Version classiqueVersion mobile

L’histoire littéraire des écrivains. Paroles vives

 | 
Marie Blaise
, 
Sylvie Triaire
, 
Alain Vaillant

Quatrième partie. Polémiques

Remy de Gourmont contre la « Décadence » et contre la « Renaissance » : un symboliste sceptique dans le débat nationaliste à la veille de 1914

Valérie Grandjean

Texte intégral

1Pour apprécier l’inscription idéologique des modèles de la pensée historique dans l’histoire littéraire, nous proposons de revenir sur le débat nationaliste qui intéressa le monde des lettres à la veille de 1914. L’examiner à travers la position de Remy de Gourmont permettrait de comprendre à quel point sortir des deux lieux communs qui régirent alors les jugements littéraires, celui de la « Décadence » et celui de la « Renaissance », fut une attitude marginale, et comment l’histoire n’incarne et ne retient finalement que les points de vue majoritaires. Ce sont deux faces d’un même modèle explicatif de l’histoire de la langue et des peuples qui s’affrontèrent alors, fondées d’une part sur un traditionalisme offensif, en l’occurrence celui de l’Action française, et d’autre part sur un parti pris progressiste — car l’accusation de décadentisme dénonce aussi la complaisance dans un présent immobile gangréné par le passé — position du Parti des Intellectuels, des « libres-penseurs ». Des deux côtés, les concepts d’avant-garde et d’arrière-garde soutendent les bannières et les invectives tant sur la scène littéraire que sur la scène politique. Or, nous allons voir que c’est l’attachement de Gourmont à l’idéalisme subjectif des Symbolistes qui lui permit de conserver un scepticisme profondément discordant au milieu de ce concert haussé au même diapason.

2Mystique mais antichrétienne ; latinisante, païenne, mais anticlassique ; autochtone mais antinationaliste ; dynamique mais anti-progressiste, telles sont les positions paradoxales dans lesquelles Gourmont maintint fermement l’histoire littéraire dans ce débat, et ce, depuis son anthologie des poètes de la latinité tardive.

  • 1 Cf. Jules Lemaitre, « Paul Verlaine et les poètes symbolistes et décadents » repris dans Les Conte (...)
  • 2 « Manifeste du Symbolisme », Le Figaro, supplément littéraire, 1886.
  • 3 On se souvient des démêlés de Hugo avec Victor Cousin à l’Académie en 1844 (« La décadence de la l (...)

3En effet, autour de 1885 déjà, quand les critiques de la grande presse et de l’université traitèrent les jeunes poètes de « décadents » et de « barbares1 », il ne suffit pas de la riposte de Jean Moréas pour enterrer, sous l’épithète « symbolistes2 », un poncif coriace avec lequel les Romantiques eux-mêmes avaient eu à découdre sous Louis Philippe et le Second Empire3. Ainsi, en 1834 déjà, l’étude de Désiré Nisard sur Les Poètes latins de la décadence était une attaque contre le sensualisme et l’individualisme des Jeunes-France, liée à une condamnation orléaniste des idéaux de la Révolution.

  • 4 Le Latin Mystique. Les poètes de l’antiphonaire et la symbolique au Moyen Âge, avec une miniature (...)

4C’est pourquoi, concernant la génération poétique suivante — rangée, depuis À Rebours, parmi les poètes maudits du Catholicisme et de la République – Le Latin mystique de Remy de Gourmont, paru en 18914, entend régler le problème à sa source en exhumant l’inventivité verbale des poètes chrétiens de l’antiphonaire pour en tirer les principes d’une esthétique idéaliste dégagée des idéologies. Car, si la République est à présent bien assise, elle ne laisse pas, à travers ses institutions culturelles qui privilégient Parnassiens et peintres académiques, ou à travers le naturalisme qui exalte son scientisme, de faire figure de Grande Prostituée vendue à l’idéologie mercantile et progressiste. Les jugements sévères qu’eurent à essuyer les poètes symbolistes autour de 1885 ne sont en effet pas étrangers aux vues de certaines classes politiques. De celles des modérés issus du parti opportuniste de Gambetta notamment, dont l’un des représentants fera encore savoir, lors des élections législatives de 1898, que le vers libre appartient au parti des anarchistes « rétrogrades » et cosmopolites. Gourmont raille ainsi l’amalgame :

  • 5 « Le vers libre et les prochaines élections », Mercure de France, janvier 1898, repris dans Épilog (...)

Il semble que la rime riche fasse partie vraiment de la richesse nationale : on vole quelque chose à l’État en adoucissant la sonorité des ronrons : « La France, Messieurs, manque de consonnes d’appui ! » [...] En attendant, il n’est pas douteux que l’Étranger ne guette, avec un sourire sarcastique, les progrés de la décomposition du traité de la Versification française par M. Quicherat5.

  • 6 Pour une analyse de ce système construit par l’imagination mais tout-à-fait opératoire, voir Pierr (...)

