Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’école française et les langues régionales

 | 
Hervé Lieutard
, 
Marie-Jeanne Verny

Jaurès et l’enseignement des langues régionales à l’école de la république

Jòrdi Blanc

Texte intégral

1Alors que le peuple, majoritairement occitanophone, maîtrisait très mal le français, Jaurès, né à Castres en 1859 dans une famille bourgeoise sur le déclin, mais élevé à la campagne, a été dès le départ parfaitement bilingue ou plus exactement benoîtement diglosse. Pur produit de la méritocratie, ses brillantes études au lycée de Castres le conduisent jusqu’à l’École normale supérieure et à l’agrégation de philosophie. Élu plus jeune député de France en 1885 sur une liste républicaine, puis l’un des chefs de file du socialisme français et international à partir de 1893, peut-on pour autant considérer que la page occitane, celle de ses origines, est pour lui définitivement tournée ?

2Tant au niveau de sa fidélité à la seconde circonscription d’Albi que de son implication dans les conflits sociaux du Haut ou du Bas Languedoc, ou que de sa participation ininterrompue à La Dépêche de 1887 à 1914, nous savons bien que non. Et il serait facile de montrer que, jusque dans sa conception de la démocratie et de la laïcité, du socialisme, de la paix et des relations internationales, on retrouve nombre d’échos et de prolongements de l’histoire de son Languedoc natal, propres à éclairer sa pensée et son action. À commencer par ses prises de position en faveur des langues régionales.

  • 1 À cause du problème de l’Alsace-Lorraine — sur lequel Jaurès a beaucoup parlé et écrit —, le cas d (...)

3Pourraient-elles se concevoir en dehors de sa pratique et de son goût pour la langue d’oc et de la culture littéraire et historique occitane qui est la sienne, aussi vaste pour l’époque, tant en diachronie qu’en sychronie qu’on peut le souhaiter ? L’occitan, il aime le parler et il le dit, et il l’emploie jusque dans ses discours publics. Et n’est-ce pas par une sensibilisation préalable au cas occitan et une évidente analogie qu’il conclut de la langue d’oc aux autres langues régionales, le basque et le breton, avec lesquelles il a été en contact1.

4Ses propositions de 1911 en faveur des langues régionales, moins déclamatoires et moins embarrassées que celles des Félibres, sont surtout mieux fondées philosophiquement et historiquement. S’adressant à la fois à l’opinion publique méridionale à travers La Dépêche de Toulouse et aux instituteurs dans les colonnes de la Revue de l’Enseignement primaire et primaire supérieur dont il est le collaborateur attitré, il demande de ne pas laisser les langues régionales en dehors de l’école, dès lors que les enfants les parlent, et de profiter de la richesse linguistique et historique dont elles sont porteuses en pratiquant une « méthode comparée » permettant leur mise en parallèle avec le français. Non pas d’après l’argument éculé et que les Félibres n’ont pas toujours rejeté, mais que Jaurès n’emploie qu’incidemment, qu’une telle méthode permettrait de mieux apprendre le français. Au nom de l’intérêt des enfants, et dans celui, économique autant que culturel, des régions dans lesquelles ces langues sont parlées. Par sa prise en compte à l’école, la langue de la France du Midi donnerait par exemple aux Méridionaux l’occasion d’une relecture de leur histoire. Et, franchissant ainsi le seuil de l’école publique, leur littérature propre en ressortirait éclairée par sa confrontation avec la littérature française et atteindrait mieux son public naturel. D’où, pour les enfants, une fierté retrouvée, celle des origines et celle que procure un sentiment de parité. D’où encore, grâce à la gemellité des langues latines, une ouverture internationale sur les vastes espaces de la latinité européenne et de son extension sud-américaine. Ce qui serait tout bénéfice par l’enrichissement culturel et économique de la France entière.

5Nous nous demanderons d’abord comment les propositions de Jaurès concernant les langues régionales peuvent se concilier avec sa propre conception de la démocratie et du socialisme. Mais, pas plus hier qu’aujourd’hui, le problème de l’enseignement des langues régionales ne se posant ni en dehors des rapports de forces politiques ni indépendamment des positions des hommes ou des mouvements qui s’en font les défenseurs, nous nous interrogerons ensuite sur les circonstances qui ont amené Jaurès à les formuler.

1 Démocratie et socialisme, patrie et internationale

6C’est avec juste raison que Jaurès est invoqué et révéré, passons sur l’oxymore, comme un « apôtre de la laïcité » : « Démocratie et laïcité sont deux termes identiques. » L’éducation est à la base de sa conception de la démocratie et du socialisme et il ne faut pas s’étonner si sa première intervention parlementaire, le 21 octobre 1886, porte sur l’école.

7Il n’a que 26 ans et n’est pas encore socialiste mais ardemment républicain et partisan d’une république sociale. Dans cette intervention, Jaurès défend le principe d’une autonomie des communes en matière d’enseignement. Les citoyens participant par leurs impôts aux charges financières des communes, il est normal qu’ils aient leur mot à dire sur l’affectation de leur contribution. Une position parfaitement conforme au principe d’une organisation décentralisée de la société qu’il défendra toute sa vie.

