Version classiqueVersion mobile

Flamenca et les novas à triangle amoureux : contestation et renouveau de la fin’amor

 | 
Dominique Luce-Dudemaine

III- L'Amant

Texte intégral

L'instrument du destin

  • 1 Ils ont la même silhouette : de larges épaules (Jaufré, v. 529, Flamenca, v. 1617), de longues jam (...)
  • 2 E ac gonela ben tailada/D'una bruneta paonada (vv. 539-40).

1Le troisième personnage du triangle, le dernier présenté par les narrateurs des novas, est celui par qui sera libérée la dame et châtié le jaloux. L'amant est l'instrument du destin. Le portrait de Guilhem de Nevers est exceptionnellement long et détaillé. À son arrivée à Bourbon, le jeune chevalier n'est pas sans rappeler le damoiseau Jaufré, lorsqu'il se présente à la cour du roi Arthur : leur stature, leur teint, l'expression enjouée de leur regard, leur éclat juvénile les rapprochent1. Mais le raffinement des vêtements de Guilhem de Nevers le distingue, évoquant davantage le costume de Déduit, dans le poème de Guillaume de Lorris, que la mise simple de Jaufré, dans son costume de voyage2. Comme Déduit, l'amant de Flamenca porte de riches habits de soie, le premier de samit, l'autre de cisclaton (v. 5825 ss.) ; Déduit, comme Jaufré, est couronné de fleurs, mais Guilhem porte un couvre-chef plus sophistiqué :

Un capel lini, ben cosut
Ab seda, e moscat menut. (vv. 5835-36)
Il portait un chapeau de toile de lin, bien cousu/ de soie et moucheté menu.

2Ses changements de toilette, lors des rendez-vous secrets avec la dame, donnent lieu à des descriptions précises dont on peut imaginer l'intérêt pour un public raffiné. Au contraire, le port des armes ne met pas le héros particulièrement en valeur. S'il apparaît revêtu de l'armure lors des préparatifs du tournoi de Bourbon, l'accent est mis non sur son apparence, mais sur l'importance et l'éclat de son escorte (vv. 7259-68).

3Au reste, ce ne sont pas la force et le courage guerrier qui séduisent Flamenca, la Dame du Papagai et Elvira de Barbastre. Mais si Guilhem est mieux à son avantage dans l'habit recherché et mondain de l'homme de cour, la robe de clerc n'enlève rien à son charme : tandis qu'il donne la paix à Flamenca, sa beauté fait l'admiration d'Alis et Margarida (vv. 4771-74). Dans une situation analogue, Joufroi doit quitter son déguisement d'ermite pour recouvrer son pouvoir de séduction en même temps que sa prestance de chevalier :

Quant out tapi la clegeiire,
Si tu mult bel de grant mesure
Qu'en la cristienté de Rome
Non avoit pas uns plus bels ome
Ne qui mielz semblast chevalier. (Joufroi, vv. 1957-61).
Quand il eut caché son habit de clerc/ il apparut si beau et de grande taille/qu'en la chrétienté de Rome,/il n'y avait pas d'homme plus beau/ ni qui mieux semblât chevalier.

  • 3 Car cest es plus bel e plus grans / E mielz legens e meils cantans / E fort ben gentil home sembla(...)

4Le cas de Guilhem de Nevers est cependant plus complexe : sous l'habit religieux qu'il usurpe, Marguerite devine aussitôt le gentil home (v. 4211), et cela parce que le nouveau venu se montre mielz legens e meils cantans que Nicolas, son prédécesseur dans la fonction, et qu'il est aussi plus beau que lui !3 La culture cléricale trouverait-elle son plein épanouissement dans l'esprit d'un homme bien né ? Le romancier n'est pas loin de suggérer que l'appartenance de son héros à la meilleure noblesse favorise chez lui l'acquisition d'un savoir porté à son plus haut point. Ce savoir est du reste à l'origine même de la quête amoureuse : c'est après avoir lu tous les auteurs qui traitent de l'amour (vv. 1764-66) qu'il décide de mettre en pratique la théorie, et de se mettre en quête d'une aventure exaltante. C'est en vertu de sa double qualité de chevalier et de clerc qu'Amor le destine à libérer l'héroïne prisonnière d'Archimbaut :

E tu sols deus la desliurar
Car tu es cavalliers e clercs, (vv. 1798-99)
Toi seul la dois délivrer/ car tu es chevalier et clerc.

