Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

L’école française et les langues régionales

 | 
Hervé Lieutard
, 
Marie-Jeanne Verny

Une instruction en langue basque du xviiie siècle

Bernard Oyharçabal

Testo integrale

1Dans le texte d’appel de ce colloque, il est rappelé que lorsque l’État entreprend au xixe siècle, de lutter contre l’analphabétisme des classes populaires, [...] la question de la langue est [...] centrale dans le processus d’alphabétisation des petits Français. Effectivement, durant cette période, l’école fut un puissant instrument de francisation des populations des régions non francophones et de démocratisation de l’alphabétisation et de l’instruction élémentaire. Si ce point paraît indiscutable, une telle présentation, toutefois, peut aussi donner lieu à une interprétation erronée, dans la mesure où il peut en être déduit que les populations concernées des régions non francophones, en l’absence de scolarisation en français, avaient été jusque là privées des bénéfices de toute instruction scolaire et étaient par conséquent analphabètes, comme si toute possibilité d’instruction dans la langue vernaculaire devait être par principe exclue. C’est ce genre de simplifications que je voudrais ici, si nécessaire, retoucher, en présentant un document représentatif de l’instruction élémentaire en langue basque de la fin du xviiie siècle.

2Bien que souvent ignorée, l’existence d’une scolarisation de bas niveau, fondée sur l’apprentissage, premièrement de la lecture, secondairement de l’écriture, dans la langue vernaculaire des provinces basques de France ne fait guère de doute pour la période mentionnée. Nous n’avons cependant que peu de documents en attestant directement. La principale manifestation, indirecte, mais peu contestable, de ce type d’instruction élémentaire, se rencontre dans la littérature populaire basque, à caractère essentiellement religieux et/ou utilitaire, et destinée à des populations unilingues. En effet, comment un tel lectorat, attesté dès les premières décennies du xviie siècle, aurait-il pu se former, alors que les prologues de ces ouvrages indiquent très clairement qu’ils ont été écrits à l’égard de lecteurs ne sachant que le basque (Oyharçabal 1999b) ? Le développement d’un théâtre rural nourri des thématiques fournies par la littérature de colportage, et nécessairement lié à l’écrit (non imprimé) en raison de sa longueur, illustre ce même phénomène dans l’une de ces provinces basques, la Soule, au xviiie siècle.

  • 1 Le texte basque a été publié dans Oyharçabal (1999 a).

3Mais, au-delà de cette indication générale, on se heurte au peu d’information concernant ce système d’instruction dans les provinces basques, même s’il ne fait guère de doutes qu’il devait être lié aux petites écoles et à l’instruction religieuse. En effet, on doit constater durant presque tout le xviiie siècle l’absence de traces des outils pédagogiques utilisés (sauf à y inclure les catéchismes eux-mêmes). Précisément, ma communication a pour objet de faire connaître le premier document scolaire connu correspondant à cette instruction. J’en publie la traduction complète dans les annexes1, afin de permettre d’éventuelles comparaisons avec des ouvrages utilisés à cette fin, ailleurs, dans d’autres langues. Bien que relativement tardif, puisqu’on peut le dater de 1793, cet opuscule prolonge une tradition d’instruction bien plus ancienne, utilisant les matériaux offerts par la littérature populaire, incluant en l’occurrence ici le dialogue de L’enfant sage. Mais, avant de présenter ce document, j’évoquerai le témoignage d’un philosophe idéologue contemporain, intéressé par les questions d’éducation, Dominique-Joseph Garat.

1 Le témoignage de D.-J. Garat2

  • 2 Il s’agit de l’un de ces personnages qui, tout en accédant aux charges publiques lors de la Révolu (...)

4Homme de lettres connu comme ayant appartenu au groupe des idéologues, et représentatif des Lumières, influencé par Condorcet et la philosophie de Condillac, féru des questions d’éducation, Garat présida aux lendemains de Thermidor le Comité d’Instruction publique, et s’efforça de mettre en place un système d’instruction publique basé prioritairement sur la formation des enseignants. C’est à son initiative, en particulier, que furent créées les Ecoles Normales.

  • 3 Comme me le fait remarquer A. Arkotxa (p. c.), il convient cependant de rappeler que, dans un cont (...)
  • 4 Cette société, très active dans les provinces basques, fut la principale introductrice des idées e (...)

5Très attaché à son pays d’origine, Garat essaya à plusieurs reprises de proposer, notamment auprès de Napoléon, des projets en vue de le développer et d’assurer sa prospérité. C’est ainsi qu’en 1811 il rédigea à l’intention de l’Empereur un rapport proposant de regrouper les différentes provinces basques de France et d’Espagne, en une nouvelle entité autonome au sein de l’Empire, qu’il proposait d’appeler Nouvelle Phénicie (Casenave 2006). C’est dans ce rapport que fut clairement formulée pour la première fois l’idée que les populations basques, pour être formées dans de bonnes conditions, devaient recevoir un enseignement public dans leur langue3. Cette idée, caractéristique du temps, était entièrement nouvelle. Elle n’avait notamment jamais été sérieusement envisagée par les membres de la Societad de los Amigos del País des provinces basques d’Espagne dans le dernier tiers du siècle4, dans un climat, il est vrai difficile, en raison des interdits et pressions du gouvernement de Charles III en matière linguistique (Oyharçabal 2001). Le texte de Garat est intéressant, d’une part par l’information qu’il donne relativement au niveau d’instruction des populations avant la révolution (même si ce n’est que sous la forme d’une simple impression et probablement avec quelque légèreté), et d’autre part parce qu’il nous fait connaître l’analyse d’un esprit des Lumières sur la question de l’organisation de l’instruction publique dans une région non francophone qu’il connaissait bien, puisqu’il en était natif. Que nous dit donc Garat concernant l’instruction des populations basques ?

6D’abord, il établit une distinction très claire entre l’instruction élémentaire dispensée durant l’Ancien Régime, et qui ne visait qu’à l’alphabétisation simple, et l’instruction de connaissances qu’il souhaitait développer et qui était destinée à faire acquérir à ces populations les savoirs nécessaires au développement du pays, comme par exemple l’hydrographie pour les marins. Voici ce qu’il disait :

  • 5 Cité d’après Duhart (1994 : 119).

Avant la Révolution, des deux côtés des Pyrénées, tous les Basques, quoique très ignorants, savaient presque tous lire et écrire ; s’ils ont perdu cette instruction élémentaire, ils pourraient bientôt la reprendre, et toutes les connaissances d’hydrographie nécessaires au pilotage, souvent très utiles aux matelots, il faudrait les leur donner en basque. (Garat, Exposé succinct d’un projet de réunion de quelques cantons de l’Espagne et de la France, en vue de rendre plus faciles et la soumission de l’Espagne et la création d’une marine puissante)5.

  • 6 L’indication de Garat quant à l’universalité (même réduite aux sexe masculin) de ces compétences e (...)

7Comme on le voit, l’alphabétisation, autrement dit savoir lire et écrire, n’empêche pas pour Garat l’ignorance ; il s’agit là de deux notions qu’il distingue nettement. Les Basques d’avant la révolution, en effet, étaient, selon son appréciation, d’un côté comme de l’autre de la frontière, très ignorants, mais ils avaient appris à lire, et même, nous dit-il, à écrire, dans une large proportion, bien que cette compétence, en l’absence d’un emploi régulier, pût ensuite se perdre chez beaucoup, ainsi qu’il l’indique6. Ceci signifiait que c’est en basque uniquement que ces populations unilingues étaient en mesure d’exercer les compétences acquises en matière de lecture et d’écriture.

8Garat indique bien l’importance du facteur linguistique pour faire face à la question de l’ignorance : en effet, en l’absence d’ouvrages écrits en basque transmettant les savoirs de base, les populations non francophones n’y avaient point accès. C’est d’ailleurs un point qu’avait souligné plus demi-siècle auparavant M. Harriet, auteur de la première grammaire écrite en basque (1741) a avoir été publiée, et qui, précisément, était un grammaire destinée à apprendre le français de lecture à des lecteurs basques, déjà alphabétisés en basque, mais ne pouvant accéder aux ouvrages dispensant connaissances et savoirs :

La raison qui m’a amené à publier cet humble travail n’est rien d’autre que celle de porter un peu d’aide aux Basques qui essaient d’apprendre le français. Ainsi, je ne fais point ce modeste livre pour qu’il soit examiné en lui-même, mais pour que par son intermédiaire les Basques qui ont le désir d’apprendre la langue française trouvent quelque aide et facilité, afin de comprendre quelque chose des livres écrits par les personnes savantes et d’en tirer quelque profit. (Harriet, Gramatica escuaraz eta francesez, 1741, Au lecteur)

9Garat, cependant, contrairement à Harriet, et surtout contrairement à beaucoup des révolutionnaires qui s’iontéressèrent à ces questions, à commencer par Grégoire et Barère, envisageait une autre solution : pour lui, l’accès au savoir pour les populations basques passait, non par une acculturation forcément longue et difficilement réalisable à brève échéance de manière collective, mais par un enseignement en langue basque, notamment dans les matières techniques au développement du pays. Ceci est exprimé de façon claire dans les propos suivants :

  • 7 Cité d’après Casenave (2006).