8Lorsque, bien plus tard, se posera la question du monopole de l’enseignement par l’État, suspecté de ne pas y être favorable, il répond — et la précaution oratoire est intéressante — qu’il n’a jamais déclaré y être opposé mais ajoute que ce n’est pas pour lui un principe. Le principe ce n’est pas le droit de l’État mais le « droit de l’enfant ». Et si l’État peut et se doit de proposer partout un « enseignement national », ce n’est

qu’un droit extrême, qui ne peut être revendiqué et exercé que lorsqu’il a été fait contre le droit de l’enfant, sous le nom de liberté, un tel abus, si visible et si scandaleux, qu’il est nécessaire d’y mettre un terme.

9Et qu’à la condition de pouvoir assumer lui-même correctement et dignement cet enseignement, alors qu’il y a encore « des classes de 60, 70 élèves ». Ce n’est pas des pères fondateurs de la République ni des révolutionnaires de 1789 qu’il se réclame, mais de Proudhon pour qui, dit-il,

  • 2 « Pour la laïque », discours à la Chambre des députés du 24 janv. 1910, in Jean Jaurès, L’Esprit d (...)

l’enfant a le droit d’être éclairé de tous les rayons de l’horizon, et la fonction de l’État, c’est d’empêcher l’interception de ces rayons2.

10Si l’éducation doit être nationale dans son principe, car il en va de la démocratie et de la laïcité, ce n’est pas forcément à l’État central qu’il revient d’exercer seul cette fonction mais aux communes, ou à d’autres collectivités, pourrions-nous ajouter aujourd’hui. D’où son plaidoyer pour les universités régionales et la création d’une Université de plein exercice qui l’occupe lors de son mandat d’adjoint au maire de Toulouse. Il faut en France de grands centres universitaires par où s‘exprimerait ce que les villes et les régions, par leur histoire propre ou leur voisinage international, comme celui de l’Espagne pour Toulouse, ont de culture spécifique. Ce qui serait une garantie contre toute dictature du centre. Mais cela ne signifie pas qu’il faille « dénationaliser l’enseignement supérieur » et surtout pas au profit de nouvelles ou d’anciennes féodalités, comme il aura l’occasion de le préciser bien plus tard, face aux cléricaux qui voudraient en profiter pour reconquérir le terrain perdu.

11La position de Jaurès sur l’enseignement est tout à fait conforme à sa conception des nationalisations. Il a déposé ou cosigné plusieurs propositions de lois de nationalisation, des mines ou même de l’alcool, et des vignes en 1907. Nationaliser, c’est affirmer la souveraineté de l’État, tant en matière de propriété individuelle que collective, concernant les moyens de production industriels ou agricoles. Mais l’État peut et doit déléguer la propriété : aux individus d’une part, aux collectivités ou aux corporations de l’autre. Il tiendront ainsi leurs biens non d’eux-mêmes ou de leurs ancêtres mais de la Nation. Nationaliser ne signifie pas étatiser. Les mines par exemple deviendront propriété de la nation, mais elle seront gérées par un conseil d’administration tripartite comprenant, à parts égales, des représentants de l’État, du personnel et des consommateurs.

12Comme on peut le lire dans un grand texte publié dans plusieurs numéros de La Revue socialiste, « Organisation socialiste », l’article I du socialisme selon Jaurès c’est la décentralisation, car c’est le meilleur antidote à la dictature. Et il n’est pas indifférent de voir après quel considérant est posée cette condition sine qua non du socialisme. C’est la description prémonitoire, et plus vraie que nature, de ce que seront une vingtaine d’année plus tard les totalitarismes communistes :

  • 3 « Organisation socialiste », La Revue socialiste, août 1895, in Œuvres, éd. M. Bonnafous, « Études (...)

Livrer aux hommes d’État et aux gouvernants, déjà maîtres de la nation armée et de la diplomatie nationale, la direction effective du travail national, leur donner le droit de nommer à toutes les fonctions directives du travail, comme à tous les grades de l’armée, serait donner à quelques hommes une puissance auprès de laquelle celle des despotes d’Asie n’est rien, puisque celle-ci s’arrêtait à la surface des sociétés et ne règlait pas la vie économique elle-même3.

13Où l’on voit que, bien que se réclamant de lui, la conception jaurésienne du socialisme et de la démocratie n’a été ni celle ni des communistes français de 1920, ni celle de la gauche française au pouvoir de 1981 à 1995, malgré la rose déposée par Mitterand sur sa tombe au Panthéon en mai 1981. Pour autant que le jaurésisme doive un jour advenir, il est encore devant nous.

14Autre simulacre : la nationalisation de Jaurès lui-même. Exhumé du cimetière d’Albi, il est solennellement transporté au Panthéon en 1924. Ce qui obère toute compréhension possible de sa conception de la patrie, et donc toute juste appréhension de ses positions sur la question des langues régionales.

