Version classiqueVersion mobile

Flamenca et les novas à triangle amoureux : contestation et renouveau de la fin’amor

 | 
Dominique Luce-Dudemaine

II- La Dame

Texte intégral

Une partenaire active

1Face au mari jaloux, celle qui va devenir sa victime et son ennemie est aussi le centre autour duquel gravitent les autres personnages qui l'épient, l'envient ou la désirent. La dame, sédentaire et immobile, fait l'objet d'une surveillance vigilante. Elle est le point de mire de toute la cour, comme Elvira dans le Castia Gilos, ou Flamenca avant qu'Archimbaut ne la soustraie à l'admiration générale. Chez Arnaut de Carcassés comme chez Raimon Vidal, elle constitue l'unique personnage féminin dans un monde d'hommes. Les trois héroïnes jouent un rôle déterminant dans le récit des novas : le sort de l'amant dépend de leurs initiatives, tout comme le traitement réservé au mari jaloux. D'un caractère passionné, la dame peut sembler imprévisible, ce qui la rend plus dangereuse : Elvira de Barbastre, par son intelligence et sa détermination, montre une évidente supériorité sur ses partenaires masculins. Tout en étant aussi très volontaire, Flamenca se distingue par sa douceur. Ses constantes références à un code de l'amour estompent le caractère indéchiffrable de sa féminité et la rendent plus accessible, tendant à faire d'elle une égale de Guilhem de Nevers.

2L'héroïne du Papagai n'a pas de nom : elle est simplement una dona (v. 5). Pour la situer et la définir, est seulement mentionné le lieu où elle se tient : le verger, inclus dans le château mais distinct du donjon où règne son mari, lieu du pouvoir politique, économique et social, signe de sa puissance militaire. A côté de ce monde masculin dominateur, le verger, lieu culturel d'une nature apprivoisée et idéalisée, privilégie le loisir et le rêve. C'est un univers où règne la femme, à ceci près qu'elle s'y trouve solitaire et comme reléguée, puisque des sentinelles, on l'a vu, y interdisent toute allée et venue.

3Elvira, dans la nouvelle de Raimon Vidal, vit à la cour de Barbastre et connaît, elle, une vie sociale. C'est comme épouse qu'elle est d'abord présentée : molher bel'e plazen (v. 46). Fidèle, et même inflexible, quelque peu austère, elle refuse d'écouter les prières d'amour de quiconque (vv. 48-49). Nul portrait de la dame : seules la définissent sa valeur, sa loyauté - pros doua a cor sertan, v. 207 - et la mention de sa beauté. C'est elle pourtant qui tiendra le premier rôle dans le récit qui va suivre, et c'est au fil des événements, dans l'action, que se révèle au lecteur, et peut-être à lui-même, ce personnage.

4De Flamenca, nous savons davantage. Avant qu'elle accède à l'état de domna que lui confère son mariage avec Archimbaut, l'auteur la présente jeune fille, issue d'un haut lignage, à l'égal de celui qui prétend à sa main. Car son père, comte de Nemur, ne souhaite pas la voir accéder à une position plus haute - celle de reine des Esclavons - qui l'éloignerait de sa famille. Ironie du sort, l'alliance si sagement décidée ne pourra éviter à la jeune femme une mise à l'écart de toute compagnie lorsque Archimbaut, transformé par la jalousie, aura pris jusqu'à l'apparence d'étrangers visiblement peu estimés :

Grifon semblet o Esclau pres. (v. 1556)
Il ressemblait à un Grec ou à un prisonnier esclavon.

5Flamenca, dès son jeune âge, possède les qualité courtoises essentielles, et les chevaliers de l'entourage de son père la reconnaissent capable de donner son avis sur le choix d'un époux :

Quar ben es tals qu'e son talen
Sap esgardar razo e sen. (w. 39-40)
Car elle est d'un caractère à savoir/ bien considérer ce qu'indiquent sens et raison.

6C'est dès le premier abord cette sagesse et ce sens précoce de l'équilibre et de la modération, traits dominants de l'héroïne, qui se traduisent par le bel semblait (v. 291) accordé à Archimbaut dès leur première entrevue : elle sait d'emblée trouver la juste mesure entre sa timidité - Mas un pauc estet vergognosa (v. 271) - et l'obéissance souriante (vv. 276-280).

