Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’histoire littéraire des écrivains. Paroles vives

 | 
Marie Blaise
, 
Sylvie Triaire
, 
Alain Vaillant

Paroles vives

Avant-propos

Alain Vaillant

Texte intégral

  • 1 Sur ces notions de « littérature-discours » et de « littérature-texte » et sur leur application à (...)

1Les historiens de la littérature y insistent avec raison : le xixe siècle est celui du triomphe de l’imprimé et les nouvelles industries culturelles de l’édition et de la presse périodique jouent désormais un rôle central pour la vie littéraire elle-même. D’un point de vue formel, la littérature-discours, où le fait littéraire obéit à la conception discursive et rhétorique héritée de l’Antiquité et adaptée à la culture aristocratique de l’Ancien Régime, laisse la place à la littérature-texte, qui fait de l’écrivain moderne un fournisseur de textes donnés à lire à un public de lecteurs et structurellement adaptés à cette lecture anonyme : la disparition du style direct au profit du célèbre style indirect flaubertien où les paroles des personnages sont littéralement phagocytées par la narration, la crise post-romantique du lyrisme poétique, l’impersonnalisation mallarméenne peuvent ainsi être interprétés comme autant d’indices de cette textualisation littéraire1.

  • 2 Voir Stéphane Hirschi, Élisabeth Pillet et Alain Vaillant dir. L’Art de la parole vive. Paroles ch (...)

2Cependant, cette transformation de l’esthétique littéraire n’entraîne nullement la disparition de l’art du discours et du plaisir multiforme et socialement divers de la parole. Bien au contraire, l’entrée progressive dans l’âge démocratique multiplie les lieux, les occasions et les pratiques propices à cette éloquence moderne. Des conférences mondaines de la Restauration aux cérémonies de distribution des prix en passant par les cours du Collège de France, le développement des institutions éducatives multiplie les tribunes où peut se déployer la rhétorique professorale, venant désormais concurrencer celle du barreau. L’enracinement du parlementarisme accoutume le public des citoyens, lors même qu’ils sont privés de vote par le barrage du cens, au débat politique. La libéralisation du spectacle, élitaire ou populaire, se traduit par une prolifération des formes culturelles où peut se déployer l’art de la parole, parlée ou chantée : la parade, la chanson, le monologue dramatique, etc2. Enfin, la naissance de notre actuel système médiatique, que symbolise la création en 1836 de La Presse d’Émile de Girardin, fait du journal à la fois l’héritier du salon aristocratique, voué aux charmes de la conversation et de l’esprit, et le concurrent de la tribune parlementaire. Par ailleurs, il peut arriver que la nouvelle esthétique textuelle soit elle-même détournée de sa finalité pour faire entendre, de façon indirecte, la parole de l’écrivain : soit que le texte implique la performance orale comme son prolongement nécessaire, soit qu’il contienne les indices énonciatifs d’une présence auctoriale.

  • 3 Marine Lavaud et Marie-Áve Thérenty. L’interview d’écrivain, Lieux littéraires 9-10, Presses unive (...)

3C’est à quelques avatars de cette culture protéiforme de la parole qu’est consacré le présent dossier. Les articles qui y sont réunis illustrent les différentes directions qui viennent d’être énumérées. Anne Vibert prouve l’extraordinaire vitalité de l’éloquence tribunicienne — en l’occurrence, celle du parlement –, mais d’une éloquence que la diffusion imprimée des discours transforme (déforme ?) inévitablement. Martine Lavaud et Marie-Áve Thérenty y poursuivent leurs analyses sur la genèse et les évolutions de la pratique journalistique de l’interview3, Élisabeth Pillet s’attache aux nouvelles formes scéniques apparues à la Belle Époque. Enfin, dans un dernier article, je propose d’interpréter les effets de sonorités dans la poésie lyrique du xixe siècle comme le résultat original de l’hybridation de la parole versifiée par la poétique moderne du texte.

Notes

1 Sur ces notions de « littérature-discours » et de « littérature-texte » et sur leur application à l’histoire littéraire du xixe siècle, voir Alain Vaillant, La Crise de la littérature. Romantisme et modernité, Grenoble, « Bibliothèque stendhalienne et romantique », Ellug, 2005.

2 Voir Stéphane Hirschi, Élisabeth Pillet et Alain Vaillant dir. L’Art de la parole vive. Paroles chantées et paroles dites à l’époque moderne, Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, 2006.

3 Marine Lavaud et Marie-Áve Thérenty. L’interview d’écrivain, Lieux littéraires 9-10, Presses universitaires de la Méditerranée, Montpellier, 2006.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540