  • 4 « Car tu es cavalliers e clerc » (Flamenca, v.1799), Guilhem ou le chevalier parfait, Le clerc au (...)

5Comme le souligne Gérard Gouiran4, le héros ne se fait pas passer pour un clerc, comme dans le vers de Guillaume d'Aquitaine, ou dans le roman de Joufroi : présenté d'abord comme chevalier, il est aussi et véritablement un clerc.

6Pour approcher la dame, il devra mettre en œuvre ses qualités d'audace, mais aussi d'astuce et d'intelligence, qui, selon Flamenca, sont l'apanage d'un esprit cultivé :

Ja hom qui letras non saupes
D'aiso no s fora entrames, (vv. 4837-38)
Jamais un homme sans instruction / ne se fût engagé dans la présente affaire !

7La connaissance des lettres peut inspirer Guilhem. Une énigme se présente à lui, qu'il doit résoudre : comment parvenir auprès d'une captive apparemment inaccessible ? Les ouvrages romanesques qu'il a lus ont pu le familiariser avec de telles situations : ainsi, dans le Roman de Floire et Blancheflor, que lit justement Flamenca, la jeune fille est enfermée dans une tour par l'émir de Babylone. Pourtant, l'érudition de Guilhem de Nevers ne semble prendre tout son sens que lorsqu'elle est mise en relation avec son état de chevalier, ou plus exactement d'aristocrate. En effet, lors de leur premier rendez-vous aux bains, Flamenca devine ainsi l'origine sociale de son amant :

Bel senher, ben sai e entent
Que vos est rix hom d'aut parage,
E conosc o al vassalaje
Car esser voles mos amix. (vv. 5922-25)
Beau Sire, je sais, je comprends / que vous êtes riche homme de haut parage / je le reconnais au courage chevaleresque / qui vous fait vouloir être mon ami.

8Ainsi le vassalaje, qui implique courage et valeur chevaleresque, explique tout autant que la culture du héros son audacieuse entreprise. Ces deux vertus ne qualifient pas seulement un individu exceptionnel. Elles révèlent sa haute naissance, comme l'indique sans équivoque la formule rix hom d'aut parage. L'importance accordée par Flamenca à la très noble origine de l'amant se manifeste clairement lorsqu'il se présente :

Quant il saup de Guillem qui fo
Tan gran gaug en son cor l'en dona
Que del tot a lui s'abandona. (vv. 5932-34)
Quand elle sut quel homme était Guillaume / cela lui donna si grande joie en son cœur / qu'elle s'abandonna entièrement à son amour pour lui.

  • 5 Ben pot chauzir dompn'un sol fin aman / Se malestan / Son par о рапс major ; / Pero non falli, si (...)

9Sur ce point, elle s'éloigne d'une éthique qui, chez les troubadours, privilégie la valeur individuelle, et conseille aux dames d'aimer des hommes d'un rang inférieur au leur. Sur ce point, la doctrine courtoise a pu évoluer, à moins qu'elle ne fasse l'objet d'un débat. Guilhem Montanhagol, sans doute contemporain du romancier de Flamenca, exprime sur ce point une position très nuancée, et s'abstient de toute condamnation5. S'il incline à recommander aux dames de prendre en considération ceux qui sont, comme lui, de modeste origine, le poète admet aussi l'égalité de rang, voire une légère supériorité sociale de l'amant. Il ne rejetterait donc aucun des cas présentés dans les novas.