5Mais l’attaque venait également de la droite conservatrice : d’un Jules Lemaitre par exemple, partisan du protectionnisme littéraire alors que de son côté Melchior de Voguë était préoccupé de régénérer les lettres françaises par l’évangélisme russe, comme en préalable à l’Entente Cordiale. Ainsi la littérature rend-elle déjà compte, en 1890, d’un « système de représentations nationales6 », lesquelles se cristalliseront vingt ans plus tard. Les symbolistes, avec leur engouement pour Wagner, Ibsen et Maeterlinck, étaient déjà coupables d’altérer la sensibilité nationale par le recours aux barbares du nord.

6Or, en présentant dans Le Latin mystique les « décadents » Laforgue, Verlaine et Mallarmé comme les dignes successeurs des grands mystiques européens, tels Sidoine Apollinaire, sainte Hildegarde, saint Bernard, saint Bonaventure ou Claudien Mamert, tous honnis de la tradition catholique classique, Gourmont en faisait les moteurs de l’avant-garde littéraire chargée de continuer, par ses images hardies coulées dans les rythmes inédits des séquences, l’évolution vivante de la langue figée dans les codes néo-classiques des Parnassiens ou dans la déclamation romantique. Mais il s’agit surtout d’une contre-offensive pour cette frange de la gent littéraire afin de sortir de la clandestinité de poètes maudits en reprenant pour son propre compte les armes d’une tradition originale. Un nouveau type de filiation était affirmé, qui ne reposait plus sur la répétition des règles de rhétorique mais sur la faculté de modeler la langue par une vision radicalement personnelle. Cette poétique nouvelle devait constituer le modèle ouvert d’une vision historique qui ne serait plus répétitive mais qui saurait conserver au devenir la part d’incertitude nécessaire au surgissement de l’inattendu. Car, contenue en germe dans l’issue de la précédente, une guerre ou une école littéraire se révèle en effet après coup, passée la stupeur du tocsin ou du manifeste, comme strictement déterminée selon le mécanisme inexorable d’alliances définitives, c’est-à-dire selon une histoire qui semble être écrite d’avance.

7Aussi, à partir de 1907, après la consécration des Symbolistes, devenus des aînés, c’est avec la même exaspération que Gourmont voit ressurgir l’accusation de décadentisme sous un nouvel avatar qui est aussi son corollaire : celui qui se cristallise sous la forme du débat autour de la « Renaissance classique » lié à la « Renaissance de la littérature nationale ».

  • 7 Privat éditeurs, Toulouse, 1960.

8Avant d’examiner la position marginale de Gourmont, il faudrait rappeler brièvement quelques jalons de ce débat, éclairé par Michel Décaudin dans son ouvrage sur La Crise des valeurs symbolistes7.

  • 8 8 juillet 1891.
  • 9 8 juillet 1897.
  • 10 N° 11, 15 mai 1907.
  • 11 10 mai 1907.

9Étrangement, c’est encore de Jean Moréas que vient la première volte-face contre les valeurs symbolistes qu’il avait semblé défendre en 1886, quand, fondant l’École Romane cinq ans plus tard, il s’en prend au « cauchemar romantique ». Tandis que Charles Maurras célèbre en 1891 la « Renaissance provençale » dans un numéro de La Plume consacré aux Félibres8, de son côté, l’école naturiste commence elle aussi à parler d’une « renaissance française » en 18979. Dès avant la mort de Mallarmé en 1898, qui ravive la question de l’hermétisme, un jeune auteur blâme l’intellectualisme dans un article de La Revue Blanche de juillet 1896 titré « Contre l’obscurité », et signé Marcel Proust. Lucien Muhlfeld lui répond en pointant le malentendu sur lequel il se fonde : les Symbolistes ne sont pas détachés de la vie profonde mais de la raison sclérosée dans l’évidence, ils n’ont rejeté la prétention à l’universalité que par nécessaire méthode et rejoignent la nature par l’imagination individuelle. En 1907, Mallarmé aura encore besoin d’un défenseur en la personne de Viélé-Griffin qui traite de « La Discipline mallarméenne » dans La Phalange10 après que Jean-Marc Bernard avait stigmatisé à L’Occident « L’idée d’impuissance11 » chez l’auteur d’Igitur. Le retour à la tradition antique renouvelée par la Pléiade ou les Classiques, allait alimenter la controverse esthétique qui renaît autour des cendres de Moréas en 1910.

  • 12 N.R.F., 1909, n° 5, n° 9, n° 10.