7C'est évidemment sa beauté qui enflamme le cœur d'Archimbaut. Comme pour les héroïnes des deux autres novas, nous n'avons d'elle aucune description, son portrait ayant été probablement été perdu avec les premiers feuillets du manuscrit qui conserve le roman. Le lecteur peut en tout cas mesurer l'effet produit sur les hommes et les femmes à qui il est donné de l'admirer. Parmi les autres qualités de Flamenca figurent ses manières et sa conversation (v. 543), sa loyauté envers son nouvel époux - son attitude vis-à-vis de ses admirateurs est dénuée de toute coquetterie (v. 531). Elle est donc aussi irréprochable qu'Elvira de Barbastre.

  • 1 R. Nelli, Les Troubadours, t. I, p. 222, n. 1.

8Flamenca, de plus, est cultivée. Dans sa prison, le romanz de Blancaflor (v. 4479) repose sur une table. Il faut noter que l'auteur du Papagai fait allusion à un roman qui fut peut-être, comme l'indique René Nelli1, une version occitane du Roman de Floire et Blanclieflor. Le Perroquet cite Blancaflor c'amet Floris ses tôt enjan (v. 82-83), comme amante exemplaire. Pour revenir au livre dans Flamenca, ce n'est pas un ornement mais un objet familier, un ouvrage que l'on peut supposer lu et relu. La lecture, acte privé et intime pour la dame et ses demoiselles, sera pour les captives le seul moyen d'évasion, une arme contre le désespoir et la tristesse, comme le souligne Alis en faisant l'éloge de la culture et du savoir :

Ara digas, fe que m deves,
Si non saupses tan com sabes
Qu'aves durat aquestz afanz ?
Mortas foras e cruciada !
Mais non seres ja tan irada,
Quan leges, que l'ira nos fonda. (vv. 4813-19)
Dites-moi à présent, vous, Madame, foi que vous me devez, / si vous n'aviez pas su tout ce que vous savez, / qu'auriez-vous fait durant ces deux années / pendant lesquelles vous avez souffert pareils tourments ? / Vous seriez morte dans un vrai supplice ! / Mais si grande que soit votre tristesse, / quand vous lisez, il faut qu'elle se dissipe.

9Il est un autre savoir féminin, plus expérimental, quoique tiré en partie des livres, mais qui appartient à l'usage courtois, celui qui permet à l'héroïne de choisir sa conduite en fonction des circonstances. Ainsi, le fait de répondre au premier mot de Guilhem sera jugé par Alis comme gran cortesia (v. 4230). Susciter en un mot espoir et crainte chez l'amant, tel est l'impératif que se fixe la dame, la gageure qu'elle tiendra grâce à la connaissance de ce qu'Alis appelle un jeu :

Domna, mais sabes de jugar
Ques eu non fas... (vv. 4244-45)
Dame, vous vous entendez à ce jeu / mieux que moi...

10Ce jeu dépasse la pure invention poétique, malgré le réel plaisir d'assembler des mots suivant une musique harmonieuse que Flamenca et ses suivantes se répètent comme le refrain d'une chanson. Marguerite, pour avoir « trouvé » De que ? (vv. 4573-75), sera complimentée par sa maîtresse et qualifiée de bona trobairitz (v. 4577).

11La progression narrative met ici le jeu poétique au service de l'action, et livre un modèle de comportement. Pour les amants, chaque mot de leur difficile échange représente plus que l'expression habile et gracieuse, un pas franchi vers la connaissance de l'autre. Cela implique que la dame possède un art d'aimer auquel elle se réfère à diverses reprises sans pour autant en livrer la source. Lorsqu'il s'agit, par exemple, de déterminer, à quels âges les dames sont sollicitées par Amor, nous avons vu que Flamenca s'exprime avec autant d'assurance que de précision. Sans fonder ses affirmations sur aucune autorité extérieure, elle les édicte avec force et insiste sur sa compétence en la matière :

Et ieu conosc ben que vers es
C'amors a en las domnas ces. (vv. 5591-92)
Et je sais de science certaine / qu'Amour a un droit sur les Dames.