15La notion jaurésienne de la nation ce n’est ni le Vaterland allemand ni le vouloir-vivre en commun renanien. La nation c’est pour lui la Nation de la Révolution française, dans le cadre de laquelle et au nom de laquelle doit s’exercer la souveraineté, mais qui n’est que le moment le plus éclatant, le plus dramatique et le plus intense et d’une grande révolution européenne, et qui ne vaut que par la mise en œuvre et le respect des principes universels dont elle se réclame. Mais, inachevée et en partie inaccomplie, elle n’a rien d’exclusif ni de figé. Car elle aussi relève du mouvement et de la loi de l’évolution.

16La nation peut et doit s’envisager dans un horizon plus large, comme celui de l’Europe ou celui, plus vaste, d’une Internationale de l’humanité. Dans un cadre permettant au génie propre de chacune de s’épanouir par le respect des différences et par l’intensification des échanges avec les autres, dans une unité que Jaurès conçoit comme symphonique. La nation ne relève exclusivement ni de données historiques ni de données géographiques, mais d’un idéal. Et les patries historiques ne valent que comme intermédiaires et moyens d’atteindre et de réaliser la « grande patrie humaine », universelle cette fois. Et ce n’est qu’en fonction de cet idéal qu’elles peuvent être défendues ou exaltées ou au contraire critiquées, blâmées ou contenues.

17Jaurès ne met jamais en question l’unité française qu’il considère comme réalisée et acquise, mais il souhaite à la fois son dépassement dans le cadre d’une unité européenne et son approfondissement par la prise en compte des réalités régionales. Et si l’heure est aux grands ensembles et à l’union, à la fédération et non à la séparation, elle est aussi à l’élargissement de la démocratie.

18C’est l’œuvre de la Révolution française, et le programme qu’elle n’a pas pu réaliser (comme en matière d’éducation) qu’il importe de poursuivre. C’est la souveraineté de la nation qu’il faut réaliser par la séparation de l’Église et de l’État et la laïcité. Et c’est à des domaines qu’elle n’a guère abordé, comme en matière économique et sociale, qu’il importe d’étendre ses principes. C’est vers le socialisme qu’il faut aller, le socialisme n’étant rien d’autre que la réalisation de l’idéal démocratique dans l’ordre économique et social, et ne devant jamais ni se retrancher ni s’écarter de la démocratie.

19On ne peut s’entendre sur des questions de détail que si l’on s’est mis d’accord sur une philosophie générale, disait Jaurès. C’est pourquoi, d’autant plus qu’elles ont été rendues invisibles et inaudibles par l’idéologie national-républicaine des partis hexagonaux qui n’ont pas manqué de s’approprier Jaurès, il fallait bien commencer par ce préambule de philosophie politique générale.

20De la même manière que la démocratie ne doit pas être seulement politique mais économique et sociale, elle doit être aussi culturelle et linguistique. Non pas par un nivellement par le bas — Jaurès a horreur de tout ce qui est réducteur — mais par l’accès du peuple à la culture classique sous des formes qui lui soient assimilables. Non pas par une réduction exclusive au plus petit commun dénominateur linguistique, mais par la prise en compte et le développement des richesses culturelles et linguistiques vivantes des régions. C’est dans cette optique qu’il faut comprendre ses prises de position en faveur des langues régionales, le seul grand homme politique français à s’y être risqué, avant 1914. De quelle manière et dans quel contexte ?

2 Question sociale et langues régionales

21Jeune professeur, récemment nommé au lycée d’Albi, Jaurès assiste le 24 mai 1882 à la Santa Estela du Félibrige qui y est célébrée et au cours de laquelle Frédéric Mistral prononce le discours le plus politique de sa carrière, fort mal accueilli par les journaux républicains du département. Auguste Fourès est présent mais la tentative d’un Félibrige rouge, sous les auspices de La Lauseta a déjà tourné court. Et la grande affaire de l’année, après celle sur la gratuité de l’enseignement public (16 juin 1881), c’est le vote de la seconde grande loi scolaire de Jules Ferry sur l’enseignement obligatoire et laïque (28 mars 1882). Secrétaire du comité d’organisation des grandes fêtes agricoles qui doivent se dérouler le lendemain, nullement gagné par l’estrambòrd felibrenc, Jaurès ne prend pas la parole.

22Il n’en retint plus tard que la composition sociale aristocratique et bourgeoise de l’assistance et l’absence du peuple, reprochant deux « fautes » au Félibrige : celle de ne pas avoir assez fait pour « l’école populaire française » et celle d’avoir négligé « la question sociale ».

23Jeune député républicain, dans son intervention du 1er décembre 1888 sur « L’organisation de l’enseignement primaire », il adresse à la majorité républicaine dont il fait partie ce reproche collectif de n’avoir « pas assez réagi, par le développement de l’instruction, contre les ténèbres de l’ignorance accumulées par les régimes antérieurs ». Il revendique « les même droits pour les enfants du peuple que pour la bourgeoisie » en fixant les objectifs de ce que doit être l’instruction publique :

Il faut que les enfants du peuple soient mis en état tout d’abord de saisir rapidement les grands traits du mécanisme politique et administratif.