10Bascol et Antiphanor rejoignent Guilhem sur ce point : tous trois sont bien plus que de simples chevaliers. Bascol, qui est connu de tous comme « le meilleur chevalier d'Aragon » n'éprouve guère de scrupules à aimer l'épouse d'Alphonse, et n'hésite pas à refuser de suivre son suzerain quand celui-ci prétend partir à la guerre. Cette liberté semble impliquer que les deux hommes entretiennent des rapports plutôt égalitaires. Bascol marque par son audace qu'il se considère comme appartenant au même groupe social que le sire de Barbastre, son rival.

  • 6 Fraire fou del comte Raols / De Nivers, e no fon ges sols / Quant fon ab lui, so us puesc ben dir (...)
  • 7 Flamenca, vv. 1641-50.

11Antiphanor, en qualité de fils de roi, est d'un rang plus élevé que le maître du château dont il convoite l'épouse. Guilhem de Nevers est le cadet d'une grande famille : son frère Raoul, tenant du fief, est aussi son protecteur6. De plus, tous les puissants de ce monde lui allouent d'importantes rentes, car le jeune chevalier est neveu du duc de Bourgogne, cousin du roi d'Angleterre, allié de l'empereur d'Allemagne et du roi de France7, qui lui accordent tous deux la somme de mille marcs. Ces liens assurent au héros richesse et position privilégiée en le rattachant à la plus haute noblesse et même à la caste politique dirigeante, sans pour autant lui imposer des attaches contraignantes liées à la responsabilité d'un domaine : aussi puissant, voire plus, que le gilos, l'amant a en outre les mains libres. De par sa position sociale, il n'attend de l'amour d'autre promotion que morale, et n'attache à la conquête de la dame aucun calcul ni arrière-pensée socio-économique. Tel est aussi le cas de Jaufré, qui refuse explicitement la fortune de Brunissen pour n'accepter que sa personne :

Anc non sa vinc per cobesessa
D'aver de terra ni d'onor
Mais planamenz per vostr'amor. (vv. 7958-60)
Je ne suis pas venu ici par convoitise / de biens, de terres, ou d'argent, / mais simplement pour votre amour.

12Mais cette précision est nécessaire dans le cas de Jaufré, qui appartient à la catégorie des simples chevaliers, dont maint roman conte les prouesses ou les aventures plus ou moins heureuses.

  • 8 Le Lai de l'Ombre de Jean Renart, éd. John Orr, Edinburgh, 1948, v. 10.

13Dans les récits de langue d'oïl, les amants sont souvent de condition moyenne : ainsi le héros de Jean Renart, dans le Lai de l'ombre, qui n'estoit pas de grant richesce...8 L'amant de la Chastelaine de Vergi n'est défini que par sa valeur personnelle :

  • 9 La Chastelaine de Vergi, éd. G. Raynaud et L. Foulet, Paris, C.F.M.A. 1978, vv. 43-45.

Li chevalier fu biaus e cointes
Et par sa valor fu acointes Du duc qui Borgoigne tenoit9.
Le chevalier était beau et brave / et à cause de sa valeur il était familier / du duc qui tenait la Bourgogne.

14De même, le Châtelain de Couci est lui aussi de rang modeste, par un choix explicite de l'auteur :

  • 10 Le roman du Castelain de Couci et de la dame de Fayel, éd. M. Delbouille, Paris, 1936, vv. 57-61.

Fait men coer a compter un conte
Qui n'est ne de roi ne de conte
Ains est d'un chevalier si preu
Qu'en maint lieu fist d'armes son preu.
Ne fu pas trop rices d'avoir...10
J'ai à cœur de conter un conte / qui ne parle ni de duc ni de comte / mais d'un chevalier si preux/ qu'en maint lieu il montra sa prousse aux armes. /Il n'était pas bien riche d'avoir...

15Ces personnages moins prestigieux que les héros des trois novas brillent donc d'un éclat plus discret ; ils sont pourtant dotés des mêmes qualités physiques, morales et intellectuelles : beauté, vaillance au combat et culture courtoise trouvent en eux un juste équilibre mais ne tendent pas à leur assurer des succès retentissants.