12Aux connaissances acquises vient aussi s'ajouter une forme d'intuition. La finesse et la psychologie dont fait preuve Marguerite, en expliquant les débats qui agitent le cœur de Flamenca, ne doivent rien au savoir que peuvent transmettre les études cléricales, même si elles ont, affirme l'auteur, la même valeur. Il s'agit d'une compréhension spontanée, preuve de qualités de cœur et des liens affectifs qui unissent les trois compagnes :

Flamenca dis : qui t'ensenet,
Margarida, ni qui t mostret,
Fet que m deus, tan de dialetica !
S'acsas legit arismetiga
Astronomia e musica
Non agras meils dig la fesica
Dels mais qu'eu ai loncs tems suffertz. (vv. 5441-47)
Flamenca lui répondit : « Qui t'as enseigné,/Marguerite, qui t'as montré,/foi que tu me dois, à manier si bien la dialectique ? / Si tu avais étudié l'arithmétique, / l'astronomie et la musique, / tu n'aurais pas mieux exposé la physique / des maux que j'ai longtemps soufferts.

  • 2 C'est-à-dire l'amicitia vera, le premier degré de l'amitié selon Cicéron, qui, suivant Aristote, d (...)

13Dans l'esprit du romancier, cette compréhension intuitive est l'apanage des femmes : aucun échange de ce type ne rapproche Othon et Clari de leur aîné Guilhem de Nevers. Et si les rapports sociaux entre les dames de la cour sont plus que décevants en général, les relations de Flamenca et de ses demoiselles présentent les traits d'une amitié véritable2. L'auteur semble donc transposer une vertu traditionnellement masculine dans un univers féminin. Ce n'est certes pas un sentiment courant que celui qui implique la compassion et l'oubli de soi :

E per la bon'amor que il portan
De lur pena non lur sove. (vv. 1356-57)
Et tout à la bonne affection qu'elles lui portaient, /elles en oubliaient leur propre peine.

14Les demoiselles partagent en effet les durs moments de la captivité de Flamenca sans jamais se plaindre de leur propre sort. Les noms de bella sor (v. 4478), bella dous'amiga mia (v. 4893), Bell'amigueta (v. 5027), que leur donne affectueusement Flamenca traduisent son affection pour elles. L'héroïne utilise même pour définir leurs liens la métaphore, courante dans la poésie des troubadours pour désigner la fin'amor, de la fusion des cœurs :

Quar nostre cors son assas us. (v. 5452)
Car nos trois cœurs n'en forment guère qu'un.

  • 3 Margarida suggère une de ces réponses (De que ?), Alis en trouve trois (Que planh ? - Pren l'i - E (...)

15Secourable durant l'épreuve de la captivité, cette amitié restera jusqu'au bout, dans le bonheur, un sentiment pur et sans faille. Plus encore qu'une consolation, il apporte à la dame l'énergie nécessaire pour surmonter son trouble lorsque pour la première fois Guilhem l'aborde sous les traits d'un clerc inconnu. C'est en débattant entre elles de chaque terme du dialogue que les trois compagnes trouvent ensemble3 les réponses qui s'y accordent le mieux.

16Or cet effort constant de Marguerite et Alis pour aider Flamenca à progresser sur la voie qui la mène au bonheur se verra récompensé par l'heureuse rencontre avec les deux cousins de Guilhem. Ainsi, l'amitié, érigée en véritable vertu par sa pureté et sa force agissante mène les trois jeunes femmes vers la libération et vers l'amour.

17Bien plus que des suivantes dévouées, Marguerite et Alis sont de futures domnas, parées des mêmes qualités courtoises que Flamenca dont ne les sépare qu'une légère différence d'âge et un célibat tout provisoire.

18Cette amitié de femmes est un sentiment fort peu analysé, semble-t-il, dans les œuvres contemporaines du roman anonyme. En effet, la complicité féminine qui s'exerce dans les fabliaux au détriment du sexe masculin, ne lui est guère comparable. Quant à la solidarité qui peut unir les dames dans certaines vidas, elle constitue beaucoup plus un lien de solidarité d'ordre social, et la conscience d'appartenir à un groupe influent et responsable n'implique pas pour autant des relations affectives résultant d'affinités personnelles.

19La sincérité de l'amitié féminine et le rôle important qu'elle joue dans la progression du récit soulignent la place éminente accordée par l'auteur aux qualités de cœur. Son héroïne en est particulièrement dotée. Ainsi, la merci amoureuse ne consiste pas seulement à ses yeux en un devoir qu'il faut accomplir conformément aux normes courtoises : elle prend la forme d'une générosité teintée de douceur :

Car eu non ai ges cor de fera
Ni sui de ferre ni d'assier. (vv. 2884-85)
Mon cœur n'est pas celui d'un animal féroce / et je ne suis ni de fer ni d'acier.

