Version classiqueVersion mobile

Flamenca et les novas à triangle amoureux : contestation et renouveau de la fin’amor

 | 
Dominique Luce-Dudemaine

VII- Les fins amanz et la société de cour

Texte intégral

  • 1 Un lieu commun que reprend l'auteur de Flamenca pour atténuer la responsabilité de Guilhem lorsqu' (...)

1Dans la littérature courtoise d'oc et d'oïl, qu'elle soit lyrique ou narrative, les amants ne sont pas seuls au monde. S'il n'est pas de bonheur sans amour, la félicité ne saurait non plus se définir comme une solitude à deux. L'amour, s'il ne connaît que ses propres lois1, place les individus en situation de conflit avec une société redoutablement organisée pour se défendre de toute atteinte à l'ordre établi. Au lieu de vivre au cœur d'une communauté dont ils bafouent souvent les lois, les amants pourraient choisir la fuite. Mais malgré les périls encourus, ils ne désirent profondément que vivre en paix au sein d'une société dont ils ne contestent ni le bien-fondé ni les règles, et qui est présentée comme l'unique lieu de culture et de civilisation.

  • 2 Op. cit., vv. 2135-94.
  • 3 Cf. Jean-Charles Payen, « Irréalisme et crédibilité chez Béroul », Mélanges offerts à Jeanne Wathe (...)

2Cette contradiction déchire Tristan et Yseut que leur passion transforme malgré eux en hors-la-loi. Chez Béroul, l'attachement aux devoirs féodaux qui leur sont impartis se manifeste chez les amants dès que les effets du philtre s'atténuent2. Contraints de fuir la colère du roi Marc, ils sont conscients de la déchéance à laquelle les condamne leur existence sauvage dans la forêt de Morois, et chacun d'eux se prend à regretter d'avoir failli à sa tâche3.

  • 4 Erec et Enide, éd. Mario Roques, C.F.M.A., vv. 6000 ss. Cf. Jean Frappier, Chrétien de Troyes, éd. (...)
  • 5 Sur le rapport entre les deux couples, voir D. Kelly, « La forme et le sens de la quête dans Erec (...)

3L'œuvre de Chrétien de Troyes fait une place importante à cette problématique et ses personnages sont soucieux de concilier amour et harmonie sociale. Cet accord est réalisé par le couple d'Erec et Enide. Dans le roman, l'épisode de la « Joie de la Cour »4 met en scène un couple moins heureux : Maboagrain est lié à son amie par une promesse absurde qui le contraint à défier tous les chevaliers jusqu'à ce qu'il soit vaincu. Il en vient à accueillir sa propre défaite face à Erec comme une délivrance5. Pris au piège d'un amour dont les contraintes absurdes les isolent, ces deux personnages gaspillent leurs meilleures qualités et échouent à trouver le bonheur.

  • 6 À propos de cette évolution de la fin'amor chez Chrétien de Troyes, cf. J.-Ch. Payen, « Peregris : (...)

4Dans le Chevalier de la Charrette, Chrétien de Troyes donne à la fin'amor une de ses plus belles expressions romanesques : l'amour de Lancelot pour Guenièvre, qui reste secret, fait de lui le meilleur des chevaliers de la Table Ronde et le défenseur éminent de la cour arthurienne. Sa prouesse transpose dans le domaine chevaleresque l'idéal des troubadours, qui fondent toute éthique individuelle et sociale sur la fin'amor6.

  • 7 Gilda Caïti-Russo, Les troubadours et la cour des Malaspina, p. 14.
  • 8 G. Cropp, op. cit., p. 100.
  • 9 L. T. Topsfield, op. cit., p. 137.
  • 10 G. Cropp, "vilania" et "cortesia", p. 439. Cf. B. de Ventadour, op. cit. : Cortezia mout etz vilau (...)
  • 11 Peire Cardenal, op. cit., LVII, str. 2, v. 17 ss.
  • 12 Guiraut Riquier, op. cit., XIII, v. 23.
  • 13 Guillem Montanhagol, op. cit., IX, vv. 5-6 : Car nos plai jois, can li autre son irat / Perc'a nos (...)

5Cette conception de l'amour est en effet valeur commune et unifi-catrice d'une société de cour. Elle constitue, comme le dit Gilda Caïti Russo, « le ciment socio-culturel de l'aristocratie féodale européenne »7. Les troubadours esquissent les contours de cette élite, public destinataire de l'œuvre littéraire et de son message civilisateur. La société de cour que représente la poésie lyrique est pourtant en proie à des tensions constantes. L'élite des cortes8 est menacée par ses ennemis traditionnels, lanzengiers et gilos, et exposée aux assauts plus redoutables encore des hypocrites, cortes ufaniers que dénonce Raimbautd'Aurenga9 et qui, selon Bernard de Ventadorn, cachent leur vilania10 sous de flatteuses apparences. En dépit de ces obstacles, et même si l'amant doit s'armer de la discrétion absolue du celar, il semble évoluer dans un milieu plus favorable que les héros de roman. Il peut en principe compter sur les forces vives et la solidarité de ceux que Peire Cardenal nomme li pros e li valen11, les pros entendais per ver dont Guiraut Riquier se flatte d'avoir gagné l'estime »12, los fins amanz détenteurs de toute joie auxquels Guilhem Montanhagol dédie son œuvre13 et auxquels il proclame son appartenance.

6La présence secourable de cette élite courtoise, que nous verrons souvent évoquée dans les vidas et razons, fait tragiquement défaut aux amants dans nombre de récits du xiiie siècle, en particulier tous ceux qui reprennent le thème du « cœur mangé » : le Lai d'ignauré, Le Roman du Châtelain de Coucy, ainsi qu'aux biographies de Guilhem de Cabestanh.

  • 14 « La Châtelaine de Vergi et l'évolution de la nouvelle courtoise », Studia Romanica, fase. II, 196 (...)
  • 15 Op. cit., p. 3.
  • 16 Op. cit., t. 1, fabliau III, Du Vair Palefroi.

7La Châtelaine de Vergi fait apparaître, comme le montre Pal Lakits14, un dédoublement du monde courtois qui laisse les amants isolés face à une société où la convoitise et la haine triomphent sous le masque du raffinement et des bonnes manières. Per Nykrog rapproche l'atmosphère pathétique de cette œuvre du pessimisme qui se fait sentir dans certains fabliaux tardifs, comme ceux de Gautier le Loup, et il évoque la « profonde tristesse »15 qui émane du Vair Palefroi16, malgré une conclusion aussi heureuse qu'inattendue. Dans ce récit où l'oncle trahit son neveu, où les jeunes gens sont abusés par des aînés cupides et sans scrupules, les amants se trouvent particulièrement démunis et triomphent de justesse grâce à un concours de circonstances quasi inespéré. Cette lueur d'espoir qui arrache l'œuvre à un pessimisme latent rappelle l'univers de Castia Gilos. Dans Flamenca, la défiance des héros vis-à-vis de leur entourage, et le malin plaisir qu'ils prennent à le tromper, indiquent clairement qu'ils ont conscience d'évoluer dans un milieu qui n'est ni complice ni bienveillant.

8C'est au contraire une société harmonieuse, fondée sur les valeurs de la fin'amor, que font apparaître certaines vidas et razons de troubadours. Elles mettent en récit l'espace utopique, évoqué par la poésie lyrique, d'une société solidaire, capable de s'unir et d'agir au nom d'un même idéal, pour venir au secours d'un de ses membres en détresse.

  • 17 Biographies des troubadours, razon D, pp. 465-466.
  • 18 Ibid., pp. 301-302.

9Pris individuellement, les personnages qui forment ce groupe social peuvent se conduire de façon très imparfaite. On peut s'étonner de la légèreté, voire de la fourberie dont se rendent coupables dames, chevaliers et poètes. Pourtant, lorsque les fautes commises mettent en péril l'équilibre du groupe, il se trouve une instance secourable, au sein même de la communauté courtoise, pour mettre fin aux querelles entre les amants, et permettre aux poètes affligés de retrouver l'inspiration. Ces interventions réparatrices peuvent être le fait d'un seigneur mécène comme le marquis de Montferrat, protecteur de Raimbaut de Vaqueiras17. On voit même Dauphin d'Auvergne mener une guerre contre le mari d'une dame que le troubadour Peire de Maensac a enlevée18, et s'opposer victorieusement aux troupes de l'époux bafoué, qui sera grâce à lui vaincu malgré le soutien de l'Église.

  • 19 Ibid., pp. 326-327 : EN Bernarz d'Anduza, q'era lo plus ouratz gentils bars qe fos en aquelas enc (...)

10Parfois, un ami se charge de réconcilier un couple. Ainsi Bernard d'Anduze prend-il l'initiative de plaider auprès de Dame Guilhelma le pardon de Guilhem de Balaün, et lui remet un vers composé par le troubadour pour rentrer en grâce19.

  • 20 Biographies des troubadours, p. 245.
  • 21 Ibid., p. 161-163.
  • 22 Ibid., p. 315.

11Souvent, le rôle d'intercesseur échoit à une dame. Dans une razon d'Uc de Saint-Cire20, une « amie » de Clara d'Anduze obtient d'elle le pardon demandé par le poète. Une razon de Raimon Jordan21 expose comment Hélis de Montfort arrache à la solitude et au silence le troubadour, affligé par la mort de celle qu'il aimait. Une vie de Pons de Chapteuil22 éclaire tout particulièrement le rôle des dames dans la société courtoise des vidas. Trois d'entre elles sont sollicitées par Pons pour obtenir sa grâce auprès d'Azalaïs de Mercœur. La cause dépasse largement les relations intimes du couple. Leur amour est en effet cause de joie et source de vie pour toute la société courtoise :

E molt fo lor amor grazida per totas las bonas gens, e maintas bêlas cortz e maintas bêlas jostas e maint bel solatz en foran fait e maintas belas chansos. (p. 314, B, razon de 375, 14, 18 et 20)
Et leur amour fut très agréable à toute la bonne société, et fut cause de maintes cours magnifiques, de maints beaux divertissements et de maintes belles chansons.

12On remarquera que cet amour n'est pas un secret pour les membres de la communauté de pairs que décrit le texte, tout au contraire de ce qui se passe dans le roman de Flamenca. Les dames qui interviennent pour rapprocher les amants ne sont autres que Maria de Ventadour, la comtesse de Montferrand et la vicomtesse d'Aubusson. Face à de telles personnalités, la dame offensée se laisse convaincre :

Et ella o fetz per amor de las dompnas... (p. 315)
Et elle le fit par amour de ces dames...