  • 4 Discours parlementaires, éd. Claris, Paris, Édouard Cornély, 1904, p. 310-311.

24Alors qu’« il y a une moitié de la France dans laquelle les instituteurs s’épuisent encore à apprendre les éléments de la langue française à leurs élèves4 ». Il en va de leur émancipation de leur condition de salarié,

25Sept ans plus tard, dans la série d’articles « Organisation socialiste », destinée à La Revue socialiste, au regard du rôle qui l’attend dans la société de demain et qu’il appelle de ses vœux, il dresse un portrait sans complaisance de l’ouvrier et de sa misère présente. Économique et sociale, son infériorité est aussi linguistique :

  • 5 « Organisation socialiste », La Revue socialiste, mai 1896, in Jean Jaurès, Œuvres, éd. M. Bonnafo (...)

Il s’éveille à peine d’une longue sujétion, et il y a une disproportion très grande entre sa condition immédiate et le rôle nouveau auquel il prétend. Il est, quoi qu’on en dise, une classe sacrifiée, et marquée encore par bien des signes, d’une sorte d’infériorité sociale. Il est exclu très souvent du bien-être, toujours de l’élégance. Il n’a pas, en fait, le même vêtement que la bourgeoisie et quand il se met en toilette, il a l’air endimanché et gauche. Il a une demeure mesquine et un mobilier sordide. Il n’a, dans la vie toujours dépendante qui lui est faite, aucune des jouissances du commandement, et dans le travail machinal que lui impose souvent la grande industrie, il n’a pas les joies orgueilleuses de l’artisan, les enivrements du chef-d’œuvre. Il est, quand il parle, le prisonnier des patois, ou s’il s’aventure dans le français apprêté des discours publics, c’est avec des incorrections, des incertitudes, des obscurités, et il craint d’être ridicule, de paraître un déshérité de la parole ; il essaie alors bien souvent de se sauver par l’emphase et, avant d’arriver au style simple, il commence presque toujours par le grand style. Sur son orthographe encore mal débrouillée, il y a encore comme une rouille5.

26Cela, non pour l’enfoncer mais pour mieux faire sentir l’abîme qui sépare « cette obscurité souffrante » qui est son lot de la pleine lumière de l’émancipation politique, économique et sociale.

27Linguistiquement parlant, cet abîme ne saurait être franchi que grâce à la diffusion du français. Ce qui ne signifie pas une condamnation des « patois ». Il en refuse d’ailleurs le terme et il en reproche l’usage au Rouergat Bessou, majoral du Félibrige depuis 1902 et qui vient de publier un volume de Besucarietos (1906), recueil de « risouletos, prouderbis e devinarèlos » qu’il présente comme « un reflam del rire del pople », opposant la littérature et la langue d’oc à la littérature et à la langue d’oïl comme la nature à la culture et pronostiquant de la part du paysan, quoiqu’à l’horizon de trois ou quatre siècles, le rejet « dels enpèus countro naturo que los fransimentaires i auròu espintats ». Jaurès répond : « Qu’il ne me traite pas de fransimentaire. J’ai le goût le plus vif pour la langue et pour les œuvres de notre Midi, du Limousin et du Rouergue au Languedoc et à la Provence. J’aime entendre notre langue et j’aime la parler. »Mais, parfaitement conscient de la situation diglossique, il ne croit pas en la possibilité d’un avenir autonome pour la langue d’oc :

  • 6 « Culture paysanne », La Dépêche, 27 sept. 1909.

dans les réunions populaires les ouvriers et les paysans n’aiment pas qu’on ne leur parle que patois (Pardon de ce mot, monsieur l’abbé : il est dans la langue paysanne) car on pourrait supposer qu’ils n’entendraient pas le français. Mais ils aiment bien, quand on leur a parlé en français, qu’on s’adresse aussi à eux dans notre langue du Midi. Cela crée entre celui qui parle et ceux qui écoutent une intimité plus étroite : et il m’a semblé parfois qu’on touchait ainsi certaines fibres profondes. Mais le mouvement qui francise les mœurs, le langage, les institutions, les idées est irrésistible et irréversible. Et le seul moyen de sauver ce qu’il y a de charmant dans le patrimoine méridional ce sera de la rattacher à la culture française elle-même6.

  • 7 Notamment dans son second article : « Poésie méridionale et paysans », La Dépêche, 3 oct. 1909.