Il seroit difficile de dénombrer tous les avantages qu’on sera sur de recueillir en faisant d’une telle langue [le basque] le principal enseignement de toutes les écoles primaires de tous les Lycées des Départemens formés par la réunion de tous les cantons basques de la France et de l’Espagne. (Garat, Les recherches sur le peuple primitif de l’Espagne, sur les révolutions de cette Péninsule, sur les Basques Espagnols et françois, 1811)7

10Garat, qui connaissait les questions d’organisation d’enseignement sur lesquelles il avait travaillé au Comité d’Instruction Publique, était conscient, au moins dans une certaine mesure, des difficultés techniques inhérentes à un tel projet. Mais ces difficultés, en particulier l’absence de matériel pédagogique et d’ouvrages techniques rédigés en basque, ne lui semblaient pas insurmontables, car la voie des traductions lui paraissait relativement facile à emprunter :

Il ne sera pas très mal aisé, dès le premier instant, de trouver dans les sept cantons basques des hommes en état de bien traduire dans leur idiome les meilleurs traités d’hidrographie et de mécanique, les meilleurs élémens d’histoire naturelle et de chimie, tous les livres enfin qui deviendroient nécessaires à ces cantons destinés essentiellement à la culture des terres, au service de mer. (Garat, idem).

11Les propos de Garat permettent, je crois, de bien situer notre sujet, car le point de départ de ma réflexion est, comme je l’ai dit en introduction, l’existence entre les xviie et xixe siècles, dans les provinces basques de France, d’un lectorat en langue basque, généralement non francophone, à qui était destinés des ouvrages de bas niveau culturel : ce sont ces ignorants en mesure toutefois de lire, voire d’écrire, dont parlait Garat. Mais nous n’avions que très peu d’indications concernant les matériels utilisés dans les écoles, en dehors des catéchismes évidemment.

2 Un opuscule scolaire en langue basque de la fin du XVIIIe siècle

  • 8 Dans Oyharçabal (1999a) le document mentionné par Vinson et celui qui est publié sont considérés c (...)

12Le document que je présente ici dans sa traduction française est le premier connu relevant de cet usage. Il se trouve à la Bibliothèque de la Diputación Foral de Gipuzkoa à Saint-Sébastien. Même s’il ne fournit aucune année d’impression, on peut en effet le dater avec un degré de sûreté raisonnable autour de 1793. Il s’agit d’un petit livret imprimé que l’on doit situer dans les premières années de la Révolution. Un document très similaire, apparemment actualisé, est mentionné par Vinson dans sa bibliographie (1891), mais il est distinct car se rapportant lui à l’année 18048. Ce doublon tendrait à montrer que, durant ces périodes, des textes à visée pédagogique étaient régulièrement publiés et réactualisés.

13L’opuscule présenté dans cette communication est de petit format (in 8), et compte 24 pages. Non relié, ne faisant mention d’aucun lieu, ni date d’impression, ni de nom d’auteur, il est entièrement rédigé en basque

  • 9 Le texte (I. 46) indique 6793 (et non 5793). La correction s’impose puisqu’il est indiqué dans la (...)

14La datation doit être fixée à 1793, car le livret indique (après correction par nous d’une coquille sur le chiffre initial9) que le monde fut créé 5793 années plus tôt, et que Jésus-Christ naquit 4 000 ans après la création du monde. Comme le document indique, par ailleurs, que la France est une république, il s’agit bien d’un imprimé postérieur à l’instauration de la République, dont on donne la définition suivante (question II. 43) :

Q. — Qu’est-ce qu’une république ?
R. — Une république est un état gouverné par beaucoup de personnes ; car, quand dans un état il n’y a une seule personne qui gouverne, cet état s’appelle monarchie.

15Aucune autre indication relative à la situation politique, très changeante en ce temps, n’apparaît dans le texte. Ni le sort du roi, ni les élections, ni la constitution ou sa suspension, ni les guerres ne sont évoquées, ni la question de la constitution civile du clergé mentionnée, ni aucune autre circonstance politique. Toute référence au calendrier révolutionnaire est également absente. Bien que l’ouvrage date à n’en pas douter des premières années de la Révolution, il ne s’agit pas d’un document relevant de la littérature de propagande révolutionnaire comme il y en a eut à l’époque (Vinson 1879). Mais, on ne doit pas y voir non plus un document à caractère contre-révolutionnaire, car rien n’indique une quelconque hostilité à l’égard des temps nouveaux. En réalité, il est très probable que l’ouvrage doive être situé dans la continuation des matériels utilisés pour l’instruction élémentaire avant la révolution.

16L’opuscule se présente en deux parties à peu près égales, composées chacune de deux dialogues, intitulées toutes deux instructions :

  • Instruction pour la jeunesse : les questions de l’Empereur Hadrien à un enfant de six ans.
  • Instruction pour les enfants : par questions et réponses ou la méthode des connaissances nécessaires à un jeune enfant.

17Ces deux instructions, qui se succèdent sans changement de page, ni de composition, sont indépendantes l’une de l’autre. Dans chacune d’elles, on retrouve la formule des questions-réponses caractéristiques des recueils d’énigmes, mais la seconde instruction est plus scolaire au sens moderne du terme, que la première, laquelle se rattache directement à une tradition médiévale. Dans les deux cas la formule est réinterprétée comme étant destiné à un usage scolaire, l’élève étant supposé devoir connaître les réponses données par l’enfant dans le dialogue. La principale différence entre les deux instructions réside en ceci que la première est principalement basée sur les enseignements provenant des textes sacrés, et la seconde sur des éléments d’histoire et de connaissances profanes.

3 La première instruction

  • 10 Le texte latin est consultable sur le site suivant : www.fh-augsburg.de/harsch/Chronologia/Lspost0 (...)

18La première instruction de l’opuscule — le dialogue entre l’empereur Hadrien et un enfant de six ans — correspond globalement à un texte de la littérature populaire européenne, connu notamment sous le titre de L’enfant sage, dont les racines remontent au Moyen Âge. L’origine lointaine de ce type de dialogues se situe dans la tradition grecque byzantine des Erotapokriseis (Suchier 1910), tradition qui fut ensuite reprise en latin, comme dans le dialogue basé sur 73 questions réponses intitulé Altercatio Hadriani et Epicteti philosophi (datant peut-être du iiie siècle et publié par Daly & Suchier 1939)10. Cette tradition reçut également plus tard l’influence des collections d’énigmes portant sur divers passages de la Bible (Joca monachorum).

  • 11 Les textes français des trois imprimés comparés (voir la bibliographie à Anonyme (1516, 1520, xvii(...)
  • 12 Le texte maya est traduit de la version espagnole publiée à Burgos en 1540. Il est inclus dans une (...)

19Au Moyen-Âge, l’Altercatio se prolongea à travers deux dialogues, écrits en diverses langues vulgaires et issus de la même source latine : le premier, qui faisait interroger Epictète par Hadrien, eut une traduction en français, provençal, puis castillan, et le second, où Hadrien interrogeait un jeune enfant, et qui nous intéresse plus spécialement ici, une traduction française et catalane, cette dernière donnant naissance à trois versions castillanes (Bizarri 1995). Des versions bretonnes et anglaises sont également attestées. À partir de la fin du xve et du début du xvie siècles, ces dialogues donnèrent lieu à des publications (Nisard 1864 : 15), et la littérature de colportage leur assura une pérennité très tardive, puisque Pages (1891) mentionne une version française imprimée à Pont-à-Mousson en 1841. Si l’on prend pour référence le texte catalan publié par Pagès (Del infant Epitus, fin du xive s.), le castillan publié par Severin (1985) et Bizarri (Tratado del ynfante Phiteus, xve s.), ou celui de l’ouvrage imprimé à Lyon vers 1516 (L’enfant sage a troys ans) ou d’autres versions postérieures, la communauté d’origine ne laisse aucun incertitude, et sans nul doute c’est à cette tradition qu’il convient de rattacher le texte basque, malgré les écarts entre les textes.11 J’ignore si l’on connaît d’autres usages dans un environnement scolaire de ces textes, mais ce ne serait pas surprenant, au moins pour les langues disposant de peu de ressources éditoriales. Un usage pédagogique est attesté au Mexique dans une traduction en maya yucatec du dialogue Las preguntas que el emperador Adriano hizo al infante Epitus (Whalen 2003).12

  • 13 Les différences entre les versions françaises (anonymes) et castillanes (transcription de Severin (...)

