Version classiqueVersion mobile

Jade, or, porcelaine...

 | 
Solange Cruveillé
, 
Félix Jun Ma

Au-delà de la Chine : l'or et la jadéite en Mésoamérique

Ornements de « jade » portés par la noblesse aztèque : le cas de Tezcoco

阿茲台克貴族佩戴的玉制飾品:以特斯科科為例

Patrick Lesbre

Résumé

Après avoir signalé l'importance du « jade » (jadéite, chalchihuitl) comme pierre précieuse aztèque, nous montrerons ici les échos d'objets aztèques en jadéite disparus avec la conquête espagnole, portés par la haute noblesse aztèque préhispanique, et par deux souverains de Tezcoco (portraits du Codex Ixtlilxochitl) : perles, bracelets, labrets, collier-plastron etc.
Les usages religieux du jade attestés dans les offrandes du Grand Temple de Mexico (parures humaines, jade associé aux animaux, ou à diverses divinités) permettent de mieux comprendre l'importance de deux attributs d'une représentation de Tlaloc, dieu de la pluie (Codex Ixtlilxochitl), portant un bracelet et un collier-pectoral en jadéite.

Texte intégral

1Le jade n’existe pas à proprement parler en Mésoamérique. On trouve de la jadéite, mais cette pierre verte étant considérée comme extrêmement précieuse par les élites préhispaniques, on tend à utiliser le mot jade pour en traduire la rareté et l’appréciation. Georges Baudot le faisait pour traduire le mot chalchihuitl dans la poésie aztèque. Nous reprendrons cette licence poétique ici.

  • 1 Pour une présentation générale nous renvoyons à l'article de Laura Filloy Nadal, « El jade en Meso (...)
  • 2 La plus célèbre est sans doute celle d'un homme debout portant un bébé-jaguar, en prêt au Brooklyn (...)
  • 3 Celui de Dumbarton Oaks a été réutilisé à l'époque maya préclassique. cf. p. 250-251.
  • 4 Boston Museum of Fine Arts, Dallas Museum of Art, collections privées cf. The Olmec World, op. cit (...)
  • 5 Le premier objet olmèque publié dans un ouvrage scientifique fut la hache de Humboldt au xixe sièc (...)
  • 6 Christies, New York, catalogue 1775, 21 novembre 2006, lot 8 (le perforateur mesure 23 cm).
  • 7 Christies, New York, catalogue 1775, 21 novembre 2006, lot 5 (deux sourcils de 6,3 cm, chacun prés (...)
  • 8 Brooklyn Museum, cf. The Olmec World, op. cit., p. 256.
  • 9 The Art Museum, Princeton University, cf. The Olmec World, op. cit., p. 257.

2Le « jade » méso-américain a une très longue histoire, impossible à retracer avec précision ici1. Les Olmèques dès 900-500 avant J.-C. appréciaient cette pierre et la travaillaient de façon remarquable : statuettes2, parfois agrémentées de cinabre, pectoral3, masques4, haches5 et objets plus singuliers comme les perforateurs pour l’autosacrifice de sang6, des sourcils pour le culte du jaguar7, des représentations d'oreilles humaines8 ou un collier avec dix-sept jambes miniatures en jadéite9. Les autres cultures indiennes suivront cette tradition.

  • 10 Cf. Elizabeth Wagner, « Le jade : l'or vert des Mayas », in Nikolai Grube (dir.), Les Mayas. Art e (...)
  • 11 Les plus importants sont ceux de Palenque, (tombe du souverain Pakal, de l'an 683), Tikal (tombe 1 (...)
  • 12 Cf. Copán, chambre à offrande de l'an 755, du bâtiment 10L-26 (vers 400 apr. J.-C.). Copán, Museo (...)
  • 13 Cf. ceux des tombes de Calakmul, Les masques de jade mayas, op. cit., p. 216-218. Le catalogue Chr (...)
  • 14 La tombe de Pakal à Palenque a permis de retrouver sa ceinture royale (la plus raffinée de la zone (...)
  • 15 Le disque représente le calice de la fleur, la perle tubulaire (surmontée d'un petit disque orneme (...)
  • 16 Pour toutes ces parures la tombe 116 de Tikal du souverain Jasaw Chan K'awill (vers 733) est un tr (...)
  • 17 Fine Arts Museum of San Francisco, 1988.4. Cf. Mary Miller, Simon Martin, Courtly Art of the Ancie (...)
  • 18 La plus connue étant celle de Nebaj représentant un roi maya avec son nain. Museo Nacional de Arqu (...)
  • 19 Cf. celui de la tombe 196 (souverain Yik'in Chan K'awil), du viiie siècle. Museo Nacional de Arque (...)
  • 20 Cf. Le magnifique spondyle gravé de la tombe du Temple du Hibou à Dzibanché. cf. Les masques de ja (...)
  • 21 Cf. celles de la tombe de Pakal à Palenque en 683. cf. Les masques de jade mayas, op. cit., p. 256 (...)
  • 22 Cf. la tête du jeune dieu du maïs en jade posée dans un récipient en pierre, provenant de Tonina. (...)
  • 23 Monument 26 de Tonina, Museo Nacional de Antropología de Mexico, 10-001 259. cf. Maya, op. cit., p (...)
  • 24 Outre les innombrables stèles de Tikal, on peut indiquer par exemple la stèle 2 de Machaquila, la (...)
  • 25 Cf. les linteaux de Yaxchilan par exemple où apparaissent les seigneurs mayas avec collier, bracel (...)
  • 26 Comme ceux de Palenque par exemple, aussi bien en pierre (panneau 2 de Dumbarton Oaks, temple 21, (...)
  • 27 Cf. Lord of the jaguar pelt vase, National Gallery of Victoria, Melbourne (Vernon No 68 966). Ou b (...)
  • 28 Qu'ils soient en pierre ou en céramique, comme ceux de Palenque. Cf. Mary Miller, Simon Martin, Co (...)
  • 29 Cf. Román Piña Chán, « Jaina : Its Funerary Art », in Maya, op. cit., p. 387-399. Figurine d'un jo (...)
  • 30 Cf. le panneau ovale de Palenque. cf. Maya, op. cit., p. 298.
  • 31 Les deux premiers sont conservés au British Museum (1886-316 et 317). Le troisième au Museo de Nac (...)
  • 32 Cf. la stèle de la reine Ix Mutal Ahaw en l'an 761, Fine Arts Museum of San Francisco, 1999-42a-k. (...)
  • 33 Cf. la figurine d'une femme noble assise préparant la cuisine, mais portant deux magnifiques brace (...)
  • 34 Cf. un encensoir de Palenque à visage féminin. Museo de sitio de Palenque, 10-479 190. Cf. Mary Mi (...)
  • 35 Cf. la fouille en 2005 de la reine Waka par David Lee (Waka Project). Un magnifique ornement de ja (...)
  • 36 Museo de sitio de Tonina, 1-601 697 5/10. Cf. Mary Miller, Simon Martin, Courtly Art of the Ancien (...)

