Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’histoire littéraire des écrivains. Paroles vives

 | 
Marie Blaise
, 
Sylvie Triaire
, 
Alain Vaillant

Quatrième partie. Polémiques

Histoire littéraire et « jeune littérature » (1880-1925)

Denis Pernot

Texte intégral

  • 1 Sur ce point, voir Antoine Compagnon, La Troisième République des lettres. De Flaubert à Proust, S (...)
  • 2 Donnés à la Revue de France d’août à octobre 1922, les articles de Vandérem sont repris dans Nos m (...)
  • 3 Sur ce point, voir Jean-François Massol, De l’institution scolaire de la littérature française (18 (...)

1Comme en témoignent les polémiques qui se développent autour de Lanson et de son œuvre à la veille de l’entrée en guerre, l’institutionnalisation universitaire de l’histoire littéraire est étroitement liée au projet éducatif républicain1. Lancées par des proches de Maurras, reformulées par Péguy aussi bien que par Alain, elles mettent en effet au jour que la République fixe à la littérature, vue comme un instrument de socialisation et de moralisation, un devoir civique et patriotique, que l’histoire littéraire est autant une méthode qu’une politique. Souvent pensée sur les fondements de ces polémiques, l’histoire de l’histoire littéraire minore les effets de sa légitimation institutionnelle. Celle-ci entraîne pourtant un profond bouleversement des fonctionnements du champ qui se fait tout particulièrement sentir de l’heure des réformes des enseignements de 1880 à celle de la polémique sur les manuels de Fernand Vandérem (1922), laquelle donne encore significativement lieu à un débat parlementaire2. Dans ce contexte, l’importance qu’acquiert l’histoire littéraire accentue une frontière déjà tracée entre des genres dignes d’être étudiés et d’autres qui le sont moins ou pas, entre des œuvres dignes d’être étudiées et d’autres qui méritent ou non d’être lues3. Cette frontière se traduit en outre dans le discours de réception des productions nouvelles qui sont souvent envisagées sous le signe économique d’une crise de surproduction et/ou sous le signe politique de l’anarchie. Ce faisant, tandis que remarques statistiques et considérations politiques vont de pair sous les plumes de nombreux observateurs de la vie littéraire, se développent divers débats, suscités par des livres nouveaux, qui les montrent peiner à penser le contemporain, à s’accorder sur le rôle et la place que la littérature peut ou doit y tenir. Le discours critique se heurte ainsi, durablement, à deux formes de concurrence, celle de l’histoire littéraire institutionnelle et celle des enquêtes de presse qui, au lendemain de la consultation d’Huret, deviennent les seuls lieux où s’envisage la question de l’« évolution littéraire ». Dans ce contexte, l’écrivain est mis en situation de rendre compte des productions de son temps et conduit à élaborer des projets d’histoire littéraire contemporaine dans le cadre desquels il travaille à faire entendre des voix nouvelles. Pour ce faire, il reprend au discours des historiens de la littérature une catégorie discursive, celle de « jeune littérature », et la soumet à un traitement qui l’érige en instrument de remise en question des intentions politiques et des prétentions pédagogiques de la méthode historique. Tenant l’institutionnalisation de l’histoire littéraire pour un événement d’histoire littéraire, la réflexion qui suit s’arrête, à travers plusieurs exemples de projets d’histoire littéraire contemporaine, aux relations qui se nouent entre historiens de la littérature et écrivains, et s’efforce de mettre au jour quelques-unes des étapes qui conduisent la notion de « jeune littérature » à ne plus désigner une littérature faite par des « jeunes », mais une littérature refusant de se soumettre aux valeurs que lui assigne le pouvoir républicain.

L’histoire de la littérature et la littérature qui se fait

  • 4 Manuel de l’histoire de la littérature française, Delagrave, 1898, p. 511.
  • 5 Ouvr. cit. Perrin, 1896, p. vii.
  • 6 Essais de littérature contemporaine, Lecène, Oudin et Cie, 1893, p. 371.
  • 7 Les Tendances actuelles de la littérature française, Basset et Cie, 1913.

2À l’image de Brunetière, l’historien de la littérature fait montre de prudence aussitôt qu’il examine la production de son temps : « Il n’y a pas d’histoire des choses contemporaines ; les mots eux-mêmes sont contradictoires, et, pour juger les hommes ou les œuvres de notre temps, nous manquons à la fois de la liberté, du recul et des documents nécessaires4. » Bien que cette réflexion soit inscrite au seuil de pages s’intéressant à Dumas fils, le plus actuel des auteurs qu’il envisage dans son manuel, Brunetière ne s’interdit pas d’évoquer la littérature contemporaine. S’institue de la sorte un partage entre une histoire scientifique de la littérature et une critique judiciaire, partage qui conduit l’historien de la littérature à s’arrêter aux productions de son temps dans le cadre d’articles ou d’ouvrages prenant la forme d’« essais » ou d’« études ». Doumic s’intéresse ainsi dans Les Jeunes. Études et portraits (1896) à « quelques-uns des écrivains qui par leur âge et par la tournure de leur esprit appartiennent à la nouvelle génération, à celle qui pendant l’espace [des] dix dernières années est arrivée à la vie littéraire ». Ce faisant, il s’attache moins à dresser un état des lieux de la littérature de l’heure qu’à « indiqu[er] les principales tendances qui se sont fait jour dans les écrits des plus jeunes de nos auteurs contemporains5 ». Sa parole hésite donc entre deux postures, celle d’un historien de la littérature qui voit le présent comme un passé et celle d’un critique qui s’arrête moins à des écoles, des mouvements ou des esthétiques qu’à des « tendances », terme dont se sert Georges Pellissier dans une réflexion sur « l’évolution actuelle de la littérature6 » et que Jean Muller et Gaston Picard reprennent pour définir l’orientation d’une enquête actualisant celle d’Huret7. Doumic met ainsi au jour que, caractérisée par l’« absence d’un courant général », la littérature des « jeunes » lui échappe et la juge d’autant plus sévèrement qu’elle lui paraît manquer de technique :

  • 8 Les Jeunes. Études et portraits éd. cit., p. xiii.

