Version classiqueVersion mobile

Flamenca et les novas à triangle amoureux : contestation et renouveau de la fin’amor

 | 
Dominique Luce-Dudemaine

IV- Un art d'aimer, un art du bonheur

Texte intégral

1Dans les trois novas « à triangle », l'union des amants va se réaliser grâce aux circonstances créées par le gilos. Le récit tout entier tend vers le triomphe de l'amour, dont le châtiment de la jalousie constitue un épisode quelque peu secondaire.

L'insondable cœur féminin

2La nouvelle de Raimon Vidal accorde moins de place à l'intrigue amoureuse que Flamenca et le Papagai. Le succès de l'amant y paraît à la fois aléatoire et inéluctable : les souffrances qu'il endure, sa situation critique et injuste, et surtout son infinie soumission à l'amour, qui le fait renoncer à toute fierté chevaleresque et l'amène à risquer sa vie, créent une tension pathétique que rien ne peut résoudre sauf l'intervention bénéfique de la dame. Les circonstances qui réunissent les amants sont providentielles, mais Amors ne veille-t-elle pas à ce que le mérite soit récompensé et l'injustice réparée ?

3Dans le Papagai, le jaloux est relégué hors du cadre narratif proprement dit. Mais le poème d'Arnaut de Carcassés traduit une conception de l'amour proche de celle du Castia Gilos. Dans les deux textes en effet, les sentiments, les points de vue et les intérêts de chacun des protagonistes des deux sexes diffèrent profondément. L'affectivité de l'amant est marquée par une grande stabilité en même temps qu'elle apparaît comme immédiatement déchiffrable. A l'opposé, le cœur féminin est quasi insondable et les réactions de la dame sont imprévisibles. Son passage du refus au consentement peut surprendre par sa soudaineté et semble bien éloigné d'un élan amoureux. Il doit beaucoup, au contraire, à l'intervention d'agents extérieurs : le gilos maladroit ou l'habile messager ailé.

  • 1 Les serviteurs félicitent Elvira d'avoir enfermé le « traître » et se préparent à l'exécuter : E d (...)

4Raimon Vidal ne fournit aucun indice sur les dispositions d'Elvira envers Bascol ; l'attitude de la dame est toujours motivée par les liens conjugaux : ainsi le respect des intérêts de son époux l'amène à tolérer les déclarations d'amour d'un allié puissant ; puis, lorsqu'elle s'estime insultée par les soupçons d'Alphonse, elle ourdit un plan de vengeance dont l'intermède amoureux n'est qu'une première étape : un deuxième temps consiste à tenter de provoquer la correction du jaloux par ses gens, sachant le risque mortel auquel elle l'expose en le faisant passer pour Bascol1 et le troisième à savourer ses excuses en présence de témoins. Ce plan en trois phases est aussi celui de la Bourgeoise d'Orléans, mais la dame du fabliau fait nettement la part du plaisir amoureux et celle de la vengeance. Elle avait de toute façon accordé un rendez-vous au jeune clerc et la jalousie du bourgeois était bien fondée.

5Dans la nouvelle courtoise, aucune complicité entre les futurs amants, aucun signe avant-coureur d'inclination, ne laissent prévoir la faveur accordée par Elvira. Si l'amour masculin se caractérise par la force irrépressible de la passion, la domna montre plus de volonté que d'émotivité. Entre ce que ressent Bascol et les motivations d'Elvira, il n'existe aucun point commun : l'auteur ne se soucie guère de montrer une réciprocité de l'amour.

6La dame d'Arnaut de Carcassés semble elle aussi difficile à comprendre. Tout d'abord ferme dans ses refus, elle se transforme peu après en amante coopérative, pressée tout à coup de rencontrer celui qu'elle repoussait quelques instants auparavant. Mais son brusque revirement ne ressemble que superficiellement à celui de l'héroïne du Castia Gilos, qui ne doit qu'à elle-même sa décision, et dont le comportement obéit à une ferme logique.

  • 2 Le Papagai de Flaubert, réflexions à propos de la dame de Las Nouas del Papagai.
  • 3 Que douas tan gran poder an / Elas an be tan grau poder / Que messonja fan semblar ver... (vv. 418 (...)

7Elle se livre avec l'oiseau messager à un véritable duel de rhétorique dont le Perroquet, ainsi que le montre Gérard Gouiran2, ne sort pas vainqueur. On peut fort bien en déduire que l'expression de l'amour qu'elle prétend porter à son époux ne constitue qu'un des arguments de la tençon, un des plus redoutables sans doute à contrer. Rien ne permet de croire à sa sincérité sur ce point : sa soudaine reddition tend au contraire à l'infirmer. La misogynie est solidement ancrée dans cette représentation d'un comportement féminin où les actes viennent contredire la parole dans un laps de temps très réduit. Cette conduite peut prêter à sourire mais elle est propre tout de même à inspirer quelque effroi. Raimon Vidal obtient le même effet quand il se livre à des généralisations sur la « puissance »3 des femmes, qui repose sur le « mensonge ».

  • 4 André Le Chapelain, Traité de l'amour courtois, introduction, traduction et notes par Claude Burid (...)
  • 5 « Elles étaient pourtant d'une très grande beauté, mais couvertes des vêtements les plus affreux e (...)

8Venons-en aux menaces auxquelles recourt le Perroquet, à bout d'arguments : elles ne réfèrent pas à la tradition lyrique mais à certains arts d'aimer du Nord. Ainsi dans le livre I d'André Le Chapelain4, un dialogue s'instaure entre un noble et une femme de la noblesse. Pour convaincre son interlocutrice de la nécessité d'aimer, l'homme raconte sa rencontre avec le Dieu d'Amour et sa suite, rencontre qu'il présente comme une expérience vécue. Il s'attarde longuement sur les tourments que subissent dans cet au-delà mythique les dames qui ont refusé d'aimer5. L'effet est immédiat : la dame se convertit et change radicalement de discours :

  • 6 Ibidem, p. 92.

« Que ton récit soit vrai ou faux, la peinture de ces tourments affreux me terrifie au point que je ne veux pas me tenir à l'écart de la chevalerie d'Amour... »6

  • 7 Op. cit. note 55 p. 225.
  • 8 Le Papagai de Flaubert, op. cit. p. 9

9D'autres versions du même thème sont signalées par Claude Buridan. C'est le motif central du Lai du Trot, œuvre contemporaine du traité d'André Le Chapelain, et un récit identique sera repris dans les Consaus d'Amor de Richard de Fournival, ainsi que dans un salut d'amour que Paul Meyer date du début du xive siècle7. L'allusion menaçante aux « foudres » du Dieu d'Amour n'est donc pas un thème inconnu des amateurs de littérature amoureuse à caractère didactique. De plus, les vertutz du Dieu d'Amour dans le Papagai, ainsi que le note Robert Lafont, cité par Gérard Gouiran8, indiquent « une opération surnaturelle : miracles ou maléfices », un sens qui peut tout à fait convenir pour suggérer des châtiments infligés aux dames cruelles non seulement dans ce monde - n'oublions pas que le Perroquet menace de salir la précieuse réputation de l'héroïne - mais aussi dans l'au-delà.

L'égalité en amour

  • 9 Flamenca, vv. 5625-28 ; 5629-32 ; 5635-39.
  • 10 Ibidem, v. 5649.
  • 11 Ainsi manque-t-il de s'évanouir en contemplant la tour où Flamenca est captive (vv. 2134-42), et l (...)