10Nous sommes alors au plus fort du débat qui était apparu dans la floraison des enquêtes au sein des revues concernant « la renaissance de la littérature nationale » : ne citons que celle d’Henri Clouard à La Phalange en 1908, à laquelle répondent les trois articles de Gide intitulés « Nationalisme et Littérature12 » et le « classicisme moderne » d’Henri Ghéon à la N.R.F. ; rappelons la « Lettre sur le Classicisme » de Fagus dans Les Guêpes en 1911, L’Équivoque du Classicisme de Gaston Sauvebois la même année après l’enquête de Charles Morice sur « le retour de l’esprit français à l’idéal classique » dans Paris-journal. En témoigne d’autre part la fondation de revues littéraires d’orientation peu ou prou nationaliste comme L’Occident d’Adrien Mithouard, Les Marches de l’est, ou La Renaissance contemporaine fondée par Robert Veyssié, L’Âme latine de Jean-Marc Bernard... Ce rapide panorama n’est pas exhaustif.

11Voyons à présent comment le « maître à penser » de la génération symboliste, officiant au Mercure de France ou à La Dépêche de Toulouse, voyait cette agitation. Il la voyait d’un mauvais œil et, fidèle à sa méthode de la « dissociation des idées », il entreprit de faire entendre une voix discordante dans ce Te Deum bientôt assourdi par les tirs au mortier.

  • 13 « Le Joujou Pariotisme », Mercure de France, avril 1891.

12Issu de la génération précédente qui avait connu dans sa jeunesse la guerre de 1870, et qui avait grandi dans le rationalisme sceptique de Taine et de Renan pour le tempérer d’un idéalisme subjectif, Gourmont s’était très tôt démarqué des aspirations revanchardes de la Ligue des Patriotes de Paul Déroulède, en commettant un article frondeur qui déclarait, après avoir rappelé l’excellence de la science allemande : « Mourir pour la patrie : nous chantons d’autres romances, nous cultivons un autre genre de poésie13 ». C’était en 1891.

13À la veille de 1914, c’est à l’érudition qu’il fait appel pour étayer ses réparties qui consisteront à désengager l’histoire littéraire de l’histoire politique en contrant sa récupération idéologique du moment pour la rattacher à la longue durée de l’évolution philologique, esthétique, voire géographique, qui se poursuit souterrainement et conjointement aux innovations poétiques, plus spectaculaires et donc plus sujettes aux présomptions.

14Les conceptions de Gourmont ne sont pas si éloignées de l’élan vital bergsonien, même s’il répugne à l’orientation spiritualiste et finaliste que ce concept prenait chez le philosophe. Ses vues auraient plutôt la forme d’une spirale ou d’un caducée, qui entrelacerait un fonds géologique, linguistique et racial relativement stable avec les circonvolutions de la culture et de la société, pour une part déterminées par ces constantes, pour une part imprévisibles comme les désirs individuels qui les transforment. Si les formes sociales et artistiques sont étroitement solidaires, c’est uniquement dans le sens où elles témoignent également d’un pouvoir de transformation dynamique, mais aucune n’est la cause directe de l’excellence de l’autre, aucune ne représente en soi de perfection définitive et leur succession ne laisse voir nul progrès.

15Ainsi en 1913, à l’enquête de Louis Muller et de Gaston Picard dans laquelle les jeunes littérateurs s’érigent en artisans de « la Renaissance de la littérature française », Gourmont répond :

  • 14 « La Renaissance », La Dépêche de Toulouse, 26 mars 1913, tous les articles de ce périodique ont é (...)

S’il y a en ce moment une renaissance littéraire, on le saura dans une cinquantaine d’années, peut-être davantage. Il fallut 250 ans pour que le rôle de l’époque appelée Renaissance fût clairement apprécié
[...]
« Nous autres poètes de la Renaissance ! » disent ces jeunes gens. Il faut craindre la bouffonnerie14.

16Quand l’année 1910 voit Boileau célébré en poète national, notamment par Henri Mithouard dans L’Occident, Gourmont assène dans ses Promenades litéraires :

  • 15 « À propos de Boileau », Promenades littéraires, quatrième série, 1913, Mercure de France, 1927, p (...)

Boileau arrêta net, tant par ses conseils qui prirent force de loi, que par son exemple et celui de Racine, l’évolution de la langue poétique en France15.

17L’offensive contre la force d’arrêt que constitue à ses yeux tout classicisme — dont il voit l’esprit résider dans une obéissance frileuse aux modèles — passe par une réhabilitation des mouvements de l’histoire de l’art et de la littérature encore peu prisés du public de son époque, tels l’Âge baroque et le Moyen Âge.

18Ainsi en pleine « renaissance classique », Gourmont met-il un point d’honneur à parler de Gongora, des poètes crottés et des libertins du xviie siècle en insistant sur la nécessité historique de leur incongruité :

  • 16 « Gongora et le gongorisme », ibid., p. 300.

1561 : c’est la date moyenne à laquelle apparaissent au monde, en des pays divers et éloignés, les « corrupteurs du goût », à la fin du xvie siècle, ce qui ferait croire qu’ils ne seraient pas autre chose qu’une nécessité sociale : les anciennes formes avaient besoin d’être renouvelées16.