28Il félicite l’abbé Bessou de son indépendance d’esprit par rapport à « Fourès qui a jeté contre l’oppression catholique des cris de révolte si puissants et Aubanel dont toute l’œuvre est comme enchantée de beauté hellénique et frémissante de volupté payenne » et que Besson considère comme ses maîtres. Mais il a beau jeu de montrer, citations à l’appui, comment les œuvres d’oc contemporaines, avec tout ce qu’elles doivent au Parnasse et au symbolisme, demeureraient incompréhensibles hors des courants littéraires français contemporains7. Il n’y a pas d’un côté une littérature d’oc, expression du peuple qui représenterait la spontanéité et le naturel et de l’autre une littérature française qui représenterait l’artifice. D’ailleurs, lui fait-il remarquer, les écrivains occitans sont aussi ignorés du peuple que les écrivains français. Et

pour que la langue méridionale cesse d’apparaître au peuple lui-même comme « un patois », c’est-à-dire une langue inférieure, déchue des hautes idées générales et des grandes ambitions humaines, il convient qu’il apprenne à goûter dans les chefs-d’œuvre de la langue française la beauté classique et qu’il puisse ainsi reconnaître dans la littérature méridionale renouvelée une forme originale, une expression distincte du génie hérité de Rome et de la Grèce par la France totale comme par la France du Midi.

29Puisque la langue d’oc n’est plus qu’une grande baie déserte et que la culture vivante ne passe que par le français, il faut donc

  • 8 « Méthode comparée », Revue de l’enseignement primaire et primaire supérieur, 15 oct. 1911.

que tout le peuple de France soit familiarisé dès les premiers jours avec la langue française [...]. Il faut travailler, lire, étudier, jusqu’à ce que la pratique du français le plus exact et le plus pur soit devenue la plus familière. [...] C’est alors seulement que pourra naitre une culture vraiment nationale8.

30Une culture qui aura pour vecteur et pour ciment la langue française, mais qui restera la seule véritable condition de possibilité pour les Méridionaux de développer leur propre patrimoine culturel dès lors qu’ils le connaîront.

31Les deux « fautes » que Jaurès reproche aux Félibres, celle de ne pas avoir pas assez fait en ce sens pour l’école populaire française et d’avoir oublié la question sociale, sont liées. « C’est l’école populaire française, élevée, ennoblie par l’effort » qui permet « l’ascention sociale du peuple ouvrier et paysan ». Y compris pour les Méridionaux.

32Dans la verte réplique de Jaurès au poète aveyronnais dont il est capable de réciter par cœur de larges passages de son œuvre majeure, Dal brès a la tounba, on peut cependant relever l’évocation d’une perspective de dignité retrouvée pour la littérature et la langue d’oc par une approche comparatiste langue d’oïl et langue d’oc, littérature d’oïl et littérature d’oc à laquelle pourra se livrer l’instituteur.

33Mais ce n’est qu’à deux conditions et qui sont loin d’être réalisées : la curiosité spontanée des élèves et la liberté de l’instituteur. Une liberté qui va de soi dans l’esprit de Jaurès et qu’il n’a cessé de défendre sur tous les plans, mais qui est loin d’exister et qu’en l’espèce les programmes et les instructions leur interdisent. La politique linguistique de la Troisième république s’enracine dans un passé révolutionnaire et monarchique sur laquelle il ne fait pas retour, même pas dans sa monumentale Histoire socialiste de la Révolution française.

34Se mêle encore à cette dispute une donnée que Jaurès ne prend pas en compte, peut-être par égard pour l’abbé Bessou dont il salue l’indépendance d’esprit, mais qui a par ailleurs pour devise « fe, patoès e païsan ». Face à un Félibrige majoritairement conservateur et clérical, l’école publique française c’est aussi celle de la République et de la laïcité...

35Alors que ces deux articles de controverse sont surtout consacrés à une critique de l’irrédentisme linguistique et culturel de Bessou, les deux articles de 1911, dans lesquels Jaurès revient sur la question, sont d’une tonalité autrement positive à l’égard de la langue d’oc et le problème de l’enseignement y devient la préoccupation essentielle. C’est, reconnaît Jaurès, le fruit d’une évolution. Et les circonstances dans lesquels il ont été écrits méritent qu’on s’y arrête.

36Invité l’année précédente au congrès de Copenhague pour une tournée de conférences socialistes, Jaurès se rend en Amérique du Sud au cours de l’été 1911. Via le Portugal d’où il embarque, il gagne successivement le Brésil, l’Uruguay et l’Argentine. Parti d’Albi en train, c’est au cours d’un arrêt à Saint-Jean-de-Luz que surgissent ses premières interrogations linguistiques et que naissent ses premières réflexions.

37Partout il entend parler basque, mais « pas une grammaire basque, pas un lexique basque dans Saint-Jean-de Luz où il ya pourtant de bonnes librairies. » Il interroge alors des enfants qui jouent sur la plage : en basque, comment dit-on « le ciel, la mer, le sable, les parties du corps humain, les objets familiers » ? À toutes ces demandes, les enfants se font un plaisir de répondre avec la plus grande facilité. Mais lorsqu’il passe des questions de vocabulaire à des questions de grammaire, il n’obtient plus aucune réponse. Ces enfants fréquentent ou ont fréquenté l’école publique, et plusieurs y sont ou y ont été de très bons élèves et y ont pratiqué à longueur d’année l’analyse grammaticale et l’analyse logique. Et voilà qu’ils sont incapables d’appliquer ces techniques à l’analyse du basque qu’ils parlent parfaitement. C’est donc qu’on ne le leur a pas appris, en conclut Jaurès, qui aurait fait en cela un très bon inspecteur.