Artistes incomplets, médiocres artisans, les jeunes écrivains vont jusqu’à se faire gloire d’ignorer leur métier. Ils dédaignent l’exécution, lâchent le style et trahissent la langue. Auteurs dramatiques, ils laissent se perdre toute la valeur d’une pensée parfois originale, par la gaucherie et l’insuffisance des moyens scéniques. Poètes, ils rêvent d’on ne sait quelle sorte de vers sans rythme, sans cadence, sans règles et sans lois. Pour ce qui est des jeunes romanciers ils se divisent en deux catégories : il y a ceux qui écrivent mal, et il y a ceux qui n’écrivent pas8.

  • 9 Anthologie des poètes nouveaux, Figuière, 1913, p. ii-iii.
  • 10 Idem, p. iv.
  • 11 « Réflexions d’un vieux critique sur la jeune littérature », Revue des deux mondes, 1/12/1921, p.  (...)

3Évoquant à plusieurs reprises la littérature de son temps, Lanson fait montre des mêmes réticences. Dans la préface qu’il donne à une anthologie de « poètes nouveaux », au nombre desquels figurent Apollinaire et Marinetti, il pose qu’« un historien de notre littérature ne peut regarder leur tentative qu’avec curiosité et sympathie », refuse de « dicter au lecteur son impression sur le volume » et affirme que « le talent y abonde » avant de marquer les limites de sa « sympathie » : « [Ces jeunes gens-ci] se privent, pour la plupart, du soutien de la technique commune, du concours des formes traditionnelles d’expression et de vers qui éveillent en nous infailliblement de multiples échos. Il leur faut beaucoup de talent pour n’arriver par chance qu’à se casser le cou9 ». Il ne voit ainsi dans les pages qu’il présente que travaux préparatoires à la production d’un futur chef-d’œuvre : « Toujours le chef-d’œuvre qui éternise un aspect de l’humanité est la somme de bien des échecs10 ». Envisageant explicitement, au lendemain de la guerre, la question de la « jeune littérature », il célèbre les mérites de Gide et de Gourmont, qui ne sauraient plus être tenus pour des « jeunes », et conclut son analyse sur un « Ayons confiance » qui le montre encore attendre une œuvre forte de ses contemporains11. Pour reprendre les expressions qui servent successivement de titre au dernier chapitre de son manuel, il ne voit dans la « littérature qui se fait » (1895) qu’une « littérature en formation » (1900).

  • 12 « Courrier littéraire », Revue bleue, 9/1/1892, p. 58-59.

4Signe qu’il conçoit son objet d’étude comme un lieu d’enseignement, la posture discursive que l’historien de la littérature adopte afin d’évoquer les productions de l’heure repose en outre sur une forme d’instabilité que caractérisent de fréquents glissements d’un discours normatif à un discours injonctif. De même que Doumic adresse à Rod ou à Rosny des conseils devant leur permettre de mieux écrire, Faguet achève une chronique consacrée à des romans de débutants sur une série de recommandations. Après avoir déclaré que « les jeunes écrivains retombent toujours dans cette même faute [...] : nous peindre le monde où ils ont vécu de vingt à vingt-cinq ans », il les invite à se méfier des « discussions esthétiques et [des] hautes spéculations des « jeunes écoles » » : « chaque soir [...] il faut s’accorder un très long moment de méditation solitaire, où se coordonnent [...] les observations et les impressions de la journée et de la veille12. » Comme l’indique Péguy dans les pages de L’Argent suite (1913) qui s’arrêtent au cas de Lanson, l’historien de la littérature mène ainsi toujours trois « carrières », celle d’un homme de science, celle d’un critique et celle d’un professeur de rhétorique, mais les poursuit simultanément plutôt que successivement. La marque de chacune de ces « carrières » se retrouvant dans les textes qu’il consacre à la littérature de son temps, il voit moins une littérature de « jeunes » dans la « jeune littérature » qu’une littérature de mauvais élèves, d’élèves qui ne savent pas écrire. Ce faisant, il prive de légitimité le discours de ceux qui s’arrêtent à la « littérature qui se fait », y découvrent des chefs-d’œuvre et ne peuvent la tenir pour une « littérature en formation ».

L’écrivain et l’histoire de la littérature

  • 13 « La Littérature et les Manuels d’histoire littéraire », Revue blanche, 1901/1, p. 590-91.
  • 14 Idem.
  • 15 « Verlaine et Mallarmé » (1913) ; Essais critiques, Gallimard, « La Pléiade », p. 499-500.