10Le romancier de Flamenca envisage tout autrement les rapports amoureux. Il a soin de décrire, chez l'héroïne, la naissance et le développement d'un sentiment de nature semblable à celui qu'éprouve l'amant. Souffrances et angoisses ne sont plus réservées exclusivement à l'homme. La révolte de Flamenca, puis sa reddition à Amor s'expriment dans des termes que pourrait utiliser son partenaire. Elle invoque, pour décrire son désarroi, les mêmes lieux communs de la mort imminente, des flèches d'Amour dont les blessures sont à la fois cruelles et douces9. À l'issue du monologue où elle se décide à prononcer les mots Plas mi qui l'engagent tout à fait vis-à-vis de Guilhem, sa perte de connaissance10 la rapproche encore de lui, qui manifeste àplusieurs reprises le même symptôme d'émotivité11. Et bien avant qu'ait lieu l'échange des cœurs, lorsque le jeune clerc vient de prononcer sa deuxième réplique Mor mi, s'établit entre les amants une complicité dont l'auteur s'émerveille :

S'o aguesson tostz tems empres
L'us l'autre melz non entendera, (vv. 4506-07)
Eussent-ils de tout temps convenu ce moyen, / qu'ils ne se fussent pas, l'un et l'autre, mieux entendus.

11Cette entente presque immédiate ne fait du reste que réaliser le songe prémonitoire où Guilhem demandait secours à Flamenca avant de la connaître. La dame à peine aperçue accordait sans réticence le secours demandé, loin d'exploiter la position de supériorité que lui conférait l'humble attitude de l'amant. Bien au contraire, elle s'adressait à lui sur un ton d'extrême douceur, exprimant sa considération en le nommant senher (v. 2839), ou bel senher (v. 2889), et s'excusant de lui demander qui il était (v. 2841).

  • 12 Faitz vos aisa antre mos bras/E baisar vos ai, bels amics... : Venez ici dans mes bras, / mon bel (...)

12Lorsque s'achève le songe, elle relève et embrasse l'amant agenouillé en signe de l'accord désormais établi entre eux12, un geste qui rétablit entre eux l'égalité. La dame ne se départira jamais de l'attitude adoptée dans le rêve. Elle s'adresse toujours à Guilhem dans les mêmes termes de tendresse et d'estime. Ainsi l'humilité masculine ne reste pas sans écho, et la dévotion absolue de l'amant est équilibrée par le don total et sans réserve que l'héroïne fait d'elle-même. A leur première entrevue, elle se refuse à lui offrir un de ces présents que peuvent échanger des amants comme gage de leurs liens, car aucun signe matériel ne saurait symboliser l'absolu de l'amour :

Mon aver no -us ai donat ges
Sabes per que ? Car tota us don
Mi meseissa e -us abandon, (vv. 6028-30)
Je ne vous ni rien donné de ce qui m'appartient. / Savez-vous pourquoi ? C'est que je me donne toute entière/et m'abandonne à vous.

13Ce don réciproque est l'aboutissement d'une approche mutuelle des amants où la dame joue un rôle positif. Nulle aide extérieure n'intervient entre les deux partenaires. Les réponses de Flamenca aux premières plaintes du héros font progresser leur dialogue sans causer de véritable retard. La question Per cui ? qui fait suite à la déclaration d'amour pourrait paraître superflue, mais l'amant, après une première réaction de surprise, comprend que la dame l'amène ainsi à abandonner une plainte jusque-là narcissique et le guide vers elle en provoquant la réponse qui la désigne, Per vos :

Mais pos li plai que m dein sufrir
Que il diga del tot mon désir,
Leu mi sera del tot a dire. (vv. 4951-53)
Mais puisqu'il lui plaît de bien vouloir souffrir / que je lui découvre clairement mes désirs / je l'aurai belle à tout lui dire.

  • 13 Ben a doucx passât vassalage / Aqnest rix bonis, c'aisi m'enquiera : Il n'en est donc plus au simp (...)
  • 14 Bel senher, ben sai et enten / Que vos est rix homs d'aut parage : Beau Sire, je sais, je comprend (...)

14Toute disposée à la bienveillance, la dame ne semble pas désapprouver la rapidité avec laquelle le jeune homme passe de l'amor als prêts (v. 4975). Elle est surprise, mais son étonnement se teinte d'admiration lorsqu'elle désigne l'amant par les termes rix hom13 qu'elle utilise aussi lorsqu'elle devine sa noble origine14. L'audace dont il fait preuve est bien considérée par elle comme une vertu qui le qualifie.

15Cette insistance à montrer l'égalité des amants résonne comme un écho des vers de Bernard de Ventadorn lorsqu'il rêve d'un amour réciproque :

  • 15 The songs of Bernart de Ventadour, Stephen Nichols, University of North Carolina Press, Chapel Hil (...)

En agradar e en voler
Es l'amors de dos fis amans
Nulla res no i pot pro tener
Si lh voluntatz non es egaus15.
De plaisir et de désir / est fait l'amour de deux parfaits amants/rien ne vaut que par la même volonté partagée.

  • 16 Les Troubadours, éd. Nelli et Lavaud, 1.1, pp. 134-38.

16Gui d'Ussel exprime la même aspiration dans une tençon où Maria de Ventadorn lui oppose le devoir masculin d'obéissance à la dame16. Quant à Peire Cardenal, il refuse énergiquement toute marque d'humilité :

  • 17 Poésies completes du Troubadour P. Cardenal, publiées par R. Lavaud, Toulouse, 1957, cobla XI.

C'atretan li cug far d'onor
Coin il a mi se I don m'amor17.
Car je crois lui faire autant d'honneur / comme elle à moi, si je lui donne mon amour.

  • 18 Flamenca est soleilla (v. 5019) comme Guilhem est soleilz, ainsi que l'affirme Alis ; sur les méta (...)
  • 19 E per so provi per razon / Ques en la soa garison / Prendes vos plus de garimen / Que el meteis, q (...)

17Le romancier de Flamenca est du même avis18 Son héroïne pousse très loin les conséquences de cette égalité des sexes en amour. La défense des mérites et des droits de l'amant par une voix féminine donne de la force à la thèse défendue. C'est qu'ici la dame, tout autant que l'amant, tend vers l'amour et a besoin pour y parvenir de l'aide masculine. Comme le dit Marguerite (vv. 5409-40), Flamenca, pour accomplir son destin et payer le « cens » à la déesse Amor, doit être sauvée à la fois de la prison où son mari la tient, et de la frustration de toute possibilité d'aimer. Pour la jeune demoiselle, la dame est même plus redevable à celui qui la courtise qu'il ne l'est envers elle19. Si la situation de la captive peut expliquer ce raisonnement, la gratitude si souvent exprimée par Flamenca constitue une réponse aux tenants de l'éternelle supériorité de la domna.

  • 20 Un art d'aimer occitanien, René Nelli, op. cit., p. 108.
  • 21 Op. cit., XV, v. 2 et v. 37.

18En conséquence, on peut comprendre le rejet des délais qui pourraient être imposés à l'amant. La prise de position de l'auteur de Flamenca rejoint celle de Montanhagol, ainsi que le remarque René Nelli20. A l'opposé de Guiraut Riquier qui prône le lonc dezirar, le lonc dezir plazen21, le romancier ne peut admettre que la dame retarde à dessein un bonheur qui est aussi le sien. Il assimile cet excès de réserve à rien de moins que baratz e tricharia (v. 6207) : la mala domna est celle qui ne sait que refuser (v. 7825 ss.).