3La zone maya classique (300-900 après J.-C.) surabonde en objets d’apparat en jade10. Certains sont spécifiques, d’autres plus répandus : masques funéraires en grand format11, linceul en jade, pectoral12, masques miniatures13, ornements de ceinture, plaques de ceinture14, boucles d’oreilles raffinées le plus souvent en forme de fleurs15, colliers, bracelets de bras et de chevilles, perles, pendentifs16, ornements de coiffes17, plaques sculptées18, récipients en mosaïque de jade (Tikal19), jupe de jade etc. Un coquillage gravé rehaussé d'incrustations de jade permet d'identifier facilement la plupart de ces éléments20. On trouve aussi des statuettes, figurines21 ou même des têtes sculptées22. Ces ornements sont aussi attestés, pour l'élite maya des deux sexes, par les représentations des sculptures23, stèles24, linteaux25 ou autres bas-reliefs26, les peintures murales ou des céramiques27, les encensoirs28 ou les figurines de Jaïna29. Ces représentations permettent d'attester l'existence de tiares en plaques de jade30. Les femmes représentées sur les linteaux de Yaxchilan (notamment la reine Xok en l'an 725 sur les linteaux 24, 25 et 2631), ou autres stèles32, figurines33 ou encensoirs34 sont richement parées elles aussi. Des éléments de jade ont été trouvés dans les tombes de plusieurs d'entre elles35. L'importance du jade est également attestée par sa présence dans des offrandes, comme celle de dédicace pour un édifice de Tonina où plusieurs coquillages de spondyle contenaient chacun une perle de jade36.

  • 37 Il est impossible ici de résumer la présence du jade dans les cultures du Mexique central de l'épo (...)

4Pour l’époque aztèque, 800 ans plus tard (1428-1521), au Mexique central37, les objets sont plus rares et moins impressionnants. La première cause de leur raréfaction est sans doute due à la pratique de la crémation des dirigeants plutôt que leur enterrement : les masques funéraires, linceuls et autres ornements du corps n’apparaissent plus ou quasiment plus. On constate la présence d’objets en jade parmi les offrandes funéraires, comme dans le Codex Tudela pour l’enterrement d’un marchand (fol. 59r). Mais un marchand n’est pas un roi, les offrandes sont donc moins prestigieuses que pour la zone maya classique.

  • 38 Le terme aztèque est récusé par les Mexicains qui préfèrent celui de mexica. Mais celui-ci est tro (...)
  • 39 Codex Ixtlilxochitl, (BNF, manuscrit mexicain 065-071), fol. 106r et 108r.
  • 40 Codex Ixtlilxochitl, fol. 105r et 107r.
  • 41 Codex Ixtlilxochitl, fol. 110r.

5N’étant pas archéologue mais ethno-historien, nous vous montrerons ici les échos d’objets aztèques perdus avec la conquête espagnole, mais portés par la noblesse aztèque38 préhispanique. Pour cela nous disposons de planches spécifiques, celles du Codex Ixtlilxochitl qui comprennent le portrait de deux souverains de Tezcoco, Nezahualcoyotl et Nezahualpilli39, mais aussi de deux nobles acolhua de haut rang, Tocuepotzin et Cuauhtlatzacuilotzin40. Le jade comme attribut religieux sera partiellement évoqué à travers la planche du dieu de la pluie, Tlaloc41.

1. Usage non religieux

1.1. Le « jade » comme pierre précieuse aztèque

  • 42 Paléographie et traduction de l'auteur. Texte original : « Auhçanoiuhqui, inchalchiuitl, inteuxiui (...)

6Les informateurs de Sahgún dans les Primeros Memoriales mentionnent le jade parmi les attributs des seigneurs aztèques : « Et également la pierre verte (jade), la turquoise, le jade vert fin (précieux), le jade blanc, l’améthyste, le jade vert fin comme un roseau (perle tubulaire), la pierre verte ronde (perle ronde), le jade vert fin circulaire, la pierre verte comme un nombril, tout ceci était le lot des seigneurs42. » Le jade y est classé selon sa qualité, sa couleur ou sa forme. On reconnaît les perles tubulaires et rondes, mais aussi les pierres plus importantes (comme un nombril), peut-être avec des défauts que l’on prend en compte dans le travail, du fait de la rareté du matériel.

  • 43 Respectivement Codex Mendoza, fol. 43r, 37r, 52r, 46r et 47r.

7Le jade vient en deuxième position, après les plumes d’oiseaux tropicaux, mais avant le cacao, l’amarante, le coton et tous les vêtements qu’on fabrique avec lui, et bien avant l’or et l’argent. L’empire aztèque apprécie particulièrement le jade. Les mines se trouvent au Guatemala, donc à près de mille kilomètres de distance du Mexique central. Plutôt que de s’approvisionner directement par une route commerciale, l’élite aztèque profite des largesses des provinces tributaires soumises à l’empire. On relève dans les registres de tribut au moins quatre provinces tributaires, toutes lointaines : Coixtlahuaca, Tepequacuilco, Tuchpan, Tochtepec, Xoconochco (qui est plutôt un comptoir commercial avec la zone maya43).

Fig 1 — fol. 37r, 43r, 46 et 47d [de haut en bas et de gauche à droite] : Alternance de perles de jadéite tubulaires ou rondes. Tribut en jadéite des provinces de Tepequacuilco (« cinco sartas de cuentas de piedras ricas que llaman chalchihuitl »), de Coaixtlahuaca (2), de Tochtepec (4) et de Xoconochco (2). Décrits comme « sartas », chapelets, ils correspondraient plutôt à des colliers qu'à des bracelets. Hormis Xoconochco qui ne verse son tribut que deux fois par an à cause de la distance, toutes les autres provinces versaient ce tribut tous les 80 jours. Codex Mendoza, respectivement fol. 37r, 43r, 46r et 47r détails (édition fac-similé de James Cooper Clark, 1938).

Fig 1 — fol. 37r, 43r, 46 et 47d [de haut en bas et de gauche à droite] : Alternance de perles de jadéite tubulaires ou rondes. Tribut en jadéite des provinces de Tepequacuilco (« cinco sartas de cuentas de piedras ricas que llaman chalchihuitl »), de Coaixtlahuaca (2), de Tochtepec (4) et de Xoconochco (2). Décrits comme « sartas », chapelets, ils correspondraient plutôt à des colliers qu'à des bracelets. Hormis Xoconochco qui ne verse son tribut que deux fois par an à cause de la distance, toutes les autres provinces versaient ce tribut tous les 80 jours. Codex Mendoza, respectivement fol. 37r, 43r, 46r et 47r détails (édition fac-similé de James Cooper Clark, 1938).

Fig. 2 — Tochtepec 1938 light : Codex Mendoza, folio 46r d3. Tribut en jadéite le plus important versé par une province de l'empire aztèque (4 colliers, 3 grosses perles uniques, 3 bracelets de perles rondes). Ces produits coexistent avec des parures en or (bandeaux, bracelets ou colliers, labrets), des plumes d'oiseaux tropicaux brutes (80 bottes de plumes vertes grandes ; 8 000 petites brassées de plumes tropicales bleu, rouge et vertes) ou travaillées (4 pièces de plumes vertes et jaunes), du liquidambar (100 jarres), du cacao (200 charges) et du caoutchouc (16 000 balles). Codex Mendoza, fol. 46r partie inférieure (édition fac-similé de James Cooper Clark, 1938).

Fig. 2 — Tochtepec 1938 light : Codex Mendoza, folio 46r d3. Tribut en jadéite le plus important versé par une province de l'empire aztèque (4 colliers, 3 grosses perles uniques, 3 bracelets de perles rondes). Ces produits coexistent avec des parures en or (bandeaux, bracelets ou colliers, labrets), des plumes d'oiseaux tropicaux brutes (80 bottes de plumes vertes grandes ; 8 000 petites brassées de plumes tropicales bleu, rouge et vertes) ou travaillées (4 pièces de plumes vertes et jaunes), du liquidambar (100 jarres), du cacao (200 charges) et du caoutchouc (16 000 balles). Codex Mendoza, fol. 46r partie inférieure (édition fac-similé de James Cooper Clark, 1938).