5Au terme d’une étude où il passe en revue les ouvrages de vulgarisation universitaire les plus répandus, Gustave Kahn constate que « dès qu’ils touchent à la littérature actuelle, les auteurs de Manuels perdent pied tout à fait », mais affirme que leurs erreurs et leurs oublis n’ont « aucune importance » pour les « écrivains nouveaux ». Attentif aux forces qui régissent le cours de la vie littéraire, il leur reproche surtout de « ne point donner aux jeunes gens des éléments d’opinion sur ce qui se passe autour d’eux13 ». Il dénonce ainsi le pouvoir de faire ou de ne pas faire lire dont s’empare l’histoire littéraire institutionnelle et en signale le danger, celui de voir la « littérature qui se fait » privée de lecteurs et notamment de jeunes lecteurs : « Au lieu de documenter [les jeunes gens], ce sont des phrases toutes faites qu’on essaie de leur insérer dans le cerveau pour [...] les rendre incrédules à toute voix nouvelle14 ». Dans ces conditions, l’homme de lettres n’a d’autre choix que de faire réponse aux études où les historiens de la littérature évoquent les écrits de leur temps. Gide, l’un des rares écrivains, avec Valéry, à apporter sa souscription au volume de mélanges offert à Lanson (1929), prête intérêt aux pages qu’ils consacrent aux productions du passé mais adopte une attitude réservée dès qu’il parcourt celles où ils s’arrêtent à des œuvres de la fin du xixe siècle. Dans le cadre d’une conférence consacrée à Verlaine et à Mallarmé, il situe sa prise de parole par rapport à celle des historiens de la littérature et cite leurs manuels : quelques lignes de Lanson qui montrent en Mallarmé « un artiste incomplet, inférieur, qui n’est pas arrivé à s’exprimer » ; une page de Faguet qui soupçonne le poète d’avoir « voulu se moquer de ses lecteurs15 ». Ce faisant, il met au jour les difficultés auxquelles se heurte tout discours critique qui se démarque de celui de l’histoire littéraire :

  • 16 Idem, p. 500.

Il est hors de doute que MM. Lanson et Faguet sont de très bonne foi ; il est indéniable qu’ils ont une grande connaissance des choses de la littérature. Alors quoi ? N’êtes-vous pas en droit de penser à votre tour que, si je vous invite à présent à écouter du Mallarmé, c’est pour, à mon tour, me moquer de vous ? ou sinon, n’est-ce pas moi qui suis dupe16 ?

  • 17 Lettre d’André Gide à Jacques Copeau du 15/10/1910 ; Correspondance André Gide-Jacques Copeau, t.  (...)
  • 18 « Baudelaire et M. Faguet », Nouvelle revue française, novembre 1910, p. 499-518 ; Essais Critique (...)
  • 19 Sur la conception gidienne de l’influence, voir « De l’influence en littérature » (1900) ; Essais (...)

6D’une réflexion qu’il a consacrée à Baudelaire, Gide garde en outre le sentiment d’avoir été contraint de rester au seuil de ce qu’il voulait dire : « [...] ce n’est pas un article sur Baudelaire (simplement : une réponse à Faguet) et [...] je m’arrête précisément à l’endroit où il commencerait à devenir intéressant de parler17 ». Bien qu’il fasse volontiers de Barrès l’homme de lettres vis-à-vis duquel son œuvre prend position, il cite au terme de son analyse quelques lignes de « La Folie de Charles Baudelaire » (1884) où l’écrivain lorrain avance que « c’est par Les Fleurs du mal, peut-être, que nous reviendrons à la grande tradition classique [...] ». Associant cette citation à une autre qu’il extrait de l’œuvre de Laforgue ainsi qu’à des passages d’Intentions (1891) de Wilde (« Critic as artist »), il en vient à opposer une critique d’écrivains aux travaux des historiens de la littérature, ce qui l’amène à regretter que Brunetière et Faguet méconnaissent le « sens critique » de Baudelaire comme ils ignorent en Stendhal « la plus admirable intelligence critique de son époque18 ». De même que celles que Valéry consacre à Mallarmé et à son œuvre, plusieurs de ses études attirent ainsi l’attention sur des auteurs maltraités par les historiens de la littérature, mais qui jouissent déjà d’une légitimité bien établie auprès d’un lectorat d’écrivains. Légitimité qui peut servir à fonder positivement la notion de « jeune littérature ». Parvenant à faire entendre des voix qui ne sont nouvelles que parce que l’histoire institutionnelle de la littérature les ignore, l’écrivain se trouve en effet en situation de construire une histoire littéraire qui, par le jeu de proximités ou de connivences, consolide son statut et inscrit son œuvre dans une continuité que, retravaillée, la notion d’influence permet de marquer19.

  • 20 « Brunetière ou le faux critique » (1899) ; Œuvres capitales, t. 3, Flammarion, 1954, p. 524-25.
  • 21 « Le Cas de M. Ferdinand Brunetière » (1898), La France intellectuelle, Colin, 1899, p. 36.
  • 22 Idem, p. 35.
  • 23 Idem, p. 120-212.
  • 24 Camille de Sainte-Croix, « Critiques », La Bataille, 27/8/1890 ; Mœurs littéraires. Les Lundis de (...)

7Dans la mesure où il ne peut en appeler à des autorités littéraires susceptibles de conforter la sienne, l’homme de lettres qui prend à tâche de signaler des voix nouvelles au moment même où elles s’expriment est contraint d’engager un débat serré avec l’histoire de la littérature. Débat qui se développe sur le fondement d’attaques dont Brunetière est la cible. Alors attentif à la « littérature qui se fait », Maurras le présente comme un bâtisseur d’hypothèses faisant comprendre l’« évolution des genres », mais le montre les forcer et dénonce son incapacité à envisager des écrits sur lesquels « nulle tradition ne s’est formée » : « [Il] ne sent à peu près rien du tout, du moins directement. Ce qu’il croit éprouver arrive du dehors ; souvenirs du collège, suggestion de l’entraînement et des contacts20 ». Ce faisant, il érige Brunetière en ennemi de la « littérature qui se fait », justifie son entreprise critique et offre une forme contournée de légitimité aux œuvres auxquelles elle s’arrête. Écrivain et publiciste préoccupé par l’accueil que la République fait aux jeunes, Henry Bérenger s’en prend également au directeur de la Revue des deux mondes dans un article rédigé au moment de l’affaire Dreyfus. Il s’y attaque cependant moins à ses idées politiques ou esthétiques qu’à l’autorité dont il jouit et à la manière d’écrire sur laquelle elle se fonde : « Écaillé, hérissé, grinçant, muni de pinces, de crocs et de dards, [son] style s’avance sur le lecteur comme une carapace de crustacé en colère21 ». À la différence de Péguy qui se contente de montrer en Rudler un mauvais écrivain, il accuse l’historien de la littérature d’« endoctrin[er] la jeunesse22 », de transformer ses élèves en disciples et de les rendre sourds aux voix nouvelles. Aussi s’efforce-t-il de réagir à sa leçon en publiant des études où il évoque les « nouveaux conteurs », les « nouveaux romanciers » et la « jeune poésie23 ». S’institue ainsi une division du travail polémique qui, plutôt que de Lanson, fait de Brunetière, à qui Larbaud s’en prend encore à l’heure de la querelle des manuels, l’autorité vis-à-vis de laquelle l’écrivain doit situer sa parole critique et le maître auquel la jeunesse qui écrit doit résister : « O mes camarades ! [...] si cela doit vous sauver du brunetiérisme, continuez à cultiver la lecture hâtive et les discussions de brasseries, faute de mieux24 ! ». Aussi échapper au « brunetiérisme » est-ce pour l’écrivain refuser les arts de lire et d’écrire que l’histoire de la littérature impose aux « jeunes » comme autant de modèles à respecter et pour le critique suppléer le travail de l’école en formant un public capable d’entendre les voix nouvelles de « la littérature qui se fait » vue comme une « jeune littérature ».

