Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’école française et les langues régionales

 | 
Hervé Lieutard
, 
Marie-Jeanne Verny

École privée et impensé des patois au xixe siècle

L’exemple des Présentines en Occitanie

Pierre Pasquini

Texte intégral

1Le rôle de l’Église dans l’enseignement est un enjeu politique majeur du xixe siècle. L’influence des congrégations enseignantes, leur effort pour se maintenir et se développer et, en sens contraire, les efforts de la République pour instituer une école publique digne de ce nom sont une des composantes principales de l’histoire de ce siècle. Le conflit est politique et religieux. Il met en confrontation deux écoles qui n’ont pas les mêmes objectifs. Mais il touche des élèves qui sont dans la même situation linguistique, c’est-à-dire dont beaucoup n’ont pas une connaissance et une pratique correctes de la langue française et pour lesquels le langage le plus couramment usité est une langue qualifiée généralement de patois, ce qui oblige l’école, quelle qu’elle soit, à se situer par rapport à cet état de fait. Y a-t-il à cet égard une attitude spécifique des écoles religieuses, et la question linguistique entre-t-elle en jeu dans le conflit scolaire ?

  • 1 Le fédéralisme et la superstition parlent bas breton, l’émigration et la haine de la République pa (...)

2On s’est beaucoup intéressé à l’école publique et à la politique, ou aux politiques de la langue qu’elle a mises en œuvre, liant ainsi prioritairement la question linguistique à l’institution d’un État centralisé et au souci de former des citoyens capables de délibérer dans une langue commune. Ce souci de former des citoyens impliquait de les libérer des patois, ces « instruments de dommage et d’erreur », selon la fameuse formule de Barrère1. L’école publique va donc s’efforcer d’appliquer ce précepte créé outre-Atlantique pour les Indiens d’Amérique, mais qui pourrait se transposer ici sans problème, selon lequel un bon patois est un patois mort.

3Qu’en est-il de l’enseignement confessionnel ? N’ayant pas, et pour cause, le souci de former de bons citoyens républicains, il pourrait se pencher avec sollicitude sur ces patois qui seraient, si l’on en croit les révolutionnaires, ses meilleurs instruments. Mais ce n’est pas le cas et le rapport de l’école confessionnelle au patois ne se différencie de l’école publique que ponctuellement et tardivement, et l’étude de cette attitude peut permettre d’en suivre plus précisément les enjeux.

4Nous allons pour cela examiner l’histoire d’une congrégation enseignante féminine, celle des Présentines, qui a eu une rapide expansion dans le domaine occitan, et au-delà ensuite. Cet exemple permettra de proposer quelques repères dont on espère qu’ils pourront aider à la compréhension du rôle de l’école dans le conflit qui oppose la langue nationale et les langues régionales.

1 La prééminence du français, à la suite du latin, dans l’enseignement confessionnel

5Il n’est pas inutile de commencer par rappeler que la tradition enseignante de l’école confessionnelle s’appuie sur le latin, puis, en France, sur le français, sans qu’une introduction ou une prise en compte des parlers locaux soit jamais envisagée. Il est certes très probable que les élèves, surtout dans les collèges où ils étaient d’origine géographique homogène, ou regroupés en ce qu’on appelle à l’époque des « nations », qui désignent une aire géolinguistique commune, aient pu tenir des conversations dans leur parler originel. Mais ce fait n’est jamais évoqué et ne semble pas constituer un problème. Les langues régionales sont tout simplement ignorées. Elles n’existent pas dans le cadre de l’enseignement, pour des raisons à la fois sociales et idéologico-religieuses.

6La raison sociale est évidente. L’enseignement est destiné à la formation des élites dans le cas des collèges jésuites, à la progression des élèves dans celui des frères des écoles chrétiennes et cette progression implique l’abandon d’un parler lié au terroir et sans usage social en dehors de lui. Il est possible — mais cette situation est antérieure à la période qui nous intéresse — qu’un enseignement en latin ait été de ce point de vue moins pesant qu’un enseignement en langue nationale mais cela ne change rien au principe de base selon lequel la langue de l’enseignement ne saurait être celle des élèves, celle qu’ils apportent avec eux en entrant dans l’établissement. Elle est celle de l’institution commune à tous et nouvelle pour la plupart d’entre eux.

  • 2 Gérard Cholvy, « Enseignement religieux et langues maternelles en France au xixe siècle », Revue d (...)
  • 3 Agricol Perdiguier, Mémoires d’un compagnon, François Maspéro, Paris, 1977, p. 72 (« dans : mon en (...)

7Il y a à cela une seconde raison que j’ai qualifiée d’idéologico-religieuse : cet enseignement n’est nullement destiné à forger des individus qui vont ensuite retourner dans leur milieu d’origine pour en répandre les acquis. Il est destiné à les en arracher pour en faire d’authentiques chrétiens capables de résister aux mille et une ruses et séductions du monde. Je ne pense pas qu’il soit illégitime à cet égard, même si c’est un peu ironique, de transposer la déclaration de Barrère mentionnée ci-dessus, et de faire des patois un univers mal contrôlé, susceptible de mener à des superstitions qui écarteraient de la vraie religion. La quasi-totalité du corpus religieux est en latin puis en langue vulgaire, si l’on entend par cette expression les langues nationales. Les tentatives pour s’exprimer en langues régionales sont souvent présentées comme une adaptation nécessaire au milieu, voire comme un pont pour amener à la langue commune, comme cela sera le cas des dictionnaires dialectaux du xixe siècle, jamais comme une tentative d’institutionnaliser ces parlers. Il y a certes un plaisir à les employer, qui peut révéler une volonté inconsciente de les maintenir, mais ce plaisir n’est jamais assez fort pour déboucher sur une revendication institutionnelle. Il se peut même, comme cela a été noté par Gérard Cholvy2, que cet emploi des parlers soit pris à revers et jugé méprisant par ceux envers qui il est employé, pour qui la considération sociale se marque précisément par le fait que l’on ne s’adresse pas à eux en patois. On cite ainsi souvent le passage des Mémoires d’un compagnon, d’Agricol Perdiguier à propos d’un sermon de première communion prononcé en 18163 :

Nous ne parlions que le patois ; mais nous n’étions pas habitués à la prédication dans notre propre langue ; elle nous étonna, nous parut commune, triviale, grotesque, au-dessous d’une si grande solennité, et servit pendant des années de thème de plaisanterie aux jeunes gens du village.