8Aucune ne dispose de mine de jade dans ses territoires : ces provinces doivent donc se débrouiller pour obtenir par voie commerciale le jade payé ensuite comme tribut à Mexico Tenochtitlan, Tezcoco et Tlacopan.

  • 44 La province de Tepequacuilco doit payer tous les 80 jours un tribut comportant 5 bracelets de gros (...)

9Ce sont surtout des perles et des bracelets qui sont payés comme tribut, le plus souvent alternant perles rondes et perles tubulaires44.

Fig. 3 — Folio 47 r. Tribut de la province de Xoconochco, versé seulement deux fois par an (glyphes de fêtes en haut). Les deux colliers de jadéite coexistent avec 800 bottes de plumes tropicales vertes, rouges, bleues ou jaunes ; 400 bottes de plumes vertes grandes (ara ou quetzal) ; 160 oiseaux tropicaux bleus morts ; 40 peaux de jaguar ; 200 charges de cacao ; 800 récipients pour boire le cacao et 2 grands morceaux d'ambre clair. Codex Mendoza, fol. 47r entier (édition fac-similé de James Cooper Clark, 1938).

Fig. 3 — Folio 47 r. Tribut de la province de Xoconochco, versé seulement deux fois par an (glyphes de fêtes en haut). Les deux colliers de jadéite coexistent avec 800 bottes de plumes tropicales vertes, rouges, bleues ou jaunes ; 400 bottes de plumes vertes grandes (ara ou quetzal) ; 160 oiseaux tropicaux bleus morts ; 40 peaux de jaguar ; 200 charges de cacao ; 800 récipients pour boire le cacao et 2 grands morceaux d'ambre clair. Codex Mendoza, fol. 47r entier (édition fac-similé de James Cooper Clark, 1938).
  • 45 La province de Tochtepec (côte du Golfe) est sans doute celle qui paie le tribut le plus considéra (...)

10On trouve parfois des bracelets de perles rondes, ou un tribut de grosses perles45, jamais d’objets artistiquement plus élaborés (masques, pectoral, autres). La présence d'un artisan lapidaire dans la planche 70r du Codex Mendoza consacrée aux métiers, représenté en train d'enseigner la confection d'objets en jade (bracelet, perles), rappelle que dans les capitales de l'empire aztèque des artisans spécialisés pouvaient eux aussi fabriquer ces objets, sans que l'on connaisse très bien leurs moyen d'approvisionnement en matière brute.

Fig. 4 — Artisan lapidaire enseignant comment travailler le jade. Dans sa main il tient le produit brut : un bloc de jade (chalchihuitl) qu'on identifie par sa couleur verte et par l'extrémité rouge et blanche qui renvoie au glyphe du jade ou jadéite comme élément précieux. Avec un outil sans doute en os il en tire un fragment. À ses pieds est représenté le produit fini : un bracelet avec deux perles de jade, la première plutôt tubulaire et l'autre ronde. On remarquera que pour représenter un artisan lapidaire le scribe a choisi la pierre la plus importante, le jade, et non la turquoise, l'obsidienne ou le cristal de roche. Codex Mendoza, fol. 70r détail (édition fac-similé de James Cooper Clark, 1938).

Fig. 4 — Artisan lapidaire enseignant comment travailler le jade. Dans sa main il tient le produit brut : un bloc de jade (chalchihuitl) qu'on identifie par sa couleur verte et par l'extrémité rouge et blanche qui renvoie au glyphe du jade ou jadéite comme élément précieux. Avec un outil sans doute en os il en tire un fragment. À ses pieds est représenté le produit fini : un bracelet avec deux perles de jade, la première plutôt tubulaire et l'autre ronde. On remarquera que pour représenter un artisan lapidaire le scribe a choisi la pierre la plus importante, le jade, et non la turquoise, l'obsidienne ou le cristal de roche. Codex Mendoza, fol. 70r détail (édition fac-similé de James Cooper Clark, 1938).
  • 46 Bernal Díaz del Castillo, Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, Madrid, Historia (...)

11Ce métier pouvait être réalisé par des nobles. Pour comprendre la valeur de ces perles de jade il suffit de rappeler le témoignage de Bernal Díaz del Castillo, conquistador présent en juin 1520 à Mexico. Il rappelle comment il a préféré prendre quatre chalchihuitl dans le trésor de Moctezuma plutôt que l’or (et les a cachés pour que Cortés ne les réquisitionne pas) : « Mais je n’ai pas manqué de prendre d’un petit coffre en roseau qui se trouvait là quatre chalchihuites, qui sont des pierres très appréciées par les Indiens, [...] et aussitôt Cortés ordonna de prendre le petit coffre avec les chalchihuites qui restaient [...] lesquels me furent très précieux pour soigner mes blessures et manger de la valeur de leur vente46. »

12Les morceaux de jade sont donc conservés dans un petit coffre de roseaux tressés, qui devaient en contenir plusieurs dizaines. On est loin d’une montagne de perles de jade, malgré toutes celles versées en tribut chaque année par les provinces soumises : l’essentiel a été redistribué aux seigneurs alliés ou utilisés, très peu semble thésaurisé.

  • 47 Date 8 Acatl, décrit par León y Gama « es de aquella especie de piedras de color verdioso, que aqu (...)

13Une pierre de jade était placée dans la bouche des défunts de haut rang pour les accompagner dans l'au-delà, tout comme une pierre de jade était placée dans une petite cavité sur certaines statues importantes, comme pour leur donner vie. Des pierres vertes de format moyen pouvaient être employées pour sculpter des dates47.

1.2. Jade pour la haute noblesse hors tlahtoque : Codex Ixtlilxochitl, fs 105 et 107r

  • 48 Cuauhtlatzacuilotzin est désigné comme cihuacoatl dans un document rédigé en nahuatl, les Dialogue (...)
  • 49 Pour plus de détails sur la fonction du cihuacoatl dans l'organisation politique aztèque nous renv (...)

14On le trouve attesté pour les portraits de Tocuepotzin et Cuauhtlatzacuilotzin, fol. 105r et 107r du Codex Ixtlilxochitl. Il ne s'agit pas de souverains à proprement parler (tlahtoque), mais très certainement de cihuacoatl48, conseillers du roi49, la seconde position en importance après celui-ci.

  • 50 Matzopetztli CF lib VII chap. 9, p. 27 et chap. 17 ; Sahagún HG lib VIII, chap. 9.
  • 51 Son identification se base sur la terminologie du Codex de Florence. Cf. Jacqueline de Durand-Fore (...)
  • 52 Bernardino de Sahagún, Historia General de las cosas de Nueva España, Mexico, Conaculta, 2000, p.  (...)

15Pour Cuautlatzacuilotzin (fol. 107r) on trouve un bracelet de cuir avec une perle de jade de grande taille. Jacqueline de Durand-Forest l'identifie comme « matzopetztli chalchiuhmacuextli50 » et non matemecatl. La similarité est forte avec le bracelet de Nezahualpilli et non celui de Tocuepotzin. Nous reviendrons sur cet objet. Il porte aussi un labret comportant un possible élément en jade (vu comme pierre verte par Jacqueline de Durand-Forest51) puisque la couleur semble similaire à la perle du bracelet. Sahagún décrit un atour des seigneurs aztèques strictement semblable à celui représenté, comme comportant une perle de jade : « Ils portaient également un labret de chalchihuitl enchassé dans de l'or, posé sur le menton52. » On connaît des labrets semblables pour la zone mixtèque, ou l’on retrouve l’embout en or et un ornement tubulaire, terminé en tête d’oiseau ou d’autres animaux. Enfin, on a l’impression que les talonnières des sandales en peau de jaguar de ce noble comportent toutes deux une perle de jade au centre, parfaitement visible (avec la possibilité qu'une autre était insérée de l'autre côté, soit deux perles de jade par sandale). Certes, ces éléments sont moins impressionnants que le magnifique pectoral de jade du souverain Nezahualpilli. Mais leur diversité (bracelet, labret éventuel, décor des sandales) semble indiquer un dignitaire de haut-rang, comme l’attestent son acayetl et son xochitl, éléments portés par les nobles lors des banquets.