38Après la traversée d’une Castille qui lui apparaît déserte, le Portugal lui rappelle les vertes collines de son pays castrais. Obligé d’attendre trois jours à Lisbonne avant d’embarquer, il est reçu officiellement à l’assemblée portugaise et a tout loisir de flâner dans les rues de la capitale. L’occasion d’une immersion dans une autre réalité linguistique, rassurante et familière cette fois :

  • 9 « Méthode comparée », Revue de l’enseignement primaire et primaire supérieur, 15 oct. 1911.

Dans les rues de Lisbonne, en entendant causer les passants, en lisant les enseignes, il me semblait être à Albi ou à Toulouse9.

39Mais pas tout à fait :

  • 10 « L’éducation populaire et les “patois” », La Dépêche, 15 août 1911.

Il m’a semblé plus d’une fois, à entendre dans les rues les vifs propos, les joyeux appels du peuple, à lire les enseignes des boutiques, que je me promenais dans Toulouse, mais dans une Toulouse qui serait restée une capitale, qui n’aurait pas subi dans sa langue une déchéance historique et qui aurait gardé, sur le fronton de ses édifices, comme à la devanture de ses plus modestes boutiques, aux plus glorieuses comme aux plus humbles enseignes, ses mots d’autrefois, populaires et royaux10.

40La dépréciation de l’occitan n’a rien d’intrinsèquement linguistique. Elle n’est que la conséquence d’une défaite historique de la capitale occitane et de la sujétion politique qui s’en est suivie.

41Sur le bateau pour l’Amérique du Sud, quoique n’ayant jamais fait ni d’espagnol ni de portugais, il est surpris de voir avec quelle facilité il peut lire Camöes et Cervantes :

  • 11 « L’éducation populaire et les “patois” », La Dépêche, 15 août 1911.

J’ai été frappé de voir, au cours de mon voyage dans les pays latins, que, en combinant le français et le languedocien, et par une certaine habitude des analogies, je comprenais en très peu de jours le portugais et l’espagnol. J’ai pu lire, comprendre et admirer au bout d’une semaine les grands poètes portugais11.

42Après la prise de conscience du poids de l’histoire sur le destin de l’occitan, ou, comme il l’appelle, « la langue de la France du Midi », c’est celle de sa proximité et de sa fraternité avec les autres langues latines. D’où deux propositions programmatiques, sur le plan de l’enseignement de l’histoire et sur celui des apprentissages linguistiques :

  • 12 « L’éducation populaire et les “patois” », La Dépêche, 15 août 1911.

Il serait facile aux éducateurs, aux maîtres de nos écoles de montrer comment, aux xiie et xiiie siècles, le dialecte du Midi était un noble langage de courtoisie, de poésie et d’art ; comment il a perdu le gouvernement des esprits par la primauté politique de la France du Nord, mais que de merveilleuses ressources subsistent en lui. Il est un de ces rameaux de cet arbre magnifique qui couvre de ses feuilles bruissantes l’Europe du soleil, l’Italie, l’Espagne, le Portugal. Quiconque connaîtrait bien notre languedocien et serait averti par quelques exemples de ses particularités phonétiques qui le distinguent de l’italien, de l’espagnol, du catalan, du portugais, serait en état d’apprendre très vite une de ces langues. Et même si on ne les apprend pas, en effet, c’est un agrandissement d’horizon de sentir cette fraternité de langage avec les peuples latins12.

43D’où son plaidoyer : « Pourquoi ne pas profiter de ce que la plupart des enfants de nos écoles connaissent et parlent encore ce qu’on appelle d’un nomgrossier “le patois” ? » Grâce à la méthode déjà esquissée dans sa réponse à Bessou, une « méthode comparée », qui répond par avance aux craintes concernant le français :

Ce ne serait pas négliger le français : ce serait le mieux apprendre au contraire, que de le comparer familièrement dans son vocabulaire, sa syntaxe, ses moyens d’expression, avec le languedocien et le provençal. Ce serait, pour le peuple du Midi, le sujet de l’étude linguistique la plus vivante, la plus familière, la plus féconde pour l’esprit.

44Et cette méthode est loin de n’être qu’une simple technique, qu’un simple procédé :

  • 13 « Méthode comparée », Revue de l’enseignement primaire et primaire supérieur, 15 oct. 1911.

Puisque ces enfants parlent deux langues, dit-il à propos des petits Basques, pourquoi ne pas leur apprendre à les comparer et à se rendre compte de l’une et de l’autre ? Il n’y a pas de meilleur exercice pour l’esprit que ces comparaisons ; cette recherche des analogies et des différences en une matière que l’on connaît bien est une des meilleures préparations de l’intelligence13.