20Cela étant, notre but dans cette communication n’est pas de procéder à une étude comparative, ni à une étude des sources. Pour autant, une rapide comparaison des variantes indique une source française pour le texte basque13. Considérons par exemple le passage suivant, supposé proposer une représentation rendant compte, si l’on peut dire, du positionnement de la terre :

21Texte catalan (fin du xive s.)

L’emperor li demanda : que soste la terra ?
L’infant respos : aygua.
Que soste l’aygua ?
L’infant respos : pedra.
Que soste la pedra ?
L’infant respos : quatro evengelistas.
Que sostienen los quatro evangelistas ?
L’infant respos : foch.
Que soste lo foch ?
L’infant respos : abis.
Que soste abis ?
Respos l’infant : lo arbre que son plantat en parais en lo començament de nostre senyor Deus.

22Texte castillan (xve s.)

El enperador le preguntó : ¿ Qué sostiene a la tierra ? Rrespondió el ynfante : El agua.
El enperador le preguntó : ¿ Qué sostiene a las piedras ? Rrespondió el ynfante : los quatro evangelistas.
El enperador le preguntó : ¿Qué sostiene a los quato evanhelistas ? Rrespondió el ynfante : el fuego.
El enperador le preguntó : ¿ Qué sostiene a al fuego ? Rrespondió el ynfante : Vismo.
El enperador le preguntó : ¿ Qué sostiene al bismo ? Rrespondió el ynfante : El [árbol que] fue plantado en el parayso.

23Texte français de 1516

Item lempereur luy demanda qui soustient la terre, et l’enfant luy respondit que ce fait l’eaue.
Item lempereur luy demanda qui soustient leaue. Et lenfant luy respondit les quatre euangelistes.
Item lempereur luy demanda qui soustient les quatre euangelistes. Et lenfant luy respondit lespitituel feu.
Item lempereur luy demanda qui soustient lespitituel feu et lenfant luy respondit ung arbre quand fut plante au paradis au commencement quand dieu vint a la vierge marie.

24Traduction française du texte basque (fin du xviiie s.)

Q. — Qu’est-ce qui soutient la terre ?
R. — L’air.
Q. — Qu’est-ce qui soutient l’air ?
R. — Les quatre évangélistes.
Q. — Qu’est ce qui soutient les quatre évangélistes ?
R. — Le feu spirituel.

  • 14 Selon Bizarri (1995) les versions castillanes de L’enfant sage sont issues de la traduction catala (...)

25Comme on peut le constater, le texte catalan offre la version la plus complète14, et le texte basque la plus modifiée, notamment parce qu’il supprime les deux dernières questions de la séquence placée après celle concernant le feu. La comparaison entre les versions catalane, castillane et française de ce passage montre que c’est la tradition du texte français qui est sans doute la plus proche du texte basque. En effet, on note l’ajout de l’adjectif spirituel à propos du feu soutenant les évangélistes, adjectif qui est absent dans les versions catalane et castillane. Outre la suppression des deux dernières questions, la principale innovation observable dans le texte basque du passage réside dans le fait que c’est l’air, en place de l’eau, qui est dit soutenir la terre. Rien évidemment ne s’oppose à penser que ce changement ait pu avoir été réalisé dans la version française qui a servi de modèle à la version basque originelle. Quoi qu’il en soit, il s’agit là, semble-t-il, d’un élément de modernisation. En effet, le texte basque semble compatible avec une représentation sphérique de la planète, laquelle est pleinement explicitée dans la seconde instruction. Les versions romanes anciennes proposent plutôt une représentation verticale du monde fondée sur l’arbre de paradis, où le feu spirituel et les quatre évangélistes soutiennent la terre.

4 La seconde instruction

  • 15 Le texte mentionne une découverte faite 25 ou 30 ans plus tôt (question II. 11). Cette datation es (...)

26La seconde instruction de l’opuscule est nettement plus moderne que la première, même si elle conserve de manière isolée des éléments liés au savoir biblique (concernant Noé ou sa descendance). Elle est essentiellement consacrée à la géographie et à des éléments de culture historique classique. Nous avons sans doute là un échantillon de ce qu’était la culture profane commune dispensée en France dans le cadre des l’instruction élémentaire des petites écoles rurales à la fin du xviiie siècle. Très probablement ce dialogue est lui-même traduit de quelque ouvrage français de même type, et il inclut, comme on l’a dit plus haut, une actualisation politique, puisqu’il est mentionné le fait que la France est une république. On observe — le contraste avec la première instruction est ici frappant — un réel effort pour actualiser les connaissances : non seulement, la représentation de l’univers n’a plus grand chose à voir avec celle qui figure dans l’Enfant sage, mais la liste des planètes inclut Uranus, pourtant découverte à peine une douzaine d’années plus tôt15. La thématique des connaissances est assez éclatée et les différents sujets sont abordés sans transition aucune, comme dans le dialogue de la première instruction. Ces thèmes sont les suivants (selon l’ordre d’apparition) :

  • création avec — signe des temps — une vision de type déiste ;
  • l’homme, les éléments, les sens ;
  • les planètes ;
  • le soleil ;
  • la décomposition des unités de temps ;
  • Noé, seul élément biblique, auquel est attribué la culture de la vigne et dont les enfants sont à l’origine des populations humaines ;
  • les parties du monde (l’emprunt que l’on attendrait à partir du terme continent n’est pas utilisé) ;
  • l’Égypte et le Nil ;
  • la pluie et sa formation ;
  • les sept merveilles du monde et leur description ;
  • les rois et la république ;
  • les Spartiates et la bataille des Thermopyles ;
  • la mer ;
  • la lune et les marées ;
  • le mouvement du soleil ;
  • les rivières et les fleuves.

5 La langue

27Quelques remarques générales pour finir, concernant la langue. L’opuscule est entièrement et uniquement rédigé en basque, ce qui indique son usage dans un contexte unilingue. Cependant il s’agit à n’en pas douter d’une traduction, ou plutôt d’une adaptation d’un texte en français. Le fait qu’il s’agisse de concepts traduits apparaît par exemple par l’introduction de distinctions comme celle entre fleuve vs rivière, qui n’existe pas en basque ordinaire, mais que l’on introduit pour suivre le texte source en ayant recours à des emprunts : dans le cas cité avec les termes fluvio et arribera, dont le premier n’est pas du tout utilisé dans la langue ordinaire.

28Malgré certaines maladresses, la langue est correcte dans sa morphosyntaxe, bien que le texte soit truffé de coquilles en tous genres. Le document est dans l’ensemble relativement bien écrit et d’accès facile. Il répond sans aucun doute au contexte de son emploi. Le dialecte est celui correspondant au labourdin avec des éléments de bas-navarrais, conformément à une évolution générale qui se confirmera au siècle suivant. On ne note que très peu d’exemples où le traducteur s’efforcerait de basquiser savamment les termes de la langue traduite : un exemple pourrait être enperadoretasun pour ’empire’, qui n’apparaît mentionné qu’un seule fois dans le Diccionario General Vasco, chez un lexicographe du xviie siècle, mais dans un travail non publié que l’adaptateur-traducteur de l’instruction ne connaissait probablement pas (dictionnaire basque-français de S. Pouvreau).

6 Traduction française de l’opuscule de 179316

  • 16 La numérotation des dialogues est évidemment rajoutée ; elle a pour but de faciliter les référence (...)

29Instruction pour la jeunesse.

30Les questions de l’Empereur Hadrien à un enfant de six ans.

Cet enfant n’avait que six ans. Il était appelé par tout le monde, le petit-fils de l’Empereur. Il était grandement recommandé à un patriarche de Jérusalem. Quand cet enfant vint à Rome, il fut interrogé par des ducs et des chevaliers. Il les étonna tous. Hadrien, qui à ce moment se trouvait à Rome, l’y fit amener afin qu’il fût interrogé sur beaucoup de questions qui méritent d’être lues par chacun.

31L’empereur Hadrien

32I. 1. Q. — Comment fut créé le ciel ?

33R. — S’il avait été fait par la main de l’homme, le ciel serait déjà tombé, et s’il était né, il y a longtemps qu’il serait mort.

34I. 2. — Q. Que fit Dieu en premier ?

35R. — La lumière et la clarté, pour tous les temps.

36I. 3. — Q. Comment peut-on entendre que la sainte Trinité est un seul Dieu, qui règne en trois personnes ?

  • 17 Le texte français des anonymes consultés dit substance et resplandeur.