19Le véritable amour ne souffre aucune réticence. Il ne laisse pas non plus de place au doute ni au moindre soupçon. La confiance de Flamenca n'est pas un instant entamée lorsque Guilhem se prétend amoureux de la Belle de Belmont. Elle devine aussitôt le subterfuge destiné à abuser Archimbaut et à masquer la véritable identité de la destinataire du « salut d'amour ». Les deux amants maîtrisent parfaitement le jeu courtois et l'usage du senhal. Lorsqu'ils se retrouvent en privé, l'épisode n'est que l'occasion d'une plaisanterie légère. Quand le chevalier la rassure en lui confirmant son indifférence à toute autre dame, l'héroïne fait preuve d'une rare assurance :

Belz douz amix, ben o sabia
Mais per vos proar o disia. (vv. 7409-10)
Beau doux ami, je le savais, / ce que je disais n'était que pour vous éprouver.

20La fusion symbolisée par l'échange des cœurs, qui a eu lieu avant le départ de Guilhem, explique cette foi sans mélange. Elle constitue le but suprême auquel tendent l'un et l'autre. Délais et épreuves ne sont ni nécessaires ni acceptables. L'amour vrai est à la fois absolu dans sa pureté et tout aussi réel que les éléments physiques constituant la matière :

Mais amor es cais element
Simples e purs, clars e Iuzens
E fai soen de dos cors u. (vv. 2076-78)
Amour est, pour ainsi dire, un élément / simple et pur, clair et brillant. / Souvent de deux cœurs, il fait un.

L'aspiration au bonheur

  • 22 Se pogues esser cominals / Aitals plazer esperitals, / Ben cug valgues unas daveras/Que dezir e fa (...)

21La foi mutuelle de Guilhem et Flamenca coïncide avec une intense aspiration au bonheur, assortie de la volonté affirmée de le réaliser. Le rêve et la méditation occupent certes une large place dans le récit, mais loin d'être cultivés pour eux-mêmes, ils sont source de la réflexion et de l'énergie nécessaires à l'action. Ainsi, la vision qui transporte le héros auprès de la prisonnière dans sa tour lui apporte joie et courage : il est libre, en pleine possession de ses moyens, et se prépare à agir. Mais peut-on se contenter de songes qui n'apportent « qu'une ombre de plaisir »22 ? Cette digression mélancolique du narrateur, au milieu d'une scène où la mystique amoureuse atteint un sommet de joie, peut sembler étrange. Fait-il une allusion à sa propre expérience, à des espoirs déçus ? On peut aussi entendre ici comme un écho désenchanté des conceptions les plus éthérées de la fin'amor, célébrées par des troubadours comme Guiraut Riquier. Mais l'amour impossible qui se nourrit de songes apporte des joies qui semblent bien minces au romancier.

  • 23 Flamenca, vv 3324-57.
  • 24 Ibid., vv. 3376-78 ; 3381-92.

22Son héros se montre au contraire bien en prise avec le réel et sait faire preuve de pragmatisme. Au soir du premier mai, alors qu'il est en proie aux tourments, la tentation du désespoir l'assaille23, mais il s'arrache très vite au fatalisme et, dans un sursaut de vitalité, se met à élaborer point par point les étapes successives de son plan d'approche de la captive. Tous les détails en sont énumérés, depuis les études parisiennes du clerc Nicolas jusqu'au travail nocturne des maçons dans le souterrain24. Le cadeau qui assurera la coopération de l'hôtesse Bellepile est également prévu. Comme si en se concentrant sur ces points concrets et positifs, le héros trouvait une échappatoire au pessimisme. La réflexion, chez lui, débouche aussitôt sur l'action : dès le lendemain matin, on le voit partir inspecter les bains, jauger la nature du terrain et choisir l'emplacement qui conviendra à l'entrée du souterrain. Aucun retard dans l'exécution du plan qui vient d'être élaboré. L'action intelligente et méthodique, le stratagème astucieux, l'ingéniosité occupent une place non négligeable dans la progression de la narration. Et le mot qui exprime le mieux ces notions se situe au centre du dialogue que les amants vont échanger : Ver gein (v. 5204), à la onzième des vingt répliques qui le composent.

  • 25 Ibid., vv. 2800-2959 : à la veille du premier mai, après avoir aperçu Flamenca à l'église pour la (...)

23La réussite de l'aventure amoureuse est du reste considérée par Flamenca comme un objectif essentiel. Dans le songe où elle lui livre les moyens d'arriver jusqu'à elle25, la captive met généreusement Guilhem en garde contre une entreprise qui n'a aucune chance d'aboutir :

Per so us prec que no us amores
De mi, car ja pro no i aures. (vv. 2865-66)
C'est pourquoi je vous prie de ne m'aimer point, / car vous n'y aurez aucun avantage.

24Le conseil que lui demande alors l'amant ne se résume pas, comme on pourrait s'y attendre, à un simple encouragement, ni même à la promesse de son amour. Le jeune homme attend - et Flamenca le comprend ainsi -qu'elle lui montre la voie à suivre à travers les obstacles réels qui les séparent. Ce chemin passe par les deux seules failles du dispositif mis en place par Archimbaut, les deux seuls contacts avec le monde qui restent à l'épouse emprisonnée : l'église et les bains. Le songe de Guilhem a quelque chose de providentiel et de miraculeux, mais il n'est ni creux ni inutile.

25Les deux autres novas, le Castia Gilos et le Papagai montrent aussi que le bonheur est au bout du chemin. Il résulte d'une action menée avec astuce et efficacité par Elvira de Barbastre dans la première, et par l'oiseau messager dans la seconde. Chez Raimon Vidal, la Dame ourdit, comme Guilhem de Nevers, un plan assez complexe qui nécessite une qualité assez triviale pour être généralement l'apanage de personnages de fabliaux : la ruse. Le perroquet déploie lui aussi beaucoup d'ingéniosité et d'énergie pour rendre possible l'union des amants. Infatigable diplomate, il multiplie les allées et venues entre Antiphanor et la dame en son verger, persuadant l'une, informant l'autre, se servant tant de ses ailes que de sa dialectique. Pour arriver à ses fins, il doit à la fois imaginer et réaliser la diversion qui permettra la rencontre. Il utilise pour incendier le château une arme aussi destructrice que courante lors des attaques de forteresses, le feu grégeois. Par ailleurs, l'image du donjon en flammes s'impose comme métaphore du feu passionnel et des dommages qu'il cause à l'ordre établi.

26La banalité de la cause n'exclut pas cependant le caractère sublime de l'effet produit, vision magnifique et triomphale de l'amour réalisé envers et contre tout. Cette alliance quelque peu paradoxale ressort en fait des trois récits. Leurs auteurs ne dissimulent pas le niveau concret voire terre à terre des moyens qui permettent d'accéder au bonheur amoureux, sans mettre en cause sa valeur, en le justifiant au contraire comme le but à atteindre coûte que coûte.

  • 26 Flamenca, vv. 2854-55.
  • 27 Cf. Glynnis Cropp, op. cit., pp. 339-340 et p. 376.

27Dans ce bonheur, le plaisir charnel tient une grande place. Pour la Dame du Papagai, promettre son amour équivaut à accorder à Antiphanor une entrevue qui n'a rien de chaste. Sa promptitude à lui accorder ses faveurs n'a rien à envier à celle d'Elvira de Barbastre. Pour Flamenca et Guilhem, la première entrevue, empreinte de sensualité, exclut provisoirement l'union charnelle qui se réalise dès le lendemain. C'est que la plénitude est d'emblée promise aux amants et s'inscrit dans la nature même de leur relation. Dans l'avertissement qu'elle donne en songe à Guilhem, la dame affirme bien que aizir et gatizir26 constituent des aspirations légitimes sans lesquelles la quête amoureuse devrait être abandonnée. Ces termes, qui ont chez les troubadours une forte connotation sensuelle27, perdent toute trace d'ambiguïté dans le contexte narratif. Non seulement l'union des corps est un accomplissement qui s'impose comme une évidence, mais surtout, il n'altère en rien la pureté absolue des sentiments.