Projets d’histoire littéraire contemporaine

  • 25 Les Princes de la jeune critique, Librairie de la Nouvelle Revue, 1890, p. 237.
  • 26 Paul Souday, « Les Essais de critique de M. Paul Bourget » (1912) ; Les Livres du Temps, 1re série (...)
  • 27 Jules Lemaitre, « M. Paul Bourget », Revue bleue, 12/2/1887 ; Les Contemporains. Études et portrai (...)

8Loin de se satisfaire de polémiquer avec Brunetière et de multiplier les chroniques bibliographiques, divers écrivains du tournant du siècle réfléchissent en action aux conditions de possibilité d’une histoire de la littérature contemporaine. Pour ce faire, ils prennent, d’une manière ou d’une autre, appui sur les séries d’Essais de psychologie contemporaine (1883-86). Bourget y parle en effet avec curiosité et sympathie d’hommes de lettres qui sont ses « contemporains », mais aussi d’auteurs qui ne peuvent être tenus pour tels que parce qu’il les évoque au moment où diverses publications les révèlent. Rangeant en outre ses analyses dans un ordre qui ne fait pas cas de la chronologie, il développe son projet sur des fondements dont ses lecteurs perçoivent qu’ils résistent à l’histoire littéraire, à sa méthode et à ses attentes. À l’image de Georges Renard, nombre de critiques et d’universitaires lui reprochent de s’être « considéré comme un exemplaire de la jeunesse contemporaine » et d’avoir « supposé que les influences subies par lui devaient avoir surgi chez beaucoup d’autres25 ». À l’inverse, nombre de jeunes gens lui sont reconnaissants de leur faire (re)lire des œuvres que « [leurs] professeurs affectaient de mépriser et que les censeurs officiels vitupéraient avec rage26 ». Le titre de « prince de la jeunesse » qu’il se voit alors décerner27 consacre ainsi la légitimité d’un projet d’histoire littéraire dans le cadre duquel la « littérature qui se fait » est placée dans la continuité de celle que lit la jeunesse. Dans la mesure où Bourget reste muet sur plusieurs des voix nouvelles qu’elle peut entendre, sur celles notamment des « poètes maudits » que Verlaine révèle, son travail exige d’être complété, travail auquel s’adonne Henry Bordeaux dans Âmes modernes (1895), mais aussi recentré, la littérature n’étant à ses yeux que le révélateur d’un état de sensibilité ou de société. Ce faisant, geste inaugural, Bourget fait de la jeunesse lisante un vecteur d’histoire littéraire et affirme la vocation critique de ceux qui ont vingt ans, au nombre desquels il se range.

9Alors que l’auteur des Essais s’exprime en « analyste sans doctrine », Bernard Lazare s’affirme « critique dogmatiste » au seuil de Figures contemporaines (1895) et situe d’emblée ses « opinions » à distance de celles de Brunetière :

  • 28 Ouvr. cit., Perrin, 1895 ; Ellug, « Archives critiques », 2002, p. 39.

Si [...] le critique dogmatiste ne cherche pas à réaliser ses idées, c’est-à-dire s’il n’est ni philosophe ni poète, s’il se borne à critiquer, il sera simplement ce qu’on nomme un incompréhensif, inapte à goûter certaines choses, et il qualifiera durement toute manifestation d’art contraire à l’ensemble de ces doctrines. Ainsi faisaient autrefois ceux qui tenaient pour les règles d’Aristote, ainsi font aujourd’hui ceux qui estiment que le xviie siècle nous a donné, en toutes choses, des modèles dont il est malséant de s’écarter28.

  • 29 Idem, p. 58.
  • 30 Idem, p. 76.
  • 31 Idem, p. 54, p. 92, p. 106 et p. 109. Il convient d’apporter un intérêt particulier au médaillon c (...)
  • 32 Le Livre des masques, portraits symbolistes. Gloses et documents sur les écrivains d’hier et d’auj (...)
  • 33 Idem, p. 14.
  • 34 Idem, p. 222.
  • 35 Idem, p. 251.
  • 36 « M. Brunetière » (1907) ; Promenades littéraires, Mercure de France, 1963, t. 2, p. 218-19.
  • 37 « Sainte-Beuve créateur de valeurs », Promenades philosophiques, 1re série, Mercure de France, 190 (...)
  • 38 Pour le suivi de cette enquête, voir L’Intransigeant des 22/9, 23/9 et 4/10/1910.