19Il s’agit de remettre à leur juste place des mouvements culturels évincés par l’histoire officielle, réservés à des spécialistes et condamnés à n’être jamais bien connus du grand public parce qu’ils sont jugés à tort négligeables et contredisent la propagande culturelle du moment. En l’occurrence, celle qui doit dessiner dans l’esprit d’un peuple une image de la France disciplinée, ivre de raison et de lucidité devant le barbare allemand. Gourmont ne peut que constater un hiatus entre « l’histoire des savants » et « l’histoire populaire », qui est

  • 17 « Hoche et l’idéalisme historique » Épilogues, réflexions sur la vie, 1895-1898, Mercure de France (...)

beaucoup plus solide, [...] bloc de bois si serré qu’il est difficile d’y faire entrer un clou [...] l’histoire est une construction a priori, purement idéaliste, où la vérité n’entre que par accident17.

20C’est que, pour Gourmont, l’histoire est forcément fausse, c’est une synthèse toujours réductrice, alors que tous les faits, même les plus infimes, devraient avoir leur importance dans une reconstitution à la fois multiple et totale du passé qui serait capable de surcroît d’intégrer la part d’indétermination contenue dans chacun de ses instants. L’œuvre de Sainte-Beuve lui semble exemplaire de ce point de vue. Mais comme cette omniscience est impossible à atteindre, Gourmont est persuadé du caractère temporaire des enseignements de l’histoire. Imprévisible, versatile, elle enseigne le scepticisme. Depuis la romanité jusqu’au xviie siècle, en passant par l’empire carolingien et la domination mauresque de l’Espagne, elle n’a cessé de modifier les frontières étatiques et le nationalisme n’est donc qu’une construction figée fondée sur la croyance en une stabilité ou une reviviscence artificielle du passé. Or, selon le relativisme idéaliste gourmontien, l’unique constance possible est d’ordre cosmologique, tandis que l’histoire et la géographie politique qui en découlent sont variables, et donc mortelles elles aussi, ce qui revient à leur rendre leur statut d’organismes reproductibles jamais à l’identique, ce qui revient à nier la répétition du temps :

  • 18 « Origines littéraires », La Dépêche de Toulouse, 15 dec. 1913 et « Sur l’idée de décadence », Épi (...)

La vue que nous avons du passé fait partie de notre présent [...] Le passé nous appartient, nous le découvrons, c’est-à-dire nous le créons tous les jours.
Quand on parle de décadence française, je voudrais que l’on songeât à la France de la Guerre de Cent ans. Je voudrais aussi que l’on distinguât entre l’État, le groupement politique, et la contrée, la figure géographique même [...] Les hommes d’état devraient étudier la géologie, l’hydrographie et le régime des vents. Les langues subissent également l’influence du sol18.

  • 19 Parmi les ouvrages de vulgarisation qu’il avait livrés entre 1882 et 1885, citons Un Volcan en éru (...)

21Aussi Gourmont travaille-t-il à présenter au grand public un autre son de cloche, celui qui provient des découvertes les plus récentes des chercheurs du temps. Il se montre par là fidèle à une attitude de vulgarisateur qu’il avait assumée, par nécessité, à ses débuts19.

22Là encore, l’exemple de Gongora, qu’il trouve dans le travail de l’universitaire Pierre Larthomas, sert la cause symboliste, que les jeunes gens de 1910 sont trop enclins à décrier. L’écrivain espagnol apparaît comme

un poète extravagant et obscur [...] et dont le nom réprouvé, mais glorieux à l’égal d’un Marini ou d’un Mallarmé, demeure au premier rang de la bataille littéraire du xviie siècle. (art.cit.)

23S’agissant du xviie siècle français, Gourmont entreprend, entre 1906 et 1908, d’éditer dans la collection « Les Plus Belle Pages » du Mercure de France les poètes baroques : Saint-Amant, Théophile de Viau, et les libertins Tallemand des Réaux, Cyrano de Bergerac. C’est sans conteste pour donner une image plus véridique de ce dernier qui était apparu complètement distordu par la verve méridionale et cocardière d’Edmond Rostand. Mais c’est surtout pour donner une autre image, anticlassique et antichrétienne, du Grand Siècle.

24D’autre part, Michel Décaudin nous rappelle que ceux qui ont vingt ans en 1910 donnent congé à la lignée de Bayle, de Fontenelle, de Voltaire et accueillent avec indignation Les Dieux ont soif d’Anatole France. Or, face au discrédit où tombent les rationalistes du xviiie siècle, Gourmont édite Chamfort, Rivarol, et un précurseur comme Saint-Evremond. Ces auteurs sont choisis pour leurs sarcasmes face aux idéologies tant absolutistes que révolutionnaires : libertin, Saint-Evremond dut s’exiler pour avoir frondé le Traité des Pyrénées, Rivarol fut sans illusions sur l’issue impériale de la Révolution dont Chamfort mourut, quoique partisan.

  • 20 « La N.R.F. a pourtant revendiqué l’honneur de découvrir à un public différent de celui des abonné (...)