28Dans cette conception érotique, la fonction essentielle impartie au cœur ne doit pas faire oublier le rôle de la raison ni celui des sens. Le romancier de Flamenca tient au contraire à affirmer l'unité d'une fin'amor qui mobilise l'ensemble des facultés humaines et engage l'être tout entier. L'énamourement de Guilhem commence par une volonté d'aimer, celui de Flamenca par la conscience d'un destin à accomplir. Ensuite vient la sensualité, dès la première rencontre du héros avec la dame. Ignorant le plaisir qu'elle procure à Guilhem, c'est avec une lenteur voluptueuse qu'elle écarte un instant les voiles qui la dissimulent et laisse apercevoir à Guilhem sa main, puis sa bouche :

Son gan trais de la destra ma
E per ucaison d'escupir
Baissa 1 musel, tan que gausir
Poc ben Guillems tota la boca. (vv. 3122-25)
Elle ôta son gant de la main droite / et, afin de tousser, / elle abaissa le bandeau de devant sa bouche, /ce qui donna à Guillaume le plaisir de voir cette bouche entièrement.

29Elle se découvre un peu plus en prononçant Pren l'i, les premiers mots de consentement à l'intention de l'amant :

Quar mostret li plus que non sol
Los ueils, la boca e 1 morsol. (vv. 5283-84)
En lui laissant voir plus que d'ordinaire/ ses yeux, sa bouche, le bas de son visage.

  • 28 Cf. Pierre Bec, "L'antithèse poétique chez Bernard de Ventadour", Mélanges Boutières, Liège, 1971, (...)

30Le geste plein de promesses encourage l'amant, avivant son désir tout en le rassurant sur les dispositions de Flamenca à son égard. Ainsi la distance qui sépare les amants permet à Guilhem de découvrir très progressive-ment la beauté de Flamenca. Cette jouissance raffinée évoque l'érotisme émanant de la poésie des troubadours, à ceci près qu'elle n'est contrebalancée ici d'aucun sentiment d'inquiétude ni de précarité. La tension joie-douleur, l'alternance de l'espoir et du désespoir qui caractérisent les premiers émois de Guilhem ne sont pas sans rappeler une fois encore les motifs chers à Bernard de Ventadorn28. Cependant, ces tensions s'estompent et vont peu à peu faire place à une certaine sérénité. À mi-chemin de leur dialogue, c'est-à-dire à partir du Qu'en puesc ? (v. 5039) prononcé par Flamenca, disparaissent les longs débats où l'amant était en proie aux tourments et aux angoisses. Si l'Amant de la Rose voyait se multiplier les épreuves au fur et à mesure de sa progression dans la quête amoureuse, Guilhem de Nevers voit au contraire s'aplanir les obstacles et disparaître les motifs de douter de son succès final.

  • 29 Isses vos en elz banz defors/ On no-us fallira ja demors : Allez làs-bas, dans les bains : / L'agr (...)

31Le rapprochement des amants s'opère sur un rythme lent et suivant une progression sans heurt. C'est dans ce contexte qu'a lieu leur première entrevue aux bains de Bourbon. Les deux demoiselles sont présentes, mais l'heure n'est pas encore venue pour Guilhem de présenter ses cousins Othon et Clari. C'est au rendez-vous suivant qu'Alis et Marguerite font leur connaissance et les choisssent pour amis. À l'invitation de leur maîtresse, les trois jeunes couples se retirent dans les bains29 et laissent pour la première fois Flamenca et Guilhem dans une intimité complète.

32Le premier rendez-vous est surtout l'occasion de faire plus ample connaissance grâce à une conversation plus libre. Aussi l'intention de l'héroïne est-elle de « parler » à Guilhem :

Quar hanc non sa vinc per bainar
Mais que pogues a lui parlar. (vv. 5807-08)
Car je ne suis pas venue ici pour nie baigner / mais pour parler avec lui.

33Un des premiers soins de l'amant est de se présenter, à la grande joie de Flamenca, qui éclate en toute spontanéité et sans réserve :

...del tot a lui s'abandona ;
Prent s'a son coll, estreg lo baisa
De nulla ren mais non s'esmaia
Mas que lo puesca pron servir
E de baisar e d'accuillir
E de far tot so qu' Amors vol. (vv. 5934-39)
...elle s'abandonne entièrement à son amour pour lui. / Elle se prend à son cou, l'embrasse étroitement. / Elle ne s'inquiète de rien, / si ce n 'est de le pouvoir servir avec assez de dévouement,/en l'embrassant, eu l'accueillant, / et en faisant tout ce qu'Amour veut.

34On remarque une fois de plus l'alternance d'une expression ration­nelle accordant une place primordiale au langage, et de l'émotion vive où le corps, à travers les gestes, baisers et caresses, reprend ses droits.

  • 30 René Nelli, Erotique des Troubadours, t. 2, p. 42 ss., et Un art d'aimer occitanien, ch. 2, pp. 12 (...)

35Aussi semble-t-il difficile de voir ici les rites de l'assag, que René Nelli30 définit comme une épreuve imposée à l'amant par la dame. Certes le contrôle et la purification du désir, la distance, souvent voulue par la douma, constituent des motifs récurrents dans la poésie des troubadours. Les poètes lyriques peuvent faire référence à une forme d'amour « chaste » comme celui qu'André le Chapelain nomme amor purus :

  • 31 Traité de l'Amour Courtois, Livre I, p. 125.

« Il consiste dans la contemplation de l'esprit et dans les sentiments du cœur, il va jusqu'au baiser sur la bouche, à l'étreinte et au contact physique, mais pudique, avec l'amante nue ; le plaisir ultime en est exclu, ce dernier étant interdit à ceux qui veulent aimer dans la pureté ».31

  • 32 René Nelli, op. cit., p. 32 : en mon poder.
  • 33 lbid., p. 38 : Vos m'avez la fe plevida / que nom demandez faillida : Vous m'avez fait la promesse (...)

36Dans la poésie lyrique, la dame peut détenir un pouvoir d'initiative et de contrôle sur la conduite de son partenaire. Or, la scène du roman ne se déroule pas conformément à ces rites. Alors que la Comtesse de Die émet le souhait que l'amant soit « en son pouvoir »32 et qu'Azalaïs de Porcairargues lui fait jurer de garder une certaine réserve33, Flamenca refuse toute attitude de supériorité vis-à-vis de Guilhem. Elle adopte au contraire une humilité égale à celle de l'amant, que souligne l'utilisation du terme servir, inhabituel dans le vocabulaire courtois pour décrire un comportement féminin. L'abandon de la dame est total, justifié par les mérites du héros :

Quar tan bel e tan gent vos vei
E tan cortes e tan adreg
Que per fin'amor e per dreg
Aves mon cor lonc tems avut
E ve us lo cors aici vengut
Per vostre plazer autrejar. (vv. 5864-69).
Car je vous vois si beau et si aimable, / si courtois et si avisé/ que par droit d'Amour parfait / vous possédez mon cœur depuis longtemps. / Et voici maintenant le corps venu ici / vous accorder votre plaisir.

  • 34 Ans li fes niais honors et bens / Non saup grasir eissa Merce : Elle l'honora de plus de faveurs / (...)