10Son recueil de portraits se construit ainsi autour d’un partage entre « ceux d’aujourd’hui » et « ceux de demain » qui se transforme en partage entre des valeurs surannées et d’autres susceptibles de s’imposer. Tandis que, consacrés par le goût du public, « ceux d’aujourd’hui » sont indexés au passé, « ceux de demain » sont envisagés de manière à signaler que leur avenir n’est pas assuré : « On attendait de [Jean Lorrain] le roman de la pourriture [...] : on l’attend encore. Il en a donné déjà de multiples esquisses, des esquisses qui font désirer l’œuvre complète29 [...] ». Si Lazare tient, comme Lanson, la « littérature qui se fait » pour une « littérature en formation », il s’efforce, usant du parallèle, de dégager les traits qui la caractérisent. Son travail dépasse en effet la vision manichéenne de la vie littéraire que laisse attendre la mise en regard de « ceux d’aujourd’hui » et de « ceux d’hier », ce que montre la conclusion du portrait de Léon Dierx : « [...] il semble d’hier, et cependant il est plus que d’aujourd’hui30 [...] ». Il n’oppose donc pas des anciens à des jeunes ou à des modernes, mais à des « barbacoles », des gens de lettres ou des critiques qui dissertent à des écrivains vus comme des « initiateurs » (Rosny) ou des « déformateurs puissants » (Heredia) qui « déconcertent ceux qui aiment les classifications nettes et faciles » (Adam) et refusent « les idéologies professorales [...] que des pédagogues respectables et bornés versent [...] dans les jeunes cervelles31 [...] » (Mirbeau). Lazare met ainsi au jour que l’écrivain n’échappe au « brunetiérisme » qu’en résistant à l’instrumentalisation pédagogique de la littérature, que la « jeune littérature » n’est pas affaire de jeunesse ou de tournure d’esprit, mais de remise en question de la mission enseignante que ses historiens fixent à la littérature. Mettant également en avant les noms de gens de lettres inconnus de Bourget et négligés par Brunetière ou par Lanson, Gourmont organise la première série du Livre des masques (1896) autour d’un évident refus de la rhétorique et de son enseignement : « On donne encore dans des manuels une définition du beau ; on va plus loin : on donne les formules par quoi un artiste arrive à l’expression du beau. Il y a des instituts où l’on enseigne ses formules [...]. En ces instituts [...], toute nouveauté est tenue pour blasphématoire, et toute affirmation personnelle devient acte de démence32 ». Gardant mémoire des tentatives définitionnelles auxquelles la notion de symbolisme donne lieu, il fait mine d’identifier un mouvement ou une école, ce qui lui permet d’inventer un corpus, mais évide l’idée qu’il en « admet » de tout sens précis, se donnant ainsi la possibilité d’évoquer des écrivains aussi divers que Jules Renard, Jehan Rictus ou Rimbaud. Ce faisant, il ramène à l’unité floue de « l’individualisme dans l’art » les traits (dilettantisme, pessimisme...) que Bourget prête à la jeunesse et à ses lectures sans que le corpus qu’il élabore prétende à l’exhaustivité : « Cette définition, trop simple, mais claire, nous suffira provisoirement. Au cours des suivants portraits, ou plus tard, nous aurons sans doute l’occasion de la compléter [...] ». Renonçant à la technique du parallèle, il associe les portraits d’écrivains d’hier et d’aujourd’hui et s’efforce de « marquer, non en quoi [les écrivains nouveaux] se ressemblent, mais en quoi ils diffèrent33 [...] ». Il oblitère ainsi la dimension historique de son propos et prend au fil des « masques » ses distances avec l’histoire littéraire. L’évocation de Stuart Merrill l’amène en effet à affirmer qu’« [elle] n’est, rédigée par des professeurs selon des vues éducatives qu’un amas de jugements presque tous à casser34 » ; celle de Montesquiou à s’attaquer à la place qu’elle fait, à la suite de Sainte-Beuve, à la biographie ; celle de Verlaine à évoquer « une histoire de la littérature [qui négligerait] les novateurs », où « Ronsard serait remplacé par Ponthus de Thyard, Corneille par son frère, Racine par Campistron, Lamartine par M. de Laprade, Victor Hugo par M. Ponsard et Verlaine par M. Aicard35 ». Aussi Gourmont circonscrit-il l’originalité de son travail dans le cadre d’une dynamique l’amenant à s’en prendre au pouvoir modélisateur de la rhétorique puis à la légitimité de l’histoire littéraire qui le conforte. Faisant l’éloge de Sainte-Beuve, qu’il oppose par la suite à Brunetière resté ignorant de « la vraie littérature contemporaine, avec ses fièvres, ses naïvetés, ses audaces, son incohérence36 », il associe les voix nouvelles qu’il fait entendre à la résistance qu’elles opposent aux approches scolaires, rhétorique ou historique, de la littérature et à l’obligation qu’elles font à qui veut les signaler de s’exprimer en « jeune » autant qu’en « créateur de valeurs37 », postures qui se confondent sous sa plume. Comme le signale le texte de lancement (« Que pensez-vous des jeunes artistes des lettres ? ») d’une enquête de 1910 à laquelle répondent Gourmont et un certain nombre d’écrivains (Acker, Barrès, Loti, Prévost, Rosny...), la valeur de la « jeune littérature » en vient à faire question38.

Contre les manuels d’histoire littéraire

  • 39 L’Intransigeant, 24/11/1922.
  • 40 Idem, 28/10/1922.
  • 41 Idem, 14/11/1922.
  • 42 « Les Manuels d’histoire littéraire », La Nacion, 12/8/1923 ; Du navire d’argent, Gallimard, 2003, (...)
  • 43 « Pour l’inauguration d’une nouvelle ligne », Technique, Gallimard, « Les Essais », 1932, p. 28.
  • 44 Présenté comme un écrivain et un enseignant, Raoul Stoupan indique dans le texte qu’il joint à sa (...)
  • 45 « Pour l’inauguration d’une nouvelle ligne », éd. cit., p. 35.
  • 46 « il s’agit surtout pour nous, critiques des revues jeunes, d’empêcher [...] les livres que nous j (...)