37R. — Par le soleil, dans lequel tu trouveras trois choses : l’être, la lumière et la chaleur17, qui sont inséparables, car l’un ne saurait être sans l’autre.

38I. 4. — Q. Dieu passa-t-il beaucoup de temps à créer le monde ?

  • 18 Le texte français dit araines. Emprunt latin populaire du Moyen Âge (arēna ‘sable’) ; cf. von Wart (...)

39R. — Le temps d’ouvrir l’œil, car il créa le monde en un instant, mais il fit en six jours toutes les choses existantes. Ainsi, il créa le dimanche, les anges et les archanges. Le lundi il créa le firmament, c’est-à-dire le soleil, la lune et les étoiles. Le mardi, il créa la terre et la mer, les lacs18, les eaux douces, les ruisseaux, et les sources. Le mercredi, il créa les oiseaux et toutes les sortes de poissons. Le jeudi, il créa les planètes. Le vendredi, il créa et forma Adam à son image. Le samedi, il se reposa et bénit tout ce qu’il avait formé et créé.

40I. 5. — Q. Avec quoi Dieu composa-t-il la terre ?

41R. — Avec des matières différentes et de l’eau. Et cette terre a neuf mille lieues environ de circonférence, et trois mille de diamètre (épaisseur).

42I. 6. Q. — Puisque dieu se reposa le samedi, pourquoi nous reposons-nous du travail le dimanche, après avoir travaillé le samedi ?

43R. — Afin de ne pas se retrouver en fête en même temps que les Juifs ; et parce que Jésus-Christ ressuscita le dimanche, et que le septième dimanche après Pâques, le jour de Pentecôte, il envoya l’Esprit saint à son église.

44I. 7. Q. — Quelles sont les parties du monde ?

45R. — Les principales sont le ciel et les quatre éléments, qui sont le feu, l’air, la terre et l’eau.

46I. 8. Q. — Combien y a-t-il de cieux ?

47R. — Deux principaux : l’empyrée et le firmament.

48I. 9. — Qu’est-ce que le ciel empyrée ?

49R. — C’est le plus haut des cieux, le plus étendu et le plus beau.

50I. 10. Q. — Qu’est-ce que l’on appelle le ciel firmament ?

51R. — C’est la lumière de la clarté divine, et la demeure des bienheureux.

  • 19 Les versions romanes ont toutes le verbe soutenir, que nous avons pour cette raison conservé dans (...)

52I. 11. Q. — Qu’est-ce qui soutient la terre19 ?

53R. — L’air.

54I. 12. Q. — Qu’est-ce qui soutient l’air ?

55R. — Les quatre évangélistes.

56I. 13. Q. — Qu’est ce qui soutient les quatre évangélistes ?

57R. — Le feu spirituel.

58I. 14. Q. — Quel est l’endroit où il ne pleut jamais, et où il ne pleuvra jamais ?

  • 20 Dans les versions françaises consultées, après la réponse (Gelboé), il n’est fait référence ni à l (...)

59R. — La plaine de Gelboé dans toute l’Egypte, car la terre y est irriguée par le Nil20.

60I. 15. Q. — Combien y a-t-il de langues dans le monde ?

61R. — Soixante douze.

62I. 16. Q. — Qui donna leur nom à tous les animaux ?

63R. — Adam.

64I. 17. Q. — Quelle est la chose la moindre qui soit dans le monde ?

65R. — Le corps de l’homme, quand l’âme n’y est plus.

66I. 18. Q. — Quelle est la chose la plus légère et la plus secrète dans le monde ?

67R. — La pensée de l’homme.

68I. 19. Q. — Est-ce que ceux qui font selon leur désir et leur volonté en ce monde sont heureux ?

69R. — Non, ils ne sont point heureux. Mais sont heureux, ceux que Dieu ne laisse pas faire selon leur volonté, et qu’il punit en les mettant dans la peine.

70I. 20. Q. — Quelle est la chose la plus cruelle qu’il y ait pour les pauvres comme pour les riches ?

71R. — La mort, après laquelle il faut aller rendre compte à Dieu de notre vie, bonne et mauvaise.

72I. 21. Q. — Quelle est la chose dont l’homme ne peut être rassasié ?

73R. — Le gain ! Car l’homme, au lieu de s’efforcer de gagner la gloire du ciel, n’essaie que de gagner des richesses.

74I. 22. Q. — Quelle est la chose la meilleure ou la pire ?

75R. — La parole.

76I. 23. Q. — Qui fit la première Eglise ?

77R. — Saint Paul.

78I. 24. Q. — Quel âge avait Noé quand il commença à faire son arche ?

79R. — Il avait cinq cents ans.

80I. 25. Q. — Combien d’années passa-t-il à faire l’arche ?

81R. — Cent ans.

82I. 26. Q. — Combien de jours demeura cette arche dans l’eau ?

83R. — Quarante jours.

84I. 27. Q. — Combien cette arche mesurait en longueur, largeur et hauteur ?

  • 21 Les imprimés français de la bibliographie (voir Anonyme) ont des mesures différentes : 300 coudées (...)

85R. — Elle avait trois cents coudées de longueur, deux cent quatre-vingt de hauteur, et cinquante de largeur21.

86I. 28. Q. — À quel endroit se trouve maintenant cette arche ?

  • 22 La forme attendue dans le texte est Ararat, puisque c’est sur le mont Ararat que, selon la Genèse, (...)

87R. — En Arménie, au sommet d’une haute montagne, qui s’appelle Archeteclin22.

88I. 29. Q. — Qui planta la première vigne ?

89R. — Noé.

90I. 30. Q. — Qui a demandé le don le plus grand que quiconque ait jamais demandé ?

91R. — Joseph d’Arimathie, lequel demanda le corps de notre seigneur Jésus Christ lorsqu’il était sur la croix, et le porta dans sa tombe.

92I. 31. Q. — Pourquoi faut-il jeûner le vendredi plus tôt que les autres jours, et ne point manger de viande ?

93R. — En raison de huit raisons principales : la première, parce Dieu fit Adam ce jour là ; la deuxième, parce que saint Jean Baptiste baptisa Jésus Christ le vendredi ; la troisième, parce que David vainquit le géant Goliath un vendredi ; la quatrième, parce que c’est un vendredi que Jésus Christ prit un corps de chair dans le ventre de la mère vierge ; la cinquième, car c’est ce même jour que saint Sébastien le premier martyr fut baptisé ; la sixième, parce que c’est un vendredi que l’on coupa la tête à saint Jean-Baptiste ; la septième, parce que c’est un vendredi que Jésus Christ fut crucifié ; la huitième, parce que notre seigneur viendra un vendredi dans plaine de Josaphat juger le monde entier.

94I. 32. Q. — Quelles sont les choses qui sont les plus agréables à Dieu ?

95R. — La pénitence véritable, la patience, la pauvreté, et se préserver du pêché.

96I. 33. Q. — Combien Adameut-il d’enfants ?

  • 23 La version basque est nettement déviante par rapport à la tradition ancienne. Les textes imprimés (...)

97R. — Dix fils et quatre-vingt filles, sans compter Caïn, Abel et Seth23.

98I. 34. Q. — Lequel fut le premier larron ?

99R. — Seth.

100I. 35. Q. — Qui entra le premier au paradis ?

101R. — Le bon larron.

102I. 36. Q. — Qui mourut à deux reprises ?

103R. — Lazare, Jésus le ressuscita une fois.

104I. 37. Q. — Qui construisit la première ville ?

105R. — Caïn, le premier fils d’Adam.

106I. 38. Q. — En combien de sorte de pertes l’homme peut-il tomber ?

107R. — En trois sortes : la première, dans la perte de ses biens ; la deuxième, dans la perte de sa santé ; la troisième dans la perte de son âme.

108I. 39. Q. — D’où vient la sagesse ?

109R. — De la crainte de Dieu, car celui qui est sage se punit lui-même.

110I. 40. Q. — À quoi Dieu a-t-il obligé tous les hommes ?

111R. — À travailler. Saint Paul dit qu’il est aussi facile pour l’homme de travailler que pour l’oiseau de s’envoler.

112I. 41. Q. — À partir de quoi Dieu a-t-il créé l’homme et la femme ?

113R. — Il a fait l’homme avec de la terre, et la femme fut faite d’une côte de son compagnon, que Dieu lui avait extraite tandis qu’il dormait.

114I. 42. Q. — Combien vécurent Adam et Ève ?

115R. — Neuf cents ans.

116I. 43. Q. — Quel est le pêché le moins pardonnable aux yeux de Dieu ?

117R. — Le désespoir.

118I. 44. Q. — Quel est l’obligation la plus nécessaire que les hommes ont sur terre ?