37Prête à tout accorder, Flamenca dépasse en générosité Merci elle-même34 ; c'est qu'elle excelle dans son rôle de domna tel que le conçoit le romancier, et se montre plus encline au don qu'à la réticence. Chez elle, les qualités intellectuelles n'entravent en rien les élans du cœur. Quant à l'amant, il se montre dans ces circonstances totalement dépourvu d'initiative, conformément aux règles de la fin'amor. Et si, comme dans l'assag, les relations amoureuses en restent à un stade sensuel sans inclure « le plaisir ultime », c'est pour ainsi dire par omission et non par exclusion volontaire :

Amors tan plazers lur ministra
Que jassers no i es mentagutz. (vv. 5968-69)
Amour leur fournit tant de plaisirs / qu'il ne fut point question de coucher ensemble.

  • 35 Ibid, vv. 5975-79.

38La jouissance sensuelle absorbe si bien les amants que son intensité est simplement indépassable. Dans les termes, rien ne suggère ici un effort pour contrôler le désir. Aucune référence même implicite, n'est faite à la vertu de mezura. La joie partagée provient aussi des paroles échangées, lorsque les amants répètent à loisir les mots de leur dialogue.35

39L'amour n'a pas commencé sous l'aiguillon du désir, et il n'évolue pas par la sublimation d'une pulsion charnelle. A l'inverse, le sentiment amoureux est, dès l'origine, une intention qui peu à peu prend forme, puis va s'incarner lentement. Ce processus évoque une sorte de maturation. Lors de leur premier rendez-vous, la connaissance et la compréhension mutuelle des amants, tant morales que physiques, sont encore incomplètes : tous leurs désirs tendent à les parfaire. Le rythme que suit leur rapprochement obéit plus aux mouvements de leur cœur et de leurs sens qu'à une régulation d'ordre culturel, à moins qu'ils ne soient si imprégnés de morale courtoise qu'ils se conforment sans effort à la loi d'Amour...

40Le romancier se plaît à décrire une entente et une complicité sans faille entre ses personnages. Il envisage l'univers amoureux comme lieu idéal de paix et d'harmonie. Aussi tend-il à effacer tout conflit entre le corps et le cœur.

  • 36 Amors es mal que al cor te/E ten l'arma presa e dansa : L'amour est un mal qui s'attaque au cœur, (...)
  • 37 E la natura, qu'es maïstra / Dels cors, e son obs li ministra, / Es al guerir fort entendiva, / Ma (...)
  • 38 Matfre Ermengau, Breviari d'Amor, Introduction, glossaire et texte par Gabriel Azaïs, Béziers-Pari (...)
  • 39 Flamenca, vv. 6537-6625.
  • 40 Mais cil autre que baizar podou / A lur gnisas, c puissas rodon / Ades cutorn per las faissolas / (...)

41Il est bien avéré que selon lui l'amour est « un mal de l'âme »36 que la Nature ne saurait guérir37. Il se démarque ainsi de tous les courants naturalistes qui s'expriment dans l'œuvre de Jean de Meun, mais aussi dans le texte occitan du Breviari d'Amor, où Matfre Ermengau place l'amour humain sur un même plan que les pulsions sensuelles qui agitent toutes les créatures38. Se plaçant à l'opposé de cette conception, le romancier de Flamenca évoque longuement la joie spirituelle du regard amoureux39, à la fois indicible et supérieure à tout autre, en particulier à celle que donne un baiser. L'intervention du narrateur est assez longue pour qu'il expose clairement une vision nuancée et personnelle de l'amour. Il ne condamne pas formellement les hommes qui ne considèrent les femmes qu'aux alentours de leur « ceinture »40, tout juste peut-on discerner une certaine désapprobation de sa part. Il s'adresse à un public plus raffiné et complice, celui qui sait ce qu'est la fin'amor :

Quar totz homs ques am finament
E nom pren autre jauziment
Mais lo esgartz simples e purs [...]
Er ab mi d'aicest jugamen... (vv. 6587-98)
Tout homme qui aime finement / et ne trouve de jouissance / que dans les regards échangés, simples et purs/ .../sera avec moi de cet avis...

42Cette sympathie pour une jouissance très platonique ne l'empêche pas de donner sa préférence à une autre expérience érotique, qui concilie durablement jouissance charnelle et joie spirituelle :

Mais tals n'i a cui non coven
Le joi d'amor que d'ueilz lur ven
Neguna sazon oblidar
Ni per tener, ni per baizar. (vv. 6599-6602).
Mais il en est d'autres, au contraire, / qui ne sauraient jamais oublier / la joie d'amour qui procède des yeux, / même dans l'étreinte et le baiser.

  • 41 Cf. Les Troubadours, éd. Nelli et Lavaud, pp. 148-151, le verbe tener est traduit par « posséder » (...)

43Les termes tener et baisar ne peuvent impliquer dans ce contexte une continence partielle ressemblant à l'amor purus conseillé par André le Chapelain. En effet, la scène décrite et commentée par le romancier conclut la première rencontre charnelle de ses deux héros. Le verbe tener a du reste chez un troubadour comme Daude de Prades un sens très proche de jasser41, dans le poème qui établit une classification ternaire de la passion amoureuse : en plus du plaisir pur, détaché de tout attachement sentimental et dispensé par une soudadeira envers laquelle il ne montre aucun mépris, mais qu'il définit au contraire comme coind'e pro, Daude distingue une fin'amor chaste qui s'adresse à la domna, et une relation inégale avec une jeune fille :

Eu am mi donz per mais valer
Et am piucella per tener, (strophe 3, vv. 2-3).
J'aime Dame pour valoir plus / Et pucelle pour en jouir.

  • 42 Sur les divisions ternaires de l'amour et l'influence d'Aristote, cf. R. Nelli, Érotique des Troub (...)

44La pucelle, dans sa candeur, donne sans rien exiger. En elle, nulle trace de calcul ni de trahison. Avec elle, à l'inverse de ce qui lie l'amant à la dame, s'établit un rapport d'infériorité et de dépendance du sexe féminin. L'ironie et le cynisme ne sont pas absents de ce poème, ainsi que le sens de la provocation qui consiste à introduire dans une chanson du registre courtois une prostituée, personnage qui en est normalement exclu. La classification ternaire de Daude de Prades se démarque nettement de la classification aristotélicienne des formes de l'amitié42. Il se place sur un plan pratique et assez trivial, en voulant non plus élire la catégorie la plus épurée de l'amour, mais cumuler les avantages des trois degrés qu'il décrit. Le troubadour ne semble pas concevoir la possibilité d'une relation d'égal à égale : le plaisir est vénal, et dans le domaine des sentiments, il n'existe qu'une alternative : aimer, ou être aimé. On peut voir dans cette œuvre une remise en cause des contraintes de la fin'amor et de sa suprématie, puisqu'elle ne fait pas à elle seule le bonheur d'un homme. L'exigence de bonheur qu'il exprime rapproche Daude de Prades du romancier de Flamenca. Mais, à l'inverse du narrateur, le poète affirme ici que la sexualité est incompatible avec les sentiments.

  • 43 Cf. André le Chapelain, op. cit., livre I, p. 125 et Robert Bossuat, Li Livres d'amours de Drouart (...)

45Or l'amour de Flamenca et Guilhem répond à la définition de Yamor mixtus, selon André le Chapelain ou amour niellee dans la traduction qu'en donne Drouart43. Mais contrairement à leur théorie, au lieu d'être voué à un dépérissement rapide, le lien amoureux décrit dans le roman occitan atteint la perfection, et ce, de façon définitive, allant à l'encontre des prévisions de la règle IV du De Arte honeste amandi selon laquelle :

  • 44 André le Chapelain, op. cit., livre II, p. 182.

