Version classiqueVersion mobile

Flamenca et les novas à triangle amoureux : contestation et renouveau de la fin’amor

 | 
Dominique Luce-Dudemaine

V- L'enseignement aux Dames dans Flamenca

Texte intégral

1La réalisation d'un bonheur éphémère ou durable est donc le point d'aboutissement des récits des novas « castia gilos ». Cette conception optimiste de l'amour s'exprime dans Flamenca à travers un discours didactique amplement développé qui s'adresse aux dames. Le ton en est vif, net, souvent revendicatif et véhément. Le romancier anonyme prend ici de vraies distances avec l'érotique des troubadours qui lui inspire des sentiments contradictoires oscillant entre la nostalgie, la fidélité et le désir assumé de rupture.

Un code précis et contraignant

2Pour exposer ses théories sur l'amour, l'auteur utilise ses personnages, en particulier l'héroïne. En effet, si Guilhem analyse tout au long de ses discours les sentiments qui l'animent et les vertus propres au fin aman, cette découverte de soi, tout en ayant valeur d'exemple, ne donne pas lieu à l'élaboration d'un code destiné aux jeunes gens. Au contraire, à partir de sa propre expérience, Flamenca propose aux dames un ensemble de règles et de prescriptions qui constituent progressivement un enseignement homogène et précis.

3Dans ce cadre, en contrepoint de l'image féminine idéale que représentent la dame et ses demoiselles, se dessine un type féminin négatif sur lequel l'auteur, à la suite de son héroïne, livrera son opinion.

  • 1 Cf. René Nelli, Érotique des Troubadours, t. I, p. 259.
  • 2 Sur la création de ce type féminin négatif dans la poésie des troubadours, voir Christiane Leube-F (...)
  • 3 Mas tan cou « a » val niais ques « i » /Tan valon mais eu sai ben qui / Ad obs d'amor que cil non (...)

4Cette antithèse est présente dans la poésie lyrique1 où elle est porteuse de la même intention didactique. Il n'est pas rare que les troubadours opposent la figure d'une bona domna conforme à leurs vœux, imaginaire objet de leurs souhaits ou de leurs aspirations, à une mala domna2, affectée de tous les défauts qu'ils veulent corriger chez leurs inspiratrices. L'évocation de la mauvaise dame occupe dans le roman de Flamenca une large place qui révèle l'importance du sujet aux yeux de l'auteur. Au contraire, rares sont les allusions aux mauvais amants. Guilhem fustige brièvement ceux qui se moquent de l'amour3 avant de les exclure en peu de mots de son discours :

Non dirai plus, quar non son digne
De comparai' plus qu'ad u cigne
Una chaves'o un nozol ! (vv. 2112-14)
je n'en dirai pas davantage, car les seconds ne sont pas plus dignes / d'être comparés aux premiers qu'une chouette / ou un hibou à un cygne !

5C'est sur un ton plutôt modéré que l'auteur critiquera plus loin les hommes trop attachés aux plaisirs de la chair pour apprécier les joies du regard amoureux :

Mai cil autre que baisar podon
A lur guisas, e puissas rodon
Ades entorn per las faissolas,
Non s'asauton d'aitals escolas. (vv. 6595-98)
Les autres, ceux qui peuvent prendre un baiser / à leur guise et qui ensuite tournent / toujours pour ôter la ceinture des femmes, / ne prennent aucun plaisir à cet enseignement.

  • 4 Vv. 4253-4301 ; 5549-5617 ; 6187-6320.

6S'il semble renoncer à les convertir, le romancier réserve aux dames une plus grande attention, fondant sur elles tous ses espoirs et ses efforts pédagogiques. Il va leur proposer, par la voix de son héroïne, un enseignement cohérent dont Flamenca énonce progressivement les articles, tout au long de trois discours4 prononcés à des moments cruciaux de sa propre expérience amoureuse.

7Le premier de ces développements didactiques prend place dès l'instant où la dame surmonte le trouble causé par les premiers mots que vient de lui adresser à l'église le jeune clerc encore inconnu d'elle.

  • 5 Amiga, quan sabrai del tot / Son cor, que-m dira mot e mot, / (E d'eissi a dos mes sabrent / Tot s (...)
  • 6 Vv.4267-73.
  • 7 A mors non vol ges domna vaira, / Non es domna pos son cor voira / E non atent aisso que dis : Amo (...)

8Sitôt revenue de son émotion, elle adopte une attitude ferme et se fixe une ligne de conduite : pressentant que l'audace du jeune homme ne peut avoir d'autre cause que l'amour, elle décide de ne pas lui imposer d'épreuves longues et douloureuses. Elle ne veut que vérifier sa sincérité5. Une fois ce projet arrêté, elle enchaîne aussitôt pour stigmatiser l'indécision coupable des dames qui font indûment languir leur amant.6 À cette inconstance7 qu'elle dénonce et qui disqualifie toute dame qui s'y livre, l'héroïne oppose des règles précises concernant l'usage des délais d'attente imposés aux amants : en aucun cas leur patience ne doit être mise à l'épreuve pendant plus d'une année sans qu'une faveur leur soit accordée :

Dïabols es fers, s'a cap d'an,
Merces non l'a d'aitan forsada
Qu'a son amie, una vegada
Savais, que no fassa plazer
Tal que de leis non desesper. (vv. 4274-78)
C'est un diable farouche, si au bout d'un an d'attente, / Merci ne l'a pas contrainte / à faire plaisir à son ami, / au moins une fois, / pour qu'il ne désespère pas d'elle.