  • 53 Ce qui pourrait renvoyer aux bracelets de perles rondes versés par la province de Tochtepec, même (...)
  • 54 Cf. Jacqueline de Durand-Forest, Codex Ixtlilxochitl, op. cit., p. 29 : « matzopeztli yn cuetlaxtl (...)

16Pour Tocuepotzin (fol. 105r) il n’en va pas de même. Le jade semble totalement absent, tout comme pour Nezahualcoyotl. On trouve deux bracelets (maquiztli), chacun avec plusieurs grosses perles rondes (au moins trois visibles à chaque main53). Mais ces perles semblent être de couleur bleue, donc difficile à identifier à cause de la confusion régulière entre le vert et le bleu, entre turquoise et jadéite : Jacqueline de Durand-Forest hésite entre les deux identifications54.

  • 55 Codex Vaticano A, fol. 57v, 58rv et 59r. Des ornements de plumes, de coquillages, des textiles son (...)

17Le Codex Vaticano A comprend plusieurs planches représentant des militaires de haut rang, chaque portrait occupant une page pleine, dans un style plus maladroit et bien moins précis que le Codex Ixtlilxochitl (très certainement parce qu'il s'agit d'une copie occidentale). Aucun ornement de jade n'est apparent55.

1.3. Jade pour les souverains aztèques : Codex Ixtlixochitl, fol. 106 et 108r

  • 56 C'est ainsi qu'il est représenté dans la Roue de Boban, qui oublie le souverain de Tlacopan, trois (...)
  • 57 D'ordinaire l'ichcahuipil est une armure en coton matelassé. Dans la représentation du Codex Ixtli (...)
  • 58 British Museum, mm033787 : guerrier aigle de 14,5x6 cm.
  • 59 « Sa statue, son bouclier, drapeaux, trompettes, flûtes, armes et autres ornements qu’il avait l’h (...)

18Aucun objet en jade pour Nezahualcoyotl (fol. 106r) : aucun élément de jade n’apparaît dans le portrait de Nezahualcoyotl roi guerrier, co-fondateur de l'empire aztèque avec Itzcoatl56. Sans doute parce qu’il est vêtu de sa tenue de combat, et non d’une tenue de cour, à la différence de Nezahualpilli. Les éléments précieux visibles sont en or (labret), en plumes tropicales (bouclier, jupe, ichcahuipil57), en cuir (sandales). Le heaume comprend deux protubérances en argentures sur l’original. Le bracelet de la main droite est en turquoise, ce qui renverrait à la symbolique du feu associée à cette pierre précieuse (cf. la xiuhcoatl du dieu Huitzilopochtli traduite comme serpent de feu, arme qui lui permit d’exterminer les centzonhuitznahua ou Pléiades) : ce bracelet serait donc symboliquement adapté à la guerre et au combat. On pourrait en conclure que le jade n’est pas associé à la guerre, remplacé par la turquoise. Mais une figurine du British Museum58 vient compliquer la donne, puisqu’elle représente un guerrier aigle aztèque et est taillée en jadéite. Si nous avions la planche que le médecin Francisco Hernández dit avoir fait peindre des atours de Nezahualcoyotl pour la danse59, nous aurions sans doute une version avec des éléments en jade.

  • 60 Codex Vaticano A, fol. 60r. Il porte un collier en coquillage et sa cape semble brodée de turquois (...)
  • 61 Relación geográfica de Coatepec, novembre 1579, p. 146 : « Los caciques traían sus tiaras, y sus o (...)

19Le Codex Vaticano A comprend une planche représentant Moctezuma en tenue d'apparat non militaire (avec acayetl et xochitl). Cependant aucun ornement de jade n'est apparent60. Il faut avoir recours à des sources alphabétiques pour trouver la description d'éléments de jades réservés aux seigneurs ou aux nobles aztèques : « Les caciques portaient leurs tiares, et leurs ornements d'oreille et labrets en or de basse qualité, et certains, en pierres vertes qu'ils appellent Chalchihuis61. »

1.4. Éléments importants en jade pour Nezahualpilli (fol. 108r)

20Ce souverain de Tezcoco (1465-1515), fils de Nezahualcoytol, porte plusieurs éléments en jade totalement atypiques, ou plutôt très rarement représentés dans l’iconographie concernant la noblesse aztèque : un matemecatl et un collier-plastron de jade.

1.4.1. Bracelet de cuir à grosse perle de jade (matemecatl)

  • 62 Cf. Jacqueline de Durand-Forest, Codex Ixtlilxochitl, op. cit., p. 31 et 30.
  • 63 Sahagún, Historia General de las cosas de Nueva España, op. cit., p. 742 (lib. VIII, cap. 9) : « T (...)

21Nezahualpilli porte à son poignet gauche un matemecatl ou bracelet de cuir sombre épais avec une grande perle ronde de chalchihuitl. Jacqueline de Durand-Forest préfère l’identifier comme matzopetzli chalchiuhmacuextli62 (bracelet de chalchihuitl). La grande précision du dessin permet même de compter trois rangs de cuir noir, détail qu’aucun chroniqueur ne mentionne. Il ressemble beaucoup à celui porté par Cuauhtlatzacuilotl, pourtant non souverain : simplement les rangs de cuirs semblent plus larges pour Nezahualpilli et plus minces (et partant plus nombreux) pour Cuautlatzacuilotl. Sahagún, dans son Historia General, décrit cet ornement comme réservé aux seigneurs pour les areitos ou danses publiques : « Ils portaient également attaché au poignet une courroie épaisse, noire, foulée dans du baume, et à l’intérieur une grosse perle de chalchihuitl ou autre pierre précieuse63. » Ce sont sans doute ces mêmes grosses perles que l'on voit représentées comme tribut de la province de Tochtepec dans le Codex Mendoza.

Fig. 5 — Trois grosses perles de jadéite (« tres pieças de chalchihuitl piedras ricas ») payées en tribut par la province de Tochtepec. Codex Mendoza, fol. 46r détail (édition fac-similé de James Cooper Clark, 1938).

Fig. 5 — Trois grosses perles de jadéite (« tres pieças de chalchihuitl piedras ricas ») payées en tribut par la province de Tochtepec. Codex Mendoza, fol. 46r détail (édition fac-similé de James Cooper Clark, 1938).
  • 64 Torquemada, Monarquía Indiana, México, UNAM, 1975, vol. 1, p. 163 (lib. II, cap. 22) : « y que las (...)

22Cet objet pourrait rappeler que le souverain de Tezcoco est d’origine chichimèque puisqu’il est évoqué dans un discours emblématique fait par un chichimèque au souverain Tezozomoc pour rappeler la condition spartiate de leurs ancêtres communs et l'utilité avant tout protectrice de cet ornement : « et que les bracelets qu'ils portaient sur leurs bras étaient des cuirs sur lesquels la corde de l'arc frappait64. » Les descendants coloniaux de Nezahualcoyotl et Nezahualpilli ont pu employer ces objets dans certaines danses collectives (mitotes).