  • 4 Que l’on peut retrouver par exemple dans le Dictionnaire pédagogique de Fernand Buisson (éditions (...)

8On peut donc parler, en particulier pour le xviiie siècle, d’une véritable tradition d’enseignement en langue française dans l’enseignement catholique, et considérer sans ironie que c’est cette tradition qui sera reprise par l’école publique au xixe siècle, comme d’ailleurs d’autres éléments de ce que l’on pourrait appeler une tradition pédagogique4. Jean-François Chanet écrit ainsi :

  • 5 Chanet Jean-François, L’école républicaine et les petites patries, Aubier, Paris, 1996, p. 206.

On ne saurait donc s’étonner de voir figurer dans le règlement scolaire laïque une prescription adoptée depuis longtemps par les frères des écoles chrétiennes, l’interdiction d’employer en classe une langue autre que le français. L’article 14 du règlement modèle adopté le 7 juin 1880, « le français sera seul en usage dans l’école », n’a été modifié par aucun des arrêtés successifs qui ont adapté ce règlement à la législation nouvelle5.

9Une véritable continuité semble ainsi réunir deux systèmes d’enseignement qui vont pourtant s’opposer violemment, et dont le second restera dans les mémoires le principal responsable de la destruction des patois. L’analyse d’un exemple particulier, celui des Présentines, peut permettre de souligner les continuités et de marquer les différences.

2 La fondatrice, Marie Rivier

10Marie Rivier naît à Montpezat, petite cité ardéchoise de 2 500 habitants, en 1768. Elle est fille de commerçants aisés et très pieux, certainement occitanophones, suffisamment francisés pour écouter tous les soirs une lecture de La vie des Saints ou du Manuel du peuple de la campagne. Une mauvaise chute la rend infirme à seize mois mais ne la prive pas de la compagnie des autres enfants à qui, racontent les biographes, elle aimait « faire la classe » sur la terrasse de sa maison, malgré son jeune âge, et bien qu’elle ne sache encore ni lire ni écrire, grâce — déjà — à sa forte autorité.

  • 6 Mourret Fernand, La vénérable Marie Rivier, Desclée de Brower, Paris, 1898, p. 10.

11Elle passe de longues heures dans une chapelle à prier la vierge de la guérir, et elle formule ces prières en patois, « seul langage que parlât encore la jeune enfant6 » :

  • 7 Traduction : Sainte Vierge, tu peux bien me guérir si tu le veux... Guéris moi, guéris moi ! Saint (...)

Sento vierjo, pouodes be me gari, si tu voles... Garis me, garis me ! Sento vierjo sies bèn pauro ! Si tu me garisses, dirai à ma maire de te douna uno gènto raubo, em’ un bèu chapèu, èm’ uno gento courouno de flour. Voles pas me gari ? E bè vau fougna7.

12Ce témoignage est donné par sa sœur Cécile lors du procès apostolique. Ce sont, avec les phrases qui vont suivre, les seules paroles de Marie Rivier recueillies en occitan. Elles montrent qu’à l’évidence le milieu familial et social de Marie Rivier parlait cette langue. Elles montrent aussi que, dans le dialogue extraordinaire, parce que surnaturel, avec la vierge, les préventions linguistiques sont inutiles : le ciel comprend et parle toutes les langues. Le xixe siècle s’en souviendra, et quand la vierge prendra à son tour la parole en terre occitane, comme à Lourdes, elle le fera en occitan. Il paraît en tout cas tout à fait naturel et nullement honteux de rapporter les phrases occitanes de Marie Rivier et de dire que c’était sa langue maternelle.

13Mais même des prières en occitan n’ont pas d’effet et devant l’échec de ses demandes la petite Marie monte d’un cran ses promesses et dépasse la futilité des vêtements pour promettre une action pédagogique.

  • 8 Traduction : Bonne vierge guéris-moi, et je t’amènerai des petites filles, et je leur ferai l’écol (...)

Bono vierjo garis me, e t’acamparai de petitos, e liour fairai l’escolo, e liour dirai de te bièn ama8.

14Ces paroles sont également transmises par une des sœurs de l’ordre au procès apostolique, qui les a recueillies de Marie Rivier elle-même. Il est vraisemblable que les récits dans lesquels Marie Rivier racontait les épisodes de son enfance, ses paroles et celles de son entourage étaient également en occitan mais seuls ont été retenus les éléments susceptibles d’instruire son procès en béatification, et ce sont ici les échanges d’un dialogue céleste.

15Cette fois les prières de Marie sont exaucées et elle retrouve l’usage de ses jambes en 1777. Elle apprend alors à lire et écrire, demande en 1786 à entrer dans un couvent (ordre de Notre Dame à Pradelles) mais est refusée et tient alors école à Montpezat jusqu’à la fermeture en 1792 par le Commissaire de la République.

16Quelle est la langue de cette école ? Les témoignages sur Marie Rivier ne le précisent pas ou rapportent ses propos en français mais il aurait été surprenant qu’elle n’emploie pas, auprès d’élèves rétifs et analphabètes, le parler qu’ils comprenaient le mieux, en y associant au besoin de vieilles méthodes que le xxie siècle regarde parfois avec nostalgie :

  • 9 Mémoires de Marie Rivier recueillies par sœur Sophie. Les Mémoires sont égarées et les morceaux ci (...)

Dès que les garçons me voyaient, ils rentraient tous dans le devoir. Il est vrai que pour acquérir cet ascendant, je dus, au commencement, en humilier quelques-uns, tirer à d’autres les cheveux ou les oreilles, et administrer ça là et là des souffletons ; mais personne n’y trouvait à redire, les parents applaudissaient et je n’ai pas connu un seul de ces enfants qui ne me soit demeuré bien affectionné9.