  • 8 Par exemple, chez Bernard de Ventadorn : « Lo tems vai e ven e vire », « Can la frej'aura venta », (...)
  • 9 Judici d'Amor, op. cit., vv. 212-245.

9La véhémence du ton ne doit pas faire oublier le caractère exceptionnel de cette précision chiffrée. Lorsque les troubadours déplorent la longue attente à laquelle ils sont soumis, ils valorisent leur héroïque patience à subir une épreuve qui les qualifie comme parfaits amants. À ce lieu commun fréquent peut s'ajouter un autre motif, celui de la menace de rupture8, mais aucun poète ne songe à assigner à l'épreuve infligée par la domna des limites strictes. Dans le Judici d'Amor de Raimon Vidal, un chevalier courtise une dame sans que nulle faveur ne vienne combler ses espérances. Lorsqu'il s'enhardit à la demander, il essuie un dur refus et tombe en disgrâce. Pourtant, l'arbitre choisi pour juger ce cas, Uc de Mataplana, ne condamne pas la dame : son attitude, si elle est déraisonnable, ne justifie pourtant nullement une rupture, et l'amant n'est pas libre d'accepter l'amour d'une demoiselle compatissante et moins hautaine9. Le repentir de la dame et sa fidélité sans faille lui valent le pardon de sa faute ou plutôt de son erreur.

  • 10 « Domna vaira » (v. 4267), « Amors... falsa e truanda » (v. 4265), « Truphaïritz » (v.4270).

10Pour l'auteur de Flamenca en revanche, une vertu éclipse quasiment toutes les autres : la merci amoureuse. On remarquera que la plupart des termes péjoratifs dont Flamenca accable les femmes indécises ou coquettes10 sont ceux que les troubadours utilisent pour dénoncer la déloyauté chez les dames. Ce transfert de vocabulaire indique que le pire défaut pour le romancier est la froideur qui peut amener une femme à laisser se morfondre un homme sincèrement épris : la faute commise constitue à ses yeux une sorte d'infidélité à l'Amour même.

11Afin que les dames ne tombent pas dans ce travers, Flamenca leur indique une ligne de conduite bien tracée : non seulement elle détermine un délai maximum d'un an pour l'octroi d'une faveur, mais encore elle confère à celle-ci une valeur de garantie qui engage la dame pour l'avenir :

E, pois l'aura un plazer fag,
Si pois li met s'amor en plag
Que no-il fassa tôt quan voira,
Segon que tems e luecs sera,
Ben pot saber quel jois prumiers
Era falses e messongiers
E ges de bon cor non venia,
Mais car enganar lo volia
E far musar ho l'agues mort. (vv. 4279-87)
Et quand elle lui aura fait plaisir une fois, / si elle remet en discussion l'octroi de son amour, / et qu'elle refuse de faire tout ce qu'il voudra, / selon le moment et le lieu,/ elle peut bien savoir que ses premières faveurs / étaient fausses et mensongères, / ne partaient point d'un cœur sincère ; / c'est qu'elle voulait tromper son amant, / et l'amuser jusqu'à ce qu'elle l'eût fait mourir.

12On le voit, la dame est placée devant un dilemme : ou bien elle accorde à celui qui la courtise un plazer qui, par sa définition même la livre sans restriction au désir de l'amant - elle doit lui accorder « tout ce qu'il voudra » -, ou bien toute dérobade de sa part révèle une volonté de le tromper - enganar - et de provoquer sa mort.

13Aliénation ou homicide : on retrouve ici un discours où affleure un motif du grand chant courtois. C'est à peu près en ces termes qu'Arnaut Daniel, par exemple, pose une sorte d'ultimatum à sa dame :

  • 11 « En cest sonet coind'e leri », strophe V, 5-7, Les Troubadours, op. cit., pp. 110-112.

E sil maltraich nom restaura
Ab un baizar anz d'annou
Mi auci e si enferna11.
Si ne guérit mon tourment,/D'un baiser avant l'an neuf / Elle me tue et se damne.

14Mais la distance est grande entre la métaphore de la « mort par amour » et l'interprétation littérale qu'en tire le romancier, non sans rigueur didactique.

  • 12 Vv. 5549-5612.
  • 13 Voir chapitre 1, p. 31

15A l'instant de s'engager formellement envers Guilhem, Flamenca exhorte à nouveau les dames à surmonter leurs hésitations et à faire preuve, comme elle, de hardiesse. Elle vient alors de décider de prononcer la réplique Plas mi12 qui équivaut à une promesse. Le devoir de pratiquer la fin'amor se transforme et se précise : il s'agit d'acquitter une dette, un « cens » dont elle fixe les échéances.13 Une fois encore, un principe courtois tiré de la poésie lyrique prend un caractère de règle quasi juridique.

16Vient enfin le moment, pour l'héroïne, d'agir et de réaliser ses engagements. Alors qu'elle s'y apprête, après la première entrevue avec Guilhem, Flamenca confère à sa décision une portée exemplaire. Elle condamne aussi tout autre possibilité de choix pour une dame que celui du don de soi absolu et sans réserve. Exclure d'offrir son corps ne serait qu'un marchandage, et le souhait d'une relation chaste est ramené à une pure hypocrisie :

… .digon que ellas son
Castas e puras per dir non. (vv. 6219-20)
Comme pour signifier par ce refus / qu'elles sont chastes et pures.