1.4.2. Labret de jade (chalchiuhtentetl)

  • 65 Cf. Jacqueline de Durand-Forest, Codex Ixtlilxochitl, op. cit., p. 31.
  • 66 Cf. Jacqueline de Durand-Forest, Codex Ixtlilxochitl, op. cit., note 146, p. 31 : « Si xoxouhqui i (...)
  • 67 Jacqueline de Durand-Forest avait envisagé cette hypothèse, Codex Ixtlilxochitl, op. cit., note 14 (...)

23Il a été identifié par Jacqueline de Durand-Forest : « C’est une jadéite de forme rectangulaire, le “chalchiuhtentetl65” ». Elle propose une seconde appellation possible : xoxouqhuitenzacatl66. À la différence du labret de Cuautlatzacuilotzin, il semble moins travaillé : on ne distingue pas d’embout en or, l’élément de jade ne semble pas tubulaire. Comme si ce souverain portait un labret en jade brut. Cette différence de traitement pourrait surprendre : un personnage légèrement inférieur (cihuacoatl, sorte de vice-roi ou haut conseiller) arborerait un labret plus raffiné. Il semble plutôt que la matière prête à confusion, à cause du dessin. Le roi seul arborerait un labret en jade, tandis que son cihuacoatl aurait un labret en pierre verte plus pâle, voire en cristal de roche67.

1.4.3. Collier ou collier-plastron de jade à plusieurs rangs de Nezahualpilli

  • 68 L'ornement de nez tubulaire (rite de passage des guerriers), aurait fait passer le souverain de Te (...)

24Parmi toutes les représentations de souverains du Mexique central, ce portrait se distingue non seulement par sa qualité artistique (dorures) et son occidentalisation adroite (absence d’ornement de nez68) mais surtout par la présence d’un détail exceptionnel. Le collier-plastron de jade n’apparaît dans aucun autre document concernant les Aztèques. Il assimile le souverain Nezahualpilli à un roi-prêtre de l’époque classique (800 ans auparavant).

  • 69 Cf. l'étude de Justyna Olko, Turquoise Diadems and Stafs of Office. Elite Costume and Insigna of P (...)
  • 70 Plusieurs souverains mayas de l'époque classique portent un collier-plastron à plusieurs rangs de (...)

25Cet élément est absent dans l’iconographie habituelle des seigneurs mexica69. On pourrait même s’étonner de cette absence, tant elle contraste avec les colliers-pectoraux de l’époque classique, tant mayas, que Teotihuacan ou autres. Ce magnifique collier-pectoral à quatre rangs, avec alternance de perles rondes et tubulaires, renvoie ainsi aux peintures murales de Teotihuacan ou aux stèles mayas classiques70. Il semble maintenir un concept traditionnel de royauté indigène.

26Dans les rares représentations de manuscrits pictographiques, on trouve des souverains aztèques avec un collier à un rang. C’est le cas de Moquihuix au folio 10r du Codex Mendoza.

Fig. 6 — Fol. 10r. Mort de Moquihuix souverain de Tlatelolco en 1473. Il porte un ornement d'oreille en jade et un coller de perles de jadéite rondes. Codex Mendoza, fol. 10r détail (édition fac-similé de James Cooper Clark, 1938).

Fig. 6 — Fol. 10r. Mort de Moquihuix souverain de Tlatelolco en 1473. Il porte un ornement d'oreille en jade et un coller de perles de jadéite rondes. Codex Mendoza, fol. 10r détail (édition fac-similé de James Cooper Clark, 1938).
  • 71 Ces dénominations apparaissent dans les Primeros memoriales, §14. Elles désignent tout simplement (...)
  • 72 Francisco Hernández, De antiquitatibus Novae Hispaniae Authore Francisco Hernando medico et histor (...)

27Ou encore du collier qui apparaît comme offrande funéraire des souverains (Manuscrit Tovar, p. 24 et 25, Ahuizotl), de forme totalement différente mais toujours d’un seul rang. Le portrait du souverain de Tezcoco (fol. 108r du Codex Ixtlilxochitl) présente deux détails plus précis : la quantité de rangs n’est pas stéréotypée comme dans les codex, et on observe l’alternance de perles de jade différentes. Deux perles rondes (tomatic quetzalchalchihuitl) alternent avec une perle tubulaire (acatic quetzalchalchihuitl71). Cette très forte concordance entre les sources nahuas anciennes et le portrait du souverain pourrait se justifier par la possibilité que cette planche ait été inspirée par les objets personnels des rois de Tezcoco, encore conservés dans le dernier tiers du xvie siècle, vers 1575, comme le rappelle le médecin Francisco Hernández : « Et le Seigneur de Tezcoco avec un petit tambour qu'il portait accroché aux épaules, tel que nous l'avons vu à Texcoco, préservé avec un très grand respect avec les vêtements et autres ornements de guerre de Neçahoalcoyotzin et Neçahoalpilcintli, rois de Texcoco, et que nous avons pris soin de reproduire, comme d'autres choses, avec un dessin exact72. » Autrement dit le portrait de ce souverain n’est pas juste une recréation coloniale : il se baserait sur les atours et regalia conservés par ses descendants, ce qui fait de cette planche une sorte de planche encyclopédique ou savante, photographie avant l'heure d’objets préhispaniques authentiques, aujourd’hui perdus, mais encore très importants cinquante ans après la conquête espagnole. Nous serions face à une sorte de planche encyclopédique, rigoureusement exacte pour ce qui est des ornements et parures, à défaut du corps et du visage du souverain. Ce qui expliquerait le parallèle troublant avec les objets mayas classiques, représentations de pectoral sur les stèles, ou collier-plastron de jade trouvés dans les tombes.

  • 73 Détail relevé par Jacqueline de Durand-Forest. Cf. Jacqueline de Durand-Forest, Codex Ixtlilxochit (...)
  • 74 British Museum, AOA Q82 Am 860 (Tepetlacalli d'Ahuizotl). cf. Colin Mcewan, Leonardo López Luján, (...)
  • 75 Museo Nacional de Antropología, inv. 10-1078. Outre le collier-plastron à quatre rangs serrés et u (...)
  • 76 Musée du Quai Branly 71.1887.155.20 collection Latour-Allard.
  • 77 British Museum, AOA Am 1825.1210.11. cf. Moctezuma : Aztec Ruler, op. cit., p. 162-163.

28On remarquera la concordance entre le bracelet du poignet droit et le collier-pectoral73. Si aucun autre souverain aztèque à ce jour n'a été représenté avec ce collier-plastron, on le trouve néanmoins sur un bas-relief associé à un tlaloque versant de l'eau d'un récipient portant le glyphe du jade74. Cette divinité porte un collier-plastron de quatre rangs serrés et un cinquième avec des perles plus éparses. On serait tenté d'associer Nezahualpilli, souverain de Tezcoco, à cette représentation d'une divinité de la pluie (tout comme Nezahualcoyotl recevait l'onction divine des tlaloque avant de reconquérir son royaume). Mais de ce collier-plastron pend un grand glyphe représentant l'or. On peut donc s'interroger pour savoir si cet élément était en jade ou en or, tout comme celui porté par le Chacmool Tlaloc du Musée d'Anthropologie de Mexico75. Signalons simplement la statue d'une divinité aztèque du Musée du Quai Branly76, possible Chalchiuhtlicue (parèdre de Tlaloc associée à l'eau) ou Chicomecoatl (divinité de l'agriculture) : elle porte un collier-plastron disproportionné (de par sa position assise), constitué de quatre rangd de perles, celles du centre étant tubulaires, les autres rondes. Bien que les rangs ne soient pas aussi serrés que sur l'objet porté par Nezahualpilli, l'écho entre les deux semble à relever et à étudier. Un buste en pierre verte de Quetzalcoatl du British Museum77 présente lui-aussi un élément proche d'un collier-plastron et/ou d'un vêtement. Il alterne rayon solaire (au centre) et glyphe des perles de jade sur les côtés, l'ensemble étant en réalité en jadéite. Nous laissons cette piste avec ses connotations religieuses et symboliques ouverte pour les spécialistes en religion aztèque.