17Comment humilier un garnement de Montpezat à la fin du xviiie s. ? S’il s’avère que Marie Rivier était efficace dans cette tâche, et les témoignages convergent pour dire qu’elle l’était, il n’y a guère qu’en patois qu’ils pouvaient l’entendre. Le doute ne semble pas permis sur la langue de cette école, ou du moins sur un de ses moyens de communication courants. Parler en occitan quand c’était nécessaire ne posait sans doute pas problème, et seules les prières et les textes liés à la religion devaient marquer — et encore ! — la présence du français.

  • 10 Rey Mermet Théodule, Vos filles prophétiseront, Anne-Marie Rivier (1768-1838), Bourg Saint Andéol, (...)

18Marie Rivier « lisait d’abord la vie d’un saint10 », puis expliquait le catéchisme, et il est vraisemblable qu’il y avait insensiblement le passage d’une langue à l’autre. Cette coexistence des langues sur laquelle aucun linguiste ne pourra malheureusement enquêter ne fait pas problème. L’usage des patois n’est coupable ni chez les enfants ni chez ceux qui se veulent leurs enseignants. Il faudrait pour cela qu’il soit une entrave à la religion, c’est-à-dire, dans ces écoles, le pendant exact de ce qu’il sera dans les écoles publiques du siècle suivant, une entrave à la citoyenneté. Ce n’est manifestement pas le cas et seul un souci de promotion sociale pourrait plaider en faveur du français. Or, ce n’est pas du tout dans ce but que Marie Rivier enseigne. Elle vise au contraire, réalisant par avance ce que sera l’idéal félibréen exprimé plus tard dans certains discours de Mistral, que chacun — et surtout chacune — reste à la place qui est la sienne le plus dignement possible, en se maintenant dans la religion.

  • 11 Idem, p. 51. Traduction : « Maintenant, elle rit ! Maintenant, elle rit ! ».

19Le but prioritaire de son enseignement n’est donc pas la francisation des élèves, et c’est bien pour cela que son école connaît des ennuis. En 1794, Marie Rivier est chassée par le directoire de Privas de la maison des Tertiaires où elle enseignait jusque-là. Repliée dans un domicile privé, elle prie à nouveau la vierge de l’exaucer dans sa décision de fonder un couvent. Elle attend pour cela un signe de la statue de la vierge qu’elle y a amenée : il faut que la vierge esquisse un sourire. Marie Rivier et ses compagnes prient un jour entier les yeux rivés sur la statue, et le miracle — les mécréants diront l’hallucination — se produit. Ce n’est qu’un cri : « Iaro ris ! Iaro ris11 ! ». De nouveau de l’occitan. De 1794 à 1796, Marie Rivier va pouvoir fonder son couvent à Thueyts comme elle le voulait. Le développement de l’institution va modifier le rapport linguistique.

20De ses deux premières compagnes, on sait que l’une, Martine Teston, sait lire et coudre, et a donc des éléments de francisation. La seconde en revanche, Thérèse Chadanson, « ne connaît ni A ni B » et règne sur les casseroles et le ménage. Leur parler commun ne pouvait être, très majoritairement, que l’occitan. Les deux suivantes venues de Montpezat ne sont pas plus lettrées mais mettront à étudier tout le temps que leur laisseront « l’abécédaire, les services manuels, l’encadrement des pensionnaires ». Le noyau initial du couvent est donc très fortement occitanophone. « Nous étions obligées d’étudier notre leçon, dira plus tard Marie Rivier, pour l’enseigner aux autres ». Lors des premiers vœux de consécration, le 21 novembre 1796, si les cinq premières sœurs sont aussi démunies matériellement qu’intellectuellement, elles ne sont nullement préoccupées de ne pas maîtriser la langue française. Leur souci principal est la religion. Il le restera ensuite, mais l’attitude envers la langue se modifie à mesure que la congrégation prend de l’extension.

3 La formation de la congrégation

21Les Présentines ont à traverser quelques épreuves à la fin du xviiie s. En particulier, l’accusation d’ignorance de la part d’une sœur congédiée par Marie Rivier et les tentatives de fermeture de l’école en 1798 et 1799. La congrégation est officialisée en 1801.Marie Rivier est confirmée comme supérieure générale à vie. Avec l’expansion, en Ardèche, autour des villes de Thueyts et Montpezat se produit aussi un infléchissement dans le recrutement des nouvelles religieuses, et le souci de l’instruction est plus présent.

22Les nouvelles arrivantes ne sont pas toutes ardéchoises. Antide Lesne est lyonnaise. Fille d’un notable décapité sous la Révolution,

  • 12 Lettre de Monsieur Vernet, directeur spirituel d’Antide Lesne à Marie Rivier, janvier 1801.

elle est pleine d’esprit et de talent : elle possède la grammaire, la géographie, le dessin, un peu de musique. Elle joint donc aux vertus religieuses les aptitudes intellectuelles désormais mises en avant. Sa mère voudrait la suivre, mais elle est aussi vertueuse que la fille, mais pas bonne pour l’instruction. Serait-elle utile pour le ménage12 ?

23Avec de telles entrées la congrégation se trouve armée pour

  • 13 Rey Mermet Théodule, Vos filles prophétiseront, Anne-Marie Rivier (1768-1838), Bourg Saint Andéol, (...)

les filles de la bourgeoisie et de la paysannerie aisée qui y reçoivent une éducation de valeur, et pour les postulantes qui trouvent une « école normale » de qualité d’où sortiront des maîtresses capables de bien tenir des écoles de village13.

24L’expansion est à partir de là régulière, en Ardèche d’abord, au delà ensuite, avec un rythme de cinq à dix fondations par an de 1804 à 1810.

25La congrégation est dénoncée en 1804. On l’accuse de reconstituer un couvent, et de développer des écoles tenues par des ignorantes, opposées aux principes de la société moderne. En réponse, la supérieure obtient des attestations des maires des communes où les écoles sont ouvertes, qui disent parfois « nous parlons en connaissance de cause puisque nos filles y sont élevées ». Mais sa démarche la plus importante est une supplique qu’elle écrit à la vierge et qu’elle donne à une sœur chargée de la porter au Puy. La supplique, cette fois, est en français, et la vierge ne se formalise pas de ce changement de langue puisque la congrégation continue son expansion.

  • 14 Idem, p. 112.