17Ainsi, sans doute par souci de rééquilibrer les relations amoureuses en faveur d'un fin aman et pour le soustraire aux rigueurs d'une domna abusivement dominatrice, le romancier propose aux dames un code de comportement amoureux particulièrement contraignant. Quelle liberté et quelle initiative leur laisse-t-il ? Il omet en tout cas d'envisager le cas où l'amour n'est pas partagé. A l'en croire, l'indifférence est coupable et la dame n'a pas le droit de l'exprimer, mais le devoir d'y porter remède. Ce point de vue étrange n'est pas partagé par l'auteur de Jaufré. Celui-ci indique aux dames, par la voix de Brunissen, une manière d'éconduire sans rudesse un amant :

  • 14 Jaufré, vv. 7533-36.

E s'aquell'amor non l'agrada
Non l'escout mas una vegada,
Que nul deu jes so far entendre
Que nu l'a en cor as entendre14.
Si tel amour ne lui plaît pas, / qu'elle n'en écoute la déclaration qu'une fois, / car elle ne doit pas faire concevoir au soupirant/une espérance qu'elle n'a pas l'intention de satisfaire.

18De même, dans une tençon avec Pistoleta, la dame rassure le troubadour : une bona domna sait refuser des avances sans heurter la sensibilité de celui qui la courtise :

  • 15 Cyril P. Hershon, « Pistoleta », Revue des Langues Romanes, Philologie de l'ancien occitan, études (...)

Car anc domna no feri cavallier ;
Mas si no-ill platz que s'amor li profera,
Noi a plus dan e neguna maneira,
Qe bona dompna a tan d'enseingnamen
Qu'ab gent parlar s'en part cortesamen15.
Car jamais dame n'a frappé un chevalier ; / mais s'il ne lui plaît pas qu'il lui offre son amour, / il n'y éprouve pas plus de dommage, / car une bonne dame a tant d'éducation / qu'elle le quitte courtoisement avec de bonnes paroles.

  • 16 Sur la nature imparfaite de la dame, voir René Nelli, Érotique des Troubadours, t. II, p. 7-9.

19En assignant au contraire des limites strictes à la conduite féminine, l'auteur de Flamenca témoigne d'une certaine défiance à l'égard des dames. Ce sentiment n'est pas non plus étranger aux poètes lyriques16. : rappelons encore les vers de Bernard de Ventadorn :

  • 17 « Can vei la lauzeta mover », strophe 5, vv. 1-4, Les Troubadours, p. 74.

D'aiso s fa be femna parer
Ma domna, per qu'e 1h o retrai,
Car no vol so c'om deu voler
E so c'om li deveda, fai17.
Ma dame montre bien qu'elle est femme, / et c'est ce que je lui reproche / car elle refuse ce qu'on doit vouloir / et fait ce qu'on lui interdit.

20On entend dans les déclarations de Flamenca comme un écho à ces plaintes, un refus pur et simple d'admettre le côté aléatoire et souvent pathétique du sort de l'amant.

  • 18 Ce reproche est fréquent chez Marcabru et ses contemporains, cf. Érotique des Troubadours, t.I, pp (...)

21De plus, les troubadours reprochent parfois aux dames une sensualité excessive ou désordonnée18. Le romancier anonyme n'incrimine que leur froideur et leur incapacité à prendre un engagement ferme.

  • 19 Cf. C. Leube-Fey, op.cit., p. 100 ss.
  • 20 « Lo gen tems de pascor », Les Troubadours, t. II, pp. 76-80
  • 21 Pierre Bec, « L'antithèse poétique chez Bernard de Ventadour », Mélanges de Philologie romane dédi (...)
  • 22 Les Troubadours, p. 81, strophe 7, v. 2.

22Le code de l'amour destiné aux dames est énoncé sur un ton péremptoire et parfois violent. Certes, l'usage de l'invective n'est pas introuvable dans la poésie lyrique, visant la mala domna, mais le plus souvent il est réservé aux femmes jugées dévergondées. En effet la « dame sans merci » ne se confond pas avec la mala domna19. Ainsi lorsque Bernard de Ventadorn20 accuse sa dame impitoyable de lui rendre la haine pour l'amour, en une « cruelle réciprocité du mal rendu pour le bien »21, il ne tarde pas à réaffirmer cependant sa soumission respectueuse à celle qu'il nomme encore bella domna e pras22.

23Au contraire, selon Flamenca, la dame sans merci est la pire des créatures, la seule qui soit inaccessible à la douceur de la persuasion :

El mon non a drago ni vibra
Ors ni leon ni lop ni sibra
Qu'om no-1 puesca adomeschar
Ab gen tener, sie-i vol peinar. (vv. 4291-94)
Il n'y a nu monde dragon ni vipère, / ours, lion, loup ni bête sauvage / qu'on ne puisse apprivoiser, / en les traitant avec douceur, si l'on veut s'y appliquer.

  • 23 René Nelli, Ramon de Miraval, Du jeu subtil à l'amour fou, Verdier, 1979, « Chansoneta farai, venc (...)

24Certes, Ramon de Miraval compare sa dame à une lionne23, et Bernard de Ventadorn exorcise sa peur d'être repoussé en affirmant, avec un soupçon d'ironie, qu'il n'affronte ni un ours ni un lion :

  • 24 « Non es meravelha s'eu chan », strophe 7, v.7-8, Les Troubadours, pp. 64-68.

Ors ni leos non etz vos ges
Que-m auciatz, s'a vos mi ren24 !
Vous n'êtes point ours ni lion / pour me tuer, si je me rends !