  • 14 « Conseils aux jeunes », discours prononcé aux Sociétés savantes à l’occasion de la mort de Franci (...)

45Ce qui n’est pas rien, quand on sait que pour Jaurès le fondement de l’intelligence c’est précisément « la perception rapide et géniale d’analogies jusque-là insoupçonnées entre des ordres de phénomènes qui paraissent distincts », comme il l’explique aux jeunes, à l’occasion de la mort de son ami et camarade Françis de Pressensé, les invitant à se méfier de l’intuition bergsonienne14.

  • 15 « Méthode comparée », Revue de l’enseignement primaire et primaire supérieur, 15 oct. 1911.

46« Et ce qui est vrai du basque l’est aussi pour le breton15 » ajoute-t-il. C’est qu’au cours d’un séjour militant en Bretagne il ne manqua pas d’interroger sur le breton et de s’enquérir dans les librairies des livres en breton.

47À qui s’adressent ces deux articles ? Le premier publié, « L’éducation populaire et les “patois” », est paru dans La Dépêche de Toulouse et s’adresse à l’opinion méridionale. Dans cet article, expédié depuis « la pointe de l’Europe latine », Jaurès, tout ému d’une « pensée filiale » et tout vibrant d’un « acte de foi en l’avenir » de « notre France du Midi » exprime le « vœux de l’enrichissement de la France totale par une meilleure mise en œuvre des richesses du Midi ».

48Le second, « Méthode comparée », publié dans la Revue de l’Enseignement primaire, est destiné aux instituteurs. Se permettant d’attirer leur attention sur le plus grand profit qu’il y aurait à ne pas négliger les langues régionales, non seulement pour les régions concernées mais par contrecoup pour l’enrichissement de toute la France, Jaurès ne craint pas de situer le problème à un niveau plus élevé encore, celui du socialisme, de l’Internationale et de l’unité humaine, telle qu’il la conçoit :

Amener les nations et les races à la pleine conscience d’elles-mêmes, est une des plus hautes œuvres de civilisation qui puisse être tentées. De même que l’organisation collectiviste de la production et de la propriété suppose une forte éducation des individus, tout un système de garanties des efforts individuels et des droits individuels, de même la réalisation de l’unité humaine ne sera féconde et grande que si les peuples et les races, tout en associant leurs efforts, tout en agrandissant et complétant leur culture propre par la culture des autres, maintiennent et avivent dans la vaste Internationale de l’humanité, l’autonomie de leur conscience historique et l’originalité de leur génie.

49Il n’est pas indifférent de remarquer que, si Jaurès a exprimé à de multiples reprises les mêmes préoccupations et les mêmes souhaits en politique extérieure, cela ait été dit aussi à propos de l’Occitanie et du Pays basque.

50Revenons à son argumentation. Il y a là les meilleures raisons que je connaisse, en tant qu’écrivain et militant, avec celles de Simone Weil dans le fameux numéro spécial des Cahiers du Sud de 1943, « Le génie d’Oc et l’homme méditerranéen », de travailler à la défense et de promotion de l’occitan.

51Si Jaurès invoque l’intérêt de cet enseignement pour un meilleur éclairage de la conscience historique des Méridionaux, rien de passéiste dans son argumentation. C’est en fonction du présent et de l’avenir, comme source de vie et pour un profit tout métaphysique, du moins en première instance :

  • 16 « L’éducation populaire et les “patois” », La Dépêche, 15 août 1911.

le peuple de notre France méridionale connaît[rait] un sentiment plus direct, plus intime, plus profond de nos origines latines. Même sans apprendre le latin, il serait conduit par la comparaison systématique du français et du languedocien ou du provençal, à reconnaître le fond commun de latinité d’où émanent le dialecte du Nord et le dialecte du Midi. Des siècles d’histoire s’éclaireraient pour lui et, penché sur cet abîme, il entendrait le murmure des sources profondes. Et tout ce qui donne de la profondeur à la vie est un grand bien. Aussi, le sens du mystère, qui est pour une grande part le sens de la poésie, s’éveille dans l’âme. Et elle reçoit une double et grandiose leçon de tradition et de révolution, puisqu’elle a, dans cette chose si prodigieuse et si familière à la fois qu’est le langage la révélation que tout subsiste et que tout se transforme. Le parler de Rome a disparu, mais il demeure jusque dans le patois de nos paysans comme si leurs pauvres chaumières étaient bâties avec les pierres des palais romains16.

52Approfondissement historique et porteur de sens mais aussi élargissement géographique, voire espoir d’expansion économique, tout le contraire d’un rétrécissement et d’un repliement :

  • 17 « Méthode comparée », Revue de l’enseignement primaire et primaire supérieur, 15 oct. 1911.