119R. — C’est de connaître Dieu et Jésus Christ et de se connaître eux-mêmes, c’est-à-dire savoir ce qu’ils sont, ce qu’ils doivent devenir après cette vie, et ce qu’ils doivent faire pour être vraiment heureux. En un mot savoir la religion et vivre en fonction d’elle.

120I. 45. Q. — Quel est la première miséricorde que Dieu a faite aux hommes ?

121R. — Leur promettre un sauveur, lequel a été attendu sur terre au moins quatre mille ans environ.

122I. 46. Q. — Il y a longtemps que Dieu créa le ciel et la terre ?

  • 24 Comme indiqué précédemment, il convient de corriger le premier chiffre (66932225593), puisque dans (...)

123R. — Il y a 6793 années24.

124I. 47. Q. — Qui est le premier roi des Juifs ?

125R. — Saül.

126I. 48. Q. — Qui eut le pouvoir d’arrêter le soleil ?

127R. — Josué, lorsqu’il fut suivi des Gabaonites.

128I. 49. Q. — Comment s’appelle la montagne où Abraham voulut sacrifier son fils Isaac ?

129R. — Morija, près du mont du Calvaire, où Jésus Christ fut crucifié, après quelques siècles.

130I. 50. Q. — Sommes-nous sûrs qu’il y a un Dieu ?

131R. — Oui. C’est une vérité si claire qu’il faut avoir perdu la tête pour la nier ou en douter, car il n’y a que celui qui a perdu la tête qui dit qu’il n’y a pas de Dieu (ps. 13. vol. V.)

132I. 51. Q. — Quels sont les prophètes qui ont annoncé par avance la naissance de Jésus Christ ?

133R. — Jacob, Daniel et Aggée.

134I. 52. Q. — Quels sont les autres prophètes les plus célèbres apparus avant le Messie ?

135R. — Élie et Isaïe.

136I. 53. Q. — Que fit Élie de plus remarquable ?

137R. — Il fit arrêter la pluie durant quatre ans, il fit mourir quatre cent et cinquante faux prêtres. Il fut élevé par un corbeau, ensuite par un ange, et élevé aux cieux dans un chariot d’or.

138I. 54. Q. — Que fit Isaïe de plus remarquable ?

139R. — C’est lui qui annonça le plus clairement la naissance de Jésus- Christ, sa vie et sa mort.

140I. 55. Q. — De quelles familles sont issus les Juifs ?

141R. — D’Isaac et Jacob, les fils et petits-enfants d’Isaac.

142I. 56. Q. — Combien d’années y avait-il que le monde était commencé quand Jésus-Christ naquit de la vierge Marie ?

143R. — Environ quatre mille ans.

144I. 57. Q. — Quel fut le premier péché qui fut fait contre Dieu ?

145R. — L’orgueil.

146I. 58. Q. — Quel fut le plus grand et plus terrible avare ?

147R. — Le traître Judas, car il vendit son maître divin pour trente pièces d’argent, qui correspondent à la valeur de dix louis de notre monnaie.

148I. 59. Q. — En quel jour ce traître promit-il aux Juifs de livrer son messie ?

149R. — Le Mercredi saint au matin.

150I. 60. Q. — Qui donna ce qu’il n’eut jamais ?

151R. — Saint Jean-Baptiste, lorsqu’il baptisa Notre Seigneur au bord du Jourdain.

152I. 61. Q. — Quel est le lieu que le soleil a illuminé, et qu’il n’éclairera plus ?

  • 25 Le texte basque ne répond pas réellement à la question, qui porte sur un lieu ; signe d’une altéra (...)

153R. — C’est Moïse ; il traversa, à pieds secs, la mer rouge, où Pharaon se noya avec toute son armée25.

154I. 62. Q. — Depuis le commencement du monde, n’y a-t-il pas un jour dans lequel il n’y eut ni jour ni nuit ?

155R. — Oui, c’était le jour où Jésus Christ ressuscita, car l’éclipse qui dura trois heures fit qu’il n’y eut pas de jour, puisque les obscurités s’étendirent à toute la terre. Ce n’était pas non plus la nuit, puisque le soleil, loin d’être couché, était au milieu de sa course à partir de midi ; vers trois heures, le jour apparut.

156I. 63. Q. — Quelles furent les premières paroles que dit Jésus Christ sur l’arbre de la croix ?

157R. — C’était celles-ci : in manus tuas, Domine, comendo Spiritum meum.

158I. 64. Q. — Quelle fut la guerre la plus grande et la plus sanglante que nul n’a jamais subi ?

159R. — La guerre des Juifs contre les Romains, trente huit ans après que Jésus Christ eut péri.

160I. 65. Q. — Quelle fut la conséquence de cette guerre ?

161R. — L’histoire de Joseph rapporte que la famine fut si grande qu’il y eut à Jérusalem des mères qui mangèrent leurs enfants.

162I. 66. Q. — Quel fut le nombre de morts et de prisonniers ?

163R. — Il y eut plus de deux cent trente sept mille morts et quatre cent dix sept mille prisonniers.

164I. 67. Q. — Qui remporta la victoire ?

165R. — Les Romains. Et depuis les Juifs sont dispersés sur toute la terre, sans aucun roi.

166I. 68. Q. — Combien de temps l’église catholique fut-elle persécutée ?

167R. — Environ durant trois cents ans, par différents empereurs païens.

168I. 69. Q. — Quel fut le premier qui la persécuta ?

169R. — Néron, trente ans après que Jésus Christ eut péri.

170I. 70. Q. — Savez-vous le nombre des persécuteurs les plus terrifiants ?

171R. — Oui. Huit, et tous moururent misérablement.

172I. 71. Q. — Quelles furent les persécutions les plus longues et cruelles ?

173R. — Celles de Dioclétien et Maximien, car elles durèrent cinquante ans, sans arrêt.

174I. 72. Q. — Qui fit cesser ces persécutions et qui fit obtenir la paix à l’église ?

175R. — L’empereur Constantin, le fils de sainte Hélène, qui fut baptisé en 312.

176I. 73. — Combien y a-t-il de sortes de baptêmes ?

  • 26 La mention d’un baptême de désir correspond à une traduction littérale du texte basque (gutiziazco (...)

177R. — Trois : d’eau, de sang et de désir26.

178I. 74. Q. — Quelle fut la première hérésie ?

179R. — La première, durant le temps des Apôtres eux-mêmes, fut créée par Simon le magicien. Ce malheureux voulut passer pour Dieu, disant que le pouvoir de donner le Saint Esprit pouvait s’acheter en argent ; mais il fut jeté à terre par saint Pierre à Rome.

180I. 75. Q. — Qui sont ceux qui ne mourront qu’à la fin du monde ?

181R. — Enoch et Elie, lesquels furent emmenés vivants au paradis terrestre et qui viendront à la fin du monde attaquer les antéchrists.

Instruction des enfants : questions et réponses ou la méthode des connaissances nécessaires à un jeune enfant.

182II. 1. Q. — Qui a créé le ciel, la terre et toutes les choses qui existent ?

183R. — Cet être éternel, lequel a existé depuis toujours, et qui existera toujours, et que nous appelons Dieu.

184II. 2. Q. — Faut-il que nous l’adorions, et lui rendions nos remerciements, en tant que faiseur de tant de miracles ?

185R. — Oui, tous les hommes lui doivent une dette de reconnaissance, pour les biens qu’il nous fait à tous les instants.

186II. 3. Q. — Comment appelle-t-on la manière d’adorer Dieu ?

187R. — L’adoration religieuse.

188II. 4. Q. — Qu’est-ce que l’homme ?

189R. — C’est une créature raisonnable, composée d’un corps et d’une âme.

190II. 5. Q. — Qu’appelez-vous un corps ?

191R. — Toutes les choses que nous pouvons toucher. Le corps est formé de quatre principes qui sont appelés les éléments.

192II. 6. Q. — Combien ont de sens l’homme et les animaux ?

193R. — Ils en ont cinq, lesquels sont la vue, l’odorat, l’ouïe, le goût et le toucher.

194II. 7. Q. — Qu’est-ce que le ciel,

195R. — C’est la partie de monde la plus haute, et qui se divise en beaucoup d’autres parties.

196II. 8. Q. — Qu’est ce que le firmament ?

197R. — C’est la partie du ciel que nous voyons, dans laquelle se trouvent les luminaires.

198II. 9. Q. — Qu’appelez-vous les luminaires ?

199R. — Les étoiles et les planètes.

200II. 10. Q. — Combien y a-t-il d’étoiles ?

201R. — On ne peut les compter.

202II. 11. Q. — Combien y a-t-il de planètes ?

203R. — Sept. Ce sont le soleil, la lune, mars, mercure, jupiter, vénus et saturne ; il y en a une huitième, appelée herschel (sic), d’après le nom de celui qui l’a découverte il y a vingt cinq ou trente ans.