29On a ainsi une trace indirecte mais sérieuse d’un collier-plastron de jade pour l’époque aztèque, la seule connue pour l’instant. Derrière une apparence de pouvoir et de richesse, ce collier renvoie à des valeurs bien moins profanes (royauté, fonctions sacerdotales des souverains) que seuls des Indiens peuvent percevoir.

2. Usages religieux du jade

  • 78 Cette tête trouvée avant les fouilles du Grand Temple, mais à proximité immédiate de celui-ci, ren (...)
  • 79 Nous renvoyons au travail de Leonardo López Luján, Las ofrendas del Templo Mayor de Tenochtitlan, (...)
  • 80 Caja de Tizapán. A l'intérieur on a trouvé une petite sculpture en pierre verte de la déesse du ma (...)
  • 81 Cf. Michel Graulich, Rituales aztecas : las fiestas de las veintenas, Mexico, INI, 1999 ; cf. Joha (...)

30Les usages religieux du jade dans la société aztèque surabondent. Mais il faudrait distinguer les différentes sortes de pierres vertes. Signalons la tête monumentale de Coyolxauhqui, déesse de la Lune, décapitée, en pierre verte78. Les offrandes découvertes au Templo Mayor de Mexico depuis 1978 ont permis de mieux comprendre l'importance de cette pierre considérée comme précieuse. Il serait hors de propos ici de nous lancer dans une analyse poussée des offrandes archéologiques79 (en y ajoutant celles trouvées au Popocatepetl pour remédier à la sécheresse ou le coffre en pierre de Tizapan80) ou des rites des festivités longuement décrits par fr. Bernardino de Sahagún ou fr. Diego Durán, thème favori des spécialistes de la religion aztèque81. Nous nous contenterons d'évoquer un aspect religieux à travers la représentation de Tlaloc du Codex Ixtlilxochitl (fol. 110v).

2.1. Offrandes du Grand Temple de Mexico

  • 82 Cf. Felipe Solís, The Aztec Empire, New York, Guggenheim Museum Publications, 2004, p. 164 et 160. (...)

31Outre la présence d'un masque olmèque (offrande 20) et d'un masque de Teotihuacan (offrande 8282), qui démontrent la conscience d'une continuité historique et culturelle, plusieurs offrandes ont permis de retrouver l'usage de la jadéite en contexte archéologique. Certaines sont des parures humaines, d'autres des offrandes minérales où le jade est parfois associé à des coquillages, en abondance ou pas. D'autres sont des offrandes animales où le jade sert manifestement de parure. Enfin, les perles de jade servent de parure à des couteaux de sacrifice déifiés.

2.1.1. Parures humaines

  • 83 Étape II (1375-1395) du Grand Temple de Mexico.
  • 84 Codex Tudela, fol. 59r. On aperçoit plusieurs bijoux en or, un vase à cacao et d'autres éléments. (...)
  • 85 Ces victimes auraient été sacrifiées lors des cérémonies de consécration de l'Étape IVb, vers 1469

32Les offrandes 34 et 39 qui correspondent à deux urnes cinéraires trouvées du côté de Huitzilopochtli incluent plusieurs pièces de jade, avec des objets en or ou en obsidienne. L'urne 34 inclut un bracelet de pierre verte. L'urne 39 inclut plusieurs pièces d'un vert intense (dont deux plaques sculptées de visage humain) et un collier de perles rondes ou tubulaires. Il s'agit manifestement d'objets associés à des individus d'un haut rang social83, destinés à les accompagner dans l'au-delà comme le bracelet de jade représenté dans les Codex Magliabechi et Tudela pour l'enterrement d'un marchand ou seigneur84. L'offrande 17 présente quelques perles de jade éparses au milieu de représentations de Tlaloc et Xiuhtecuhtli, de coraux, coquillages, couteaux, objets en obsidienne et crânes humains de victimes sacrificielles. Deux de ces crânes sont associés à des ornements d'oreille circulaires en pierre verte85.

2.1.2. Offrandes où le jade est associé à des animaux

  • 86 Étape VI (1486-1502). L'offrande a été trouvée côté nord, associé au dieu Tlaloc. Parmi les autres (...)

33L'offrande 107 se caractérise par la présence des ossements de deux jaguars, avec, posés entre eux, trois ensembles de perles de jade : six colliers de perles rondes entourent un premier coquillage marin, sept autres le suivant, et quatre autres plus petits mais avec des perles parfois plus grosses (avec quelques perles tubulaires) un troisième coquillage marin. L'ensemble dépasse les mille perles86. Un crâne de jaguar a été déposé avec une pierre de jade ronde de grande taille entre ses crocs.

Fig. 7 — Crâne de jaguar « avec une perle de grande taille entre ses crocs » mentionné juste après Offrandes où le jade est associé aux animaux. Croquis réalisé par l’auteur.

Fig. 7 — Crâne de jaguar « avec une perle de grande taille entre ses crocs » mentionné juste après Offrandes où le jade est associé aux animaux. Croquis réalisé par l’auteur.
  • 87 Proyecto Templo Mayor, ofrenda 120, artefacto 1325 et 791. Cf. Leonardo López Luján et Ximena Cháv (...)
  • 88 Cf. Leonardo López Luján, Ximema Chávez Balderas et al., « Un portal al inframundo. Ofrendas de an (...)

34Dans une autre offrande un aigle avait été offert avec à ses pattes deux petits bracelets de perles de jade non poli qui semblent lui avoir servi de parure. De même on a trouvé un loup dans l'offrande 120 avec toute une série d'ornements de nez et d'oreille en bois, un collier de coquillages et deux pierres de jade, l'une ronde au niveau de la tête, l'autre quadrangulaire servant de pendentif87. Nous renvoyons aux travaux existants pour l'analyse du symbolisme de ces offrandes d'animaux88.

2.1.3. Offrandes où le jade est associé principalement à l'eau et aux tlaloque

  • 89 Trouvée sous la grande plateforme de la façade principale, cette offrande aurait été réalisée vers (...)
  • 90 Étape IVa (1440-1469). L'offrande a été placée sous la plateforme nord de l'édifice.
  • 91 Nous renvoyons à l'analyse de José Contel, « Tlálloc, el cerro, la olla y el chalchihuitl. Una int (...)

35L'offrande 19 contient dans un coffre en pierre treize figurines en pierre verte avec les attributs peints du dieu de la pluie : sont identifiées comme les tlaloque, ses aides pour faire pleuvoir. Deux colliers de perles vertes rondes (trente-huit au total) y sont associés, servant visiblement d'atours aux aides du dieu de la pluie ou de symbole pour le renouveau végétal89. Suivant le même principe, l'offrande 97 est une boîte de pierre avec couvercle, remplie sur un côté de plusieurs dizaines de perles de pierre verte (dont une de très grande taille), principalement rondes, et de petits coquillages. Une douzaine de figurines de pierre verte, placées debout de l'autre côté, représentent des tlaloque. L'ensemble symboliserait le Tlalocan, au-delà mythique associé au dieu de la pluie, et aurait été placé côté nord (correspondant à Tlaloc) dans le but de faire venir la pluie90. Leonardo López Luján a répertorié au moins vingt-trois vases d'offrandes diverses (dont la 43) posés sur le côté, avec des perles de pierre verte débordant de leur col, symbolisant le déversement de la pluie et l'imitation de l'action des tlaloque, aides du dieu Tlaloc91.