20Les prières d'amour agissent si vivement sur elle que leur effet semble aussi inéluctable et mécanique que les phénomènes physiques qui transforment la matière : leur douceur ferait fondre le métal (vv. 2901-02), elles ont l'effet de la chaleur sur un corps froid (v. 2910), ou celui du levain sur la pâte (v. 2914-16). De telles métaphores ne laissent guère place à un choix personnel. D'autant que la bienveillance de la domna ne saurait rester au stade de l'émotion ou du sentiment, elle se traduit en paroles et en actes. Sa réserve doit être provisoire car elle n'a pour fonction que de vérifier la sincérité de l'amant :

S'ieu conosc qu'amors lo destreina
E il serai donna bon'e fina. (vv. 4257-58)
Si je reconnais qu'Amors l'étreint, / je serai pour lui dame bonne et parfaite.

21Cette réserve se traduit essentiellement par l'ambiguïté de la réponse Qu'en puesc ? à la déclaration de Guilhem. D'abord troublé, il peut cependant y dénoter très vite une nuance favorable :

Pero qui ben i vol entendre
Ben sembla que mais deja penre
Vaus hoc que vaus non tal doptansa. (vv. 5049-51)
Pourtant, à bien vouloir les entendre, / il me semble que dans leur ambiguïté, / ils penchent plutôt vers oui que vers non.

22Au reste, la dame ne lui impose jamais l'épreuve d'un refus, même provisoire. La vertu véritable, bien éloignée de la prudence, est ici la hardiesse :

Contra lauzengier maldizen
Domna deu penre ardimen. (vv. 6309-10)
Contre le vil flatteur médisant / il faut que la dame s'arme de hardiesse.

23Au moment de donner son consentement définitif et de déclarer Plas mi, réponse qui met un terme au dialogue des amants dans l'église, Flamenca est néanmoins tourmentée par des sentiments contradictoires, tiraillée entre Paors et Amors et Vergonlia (v. 5553). Ce combat intérieur évoque une fois de plus le Roman de la Rose de Guillaume de Lorris, lorsque Amour affronte Peur et Honte. Si les gardiens de la Rose peuvent avoir recours à jalousie contre l'Amant, Flamenca choisit une attitude fondamentalement différente : elle surmonte très vite Paor et Vergonlia comme des obstacles indignes d'un cœur sincère :

Ques anc Vergoina ni Paors
No feiron bon cor ni faran
E non a cor de fin aman
Si tol vergoina ni temensa
De far tot so qu'ai cor l'agensa. (vv. 5564-68)
Pudeur et crainte / n'ont jamais fait et ne feront jamais un cœur vaillant. / Il n'a pas un cœur de parfait amant/celui qu'elles empêchent/défaire tout ce qui plaît à ce cœur.

  • 4 Glynnis Cropp, Le vocabulaire courtois des troubadours à l'époque classique, Genève, Droz, 1975, c (...)

24Les qualités de cœur incluent le courage, vertu généralement exigée des hommes. Or il est remarquable qu'ici la dame s'assimile au fin aman et recherche pour elle-même cet ardimen que le vocabulaire des troubadours réserve à celui-ci4. La dame n'est plus seulement le but d'une quête, comme l'était la Rose. Elle refuse de tenir un rôle passif et participe par ses initiatives à l'accomplissement de son destin amoureux. A cet égard, il est significatif que ce soit Flamenca qui indique à Guilhem par quels moyens il pourra parvenir à elle, même si ce message s'inscrit dans le cadre d'un songe :

Ar vos ai mostrada la via. (v. 2942)
Je vous ai montré la voie.

25Dans le même esprit, la dame du Papagai ne se borne pas à consentir à la venue d'Antiphanor, c'est elle qui lui ouvre les portes du château (vv. 273-275), après s'en être procuré les clefs qu'elle présente au Perroquet « sur un coussin » (vv. 259-262) !

26Enfin, la conduite d'Elvira, dans le Castia Gilos, est exempte de toute nuance d'hésitation ou de timidité. Une fois prise la décision d'accorder son amour à Bascol, elle le rejoint sans retard dans sa chambre :

Ela del tost anar no fina
Vas la cambra del cavayer. (vv. 264-65)
Elle se hâte de se rendre/ dans la chambre du chevalier.