13L'amitié fonctionne ici comme une alliée de l'amour pour restaurer un art de vivre reconnu comme bien commun.

14La même démarche peut même être le fait d'un groupe entier qui se mobilise pour rendre le troubadour Rigaut de Barbezieux à la vie de cour :

  • 23 Ibid. p. 153.

Las bonas dompnas e-ill cavalier d'aquellas encontradas23.
Les dames de mérite et les chevaliers de ces contrées.

15Pour accorder son pardon, la dame exprime des exigences particulières :

  • 24 . P. 154. Le commentateur cite les vers de Rigaut qui inspirent son interprétation : Qe, se la cor (...)

Et la domna lor respondet qu'ella non fana ren, tro que C. doumas et C. chavalier, li quai s'amesson tuit per amor, non venguesson tuith devan leis, maris jontas, de genollios, clamar li merce24.
Mais la dame leur répondit qu'elle n'en ferait rien tant que cent dames et cent chevaliers, s'aimant tous d'amour, ne viendraient pas tous ensemble devant elle, les mains jointes et à genoux, crier merci et la supplier de pardonner.

16Son souhait trouve un écho immédiat : cent couples viennent effectivement s'agenouiller devant elle et obtiennent le retour en grâce de ramant-poète, tableau spectaculaire d'une harmonie sociale idéale.

  • 25 Op. cit. vida A, p. 530.
  • 26 Vida B, p. 531 ; razon C ; razon D. p. 544.

17Un autre exemple de solidarité est offert par les vidas et razons de Guilhem de Cabestanh. Si la première version de ces textes25, la plus brève, narre seulement la mort des amants, les trois autres26 montrent quelles répercussions trouvent ces événements tragiques dans les cours environnantes :

Mont fo grans tristesa per totas las encontradas ; el reclams venc denan lo rei d'Aragon... (B, p. 532)
Bien grande fut la tristesse par toutes ces contrées, et la plainte en fut portée devant le roi d'Aragon.

18Le roi Alphonse ne se borne pas à faire justice en dévastant les possessions du mari, son vassal, qu'il met en prison. Pour conserver à jamais la mémoire des amants martyrs victimes d'une jalousie meurtrière, il fait édifier un tombeau destiné à devenir un lieu de pèlerinage pour les dames et les chevaliers. Les dernières versions du récit, plus tardives, insistent plus encore sur les réactions vengeresses de la communauté courtoise. Au-delà des familles endeuillées, les cortes cavalier et plus largement encore, les amadors prennent ensemble les armes :

Et ajosteren se li paren de Guilelm e de la dompna e tuit li cortes cavalier d'aquela encontrada e tuit cill qe eren amador, e guerreieren Raimon de Castel Rosillon a foc e a sanc. (C. p. 540.)
Les parents de Guillem et de la dame se rassemblèrent, ainsi que tous les courtois chevaliers de cette région et tous ceux qui étaient amoureux ; ils guerroyèrent à feu et à sang contre Raimon de Castel Roussillon.

  • 27 Pour Gilda Caïti Russo, « (...) le système de la référence au mécène en Italie devient bien plus s (...)

19Le succès de l'utopie courtoise repose sur la pratique des valeurs intégrées par ses membres et dont la plus haute expression est le trobar. Encore faut-il que le poète soit assez heureux pour trouver l'inspiration, ce qui dépend de sa relation à la douma. Mais on voit aussi que l'équilibre de la société de cour repose sur le seigneur mécène27, défenseur de la fin'amor et recours possible quand ses valeurs sont menacées.

  • 28 Selon Jean-Charles Huchet, « il ne s'agit pas seulement là d'un effet de réel, renvoyant à une sit (...)

20La conclusion du Castia Gilos de Ramon Vidal donne une représentation achevée de la cour réunie autour du « couple » formé par le seigneur et le poète dans le plaisir que suscite l'œuvre littéraire. Chacun applaudit, à la suite du roi Alphonse, le récit du jongleur et s'empresse de l'apprendre28 :

Anc non ac en la cort baro
Cavayer, donzel ni donzela
Sesta ni sest, ni sel ni sela,
De las no vas no s'azautes
E per bonas non las lauzes
E que cascus no fos cochos
D'apenre « Castia Gilos ». (vv. 444-450)
Il n'y eut, en la cour, baron, / chevalier, donzel ou donzella / ni celui-ci, ni celle-là, ni un tel ni une telle, / qui ne prît plaisir à l'entendre, / à la retenir pour bonne et la louer, / et personne qui ne fût pressé / d'apprendre le « Castia-gilos ».

21La société courtoise représentée dans le roman de Flamenca n'offre certes pas l'image d'une telle cohésion.

  • 29 Flamenca, vv. 710-747.
  • 30 De la même façon, la « carole », dans le Roman de la Rose de Guillaume de Lorris, brille d'un écla (...)
  • 31 Flamenca, vv. 558-582.

22Lors des noces d'Archimbaut et de Flamenca, des fêtes somptueuses réunissent toute la cour de Bourbon. Elles sont couronnées par une danse29, expression achevée de la joie qui anime les participants. Pourtant, la splendeur du bal et l'éclat des dames qui lui confère toute sa séduction ont un caractère factice30. Leurs gestes harmonieux et leur beauté dissimulent l'impitoyable rivalité qui les divise, et une malveillance que l'auteur vient justement de révéler31. Dans cette société très éloignée de la perfection et de l'équilibre, nul ne viendra au secours de l'héroïne captive de son mari. Consciente de cet abandon, Flamenca s'en plaint amèrement :

Pauc deg amar los cavalliers
De mon pais : dos ans entiers
Hai estat en greu marrimen
Et anc negus non fes parven
Queil peses, e cil d'esta terra
Que veson con hom mi soterra
Tota viva, e∙m fai languir
A gran dolor, a mi venir
Ni auson ni volon ni deinon. (vv. 5335-43)
Je ne dois guère avoir d'estime pour les chevaliers / de mon pays : pendant deux années entières / j'ai vécu en grande angoisse / et jamais aucun d'eux n'a paru seulement / s'en soucier. Et les gens de ce pays / qui voient de quelle façon on m'enterre / vivante et comme on me fait languir / à grande douleur, n'osent, ne veulent, / ou ne daignent venir à mon secours.

  • 32 Ibid. vv. 6727-31.

23Ces justes griefs n'empêchent pas l'héroïne, une fois libérée, de prendre part à la conversation des chevaliers, qui ont hâte de la retrouver32. Attentifs à respecter le code des bonnes manières, Guilhem et elle adoptent pourtant une attitude distante vis-à-vis de leur entourage, et seuls leurs jeunes serviteurs méritent leur totale confiance.

  • 33 Flamenca, vv. 6737 ss.
  • 34 Ibid. vv. 6749-55.

24Avec les autres dames, l'héroïne n'entretient que des relations strictement formelles et dénuées de toute connotation affective. Un épisode du roman montre à quel point celles-ci se montrent éloignées de ses préoccupations et incapables de la comprendre. Alors que Flamenca vient d'obtenir sa libération, elle se rend aux bains pour un dernier rendez-vous secret avec Guilhemt33. Pour la première fois, Archimbaut a renoncé à la surveiller, et sept dames l'accompagnent sans toutefois entrer. Tenues à distance par l'odeur forte que dégagent les eaux thermales, elles attendront, comme le faisait le gilos, derrière la porte34. Les demoiselles jugent leur présence tout à fait importune :

...e per lur grat
No∙i foran las donas vengudas. (vv. 6758-59)
À leur gré,/ les dames ne fussent point venues ici.

  • 35 Ibid. vv. 6906-08.

25Cette escorte pourrait en effet leur faire perdre un temps précieux et surprendre Guilhem au sortir du souterrain, lorsqu'il vient à la rencontre de Flamenca. Le rôle inutile et fâcheux des sept dames se confirme après l'entrevue de l'héroïne avec Guilhem, la dernière en ces lieux puisque l'amant doit désormais recouvrer son état de chevalier et quitter le pays. Aussi l'émotion de Flamenca lui interdit-elle de prononcer un mot.35 Les dames, décidément peu perspicaces, attribuent son silence à l'effet altérant du bain :

Elias cujeron set agues
E per so parlar non volgues. (vv. 6909-10)
Elles crurent qu'elle avait soif /et que, pour ce motif, elle ne voulait point parler.

26L'écart entre cette explication erronée et les véritables émotions de Flamenca met en évidence l'incapacité des dames à percevoir autre chose que les réalités les plus immédiatement saisissables, voire triviales, comme l'odeur des eaux et la sensation de soif qu'elles peuvent provoquer chez les curistes. Dénuées de toute intuition, elles restent étrangères au monde de la passion, et leur attente derrière la porte des bains semble bien signifier qu'elles ne sont pas dignes de pénétrer dans ces lieux secrets de l'amour.

  • 36 Biographies des Troubadours : E qant Raimon de Castel Rossilhon auzi la canson q'En Cuillems avia (...)
  • 37 Jean Renart, Le Roman de la Rose ou de Guillaume de Dole, éd. Félix Lecoy, C.F.M.A. 1962, vv. 3153 (...)

27Mais la défiance de Flamenca et de ses demoiselles à l'égard des membres de la cour de Bourbon se manifeste surtout lorsqu'elles reçoivent, par l'intermédiaire d'Archimbaut, le salut d'amour de Guilhem de Nevers. À celui-ci, qui est déjà clerc et chevalier, l'amour inspire désormais le trobar, ultime degré de perfectionnement de l'amant dans la tradition lyrique. Le poème, même s'il contient comme celui de Guilhem un message amoureux voilé, s'adresse à un public, puisqu'il est destiné à réunir tous ceux qui partagent joi et fin'amor. Or, dans le roman anonyme, le salut d'amour témoigne encore de cette double intention, mais le nombre de ceux qui sont admis à le comprendre se voit réduit à l'extrême : outre le porteur du message, Archimbaut, l'héroïne et ses deux suivantes constituent son seul auditoire. Il est vrai que certains textes narratifs montrent les dangers de l'œuvre lyrique lorsqu'elle divulgue les secrets du cœur, qui témoignent aussi de sa puissance, car elle est à la fois œuvre poétique et média, véritable vecteur de communication. Selon deux versions de ses razons36, c'est un de ses poèmes qui perdit Guilhem de Cabestanh en révélant au mari l'identité de la destinataire de la chanson d'amour. Dans le roman de Guillaume de Dole, l'empereur s'éprend secrètement de Liénor, la sœur du héros, et ce sentiment rapproche les deux hommes entre lesquels se noue une grande amitié ; jaloux de ce lien privilégié, le sénéchal en cherche la cause et la découvre en écoutant l'empereur chanter une chanson d'amour37. Aussi, une légitime prudence impose les recommandations de Guilhem à son messager :

Cel que las salutz mi donet
Mais de IIII. ves mi preguet
Non venguesson entr'avols mans,
Ni ja non ausis vilans. (vv. 7093-96)
Celui qui me donna les saints / me pria plus de quatre fois / de ne pas les laisser venir en de méchantes mains, / ni de les faire entendre à un vilain.