25Mais dans le roman, l'assimilation de la dame cruelle à un démon -dïabols es fers (v. 4274) - marque une intention bien plus malveillante. En prêtant un caractère maléfique à celle qui, au terme d'une année de service amoureux, n'accorde aucune faveur à l'amant, l'héroïne fait preuve d'une exceptionnelle sévérité tout en reconnaissant un pouvoir considérable à la coupable. Elle leur déniera plus tard toute nuance de prestige et de mystère. Au paroxysme de l'indignation, voilà qu'elle les voue à l'infamant supplice du gibet :

Certas nom la deuria penre
Coma lairon per miei lo coll. (vv. 6266-67)
Certes, on devrait la pendre/par le milieu du col, comme un larron.

26L'évocation d'un châtiment exécrable révèle une réprobation profonde, une colère qui s'exprime de façon hyperbolique et théâtrale.

27La dégradation de l'image de la dame sans merci atteint son comble vers le terme du roman, au cours du tournoi final, lorsque le héros reçoit la manche de Flamenca et l'arbore avec discrétion à son écu. L'auteur interrompt alors son récit pour commenter ce geste significatif du triomphe de l'amour. En contrepoint de la bona domna (v. 7817) incarnée par Flamenca, il se lance dans une longue diatribe contre la mala domna, définie par un goût quasi obsessionnel du refus, assimilé une fois encore à une tromperie :

De mala domna sai eu ten
Que ren non pensa mai engan
E tot jorn troba ocaison
Consi puesca dire de non. (vv. 7825-28)
Sur la mauvaise dame, j'en sais assez / pour dire qu'elle ne pense qu'à tromper, / et toujours trouve un prétexte/pour dire non à l'amant.

28Le romancier laisse apercevoir à quel point le sujet le préoccupe personnellement - sai eu tan - et son exposé dénote de l'amertume, voire du cynisme. Il confirme d'abord sa haine du « non » : fût-il prononcé une seule fois, ce mot détesté comporterait des effets irréversibles. La dame qui aurait contracté la fâcheuse habitude du refus ne pourrait plus s'en débarrasser. C'est dans un registre de langage peu élevé et même trivial que l'auteur illustre cette notion de souillure indélébile :

Ges ola perdre non deu
La sabor don prima s'embeu. (vv. 7867-68)
La marmite ne peut pas perdre / la saveur dont elle s'est d'abord imprégnée.

29L'utilisation de cette image assez fâcheuse de la « marmite » vient confirmer une intention manifeste de rabaisser l'orgueil féminin perçu comme une menace. Ravalant la dame sans merci au rang d'objet aussi banal que peu engageant, le romancier insiste :

E en vaissel, qui nol te net
Aigrezira, qui ren i met. (vv. 7869-70)
Et un vase qu'on ne tient pas propre, / tout ce que l'on y met s'aigrira.

  • 25 Ovide, l'Art d'aimer, texte établi et traduit par H. Bornecque, éd. Les Belles Lettres, Paris, 198 (...)

30Dans son effort pour déconseiller aux dames toute vélléité de résistance, l'auteur marque une préférence pour un thème ovidien25, la menace du temps qui passe sur l'éphémère beauté des femmes. Celle qui dit non dans son jeune âge consentira trop tard, quant hom ren no-il demandara (v. 7836). Le motif du carpe diem contient un avertissement clair :

  • 26 On reconnaît l'image ovidienne de la vieille femme délaissée, cf. Ovide, Livre III., vv. 69-72.

Aissi con Ovidis retrai,
Tems sera que cil qu'aras fai
Parer de son amie no-1 vueilla
Jaira sola et freja e veilla... (vv. 6275-83)26
Connue Ovide le rapporte, / un jour viendra où celle qui maintenant/ montre qu'elle ne veut point de son ami, / dormira seule, vieille et glacée.

31Le poète latin s'adressait aux deux sexes pour évoquer l'inéluctable déchéance. Le romancier occitan lui, insiste. Il veut montrer aux dames cruelles le châtiment qu'elles se préparent et le bonheur dont elles se privent : au contraire, la bona domna s'attache à jamais un amant fidèle, car la fin'amor résiste à l'épreuve du temps :

Car beutatz faill e merce dura. (v. 6274)
Car beauté passe et merci dure.

  • 27 Car domna es plus leu anada/ Que non es rosa ni rosada : Car dame est plus vite passée / que la ro (...)
  • 28 Consi nos pensa li caitiva / Quan petit li dura son brieus ! / ja fail plus tost que non fai riens (...)
  • 29 Roman de la Rose, vv. 12 801-26.

32Mais la précarité du charme féminin est un sujet que l'héroïne évoque avec un détachement surprenant27, et c'est sans aucune nuance de regret que l'auteur s'y attarde28. Le ton est nouveau, car ce lieu commun est abordé avec quelque nostalgie par d'autres poètes. Chez Jean de Meun, par exemple, le pathétique n'est pas absent lorsque le personnage de la Vieille rappelle sa jeunesse enfuie29

33Mais pour l'auteur de Flamenca, le processus de vieillissement constitue une aide que la nature consent aux hommes contre l'orgueil des femmes :

Mais d'aitan sui eu ben devis,
Si beutatz fos com aur o vis
Que cascun an si meillures,
Ja, per afan c'om ne dures
Ab domna merce non trobera. (vv. 7841-45)
Mais sur ce point, je sais bien voir clair :/ si la beauté était comme l'or ou le vin, / que chaque année elle s'améliorât, / pour tant qu'on endurât de tourments, / on ne trouverait point de merci chez une dame.

  • 30 A partir de la seconde moitié du xiie siècle, joven est essentiellement attribuée aux dames, cf. G (...)
  • 31 C. Leube-Fey, op. cit., pp. 418-421.