27La franchise et la détermination poussent les trois héroïnes à passer de l'intention à l'acte, un trait commun qui semble caractériser la dame des novas occitanes. On le retrouve aussi dans Jaufré, lorsque Brunissen attend que le héros lui déclare son amour, avec une impatience qui révèle son rejet de la passivité :

Non am ieu donx Jaufre ?
Non ieu, car ren nu 1 fas, per que ?
De tot so que tain ad amic.
Cuig lo ben amar car o dic.
Non fag ges, als i a mestier. (vv. 7503-07)
...n'aimé-je donc pas Jaufré ? / Non, je ne l'aime pas, puisque je ne fais rien pour lui-pourquoi 1- /de ce qu'il convient de faire pour un ami. / je crois l'aimer parce que je le dis ; / mais je ne le montre guère. Il faut autre chose à l'Amour.

28C'est elle qui prend la parole la première lors de l'entretien des amants, elle encore qui oriente la conversation de manière à provoquer les aveux de Jaufré. Elle avait au reste prévu de prendre les devants et, au cas où le héros aurait montré trop de timidité, elle aurait vaincu la sienne en sortant de sa réserve :

Car qui en amor a gran sein
Nun ama jes tan finamen
Con cel que ben sap far follia. (vv. 7665-67)
Car celui qui en Amour montre trop de bon sens / n'aime point aussi parfaitement / que celui qui sait parfois faire des folies.

29À une domna inaccessible et figée que célèbre la cançon, les auteurs des novas préfèrent manifestement une héroïne dont les élans affectifs tendent à se traduire en actes et en initiatives. Mieux adaptée au cadre narratif, elle redéfinit aussi la place et le rôle de la dame dans l'univers courtois. Elle revendique, pour le plus grand bien de son partenaire, des qualités d'audace, de franchise et de liberté que les troubadours désespéraient bien souvent de trouver en elle.

30Cette conception du rôle de la femme semble faire écho au chant des trobairitz. Pas plus que Flamenca, la Comtesse de Die ne craint le blâme :

  • 5 Angelica Rieger, Trobairitz, Der Beitrag der Frau in der altokzitanischen höfischen Lyrik, Edition (...)

E domna q'en bon prete s'enten
Deu ben pausar s'entendenssa
En un pro cavallier valen
Pois qu'il conois sa valenssa,
Que l'aus amar a presenssa5.
Une dame qui aspire au mérite/doit bien placer son affection /en un preux et vaillant chevalier/et du moment qu'elle connaît sa vaillance/Qu'elle ose l'aimer ouvertement.

31Quant à Castelloza, comme Brunissen, elle trouve légitime de se déclarer la première :

  • 6 Ibid., p. 520, vv. 22-24.

Q'ieu vuoill proar enans que-m lais morir
Q'el preiar ai un gran revenimen
Qan prec cellui don ai greu pessamen6.
Je préfère adresser des prières d'amour plutôt que de me laisser mourir/ Car dans les prières, je trouve grand réconfort / quand je les adresse à celui dont la pensée me tourmente.

32L'audace de la trobairitz dépasse même celle de l'héroïne du roman, qui hésite longuement avant d'envisager de faire le premier pas. Son long débat peut être l'indice d'une controverse sur la part donnée à l'initiative féminine. A l'opposé de l'image figée d'idole lointaine que dessine la poésie des troubadours, existe-t-il une aspiration à lui donner un rôle plus actif et autonome dans le jeu de la fin'amor ?

33Le comportement audacieux des trobairitz et des héroïnes des novas se retrouve aussi dans deux razons, l'une de Raimon de Miraval, l'autre de Raimon Jordan. Dans les deux cas, une dame offre au poète son amour pour le sauver du désespoir. Raimon de Miraval, victime des trahisons successives d'Azalaïs de Boissezon et d'Ermengarde de Castres, est consolé par Brunessen de Cabaret, qui met fin à sa tristesse et à son silence :

  • 7 Razon de Raimon de Miraval, op. cit., p. 395.

[...] si l mandet saludan e confortan, e preguan qu'el se degues alegrar per amor de leis ; e quel saubes per veritat qu'ela l'anaria vezer, s'il no venia ves leis, e li faria tan d'amor quel conoiseria be qu'ela no l volia enguanar7.
Elle lui manda salut et réconfort, lui priant de se réjouir pour l'amour d'elle ; et de savoir en vérité qu'elle irait le voir, s'il ne venait pas jusqu'à elle, et qu'elle lui donnerait tant de marques d'amour qu'il verrait bien qu'elle ne voulait pas le tromper.