28L'interprétation que donnent de ce conseil Flamenca et des suivantes s'avère on ne peut plus stricte : personne dans leur entourage n'aura accès au poème et la cour de Bourbon tout entière se voit ainsi soupçonnée d'appartenir au monde des vilans :

Totas tres las salutz ne porton ;
[...]
Ben las aprenon e decoron
E gardan ben non las aforon,
Ni volon qu'autre las aprenda
Ni un mot per ellas n'entenda. (v. 7121, vv. 7123-26)
Elles emportèrent toutes trois les saints / ... / Elles les apprennent, les disent par cœur, / et se gardent bien de les divulguer ;/elles ne veulent pas qu'un autre les apprenne / ou en sache, grâce à elles, un seul mot.

  • 38 Mais hanc hom pauc ni pron non ac / De Flamenca, car aitant plac / Que totz homs per pagatz s'en t (...)

29Réservée à une élite très restreinte, l'œuvre poétique ne circule pas librement, ce qui révèle un clivage radical entre l'univers intime et secret des amants et le monde hétérogène et périlleux de la cour. Entre ces deux sphères, se nouent des rapports complexes. En effet, l'amour de Guilhem et Flamenca, parce qu'il a vaincu la jalousie d'Archimbaut, redonne à la cour de Bourbon la vie joyeuse et le faste qu'elle avait perdus. Mais au contraire de ce qui se passe dans les vidas, la société de Bourbon n'a pas connaissance des véritables causes de sa renaissance. Elle constitue un cadre mondain et raffiné, le seul qui convienne aux parfaits amants, le seul qui leur permette de donner la mesure de leur valeur et de prendre la place qu'ils méritent : la première. Parce qu'ils sont désireux de s'intégrer à un environnement dont ils se défient, tous deux adoptent une stratégie de séduction qui exclut des relations sincères et réciproques avec autrui. Leur naturelle supériorité leur permet, par la seule grâce de leur présence ou quelques paroles polies et anodines, de gagner la gratitude et l'admiration de ceux qui les approchent. L'héroïne est douée au plus haut point du merveilleux rayonnement de la domna38, et c'est là une qualité qui la distingue de la plupart des dames, comme le précise l'auteur :

A motas fail fregz cors e fais. (v. 7242)
Chez beaucoup, pêche le cœur qui est froid et faux.

30Quant à Guilhem, son pouvoir de séduction est égal, car un simple salut de sa part lui vaut autant de bienveillance qu'une cour assidue :

E teno∙s de lui per pagadas
Aitan ben consi mil vegadas
Agues per se cascuna vista
E donajada es enquista. (vv. 7445-48)
Et elles étaient aussi satisfaites de lui / que si mille fois / il s'était approché de chacune en particulier, / lui avait fait la cour et adressé requête galante.

31En amplifiant des lieux communs de la poésie lyrique, le romancier fait un plaisant tableau. La disproportion entre la cause et son effet - le salut et le plaisir qu'il procure - est ironiquement soulignée par l'emploi de l'hyperbole - mil vegadas - et l'accumulation des verbes en fin de phrase. Vis-à-vis d'une situation typiquement courtoise, l'auteur semble prendre quelques distances, et le ravissement des dames, sous le charme de Guilhem, prête à sourire.

32Les mêmes traits sarcastiques atteignent le comte de la Marche, au début du tournoi de Bourbon. En premier lieu, ce chevalier se distingue par une défaite sans appel face à Guihem de Nevers :

...Quel comte de la Marca
A Gillems de Nevers ferit
E derochat e desconfit,
Levat del camp e retengut
Son cavall neis e son escut. (vv. 7722-26)
Parce que Guillaume de Nevers /a frappé, renversé, déconfit / le comte de la Marche, / l'a mis hors champs /et a même pris son cheval et son écu.

33Sa chute brutale lui vaut l'honneur d'être envoyé à Flamenca comme prisonnier et de transmettre à son vainqueur la manche de la dame. Le comte pourrait accomplir cette démarche avec une élégance discrète, mais non content de s'en réjouir, il va jusqu'à se féliciter de sa défaite :

Et tan vos puesc en dreg me dir
Que no∙m lais deus d'aissi partir
Ni venir lai on estar sueill
Que s'agues derocat lui,
Per so quar tramesses vos lui ! (vv. 7771-76)
Je puis vous dire, en ce qui me concerne :/que Dieu ne me laisse point repartir d'ici / ni retourner en ma résidence habituelle / s'il n'est point vrai que j'aime mieux avoir été jeté à terre / par Guillaume que de l'avoir, moi désarçonné, / puisque cela m'a valu d'être envoyé à vous.

34Cette déclaration, formulée sur un ton quelque peu emphatique, peut paraître excessive de la part d'un chevalier décidément plus mondain que guerrier, puisqu'il va se montrer plus habile à plier la manche de l'héroïne qu'il ne le fut à manier les armes, une aptitude qui lui vaut d'être comparé aux femmes, sans qu'on soit sûr que sa supériorité en la matière soit réellement à son avantage :

La marga pren, vai s'en ab ella,
E non es domna ni donzella
Tant adaut la saupes plegar. (vv. 7777-79)
Il prend la manche et l'emporte / et il n'y a point de dame ni de donzelle / qui eût su la plier plus adroitement.

35Comme le reste de l'assistance, le comte de la Marche ignore les liens qui unissent Flamenca et Guilhem, et lui aussi se trompe sur le véritable sens de son rôle de messager :

Ben cuja Guillem alegrar. (v. 7780)
Il croit qu'il fera plaisir à Guillaume.

  • 39 Roger Dragonetti établit une relation entre le nom du comte et la manche de Flamenca (manega/marca (...)

36Sous couvert d'énoncer une évidence, le narrateur lance ici un clin d'œil à son public : la joie de Guilhem dépasse en effet tout ce que peut imaginer le comte. Celui-ci, victime des apparences, croit voir s'ébaucher sous ses yeux une idylle courtoise entre la dame de Bourbon et un vaillant chevalier. La vérité est différente, comme le sait le lecteur. Le geste de Flamence couronne une liaison solidement établie, et le don de sa manche est cette fois une enseigne amoureuse, senhal de drudaria, dans le sens que lui donnait la reine au début du récit. Mais la reine jalouse et perspicace n'est pas présente cette fois, et la cour de Bourbon tout entière se trouve dans l'incapacité de percer à jour le sens caché de cette scène, dont le narrateur invite à apprécier la saveur. Victime innocente au début du roman, l'héroïne prend sa revanche sur ceux qui ne sont pas venus à son secours. Dans ce contexte, le comte de la Marche39 prononce un discours dont l'ambiguïté lui échappe et qui affecte d'un léger ridicule ce personnage, en particulier lorsqu'il fait part à Guilhem du message de sa dame :

E quar Deus l'a tal plazer dat
Que vol sias huei prumiers
Per cui es casutz cavalliers,
Ha en son cor gran alegransa
Don cesta marga es fermansa. (vv. 7794-98)
Comme Dieu lui a fait ce plaisir / de vouloir que vous soyez aujourd'hui le premier / à avoir désarçonné un autre chevalier, / elle a en son cœur grande allégresse / dont cette manche, qu'elle vous offre, est le signe certain.

37Ces paroles resteront sans réponse : discret et efficace, le héros se saisit de la manche sans marquer de considération particulière pour son interlocuteur qui, une fois accomplie sa mission, quitte définitivement la scène :

Guillems pren la marga corren. (v. 7799)
Guillaume prend la manche vivement.

  • 40 L. T. Topsfield, « Intentions and ideas in Flamenca », Medium Aevum, vol. XXXVI, 1967, n° 2, pp. 1 (...)
  • 41 Flamenca, vv. 1656-71 ; vv. 1711-21 ; vv. 1740-56.
  • 42 Ibid. vv. 383-424.

38Les amants entretiennent avec leur entourage des relations qui excluent sincérité et réciprocité, mais reposent au contraire sur la méfiance et le calcul. Dans une telle situation, certaines qualités courtoises en viennent à perdre leur portée morale. En premier lieu, ainsi que le remarque L. T. Topsfield40, la « largesse » de Guilhem de Nevers ne consiste qu'à servir son intérêt personnel, et les présents qu'il dispense avec grâce ont perdu tout autre sens. En traçant le portrait de son héros, le romancier s'attarde pourtant sur la générosité dont fait preuve ce chevalier d'élite : il donne toujours plus qu'on ne lui demande, protège les jongleurs et entretient richement ses compagnons41. Cette qualité est aussi mise en pratique par Archimbaut, lorsqu'il n'est pas jaloux, puisqu'il distribue à profusion ses biens, notamment lors de la préparation de ses noces42. Le père de Flamenca recommande également à son fils de se montrer pros e larcs (v. 131). Mais si les premiers présents de Guilhem à son hôte Pierre Gui semblent le fruit d'une libéralité dénuée d'arrière-pensées, les dons somptueux qu'il lui prodigue ensuite, ainsi qu'à son hôtesse Bellepile et au prêtre Justin ne sont plus désintéressés. A partir du moment où le héros met au point le stratagème qui lui permettra d'approcher Flamenca, chacun de ses actes, prémédité et pesé avec soin, constitue une étape sur la voie qu'il s'est tracée. Dès lors, il utilise ses richesses comme un moyen d'action qui lui permet de disposer à sa guise de ces alliés nécessaires. La générosité dont il s'apprête à faire preuve envers Pierre Gui a pour but avoué de faire échec à sa perspicacité :

E part aco eisorbar l'ai
Ab mon aver, tan l'an darai. (vv. 3401-02)
Du reste, je lui fermerai les yeux / avec mon argent, tant je lui en donnerai.