34Ainsi la merci amoureuse est redéfinie comme une réaction de défense fondée sur un calcul : c'est la peur de vieillir qui les rend plus accessibles, et non, comme le chantent les troubadours, une vertu essentielle du cœur féminin. Le grand chant courtois évite d'évoquer la vieillesse et l'enlaidissement de la domna. Celle-ci a au contraire l'apanage de joven30 qui la situe en principe hors d'atteinte de l'outrage du temps. Et lorsque Guy d'Ussel31 prédit à sa dame la perte de sa beauté, il n'y voit que le résultat de l'abandon par cette mala domna des vertus courtoises sans lesquelles elle n'a pas à ses yeux de charme véritable.

35En leur refusant l'illusion d'une immuable jeunesse, le romancier de Flamenca entend remettre les domnas au rang de créatures mortelles. Loin de les idéaliser, il les veut d'abord accessibles, dans leur extrême et quasi providentielle fragilité. Pour lui, joven est simplement une saison de la vie. C'est à ce moment que doivent se nouer les liens de l'amour. Aussi fixe-t-il avec précision l'âge auquel les dames doivent s'acquitter de leur dette envers Anior. Ses deux héros rayonnent d'une jeunesse bien réelle tout comme les couples que vont former Alis et Margarida, suivantes de Flamenca, avec Othon et Clari, les cousins de Guilhem. Leur très jeune âge n'empêche pas les demoiselles de jouer un rôle très actif auprès de leur dame, à qui elles prodiguent non seulement un soutien amical, mais aussi des conseils avisés qui soulignent la qualité de leur culture courtoise. Les deux couples de jouvenceaux paraissent en tous point dignes de leurs aînés. En effet leurs sentiments se distinguent d'emblée par leur profondeur et les liens exclusifs et durables qu'ils engendrent :

Et an si plevida lur fes
Que tostemps sion amic intier
E quan il seran cavallier
Au bas domnas non amaran
E quant ellas donnas seran
Non fassan autres cavalliers. (vv. 6484-90)
Ils ont engagé leur foi / qu'ils seront toujours fidèles. / Et quand ils seront chevaliers, / ils n'aimeront point d'autres dames ; / et quand elles seront mariées, elles ne chercheront point d'autres chevaliers.

  • 32 Vv. 6471-81.

36Si leur amour est de même nature que celui qui lie leurs aînés, les jeunes gens ne connaissent, eux, nulle difficulté à se rencontrer et aucun obstacle ne les sépare. Amoureux au premier regard, ils ne chercheront pas à remettre à plus tard leur union charnelle32. La spontanéité avec laquelle ils se livrent au plaisir partagé n'apparaît jamais comme un manque d'éducation courtoise et l'auteur exprime au contraire son approbation vis-à-vis de l'attitude des jeunes filles :

E pos n'an aizina ni luec
Ferai, som cug, ben mal laissar., (vv. 6478-80)
Et puisque le lieu et l'occasion le leur permettent, / c'eût été bien mal, m'est avis, de refuser ce jeu.

37Aucune ironie dans le ton : l'héroïne vient en effet confirmer qu'elles ont raison. La dame accomplie qui n'ignore rien de la fin'amor ordonne purement et simplement aux demoiselles de n'opposer aucune résistance à leurs amants :

Aquist son dui e vos est doas
E voil quel sieu aia cascuna ;
Non s'en tassa pregar neguna,
Car e-us prec e-usdic eus coman
Que fassa tot so qu'il volran. (vv. 6460-64)
Voici deux jeunes gens, et vous êtes deux. / je veux que chacune ait le sien / qu'on ne se fasse pas prier ! / C'est moi qui vous demande, qui vous dis, qui vous commande / de faire tout ce qu'ils voudront.

38En interdisant à Alis et Margarida « de se faire prier », elle confirme un principe déjà bien établi : aucun délai ne doit être imposé à l'amant, sinon pour éprouver sa sincérité. La parole de Guihem garantit celle des damoiseaux en même temps que leur valeur. La perfection qu'ont en partage les quatre jouvenceaux ne peut que faire naître entre eux la plus haute forme d'amour. A ce point du récit, s'abolit l'incommunicabilité des êtres, source d'angoisse que le romancier déplorait naguère :

E si fos Amor dreituriera
Tut cor foran d'una maniera, (vv. 3193-94)
Si Amour était équitable, / tous les cœurs seraient faits d'une même manière.

39La fiction réalise cet idéal d'harmonie qui règne entre les couples, levant tout obstacle à la communion de leurs cœurs et de leurs corps.

40Pour en revenir aux ordres de Flamenca à ses demoiselles, ils confirment les réticences du romancier vis-à-vis des formes et des rites dont peut s'entourer la pratique de la fin'amor. Point de distance ici, ni d'effort, ni de souffrance. Dans cette erotique, ni la dame ni la demoiselle ne mène le jeu. Le romancier insiste bien sur l'obligation pour la domna d'abandonner toute prérogative. Lorsque Flamenca commande à Alis et Marguerite d'accorder à Othon et Cla ri tot so qu'il volran, elle répète à peu près dans les mêmes termes l'énoncé des devoirs de toute dame envers son amant : il doit obtenir d'elle tot quan voira (v. 4281).

41L'empressement des jeunes gens, teinté d'hédonisme, prouve aussi leur sagesse, car ils savent mettre à profit les circonstances : aizina ni luecs, le lieu et le moment... Les encouragements à jouir de l'instant fugace, l'ardent désir de voir les personnages brûler les étapes du domnei sont autant de signes qui marquent la volonté de se démarquer de l'érotique courtoise.

