Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

L’école française et les langues régionales

 | 
Hervé Lieutard
, 
Marie-Jeanne Verny

Discours d’ouverture

Michel Alessio

Volltext

1Je vous apporte le salut de M. Xavier North, délégué général à la langue française et aux langues de France, qui, dès qu’on le lui a proposé, avait accepté volontiers de faire partie du conseil scientifique du colloque que nous inaugurons. Retenu aujourd’hui à Paris, il se réjouit particulièrement de ce que son représentant se trouve au côté de M. le Recteur. C’est une belle occasion, la première, je crois, dans ce type de manifestation, de donner à entendre que l’État, sur les langues régionales, tient une seule et même ligne et parle d’une seule voix.

2Il est bon que les deux principales administrations concernées, Éducation nationale et Culture, répondent à l’invitation des institutions qui organisent des rencontres comme celle d’aujourd’hui. Cela permet d’entretenir un dialogue indispensable, d’imaginer les voies de l’avenir, et aussi de défendre un bilan qui, si on considère les trente dernières années, est loin d’être négligeable...

3La meilleure illustration en est le plan de développement de l’occitan et du catalan qui se met en place dans l’académie de Montpellier sous l’autorité et sous l’impulsion du Recteur. Cette entreprise est remarquable tant par son ampleur et sa cohérence que par son caractère inédit.

4De son côté, le ministère de la culture n’a pas à rougir de son travail de soutien financier à l’expression artistique dans les différentes langues de France. Les témoignages en sont nombreux dans toutes les disciplines, de l’édition littéraire au théâtre et à l’audiovisuel.

5Mais c’est dans un autre registre que nous nous reconnaissons une responsabilité particulière : dans l’évolution des mentalités, dans la nécessité de changer le regard qu’on porte traditionnellement sur la pluralité des langues dans notre pays, sur la pluralité des langues de notre pays. Parce que l’État a pris dans le passé la première part dans la diffusion d’une pensée politique et d’une idéologie linguistique disons réductrices et dépréciatives vis-à-vis du basque, du flamand, des créoles ou du breton, il lui revient aujourd’hui, en retour, de contribuer à faire bouger les lignes, à ébranler les certitudes boiteuses et les préjugés ravageurs.

6C’est dans ce travail sur l’intelligence, pour une meilleure perception des réalités, pour les lumières que l’action d’un ministère de la culture trouve sa raison d’être, conjuguée à celle des autres services de l’État. Cette action pour les langues régionales s’appuie sur la reconnaissance de quelques évidences. Par exemple, que les langues régionales façonnent notre identité collective et nous permettent de mieux comprendre qui nous sommes. Les langues de France font la France, et ce serait nous mutiler que de laisser perdre ces richesses immatérielles.

7Ou bien, pour prendre un motif canonique et ressassé, mais on n’y échappe pas, non seulement la présence de plusieurs langues ne porte en rien atteinte à l’unité nationale et à l’intégrité de la République, mais la France est évidemment plus forte d’être plurielle, et serait plus forte encore si elle se savait, si elle se voulait plurielle. Il y va de son rayonnement dans tous les domaines.

8Ou encore, pour pousser cette idée et pour établir dans leur vérité nouvelle les rapports de force politiques et culturels : vis-à-vis de la République et de la Nation, les partisans du plurilinguisme français n’ont plus à se justifier, à s’épuiser dans des argumentations défensives, comme s’ils avaient à se faire pardonner de vouloir faire vivre des langues menacées. L’évidence nouvelle, et sereine, c’est au contraire que l’intérêt national et l’esprit républicain requièrent, exigent un engagement résolu et offensif en faveur des langues dites régionales, de leur libre expression, de leur transmission, de leur enseignement.

9Les temps changent : c’est bientôt aux adversaires de la diversité française qu’il appartiendra de se justifier, de rendre des comptes, de nous montrer où sont les avantages que le pays pourrait bien retirer d’un appauvrissement de son patrimoine de langues. On le voit, la question que les langues des Français posent à la France contemporaine, c’est tout simplement la question de la démocratie.

10Eta ! Vodriáu apondre ieu tanbèn quauquei paraulas, dirai pas dins la lenga nòstra, coma avèm costuma d’o faire per parlar de l’occitan, mai dins una dei lengas nòstras, que totei son nòstrei lei lengas aquí presèntas.

11Sarà just per grandmercejar leis organizaires — e organizairitz — dau collòqui, e per saludar la còla de cercaires, de saberuts que de lònga per dos jorns van faire clantir lei ressons de sei trabalhs, e testimoniar de l’espandida dei lengas nòstras dins la vida vidanta d’encuèi. Lònga mai en totei !

Autor

Chargé de mission à la D.G.L.F.L.F.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540