34La démarche de Brunessen est moins de nature passionnelle, que motivée par la conscience d'une responsabilité vis-à-vis de la société courtoise, à laquelle le mutisme du poète causerait un dommage grave. Elle livre une représentation de la dame non pas seulement comme objet de désir, mais sujet désirant, volontaire et actif.

35De même, Hélis de Monfort ramène à la vie courtoise Raimon Jordan et lui permet de retrouver son inspiration :

  • 8 Razon de Raimon Jordan, op. cit., pp. 161-162.

Disen ella qu'ella li fassia don de son cor et de son cors e de s'amor per esmenda del mal qu'el avia pres ; e pregan lo e claman li merce quel la deignes anar vezer8.
Elle lui faisait don, disait-elle, de son cœur, de son corps et de son amour, en réparation du dommage qu'il avait subi. Elle le priait et lui criait merci, lui demandant instamment de venir la voir ; sinon, c'est elle qui viendrait à lui.

  • 9 Cf. R. Nelli, Érotique des Troubadours, op. cit., t. I, p. 383 ss. Le precador est l'amant qui, ap (...)

36Loin de s'en tenir à des suggestions voilées, la dame offre toute sa personne, cœur et corps, en des termes qui peuvent aussi bien convenir à l'amant precador9 et elle fait comme lui appel à la « merci » de celui à qui elle s'adresse. Cette appropriation terme pour terme du comportement si fréquemment attribué à l'amant se trouve aussi dans Flamenca, dans le salut que lui adresse la dame :

... Amix, de cui eu tenc
Lo cor e 1 cors e tot cant ai. (vv. 6386-87)
Ami, dit-elle, vous de qui je tiens/mon cœur et mon corps et tout ce que je possède.

  • 10 Ibid., p. 174 ss.

37La formule, comme le signale Paul Meyer, cité par René Nelli10, reprend celle de l'hommage vassalique. Or cette métaphore de la soumission vassalique appartient couramment au discours de l'amant et il est peu fréquent qu'une dame la fasse sienne. La même remarque s'applique aux termes de servir et onrar qui définissent des devoirs essentiels de l'homme courtois, et que Flamenca utilise pour faire comprendre à Guilhem la sincérité de ses sentiments :

Que ben vezes que totz mos sens
Es en vos servir et onrar. (vv. 6854-55)
...vous voyez bien que toute ma pensée/tend à vous servir et à vous honorer.

38Par cette humilité volontaire autant que par les preuves de « hardiesse » qui ont pu être relevées dans sa conduite, la dame se fait l'égale de l'amant en même temps qu'elle présente un visage plus humain et plus accessible à son partenaire.

Notes

1 R. Nelli, Les Troubadours, t. I, p. 222, n. 1.

2 C'est-à-dire l'amicitia vera, le premier degré de l'amitié selon Cicéron, qui, suivant Aristote, distingue trois formes plus ou moins élevées de ce sentiment. Cf. R. Nelli, Erotique des troubadours, t. 2, pp. 146-148.

3 Margarida suggère une de ces réponses (De que ?), Alis en trouve trois (Que planh ? - Pren l'i - E quai ?). Les deux demoiselles proposent ensemble deux autres termes du dialogue : consi ? et cora ?. Quant à Flamenca, elle prend l'initiative à quatre reprises : Per cui ? - Qu'en puesc ? - Es on ? - Plas mi.

4 Glynnis Cropp, Le vocabulaire courtois des troubadours à l'époque classique, Genève, Droz, 1975, ch. IV, § 3.

5 Angelica Rieger, Trobairitz, Der Beitrag der Frau in der altokzitanischen höfischen Lyrik, Edition des Gesamtkorpus, Max Niemeyer Verlag, Tübingen, 1991, p. 587, vv. 17-21.

6 Ibid., p. 520, vv. 22-24.

7 Razon de Raimon de Miraval, op. cit., p. 395.

8 Razon de Raimon Jordan, op. cit., pp. 161-162.

9 Cf. R. Nelli, Érotique des Troubadours, op. cit., t. I, p. 383 ss. Le precador est l'amant qui, après un long et discret service de fenhedor peut enfin se déclarer.

10 Ibid., p. 174 ss.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search