42Le motif du temps qui passe occupe une grande place dans le roman, ainsi que la mise en garde contre tout ce qui fait obstacle au bonheur. Sa réalisation est un objectif qui prend le pas sur les considérations morales. Ces concessions aux contingences liées à la condition humaine tempèrent nettement la part accordée à l'idéal dans l'érotique de Flamenca.

L'usage de la force en dernier recours

43Pour le confirmer, il reste à examiner un dernier article du code d'amour que livre l'héroïne. Par opposition à la bona domna dénuée de réticences et d'hypocrisie, certaines femmes sont enclines aux tergiversations et aux refus. Quel recours l'amant sincère a-t-il contre elles ? L'auteur, par la bouche de la parfaite dame, va le lui révéler :

E hom poir'esser trop coites
A l'autre mot, ver ne digam,
Pos sera vengutz a reclam
S'aten que si donz lo somona
Mais, si leucs e aises o dona,
Prenga de lui seguramen
So que no-il dona ni l defen. (vv. 6217-24)
Il pourra, par contre être trop courtois, / disons-le franchement /celui qui, après être venu à l'appât de sa dame, / attend qu'elle l'invite à prendre l'avantage. / Si le lieu et l'occasion le permettent, /qu'il prenne hardiment/ce qu'elle ne donne ni ne refuse.

  • 33 Un art d'aimer occitanien, pp. 38-39.
  • 34 « Vim licet appelés, grata est vis ista puellis... » Ars Amatoria, op. cit., v. 671.

44René Nelli33 rapproche ces vers d'un passage de l'Ars Amatoria où Ovide conseille lui aussi à l'amant de faire preuve d'audace et d'user de sa force pour venir à bout d'une résistance qui ne peut qu'être feinte : c'est sous cette apparence que, selon lui, toute femme dissimule son désir. Le romancier occitan ne croit pas que l'usage de la violence puisse être « agréable »34 à une femme. Mais il suggère qu'un tel acte pourrait avoir un effet bénéfique pour elle : incapable de dire oui, figée dans son refus par l'habitude invétérée qui la rend inapte au consentement, elle en viendrait à espérer la contrainte comme on attend une délivrance :

E prega Dieu qui ja la cre,
Qu'a las oras non volgues ben
Ques hom la forses de son pron,
Mais il non saup mudar rason
Ni dire d'oc per nescies. (vv. 6243-47)
Qu'elle prie Dieu, si aujourd'hui on la croit sincère (dans son refis de l'amour) /de ne pas être réduite à souhaiter / qu'un homme, pour son avantage, fasse violence à sa vertu / mais elle n'est pas disposée à changer de sentiment / ni, tellement elle est sotte, à dire oui.

45Comme l'indique l'expression de son pron, l'auteur tente de donner un fondement moral à son conseil. Sa suggestion est pourtant de toute évidence contraire à la morale courtoise, à laquelle il essaie de l'intégrer malgré tout. Sa gêne se traduit par quelques précautions oratoires - a l'autre mot, ver ne digam -, et par la clause de réconciliation qu'il ajoute :

E en apres plaidej'ab ella
O per domna, o per donzella
O per amic d'ams cuminal. (vv. 6255-57)
Et ensuite, qu'il s'accorde avec elle / par l'entremise d'une dame, d'une donzelle / ou d'un ami commun d'elle ou de lui.

46En conseillant l'intervention d'un tiers pour rétablir l'entente entre les amants, il reconnaît implicitement l'offense faite à la dame, un acte qui n'est pas conforme au « droit d'amour ». Mais il place le problème sur le plan formel en évoquant une fois encore un motif familier de la littérature amoureuse, celui de l'arbitrage opéré par un messager bienveillant. Ce motif sous-tend le Judici d'Amor de Raimon Vidal, et se trouve dans de nombreuses Vidas.

  • 35 Biographies des Troubadours, pp. 356-367.
  • 36 Le mari de la dame, Barrai, tente d'apaiser sa colère : En Baral la comenset a casliar e a dire qu (...)
  • 37 « .. .ela lo volia far destruire de la persona, ibid., p. 356.

47Dans ces textes, le motif du désaccord des couples n'est cependant jamais de l'ordre du viol déguisé auquel le romancier convie l'amant éconduit. Le simple fait de dérober un baiser à sa dame constitue au contraire une faute grave contre le « droit d'amour ». Il vaut à Peire Vidal de s'exiler par crainte des représailles de sa dame35. La célèbre « folie » du poète, invoquée pour excuser sa faute36, ne sert pas à expliquer sa fuite. Sa réaction est spectaculaire, mais non disproportionnée. Les intentions meurtrières37 de la dame à rencontre du troubadour irrespectueux ne sont pas présentées comme absurdes ni démesurées. Même si une note d'extravagance colore les biographies de Peire Vidal, son geste n'apparaît ni anodin ni innocent. Le respect de la volonté de la dame constitue bien ici un devoir absolu de l'amant.

  • 38 Angelica Rieger, Trobniritz, pp. 292-306.
  • 39 N'Aimeric, e -us vauc conseillait / Que, s'ab si us colga, faitz l'o be (vv. 10-11), cité par Ange (...)
  • 40 L. T. Topsfield, Troubadours and Love, ch. 3, Marcabru and Fin'Amors, p. 70 ss.