2.1.4. Offrandes où le jade est associé à diverses divinités

  • 92 Étape IVb (1469-1481). Cette offrande a été placée sous la plateforme de la façade sud, correspond (...)
  • 93 Étape IVb (1469-1481). Cette offrande comprenait plus de deux cents éléments.
  • 94 Chambre III, Étape IVa (1469-1481). Le vase est en style Cholula.

36L'offrande 7 présente un petit bracelet de jade de qualité associé à des coraux, coquillages marins, carapaces de tortue, rostre de poisson-scie, têtes de caïman, vases de Tlaloc et Xiuhtecuhtli (présent également sous forme de sculpture92). L'offrande 98 présente quelques rares perles de jade (dont deux tubulaires de grande qualité) et une sculpture de pierre verte représentant un cœur au milieu d'une abondance de masques de pierre, statuettes, coquillages, pointes de flèche en obsidienne, grelots métalliques etc. associés à Xiuhtecuhtli (divinité du feu) et à Tlaloc (divinité de la pluie93). Une offrande présente un coquillage bivalve avec à l'intérieur une perle de jade travaillée, reprenant le principe des offrandes maya classiques. L'offrande la plus spectaculaire est sans doute celle d'un grand vase de céramique peinte et modelée avec une effigie féminine, entièrement rempli de centaines de perles de pierre verte de différentes couleurs (principalement blanc, vert et gris), tailles et formes (principalement des perles rondes). Le vase est à l'effigie de Chicomecoatl, déesse de l'agriculture. Son couvercle montre Tlaloc, dieu de la pluie, en train de verser de l'eau. Les perles de pierre verte sont donc associées à ces deux divinités94. De même, le dépôt de la chambre 1 sous le monolithe de la Coyolxauhqui (représentation de la lune équarrie) inclut plusieurs centaines de petites perles rondes de pierre, certaines plus grandes, et un pectoral en pierre verte avec la représentation d'une divinité de la chasse (Mixcoatl).

  • 95 Leonardo López Luján et Ximena Chávez Balderas, « Al pie del Templo Mayor », op. cit., p. 320-321.

37Enfin l'offrande 125 présente un autre usage du jade comme atour : sur les vingt-sept couteaux de pierre « déguisés », ceux reprenant les attributs d'Ehecatl Quetzalcoatl (divinité du vent) arborent plusieurs perles de jadéite à leur sommet (cinq à six perles rondes), associées à une bande de peau de singe95.

2.2 Représentation de Tlaloc du Codex Ixtlilxochitl fol. 110v

  • 96 Nous ne partageons pas l'opinion de Jacqueline de Durand-Forest que les ornements d'oreille de cet (...)

38Deux attributs de cette divinité de la pluie renvoient au jade : le bracelet à trois rangs de sa main droite et le collier-pectoral atypique96.

2.2.1. Bracelet de jade main droite

  • 97 Détail observé par Jacqueline de Durand Forest. Cf. Jacqueline de Durand-Forest, Codex Ixtlilxochi (...)
  • 98 Cf. Jacqueline de Durand-Forest, Codex Ixtlilxochitl, op. cit., note 157, p. 31 : « Le Codex de Fl (...)

39Il présente trois rangs avec alternance pour deux d’entre eux de perles rondes et de perles tubulaires. Cette alternance est similaire à celle du bracelet de Nezahualpilli97, mais on remarquera que les perles sont plus serrées pour celui-ci et nettement moins pour la divinité, comme si elle avait droit à des perles plus grosses, de meilleure qualité. Jacqueline de Durand-Forest a proposé d'y voir les bracelets dont on ornait les enfants sacrifiés à Tlaloc98.

2.2.2. Glyphe du jade en lieu et place du collier : la symbolique du jade

  • 99 Nous renvoyons aux travaux de Marc Thouvenot que nous remercions de nous avoir signalé ces élément (...)
  • 100 Cf. Jacqueline de Durand-Forest, Codex Ixtlilxochitl, op. cit., p. 31.
  • 101 Comme toute divinité préhispanique son rôle est bien plus complexe. Il est aussi associé à la terr (...)

40On reconnaît au cou de Tlaloc le glyphe rigoureusement exact du chalchihuitl ou jade. Celui-ci peut en effet être représenté en entier ou par un quart comme ici. Il présente les quatre éléments indispensables à l’identification graphique de ce glyphe : un centre (vert mais ici de la couleur du cou de Tlaloc), un cercle rouge (dont la couleur a été respectée par l’artiste), une série de divisions puis enfin les boules caractéristiques99. « Collier en jadeïte : représenté par le glyphe déformé de cette pierre, de sorte que les cercles concentriques sont devenus des languettes placées presque en ligne droite, les disques évidés étant disposés dessous100. » Si le graphisme est parfaitement respecté, l’artiste a néanmoins adapté une partie des couleurs (notamment le vert et le blanc). Tlaloc est ainsi consubstantiellement associé au jade, comme divinité de la pluie et donc du renouveau végétal, la saison des pluies étant vitale pour le Mexique après neuf mois de saison sèche101.

  • 102 Cf. les reliefs en pierre gravée du temple 4 de Pomona. cf. Les masques de jade mayas, op. cit., p (...)

41Une autre divinité emblématique est Chalchiuhtlicue, la parèdre de Tlaloc. Son nom renvoie au jade puisqu'il signifie « sa jupe de jade ». Cette divinité féminine est associée aux cours d’eau et à la végétation. À proprement parler cette jupe de jade existait en zone maya classique, puisqu’on la reconnaît sur les bas-reliefs (perles tubulaires formant des losanges), y compris pour des gouvernants hommes102. On ne la retrouve pas pour l’instant dans l’art aztèque.

2.2.3. Le visage du dieu de la pluie

  • 103 British Museum, AOA Am 1987, Q3. cf. Moctezuma : Aztec Ruler, op. cit., p. 158.

42Le visage du dieu de la pluie est d’apparence monstrueuse pour un Occidental. Pour un Indien il renvoie au glyphe de la pluie, quiahuitl. Présenté de profil (sans doute pour atténuer l’aspect « monstrueux » du visage) il consiste en réalité en l’entrecroisement de deux serpents. Sur un masque en mosaïque de turquoises du British Museum103, on constate que l’artiste préhispanique a pris soin de distinguer les couleurs de ces serpents, ce que le dessin ne peut rendre. Il y a entrecroisement entre un serpent de turquoise (xiuhcoatl) et un serpent vert (qui pourrait être de jade).

  • 104 Codex Telleriano Remensis, fol. 12v. On repère un ornement d'oreille avec un cylindre de jade, et (...)
  • 105 Codex Telleriano Remensis, fol. 12v.
  • 106 Museo Nacional de Antropología, inv. 10-1162.
  • 107 Museo Nacional de Antropología inv. 10-1022, en andésite. Cf. Leonardo López Luján, El capitán Gui (...)
  • 108 Un ancien bas-relief de Tepetzinco représentait un végétal ou un arbre émergeant d'un chalchihuitl (...)