26Son but premier reste l’évangélisation plus que l’instruction. Lorsque des parents protestants mettent leurs filles à l’école — et même en pension — et réclament qu’on autorise leurs filles à se retirer avant le catéchisme, la réponse est négative. « Nous n’enseignons le reste, écrit Marie Rivier, qu’afin de pouvoir enseigner le catéchisme14 ».

27La langue française est dans le même rapport à la religion. Quand une sœur dit un jour qu’elle aime mieux faire la correction française que le catéchisme, ses paroles déclenchent le scandale. La supérieure fait sonner le rassemblement lorsqu’elle l’apprend, dénonce avec indignation la parole « sacrilège » et se met à sangloter de façon si émouvante que la communauté, selon la relation des témoins, se disperse consternée.

28Cet épisode met bien en valeur la tension qui existe au sein de la communauté, quant à ses objectifs. Il s’agit bien d’école et d’instruction, et nul doute à cet égard que quelques-unes des sœurs aient pu prendre plaisir à instruire les enfants qui étaient sous leur autorité. Mais il s’agit d’abord et avant tout de religion et la hantise de la fondatrice est que le mouvement pédagogique déborde l’objectif initial et fondamental. Il n’y a donc aucune ambiguïté à cet égard. La langue n’est pas et ne aurait-être un enjeu en elle-même. Si les structures institutionnelles et intellectuelles avaient permis un enseignement en langue régionale, il aurait été envisagé, sans d’ailleurs plus de sollicitude que pour le français puisqu’il ne s’agit de toute façon que d’un support.

29C’est là une différence majeure avec l’école publique. Si le français est la langue de l’école républicaine par principe, le français est la langue de l’école confessionnelle par nécessité sociale, ce qui veut dire qu’il l’est plus ou moins selon les cas et ne constitue pas un objectif. Au bureau de bienfaisance de Joyeuse qui s’étonnait de la simplicité de l’enseignement dispensé, Marie Rivier répond clairement.

  • 15 Réponse du 17 avril 1809 au bureau de bienfaisance de Joyeuse.

Nous ne sommes nullement en usage d’enseigner à écrire à la classe indigente, l’expérience nous ayant montré constamment qu’une éducation relevée donnée à ces enfants pauvres leur fait dédaigner les travaux pénibles et laborieux, les fait sortir de leur état et devenir par là même très souvent la croix de leurs parents. Nous nous bornons donc à leur apprendre à lire pour elles-mêmes, à les instruire sur notre sainte religion et sur les devoirs de leur état... et à leur montrer à travailler15.

30L’instruction est clairement un danger si elle met en cause l’ordre social. On évitera donc de pousser trop loin la francisation des classes pauvres, ou populaires. La réponse de Marie Rivier est largement représentative du rôle social de l’enseignement catholique, et fait partie des positions qui nourriront ensuite les arguments de ses détracteurs, pour lesquels cette école maintient avant tout une stratification sociale par le biais de la religion. En ce qui concerne la langue, elle montre si besoin était que l’alphabétisation n’est pas une étape vers la maîtrise de la langue française, du moins pas pour toutes les élèves, mais un moyen d’accéder au catéchisme.

31L’expansion de la congrégation, sans revenir sur cette priorité, accroît le rôle de la langue française.

4 L’établissement de la francisation au début du XIXe siècle

32Le déplacement de la maison mère se fait en 1819, de Thueyts à Bourg- Saint-Andéol. Les Présentines y acquièrent une plus grande importance, une plus grande visibilité qui suscitent les critiques, en particulier dans la presse libérale qui met en cause le sérieux de l’enseignement donné.

  • 16 Rey Mermet Théodule, Vos filles prophétiseront, Anne-Marie Rivier (1768-1838), Bourg Saint Andéol, (...)

Ces dames n’élèvent point les enfants des riches, mais seulement ceux des laboureurs et des artisans. Nées loin des besoins et du luxe des villes et formées selon les principes des frères ignorantins, elles ne sont bonnes qu’à donner une éducation pareille à la leur. Leur supérieure est une fille de village, sans aïeux, qui fit, avec ses premières collaboratrices, le métier de couturière16.

33Une réponse anonyme à cette critique dédaigneuse permet de bien situer le nouveau rôle des sœurs, par la description qu’elle fait de Marie Rivier :

Mlle Rivier est une femme de petite stature, mais d’une tête excellente et d’un excellent cœur, qualités qui se rencontrent rarement ensemble. La petite ville de Montpezat se glorifiera quelque jour de l’avoir vue naître dans ses murs. À sa conversation française, à ses manières aisées et polies, et surtout à ses attentions délicates pour l’étranger, je ne m’aperçus pas du tout qu’elle fût sans aïeux. Tout le monde d’ailleurs ne naît pas noble et il y a beaucoup plus de mérite à se faire un nom historique qu’à le devoir au hasard de la naissance. ... J’ai d’ailleurs trouvé le pensionnat rempli des meilleures familles ; telle de leurs maîtresses est du « village » de Nantes ; telle autre du « village » de Lyon.

34La petite fille de Montpezat qui ne parlait que le patois tient donc maintenant une conversation française capable d’impressionner ses interlocuteurs, et paraît digne d’enseigner aux enfants des meilleures familles. Il y a, dans ce croisement d’opinions contraires à son propos, à la fois la difficulté et l’évolution de la congrégation, très représentative des tiraillements auxquels se trouve confrontée l’école catholique : celle-ci prenant en charge les pauvres, mais voulant éviter d’en faire des révolutionnaires désireux de changer de condition et ne leur donnant que le minimum culturel nécessaire à l’évangélisation, elle ne peut toutefois s’enliser dans ces basses catégories. Elle répond également au désir d’ascension sociale des classes intermédiaires, artisans, paysans aisés et notables locaux. Sans se réduire à cette fonction de promotion, elle ne peut laisser cette place importante aux ennemis de la religion et se doit de faire preuve d’un bon niveau.

35De la nécessité de concilier ces impératifs résulte la promotion officielle, dans les textes réglementaires, du français en tant que langue de l’enseignement et de communication entre les élèves, même si la pratique est loin de satisfaire cette exigence.