16Les héros des novas, puissants barons, caractères hors pair, sont au contraire peu soucieux d'atteindre le juste milieu. L'excellence en tous points les caractérise, et ce brio les rapproche de certaines figures de seigneurs troubadours dont les vidas tracent sur un ton admiratif le portrait : Savaric de Mauléon, Blacatz, sont de ces personnages pleins de panache, et le nombre comme le degré de leurs vertus se traduit par d'impressionnantes énumérations. Ainsi apparaît Blacatz :

  • 11 Éd. Boutière-Schutz, op. cit. p. 489 ; on retrouve le même style dans l'élogieux portrait de Savar (...)

E plac li dons e domnei e guerra e messios e cortz e mazans e bruda e chanz e solatz e tuich aquil faich per qu'om a pretz e valor11.
Voilà ce qui lui plut : présents, galanterie, guerre, dépenses, cours, fêtes bruyantes, chant et joie, et toutes les actions grâce auxquelles un homme de qualité acquiert mérite et valeur.

  • 12 Cf. éd. Boutière-Schutz, pp. 65-139. Par exemple, Bertrand est réputé se rendre maître aussi souve (...)

17C'est parce qu'ils passent la mesure que des hommes comme Guilhem IX d'Aquitaine, mais aussi Bertrand de Born, fou d'orgueil et d'audace, semblent fascinants. Bertrand, dont la biographie connaît une vingtaine de versions, ne doit-il pas ce succès à l'outrance qu'on lui attribue en paroles comme en actes ?12 La vida de Guilhem IX, si brève soit-elle, use d'hyperbole, même lorsqu'il s'agit de souligner, non sans un certain sourire, un manquement grave à l'éthique courtoise, l'absence de loyauté et de fidélité envers la dame :

  • 13 Ibidem, p. 7.

...si fo uns dels majors cortes del mon e dels majors trichadors de domnas... Et anet lonc temps per lo mon per enganar las domnas13.
Le comte de Poitiers) fut un des hommes les plus courtois du monde et l'un des plus garnds trompeurs de femmes.

  • 14 Sur Joufroi et son interprétation comme vie de Guillaume IX, cf. Jean-Charles Payen, Le Prince d'A (...)

18Ce brillant caractère, qui s'inscrit hors des normes morales et sociales, se retrouve chez Joufroi, comte de Poitiers14. Au non-conformisme du personnage s'ajoute un certain goût de l'extravagance, révélé par exemple dans l'épisode où Joufroi se fait passer pour « Sire de Cocagne », se teint le visage et établit un riche campement sous un poirier : la scène se situe à Tonnerre, sous les fenêtres de la comtesse Agnès, dont il faut attirer l'attention et piquer la curiosité. L'ironie et les éléments parodiques ne manquent pas dans ce roman, mais ces procédés ne s'exercent jamais au détriment du personnage central, dont la puissante personnalité sort indemne des situations les plus abracadabrantes.

19Pour en revenir à Antiphanor, Bascol et Guilhem de Nevers, si différents soient-ils des avatars de Guilhem IX et de quelques seigneurs troubadours représentés dans les vidas, ils ont avec eux un trait commun : ils s'intègrent moins à la société courtoise qu'ils ne la dominent, et dépassent la commune mesure. Aussi n'ont-ils pas à faire véritablement leurs preuves. Ils sont du reste présentés d'emblée comme des êtres accomplis, voire parfaits. Ainsi Guilhem de Nevers, dès son apparition :

Tan fo bons nom poc melhurar. (v. 1703).
Il était si parfait qu'il n'aurait pu devenir meilleur

20On ne les voit donc pas entreprendre de prouesses chevaleresques pour conquérir le cœur de la dame. Dans le Castia Gilos et le Papagai, aucun rapport explicite ne lie le mérite de l'amant et sa récompense amoureuse. Le monde des armes et celui de l'amour sont nettement distincts dans les trois novas. Loin d'inspirer des exploits guerriers, l'amour fait courir le risque de «recréantise» : les maladies feintes par Bascol et Guilhem, la langueur d'Antiphanor, affectent durablement leur vigueur ou leur vitalité.