48La plupart des troubadours adoptent ce point de vue. René Nelli note cependant une exception dans une tençon où l'un des interlocuteurs défend une position « ovidienne », « la tenzon de Rofin e de domna H38 ». Le sujet du débat poétique est le suivant : le meilleur amant est-il celui qui obéit à sa dame ou celui qui transgresse l'ordre de chasteté qu'elle leur a donné ? L'épreuve imposée aux deux rivaux rappelle l'asag tel que le définit Nelli. La dame mène le jeu et juge son partenaire en fonction de sa soumission aux règles qu'elle lui impose. Ici cependant, loin d'attendre de lui l'obéissance et le contrôle de soi, Domna H. soutient que le meilleur amant est celui que la passion emporte et dont la hardiesse prouve la virilité. Dans un partimen avec Aimeric de Peguilhan, Elias d'Ussel39 soutiendra le même point de vue. Opinion pour le moins paradoxale, où pointent l'ironie, la provocation, l'inversion des rôles, en tous cas le jeu et l'éloge du plaisir. Quoi qu'il en soit, remarquons que son interlocuteur parle de fin'amor quand Domna H. évoque simplement amors. Marcabru établissait une nette distinction entre la première expression désignant la conception courtoise occitane de l'amour, et le désir charnel incontrôlé, qui n'est selon lui source d'aucune valeur morale40.

  • 41 The Comedy of Eros, p. 47 ss.
  • 42 Marie-Thérèse Lorcin, Façons de sentir et de penser : Les fabliaux finançais, éd. Champion, 1979, (...)
  • 43 J. A. Schmeller, Carmina Burana, Breslau, 1904 : par exemple voir n° 45, p. 135 : « Grates ago Ven (...)

49Le romancier de Flamenca propose un discours tout didactique dénué d'équivoque et d'humour. Il cherche à inclure dans une érotique courtoise un adage ovidien qui, fût-il atténué, réinterprété et présenté comme une clause d'exception, ne se trouve que dans certains Arts d'aimer tels que l' Art d'Amors de Guiart41. Encore cet auteur du xiiie siècle, originaire d'Île-de-France, a-t-il pour dessein de détourner ses lecteurs d'une passion qu'il considère dangereuse pour leur salut. De plus, ce n'est pas une dame que Guiart propose de séduire, mais une jeune fille. Or ce personnage inspire, dans la littérature du Moyen Âge, un bien moindre respect que la dame. Les fabliaux42 la montrent volontiers naïve et sotte, proie facile pour des « valets » entreprenants et rusés. Et certains poèmes des Goliards43 relatent, comme le fait aussi Jean de Meun à la fin du Roman de la Rose, la conquête d'une partenaire très jeune et inexpérimentée.

  • 44 Flamenca, vv. 4711-15.
  • 45 Glynnis Cropp, p. 100 ss.

50Ces conceptions érotiques sont pourtant très éloignées de celle de Flamenca, dont l'héroïne est une dame accomplie, et qui reste dans son ensemble fondée sur le principe du respect mutuel des amants. Guilhem de Nevers se reproche d'avoir seulement exprimé le vœu de « tenir » celle qu'il aime sans qu'elle ait agréé ce désir44. Mais cette extrême délicatesse de sentiment trouve un digne objet en la personne de Flamenca qui incarne l'idéal de la bona domna. Le romancier marque ici un certain réalisme. Par la voix même de son héroïne, il entend prémunir des hommes sensibles, rendus vulnérables par leur sincérité, contre l'éventuelle rencontre de partenaires très imparfaites. Il les invite à ne pas être victimes de scrupules excessifs afin que leurs qualités ne tournent pas injustement à leur détriment. Qu'ils ne se montrent donc pas trop cortes... Cortesia désigne habituellement une qualité plus sociale que morale45. Dans le contexte présent, l'adjectif cortes réfère au comportement de l'amant vis-à-vis de la dame et son champ sémantique semble s'ouvrir à l'ensemble des vertus courtoises. En admettant que le respect de ces valeurs puisse excéder une juste mesure, le romancier occitan signale les limites et les dangers d'un idéal dont la poursuite peut décevoir et priver l'amant de toutes chances de bonheur. Ce risque est perçu comme insupportable. Pour lui éviter frustration et désespoir, Flamenca offre une solution qui peut s'assimiler à un viol déguisé. Ainsi la révolte de l'auteur contre une domna lointaine et réticente révèle sa tentation de rejeter l'idéal qu'elle personnifie chez les troubadours. Son respect absolu n'ouvre pas la voie à une joie supérieure, il fait obstacle au bonheur tel qu'il le conçoit : le plein épanouissement de l'homme par l'amour, sans retard ni souffrance préalable.

Notes

1 Cf. René Nelli, Érotique des Troubadours, t. I, p. 259.

2 Sur la création de ce type féminin négatif dans la poésie des troubadours, voir Christiane Leube-Fey, « Bild und Fonktion der Dompna in der Lyrik der Trobadors », Studia Romanica, Heidelberg, 1971, p. 74 ss.

3 Mas tan cou « a » val niais ques « i » /Tan valon mais eu sai ben qui / Ad obs d'amor que cil non fan / Ques van d'amor tot jorn gaban / E d'anior un mot non entendon ; / Re non sabon ni non aprendon : Et bien, autant a l'emporte sur i, / autant certains que je connais valent mieux, / dans ce qu'amour exige, que tels aubes qui vont toujours / se moquant de lui, / et n'en savent point le premier mot. / Ils ne savent rien et ne veulent rien en apprendre (vv. 2106-11).