36Le règlement du « pensionnat pour les demoiselles dans la maison d’instruction de Thueyts », édicté en 1817, qui fixe les caractéristiques de l’institution, est révélateur à cet égard. Il insiste d’abord sur les vertus morales, les « devoirs de la vie civile », la décence, la politesse.

37Il note ensuite qu’on apprend aux élèves à lire, et précise qu’on « s’attache à leur donner un bon accent ». On leur apprend également à écrire, et on leur donne les bases de l’arithmétique nécessaires pour tenir un livre de comptes. On ajoute pour « celles à qui les parents veulent donner une éducation plus soignée », et dont on suppose qu’ils en ont les moyens, des leçons de grammaire française, de géométrie et de dessin.

38La phrase conclusive de la partie pédagogique porte sur la langue parlée par les élèves, et n’est pas un constat mais une exigence. « On exige que les élèves parlent toujours français ». Aucune élève étrangère, au sens national du terme, n’étant signalée et la très grande majorité, sinon la totalité des effectifs étant composée d’Ardéchoises en général natives du lieu, on peut donc en déduire sans risque de se tromper que cette précision est dirigée contre l’occitan et qu’elle n’est pas inutile. Si on a besoin d’exiger que les élèves parlent toujours français, c’est qu’elles ne le font pas spontanément. Il serait, en 1817, extrêmement étonnant que ce point du règlement puisse être appliqué à la lettre. Du moins existe-t-il. Il n’indique pas une préférence, la langue de l’enseignement, mais la seule langue possible, que l’on parle « toujours ». Il reste muet sur les raisons, évidentes à l’époque, de son établissement.

39Il s’agit donc bien, en pratique, d’une répression linguistique. Et cette répression peut être d’autant plus efficace que le pensionnat forme une société autonome où les corps et les esprits sont constamment contrôlés. On veille sur les élèves de façon constante, on contrôle fréquemment les armoires personnelles, les tenues, la propreté et l’alimentation et

jamais on ne laisse les élèves seules. La nuit, il y a des maîtresses dans chaque dortoir, et le jour elles ne les quittent point.

40Pas moyen donc, sinon par infraction, de se laisser aller à des échanges qui laisseraient une place à l’occitan. Et cela d’autant plus que le contact avec la famille est réduit au maximum :

L’expérience ayant appris que les absences faites par les pensionnaires pour aller dans leurs familles nuisent beaucoup à leurs progrès, ainsi qu’au bien de la communauté, on prévient les parents qu’il n’en sera permis aucune que pour cause de maladie ou autre grave nécessité.

41Le pensionnat forme une société autonome qui peut, s’il fonctionne bien, transformer profondément le parler usuel des pensionnaires et le faire passer progressivement, dans ce cas, de l’occitan au français.

42Même si la réalité est vraisemblablement très différente, le règlement donne donc l’image d’une institution dans laquelle le français est la langue exclusive.

  • 17 Règles communes des sœurs de la présentation de Marie, section XX, article 2.

43Du côté des filles qui aspirent au noviciat, la même préoccupation se fait jour à partir du moment où le recrutement est plus officiellement encadré. Dans les Règles communes des sœurs de la présentation de Marie édictées en 1821, figure à propos des aspirantes novices la question : « parle-t-elle bien le français17 ? ». Cette question amène plusieurs remarques. Elle prouve en premier lieu que, de toute évidence, ce n’était pas le cas d’un certain nombre d’aspirantes au noviciat, faute de quoi la question n’aurait pas eu de raison d’être. Il est vraisemblable, vu l’aire de recrutement de la congrégation qui est la même que celle des élèves, que des occitanophones se soient présentées, qui avaient d’ailleurs pu fréquenter les écoles de la Présentation sans pour autant en être sorties francisées. La question montre néanmoins le processus de francisation de l’ordre, difficile à évaluer en pratique mais lié à un souci de qualité puisque la question est de savoir si l’aspirante parle bien le français. Que pouvait signifier cette exigence en pratique ? Il est, comme dans tous les cas de questionnaires de ce genre, impossible de le savoir précisément mais on peut être certain, en revanche, qu’aucune aspirante au noviciat n’a jamais été refusée sur la base de ce critère. L’exigence fondamentale reste religieuse et le souci de la langue est d’ordre pratique. Cela dit, il n’y a aucune considération, aucun intérêt pour ce que les aspirantes, comme les élèves, peuvent parler si elle ne parlent pas un français correct. Le monde linguistique des règlements de pensionnat et de la congrégation est un monde où l’on parle français et où le reste est ignoré. En ce sens les patois sont bien dans un impensé. La nécessité oblige cependant à en faire mention dans le paragraphe 4 de l’article 11 (politesse, propreté, ordre) des règles communes :

Jamais les sœurs ne parleront patois, ni entre elles, ni avec les élèves ni même avec les domestiques. Elles ne se le permettront avec les gens du peuple que lorsqu’ils n’entendront pas le français.

44Ces patois sont pas stigmatisés pour autant, et restent présents de façon sourde. L’occitan se glisse dans les derniers mots de la fondatrice.

  • 18 C’est-à-dire « consolation ».

Pendant que sœur Philippine court pour les commissions et que sœur Marie fait les affaires, que j’en aie une avec moi quime fasse soulas18 !

45demande-t-elle en 1837.

46La pénétration du français reste d’ailleurs sans doute très relative et il est vraisemblable que l’occitan est présent dans les pensionnats pendant tout le xixe siècle.

47L’école de Sorgues (Vaucluse), par exemple, est fondée en 1816, dans un pays dont l’état est jugé lamentable par la nouvelle directrice :

  • 19 Lettre de sœur Denys, directrice de l’école de Sorgues, à Marie Rivier, du 20 février 1816. On ne (...)

Que l’ignorance est profonde dans cette paroisse, ma chère Mère ; ça fait compassion, ça semble des gens sortis des bois pour ce qui regarde l’instruction. S’il y a quelque peu de piété, dans certaines personnes, elle est si malentendue ! Ça ressemble plutôt des idolâtres que des chrétiens19.

  • 20 Témoignages recueillis, à propos de leurs parents et grands-parents, auprès d’anciens élèves de l’ (...)