Il est certain que toujours l'amour augmente ou diminue44

46L'auteur a certainement en tête cette assertion lorsqu'il la fait démentir presque mot pour mot par Flamenca :

No s pot mais cresser ni mermar
Nostr'amor quant a bien amar. (vv. 6197-98)
Notre amour ne saurait croître/ ni diminuer comme sentiment sincère.

47Cette mise en cause d'un courant de l'érotique courtoise s'assortit d'une affirmation plus contestataire encore :

Mais per obra pot ben parer
Ancaras mielz, per far saber
Conssi uns cors amdos nos lia ;
Mos amix es et eu s'amia
Que no i a si ni retenguda. (vv. 6199-98)
Mais pour ce qui est des actes il peut s'affirmer / mieux encore afin de paraître / que c'est un même cœur qui tous deux nous lie.

48Si l'essence même de l'amour est immuable, son existence implique une évolution : il peut encore s'accomplir per obra, et la suite du discours de la dame ne laisse aucun doute sur le sens charnel de cet accomplissement :

Tener mi poira tota nuda
Quan li plasera, o vestida
Que ja ne li tarai ganzida. (vv. 6204-06)
Il pourra me tenir toute nue ou vêtue, / je ne lui opposerai point de refus.

49Un refus de sa part serait désormais baratz e tricharia (v. 6207) : à l'amant de choisir la forme d'amour qui lui convient, continente ou non. La dame sera à son gré nuda... o vestida. De façon explicite, les dames qui imposent une relation chaste manquent de sincérité :

Mal aia domna qu'esconditz
De bocca so ques al cor ditz. (vv. 6621-22)
Maudite soit la dame dont la bouche / refuse ce que le cœur a accordé.

50Dans l'idéale harmonie qui doit régner entre les amants, le « non » fait figure de fausse note intolérable. Il donne un coup d'arrêt brutal à la lente progression de l'un vers l'autre, et à l'évolution du couple vers le bonheur.

51C'est cette avancée lente et délicate que le romancier veut analyser phase par phase tout au long de son récit. Dans l'amour tel qu'il le conçoit, le corps joue un rôle positif. Le désir, dont on a vu qu'il n'est pas à l'origine de la passion, est une de ses composantes et se développe avec elle. Dès ses premières manifestations, il faut lui accorder sa juste place. Dès lors, la frustration n'est qu'une blessure inutile faite à l'amour, et non un moyen de le faire croître. C'est que le sentiment amoureux engage la personne tout entière et la traverse, sans conflit avec ses diverses composantes. L'amour réside dans le cœur, s'exprime à travers tous les sens - les yeux révèlent le joi dans son essence même - et le baiser l'incarne, au sens propre du mot :

Que baisars es vera entressegna
Del joi que fin'amors aporta
Per oilz... (vv. 6606-08).
Le baiser n'est que le vrai signe / de la joie que Parfait Amour communique / par les yeux...

52Son rôle est fondamental : porteur du joi, dont il est le signe et la garantie, la fermansa (v. 6584), il en garde une part que la bouche détourne pour ainsi dire et convertit en plaisir :

Mas la boca no s pot tener
Quan baisa, que del bon saber
A sos obs quesacom nom prenga
Avan que ren al cor ne venga. (vv. 6579-82)
Mais la bouche, dans le baiser, / ne peut point s'empêcher de garder/ à son avantage un peu de cette douce saveur/avant qu'il en arrive quelque chose au cœur.

53On ne saurait mieux dire la continuité entre sentiment et plaisir, ni refuser plus explicitement qu'ils soient de nature à s'opposer, quand bien même leur valeur respective reste inégale.

54Autre vecteur matériel de l'émotion, les larmes actualisent le trouble indicible qui s'empare des amants à l'instant de la séparation. Elément tangible produit par le corps, elles proviennent cependant du cœur et sont pour ainsi dire à la frontière des sentiments et de la sensualité, quand l'émotion partagée génère de nouvelles joies :

Andui si ploron coralman
E l'aiga que del cor deissen
Mesclon ensems e pueis la bevon. (vv. 6007-09)
Ils pleurent tous deux de tout cœur/et cette eau qui leur descend du cœur, / ensemble leurs lèvres la mêlent, et ils la boivent.

  • 45 Un petit fan plus que non devon /Mas amoretas son corals /Don non gostan vilan ni fals / Domnejado (...)

55Le romancier reprend alors la parole pour défendre ses personnages face à ceux qui pourraient s'agacer de cet intermède45. Il réaffirme la primauté de la sincérité et du cœur : amoretas son corals, plaide-t-il en leur faveur. Tout en rejetant la recherche exclusivement charnelle du plaisir des fals domnejadors, le narrateur donne du sentiment une représentation qui n'est ni éthérée ni inaccessible, mais au contraire proche et matérielle. C'est en effet au registre concret qu'appartient le mot amoretas, avec son suffixe à connotation familière, sa marque de pluriel, son sens hypocoristique. Le traduire par « amour » revient à le placer sur le même plan que le sentiment qui en est l'origine, alors qu'il désigne plutôt des manifestations et des gestes de tendresse.

56L'actualisation du joi dans les baisers, les caresses ou les larmes ne fait que préluder à l'entrevue suivante où l'amour trouve son accomplissement charnel sans équivoque possible. C'est à l'issue de cette rencontre qu'ils échangent un « regard amoureux » longuement décrit et analysé comme l'expression la plus pure et achevée du sentiment qui les unit.

  • 46 Cette coexistence est interprétée par René Nelli comme « une réconciliation de l'amour-courtois et (...)
  • 47 Mas adoncas, la merce Dieu ! / Flamenca fou si ben estans / Caia e couda e presans / Qu'eu Archimb (...)

57Il ne s'agit pas simplement de faire coexister sans conflit joies charnelles et joies spirituelles de l'amour46. Ici, la fin'amor non seulement n'est pas anéantie par l'acte charnel, mais semble destinée à évoluer vers lui. De plus et surtout, c'est une fois réalisé per obra et confirmé dans sa plénitude que l'amour, devenu source de bonheur, procure à l'héroïne l'énergie nécessaire pour agir et faire changer la situation ainsi que les relations entre les trois principaux personnages du roman, déclenchant une série de faits qui font progresser le récit. Au bout de quatre mois de rencontres secrètes avec Guilhem, Flamenca acquiert vis-à-vis d'Archimbaut une assurance qui modifie entre eux l'équilibre des forces47. Décontenancé par la désinvolture d'une épouse jusque-là soumise, le mari jaloux se trouve manifestement en état d'infériorité, prêt à croire le faux serment qu'elle va lui faire. Guéri, il assume de nouveau ses obligations sociales, et redonne à la dame sa place à la cour. Celle-ci, redevenue pleinement domna, n'a plus le loisir de se rendre quotidiennement aux bains. Enfin et surtout, la vie ayant repris son cours normal à Bourbon, Guilhem doit y prendre la part qui lui revient, quitter la clandestinité et abandonner un anonymat indigne de lui. C'est pour son honneur que Flamenca lui impose d'interrompre leurs rencontres. Si la dame retrouve son rôle d'éducatrice, ce n'est pas pour s'opposer a priori au désir de celui qui l'aime, mais pour canaliser ce désir apaisé par la certitude de l'amour. Mais ici encore, ni intrépide ni hautaine, elle use de la plus grande douceur pour ménager son partenaire :

Que ben vezes que totz mos sens
Es en vos servir e onrar ;
E si us podias neis pensar
Qu'ieu pogues far majors honors
A mi seria grans douzors. (vv. 6854-58)
Vous voyez bien que toute ma pensée / tend à vous servir et à vous honorer. / Et si vous pouviez seulement supposer / qu'il me fût possible de vous faire plus d'honneurs encore, / ce me serait une grande douceur, / et je le ferais volontiers.