204II. 12. Q. — Quelle est la planète la plus grande ?

205R. — Le soleil.

206II. 13. Q. — À quoi sert le soleil ?

207R. — À éclairer la terre, à faire naître les plantes et les animaux, à les faire vivre et croître. Depuis le début du monde, le soleil éclaire les hommes, et il est précisément placé comme il faut pour nous être avantageux. S’il était plus haut, il ne pourrait pas chauffer la terre, et s’il était plus bas, il la brûlerait, et nous aussi.

208II. 14. Q. — À quoi sert encore le soleil ?

209R. — À régler la vie des hommes à travers les heures, les jours, les semaines, les mois, les saisons, les années, les siècles.

210II. 15. Q. — Qu’est ce que l’heure ?

211R. — C’est une durée de temps, qui se divise en deux pour faire la demi-heure, ou en quatre pour faire le quart d’heure, ou en soixante parties, qui s’appellent minutes.

212II. 16. Q. — Combien d’heures a la journée ?

213R. — Vingt-quatre heures, en y joignant celles de la nuit.

214II. 17. Q. — Combien y a-t-il de jours dans l’année ?

215R. — Trois cent soixante cinq jours.

216II. 18. Q. — Combien y a-t-il de mois ?

217R. — Douze.

218II. 19. Q. — Et de semaines dans l’année ?

219R. — Cinquante deux.

220II. 20. Q. — Qu’est-ce qu’un siècle ?

221R. — C’est l’espace de cent années.

222II. 21. Q. — Combien y a-t-il de saisons de l’année ?

223R. — Quatre : le printemps, l’été, l’automne et l’hiver.

224II. 22. Q. — Qui planta la première vigne ?

225R. — Noé.

226II. 23. Q. — Noé a-t-il eu des enfants ?

227R. — Il en eut beaucoup, mais le premier livre n’en mentionne que trois, lesquels sont principalement Sem, Cham et Japhet.

228II. 24. Q. — Dites-moi, quel enfant de Noé fut notre père ?

229R. — Japhet.

230II. 25. Q. — Les enfants de Noé demeurèrent-ils toujours ensemble ?

231R. — Non, ils se séparèrent, quand ils ne purent finir la tour de Babel. Chacun songea pour sa part à partir. Les enfants de Cham partirent du côté de l’Orient. Ceux de Japhet, vers l’Occident, et ceux de Sem restèrent au lieu appelé Assar.

232II. 26. Q. — Dites-moi : de quel côté se trouvent l’Europe et les autres parties du monde ?

233R. — L’Europe est dans le Nord, l’Afrique au Midi, l’Asie à l’Orient et l’Amérique en Occident.

234II. 27. Q. — Ai-je entendu qu’il y a un endroit, où le soleil est plus proche de nous, et dans lequel il fait une chaleur insupportable ?

235R. — Cet endroit est dans le midi de l’Afrique et de l’Asie, mais cette chaleur n’est pas insupportable, puisqu’il y a à cet endroit des gens qui la tolèrent. Ceux qui tant en Afrique qu’en Asie naissent dans les endroits où il fait chaud se portent bien, mais les gens de l’extérieur tombent malades.

236II. 28. Q. — Ai-je entendu qu’il y a encore un endroit où il ne pleut jamais, ou rarement ?

237R. — Oui, c’est en Égypte. C’est pourquoi il y fait très chaud. Dieu, qui ne voulait pas qu’il y plût, plaça une grande rivière, qui s’appelle Nil. Chaque année elle sort de son lit et elle couvre toutes les terres d’Égypte durant de nombreux de mois. Et, ce qui est admirable, les eaux du Nil emmènent avec elles, et déposent sur les terres une boue, laquelle les met en état de porter des choses excellentes.

238II. 29. Q. — Je voudrais savoir d’où vient la pluie.

239R. — De la mer, des rivières, et de toutes les eaux qui sont sur la terre.

240II. 30. Q. — Vous vous moquez : comment l’eau qui est dans les rivières et dans la mer peut monter au ciel ?

241R. — Je vais vous le dire : la pluie se forme parfois au-dessus des rivières, par les nuages que vous voyez. On peut dire que c’est de la fumée. Donc, cette chose qui vous paraît de la fumée est la partie la plus fine de l’eau, qui s’appelle vapeur, et qui est très pénétrante. Ainsi, la chaleur du soleil attire toujours les parties les plus fines de l’eau, elles s’élèvent dans l’air, en vapeur, et l’air les y maintient, quand elles ne sont pas nombreuses. Mais quand il y en a une grande quantité, l’air ne peut plus les supporter. L’eau fait éclater l’air et elle tombe en pluie sur la terre.

242II. 31. Q. — Dites-moi maintenant combien il y a de miracles dans le monde.

  • 27 Le texte basque utilise le même mot (miracle) pour désigner également les sept merveilles.

243R. — On ne peut les compter, car toutes les choses qui nous entourent sont des miracles, et nous montrent l’existence d’un Dieu, mais il y a sept choses merveilleuses27 qui sont de la main des hommes.

244II. 32. Q. — Dites-les nous.

245R. — En Asie, les murs et jardins de Babylone. En Égypte, le phare d’Alexandrie. La tombe de Mausole. Le colosse de Rhodes. À Éphèse, le temple de Diane. Le labyrinthe de Minos en Crète, et les pyramides d’Égypte.

246II. 33. Q. — Dites-nous : qu’étaient les murs et jardins de Babylone, l’une des merveilles ?

247R. — Les murs de Babylone entouraient cette ville, capitale de l’empire le plus vieux du monde. Ce mur avait en longueur cinquante mille pieds, et deux cents en hauteur. Il était large pour que six carrosses pussent passer sans se gêner l’un l’autre. Les jardins étaient une œuvre aussi admirable que ses murs.

248II. 34. Q. — Expliquez-nous ce qu’était le phare d’Alexandrie et qui le fit construire.

249R. — Ce fut un roi qui s’appelait Ptolémée, qui fit élever une tour de marbre si belle qu’on l’appela l’une des sept merveilles. Ils placèrent au sommet de cette tour une lumière, qu’ils appelèrent phare, pour aviser les bateaux. Et depuis, on a appelé phares les lieux élevés où l’on met des lumières à l’intention de ceux qui sont en mer de nuit.

250II. 35. Q. — Expliquez-nous ce qu’était la tombe de Mausole.

251R. — Il y avait une reine d’un petit royaume de l’Asie mineure, Carie, appelée Artémise, qui aimait beaucoup son mari Mausole. Mausole mourut et la reine fit construire pour lui une belle tombe. Et depuis on a appelé mausolées les œuvres qui se font pour honorer la mémoire des morts. Mais, bien que la tombe qu’avait fait construire Artémise fût belle, celle-ci ne la trouva pas suffisante pour recevoir les cendres de son mari : elle les mélangeait tous les jours avec sa soupe et son vin, et ainsi elle les avala en entier.

252II. 36. Q. — Dites-nous ce qu’était le colosse de Rhodes.

253R. — Le colosse de Rhodes était une statue de métal qui avait l’apparence d’un homme d’une grandeur terrifiante. Elle était à l’entrée du port de la ville de Rhodes, dans l’île de ce nom. Elle était si haute et ses jambes, pausées sur des rocs si éloignées l’un de l’autre, que les vaisseaux passaient à pleine voile entre elles. Elle fut abattue par un tremblement de terre.

254II. 37. Q. — Dites-nous ce qui provoque un tremblement de terre.

255R. — Ce sont de grands feux souterrains, ou des vents enserrés dans la terre, qui forcent pour sortir, et qui parfois ouvrent une voie, sortent et s’étendent.

256II. 38. Q. — J’ai entendu qu’il y a des endroits, particulièrement en Europe, dans lesquels se trouvent de grandes montagnes qui jettent du feu : comment s’appellent-elles ?

257R. — On les appelle des volcans.

258II. 39. Q. — Comment appelle-t-on les endroits où sont ces volcans.

259R. — Il y a un en Italie, à côté d’une ville appelée Naples. Il est au sommet d’une montagne appelée Vésuve. Il y en a un autre dans l’île de Sicile sur une montagne appelée Etna. Et un autre, dans l’île d’Irlande, au sommet de la montagne de Hecla.

260II. 40. Q. — Retournons aux sept merveilles. Qu’était le temple de Diane ?

261R. — C’était un temple dédié à Diane dans la ville d’Éphèse, aux marges de l’Asie. Ce bel édifice était consacré à la déesse Diane. Le malheureux Érostrate, afin de devenir célèbre dans l’histoire, le fit brûler.

262II. 41. Q. — Dites-nous ce qu’était le labyrinthe de Minos.