  • 43 Flamenca, vv. 3479-3501.

39Ses présents à son hôtesse s'accompagnent de promesses de nouveaux dons à venir, faisant en sorte d'obtenir qu'elle devine et devance ses désirs en proposant de quitter sa maison pour lui en laisser l'usage exclusif.43 L'assaut de politesses échangées avec Bellepile fait toutefois moins paraître l'hypocrisie du héros que ses relations avec le prêtre. La modestie et les scrupules que manifeste l'honnête Justin, si bien nommé, ne font que mieux ressortir la duplicité de son bienfaiteur.

  • 44 « Farai un vers pos mi sonelh », v. N. Pasero, Modène, Mucchi, 1973, p. 125 ss.
  • 45 Flamenca, vv. 3687-90. Dans l'Ysengrimus, le Loup se déguise en moine au cours de trois épisodes : (...)
  • 46 « Li clerc si fan pastor », Les Troubadours, t. 2, p. 794, vv. 5-12.
  • 47 Qui de la toison dam Belin / An leu de minitel sebelin / Sire Isengriu affubleroit / Li lous, qui (...)
  • 48 Sur le personnage de Faux Semblant, voir J.-Ch. Payen, La Rose et l'Utopie, p 81 ss.

40Pour devenir le clerc du chapelain, Guilhem ment effrontément : il se prétend chanoine de Péronne, usurpant ainsi non seulement l'habit religieux, mais aussi la fonction sacerdotale. Il pousse donc plus loin l'irrespect des valeurs éthiques et religieuses que Guillaume IX d'Aquitaine dans le vers44 où il se représente affublé d'un costume de pèlerin, en héros d'une aventure érotique plus grivoise que courtoise avec Agnès et Ermessen. De même, dans le roman de joufroi, le héros se déguise en ermite pour conquérir une autre Agnès, la comtesse de Tonnerre. Dans les deux cas, la tricherie et le mépris des convenances n'empêchent nullement les rieurs de se ranger aux côtés de l'amant triomphant et d'admirer sa performance. Mais l'audace de Guilhem de Nevers frôle l'impudence : faux prêtre, il trompe un homme de religion dont la probité est soulignée par le romancier, qui dénonce au contraire l'immoralité du héros, présenté comme un nouvel Ysengrin45. La comparaison n'est pas flatteuse. Lorsque Peire Cardenal vitupère un clergé hypocrite, il fait lui aussi référence à la fable du loup déguisé en mouton pour mieux dévorer ses proies46. Jean de Meung semble évoquer le même épisode du Roman de Renart dans le discours de Faux Semblant47, qui personnifie l'hypocrisie inhérente selon le poète à toute entreprise amoureuse, et qui se pare de l'habit monacal pour mieux berner ses victimes48.

41Guilhem de Nevers, si éloigné soit-il de l'odieux Faux Semblant, apparaît cependant comme un champion de l'hypocrisie et de la ruse. Le romancier sur ce point ne le ménage pas, puisqu'après l'avoir comparé à Ysengrin, il l'assimile à un hérétique :

Fraire Guillems s'apataris,
E per si dons a Dieu servis, (vv. 3817-18)
Frère Guillaume, lui, fait le Patarin / C'est pour arriver à sa dame qu'il se met à servir Dieu.

  • 49 Ute Limacher-Riebold cite un article de S. Nelli qui évoque « un certain Guillaume de Nevers, un p (...)
  • 50 « Scegliando per il suo eroe il nome ch'era appartenuto tra gli altri conti di Nevers, al piissimo (...)
  • 51 « Son maître s'appelait Dominique », « Car tu es cavalliers e clerc, Guilhem ou le parfait chevali (...)

42L'Anonyme connaît-il l'existence du cathare Guillaume de Nevers49, qui porte le même nom qu'un pieux comte de Nevers ami de saint Bernard ? La question posée par Lucia Lazzerini50 souligne encore le caractère ambigu du héros, surtout si on se souvient, comme le rappelle Gérard Gouiran51 que le maître de Guilhem s'appelle Domergue, c'est à dire Dominique...

  • 52 Amors non a seinor ni par / E per so pot far a sa guisa / Aissi cos vol home deguisa : Amour n'a n (...)

43Le narrateur invite pourtant son public à l'indulgence : Guilhem ne fait que se soumettre aux lois d'Amour, qui, on le sait, échappent à toutes les autres52. Mais s'il ne condamne pas son personnage, le romancier ne justifie pas entièrement sa prétendue clergie, qu'il dénonce à plusieurs reprises comme une imposture et un gab :

Amors en pauc d'ora l'enansa
E pot li ben ara gabar
Qu'il a fah un clerc ordenar. (vv. 3704-06)
Amour, en peu de temps, avance ses affaires / et peut bien maintenant lui dire en raillant / qu'il a fait ordonner un nouveau clerc.

44Et le zèle dont fait preuve l'amant lorsqu'il accomplit son office auprès du prêtre fait l'objet d'une mise au point sans appel : l'entreprise que mène Guilhem avec tant de soin et de succès ne lui permettra pas de gagner son salut :

Si fos vaus Dieu aisi convers
Con vas amor e vas si dons,
De paradis fora totz dons. (vv. 4366-68)
S'il avait eu l'esprit tourné vers Dieu / autant qu'envers Amour et envers sa Dame / il eût été tout à fait maître du paradis.

  • 53 Cf. René Nelli, Les Troubadours, t. I, p. 631, qui cite à ce propos Uc de Saint-Circ.
  • 54 Cf. Troubadours and Love, p 159 ss.
  • 55 René Nelli formule cette hypothèse, avec quelques réserves, à propos de l'interprétation de s'apat (...)

45Si pour certains troubadours, l'aspiration à Dieu peut passer par l'amour de la Dame53, le romancier se montre sceptique et rejoint le point de vue de Peire d'Alvernhe54 : quels que soient les bienfaits et les joies que fin'amor procure, le mode de vie courtois ne mène pas au paradis. Lorsqu'il se déguise en clerc, Guilhem n'embrasse pas une religion de l'amour55 qui emporterait l'adhésion du narrateur. Son imposture, telle une hérésie, l'écarte du chemin qui mène au salut et, si le romancier ne le juge pas infâme, il désigne constamment sa fourberie à l'attention du lecteur, en la traitant par la dérision, sans trop se formaliser de l'impiété que recouvre l'apparente dévotion du héros. C'est sur le même ton d'ironie amusée que Jean Renart décrit la fête champêtre, au début de Guillaume de Dôle :

  • 56 Op. cit., vv. 224-27.

Ils ne pensent pas a lor ames
Si n'i ont cloches ne moustiers
(Qu'il n'en est mie granz mestiers
Ne chapelains, fors les oiseaus...56
Ils ne pensent pas a leurs âmes / et n'ont ni cloches ni églises, ni chapelains, en dehors des oiseaux.

46Le fin aman est bien un maître en l'art de tromper, et le prêtre Justin fait preuve d'une ingénuité qui n'a d'égale que la rouerie de son nouveau clerc. Le chapelain est à ce point subjugué qu'il croit voir près de lui un émissaire du Saint-Esprit, un ange :

Le capellas cuja s'ades
Que per Sant Esperit parles
E Dieus l'agues enluminat...
[...]
Un angel semblava tot viu
Que ades aportet salutz. (vv. 3753-55 ; vv. 3760-61)
Le prêtre ne cessait de croire / qu'il parlait par inspiration du Saint-Esprit / et que Dieu l'avait illuminé /.../ Il semblait un ange descendu tout vif / sur la terre pour y apporter présentement le salut.

  • 57 Cf. Ph. Damon, « Courtesy and Comedy in Le Roman de Flamenca », Romance Philology, vol. XVII, févr (...)

47Cette vision hyperbolique qui, dans l'esprit du prêtre, transforme le héros en apparition céleste met encore en évidence le décalage avec la personnalité réelle de Guilhem et fait ressortir le caractère profane de ses intentions et de sa démarche. Pour le romancier et pour son public, qu'il prend à témoin, le héros incarne plutôt la fourberie d'Ysengrin que la pureté angélique. Le « salut » dans lequel le prêtre croit discerner un signe divin n'est que vaine apparence : il anticipe sur cet autre salut que le faux clerc apportera bientôt à Flamenca et qui lui permettra de courtiser sa dame sous le couvert d'un rite religieux détourné de son sens initial57.

48Vue par les yeux de Margarida, l'habileté de Guihem à travestir sa personnalité évoque les antiques légendes de métamorphoses et l'un de leurs plus illustres héros, Jupiter lui-même :

...si fossem el temps antic
Et eu trobes aital amic,
Ben cujera Jupiter fos
O alcus dels dieus amoros. (vv. 5225-28)
Si nous étions aux temps antiques, / et si je trouvais un pareil ami, / je croirais avoir affaire à Jupiter / ou à quelqu'un de ces dieux amoureux.

  • 58 Le terme engien apparaît le plus souvent en relation avec des mots qui évoquent la guérison amoure (...)

49Si le dieu amoureux et volage semble bien éloigné du parfait amant courtois, la référence révèle la culture profane, ovidienne, de l'auteur, qui conçoit l'amour comme une pratique nécessitant l'usage d'artifices et impliquant par conséquent une grande virtuosité à manier la ruse. Per gein58 constitue du reste la réplique centrale du dialogue entre les amants et c'est par engien que Guilhem délivre l'héroïne : la ruse est une arme salvatrice, la clé d'un bonheur autrement inaccessible. Les trois novas se rejoignent sur ce constat.

50Dans l'esprit de Margarida, l'hypocrisie est clairement une vertu nécessaire à la pratique de la fin' amor :

...totz noms c'aissi domneja
Ben sembla que deja trovar
Tôt so que tain ad obs d'amar,
Engieins e voutas e cubertas. (vv. 5220-23)
Un homme qui courtise ainsi, / il paraît bien qu'il doive trouver / tout ce qui concerne les besoins de l'Amour :/ ruses, détours et subterfuges.

51L'auteur du fabliau « Des braies au cordelier » fait la même réflexion cynique, mais il est vrai qu'il l'applique à son héroïne « sage et courtoise », dans la grande tradition misogyne des contes à rire :

  • 59 Montaiglon-Raynaud, t. 3, fabliau LXXXVIII, vv. 10-14.