48Cette école s’implante solidement, et existe toujours. Elle accueille des pensionnaires qui ont très peu de contacts avec leurs familles, même lorsque ces dernières vivent dans le pays, et pourtant les témoignages relatifs au début du xxe siècle montrent que l’occitan, incontestablement, était encore présent dans les conversations des familles d’anciennes élèves, scolarisées de génération en génération dans cette école20. Au bout d’un siècle, pour une école qui précise dans son règlement que les élèves parlent toujours français, c’est un échec incontestable. On ne trouve pourtant jamais, comme c’est le cas pour l’école publique, de rapports ou de lettres déplorant cet état de fait. C’est sans doute le signe le plus évident de la différence essentielle des deux positions envers la langue. Pour l’école catholique en effet la langue n’est qu’un moyen, certes suffisamment important pour être mentionné et surveillé, mais qui ne saurait prendre la première place occupée par l’instruction religieuse. C’est en ce sens qu’il faut comprendre la note du 28 décembre 1815 sur l’organisation de la congrégation, l’instruction de la jeunesse et surtout des pauvres est notre fin principale.

49Cette instruction suppose une organisation centralisée et cette organisation, pour fonctionner effectivement, doit être fondée sur une langue commune qui ne peut être que le français (« outre les constitutions et les Règles, nous avons un Règlement des écoles qui établit l’uniformité dans leur tenue », précise la note du 28 décembre). Mais l’emploi de cette langue n’est pas appuyé sur une politique de la linguistique, et c’est le point sur lequel la ligne de démarcation avec l’école publique pourra être soulignée dans la deuxième partie du xixe siècle.

5 L’espace des patois à l’école au XIXe siècle

50Il est maintenant possible, à partir des éléments recueillis dans l’histoire des Présentines, d’émettre quelques hypothèses sur le rôle de l’école privée dans le rapport de l’école aux langues régionales, et de poser avec prudence les bases d’une chronologie.

51La première évidence qui s’impose est que l’institutionnalisation de l’école privée s’accompagne d’une volonté de francisation, sinon d’une francisation effective. Les patois ne sont pas pris en compte. Ils apparaissent seulement de façon implicite quand on exige que l’enseignement se fasse en français, et qu’on sous-entend donc qu’ils en soient proscrits.

52En même temps, cette mise à l’écart est d’ordre pratique et ne les envisage jamais comme des dangers pour l’enseignement, simplement comme des obstacles. Il n’y a aucun risque à ce qu’une personne éduquée, fût-elle la supérieure de l’ordre, s’exprime dans sa langue maternelle différente du français dans la mesure où il s’agit d’un comportement privé. Et il est impensable que ce comportement débouche sur une revendication linguistique.

53Bien au contraire, cette possibilité pour elle de s’exprimer, par exemple, en occitan et en français permet de jouer sur les deux tableaux. L’usage de l’occitan en fait une personne proche du petit peuple, qu’il n’est peut-être pas nécessaire d’éduquer complètement et avec qui cette langue maintient la proximité. L’usage du français lui permet de converser avec les classes plus aisées et de rassurer sur le sérieux de l’institution. Ce jeu entre les langues est vécu plus que véritablement assumé puisqu’il n’est qu’un moyen destiné à permettre de maintenir ou de ramener les nouvelles générations à la religion.

54Sur le plan des pratiques et des résultats, école publique et école privée peuvent donc être tout à fait comparables. Mistral les met par exemple dans le même sac en liant toutefois, distinction non négligeable à une époque où le droit de vote des femmes et encore une utopie, la première aux garçons et la seconde aux filles :

  • 21 Mistral Frédéric, « Li prejujat poupulari » (Les préjugés populaires), Discours du 31 mars 1875 au (...)

Avès touti vist, segur, un espetacle que fai traire peno : es un pichot marrias escapa de l’escolo, o ‘no damiseleto que sort dou couvènt, e qu’en tournant dins soun oustau, an l’èr de plus saché parla coumoà l’oustau ; de talo sorto que lou paire, que la maire, que lou paure segne-grand, que se soun esquicha pèr estruire l’enfant, o bèn fau que se mostron inferiour à-n-aquèu en ié parlant, pecaire ! dins sa lengo familiero, o que se desnaturon e se ridiculison en estroupiant la lengo de l’escolo e dou couvènt21.

55Sur le plan pédagogique, donc, nulle différence entre les deux. « L’école et le couvent » marchent du même pas vers la langue française. En revanche, si l’on considère la finalité de l’enseignement, les choses peuvent être tout à fait différentes. Celle de l’école publique est de former des citoyens, ce qui implique forcément un espace public de communication, qui n’est conçu que dans la langue nationale. Celle de l’école privée est de former des chrétiens, ce qui se fait dans la langue nationale mais n’exclut pas a priori d’autres langues, surtout si ces dernières s’avéraient être un moyen de diffusion efficace de la religion. C’est sur ce terrain religieux que le rapport aux langues régionales change dans la deuxième moitié du xixe siècle, avec un arrière-fond social et politique : la société dans laquelle les langues régionales ont un espace est la société ancienne plus que la République, celle où chacun reste à sa place et ne rêve pas de devenir plus que ce qu’il est en s’appuyant sur la langue. Dans le même discours, après la comparaison de l’école et du couvent, Mistral regrette que chacun veuille sortir de sa condition :

  • 22 Mistral Frédéric, idem. Traduction : « Les Messieurs parlent français ? et allez ! Parlons françai (...)

Limoussu parlon francés ? e zou ! parlen françés : semblaren demoussu. Es dounc la vanita, mesquino vanita de pervengu o d’ignourènt, que fai que tant d’arlèri abandonoun ansin la lengo de si paire22.

56Il est certain, si l’on considère les paroles de Marie Rivier citées plus haut sur le même thème, que de tels propos peuvent plus facilement trouver écho au couvent qu’à l’école.