263R. — C’était une demeure faite de telle façon qu’une fois qu’on y était entré on ne pouvait en sortir, ni trouver son chemin, car il y avait mille détours. C’est Dédale qui fit ce labyrinthe, et il était dans l’île de Crête.

264II. 42. Q. — Dites-nous ce qu’étaient les pyramides d’Égypte.

265R. — Les pyramides d’Égypte étaient des œuvres fameuses, faites il y a plus de quatre mille ans, qui sont encore visibles, près de la grande ville du Caire. Les rois d’Égypte les utilisaient comme lieux d’inhumation. Il leur fallut vingt ans pour construire la plus grande, et ils employèrent trois cent soixante six mille travailleurs. On dit que cela ne coûta que les dépenses de nourriture, lesquelles s’élevaient à dix huit cents talents, qui valent environ quatre cent mille livres sterling.

266II. 43. Q. — Dites-nous maintenant si la France fut toujours une république.

267R. Non. — Elle fut gouvernée par des rois.

268II. 44. Q. — Qu’est-ce qu’une république ?

269R. — Une république est un état gouverné par beaucoup de personnes, car lorsque dans un état il n’y a qu’une seule personne qui gouverne, cet état s’appelle monarchie.

270II. 45. Q. — Combien la France eut de rois ?

271R. — Soixante cinq, depuis que la monarchie fut établie.

272II. 46. Q. — Quel fut le premier roi des Français ?

273R. — Pharamond.

274II. 47. Q. — Dites-nous le nombre des républiques anciennes et où elles furent.

275R. — Il y en eut quatre : Athènes, Sparte, également appelée Lacédémone ; ces deux là étaient en Grèce. Rome en Italie, et Carthage en Afrique.

276II. 48. Q. — Qui furent les législateurs de ces républiques ?

277R. — Solon d’Athènes, Lycurge de Sparte, et Brutus de Rome.

278II. 49. Q. — N’y eut-il pas trois cents spartiates qui si glorieusement moururent au défilé des Thermopyles ?

279R. — Oui, sous les ordres de Léonidas, contre la grande armée du roi de Perse Xerxès. On lui avait dit [à Léonidas] que c’était une armée si grande, que le soleil serait obscurci par le nombre des flèches. Tant mieux, répondit Léonidas, nous nous battrons à l’ombre. En arrivant aux Thermopyles, les Spartiates se battent comme des lions, contre une armée qui était dix fois plus nombreuse. Écrasés par le nombre, ils furent nettoyés, sans qu’aucun n’en réchappât. Mais cet exemple de courage sauva la Grèce, figea Xerxès de peur, rallumant le courage des républicains, et en leur donnant le temps de se rassembler.

280II. 50. Q. — Qu’est ce qu’un canal ?

281R. — C’est le chemin allant d’une mer à l’autre.

282II. 51. Q. — Dites moi la différence entre les mers, rivières et lacs.

283R. — La mer est une grande quantité d’eau qui ne sort point de son lit, et qui ne court pas comme les rivières.

284II. 52. Q. — J’ai ouï dire pourtant que la mer sort de son lit ou de sa place. Expliquez-moi ceci.

285R. — La mer sort deux fois par jour de son lit et elle y rentre à nouveau. Ceci ne manque jamais. On sait exactement à quelle heure. Et l’on appelle cela la marée.

286II. 53. Q. — Qui sort la mer de son lit ?

287R. — La lune, laquelle presse l’air. Cet air lui-même presse la mer à son tour, et il la fait sortir de toutes parts.

288II. 54. Q. — Mais comment la lune peut-elle presser, ce n’est qu’une grande lumière ?

289R. — Vous vous trompez. La lune, est une planète comme la nôtre. Elle reçoit les rayons du soleil, et cela la fait paraître à nos yeux comme une grande lumière. Mais je vais vous dire : notre terre elle-même est dans l’air, et tourne continûment : voilà ce qui donne le jour et la nuit. La terre met vingt quatre heures pour tourner. Lorsqu’elle nous amène face au soleil nous avons le jour, et lorsqu’elle nous amène de l’autre côté nous avons la nuit.

290II. 55. Q. — Je croyais que le soleil se couchait dans lamer ?

291R. — Le soleil éclaire toujours : c’est à nos yeux qu’il se couche ; c’est-à- dire que nous cessons de le voir. Mais au même moment, il se lève pour les peuples d’Amérique, c’est-à-dire qu’au même moment ils commencent à le voir : Donc, les vieux ne connaissaient pas l’Amérique, ignoraient que la terre est ronde, et qu’elle est habité sur toute sa surface.

292II. 56. Q. — Dites-moi d’où sortent les rivières.

293R. — D’ordinaire, elles sortent des montagnes. La rivière coule sans cesse jusqu’à rencontrer une autre rivière dans laquelle elle se perd. Mais, si elle ne rencontre pas une autre rivière sur sa route, et si elle va jusqu’à la mer, alors on l’appelle fleuve. Un fleuve est une grande rivière, qui ordinairement coule en gardant son nom jusqu’à la mer. Un lac est comme une petite mer, car son eau ne court pas.

Bibliografia

Bibliographie

Anonyme28, 1516, L’Enfant saige a troys ans, s. d. C. Nourry, Lyon.

Anonyme, 1520, L’Enfant saige a troys ans. Interrogue (sic) par Adrian empereur lequel luy rendre réponse de chascune chose quil luy demande, s. l., s. d., s. n.

Anonyme. xviie s. L’enfant saige a troys ans, G. Philippe, Paris.

Belapeyre, A., 1696, Catechima laburra eta Jesus-Christ goure Ginco Jaunaren eçagutçia, salvatu içateco, édition fac-similée et édition critique de J.-L. Davant, 1983, Euskaltzaindia, Bilbao.

Bizarri, H. O., Díalogo de Epicteto y el emperador Adriano, Medievala Hispanica, Iberoamericana, Madrid.

Butel, P. & Mandon, G., 1977, « Alphabétisation et scolarisation en Aquitaine », in Furet & Ozouf (Dir.), Lire et écrire. L’alphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferry, 07-41.

Casenave, J., 2006, Présentation et édition critique de Garat (1811). Lapurdum XI.

Coras, J. de., 1558, Altercation, en forme de dialogue, de l’Empereur Adrian, & du Philosophe Epictéte, contenant soixante et tréze questions, et autant de réponses, rendu de latin en françois. Chez Antoine André, Toulouse.

Daly, L. W. & Suchier, W., 1939, Die Altercatio Hadriani Augusti et Epicteti philosophi, Illinois Studies in Language and Literature 24, Urbana, The University of Illinois Press, 97-168.

Duhart, M., 1994, Dominique Joseph Garat (1749-1833), 2 tomes, Bulletin de la Société des Sciences, Lettres et Arts de Bayonne, Bayonne.

Furet, F. & Ozouf, J. (dir.), 1977, Lire et écrire. L’alphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferry, 2 tomes, éditions de Minuit, Paris.

Garat, J.-D., 1811, Exposé succinct d’un projet de réunion de quelques cantons de l’Espagne et de la France, en vue de rendre plus faciles et la soumission de l’Espagne et la création d’unemarine puissante, in J. Casenave (2006).

Haristoy, Abbé., 1890-1891, « Relevé des procès-verbaux des visites pastorales de NN. SS. De Beauvau et de Bellefont, évêques de Bayonne », Bulletin de la Société des Sciences, Lettres et Arts de Pau, 01-45.

Harriet, 1741, Gramatica escuaraz eta francesez, Fauvet, Bayonne.

Lafourcade, M., 1978, Les contrats de mariage en Labourd sous le règne de Louis XVI. Étude juridique et sociologique, Thèse doctorale, 3 tomes. Université de Bordeaux I.

Nisard, C., 1864, Histoire des livres populaires ou De la littérature de colportage. 2e édition revue et corrigée, E. Dentu, Paris.

Oyharçabal, B., 1999a, « Euskarazko irakaskintzaren historia : ororen eskolen ildotik, frantses iraultzaren garaiko eskola liburu bat », LapurdumIV, 81- 106.

Oyharçabal, B, 1999b, « Les prologues auctoriaux des ouvrages basques des xvie et xviie siècles », Lapurdum IV, numéro spécial, 39-94.

Oyharçabal, B., 2001, « Statut et évolution des lettres basques durant les xviie et xviiie siècles », Lapurdum VI, 219-288.

Pagès, A., 1891, « La version catalane de l’enfant sage », Mélanges Gaston Paris, E. Bouillon, Paris, 181-194.

Pontet-Fourmigué, J., 1990, Bayonne, un destin de ville moyenne à l’époque moderne, J & D éditions, Biarritz.

Poussou, J.-P., 1977, « Recherches sur l’alphabétisation de l’Aquitaine au xviiie siècle », in Furet & Ozouf (Dir.), 295-347.