A feme qui tel mestier fait
Et qui veut amer par arnors,
Convient savoir guenches et tors,
Et enging por soi garantir ;
Bien covient que saiche mentir...59
À femme qui remplit tel office / et qui veut aimer d'amour, / il convient de savoir tromperies et tours / et ruse pour pour se protéger / il faut bien qu'elle sache mentir.

52Quant à Alis, elle ne doute pas que le jeune clerc maîtrise cet art à la perfection : puisqu'il est capable de tromper la vigilance d'Archimbaut, il peut abuser tout le monde :

Tota l'autre gen tara losca ;
Losca ? el ? hoc, neis, per Dieu ! orba,
Car ab cara simpla l'issorba
Et a semblan cubertz, bonils. (vv. 5138-41)
Il saura bien rendre tous les autres borgnes. / Borgnes ? lui ? oui, bien sûr, par Dieu, et même aveugles. / Avec son air simple il aveugle tout le monde, / et aussi avec ses manières discrètes et innocentes.

  • 60 R. Dragonetti, op. cit., p. 33 ss.

53Cette aisance à aveugler son entourage, qui sucite l'admiration amusée de la jeune fille, peut difficilement passer pour une qualité courtoise, et une simple transposition dans le récit du celar de la poésie lyrique. Son éloge ambigu rappelle au lecteur que le héros espérait aussi « aveugler » ses hôtes par les effets de sa générosité. Et l'on peut se demander avec L. Topsfield si le romancier, en raillant aussi volontiers Guilhem de Nevers et en lui prêtant les traits d'un fourbe, n'a pas voulu, en amusant son public, mettre en évidence les limites morales de la fin'amor. Virtuose de la guile, il semble justifier un prénom qui, selon R. Dragonetti, est au Moyen Âge marqué de son sceau60

  • 61 Cf. infra, ch. III, L'Amant.

54En même temps, le melluirar du fin amant devient de plus en plus incertain : il excelle surtout à tromper, alors que, on l'a vu, sa proeza perd toute signification profonde61, et tandis que la largueza, malgré ses effets bénéfiques, ne vise qu'à servir des intérêts personnels.

55La dissimulation et la ruse, au début du récit, constituaient le revers de l'intelligence et du pragmatisme de l'amant. Elles paraissaient légitimes parce qu'elles lui permettaient de triompher d'un abus de pouvoir et d'une violence commis à rencontre de l'héroïne par son mari. Mais au fur et à mesure que progresse la narration, dès lors que l'amour est victorieux et le jaloux repenti, les amants ne renoncent nullement à faire usage du mensonge. La nécessaire discrétion dont ils doivent entourer leur liaison ne suffit pas à justifier le plaisir, qui peut sembler pervers, qu'ils prennent à berner tous ceux qui les entourent, à la seule exception des demoiselles et des damoiseaux. Dès l'instant où Guilhem et Flamenca se séparent volontairement pour mettre un terme à la réclusion de l'amant dans sa chambre voisine des bains de Bourbon, commence une sorte de comédie. Les deux héros la donnent ensemble dans la plus parfaite complicité, prenant une savoureuse revanche sur une sociéte qui, malgré le raffinement de ses manières, n'est courtoise qu'en apparence et qui leur inspire à bon droit la plus grande méfiance.

  • 62 Flamenca, vv. 6937-50.

56La ruse est en effet devenue un jeu qui se joue à deux avec la participation involontaire de toute la cour. Le père de Flamenca n'est pas épargné. Il n'est certainement pas fortuit que le comte de Nemurs soit le premier à vanter à Archimbaut les prouesses du chevalier Guilhem de Nevers62. Le père de l'héroïne avait choisi son gendre avec soin et marqué de l'estime pour cet homme exerçant comme lui de hautes fonctions seigneuriales. Le lecteur du roman ne peut manquer d'apprécier l'ironie du sort qui fait de lui le complice involontaire de l'amant de sa fille. Ce dernier, habile une fois de plus à manœuvrer à leur insu ceux qui l'approchent, s'est acquis adroitement l'amitié du comte, qui semble touché de la prédilection que lui témoigne Guilhem :

Quar mout a gran pari' ab me. (v. 6957)
Il est très lié avec moi.

57Ainsi mis en confiance et piqué dans sa curiosité, Archimbaut espère devenir l'ami d'un tel chevalier :

E fort vol aver sa paria, (v. 6967)
Il désirait vivement son amitié.

58Avec un empressement plaisant, il va au-devant des désirs de son rival et l'aborde désarmé et sans méfiance, concevant au contraire à son égard les préjugés les plus favorables. Le romancier ne se contente pas de créer une situation comique, il intervient pour en tirer la leçon fort peu morale :

Totz torneis n'es mielz aizinatz
Quant hom es del marit privatz. (vv. 6975-76)
On est plus à l'aise dans un tournoi quelconque / quand on est le familier du mari.

  • 63 Sur l'évolution du lien vassalique vers l'amitié proprement dite, cf. Huguette Legros, « Le vocabu (...)

59Ainsi est soulignée la duplicité de son héros, qui pour arriver à ses fins, utilise un sentiment que la littérature médiévale dans son ensemble, considère comme des plus nobles : l'amitié chevaleresque, In bell'amor63 se voit tournée en dérision.

  • 64 Joufroi, v. 4070 ss.

60À titre de comparaison, l'auteur de Joufroi manifeste beaucoup plus de considération pour l'amitié féodale qui lie son héros à Robert, compagnon d'armes du comte de Poitiers. Lorsque, à la faveur d'une méprise, la reine Halis, qui avait donné rendez-vous à Joufroi, se retrouve en pleine nuit dans le lit de Robert64, celui-ci éprouve d'abord la tentation de profiter des circonstances. Mais il se souvient à temps qu'un lien plus fort que le désir l'attache à son seigneur :

…Ja mes tel seignor n'aura A tot jorn que il vivra
Qui tant l'amoit de fin'amor. (vv. 4195-97)
Jamais il n'aura un seigneur / aussi longtemps qu'il vivra / qui tant l'aimât de parfait amour.

61L'usage de ces mots, fin'amor, qui font immédiatement référence à la poésie lyrique et à une conception idéalisée de l'amour, s'applique exceptionnellement ici à l'amitié. Un tel transfert de vocabulaire souligne la place de choix que l'auteur de joufroi veut donner à cet attachement, d'où son insistance :

N'a riens n'avoit si gran amor
Con il avoit a son seignor,
Si nel velt por rien perdre mie. (vv. 4211-20)
Pour personne il n'avait si grand amour / que celui qu'il avait envers son seigneur, / aussi ne voulait-il pour rien au monde le perdre.

  • 65 Ibidem, vv. 4498.

62Le narrateur exprime néanmoins son étonnement et son désaccord : dans les mêmes circonstances, il aurait fait le choix inverse. Mais faut-il se fier à cette affirmation ? Il donne au lecteur quelques raisons d'en douter. Quelques vers plus loin, alors que le héros savoure auprès d'Halis un bonheur sans mélange, le romancier clame soudain son infortune : lui qui, dans le prologue, se déclarait soumis aux lois d'Amour, se voit bien mal récompensé. Irruption feinte ou réelle de son histoire personnelle dans l'œuvre en cours de création, toujours est-il que l'auteur se plaint d'être trahi par sa dame et jure qu'il n'écrira plus de roman65. À moins de croire à la sincérité du romancier, on peut penser que le masque du fin aman sert à illustrer par son propre échec, ou prétendu tel, la faillite de l'érotique courtoise. Au même instant, dans son récit, c'est une tout autre conception de l'amour qui triomphe, celle de Joufroi. Pour le comte de Poitiers, ses aventures, tant auprès d'Agnès que d'Halis, ne l'engagent ni profondément ni de façon durable. Le lien d'amitié qui l'unit à Robert est au contraire solide et semble indissoluble.

63A l'inverse, dans Flamenca, l'amour a une dimension spirituelle incontestable et l'amitié masculine n'occupe qu'une place secondaire. En effet l'Anonyme passe assez rapidement sur les liens affectifs qui unissent Guilhem à ses cousins Othon et Clari, et si le héros se montre aimable et poli avec ses hôtes et avec le prêtre Justin, il n'entretient avec eux que des relations superficielles étroitement liées aux nécessités de son plan d'action. Enfin, l'amitié que lui manifeste Archimbaut pourrait lui être insupportable : on se souvient de la répulsion qu'il éprouvait à la seule idée de lui présenter la « paix » pendant la messe :

Per nulla ren non vol baisar
N'Archimbaut, neisa pas donar. (vv. 3927-28)
Pour rien nu monde il n'eût vendu baiser / Sire Archimbaut, ni même lui donner la paix.

64Il surmonte pourtant sans difficulté apparente ses sentiments hostiles quand, au tournoi de Louvain, le sire de Bourbon lui témoigne son amitié. Les circonstances ont changé, mais le narrateur se plaît à montrer une fois encore le jeu hypocrite, voire l'impudence de Guilhem losqu'il répond à l'invitation d'Archimbaut au tournoi de Bourbon :

Car bon cor ai de vos servir
S'ieu ren podia far ni dir
Ques a vos fos ni bel ni bon,
Car sapïas vostr'amix son. (vv. 7029-32)
Car j'ai bien à cœur de vous servir / en toute occasion où je pourrais dire ou faire quelque chose / qui vous fût agréable et profitable, / car sachez que je suis votre ami.

65Discours totalement ironique, qui constitue un véritable leurre pour son interlocuteur, alors même que le lecteur peut comprendre chacun des termes par antiphrase : il est facile de deviner comment l'amant va « servir » Archimbaut, et la suite du récit confirmera ses intentions réelles. Le registre moins noble que plaisant rapproche ici encore le roman du fabliau.

  • 66 Rita Lejeune, « Flamenca, fille fictive d'un comte de Namur », op. cit., pp. 341-353. Pour l'auteu (...)
  • 67 Michel Pastoureau, Une histoire symbolique du Moyen Âge, Seuil, 2004, pp. 203-206.
  • 68 Ibid., p. 103.