  • 48 Cf. U. Gschwind, op. cit., introduction, p. 20.

58Se tenant toujours à distance du pur idéalisme, le romancier montre chez Guilhem une sensualité exigeante, portée à l'excès, qui pourrait le mener à la « recreantise » si sa dame, nouvelle Enide48, ne le remettait sur la bonne voie. Ce faisant, elle ne lui impose pas une chasteté qui lui serait intolérable. De retour à Bourbon, il s'inquiète du devenir de leurs relations, car les menues faveurs accordées en public - quelques mots et un baiser furtif - lui semblent bien insuffisantes :

Dousa domna, e que fa rem
Si nostr'amor plus non paissem
Mas de paraulas solamen
E d'un baisar, c'aitan corren
Passet c'a pena lo senti ;
Sapias que desirs m'auci. (vv. 7411-16)
Douce dame, que ferons-nous / si nous ne repaissons plus notre amour / que de paroles/ et d'un baiser qui passa si rapide / qu'à peine l'ai-je senti ? / Sachez que le désir me tue.

  • 49 Cf., par exemple : Mais tot cant el volra volrai : Et je ferai toutes ses volontés (v. 4260).

59De nouveau, le caractère charnel de leur relation amoureuse est présenté comme une source d'énergie vitale dont elle se « nourrit ». Le désir masculin, dans son acuité, demeure proche de la douleur. A cette évidence, sa partenaire répond par une compréhension tendre, une soumission volontaire et un abandon49 qui occultent sa propre sensualité, à moins d'en être l'expression voilée et pudique.

60L'égalité des amants, leurs ressemblances profondes ne les empêchent pas de jouer chacun un rôle distinct et complémentaire. La dame garde mieux que l'amant le contrôle de son désir et la conscience de ses devoirs au sein de la société de cour. C'est à elle de le libérer d'une sensualité excessive, tout en réduisant au minimum sa souffrance.

  • 50 Cf. Norman Shapiro et James B. Wadsworth, The Comedy of Eros, University of Illinois Press, 1970, (...)
  • 51 Auteur compositeur de chansons en dialecte picard, il a également écrit une Biblionomia, catalogue (...)
  • 52 Ibid., p. 107.
  • 53 Ibid., p. 100.
  • 54 Ibid., p. 114.
  • 55 Ibid., p. 112.

61Nul doute en effet : le but essentiel de l'amour est le bonheur. Sur ce point, l'erotique de Flamenca rejoint certains arts d'aimer de la littérature d'oïl. Des points communs rapprochent en particulier le roman occitan des Consaus d'amor de Richard de Fournival50. Cet auteur, personnage influent, médecin et ecclésiastique, est le demi-frère de l'évêque d'Amiens, et vit entre 1201 et 1260. Il est poète, cultivé et curieux51. Son art d'aimer s'adresse à sa sœur, « qui est en âge de s'engager en amour » -comme Guilhem et Flamenca. Comme le romancier, il invoque les arguments ovidiens du temps qui passe et de la Nature52. Imprégné de doctrine courtoise, il affirme que l'amour est la « vertu des vertus »53. Il ajoute pourtant, de façon plus naturaliste et hédoniste, que contrarier ses désirs, quand on est en pleine jeunesse, présente des risques pour la santé : sans doute parle-t-il en médecin, mais on ne peut pas ne pas penser aux malaises qui affectent Guilhem de Nevers avant que ses rencontres avec Flamenca le guérissent. Selon Richard, opposer des obstacles à l'accomplissement de l'amour constitue rien moins qu'une faute54. Il souligne lui aussi le rôle des yeux, « fenêtres du cœur »55, qui, au contraire de la bouche, ne peuvent mentir.

62Pour illustrer son discours didactique, Richard se plaît à donner quelques exemples. Il envisage le cas d'une femme captive : pour l'approcher et requérir son amour, l'amant devrait inventer quelque stratagème... Guilhem de Nevers semble se conformer à cette injonction, lui qui connaît si bien toute la littérature amoureuse.

  • 56 Ibid., pp. 116-118.

63Enfin, comme l'Anonyme occitan, Richard juge avec sévérité les dames qui font languir leurs amants sans motif : c'est selon lui un péché aussi grave que la vénalité. Il ne reconnaît aux délais que le mérite d'éprouver la sincérité du prétendant, mais non celui de purifier son désir56, rejoignant encore sur ce point le romancier.

64Malgré tout ce qui sépare ces deux textes, notamment la différence de genre, ils convergent sur de nombreux points concernant les théories sur l'amour. Ils dénotent aussi un état d'esprit assez proche, une même volonté de combiner le sublime de la fin'amor et la saveur bien réelle des joies terrestres qu'elle peut apporter. Les deux auteurs, hommes de grande culture, partagent le même point de vue : ils sont en quête d'un bonheur fondé sur l'amour, vécu dans le siècle, et proposent à leur public un itinéraire menant à sa réalisation.

  • 57 Cf. notamment Rita Lejeune, "Le caractère nordique de certains détails du roman de Flamenca", Litt (...)

65La connaissance que l'auteur de Flamenca témoigne des pays et de la culture du Nord57 rend plausible l'hypothèse selon laquelle il peut avoir connaissance de cet art d'aimer ou d'arts d'aimer « ovidiens ». Les points communs qui rapprochent son œuvre d'écrits de langue d'oïl font apparaître son roman comme un carrefour d'influences où l'érotique des troubadours trouve un sens nouveau.

Notes

1 Les serviteurs félicitent Elvira d'avoir enfermé le « traître » et se préparent à l'exécuter : E dizon : Doua, be-us n'es pres/Sol qu'ades mueira demanes, /Car hom non deu trachor sofrir : Dame, lui dirent-ils, cela s'est heureusement passé / pour vous, pourvu que sans tarder / Il soit mis à mort : on ne doit pas laisser vivre les traîtres (vv. 291-293).

2 Le Papagai de Flaubert, réflexions à propos de la dame de Las Nouas del Papagai.

3 Que douas tan gran poder an / Elas an be tan grau poder / Que messonja fan semblar ver... (vv. 418-420) Voir aussi plus loin, p. 103.

4 André Le Chapelain, Traité de l'amour courtois, introduction, traduction et notes par Claude Buridan, éditions Klinksieck, 1974, pp. 80-92.

5 « Elles étaient pourtant d'une très grande beauté, mais couvertes des vêtements les plus affreux et tout à fait inadaptés au temps qu'il faisait : elles portaient à contre-cœur des vêtements en peau de renard ; en outre elles montaient sans grâce des rosses hideuses qui ne conviennent point à des femmes... », op. cit., p. 85.

6 Ibidem, p. 92.

7 Op. cit. note 55 p. 225.

8 Le Papagai de Flaubert, op. cit. p. 9

9 Flamenca, vv. 5625-28 ; 5629-32 ; 5635-39.

10 Ibidem, v. 5649.

11 Ainsi manque-t-il de s'évanouir en contemplant la tour où Flamenca est captive (vv. 2134-42), et lorsqu'il aperçoit la main nue de la dame quand elle fait le signe de croix (vv. 2530-33).

12 Faitz vos aisa antre mos bras/E baisar vos ai, bels amics... : Venez ici dans mes bras, / mon bel ami, que je vous fasse un baiser... (vv. 2950-51).

13 Ben a doucx passât vassalage / Aqnest rix bonis, c'aisi m'enquiera : Il n'en est donc plus au simple vasselege amoureux, / ce noble seigneur, puisqu'il me prie ainsi d'amour (vv. 4970-71).

14 Bel senher, ben sai et enten / Que vos est rix homs d'aut parage : Beau Sire, je sais, je comprends / que vous êtes riche homme de haut parage (vv. 5922-23).