  • 15 Flamenca, vv. 6929-36.

21Raimon Vidal, plus que tout autre, fait de Bascol l'image même d'une victime de la passion, lorsque ce fier chevalier, pour demeurer à la cour, ne trouve rien de mieux que de s'aliter et d'attendre, la tête enveloppée de bandages, la visite de son seigneur [Castia Gilos, vv. 135-160). On est loin de la notion de dépassement de soi qu'illustre de façon éclatante la conduite de Lancelot lorsqu'il passe le Pont de l'épée ou combat sans armure, au péril de sa vie, dans Le Chevalier de la Charrette. Si la force et la prouesse demeurent des attributs essentiels de l'amant chevalier, il n'en use pas pour conquérir celle qu'il aime, et on ne voit pas que l'amour ait un effet bénéfique sur leur développement. Certes, Guilhem de Nevers, passé l'épisode des rencontres secrètes avec Flamenca, partira guerroyer en Flandres, mais l'exploit accompli est très succinctement évoqué en un passage qui n'excède pas sept vers15. Il revêt pour ainsi dire un caractère sportif, et n'est motivé par aucune explication morale ou sociale : contre qui et pourquoi le héros a-t-il combattu ? C'est ce dont le romancier, et sans doute son public, se préoccupent fort peu. Il ne s'agit pour son héros que de conquérir un titre :

Car lo pres de cavallaria
Lai conquis abans que tornes
A non cug per als lai anes. (vv. 6934-98)
Car il y conquit le prix de la chevalerie / avant de s'en revenir / et ce n'était pas pour autre chose, je pense, qu'il y était allé.

  • 16 E quant a jostar s'abaudona/ Nuls hom en sella non renia : Quand il se mettait à jouter, / nul che (...)

22Les conséquences de ce fait, en lui-même mineur, influent pourtant de façon déterminante sur l'histoire des amants : le pretz acquis par le chevalier, s'il ne semble pas revêtir une grande valeur à ses yeux, lui vaudra la précieuse amitié du mari de sa dame, et l'invitation au tournoi de Bourbon, excellente occasion de rencontrer Flamenca. Ce tournoi ne révélera pourtant pas les qualités de jouteur d'un héros qui, dès son plus jeune âge, est imbattable à ces exercices16.

23L'effet de l'amour sur la bravoure est également très relatif dans le Papagai : les recommandations de la dame à Antiphanor sont aussi vagues que brèves :

Senher, que us vulhatz esforsar
De far que pros, tan com poiretz
En est segle tan com viuretz. (vv. 296-98)
Seigneur, que vous vouliez vous efforcer / D'agir en preux tant que vous pourrez / aussi longtemps que vous vivrez en ce siècle.

24On se souvient que, dès les premiers vers du poème, l'amant est déjà paré par le Perroquet des plus hautes vertus chevaleresques et courtoises :

Lo mielher cavayer c'anc fos
E 1 pus azaut e I pus joyos. (vv. 11-12)
Le meilleur chevalier qui fut jamais / Le plus distingué, le plus épris de joie.

25La portée des conseils ou des injonctions de la dame apparaît d'autant plus limitée qu'elle exprime de bien modestes ambitions : le verbe esforsar, seul terme à exprimer des notions de contrainte et de progrès moral, est affaibli par l'expression tan com poiretz. La dame exige peu, et ni le dépassement de soi ni l'héroïsme ne sont à l'ordre du jour. La mission du chevalier ne vise pas ici un idéal inaccessible.

