ITEM (Identités, Territoires, Expressions Mobilités)

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540