Severin, D. S., 1985, « El ynfante Epitus: The Earliest Complete Castilian Version of the Dialogue of Epictetus and the emperor Hadrian », Buletin of Hispanic Studies 62-1, 25-30.

Suchier, W., 1910, L’Enfant sage. Das Gespräch des Kaisers Hadrian mit dem Klugen Kinde Epitus, Dresde, Max Niemeyer.

Vinson, J., 1891 & 1898, Bibliographie de la langue basque, I & II, Réédition de 1984, ASJU, Gipuzkoako Aldundia, Donostia — San Sebastian.

Vinson, J., 1879, « La convention et les idiomes locaux », in A. Hovelacque, E. Picot & J. Vinson 1880, Mélanges de linguistique et d’anthropologie, E. Leroux, Paris, 227-237. Article repris de l’Avenir des Pyrénées des 20, 23 et 25 septembre 1879.

Whalen, G., 2003, « From the Morley Collection, the Book of a Maya Maestro », El Palacio, vol. 108, Museumof New-Mexico, Santa Fe, 06-13.

Note

1 Le texte basque a été publié dans Oyharçabal (1999 a).

2 Il s’agit de l’un de ces personnages qui, tout en accédant aux charges publiques lors de la Révolution, sut traverser sans dommages trop sérieux les divers épisodes de ces périodes troublées, depuis la Monarchie ancienne manière jusqu’aux lendemains de la Monarchie de Juillet. Garat (1749-1833) était natif d’une petite bourgade du Pays Basque, Ustaritz, ancienne capitale de la province du Labourd, l’une des trois provinces basques de France, dont il fut l’un des représentants aux États Généraux de 1789. Dans le domaine politique, son nom est demeuré notoire surtout parce qu’il fut chargé, en tant que ministre de la Justice, d’annoncer à Louis XVI sa condamnation à mort (Duhart 1994).

3 Comme me le fait remarquer A. Arkotxa (p. c.), il convient cependant de rappeler que, dans un contexte évidemment très différent, Leizarraga, traducteur du Nouveau Testament réformé en 1571, promut également l’instruction dans sa langue de la jeunesse basque.

4 Cette société, très active dans les provinces basques, fut la principale introductrice des idées encyclopédiques en Espagne. Malgré une attitude positive à l’égard de la langue du pays sur le plan culturel, à aucun moment il ne fut envisagé par la société d’introduire son enseignement de manière basique, et encore moins comme langue d’acquisition des connaissances dans les programmes des écoles que la Société promouvait ; Oyharçabal 2001.

5 Cité d’après Duhart (1994 : 119).

6 L’indication de Garat quant à l’universalité (même réduite aux sexe masculin) de ces compétences est certainement exagérée, surtout en ce qui concerne l’écriture. C’est ce qu’indiquent les recherches basées sur les signatures (Poussou 1977, Lafourcade 1978, Pontet-Foumigué 1990). L’existence des petites écoles est néanmoins bien attestée à travers certaines ordonnances épiscopales en Soule (Belapeyre 1696), et les observations suivant les visites pastorales de l’évêque de Bayonne au xviiie siècle (Haristoy 1890-1891). Pour la distinction entre les compétences de lecture et d’écriture voir Furet et Ozouf (1977), Butel et Mandon (1977).

7 Cité d’après Casenave (2006).

8 Dans Oyharçabal (1999a) le document mentionné par Vinson et celui qui est publié sont considérés comme étant identiques, mais il semble bien qu’il s’agisse de deux versions différentes et qu’il faille les distinguer.

9 Le texte (I. 46) indique 6793 (et non 5793). La correction s’impose puisqu’il est indiqué dans la question précédente (I. 45) que 4 000 ans se sont écoulés entre la création du monde et la naissance de J.-C. La coquille est répétée dans l’imprimé de 1804 recensé par Vinson (1891), lequel proposait également cette correction.

10 Le texte latin est consultable sur le site suivant : www.fh-augsburg.de/harsch/Chronologia/Lspost02/Hadrianus/had_alte.html
Une version française, longuement commentée par Jean Coras, a été publiée à Toulouse en 1558.

11 Les textes français des trois imprimés comparés (voir la bibliographie à Anonyme (1516, 1520, xviie) sont très proches. Le texte de 1516 contient 73 questions, le texte basque de la 1re instruction 75. Sur ces 75 questions, 32 sont présentes dans le texte français.

12 Le texte maya est traduit de la version espagnole publiée à Burgos en 1540. Il est inclus dans une copie manuscrite (des années 1760-1780) d’un livre de maître apparemment élaboré au milieu du xvie siècle (Whalen 2003).

13 Les différences entre les versions françaises (anonymes) et castillanes (transcription de Severin 1985 et Bizarri 1995) sont importantes en bien des points, de sorte qu’il est impossible ici de les relever. Dans les divers cas, le texte basque est dans le prolongement du texte français. Lorsqu’il s’en éloigne, l’écart observé est également présent par rapport au texte castillan.

14 Selon Bizarri (1995) les versions castillanes de L’enfant sage sont issues de la traduction catalane. La version castillane citée ici mentionne les pierres, mais omet d’indiquer qu’elles soutiennent l’eau ; la version française ne mentionne pas du tout les pierres. Le texte basque ne mentionne ni l’eau, ni les pierres.

15 Le texte mentionne une découverte faite 25 ou 30 ans plus tôt (question II. 11). Cette datation est sensiblement plus éloignée de celle qui est retenue dans les encyclopédies où l’on date la découverte de l’objet Uranus par Hershell en 1781, et son identification certaine comme planète en 1783.

16 La numérotation des dialogues est évidemment rajoutée ; elle a pour but de faciliter les références au texte et d’éventuelles comparaisons.

17 Le texte français des anonymes consultés dit substance et resplandeur.

18 Le texte français dit araines. Emprunt latin populaire du Moyen Âge (arēna ‘sable’) ; cf. von Wartburg (Dictionnaire étymologique de la langue française, PUF, Paris, 1968).

19 Les versions romanes ont toutes le verbe soutenir, que nous avons pour cette raison conservé dans la traduction. Le texte basque a en réalité eduki, qui signifie plutôt tenir et contenir.

20 Dans les versions françaises consultées, après la réponse (Gelboé), il n’est fait référence ni à l’Égypte, ni à la terre irriguée par le Nil.

21 Les imprimés français de la bibliographie (voir Anonyme) ont des mesures différentes : 300 coudées de longueur, 230 de hauteur et 60 de largeur.

22 La forme attendue dans le texte est Ararat, puisque c’est sur le mont Ararat que, selon la Genèse, Noé s’échoua à la fin du déluge. Le nom archeteclin résulte d’une contamination. Il est probablement lié au récit des noces de Cana, où dans la Vulgate le terme architriclinus désigne l’ordonnateur du festin (Jean 2 : 9). En français, le terme architriclin est devenu un nom commun, mais il a connu sous des formes variées des sens différents. Il a notamment désigné le mari dans le récit des noces de Cana, et a pu aussi désigner un saint (voir TLF). L’expression noces d’Archeteclin est ainsi devenue commune. Elle a pu être ensuite mal interprétée comme désignant un lieu plutôt qu’une personne. L’acception toponymique se rencontre dans les versions françaises de l’enfant sage que j’ai pu consulter, sous une forme encore plus altérée : une haute montaigne en Arménie qu’on appelle archenclin (Anonyme 1516).

23 La version basque est nettement déviante par rapport à la tradition ancienne. Les textes imprimés français que j’ai consultés (voir « Anonymes » dans la bibliographie) ont trente fils et trente filles, tout comme les versions latine (Q 13, p. 266), catalanes (Q. 42, p. 295 et p. 322), française (Q 42, p. 345) publiées par Suchier (1910). Toutefois, la version castillane chez ce dernier est plus proche de la version du texte basque en indiquant qu’Adam eut dix fils et trente filles, en dehors de Caïn et Abel (Q 19, p. 372).

24 Comme indiqué précédemment, il convient de corriger le premier chiffre (66932225593), puisque dans la question précédente il est dit que le sauveur « a été attendu sur terre au moins quatre mille ans environ » ; voir aussi I.56.Q. Cette datation ne figure pas dans les versions de l’Enfant sage consultées.

25 Le texte basque ne répond pas réellement à la question, qui porte sur un lieu ; signe d’une altération dans la transmission des textes.

26 La mention d’un baptême de désir correspond à une traduction littérale du texte basque (gutiziazcoa).

27 Le texte basque utilise le même mot (miracle) pour désigner également les sept merveilles.

28 Les datations des anonymes restituant le dialogue de l’enfant sage sont reprises des notices de la Bibliothèque Nationale consacrées à chacun des imprimés.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540