66Dans ce contexte, le blason du seigneur de Bourbon, décrit avec une apparente négligence : Ab flor jaunas sus el camp blau (v. 6998), apparaît bien, comme l'affirme Rita Lejeune66, un emblème de l'infortune conjugale. Si les lis d'or sur champ d'azur deviennent comme par mégarde des « fleurs jaunes », cette transposition peu respectueuse des termes de l'héraldique peut comporter une allusion malicieuse à la situation d'Archimbaut, à un moment où il va être plus que jamais trompé par son épouse et son nouvel « ami ». En effet, pour Michel Pastoureau67, « toutes les couleurs peuvent être prises en bonne ou mauvaise part », et à l'or noble s'oppose un jaune souvent perçu comme « la couleur de la fausseté et du mensonge ». Or si l'on admet que les fleurs jaunes font référence, de façon irrespectueuse, aux lis d'or, la dérision qui vise le blason d'Archimbaut ne peut épargner tout à fait celui qui est à son origine, c'est-à-dire les armes de France. L'auteur pouvait-il l'ignorer ? Selon Michel Pastoureau68, le futur Louis VIII fut le premier à arborer les fleurs de lis sur champ d'azur, avant son père, le roi Philippe Auguste. Le personnage du roi de France dans le roman, même si ses armoiries ne sont pas mentionnées, n'est donc pas épargné par une moquerie qui n'échappe sans doute pas au public du roman.

67A ce point du récit, Archimbaut a cependant recouvré sa valeur chevaleresque et renoue avec les vertus courtoises. Dès son retour, il fait avec enthousiasme l'éloge de son rival, dont il rapporte le poème, composé à sa demande :

Un breu qu'en esta borsa-m jas,
De que∙ll preguei qu'el m'escriusses
Per tal que de s'amors saupes,
Vos mostrarai ara dese. (vv. 7065-68)
Je vais vous montrer tout de suite / un « bref » que j'ai en cette bourse / où je le priai d'écrire des vers / pour que je connusse sa façon d'aimer.

68L'amant avisé a donc trouvé le messager le plus sûr pour transmettre à Flamenca son salut d'amour, dans des conditions que la dame ne pouvait espérer au moment de la séparation du couple, lorsqu'elle demandait à Guilhem de lui faire parvenir des nouvelles :

Per alcun adreg pellegri,
Per message o per juglar. (vv. 6788-89)
Par quelque adroit pélerin, / par un messager ou par un jongleur.

  • 69 E prec que, vezen mi, si-us plas, / Estas salutz vos eis digas / Car vos las sabres mielz legir / (...)

69Elle insiste en effet pour que son époux joue jusqu'au bout le rôle de jongleur, et fasse lui-même la lecture du poème69. Nul doute que l'héroïne et ses demoiselles, tout comme le lecteur complice, apprécient la situation dans toute sa saveur.

  • 70 Montaiglon-Rainaud, t. 6, fabliau CLI. Le chevalier feint d'être un fantôme et supplie son rival d (...)
  • 71 Biographies des Troubadours, razon C. p. 280. Boutière et Schutz voient dans cette version « une m (...)

70Cet élément narratif se retrouve dans d'autres textes. Le rôle comique que tient à son insu Archimbaut est celui du mari d'un fabliau, « Du chevalier qui recovra l'amor de sa dame »70. La trame du récit est différente, mais l'amant obtient du mari qu'il intercède en sa faveur auprès de la dame. Un motif analogue apparaît aussi dans une version de la biographie de Guilhem de Saint-Didier71 : le troubadour courtise sans succès la vicomtesse de Polignac qui, pour le décourager, lui déclare qu'elle n'accèdera à ses souhaits que si son mari l'en prie. Guillaume réalise cette gageure et obtient que le vicomte chante son poème d'amour à la dame. Mais ici, le mari n'est pas dupe, et joue ce jeu en connaissance de cause :

El vescoms fo molt alegres del vers, can l'auzit, e saup la razo per qu'era faitz ; e aptes lo fort volontiers, et ades, quan lo saup, contet lo a sa moiller.
Le vicomte se réjouit fort du « vers », lorsqu'il l'entendit, et comprit la raison pour laquelle il avait été composé ; il l'apprit très volontiers et, dès qu'il le sut, le chanta à sa femme.

  • 72 Flamenca, vv. 7277-82 ; vv. 7287-307.

71Une telle clairvoyance, même si elle est assimilable à de la complaisance, fait complètement défaut à Archimbaut. Il n'en est pas moins rempli des meilleures intentions, sait de nouveau accueillir ses hôtes, s'acquitte de son devoir de seigneur en proposant d'adouber Othon et Clari, et après les avoir faits chevaliers, les comble de présents72. Ce rôle de bienfaiteur peut lui valoir l'estime de la société de Bourbon, il ne lui épargne nullement le ridicule vis-à-vis des amants et du lecteur complice.

72Victime de sa générosité, l'époux va faciliter le triomphe de Guilhem. Il lui fournit même un prétexte pour rencontrer Flamenca en tête-à-tête. L'amant, lo rics Guilliems de Nivers (v. 7261), fait une entrée remarquée à la cour de Bourbon, où le roi de France lui témoigne publiquement son estime :

E quan Cuillems laïns intret,
Le reis sus em pes si levet
Et tut li baron que lai foron. (vv. 7311-13)
Quand Guillaume entra / le roi se leva / ainsi que tous les barons qui l'entouraient.

73Ainsi salué par l'ensemble de la noblesse qui s'est levée en même temps que le roi, Guilhem prend auprès de Flamenca la place que lui cède le souverain. Celui-ci, qui eut naguère sa part de responsabilité dans les malheurs de l'héroïne semble recevoir ici la rétribution de ses erreurs en jouant malgré lui un rôle de comparse. Son comportement est plus galant qu'empreint de noblesse, moins encore de majesté, quand il exprime ses regrets et une pointe d'envie envers le nouveau venu si séduisant :

...domna, per mon grat
Ja Guillems vengutz non sa fora,
Quar ieu sai ben qu'en petit d'ora,
Quant vos aures parlat ab lui,
Aures oblidat qu'ieu sai fui,
Tant vos aura cortes solas. (vv. 7342-47)
Dame, selon mon gré, / Guillaume ne serait jamais venu ici, / car je sais qu'il lui suffira de peu d'instants, / quand vous serez à parler ensemble, / pour vous faire oublier qu'ici j'étais aussi, / tant sa conversation aura pour vous de charme !

  • 73 Flamenca, vv. 7328-40.

74Entre-temps et à l'insu du roi, l'héroïne embrasse furtivement Guilhem, en mettant à profit l'instant où il se tourne vers ses barons pour leur enjoindre de quitter la place73. Ce geste hardi trahit le peu d'intérêt que la dame accorde aux paroles et aux initiatives du courtois souverain. Ce baiser met aussi en évidence le bien-fondé des craintes qu'il exprime aussitôt après, en présageant le succès de Guihem.

75Non content de le suggérer, le narrateur intervient pour confirmer que le plaisir du baiser ainsi pris à la dérobée n'est pas simplement d'ordre sensuel et amoureux :

...talz baisar en cort donatz
Val mout d'autres baisars privatz. (vv. 7339-40)
Tel baiser donné en cour/en vaut bien d'autres donnés en lieu privé.

76Flamenca se joue d'un entourage aveuglé par l'effet de son adresse et de sa malice. Elle renouvelle ce manège le soir même, quand son cousin, le comte d'Auxerre, laisse lui aussi à Guilhem la place d'honneur cédée par le roi de France. Or le comte fait partie de sa famille et l'héroïne est en droit de lui reprocher, comme à tous les siens, de n'être pas intervenu pour obtenir sa libération. Les circonstances sont favorables à une revanche sur ce cousin naguère peu pressé de la secourir, et qui vient à présent proposer à Guilhem d'intercéder en sa faveur :

...sener, en dreg d'amor
Vos tarai ara gran honor,
Quar ma cosina∙us laissarai
E josta leis vos asseirai,
E pregar l'ai, sil plas, de vos. (vv. 7517-21)
Seigneur, dit-il à Guillaume, / je vous ferai présentement un grand honneur/ en vous laissant ma cousine, / je vous invite à vous asseoir près d'elle / et, s'il vous plaît, je la prierai pour vous.

77L'intimité des relations entre la dame et le chevalier, évidente pour le lecteur, rend incongrue cette proposition et son inutilité est flagrante. Le comte d'Auxerre joue lui aussi à son insu un rôle de dupe qui prête à sourire, à l'instant même où il croit pratiquer avec délicatesse le « droit d'amour ». Il est victime, comme le souverain et la cour de Bourbon tout entière, de la perfide ambiguité des conventions courtoises qui privilégient la dissimulation et la feinte dans un univers mondain où les apparences sont le plus souvent fallacieuses.

78Guilhem de Nevers a acquis l'estime des plus hauts personnages présents à Bourbon pour le tournoi organisé par Archimbaut. La cour unanime reconnaît sa supériorité et son excellence, au point qu'à son approche, les festivités bruyantes marquent une pause afin que chacun l'acclame :

...tut si callon,
Que ren non danson ni non ballon,
Ans dison : « Ben sia vengutz,
Le pros ∙l rix el mentagutz
E cel per cui le monz s'alegra ; (vv. 7501-05)
Quand ils descendent de cheval, tout le monde se tait, / plus de danses ni de rondes. / Mais ils disent : qu'il soit le bienvenu, / le preux, le riche, le renommé, / celui par qui le monde est réjoui.

79Ce témoignage d'admiration et de gratitude ne semble pas émouvoir les amants. C'est au milieu de ce public enthousiaste, presque fasciné, que Flamenca et Guilhem réussissent le tour de force de s'isoler en toute intimité. L'héroïne laisse éclater sa joie d'avoir accompli un tel exploit :

Flamenca remas jausionda...
[…]
Anc mais dona tan ric assag
Non auset empenre, so∙m cug,
Qu'en plena cort, on ren non fug
Ad oill, a man ni a aureilla,
Ab son amie baisan coseilla
E, vezen totz, lo colg'ab se
Que negus homs non conois re. (vv. 7665 ; 7668-74)
Flamenca demeura toute joyeuse. /.../ Jamais dame n'osa entreprendre, / à ce que je pense, un si riche exploit / que d'arriver en pleine cour, où rien n'écliappe / aux yeux, aux mains et aux oreilles, / à se concerter avec son ami, en l'embrassant, / et en présence de tous, à le faire coucher avec elle / sans que personne y voit rien.

80Sans doute la jeune femme connaît-elle alors, outre le plaisir du jeu et celui de la rencontre amoureuse, la jouissance d'une revanche secrète.

  • 74 Ulrich Gschwind (op. cit., p. 193, note aux vers 5784-85) signale quelques traits communs entre Fl (...)

81Cependant, si les membres de la cour de Bourbon sont ainsi abusés, que dire de leur seigneur, qui connaît à ce point du récit l'apogée de son infortune et fait plus que jamais figure de « cocu magnifique » ? Le voici au centre d'une scène digne d'une comédie74 dont les jeux scéniques et les dialogues à double sens renforcent le caractère théâtral.