26En fait, le plus grand mérite de l'amant consiste peut-être, à un moment donné, à renoncer à toutes les vertus et à tous les dons réunis en sa personne. En effet, ni le poids social du héros, ni sa force, ni sa beauté ne font de lui un séducteur conquérant. Il connaît au contraire une période de souffrance solitaire et d'attente. Bascol voit ses prières repoussées. Antiphanor, exclu du verger qui lui reste inaccessible, est réduit à attendre l'issue de la mission du perroquet. L'existence même de Guilhem reste ignorée de Flamenca pendant toute la phase de préparation du plan qu'il conçoit pour l'approcher. Cette situation rétablit ainsi, provisoirement, une inégalité entre la domna et l'amant, puisque ce dernier est seul à connaître les tourments de l'incertitude.

27Au contraire du couple formé par Brunissen et Jaufré, ensemble victimes d'un même coup de foudre et tous deux en proie au doute, l'amant des novas « à triangle » se trouve au départ de la narration voué à un isolement comparable à celui que chante le troubadour ; il voit son sort dépendre entièrement du bon vouloir de la dame, et d'un désir féminin sur lequel il n'a guère de prise. Comme dans la poésie lyrique, ce tourment s'exprime sous la forme métaphorique de la blessure ou de la maladie, dont seule la femme aimée peut le guérir, comme le déclare le perroquet :

  • 17 Papagai, vv. 19-20.

E nuihs metges no ilh pot valer
Mas vos que l'avetz en poder17.
Aucun médecin ne peut le secourir / sauf vous qui l'avez en votre pouvoir.

28Or cette souffrance est librement consentie et c'est en connaissance de cause qu'Antiphanor risque sa vie :

...morir vol per vos
Mavs que d'autra viure joyos. (vv. 27-28)
...il aime mieux / mourir pour vous que vivre joyeux par une autre.

29Ce topos lyrique connaît une forme narrative plus développée dans le Castia Gilos : Bascol, dans son refus d'obéissance, sait qu'il peut attirer les soupçons de son seigneur et qu'il met sa vie en danger :

  • 18 Castia Gilos, vv. 137-140).

Amors, be -fai far gran folor
Que tal res fas vas mosenhor
Que, s'el sol saber o podia,
Res la vida no m salvaria18.
Amour, vous me frites frire bien grande folie, / Car j'agis de telle sorte envers mon seigneur/que si seulement il pouvait l'apprendre, /rien ne pourrait me sauver la vie.

  • 19 Rose, vv. 1283-1301.

30La libre acceptation du destin amoureux et de ses risques prend une autre forme chez Guilhem de Nevers, celle d'un engagement personnel : jeune chevalier comblé de dons et de vertus, adulé par un entourage et une société où tout le destine à jouer un rôle dominant, il renonce à tous ses privilèges et quitte discrètement son pays, avec pour seule escorte ses deux damoiseaux. D'une manière analogue, l'Amant de la Rose, dans l'œuvre de Guillaume de Lorris, délaisse la brillante carole pour s'aventurer seul vers la Fontaine Périlleuse19.

  • 20 Guilhems vai pensant, e bel l'es / Car negus hom mot non li sona : Guillaume allait tout pensif, e (...)
  • 21 Ibidem, v. 1842 ; v. 1849 ; vv. 1860-61.
  • 22 Ibidem, v. 1915.

31Mais c'est surtout au chevalier arthurien partant en quête d'aventure que l'auteur fait de multiples références : tel le Lancelot de Chrétien de Troyes, Guilhem a besoin de solitude et de méditation20. Comme lui, il est matinal, son départ a lieu très tôt après une prière au «moutier», et sa hâte l'incite à refuser le repas proposé par son hôte21. Comme l'amant de Guenièvre, il va jusqu'à se dépouiller provisoirement de son identité : Guillems a nom lo pros22, ainsi se fait-il annoncer par un des damoiseaux à leur hôtesse. Ce parallélisme auquel le romancier semble se plaire ne dépasse toutefois pas le plan formel et esthétique. Le chevalier du roman arthurien, Lancelot ou Jaufré par exemple, doit restaurer un ordre perturbé et c'est une circonstance extérieure qui l'incite à partir. Guilhem, lui, suit librement sa propre route, il ne répond qu'à sa vocation individuelle en suivant une réflexion née de sa culture, une culture fondée sur la fin'amor :

Car ben conosc que longamen
Nom poc estar segon joven
Ques el d'amor ne s'entremeta. (vv. 1763-66)
Comme il comprit bientôt / qu'il ne pourrait longtemps, selon la loi de jeunesse / s'abstenir de s'occuper d'amour

  • 23 Per dir saup ben que fou amors / Cant legit ac totz los auctors / Que d'amor parlon e si feinon / (...)
  • 24 Per so pessa que son cor meta / En tal amor dons bens li veuga / E ques a mal hom non lo tengua : (...)