11Dans la campagne de presse qu’il lance en 1922, Vandérem signale, preuves à l’appui, que, reprenant les jugements de Brunetière, les manuels d’histoire littéraire ignorent plusieurs des hautes valeurs de la littérature de la fin du xixe siècle (Baudelaire, Rimbaud, Mallarmé...), valeurs que reconnaissent les signataires de la pétition exigeant leur révision que les « Treize » ouvrent dans les colonnes L’Intransigeant, c’est-à-dire « la plupart des meilleurs écrivains d’aujourd’hui39 ». Au nombre de ceux-ci figure Larbaud40, qui revient en diverses occasions à la querelle, notamment quand il évoque Histoire de la littérature contemporaine (1922) de René Lalou, autre signataire de la pétition41. Dans ce contexte, déplaçant le point de vue de Vandérem pour développer celui de Lazare ou de Gourmont, Larbaud pose que l’histoire littéraire ignore la littérature : « [...] les éducateurs à l’ancienne mode n’accordaient à la littérature qu’une valeur éducative. À leurs yeux, la littérature importait peu en elle-même, mais elle servait la pédagogie en [...] apprenant à écrire correctement42 ». Aussi attentif que Gide, qui ne signe pas la pétition des « Treize », aux difficultés auxquelles l’hégémonie de l’histoire littéraire expose la parole critique de l’écrivain, il propose de renoncer à donner à la jeunesse des manuels d’histoire littéraire : « À un sujet scientifique il faut une forme scientifique. Plus de discours, plus de dissertation, plus de critique43 ». S’appropriant la suggestion d’un des pétitionnaires de L’Intransigeant44, il invite l’historien de la littérature à publier ses « fiches » sous la forme de « tableaux » qu’il envisage sur les modèles des « horaires des Compagnies de chemin de fer », du « Bottin » ou des « Agendas des Grands Magasins ». Ce faisant, il revient en des termes nouveaux sur la querelle du lansonisme, puisqu’il loue l’historien de la littérature au nom des « fiches » auxquelles il lui a souvent été reproché d’avoir recours, et inverse le point de vue de Gide qui avait peur d’être « dupe » de l’historien de la littérature : « [...] l’érudit auquel je m’adresse se cabre. L’idée que je n’ai pas fait autre chose que me moquer de lui et de son métier lui a traversé l’esprit. Mais non, je ne plaisante pas45 ». C’est donc en le distinguant de celui de l’historien de la littérature que Larbaud ouvre, à son tour, le terrain de la critique aux « jeunes » qu’il montre, à l’image de Lalou, résister aux valeurs établies par l’histoire littéraire institutionnelle. Aussi en vient-il à voir dans les ouvrages oubliés par les manuels des écrits de « jeunes », qu’il s’agisse d’œuvres baroques de l’âge classique ou d’œuvres contemporaines, à l’image de celles de Charles-Louis Philippe, de Léon-Paul Fargue ou de Saint-John Perse. Il fait ainsi de la « jeune littérature » une littérature de résistance aux classifications de l’histoire littéraire et de la « jeune critique », dont il se réclame déjà avant la guerre46, une critique qui pense la littérature indépendamment des valeurs que lui assignent ses historiens.

  • 47 « Agadir », Projet d’histoire littéraire contemporaine (1923), Gallimard, « Digraphe », 1994, p. 8 (...)
  • 48 « Une année de romans » ; idem, p. 147.
  • 49 Idem.
  • 50 Ouvr. cit., « préface à l’édition de 1924 » ; Gallimard, « L’Imaginaire », 1977, p. 271.
  • 51 Idem, p. 277.