Si, par la comparaison du français et du languedocien, ou du provençal, les enfants du peuple, dans tout le Midi de la France, apprenaient à retrouver le même mot sous des formes un peu différentes, ils auraient bientôt en main la clef qui leur ouvrirait, sans grands efforts, l’italien, le catalan, l’espagnol, le portugais. Et ils se sentiraient en harmonie naturelle, en communication avec ce vaste monde des races latines, qui aujourd’hui, dans l’Europe méridionale et dans l’Amérique du Sud, développe tant de forces et d’audacieuse espérances. Pour l’expansion économique comme pour l’agrandissement intellectuel de la France du Midi, il y a là un problème de la plus haute importance, et sur lequel je me permets d’attirer l’attention des instituteurs17.

53Ce n’est donc pas par simple atavisme méridional que Jaurès s’est prononcé pour l’enseignement des langues régionales, même si, baignant dans l’idéologie national-républicaine, il n’a évolué que tardivement sur cette question. Ne se départissant jamais de son souci d’émancipation politique, économique et sociale des masses ouvrières et paysannes, il l’a fait en pleine conformité avec sa pensée générale et son idéal démocratique, socialiste et internationaliste.

54S’il s’est adressé seulement à l’opinion publique méridionale, et aux instituteurs, et s’il n’a déposé ni de motion interne au parti socialiste sur la question linguistique ni proposition de loi sur le bureau de la Chambre des députés, c’est qu’il est resté une voix isolée.

55Ses prises de position de 1911 n’ont, semble-il, provoqué que très peu de réactions — mais cela reste à vérifier plus largement —, y compris dans les milieux félibréens dont les revendications fluctuantes et gênées en matière d’enseignement restaient largement en deçà de celles de Jaurès.

56« Même Jaurès ! même une voix qui s’élève de ce côté-là, c’est-à-dire du côté où l’on ne l’attendait pas », s’exclame Simin Palay dans un entrefilet de La bouts de la Terre.

57Après Jean Bonnafous et sa Ligue pour la langue d’oc à l’école, fondée en 1923, et une pétition à la Chambre du député Ducos en 1925, à propos de laquelle furent cités les articles de Jaurès, il faut attendre la même année pour qu’Antonin Perbosc, dans son pamphlet Les langues de France à l’école contre le ministre Anatole de Monzie, s’en prenant sur sa lancée à un certain M. Chassaing des Amis de l’école laïque d’Avignon qui prétendait « défendre la langue française » contre une « campagne menée par les conservateurs de toutes catégories », invoque Michelet, Bebel, Auguste Fourès, Félix Gras, Xavier de Ricard et Jaurès, reproduise de larges extraits de l’article « Méthode comparée » et en extraie une citation placée exergue.

58Jaurès, comme les Félibres, se sont heurtés à la même impossibilité : l’indifférence et l’incrédulité de l’opinion, l’hostilité des élites. Reste que sa méthode comparée a quelque chose à voir avec la pédagogie instaurée à partir des années 1980 dans les Calandretas et les classes bilingues. Quant à l’apprentissage des langues latines à partir de l’occitan, il s’en est parlé, mais l’a-t-on vraiment pratiqué ? Jaurès est encore devant nous.

Notes

1 À cause du problème de l’Alsace-Lorraine — sur lequel Jaurès a beaucoup parlé et écrit —, le cas de l’alsacien relève d’une autre problématique.

2 « Pour la laïque », discours à la Chambre des députés du 24 janv. 1910, in Jean Jaurès, L’Esprit du Socialisme, Paris, Denoël/Gonthier, 1971, p. 172-174.

3 « Organisation socialiste », La Revue socialiste, août 1895, in Œuvres, éd. M. Bonnafous, « Études socialistes », t. I, p. 346.

4 Discours parlementaires, éd. Claris, Paris, Édouard Cornély, 1904, p. 310-311.

5 « Organisation socialiste », La Revue socialiste, mai 1896, in Jean Jaurès, Œuvres, éd. M. Bonnafous, Études socialistes, t. I, p. 358.

6 « Culture paysanne », La Dépêche, 27 sept. 1909.

7 Notamment dans son second article : « Poésie méridionale et paysans », La Dépêche, 3 oct. 1909.

8 « Méthode comparée », Revue de l’enseignement primaire et primaire supérieur, 15 oct. 1911.

9 « Méthode comparée », Revue de l’enseignement primaire et primaire supérieur, 15 oct. 1911.

10 « L’éducation populaire et les “patois” », La Dépêche, 15 août 1911.

11 « L’éducation populaire et les “patois” », La Dépêche, 15 août 1911.

12 « L’éducation populaire et les “patois” », La Dépêche, 15 août 1911.

13 « Méthode comparée », Revue de l’enseignement primaire et primaire supérieur, 15 oct. 1911.

14 « Conseils aux jeunes », discours prononcé aux Sociétés savantes à l’occasion de la mort de Francis de Pressensé, 22 janv. 1914.

15 « Méthode comparée », Revue de l’enseignement primaire et primaire supérieur, 15 oct. 1911.

16 « L’éducation populaire et les “patois” », La Dépêche, 15 août 1911.

17 « Méthode comparée », Revue de l’enseignement primaire et primaire supérieur, 15 oct. 1911.

Auteur

Philosophe

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540