32L'amour est une aventure entreprise volontairement, il ne provient pas d'une inspiration soudaine. La connaissance de la littérature amoureuse23 a donné au héros des informations théoriques. Mais son âge entre aussi en ligne de compte, et joven peut désigner ici aussi bien la vertu courtoise que la jeunesse du héros et les pulsions qui l'accompagnent. Son choix participe à la fois de l'élan naturel du jeune homme et de l'éthique courtoise sur laquelle il veut fonder son existence24. C'est dans cet état de réceptivité latente qu'il se trouve lorsque la rumeur publique porte à sa connaissance la triste histoire de Flamenca. L'intention d'aimer, jusque là théorique, se précise avant de prendre une forme passionnelle :

En cor li ven que l'amaria
S'om pogues a lui parlar. (vv. 1780-81).
Il se prit à penser qu'il l'aimerait / s'il était possible de lui parler.

  • 25 Biographies des Troubadours, op. cit., p. 16 ss.
  • 26 Ibidem, p. 441.

33Ce répit de la conscience avant les assauts d'Amor donne une marge de liberté à l'amant, d'autant qu'il s'est énamouré de Flamenca par auzir, une approche moins immédiatement sensuelle que le contact visuel. Le héros s'est épris d'une dame jamais vue, comme Jaufré Rudel selon sa vida25, comme aussi Raimbaut d'Aurenga qui aima la comtesse d'Urgel senes vezer leis, per lo gran ben que n'ausia dire.. 26.

34Il faut aussi noter que la condition posée pour que le jeune homme aime vraiment est l'échange verbal, le parlar. Cette légère distanciation, la place donnée à l'intellectualisation du sentiment, donnent au choix de l'amant la valeur d'un engagement volontaire et réfléchi dans l'aventure amoureuse.

Notes

1 Ils ont la même silhouette : de larges épaules (Jaufré, v. 529, Flamenca, v. 1617), de longues jambes (Jaufré, v. 537, Flamenca, vv. 1617-18), une taille mince et des hanches larges (Jaufré, vv. 535-36, Flamenca, vv. 1613-1615). Le teint de Jaufré est vermeil (v. 545), Guilhem a la cara plena e colrada (v. 1591). Les yeux amoros e rizen de Jaufré (v. 531) ressemblent à ceux de l'amant de Flamenca : oils ac grosses, vars e rizens (v. 1587.

2 E ac gonela ben tailada/D'una bruneta paonada (vv. 539-40).

3 Car cest es plus bel e plus grans / E mielz legens e meils cantans / E fort ben gentil home sembla (vv. 4209-11) : Il est plus beau et plus élancé que l'autre / il lit mieux, chante mieux, / et a tout à fait l'air d'un gentilhomme.

4 « Car tu es cavalliers e clerc » (Flamenca, v.1799), Guilhem ou le chevalier parfait, Le clerc au Moyen Age, CUER-MA, Senefiance n° 37, 1995, pp. 199-214.