12Tandis que, évoquant aussi bien Racan ou Scève que Laforgue ou Corbière, les articles que Larbaud donne en 1923 à La Nacion de Buenos Aires dessinent le cadre d’un projet de renouvellement de l’histoire littéraire, Aragon travaille plus polémiquement à abstraire la littérature des valeurs qui lui sont ordinairement associées. Dans le chapitre initial de Projet d’histoire littéraire contemporaine (1923), il s’efforce d’identifier quelques-uns des « faits éclatants » qui ont formé sa « génération ». À la différence de Bourget, il ne voit cependant pas dans une expérience de lecture l’élément susceptible de créer un « air de parenté » entre des « milliers d’individus [...] dissemblables » et, s’il isole pour élément fédérateur de sa génération le coup d’Agadir, il en fait moins un événement historique que l’occasion d’une révélation poétique. À cette expérience, il en associe une autre, le « maillot noir de Musidora », où il décèle « la raison d’une des incompréhensions qui [...] éloignent [sa génération] de ses aînés47 ». Sur ces fondements, loin d’opposer des écrivains d’hier à des écrivains d’aujourd’hui ou d’associer les oubliés d’hier et d’aujourd’hui des manuels d’histoire littéraire, il fait le procès des autorités qui, exerçant leur influence sur la « jeune génération », lui donnent « l’air d’une bien vieille dame48 ». Dans ces conditions, il suit les aléas de la lutte que lui-même et sa génération mènent contre des influenceurs (Gide, Valéry...) vus comme autant de mauvais maîtres. Déportant, après Bourget et la querelle du Disciple (1889), sur l’univers de la littérature un débat longtemps propre au monde de l’éducation, Aragon signale qu’il n’y a d’histoire littéraire que des continuités devenues platitudes, que des non-valeurs. Aussi ses interventions se comprennent-elles comme une réaction et une réponse différées à la campagne de presse et à la pétition de Vandérem, pétition qu’il ne signe pas, manière de se tenir à l’écart de la société des « meilleurs écrivains d’aujourd’hui ». S’intéressant aux « jeunes écrivains pour le prix qu’on leur attache ou la valeur qu’[il] leur reconnaît », ce qui ne revient pas au même, il les montre, à de rares exceptions près, comme les auteurs d’« une dégelée de devoirs dans le goût, croit-on, de Stendhal ; c’est-à-dire dans le goût de Bourget49 ». Montage de textes précédemment rédigés, la préface du Libertinage (1924) met ainsi au jour que sa résistance au « brunetiérisme » prend la forme d’une résistance aux valeurs morales et sociales que l’histoire littéraire associe à la littérature : « [...] ceux qui attaquent notre liberté de pensée et d’écrire au nom de l’idée de crime, de vice ou d’hérésie, font le jeu d’un parti politique dont l’audace croissante se manifeste [...] jusque dans les domaines de l’esprit50 ». S’adonnant au même travail de déliaison, les résultats de « Liquidation » (1921), enquête qu’Aragon dirige avec Breton et Soupault, sont livrés sous la forme d’un palmarès scolaire dans le cadre duquel les hautes gloires de la littérature mondiale sont mises sur le même plan que des figures du monde politique, scientifique et religieux. Ce faisant, « Liquidation » s’en prend autant aux maîtres de l’heure (Régnier, France...) qu’aux valeurs célébrées dans les manuels (Corneille, Voltaire...), mais accorde des scores élevés à ses organisateurs ainsi qu’à des écrivains oubliés par les historiens de la littérature, dont certains, à l’image de Jarry ou de Lautréamont, oubliés aussi de Vandérem et des pétitionnaires de L’Intransigeant, acquièrent rang dans un panthéon donnant cohérence, plutôt qu’à un mouvement ou à une école, à une « aventure littéraire » qui ne saurait être « définitive51 ». Calquant cette expression sur une formule de Gourmont, pour qui « aucune œuvre n’est définitive », invitant les manuels d’histoire littéraire à s’achever sur une section intitulée « le scandale pour le scandale », Aragon en vient à définir la « littérature qui se fait » par le travail de remise en question auquel elle oblige l’histoire de la littérature à se soumettre.

  • 52 Idem, p. 281.
  • 53 Petit manuel du parfait aventurier, La Sirène, « Les Tracts », 1920 ; Mercure de France, 1998, p.  (...)
  • 54 André Billy, La Littérature française contemporaine, Colin, 1927 ; Daniel Mornet, Histoire de la l (...)

13Confronté à la puissance hégémonique dont se dote l’histoire littéraire, l’écrivain la perçoit comme une force d’endoctrinement, mais aussi comme une force d’inertie travaillant à arrêter toute évolution littéraire. Aussi s’efforce-t-il de faire entendre des voix nouvelles auxquelles l’histoire littéraire, du fait des liens qui l’associent au projet éducatif républicain, refuse de faire place. En appelant à un strict respect d’un partage fondamental entre le discours scientifique de l’histoire littéraire et son propre discours critique, qu’il situe sur le terrain de l’esthétique plutôt que sur celui de la pédagogie, de la psychologie ou de la sociologie, il se met en situation d’élaborer des projets d’histoire littéraire qui ne peuvent avoir de valeur que provisoire. Comme le montrent la définition du « symbolisme » que Gourmont fait admettre et la notion d’« aventure littéraire » qu’Aragon fait jouer, l’écrivain fausse les catégories dont l’histoire de la littérature fait usage et livre, mal ordonnées ou en désordre, les notes ou les fiches que l’historien de la littérature se fixe la mission de classer. Dans ce contexte, il en vient à faire jouer une catégorie paradoxale, celle d’une littérature dite jeune, nouvelle ou moderne, qui lui sert à situer les productions d’un temps dans le cadre d’un « mouvement fiou52 », à isoler un ensemble d’œuvres qu’il présente comme des outils de déclassement du discours de l’histoire littéraire, ce qui lui permet de se doter du statut de « jeune » ou d’« aventurier » pour qui, comme l’indique Mac Orlan, « les livres des grands classiques [...] ne valent rien53 ». Alors que la campagne de presse de Vandérem suscite divers essais d’histoire littéraire contemporaine54, que les pétitionnaires de L’Intransigeant souhaitent voir des hommes de lettres siéger au Conseil supérieur de l’Instruction publique et collaborer à la rédaction de nouveaux manuels d’histoire littéraire, sur lesquels le monde éducatif garderait ainsi pouvoir de contrôle, la notion de « jeune littérature » sert donc autant à signaler des noms d’auteurs ou des titres d’œuvres à lire qu’à produire de l’évolution littéraire en attirant l’attention sur le caractère provisoire de toute histoire littéraire. Aussi est-elle l’instrument d’un combat conduisant à repenser l’identité de la littérature et les valeurs qui peuvent ou doivent lui être associées et celui d’un permanent travail de « renouvellement des motifs » pour lesquels une œuvre peut ou doit être admirée, pastichée ou parodiée.

Notes

1 Sur ce point, voir Antoine Compagnon, La Troisième République des lettres. De Flaubert à Proust, Seuil, 1983.

2 Donnés à la Revue de France d’août à octobre 1922, les articles de Vandérem sont repris dans Nos manuels d’histoire littéraire (La Renaissance du livre, 1923), volume qui reproduit le débat parlementaire, lancé par Xavier de Magallon, député de l’Hérault et proche de Léon Daudet, auquel la querelle donne lieu.

3 Sur ce point, voir Jean-François Massol, De l’institution scolaire de la littérature française (1870-1925), Ellug, 2004.