57Le rapport aux langues régionales pourrait donc être une toile de fond de l’opposition entre deux écoles, dont l’une déracine les enfants et leur enlève ce qui était leur nature, et l’autre la respecte et lui laisse la place qui est la sienne. Ce respect reprendrait ainsi une tradition d’usage public de langues régionales par l’église, ici de l’occitan. « I’a, lou mai, cinquanto ans », précisait Mistral avant de faire le tableau désolé de son temps présent,

  • 23 Mistral Frédéric, idem. Traduction : « Il y a tout au plus cinquante ans que dans tout le Midi, da (...)

que pèr tout lou Miejour, li capelan prechavon dins la lenga dou Miejour ; dins chasque dioucèsi ensignavon la doutrino à la bono apoustoulico, e lou sant Evangèli se fasié simple emé li simple23.

58On sait que le tableau dépeint par Mistral est assez loin de la réalité. Les prédicateurs ne s’exprimaient pas tous en occitan, loin de là, et quand ils le faisaient l’accueil de l’auditoire n’était pas toujours à la hauteur des espérances. L’espace réel d’une institution des langues régionales était donc sans doute étroit mais l’espace imaginaire, en revanche, a commencé à s’ouvrir avec la découverte/invention des traditions et leur valorisation dans la première moitié du siècle, et s’est déployé ensuite.

59L’ouverture de cet espace a eu deux effets. Elle a rendu possible, d’une part, une utilisation plus valorisante des parlers régionaux qui, selon l’expression félibréenne, peuvent être à la fois le sous-latin du pauvre et le sur-latin du riche. Il ne semble pas toutefois que cette possibilité ait été véritablement explorée, sinon par quelques individualités, dans l’école privée. Elle ne rejaillit pas, en tout cas, sur l’institution en tant que telle.

60Elle a eu un autre effet, par contrecoup, sur l’école publique. L’absence de préjugés de l’école privée envers les patois, débarrassée de son arrière-plan social et politique et de sa coloration contre-révolutionnaire parfois explicite, n’en fait que mieux ressortir la lutte que mène contre eux l’école publique. Il ne devait pas être désagréable aux partisans de l’école privée de faire remarquer que le déracinement des classes populaires, le mépris de l’attachement au terroir et des anciennes traditions n’était pas de leur fait, mais de la répression menée dans les classes par les hussards noirs de la République, au moyen entre autres du terrible signe, pris comme symbole de l’uniformisation et de l’acculturation. Cet effet n’était nullement négligeable puisqu’il a fixé une image liée exclusivement à l’école de la République alors qu’elle concernait en pratique, nous l’avons vu, les institutions scolaires dans leur ensemble. Il a politisé plus nettement des pratiques qui étaient également sociales mais dont le plan idéologique est devenu le plus visible. De ce point de vue, la fixation sur ce problème n’a pas fait avancer les langues régionales mais a pu nourrir utilement la querelle scolaire et les querelles politiques qui l’entouraient et constituer un enjeu idéologique quasi indépendant du statut des langues.

  • 24 Mistral Frédéric, Lou prouvençau à l’escolo (le provençal à l’école), Discours de la Sainte Estell (...)

61Car sur le plan pédagogique, on peut penser que la réflexion sur le problème est plus vive du côté de l’école publique. Dans le discours prononcé treize ans après celui que nous venons de citer, et portant sur Le provençal à l’école, Mistral relate sa rencontre, en compagnie de Marius Girard, de deux jeunes filles dont les parents sont jardiniers, et qui veulent parler français. « À l’école, vous saurez, on nous défend de parler patois24 » rétorquent-elles aux deux promeneurs qui s’étonnent de les entendre parler français. Il s’agit vraisemblablement, même si Mistral ne le dit pas, de l’école publique maintenant étendue aux filles. À cette dévalorisation de la langue occitane il oppose un peu plus loin dans son discours un extrait de l’ouvrage de Michel Bréal, Quelques mots sur l’instruction publique en France. Michel Bréal y affirme d’abord que la prise en compte des patois a son utilité pédagogique, au prix de leur descente à un rang inférieur. « Loin de nuire à l’étude du français, le patois en est le plus utile auxiliaire ». Il ajoute ensuite qu’elle éviterait l’impression pénible de déracinement.

D’autres ont sans doute éprouvé, comme moi, un sentiment qui m’a souvent saisi quand je causais avec des gens ayant reçu l’instruction de nos écoles primaires. On dirait que leur existence morale a été déracinée ; ils n’appartiennent plus ni à la campagne, ni à la ville, ni au peuple ni à la bourgeoisie.

62Dans ce discours, le but de Mistral était de montrer que demander le respect du provençal dans les écoles n’a rien d’antipatriotique, et ces citations le montrent, même s’il ne souligne pas que ce respect s’obtient au prix d’une relégation au rang d’auxiliaire de la langue, relégation qui semble désormais inévitable dès lors qu’on entre dans l’univers scolaire. L’enseignement privé ne représente pas pour lui une alternative et l’école publique est le lieu exclusif du débat.

63Les deux écoles se placent donc incontestablement au même niveau dans leur rapport aux langues régionales. La différence réside dans une réflexion plus explicite sur la question dans le cadre de l’école publique, qui pourrait être considérée comme une qualité de cette dernière mais n’a en général pas été retenue, et dans une justification politique de l’imposition du français dont l’école privée n’a pas besoin de s’embarrasser. On a surtout retenu, des deux, l’entreprise d’acculturation et d’interdiction des patois.

  • 25 Sur le rapport de cette défense à la modernité, cf. notre article « le félibrige, une association (...)

64Une image se fixe donc, qui s’attache à l’école publique à cause de l’enjeu idéologique et politique qu’elle constitue. Elle prend forme avec la défense de plus en plus structurée des langues et traditions régionales : par la répression qu’elle leur fait subir, l’école publique devient la principale responsable de leur disparition. Cette défense joue essentiellement au niveau symbolique, tout en étant partie prenante du monde moderne25. Elle est rythmée par les différentes lois et mesures scolaires dans la mesure où c’est un mouvement essentiellement réactif. Elle ne débouche toutefois sur aucun projet contre institutionnel mettant en valeur, voire sur un pied d’égalité, les langues régionales. Mais elle contribue à figer pour le sens commun, malgré les efforts méritoires de nombreux pédagogues, l’opposition entre langues régionales et instruction publique, et à associer en retour les langues régionales aux époques passées.