25On dirait que les choix de Gourmont visent délibérément à semer le doute sur les représentations admises par l’histoire littéraire lorsqu’elle privilégie des écrivains en accord avec le système politique dominant. Gourmont semble ici se placer aussi loin des traditionalistes que de la ferveur du premier groupe de la N.R.F. qui édite Claudel et élargit l’audience de Péguy20.

  • 21 Ainsi en 1906, dans un bref mystère urbain intitulé Une Nuit au Luxembourg Gourmont met-il en scèn (...)

26Gide reproche ainsi à Gourmont de ne pas goûter L’Hymne au Saint sacrement de Claudel, aveuglé qu’il est par son scepticisme systématique. Notre auteur avait en effet déclaré à sa parution, après avoir loué Tête d’Or dans son Livre des Masques : « Que les religions sont laides, et qu’elles nous inspirent mal ! ». De la part de l’auteur du Latin mystique, cela a de quoi surprendre. C’est que Gourmont refuse de communier à quelque foi collective que ce soit. À ses yeux la mystique doit rester de l’ordre de l’imagination, dont elle relève, ne jamais s’incarner dans l’action mais seulement dans les mots. Or, les poèmes d’un Claudel, d’un Jules Romains, à plus forte raison d’un Péguy ne cachent pas leur vœu impérialiste de saisir le réel et de le maintenir dans les bras de la doctrine. Pour Gourmont, le présent extatique doit rester de l’ordre de l’imagination et, loin de reconduire au réel objectif, sa virtualité seule est gage de sa liberté21. Quand le présent veut se hisser à la hauteur de l’imagination, il n’enfante que des cauchemars. La réalité devrait rester nue, mais la nudité même doit être reconstruction idéaliste, sinon, c’est le naturalisme bio-sociologique, dont la laideur égale celle des idéologies incarnées. Aussi Gourmont prêche-t-il ce qu’il nomme « le Paganisme éternel », cette beauté folklorique des religions par laquelle le peuple accède à la beauté de l’idée désintéressée de toute préoccupation autre que vitale, c’est-à-dire poétique. C’est donc grossièrement que Gourmont se trouve rangé par les auteurs de la N.R.F. dans le Parti des Intellectuels, car il échappe autant au rationalisme universitaire qu’à l’anti-intellectualisme de ceux qui prêchent l’action, la terre, ou la foi : Gide, Barrès, Péguy.

  • 22 Promenades littéraires, sixième série.
  • 23 Agathon, L’esprit de la Nouvelle Sorbonne, « Bien d’autres motifs militaient encore en faveur du x (...)
  • 24 Revue des Idées, n° 75, mars 1910, www.remydegourmont.org
  • 25 « Le Mysticisme rationaliste », « Grâce aux Seignobos, l’intoxication religieuse fait des progrès (...)
  • 26 « Le subjonctif et l’Université », ibid., p. 206.

27Ainsi, avec son article traitant de « Rivarol et la critique politique22 », Gourmont prend ses distances avec l’université républicaine de Gustave Lanson, lequel travaille à la gloire des idéaux révolutionnaires dans son Voltaire de 190623. Cela ne l’empêche pourtant pas de louer le Manuel bibliographique de la littérature française moderne24 du futur directeur de l’École Normale. Si Gourmont fait du doute une certitude, il n’en stigmatise que plus le « catéchisme » rationaliste de l’historien Charles Seignobos25 mais se démarque toutefois des attaques dont la Sorbonne faisait l’objet de la part des traditionalistes (sous le pseudonyme d’Agathon) en défendant l’orientation stylistique nouvelle contre la vieille dissertation de rhétorique26. Ce faisant, il ne se prive pas de railler le spiritualisme évolutionniste du système générique de Brunetière. À ce point de notre parcours, l’on devrait commencer à voir que l’indépendance radicale des vues gourmontiennes est peut-être ce qui n’a pas joué en faveur de sa mémoire. Un aperçu de ses positions proprement linguistiques va venir confirmer la complexité de cette singularité tout-à-fait dérangeante pour une histoire littéraire devenant dès lors de plus en plus impossible.

28La langue et la littérature du Moyen Âge, qui font l’objet au tournant du siècle de recherches fructueuses à la suite de Gaston Paris, comme celles de Joseph Bédier, d’Antoine Thomas ou d’Arsène Darmesteter, sont convoquées par Gourmont pour battre en brèche quelques idées reçues. Contre l’idée centralisatrice, qui fait remonter la naissance du génie de la langue au moment de l’absolutisme de Louis XIV, et contre l’idée régionaliste, qui ravive le sentiment national au moyen d’une identification au terroir, autrement dit, contre une unanimité et un particularisme également factices liés à des conceptions linguistiques différentes quoique complémentaires, Gourmont s’attache à dégager le génie de la langue au plus près de son origine géographico-poétique. Ainsi La Vie de Saint Alexis est pour lui

  • 27 « Origines littéraires », art. cit.

le premier poème français qui ait à la fois une valeur humaine et une valeur littéraire [...] et cela dans un temps qui passait, il n’y a pas bien des années, pour une époque de nuit profonde. Vous voyez l’ironie. C’est du fond de cette nuit que surgit un poème admirable et d’un pathétique merveilleux. L’auteur du Saint Alexis est le premier poète français dont on croit savoir le nom et le pays. Ce serait Thibaut de Vernon, chanoine de Rouen27.