4 Manuel de l’histoire de la littérature française, Delagrave, 1898, p. 511.

5 Ouvr. cit. Perrin, 1896, p. vii.

6 Essais de littérature contemporaine, Lecène, Oudin et Cie, 1893, p. 371.

7 Les Tendances actuelles de la littérature française, Basset et Cie, 1913.

8 Les Jeunes. Études et portraits éd. cit., p. xiii.

9 Anthologie des poètes nouveaux, Figuière, 1913, p. ii-iii.

10 Idem, p. iv.

11 « Réflexions d’un vieux critique sur la jeune littérature », Revue des deux mondes, 1/12/1921, p. 561-579.

12 « Courrier littéraire », Revue bleue, 9/1/1892, p. 58-59.

13 « La Littérature et les Manuels d’histoire littéraire », Revue blanche, 1901/1, p. 590-91.

14 Idem.

15 « Verlaine et Mallarmé » (1913) ; Essais critiques, Gallimard, « La Pléiade », p. 499-500.

16 Idem, p. 500.

17 Lettre d’André Gide à Jacques Copeau du 15/10/1910 ; Correspondance André Gide-Jacques Copeau, t. 1, Gallimard, 1987, p. 398. Lettre citée par André Masson dans André Gide, Essais critiques, éd. cit., p. 1051.

18 « Baudelaire et M. Faguet », Nouvelle revue française, novembre 1910, p. 499-518 ; Essais Critiques, éd. cit., p. 245-56.

19 Sur la conception gidienne de l’influence, voir « De l’influence en littérature » (1900) ; Essais Critiques, éd. cit., p. 403-17.

20 « Brunetière ou le faux critique » (1899) ; Œuvres capitales, t. 3, Flammarion, 1954, p. 524-25.

21 « Le Cas de M. Ferdinand Brunetière » (1898), La France intellectuelle, Colin, 1899, p. 36.

22 Idem, p. 35.

23 Idem, p. 120-212.

24 Camille de Sainte-Croix, « Critiques », La Bataille, 27/8/1890 ; Mœurs littéraires. Les Lundis de « La Bataille » (1890-91), Albert Savine, 1891, p. 161-62.

25 Les Princes de la jeune critique, Librairie de la Nouvelle Revue, 1890, p. 237.

26 Paul Souday, « Les Essais de critique de M. Paul Bourget » (1912) ; Les Livres du Temps, 1re série, Émile-Paul frères, 1929, p. 119-20.

27 Jules Lemaitre, « M. Paul Bourget », Revue bleue, 12/2/1887 ; Les Contemporains. Études et portraits, 3e série, Boivin et Cie, 1887, p. 364.

28 Ouvr. cit., Perrin, 1895 ; Ellug, « Archives critiques », 2002, p. 39.

29 Idem, p. 58.

30 Idem, p. 76.

31 Idem, p. 54, p. 92, p. 106 et p. 109. Il convient d’apporter un intérêt particulier au médaillon consacré à Mirbeau, le dernier de la série de portraits publiés dans le supplément du Figaro, effet conclusif qu’efface la publication livresque de 1895.

32 Le Livre des masques, portraits symbolistes. Gloses et documents sur les écrivains d’hier et d’aujourd’hui, Mercure de France, 1896, p. 12-13.

33 Idem, p. 14.

34 Idem, p. 222.

35 Idem, p. 251.

36 « M. Brunetière » (1907) ; Promenades littéraires, Mercure de France, 1963, t. 2, p. 218-19.

37 « Sainte-Beuve créateur de valeurs », Promenades philosophiques, 1re série, Mercure de France, 1904, p. 33-44.

38 Pour le suivi de cette enquête, voir L’Intransigeant des 22/9, 23/9 et 4/10/1910.

39 L’Intransigeant, 24/11/1922.

40 Idem, 28/10/1922.

41 Idem, 14/11/1922.

42 « Les Manuels d’histoire littéraire », La Nacion, 12/8/1923 ; Du navire d’argent, Gallimard, 2003, p. 44-45.

43 « Pour l’inauguration d’une nouvelle ligne », Technique, Gallimard, « Les Essais », 1932, p. 28.

44 Présenté comme un écrivain et un enseignant, Raoul Stoupan indique dans le texte qu’il joint à sa signature qu’il souhaite que « de simples mémentos chronologiques soient substitués aux divers manuels plus ou moins tendancieux qu’on met entre les mains des élèves », L’Intransigeant, 31/10/1922.

45 « Pour l’inauguration d’une nouvelle ligne », éd. cit., p. 35.

46 « il s’agit surtout pour nous, critiques des revues jeunes, d’empêcher [...] les livres que nous jugeons grands et importants d’être confondus, dans l’estime publique, avec la production courante, avec le bon article de librairie, avec le « livre alimentaire » », « Léon-Paul Fargue » (1912), De la littérature que c’est la peine, Fata morgana, 1991, p. 25. Dans l’orientation de l’œuvre critique de Larbaud, les manuels d’histoire littéraire viennent ainsi se substituer au « livre alimentaire ».

47 « Agadir », Projet d’histoire littéraire contemporaine (1923), Gallimard, « Digraphe », 1994, p. 8-9.

48 « Une année de romans » ; idem, p. 147.

49 Idem.

50 Ouvr. cit., « préface à l’édition de 1924 » ; Gallimard, « L’Imaginaire », 1977, p. 271.

51 Idem, p. 277.

52 Idem, p. 281.

53 Petit manuel du parfait aventurier, La Sirène, « Les Tracts », 1920 ; Mercure de France, 1998, p. 33.

54 André Billy, La Littérature française contemporaine, Colin, 1927 ; Daniel Mornet, Histoire de la littérature et de la pensée françaises contemporaines, Larousse, 1927 ; Émile Bouvier, Initiation à la littérature d’aujourd’hui, La Renaissance du livre, 1928.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540