  • 75 Flamenca, vv. 7564-75.

82A l'entrée triomphale de Guilhem s'oppose l'entrée discrète et presque furtive du sire de Bourbon, désireux de ne pas déranger l'assistance75. Il se dirige alors vers son épouse, à la droite de laquelle a pris place l'hôte d'honneur, héros de la fête. L'auteur rapporte avec soin et en détail ses moindres gestes, car ils sont plus révélateurs que des mots. Ils annoncent aussi la place d'Archimbaut vis-à-vis du couple des amants et le rôle qu'il s'apprête à jouer en leur fournissant un prétexte pour se rencontrer en tête-à-tête. Pour éviter à son hôte de se lever en sa présence - et de lui témoigner un certain respect -, l'époux de Flamenca appuie sa main droite sur les genoux de Guilhem. Puis il pose sa main gauche sur les genoux de sa femme, comme s'il unissait symboliquement les deux amants par un geste protecteur et plein de bienveillance.

83Le dialogue vient ensuite confirmer son rôle de mari plus que complaisant.

84Lorsqu'il demande à son épouse de choisir les joyaux qu'elle doit offrir aux chevaliers nouvellement adoubés, la dame feint l'embarras. Archimbaut une fois encore devance ses désirs. Il lui conseille de consulter sur ce point Guilhem et ses cousins :

Car il sabon tut lur affar. (v. 7600)
Ils connaissent tons leur affaire.

85Dans cet éloge ambigu de leurs compétences, le lecteur devine le sous-entendu grivois. Le glissement vers le registre érotique se poursuit quant le romancier joue sur le mot « joyau », qui désigne aussi bien les cadeaux destinés aux chevaliers que la personne même de Flamenca :

Guillems non estet ges marritz
Quals de las joias degues penre,
Josta se ac bel cors e terne,
Blanc e delgate escafit. (vv. 7628-31)
Guillaume ne fut guère en peine pour savoir / quels bijoux il devait choisir. / Il avait devant lui une belle personne, délicate, / blanche, fine et svelte.

86Pour l'heure, la dame ne se contente pas de l'heureuse suggestion de son époux : elle veut l'entendre formuler cette requête auprès de Guilhem. Sans doute faut-il voir dans son insistance une forme de prudence et comprendre son souhait que l'assistance soit clairement informée de l'initiative d'Archimbaut. Mais il est hautement probable aussi que Flamenca savoure une nouvelle étape de sa revanche sur son ancien persécuteur, et prend plaisir à le voir ridicule, comme à l'instant où elle lui faisait lire le salut d'amour. C'est cette fois en son propre nom qu'Archimbaut intercède entre les amants et prie son rival de suivre la dame dans sa chambre. A la jubilation de Flamenca fait écho la duplicité de Guilhem, qui proteste de sa bonne volonté tant à l'égard de la dame qu'envers son mari :

Quar per vos e per mon seinor
Faria ben affar major
Que cest non es, sol conogues
Ques a lui e a vos plagues. (vv. 7605-08)
Car pour vous et pour monseigneur / j'accomplirais tâche plus difficile / que n'est celle-ci, pourvu que je sache seulement / que cela agrée à lui et à vous.

87Cynisme, et double sens du discours. Comble de bonheur pour les amants et sommet de ridicule pour le mari, celui-ci se retire, mais non sans d'excuser ni prononcer en cette occasion quelques mots où il souligne sans malice la présence, dans une même chambre, de trois jeunes gens et de trois jeunes femmes, comme s'il les conviait à s'aimer :

  • 76 Le premier vers rappelle la présentation d'Othon et Clari à Margarida et Alis par Flamenca : Aquis (...)

Vos es tres et aquist son trei
Et entre vos acordas vos
Consi partas vostres cordos76. (7620-22)
Vous êtes trois, ces seigneurs sont trois / aussi mettez-vous d'accord / sur la façon dont vous partagerez les cordons !

88Une fois encore, c'est le désir de se montrer courtois qui rend Archimbaut si coopératif, et sa conduite courtoise fonctionne comme un piège. Le châtiment de sa jalousie passée le poursuit donc longtemps après sa guérison, si bien qu'on n'entrevoit aucun événement qui puisse mettre fin à son ridicule. Le romancier manifeste même un certain esprit de provocation en présentant « Archimbaut le bar » dans un rôle d'entremetteur malgré lui.

89Les amants, eux, parachèvent leur réussite sur tous les plans. Au sortir de la chambre de Flamenca, ils reçoivent de l'assistance un accueil des plus flatteurs, une sorte d'ovation :

De la cambra gausent issiron ;
Cil del palais em pes salliron
E penssa quex consi l'acuilla. (vv. 7653-55)
De la chambre, ils sortirent heureux ; / Ceux de la grande salle se levèrent alors / et chacun se mit en devoir de bien accueillir Guillaume.

90En recueillant l'approbation de ceux dont ils se jouent sans vergogne, et tout en vivant intensément le bonheur d'un amour hors-la-loi, Flamenca et Guilhem réalisent un exploit comparable à celui d'Elvira dans le Castia gilos, ou encore de la bourgeoise des fabliaux. Mais en même temps, la conduite des amants met en évidence leur hostilité envers une société de cour à la fois raffinée, superficielle et propice aux faux semblants. Le cadre social de la fin'amor leur inspire une profonde défiance, et ils en tirent vengeance en la trompant et en tournant en ridicule les membres les plus éminents de la cour.

91Dès lors, l'amour ne donne plus lieu à un progrès moral, mais perfectionne leur aptitude à mentir et à se jouer d'autrui sans scrupule, en manifestant même à cet exercice un évident plaisir. Aussi, lorsqu'on considère les relations de Guilhem de Nevers avec son entourage, ses réflexions sur l'altruisme, la pietat et la caritat que lui inspire son amour pour Flamenca perdent beaucoup de leur sens :

Anc mais tan pïatos non fui,
Ni∙m duelc per las autrui dolors. (vv. 4646-47)
Jamais je n'ai éprouvé tant de pitié / jamais je n'ai tant souffert de la douleur des autres.

  • 77 Et s'ambedni eron ab ellas / Aurion ab ad si deportesson / E s'avion cor que s'entramesson / Amari (...)

92Ces sentiments généreux, exprimés plus tôt, ne s'adresseront qu'à la dame, ainsi qu'aux demoiseaux Othon et Clari et aux demoiselles Alis et Margarida. L'égalité parfaite qui règne entre ces jeunes gens, leur amour mutuel de nature semblable à celui qui unit leurs aînés, l'attachement profond qui les lie à Flamenca et Guilhem77, dessinent un réseau de sentiments où la confiance est aussi indéfectible que la fin'amor qui en est la source.

93Ces six personnages semblent reconstituer le noyau d'une vraie société de paratge, conforme aux idéaux courtois, solidaire et unie, fondée sur la fin'amor, proche de l'image que certaines vidas peuvent proposer de la communauté où évoluent les troubadours.

94Mais la petite société quasi secrète représentée par l'Anonyme repose essentiellement sur les liens affectifs de ses six membres, au-delà de toute revendication théorique.

95Arnaut de Carcasses, Ramon Vidal et le romancier anonyme montrent chacun à leur manière la solitude des amants dans un univers hostile. L'auteur de Flamenca, quant à lui, se plaît à peindre les relations entre le couple et la société. La fin'amor dépasse dans son œuvre le cadre des relations amoureuses de deux personnes, mais, au sein d'une cour pleine d'artifices et de pièges, l'ilôt que constituent les trois jeunes couples d'amants donne la mesure de son espoir et de son scepticisme vis-à vis de l'utopie courtoise.

Notes

1 Un lieu commun que reprend l'auteur de Flamenca pour atténuer la responsabilité de Guilhem lorsqu'il prétend entrer en religion : Amors non a seinor ni par / E per so pot far a sa gnisa : Amour n'a ni seigneur ni pair : / aussi peut-il faire à sa guise (vv. 3716-17).

2 Op. cit., vv. 2135-94.

3 Cf. Jean-Charles Payen, « Irréalisme et crédibilité chez Béroul », Mélanges offerts à Jeanne Wathelet-Willem, Liège, 1978, pp. 465-475.

4 Erec et Enide, éd. Mario Roques, C.F.M.A., vv. 6000 ss. Cf. Jean Frappier, Chrétien de Troyes, éd. Hatier-Boivin, 1957, pp. 91-95.

5 Sur le rapport entre les deux couples, voir D. Kelly, « La forme et le sens de la quête dans Erec et Enide de Chrétien de Troyes », Ronmnia, XCII, 1971.

6 À propos de cette évolution de la fin'amor chez Chrétien de Troyes, cf. J.-Ch. Payen, « Peregris : de l'amor de lonh au congé courtois. Notes sur l'espace et le temps dans la chanson de croisade », Cahiers de Civilisation médiévale, 17, 1974, pp. 247-255, en particulier p. 253.

7 Gilda Caïti-Russo, Les troubadours et la cour des Malaspina, p. 14.

8 G. Cropp, op. cit., p. 100.

9 L. T. Topsfield, op. cit., p. 137.

10 G. Cropp, "vilania" et "cortesia", p. 439. Cf. B. de Ventadour, op. cit. : Cortezia mout etz vilaua / C'az aquesta fausa gen vaua / Fatz conoisser semblait ni amistatz (vv. 13-14).

11 Peire Cardenal, op. cit., LVII, str. 2, v. 17 ss.

12 Guiraut Riquier, op. cit., XIII, v. 23.

13 Guillem Montanhagol, op. cit., IX, vv. 5-6 : Car nos plai jois, can li autre son irat / Perc'a nos son tut jauzimen douat : Car la joie nous plaît, alors que les autres sont affligés / parce que toutes les raisons de nous réjouir nous sont données.

14 « La Châtelaine de Vergi et l'évolution de la nouvelle courtoise », Studia Romanica, fase. II, 1966.