  • 28 « Langues et races », La Dépêche de Toulouse, 27 janv. 1913, www.remydegourmont.org
  • 29 « Mistral à l’Académie », Nouvelle suite d’Épilogues, 1895-1904, in Promenades littéraires, septiè (...)

29Voilà pour les fils de Boileau. Quant aux patoisants, Gourmont leur rappelle que « ce n’est pas au français que le gaulois a fourni quelques termes, c’est au latin. Voilà ce qu’oublient trop les fanatiques du celticisme28 ». Et de se rire pourtant des « Sœurs latines » maurrassiennes. Ses sarcasmes n’épargneront pas non plus les théories hellénistiques (on parle à ce moment d’une réforme de l’orthographe) et félibréennes. Ainsi Gourmont raillait-il déjà en août 1896 l’entrée de Mistral à l’Académie en faisant valoir que Verhaeren s’exprimait, lui du moins, en français, seulement voilà, il était belge29.

30Tout l’effort de Gourmont consiste à dissocier le génie littéraire du dialecte, qui relève de la race et du sol, et à le rattacher à un substrat aussi solide que transgéographique : le latin, qui constitue une Terre Sainte sans plus d’assignation étatique, terreau nourricier d’une pépinière idéale à cultiver littérairement :

  • 30 « La littérature et le nationalisme », avril 1902 in Épilogues, Réflexions sur la vie, 1902-1904, (...)

Il est inutile de cultiver les dialectes. Ils sont indestructibles. Il n’en est point de même de la langue générale d’une nation qui demande au contraire des soins intelligents et précis. [...] C’est en fait de langage principalement qu’un peuple doit être nationaliste30.

31La littérature assure ainsi une fonction de transmission des caractères acquis par les individualités créatrices :

  • 31 « La jeune littérature », oct. 1910, Épilogues, 1905-1912, p. 210.

[...] chaque génération parle une langue plus ou moins étrangère à la génération précédente. Sans l’écriture et par conséquent sans la lecture, cette différence irait jusqu’à se faire matérielle et à changer les idiomes31.

32Lors de la réédition du Latin mystique en 1912, Gourmont affirmera encore dans sa préface que,

Loin d’être emmuré dans les petits intérêts de ville et de famille, les petites nécessités dialectales, l’écrivain latin du onzième siècle se trouve mêlé à la psychologie de l’Europe entière. Il n’écrit pas pour un petit groupe, mais pour un vaste monde, et, en somme, l’effacement progressif de sa littérature sera le triomphe du particularisme.

  • 32 Février 1902, www.remydegourmon.org

33Pourtant, son amour du latin est dénué de toute obédience à l’esthétique classique. Ainsi, dans le numéro spécial que La Plume consacrera à Hugo lors du centenaire de sa naissance, Gourmont verra-t-il dans l’auteur des Contemplations « le patron de la langue française moderne non en ce qu’elle a gardé de pur, mais en ce qu’elle a acquis d’audacieux32 ». Car il n’est pas interdit de penser que c’est contre l’image maladive du Romantisme, qui se répandait dans les esprits sous la pression de Charles Maurras et de Pierre Lasserre, que notre auteur réédite les « petits romantiques », les « Illuminés », tels Restif de la Bretonne, Gérard de Nerval, ou des précurseurs bien différents de Jean-Jacques, tels Henri Heine et Maurice de Guérin. La valeur de ces derniers tient aux yeux de Gourmont à leur paganisme esthétique, dont le Catholicisme est pour lui l’héritier.

  • 33 Le Romantisme français, Alcan, 1907.

34Dans l’offensive de la droite conservatrice contre le Romantisme, Gourmont fait entendre la voix de la sagesse littéraire et historique. Ne déclare-t-il pas, au sujet de l’ouvrage de Pierre Lasserre33 :

  • 34 Antée, juin 1907, www.gallica.fr

Philosophe, M. Lasserre considère en philosophe et Jean-Jacques et le romantisme ; rien n’est plus naturel. Mais il y a un autre point de vue, celui de l’art, celui de la littérature. Je veux bien que le romantisme ait corrompu les esprits, mais il faudrait m’expliquer comment, dans le même temps, il renouvelait si puissamment les sources de la sensibilité littéraire, comment il créait une beauté nouvelle. [...] je sens très bien que sans la froideur classique, sans la frénésie romantique, notre moment littéraire, à la fois baudelairien et renanien, aurait été impossible34.

  • 35 Épilogues, Rélflexions sur la vie, deuxième série, 1899-1901, Mercure de France, 1923, p. 89.