4 Vv. 4253-4301 ; 5549-5617 ; 6187-6320.

5 Amiga, quan sabrai del tot / Son cor, que-m dira mot e mot, / (E d'eissi a dos mes sabrent / Tot som pensat, s'aitan vivem), / S'ieu conosc qu'amors lo destreina/ E-il serai donna bon'e fina / E ja mon cor no-il celarai, / Mais tan cant cl voira voirai : Amie, quand je connaîtrai tout à fait / son cœur, qu'il me découvrira mot par mot/ et d'ici à deux mois nous saurons, / si Dieu nous prête vie, toute sa pensée / si je reconnais qu'Amour l'étreint,/ je serai pour lui dame bonne et parfaite, / je ne lui fermerai pas mon cœur / et je ferai toutes ses volontés (vv. 4253-60).

6 Vv.4267-73.

7 A mors non vol ges domna vaira, / Non es domna pos son cor voira / E non atent aisso que dis : Amour ne veut point d'une dame changeante, / Elle n'est plus dame celle dont le cœur varie, / et qui ne tient point sa parole (vv. 4267-70).

8 Par exemple, chez Bernard de Ventadorn : « Lo tems vai e ven e vire », « Can la frej'aura venta », « Lo gens tems de pascor », Les Troubadours, p. 60 ss., p. 7 ss., p. 80 ss.

9 Judici d'Amor, op. cit., vv. 212-245.

10 « Domna vaira » (v. 4267), « Amors... falsa e truanda » (v. 4265), « Truphaïritz » (v.4270).

11 « En cest sonet coind'e leri », strophe V, 5-7, Les Troubadours, op. cit., pp. 110-112.

12 Vv. 5549-5612.

13 Voir chapitre 1, p. 31

14 Jaufré, vv. 7533-36.

15 Cyril P. Hershon, « Pistoleta », Revue des Langues Romanes, Philologie de l'ancien occitan, études et grammaire, 2003,1.107, n° 2, pp. 247-341.

16 Sur la nature imparfaite de la dame, voir René Nelli, Érotique des Troubadours, t. II, p. 7-9.

17 « Can vei la lauzeta mover », strophe 5, vv. 1-4, Les Troubadours, p. 74.

18 Ce reproche est fréquent chez Marcabru et ses contemporains, cf. Érotique des Troubadours, t.I, pp. 238-242.

19 Cf. C. Leube-Fey, op.cit., p. 100 ss.

20 « Lo gen tems de pascor », Les Troubadours, t. II, pp. 76-80

21 Pierre Bec, « L'antithèse poétique chez Bernard de Ventadour », Mélanges de Philologie romane dédiés à la mémoire de J. Boutière, Liège, 1971, p. 117.

22 Les Troubadours, p. 81, strophe 7, v. 2.

23 René Nelli, Ramon de Miraval, Du jeu subtil à l'amour fou, Verdier, 1979, « Chansoneta farai, vencut » pp. 56-57.

24 « Non es meravelha s'eu chan », strophe 7, v.7-8, Les Troubadours, pp. 64-68.

25 Ovide, l'Art d'aimer, texte établi et traduit par H. Bornecque, éd. Les Belles Lettres, Paris, 1980, livre II, v. 107-144.

26 On reconnaît l'image ovidienne de la vieille femme délaissée, cf. Ovide, Livre III., vv. 69-72.

27 Car domna es plus leu anada/ Que non es rosa ni rosada : Car dame est plus vite passée / que la rose ou la rosée (6289-90).

28 Consi nos pensa li caitiva / Quan petit li dura son brieus ! / ja fail plus tost que non fai riens / De pluja, qu'es plus robiniers / De cet ques es acostumiers / De cotre, que de fon a cap : Comment ne lui vient-il pas à l'esprit, la malheureuse, / combien peu dure son rôle de belle ! / Il cesse plus vite que ne fait le ruisseau / dû à la pluie, momentanément plus impétueux / que le ruisseau acoutumé / à courir en pennanence, qui a son origine dans une source (vv. 7850-55).

29 Roman de la Rose, vv. 12 801-26.

30 A partir de la seconde moitié du xiie siècle, joven est essentiellement attribuée aux dames, cf. G. Cropp, op. cit., p. 96.

31 C. Leube-Fey, op. cit., pp. 418-421.

32 Vv. 6471-81.

33 Un art d'aimer occitanien, pp. 38-39.

34 « Vim licet appelés, grata est vis ista puellis... » Ars Amatoria, op. cit., v. 671.

35 Biographies des Troubadours, pp. 356-367.

36 Le mari de la dame, Barrai, tente d'apaiser sa colère : En Baral la comenset a casliar e a dire qu'ela no s'i devia a mal tener, qu'era uns fols, op. cit., p. 356.

37 « .. .ela lo volia far destruire de la persona, ibid., p. 356.

38 Angelica Rieger, Trobniritz, pp. 292-306.

39 N'Aimeric, e -us vauc conseillait / Que, s'ab si us colga, faitz l'o be (vv. 10-11), cité par Angelica Rieger, Trobairitz, p. 302.

40 L. T. Topsfield, Troubadours and Love, ch. 3, Marcabru and Fin'Amors, p. 70 ss.

41 The Comedy of Eros, p. 47 ss.

42 Marie-Thérèse Lorcin, Façons de sentir et de penser : Les fabliaux finançais, éd. Champion, 1979, pp 87-89.

43 J. A. Schmeller, Carmina Burana, Breslau, 1904 : par exemple voir n° 45, p. 135 : « Grates ago Veneris », n° 50, p. 141 : « Si linguis angelicis ».

44 Flamenca, vv. 4711-15.

45 Glynnis Cropp, p. 100 ss.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search