Version classiqueVersion mobile

Flamenca et les novas à triangle amoureux : contestation et renouveau de la fin’amor

 | 
Dominique Luce-Dudemaine

Conclusion

Texte intégral

1Les auteurs des novas, quelle que soit leur dette envers les poètes lyriques, ne sont pas de simples continuateurs. Le choix d'un genre narratif indique une volonté de se démarquer du grand chant courtois. Au-delà de ce désir de changement formel, leur projet littéraire est différent. Ils ont en commun, malgré les différences importantes qui séparent les trois œuvres, la volonté de montrer - et non de suggérer - un art de vivre heureux, la plénitude du désir accompli dans le plaisir, en résolvant la tension joie-douleur, espoir-désespoir, qui anime le grand chant courtois. Plus d'inquiétude ici, mais un itinéraire vers l'accomplissement hédoniste. Tandis que le joi des troubadours est indépassable, quelle que soit la fortune ou l'infortune de l'amant, le bonheur des amants dans les novas doit être avant tout réalisé.

2Moins idéalistes, les narrateurs montrent aussi un esprit de contestation servi par le choix du thème « castia gilos ». En effet le châtiment du mari jaloux sert à mettre en cause non seulement le pouvoir dominant et l'ordre établi, mais aussi des valeurs courtoises comme la suprématie de la domna et sa perfection supposée. Il facilite l'introduction du rire, de la dérision et du grotesque dans l'univers du raffinement courtois et n'exclut pas la trivialité du fabliau.

3Si Flamenca représente une dame parfaite, l'érotique du roman ne se résume pas à l'idylle entre l'héroïne et Guilhem de Nevers. Elle présente des éléments hétérogènes, qui font référence à des arts d'aimer comme celui de Richard de Fournival, héritier lui aussi de la fin'amor, et comme l'Anonyme occitan, fervent défenseur de joies plus terrestres que spirituelles ou rêvées. Plus difficile à comprendre est l'irruption dans le roman d'éléments qui sont par nature anticourtois : les conseils aux dames, donnés par la bouche de l'héroïne sont d'une précision dogmatique. Ils sont aussi ponctués de menaces, de comparaisons volontairement avilissantes, et n'excluent pas la violence faite à la dame « nonnière ». Certes, la fuite du temps, la brièveté de la jeunesse et de la beauté sont invoquées pour que les dames cessent leurs insupportables atermoiements : mais que devient alors la liberté de la Dame, et sa fonction éducatrice, si essentielles à l'érotique courtoise ? Le morceau de bravoure misogyne du clerc anonyme est d'autant plus étonnant qu'il est édicté sur un ton grave, sans l'ombre d'un sourire, dans une œuvre qui ne manque pas par ailleurs de traits d'humour.

4Si les auteurs des novas veulent conter une histoire d'amour qui finit bien, la réussite des amants s'accomplit cependant dans des conditions inespérées et comme de justesse. Ce sont les qualités pragmatiques des personnages comme Elvira, Guilhem de Nevers, ou le Perroquet, habiles inventeurs de stratagèmes, qui permettent ce succès, et non leur mérite. Or leur conduite ne semble pas vraiment renvoyer aux modèles lyriques. Au contraire, l'attente désespérée de Bascol ou d'Antiphanor, qui rappelle celle du fin aman des troubadours, les prive de toute initiative, sans éveiller chez la dame de compassion ou d'amour. L'enchaînement des faits montre que l'idéalisme confiant, l'acte de foi en la fin'amor et l'observance de ses rites ne mènent pas ses fidèles au bonheur. Le romancier de Flamenca adopte le même point de vue : son héros refuse de se complaire dans le rêve et les chimères de l'introspection qui ne donnent qu'une « ombre de plaisir ». Ce sont des valeurs rationnelles, adaptées au monde tel qu'il est, qui jouent un rôle de premier plan dans l'univers de ces récits. Pour que l'amour s'accomplisse, l'action est nécessaire et indispensable. La ruse aussi, qualité bien peu courtoise, mais omniprésente dans les trois textes. L'argent montre également son utilité dans Flamenca, cet argent sonnant et trébuchant dont Guilhem de Nevers fait usage à profusion pour acheter les moyens matériels et humains de sa réussite.

5Les qualités à l'œuvre dans ces récits ne sont donc plus tout à fait celles que célèbrent les troubadours. Elles y perdent notamment beaucoup de leur portée sociale. La société de cour n'est pas ici une société courtoise, mais le lieu de tous les dangers, qui inspire à juste titre la défiance. Subvertie et manipulée par les amants dans Flamenca, elle profite de l'énergie et du rayonnement qui émane des deux héros, sans être en mesure de les comprendre et moins encore de les partager. Cette distance infranchissable entre le monde des amants et la société de cour n'est pas plus caractéristique de l'univers romanesque que de l'univers lyrique, elle correspond simplement à un choix littéraire et idéologique qui indique une vision plutôt pessimiste du monde, associée à une soif de jouissance constamment affirmée.

6L'héritage des troubadours est présent mais comme mis à distance, même si les auteurs des novas, comme la plupart des romanciers contemporains, continuent d'y puiser leur inspiration, et à fonder sur la fin'amor tout espoir de bonheur.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search