5 Ben pot chauzir dompn'un sol fin aman / Se malestan / Son par о рапс major ; / Pero non falli, si chanzis en menor / Si i ve valor / Sol non pes lo baran ; / Quar lo plus bas li grazis tota via / Mais quel plus rix, nii pars, si-l fa plazer /Per que l Леи mielhs dompn'a si retener / Quar mais i a poder с senhoria : Une dame peut bien choisir un seul fin aman / sans que ce soit inconvenant / qui soit son égal ou de rang un peu supérieur, / mais elle ne commet pas de faute si elle choisit un homme de rang inférieur / s'il lui en revient du mérite / pouvu que sa condition ne lui pèse pas / Car l'amant de rang inférieur lui voue assurément plus de gratitude / que celui qui est plus riche qu'elle ou que celui qui est son égal, si elle lui accorde une faveur. / C'est pourquoi une dame doit le retenir de préférence / car elle a plus de pouvoir et d'autorité sur lui. Les poésies de Guilhem Montanhagol, Peter Ricketts, Toronto, 1964, poème IV, strophe 3.

6 Fraire fou del comte Raols / De Nivers, e no fon ges sols / Quant fon ab lui, so us puesc ben dir : Il était le frère du comte Raoul / de Nevers, et je peux bien vous dire / qu'il n'était pas seul quand il se trouvait en sa compagnie (vv. 1651-53).

7 Flamenca, vv. 1641-50.

8 Le Lai de l'Ombre de Jean Renart, éd. John Orr, Edinburgh, 1948, v. 10.

9 La Chastelaine de Vergi, éd. G. Raynaud et L. Foulet, Paris, C.F.M.A. 1978, vv. 43-45.

10 Le roman du Castelain de Couci et de la dame de Fayel, éd. M. Delbouille, Paris, 1936, vv. 57-61.

11 Éd. Boutière-Schutz, op. cit. p. 489 ; on retrouve le même style dans l'élogieux portrait de Savaric de Mauléon : Bel cavallier fo e cortes c ensetguatz e larex sobre totz los larcx. Plus li plac chans e solatz e trobars e cortz e messios /.../ E fo lo meiller guerrers que anc el mon : Ce fut un beau chevalier, courtois, instruit, et généreux au dessus de tout les généreux. Il goûta plus que tout homme au monde la libéralité, la galanterie, l'amour, les tournois, la gaieté, le « trouver », les plaisirs de la cour et les dépenses (p. 220).

12 Cf. éd. Boutière-Schutz, pp. 65-139. Par exemple, Bertrand est réputé se rendre maître aussi souvent qu'il le veut du roi d'Angleterre et de son fils : Seiguer era totas ves quan se volia del roi Enric e dell fill de lui... (p. 65).

13 Ibidem, p. 7.

14 Sur Joufroi et son interprétation comme vie de Guillaume IX, cf. Jean-Charles Payen, Le Prince d'Aquitaine, essai sur Guillaume IX, son œuvre et son érotique, Champion, Paris, 1980, p. 167 ss.

15 Flamenca, vv. 6929-36.

16 E quant a jostar s'abaudona/ Nuls hom en sella non renia : Quand il se mettait à jouter, / nul chevalier ne restait en selle, (vv. 1690-91).

17 Papagai, vv. 19-20.

18 Castia Gilos, vv. 137-140).

19 Rose, vv. 1283-1301.

20 Guilhems vai pensant, e bel l'es / Car negus hom mot non li sona : Guillaume allait tout pensif, et il était bien aise / parce que personne ne lui parlait. (Flamenca, vv. 1877-78).

21 Ibidem, v. 1842 ; v. 1849 ; vv. 1860-61.

22 Ibidem, v. 1915.

23 Per dir saup ben que fou amors / Cant legit ac totz los auctors / Que d'amor parlon e si feinon / Consi aniador si capteinon : Il sut seulement par ouï-dire ce qu'était Amour, / après avoir lu tous les auteurs / qui en parent et imaginent/comment les amoureux doivent se comporter (Flamenca, vv. 1763-66).

24 Per so pessa que son cor meta / En tal amor dons bens li veuga / E ques a mal hom non lo tengua : Aussi songe-t-il à engager son cœur / dans un amour qui lui procure satisfaction, / et grâce auquel on ne le tienne pas pour un mauvais jeune homme (Ibid. vv. 1767-69).

25 Biographies des Troubadours, op. cit., p. 16 ss.

26 Ibidem, p. 441.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search