15 Op. cit., p. 3.

16 Op. cit., t. 1, fabliau III, Du Vair Palefroi.

17 Biographies des troubadours, razon D, pp. 465-466.

18 Ibid., pp. 301-302.

19 Ibid., pp. 326-327 : EN Bernarz d'Anduza, q'era lo plus ouratz gentils bars qe fos en aquelas encontradas et era amies de Guilelm et de ma douma Guilelma, sil portet lo vers esait : Et Bernard d'Anduze, qui était le plus honorable des nobles barons de cette contrée, était l'ami de Guillem et de madame Guillelma (...) il lui remit le vers écrit. Version du manuscrit H ; dans le ms. R, Bernard d'Anduze n'est pas qualifié d'ami, mais de melhor hom de la encontrada, ce qui le qualifie spontanément pour agir.

20 Biographies des troubadours, p. 245.

21 Ibid., p. 161-163.

22 Ibid., p. 315.

23 Ibid. p. 153.

24 . P. 154. Le commentateur cite les vers de Rigaut qui inspirent son interprétation : Qe, se la cort del Poi et lo bobanz / E los fins precs del leials amadors / Nom relevon, ja mai non serai sors, / Que denhessen per mi clamar merce/ Lai on prejars ses merce pro nom te : Que, si la cour du Puy et sa magnificence / et les fidèles prières des loyaux amoureux / ne me redressent, jamais je ne serai relevé / qu'ils daignent crier merci pour moi / à celle auprès de laquelle la prière, sans merci, ne me sert de rien (p. 155).

25 Op. cit. vida A, p. 530.

26 Vida B, p. 531 ; razon C ; razon D. p. 544.

27 Pour Gilda Caïti Russo, « (...) le système de la référence au mécène en Italie devient bien plus statutaire et systématique qu'en Occitanie », cf. Les Troubadours et la cour des Malaspina, p. 5.

28 Selon Jean-Charles Huchet, « il ne s'agit pas seulement là d'un effet de réel, renvoyant à une situation de transmission observable, mais de l'appropriation du « cumte » par ses personnages, d'un brouillage volontaire des positions à l'intérieur de l'acte littéraire, d'une représentation de l'ouverture du texte à ce qui lui est extérieur. », cf. Nouvelles occitanes du Moyen Âge, pp. 19-20.

29 Flamenca, vv. 710-747.

30 De la même façon, la « carole », dans le Roman de la Rose de Guillaume de Lorris, brille d'un éclat superficiel : l'Amant doit s'en détourner pour mener à bien sa quête.

31 Flamenca, vv. 558-582.

32 Ibid. vv. 6727-31.

33 Flamenca, vv. 6737 ss.

34 Ibid. vv. 6749-55.

35 Ibid. vv. 6906-08.

36 Biographies des Troubadours : E qant Raimon de Castel Rossilhon auzi la canson q'En Cuillems avia faita, el entendet e creset qe de sua moillier Vagues faita : Lorsque Raimon de Castel-Roussillon entendit la chanson que Guillem avait faite, il pensa et crut qu'il l'avait faite au sujet de sa femme. C. p. 538. Cf. aussi D. p 548.

37 Jean Renart, Le Roman de la Rose ou de Guillaume de Dole, éd. Félix Lecoy, C.F.M.A. 1962, vv. 3153 ss.

38 Mais hanc hom pauc ni pron non ac / De Flamenca, car aitant plac / Que totz homs per pagatz s'en ten, / E ja noil fassa nulla ren : De Flamenca, au contraire, personne n'eut ni trop peu ni beaucoup, car son charme est tel / que chacun s'estime satisfait, / bien qu'elle ne fasse rien de particulier (vv. 7247-50).

39 Roger Dragonetti établit une relation entre le nom du comte et la manche de Flamenca (manega/marca/marcha), ce qui confirmerait que l'intérêt du personnage est essentiellement dans sa fonction de messager. Cf. Le gai savoir dans la Rhétorique courtoise, éd. du Seuil, Paris, 1982, p. 112).

40 L. T. Topsfield, « Intentions and ideas in Flamenca », Medium Aevum, vol. XXXVI, 1967, n° 2, pp. 119-133.

41 Flamenca, vv. 1656-71 ; vv. 1711-21 ; vv. 1740-56.

42 Ibid. vv. 383-424.

43 Flamenca, vv. 3479-3501.

44 « Farai un vers pos mi sonelh », v. N. Pasero, Modène, Mucchi, 1973, p. 125 ss.

45 Flamenca, vv. 3687-90. Dans l'Ysengrimus, le Loup se déguise en moine au cours de trois épisodes : cf. Ernst Voigt, Halle, 1884, vv. 325-704, pp. 276-299 ; vv. 821-868, pp. 307-310 ; vv. 869-1128, pp. 310-327.

46 « Li clerc si fan pastor », Les Troubadours, t. 2, p. 794, vv. 5-12.

47 Qui de la toison dam Belin / An leu de minitel sebelin / Sire Isengriu affubleroit / Li lous, qui mouton sembleroit, / Por qu'o les berbiz demorast, / Cuidiez vos qu'il lies devorast ? : Si on affublait Sire Isengrin de la toison de Sire Belin au lieu de lui mettre un manteau de zibeline / croyait-vous que s'il demeurait auprès des brebis, / le loup, qui ressemblerait à un mouton, / ne les dévorerait pas ? (Roman de la Rose, vv. 11093-98).

48 Sur le personnage de Faux Semblant, voir J.-Ch. Payen, La Rose et l'Utopie, p 81 ss.

49 Ute Limacher-Riebold cite un article de S. Nelli qui évoque « un certain Guillaume de Nevers, un polémiste cathare... qui pourrait bien avoir inspiré l'auteur de Flamenca », op. cit., p. 195.

50 « Scegliando per il suo eroe il nome ch'era appartenuto tra gli altri conti di Nevers, al piissimo Guglielmo II, l'amico di San Bernardo morto certosino nel 1148, l'Anonimo sapeva dell'esistenza di un'altro e opposto Willelmus nivernensis, il canonico che, lasciata la « meretrix » - ossia la Chiesa di Roma -, aveva abbracciato l'eresia catara ? » Letteratura medievale in lingua d'oc, p. 218.

51 « Son maître s'appelait Dominique », « Car tu es cavalliers e clerc, Guilhem ou le parfait chevalier », pp. 201-202

52 Amors non a seinor ni par / E per so pot far a sa guisa / Aissi cos vol home deguisa : Amour n'a ni seigneur ni pair : / aussi peut-il agir à sa guise / et il fait prendre à l'homme le déguisement qu'il veut (vv. 3716-18).

53 Cf. René Nelli, Les Troubadours, t. I, p. 631, qui cite à ce propos Uc de Saint-Circ.

54 Cf. Troubadours and Love, p 159 ss.

55 René Nelli formule cette hypothèse, avec quelques réserves, à propos de l'interprétation de s'apataris, op. cit., pp. 630-32.

56 Op. cit., vv. 224-27.

57 Cf. Ph. Damon, « Courtesy and Comedy in Le Roman de Flamenca », Romance Philology, vol. XVII, février 1964, n° 3, pp. 608-615.

58 Le terme engien apparaît le plus souvent en relation avec des mots qui évoquent la guérison amoureuse, la libération de Flamenca et la joie partagée : vv. 5122-23 : engien-garison : vv. 5125-28 : engien-gausen (amdui) ; vv. 5222-23 : engieins-amar ; vv. 5181-82 : engin-esser essems ; vv. 5401-02 : engin-estorser.

59 Montaiglon-Raynaud, t. 3, fabliau LXXXVIII, vv. 10-14.

60 R. Dragonetti, op. cit., p. 33 ss.

61 Cf. infra, ch. III, L'Amant.

62 Flamenca, vv. 6937-50.

63 Sur l'évolution du lien vassalique vers l'amitié proprement dite, cf. Huguette Legros, « Le vocabulaire de l'amitié, son évolution sémantique au cours du xiie siècle », Cahiers de Civilisation Médiévale, Université de Poitiers, XIIIe année, n° 2, avril-juin 1980, pp. 131-140.

64 Joufroi, v. 4070 ss.

65 Ibidem, vv. 4498.

66 Rita Lejeune, « Flamenca, fille fictive d'un comte de Namur », op. cit., pp. 341-353. Pour l'auteur, c'est à partir de 1272 que ce blason apparaît ainsi constitué. Le roman occitan serait donc postérieur à cette date.

67 Michel Pastoureau, Une histoire symbolique du Moyen Âge, Seuil, 2004, pp. 203-206.

68 Ibid., p. 103.

69 E prec que, vezen mi, si-us plas, / Estas salutz vos eis digas / Car vos las sabres mielz legir / E faire los motz avenir : Et je vous prie qu'en ma présence / vous disiez vous-même ces saluts / car vous saurez mieux les lire / et mieux faire valoir les mots (vv. 7083-86).

70 Montaiglon-Rainaud, t. 6, fabliau CLI. Le chevalier feint d'être un fantôme et supplie son rival d'obtenir pour lui le pardon de sa dame.

71 Biographies des Troubadours, razon C. p. 280. Boutière et Schutz voient dans cette version « une manière de fabliau », cf. note 1, p. 283.

72 Flamenca, vv. 7277-82 ; vv. 7287-307.

73 Flamenca, vv. 7328-40.

74 Ulrich Gschwind (op. cit., p. 193, note aux vers 5784-85) signale quelques traits communs entre Flamenca et la comédie latine Lydia, où le mari jaloux croit sa femme adultère quand elle est fidèle et vice versa.
Par ailleurs, Gustave Cohen signale la présence du motif du carpe diem inspiré d'Horace dans les comédies latines, et nous avons vu l'influence de ce motif sur la conception de l'amour et de la vie dans Flamenca. Cf. G. Cohen, La comédie latine en France dans la 2e moitié du xiie siècle, Académie royale de Belgique, 1931, p. 252.

75 Flamenca, vv. 7564-75.

76 Le premier vers rappelle la présentation d'Othon et Clari à Margarida et Alis par Flamenca : Aquist sou dui e vos est doas (v. 6460), présentation qui prélude à la rencontre amoureuse entre les jeunes gens. Le rapprochement des deux passages produit un effet d'ironie structurale. Cf. D. H. Green, op. cit., p. 326 ss.

77 Et s'ambedni eron ab ellas / Aurion ab ad si deportesson / E s'avion cor que s'entramesson / Amariu mai e vos e me : Auprès d'elles s'ils étaient tous deux, ils auraient avec qui se distraire. / Et si le cœur leur disait de s'entr'aimer, / ils nous en aimeraient davantage vous et moi (Flamenca, vv. 6434-37). Guilhem se préoccupe du bonheur de ses cousins, tout en espérant que leur amour se prolongera en un surcroît d'affection pour Flamenca et lui-même.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search