35C’est que, pour ces nouveaux croisés en quête d’une foi à éprouver dans l’action, les Symbolistes, qui créaient leur foi à l’aune de leur imagination verbale, encourent le reproche d’intellectualisme. Or, ces « hommes du présent », c’est paradoxalement à une esthétique éculée qu’ils demandaient des assurances et des raisons de croire. C’est pourquoi Gourmont met un point d’honneur à relever les « tares » psychologiques ou simplement les contradictions dont les auteurs classiques ne furent pas plus exempts que les romantiques. Pascal était superstitieux, et son œuvre laisse place au doute : « nous pouvons fortifier notre indifférence de toutes les douloureuses objections que la raison faisait à la foi dans cette tête obstinée et magnifique35 », déclare-t-il dans ses Épilogues. Racine était méchant, et l’on sent bien qu’il s’agit là d’opérer une autre dissociation salutaire : celle du génie personnel de la morale officielle, qu’elle soit religieuse ou laïque.

36Finalement, le livre de Pierre Lasserre enchanta Gourmont parce qu’il y voyait la source d’un débat d’idées alors qu’en fait de débat, il n’y avait là qu’un concert qui cherchait le la. La position de Gide par exemple nous semble symptomatique de la volonté de demeurer du côté de l’opinion pro-classique tout en ménageant, à la faveur d’un sophisme, la créativité individuelle : le premier de ses trois articles intitulés « Nationalisme et Littérature » ne tend-il pas à prouver que le classicisme n’est pas un anti-individualisme, et que son mérite ne provient pas de l’ordre et de la discipline qu’il impose effectivement à la personnalité ?

37Tout l’effort de Gourmont vise ainsi à ruiner l’antagonisme franco-allemand que la droite maurrassienne fondait sur la distinction entre les « races latines » et les races des barbares du nord, recoupant les catégories du classicisme et du romantisme, elles-mêmes rebelles à tout scepticisme créateur.

38S’il n’existe pas de littérature sans idées, l’idée n’est pas l’idéologie, et la singularité, l’indépendance de l’imagination est seule garante de sa liberté. L’originalité de l’imagination, qui se vérifie dans la nouveauté absolue, jusqu’à l’incongruité, de l’expression, permet de désengager l’idée d’un réel verrouillé pour la faire accéder à un réel inédit tout aussi possible que le premier. L’imagination, radicalement libérée des modèles et des vicissitudes de l’actualité, est gage d’un renouvellement du monde. Pour agir sur le monde, l’imagination doit savoir d’abord s’en détacher. Gourmont déplorait ainsi en 1905 :

  • 36 « Les enquêtes littéraires en 1905 », Promenades littéraires, septième série, 1927, p. 18.

Par l’expression d’art pur, je n’entends aucunement une sorte d’art qui se désintéresserait de tout et serait par conséquent uniquement verbal. Un tel art n’existe pas. [...]
On a vu déjà sur des livres, dont quelques-uns avaient de la valeur, des épithètes comme « national, social ». Aucun bientôt ne pourra sortir sans l’étiquette qui le désignera à la sympathie d’un groupe politique [...]
Le scepticisme n’est pas l’indifférence, au contraire. Il est la passion contenue et bien dirigée, celle qui sait dans la vie distinguer l’essentiel du transitoire, qui rit à propos et hausse les épaules au bon moment36.

39Ainsi, la position de franc-tireur d’un Gourmont nous enseigne qu’à côté de l’histoire officielle, il existe non seulement une histoire personnelle, qui doit refuser de s’identifier à tout modèle, mais aussi une histoire souterraine, peut-être plus efficiente quoique moins visible, presque silencieuse, et dont les enseignements plus subtils sont aussi plus substantiels. C’est pourquoi désengager la littérature des débats nationaux conduit à rendre à l’individu sa dignité de personne, et cet individualisme radical de l’imagination de l’histoire, parti du refus de consommer la pensée en masse, aboutit aussi au refus de mourir en masse. Si Gourmont en effet ne fut pas à proprement parler antimilitariste, du moins aura-t-il défendu l’idée d’une littérature indépendante des conflits. Disparu en 1915, il aura eu le temps d’écrire deux ouvrages de soutien aux soldats français. Mais il ne s’agit là que de gestes de solidarité venus après-coup, quand il ne restait plus qu’à subir le drame historique. Du moins n’aura-t-il pas contribué à sa couvaison littéraire.

Notes

1 Cf. Jules Lemaitre, « Paul Verlaine et les poètes symbolistes et décadents » repris dans Les Contemporains, quatrième série, Librairie Lecène et Oudin, 1889.

2 « Manifeste du Symbolisme », Le Figaro, supplément littéraire, 1886.

3 On se souvient des démêlés de Hugo avec Victor Cousin à l’Académie en 1844 (« La décadence de la langue française a commencé à la Révolution. — À quelle heure s’il-vous-plaît ? », Choses vues) et de ceux de Baudelaire avec François Villemain en 1862.