65Il faudra un siècle de plus pour voir naître les écoles associatives calandretas et les sites bilingues de l’enseignement public, c’est-à-dire, si je puis formuler cette hypothèse pour terminer, pour qu’une autre bataille idéologique finisse par effacer les images fixées au xixe siècle, et pour que défendre et promouvoir les langues régionales ne soit plus exclusivement perçu comme une défense de l’ordre ancien.

Notes

1 Le fédéralisme et la superstition parlent bas breton, l’émigration et la haine de la République parlent allemand ; la contre révolution parle italien et le fanatisme parle basque. Cassons ces instruments de dommage et d’erreur. Rapport au comité de salut public, 1794.

2 Gérard Cholvy, « Enseignement religieux et langues maternelles en France au xixe siècle », Revue des langues romanes, 1976, 1er et 2e fasc., 27-52.

3 Agricol Perdiguier, Mémoires d’un compagnon, François Maspéro, Paris, 1977, p. 72 (« dans : mon enfance »). Cependant Perdiguier dit un peu avant : « nous parlions patois, non seulement dans les rues, dans nos maisons, mais encore dans l’école : nous ne savions que cela, nous n’osions faire entendre que cela et les maîtres n’exigeaient pas davantage » (p. 44). Mais il en tire la leçon suivante : « Maîtres ! Ne soyez plus si faciles, ne souffrez pas que vos élèves lisent dans une langue et parlent dans une autre : il faut que le français se propage. »

4 Que l’on peut retrouver par exemple dans le Dictionnaire pédagogique de Fernand Buisson (éditions de 1887 et 1911), placé par Pierre Nora dans les Lieux de mémoire (t. I, « la République », 1984, 353-377).

5 Chanet Jean-François, L’école républicaine et les petites patries, Aubier, Paris, 1996, p. 206.

6 Mourret Fernand, La vénérable Marie Rivier, Desclée de Brower, Paris, 1898, p. 10.

7 Traduction : Sainte Vierge, tu peux bien me guérir si tu le veux... Guéris moi, guéris moi ! Sainte Vierge tu es bien pauvre ! Si tu me guéris, je dirai à ma mère de te donner une belle robe, avec un beau chapeau et une jolie couronne de fleurs. Tu ne veux pas me guérir ? Eh bien je vais bouder. Nous donnons la version écrite de la biographie de l’abbé Mourret, soumise par ce dernier à l’autorité de Mistral. Elle est différente de la première biographie de l’abbé Cros qui écrivait par exemple Seinto Vierdjo.

8 Traduction : Bonne vierge guéris-moi, et je t’amènerai des petites filles, et je leur ferai l’école, et je leur dirai de t’aimer.

9 Mémoires de Marie Rivier recueillies par sœur Sophie. Les Mémoires sont égarées et les morceaux cités sont dans la biographie manuscrite du père Leonard Cros. Je remercie sœur Geneviève Courriau, qui m’a donné de précieuses indications pour ma recherche. Une partie des documents relatifs à l’histoire de la congrégation de la Présentation de Marie se trouve à la maison mère de Bourg Saint Andéol.

10 Rey Mermet Théodule, Vos filles prophétiseront, Anne-Marie Rivier (1768-1838), Bourg Saint Andéol, 1977, p. 36.

11 Idem, p. 51. Traduction : « Maintenant, elle rit ! Maintenant, elle rit ! ».

12 Lettre de Monsieur Vernet, directeur spirituel d’Antide Lesne à Marie Rivier, janvier 1801.

13 Rey Mermet Théodule, Vos filles prophétiseront, Anne-Marie Rivier (1768-1838), Bourg Saint Andéol, 1977, p. 88.

14 Idem, p. 112.

15 Réponse du 17 avril 1809 au bureau de bienfaisance de Joyeuse.

16 Rey Mermet Théodule, Vos filles prophétiseront, Anne-Marie Rivier (1768-1838), Bourg Saint Andéol, 1977, p. 160.

17 Règles communes des sœurs de la présentation de Marie, section XX, article 2.

18 C’est-à-dire « consolation ».

19 Lettre de sœur Denys, directrice de l’école de Sorgues, à Marie Rivier, du 20 février 1816. On ne pourra s’empêcher de remarquer la structure occitane de « ça ressemble plutôt des idolâtres ».

20 Témoignages recueillis, à propos de leurs parents et grands-parents, auprès d’anciens élèves de l’école Marie Rivier de Sorgues. Le fait que ces anciens élèves aient eux-mêmes pratiqué ou entendu l’occitan dans leur jeunesse prouve qu’il était encore présent dans les familles d’anciennes pensionnaires.

21 Mistral Frédéric, « Li prejujat poupulari » (Les préjugés populaires), Discours du 31 mars 1875 aux jeux floraux de Montpellier. Traduction : « Vous avez tous sûrement vu un spectacle qui fait peine : un petit polisson échappé de l’école, ou une petite demoiselle qui sort du couvent, qui en revenant à leur maison ont l’air de ne plus savoir parler comme à la maison ; de telle sorte que le père, la mère, le pauvre grand-père qui se sont saignés pour instruire l’enfant, doivent de montrer inférieurs en lui parlant — pauvres d’eux ! — dans leur langue familière, ou se dénaturent et se ridiculisent en massacrant la langue de l’école et du couvent ».

22 Mistral Frédéric, idem. Traduction : « Les Messieurs parlent français ? et allez ! Parlons français : nous aurons l’air de Messieurs. C’est donc la vanité, mesquine vanité de parvenu ou d’ignorant, qui fait que tant de fanfarons abandonnent ainsi la langue de leurs pères ».

23 Mistral Frédéric, idem. Traduction : « Il y a tout au plus cinquante ans que dans tout le Midi, dans chaque diocèse on enseignait la doctrine à la façon des apôtres, et le Saint Évangile se faisait simple avec les simples ».

24 Mistral Frédéric, Lou prouvençau à l’escolo (le provençal à l’école), Discours de la Sainte Estelle prononcé le 13 août 1888.

25 Sur le rapport de cette défense à la modernité, cf. notre article « le félibrige, une association moderne », dans Provence historique, 2002, fasc. 210, p. 467-482.

Auteur

Historien

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540