Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’histoire littéraire des écrivains. Paroles vives

 | 
Marie Blaise
, 
Sylvie Triaire
, 
Alain Vaillant

L’histoire littéraire des écrivains

Avant-propos

Marie Blaise et Sylvie Triaire

Texte intégral

Oh, rien n'est vieux dans l'histoire, Madame.
A. et S. Golon, Angélique, Marquise des Anges.
Sans l'imagination, l'histoire est défectueuse.
G. Flaubert, Bouvard et Pécuchet.

  • 1 Voir par exemple, La Littérature française : dynamique et histoire, I et II, Paris, Gallimard, Fol (...)

1Le grand retour de l'histoire littéraire dans l'espace critique a donné lieu à diverses réflexions et publications sur les modes de constitution de l'histoire littéraire1. Le présent numéro de Lieux Littéraires est consacré à un aspect souvent négligé de la question : l'histoire littéraire telle que les écrivains du xixe siècle l'ont conçue.

2Autant dire que l'histoire littéraire est ici considérée non depuis les modèles de l'enseignement universitaire (même si ceux-ci interviennent nécessairement dans l'analyse) mais dans les termes des écrivains eux-mêmes, comme une imagination de l'histoire de la littérature, participant des stratégies de garantie de l'œuvre et de la construction de la figure de l'auteur. Plus comme une poétique que comme une discipline, donc.

3Le xixe siècle, dans le mouvement qui a vu la réflexion sur l'homme se revendiquer comme sciences humaines, a constitué l'histoire comme discours scientifique et, dans le partage qui s'en est suivi, l'histoire littéraire s'est distinguée de la littérature à la fois dans les formes de son discours et dans la finalité de celui-ci.

4Les formes de l'histoire littéraire savante, essentiellement la chronologie, l'influence et la rupture — cette dernière radicalisée par la « modernité » telle que la pensa le xxe siècle — s'inscrivent dans la dynamique d'un discours qui vise à l'éducation voire, à de certains moments de l'histoire politique, à l'édification. L'histoire littéraire des écrivains, garante de la genèse des formes et de l'existence même de l'auteur dans l'espace littéraire, est loin d'être aussi déterministe et les modèles qu'elle propose, dans le même temps, en sont d'autant plus variés.

5Les ouvrages de l'histoire littéraire savante muent lentement, de la rhétorique de La Harpe aux exaltations de Nisard, avant d'adopter la rigueur scientifique et le lexique de la « science » qu'est devenue l'histoire. À la fin du siècle la rupture est consommée. L'achèvement disciplinaire et l'intronisation de la « matière » à l'université conduisent désormais les écrivains à adopter des postures ou des stratégies d'imitation corrective, ou d'opposition frontale, à une doxa littéraire dont Lanson sera considéré comme le maître. Formes encore, quoique fatalement réactives puisque la littérature est désormais fixée dans ses cadres, de l'« histoire littéraire des écrivains ».

6Analyser ces formes suppose, au-delà des genres de discours et des genres littéraires définis par l'institution, d'entendre aussi bien les grands manifestes théoriques que des passages de correspondances, des poèmes ou des extraits de roman; d'entendre également majores et minores.

7Cette analyse, à son tour, fait apparaître une pensée de l'histoire qui ne se contraint pas dans une pensée des Époques ou de la ruine successive des Empires, ne construit pas un Esprit «national», et qui n'est pas non plus une téléologie à proprement parler.

8Les différents romantismes (y compris en France) pensent le présent comme l'aboutissement d'un mouvement historique dans lequel la forme littéraire s'insère logiquement — c'est la préface de Cromwell, par exemple. D'un point de vue formel, le rapport au passé est nécessaire, mais loin d'être contraignant, il vaut par la tension qu'il doit entretenir avec le quotidien pour faire œuvre. C'est Le Peintre de la vie moderne. Cela permet sans doute de mesurer la distance prise par les avant-gardes, qui « absolutisent » le présent dans un déni formel du passé. Ainsi portée par l'histoire, la littérature la justifie à son tour. Au long du siècle, et bien que les postures varient, la littérature se vit comme le lieu où l'histoire peut prendre forme, que l'écrivain se représente comme acteur de l'histoire, ou comme archéologue rectifiant déjà le discours de l'histoire naissante. Et lorsque, comme chez Mallarmé, le poète « est en grève devant la société », il se pense encore par rapport à l'histoire « contre l'actualité ».

9Les travaux qui suivent interrogent ce rapport de la littérature à l'histoire, tel que les écrivains du xixe siècle le conçoivent, selon quatre perspectives. L'histoire littéraire des écrivains est, d'abord et évidemment, souverainement subjective puisqu'elle est romantique de naissance. La première section interroge l'histoire littéraire en tant que lieu de constitution de la garantie de l'autorité à travers un processus fictionnel qui légitime la genèse des formes (Marie Blaise) ; et en tant que condition de l'épreuve sensible d'un présent qui rend la littérature apte à entrer dans l'histoire et à la constituer en tension avec ce qui précède (Sylvie Triaire, Pierre Citti).

10La seconde partie montre les écrivains composant leurs histoires, délivrant dans le même temps des « leçons » littéraires, dans un mouvement conjoint de situation dans l'histoire et de détermination d'une poétique (Jacques Neefs, Florence Pellegrini); ou répondant à l'histoire littéraire officielle pour en corriger les oublis (Jean-Louis Jeannelle).

11La section suivante présente trois analyses relatives aux « minorés » de l'histoire littéraire : minorés de et par l'histoire des genres, dès lors que Balzac est donné comme borne du genre au détriment des romanciers antérieurs (Marianne Bury); écrivains mineurs du xviiie siècle, qui sont la voie d'accès au siècle précédent pour des romantiques donnés souvent comme oublieux du siècle prérévolutionnaire; véritables minores, enfin, avec les histoires littéraires marginales et grotesques des petits romantiques (Martine Lavaud).

12Enfin, le volume s'achève avec deux articles évoquant l'aspect polémiste que prend l'histoire littéraire au moment de son assomption universitaire, qu'il s'agisse d'en découdre avec Lanson et les siens (Denis Pernot), ou, pour Remy de Gourmont, de construire, contre la récupération idéologique et hors de l'histoire politique, une histoire véritablement littéraire (Valérie Grandjean).

Notes

1 Voir par exemple, La Littérature française : dynamique et histoire, I et II, Paris, Gallimard, Folio essais, 2007 par J. Cerquiglini-Toulet, F. Lestringant, G. Forestier, E. Bury, M. Delon, F. Mélonio, B. Marchal, J. Noiray, A. Compagnon.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540