4 Le Latin Mystique. Les poètes de l’antiphonaire et la symbolique au Moyen Âge, avec une miniature de Filiger et une préface de J.-K. Huysmans, Mercure de France, 1891.

5 « Le vers libre et les prochaines élections », Mercure de France, janvier 1898, repris dans Épilogues, réflexions sur la vie, 1895-1898, Mercure de France (1903), 1921, p. 196.

6 Pour une analyse de ce système construit par l’imagination mais tout-à-fait opératoire, voir Pierre Citti, Contre la décadence, Histoire de l’imagination française dans le roman de 1870 à 1914, PUF, Coll. Histoires, 1987.

7 Privat éditeurs, Toulouse, 1960.

8 8 juillet 1891.

9 8 juillet 1897.

10 N° 11, 15 mai 1907.

11 10 mai 1907.

12 N.R.F., 1909, n° 5, n° 9, n° 10.

13 « Le Joujou Pariotisme », Mercure de France, avril 1891.

14 « La Renaissance », La Dépêche de Toulouse, 26 mars 1913, tous les articles de ce périodique ont été exhumés par Mikaël Lugand sur le site internet de l’écrivain animé par Christian Buat, www.remydegourmont.org

15 « À propos de Boileau », Promenades littéraires, quatrième série, 1913, Mercure de France, 1927, p. 284.

16 « Gongora et le gongorisme », ibid., p. 300.

17 « Hoche et l’idéalisme historique » Épilogues, réflexions sur la vie, 1895-1898, Mercure de France, 1903, 1921, p. 169.

18 « Origines littéraires », La Dépêche de Toulouse, 15 dec. 1913 et « Sur l’idée de décadence », Épilogues, troisième série, 1902-1904, Mercure de France, 1923, p. 268.

19 Parmi les ouvrages de vulgarisation qu’il avait livrés entre 1882 et 1885, citons Un Volcan en éruption, A. Degorce-Cadot, Les Français au Canada et en Acadie, Firmin-Didot, En Ballon, Les Derniers jours de Pompéi, Tempêtes et naufrages, chez les mêmes éditeurs...

20 « La N.R.F. a pourtant revendiqué l’honneur de découvrir à un public différent de celui des abonnés des Cahiers, à un public littéraire, cette œuvre tendancieuse [...] Nous inviterait-on (à la N.R.F.) à placer plus haut que tout la totale adhésion d’un grand esprit à un grand dessein ? », Auguste Anglès, André Gide et le premier groupe de la Nouvelle Revue française, 1890-1910, N.R.F., Gallimard, Bibliothèque des Idées, 1978, p. 193-194.

21 Ainsi en 1906, dans un bref mystère urbain intitulé Une Nuit au Luxembourg Gourmont met-il en scène l’écrivain sous les traits d’un personnage qui est tout à la fois le Christ, Satan, l’inspirateur de Lucrèce et de Spinoza, et finalement [...] personne.

22 Promenades littéraires, sixième série.

23 Agathon, L’esprit de la Nouvelle Sorbonne, « Bien d’autres motifs militaient encore en faveur du xviiie siècle contre la littérature monarchique et chrétienne du xviie, mais la raison de fond est le rôle qui fut dévolu au mythe de la Révolution dans l’idéologie républicaine », Antoine Compagnon, La Troisième République des Lettres, de Flaubert à Proust, Seuil, 1983, p. 147.

24 Revue des Idées, n° 75, mars 1910, www.remydegourmont.org

25 « Le Mysticisme rationaliste », « Grâce aux Seignobos, l’intoxication religieuse fait des progrès tristes. Nous allons ressembler à l’Inde où toute la vie est organisée systématiquement au rebours du bon sens et de la nature. Le vrai danger clérical est là, bien plus que dans les sacristies vermoulues où les araignées tissent déjà leurs toiles », Épilogues, volume complémentaire, 1905-1912, Mercure de France, p. 46.

26 « Le subjonctif et l’Université », ibid., p. 206.

27 « Origines littéraires », art. cit.

28 « Langues et races », La Dépêche de Toulouse, 27 janv. 1913, www.remydegourmont.org

29 « Mistral à l’Académie », Nouvelle suite d’Épilogues, 1895-1904, in Promenades littéraires, septième série, 1927, p. 180.

30 « La littérature et le nationalisme », avril 1902 in Épilogues, Réflexions sur la vie, 1902-1904, Mercure de France, (1923), p. 47.

31 « La jeune littérature », oct. 1910, Épilogues, 1905-1912, p. 210.

32 Février 1902, www.remydegourmon.org

33 Le Romantisme français, Alcan, 1907.

34 Antée, juin 1907, www.gallica.fr

35 Épilogues, Rélflexions sur la vie, deuxième série, 1899-1901, Mercure de France, 1923, p. 89.

36 « Les enquêtes littéraires en 1905 », Promenades littéraires, septième série, 1927, p. 18.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search