15 The songs of Bernart de Ventadour, Stephen Nichols, University of North Carolina Press, Chapel Hill, 1962, chanson 15, pp. 80-82, vv. 29-32.

16 Les Troubadours, éd. Nelli et Lavaud, 1.1, pp. 134-38.

17 Poésies completes du Troubadour P. Cardenal, publiées par R. Lavaud, Toulouse, 1957, cobla XI.

18 Flamenca est soleilla (v. 5019) comme Guilhem est soleilz, ainsi que l'affirme Alis ; sur les métaphores astrales dans le roman, cf. Gérard Gouiran, « Flamenca, Du grand soleil d'amour chargé aux princes de la nuit », CUER-MA, Senefiance n° 13, pp. 143-157.

19 E per so provi per razon / Ques en la soa garison / Prendes vos plus de garimen / Que el meteis, quar doblameu / Seres guerid'. et cl gueritz / Del mal don es per vos ferritz : Et ainsi je prouve par raison / qu'en sa guérison / vous trouverez un plus grand remède / que lui-même : vous serez, vous, / guérie d'un double mal, et lui, / de la seule blessure que vous lui avez fait (vv. 5435-40).

20 Un art d'aimer occitanien, René Nelli, op. cit., p. 108.

21 Op. cit., XV, v. 2 et v. 37.

22 Se pogues esser cominals / Aitals plazer esperitals, / Ben cug valgues unas daveras/Que dezir e falsas esperas / E pensar d'aiso que non fo / Ni ja non er nulla sazo / Adus calc'umbra de plazer : Si cette jouissance toute spirituelle / pouvait leur être commune, / Je crois qu'elle vaudrait autant pour elle que pour lui, / car le désir, les espoirs trompeurs, la pensée de ce qui n'a pas été / et ne sera en aucun temps / apportent bien quelque ombre de plaisir (vv. 2162-68).

23 Flamenca, vv 3324-57.

24 Ibid., vv. 3376-78 ; 3381-92.

25 Ibid., vv. 2800-2959 : à la veille du premier mai, après avoir aperçu Flamenca à l'église pour la première fois, Guillaume reçoit ce songe d'Amor.

26 Flamenca, vv. 2854-55.

27 Cf. Glynnis Cropp, op. cit., pp. 339-340 et p. 376.

28 Cf. Pierre Bec, "L'antithèse poétique chez Bernard de Ventadour", Mélanges Boutières, Liège, 1971,1.1, pp. 107-137.

29 Isses vos en elz banz defors/ On no-us fallira ja demors : Allez làs-bas, dans les bains : / L'agrément ne vous y fera point défaut (Flamenca, vv. 6465-66).

30 René Nelli, Erotique des Troubadours, t. 2, p. 42 ss., et Un art d'aimer occitanien, ch. 2, pp. 120-124.

31 Traité de l'Amour Courtois, Livre I, p. 125.

32 René Nelli, op. cit., p. 32 : en mon poder.

33 lbid., p. 38 : Vos m'avez la fe plevida / que nom demandez faillida : Vous m'avez fait la promesse jurée / que vous ne me demanderez pas de faillir.

34 Ans li fes niais honors et bens / Non saup grasir eissa Merce : Elle l'honora de plus de faveurs / que Merci elle-même n'eût su en accorder (vv. 5965-66).

35 Ibid, vv. 5975-79.

36 Amors es mal que al cor te/E ten l'arma presa e dansa : L'amour est un mal qui s'attaque au cœur, / et tient l'âme prise et serrée (vv. 3006-07).

37 E la natura, qu'es maïstra / Dels cors, e son obs li ministra, / Es al guerir fort entendiva, / Ma per amor si teu caitivn / Car nuil conseil douar no i sap : Et la Nature, qui est maîtresse / du corps et fornit à ses besoins, met tous ses soins à le guérir, / mais quand il s'agit d'amour, elle se regarde comme impuissante (vv. 3015-19).

38 Matfre Ermengau, Breviari d'Amor, Introduction, glossaire et texte par Gabriel Azaïs, Béziers-Paris, 1962. Cf. v. 27 253 « D'amor de mascle a feme », et vv. 27 264-68 : Car de lui an dezir carnal / Totas creaturas sentais / Aucels, peissos, bestias e gens / D'ajustement far entre lor / Lo cal nos apelam amor : A cause de lui ont désir charnel / toutes les créatures sensibles / oiseaux, poissons, bêtes et gens / de s'accoupler entre elle / et c'est ce que nous appelons amour.

39 Flamenca, vv. 6537-6625.

40 Mais cil autre que baizar podou / A lur gnisas, c puissas rodon / Ades cutorn per las faissolas / Non s'asauton d'aital escolas : Les autres, ceux qui peuvent prendre un baiser / à leur guise et qui ensuite tournent / toujours pour ôter la ceinture des femmes, / ne prennent aucun plaisir à cet enseignement (vv. 6595-98).

41 Cf. Les Troubadours, éd. Nelli et Lavaud, pp. 148-151, le verbe tener est traduit par « posséder », « jouir ».

42 Sur les divisions ternaires de l'amour et l'influence d'Aristote, cf. R. Nelli, Érotique des Troubadours, t. 2, p. 144 ss.

43 Cf. André le Chapelain, op. cit., livre I, p. 125 et Robert Bossuat, Li Livres d'amours de Drouart la Vache, Paris, 1926, vv. 4083-86.

44 André le Chapelain, op. cit., livre II, p. 182.

45 Un petit fan plus que non devon /Mas amoretas son corals /Don non gostan vilan ni fals / Domnejador outrecujat... : Ils font un peu plus qu'ils ne doivent ; / mais ce sont là des gestes tendres / auxquels ne goûtent ni les vilains ni les faux / amants outrecuidants (vv. 6010-13).

46 Cette coexistence est interprétée par René Nelli comme « une réconciliation de l'amour-courtois et de l'amour chevaleresque », dans Un art d'aimer occitanien, p. 105.

47 Mas adoncas, la merce Dieu ! / Flamenca fou si ben estans / Caia e couda e presans / Qu'eu Archimbaut ren nom preset / Et anc sol per lui nos levet / Cora que aunes o vengues ; / Non fes parer qu'en re l tengues. / Et el aissi cass oms com fou / Conoc o ben... : Mais alors Dieu merci ! Flamenca était si bien portante, / gaie, gracieuse et estimée à son prix / qu'elle se souciait maintenant comme de rien du seigneur Archimbaut. / Elle ne se levait même plus pour lui / à quelque heure qu'il fît ses allées et venues :/ elle ne faisait point paraître qu'elle fît de lui le moindre cas. Et lui, pour sot qu'il fût, / s'aperçut bien de ce changement... (vv. 6660-68).

48 Cf. U. Gschwind, op. cit., introduction, p. 20.

49 Cf., par exemple : Mais tot cant el volra volrai : Et je ferai toutes ses volontés (v. 4260).

50 Cf. Norman Shapiro et James B. Wadsworth, The Comedy of Eros, University of Illinois Press, 1970, p 99 ss

51 Auteur compositeur de chansons en dialecte picard, il a également écrit une Biblionomia, catalogue d'une bibliothèque publique d'Amiens, et un Bestiaire d'Amour.

52 Ibid., p. 107.

53 Ibid., p. 100.

54 Ibid., p. 114.

55 Ibid., p. 112.

56 Ibid., pp. 116-118.

57 Cf. notamment Rita Lejeune, "Le caractère nordique de certains détails du roman de Flamenca", Littérature et Société au Moyen Age, p. 395 ss.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search