43On retrouve deux « serpents » (caïmans puisque dotés de pattes et d’une protubérance nasale) dans la conception cosmologique aztèque du monde : sur la Pierre du Soleil ils encadrent la représentation du soleil. Or, celui-ci est orné de bijoux (collier, bracelets, ornements d’oreille) que les pigments encore conservés indiquent comme vert, donc de jade. Tonatiuh, dieu du soleil, est donc associé également au jade, de façon tout aussi consubstantielle que Tlaloc puisque sous son visage et collier se trouvent deux glyphes en quinconce associés au jade. Tonatiuh est richement paré d’ornements de jade, y compris dans les manuscrits pictographiques104. Sans doute pour indiquer son rang seigneurial. Plus surprenant, le disque solaire alterne les symboles du feu et du jade : les rayons solaires sont représentés en V inversés et ils alternent avec des « perles » de jade. On le voit dans le panache de plumes que porte le dieu du soleil dans le Codex Telleriano Remensis105. On le voit surtout dans les symboles de la Pierre du Soleil ou de n’importe quel disque solaire représenté en bas relief (Pierre de Tizoc106). Une pierre sacrificielle aztèque de la ville de Mexico décorée de représentations de chalchihuitl en bas-relief permet de comprendre que le jade fait ainsi allusion au sang comme liquide précieux107. Mais on le trouvait aussi associé au monde végétal108.

Conclusion

  • 109 Museo del Templo Mayor, 10-167 726. cf. Aztèques, op. cit., p. 295.
  • 110 Musée du Quai Branly, M. H. 30.100.43. cf. Moctezuma : Aztec Ruler, op. cit., p. 159.
  • 111 Cf. Supra, note 77. On peut y ajouter le petit pendentif en « jade impérial » représentant Quetzal (...)
  • 112 Conservé au Museo Nacional de Antropología.
  • 113 Peabody Museum of Archaelogy, 28-40-20/C10108. Cf. Aztèques, op. cit., p. 304.
  • 114 Musée du Quai Branly, 1887. 101.619.
  • 115 Museum für Völkerkunde, Vienne, 6.096. cf. Aztèques, op. cit., p. 221.
  • 116 Museo Nacional de Antropología, 10-594 485. cf. Aztèques, op. cit., p. 255.
  • 117 Museo Nacional de Antropología, 10-392 930. cf. Moctezuma : Aztec Ruler, op. cit., p. 43.
  • 118 Museum für Völkerkunde, Vienne, 58.896. cf. Aztèques, op. cit., p. 232.

44Les conclusions tirées de l'analyse du folio 110v du Codex Ixtlilxochitl sont à prendre avec précautions. Si dans une offrande du Templo Mayor de Mexico on a bien retrouvé une statuette de Tlaloc en pierre verte109, l'offrande 102, consacrée à Tlaloc, ne présente aucune trace de jadéite : les matériaux offerts sont du papier, des textiles, du bois et des végétaux. De plus il existe une représentation en pierre verte fine de la divinité principale des Aztèques, le dieu de la guerre Huitzilopochtli110. La jadéite est également employée pour confectionner des statues de divinité de taille moyenne ou grande, comme le buste de Quetzalcoatl111, le petit Chac-mool provenant de Tezcoco112, le masque de Coyolxauhqui (déese de la lune113), la sculpture d'une divinité féminine114 ou bien le magnifique vase à pulque fourmillant de représentations de divinités qu'il serait trop long de détailler ici115. On trouve également des effigies de petite taille en pierre verte de divinités, comme Xiuhtecuhtli116. Plus inquiétante est la représentation d'un cœur humain en pierre verte117 ou un cuauhxicalli (récipient servant à recueillir le cœur des victimes sacrifiées) en même matière118, qui relient visiblement jade et sacrifices humains. La religion aztèque préhispanique est bien plus complexe que de simples oppositions binaires.

  • 119 Cf. Christies, catalogue de la vente du 7 juin 2005, lot 38. L'objet mesure 8,5 cm.

45L'histoire coloniale serait passionnante mais trop longue à poursuivre ici. Signalons simplement que les jésuites ont parfaitement compris, comme d’autres ordres religieux, l’enjeu symbolique de cette pierre rare : on trouve ainsi un objet olmèque, sorte de cuillère de jade119, reconverti en objet de la liturgie catholique par l’ajout de symboles chrétiens (monogramme IHS dans un cartouche circulaire), tentative passionnante d’inculturation.

Bibliographie

Anders Ferdinand y Jansen Maarten, Religión, costumbres e historia de los antiguos mexicanos. Libro explicativo del llamado Códice Vaticano A (Codex Vatic. Lat. 3738 de la Biblioteca Apostólica Vaticana), Graz-México, ADEVA-FCE, 1996.

Aztèques, Paris, Citadelles & Mazenod, 2003.

Batalla Rosado Juan José, El Códice Tudela y el grupo magliabechiano : la tradición medieval europea de copia de códices en América, Madrid, Testimonio Compañía Editorial (Thesaurus Americae), 2002.

Berdan Frances F., « Economics Dimensions of Precious Metals, Stones and Feathers : the Aztec State Society », Estudios de Cultura Náhuatl, no 22, 1992, p. 291-323.

Berdan Frances F. et Patricia Rieff Anawalt, The essential Codex Mendoza, Berkeley, University of California Press, 1997.

Broda Johanna, « The Proveniene of the Offerings : Tribute and Cosmovision », in Elizabeth Hill Boone (ed.), The Great Temple of Tenochtitlan, Center and Periphery in Aztec World, Berkeley, University of California Press, 1987, p. 211-256.

Chase Coggins Clemency, « Portable Objects », in Peter Schmidt, Mercedes de la Garza, Enrique Nalda, Maya, Milan, Bompiani-CNCA INAH, 1998, p. 249-255.

Codex Ixtlilxochitl (Bibliothèque nationale, Paris, Ms Mex 65-71), éd. par Jacqueline de Durand-Forest, Graz, ADEVA, Fontes rerum mexicanorum 9, 1976.

Códice Ixtlilxochitl, Ferdinand Anders, Maarten Jansen et Luis Reyes García, Graz-Madrid-Mexico, ADEVA-FCE, 1996.

Codex Mendoza. cf. Frances Berdan.

Códice Vaticano A, éd. par Ferdinand Anders, Maarten Jansen et Luis Reyes García, Graz-Madrid-Mexico, ADEVA- FCE, 1996.

Códice Tudela. cf. Juan José Batalla Rosado.

Códice Magliabecchiano. éd. par Ferdinand Anders, Maarten Jansen et Luis Reyes García, Graz-Madrid-Mexico, ADEVA-FCE, 1996.

Contel José, « Tlálloc, el cerro, la olla y el chalchihuitl. Una interpretación de la lámina 25 del Códice Borbónico », Itinerarios, vol. 8, 2008, p. 153-183.

Contel José, Tlálloc : l'Incarnation de la terre. Naissance et métamorphoses, thèse de doctorat, université de Toulouse-le Mirail, 1999.

Diálogos de Bancroft. cf. Eike Hinz.

Díaz Del Castillo Bernal, Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, Madrid, Historia 16, 1984.

Filloy Nadal Laura, « El jade en Mesoamérica », in Arqueología mexicana, vol. XXIII, no 133 (dossier 30 El jade en Mesoamérica), mai-juin 2015, p. 30-36.

Graulich Michel, Rituales aztecas : las fiestas de las veintenas, Mexico, INI, 1999.

Hernández, Francisco, De antiquitatibus Novae Hispaniae Authore Francisco Hernando medico et historico Philippi II et indiarum omnium medico primario. Codice de la Real Academia de la Historia en Madrid, México, edición facsimilar, Talleres gráficos del museo nacional de arqueología historia y etnografía, 1926.

Hernández Francisco, Antigüedades de la Nueva España, Madrid, Historia 16, 1986.

Hinz Eike, Discursos en mexicano : Alltagsleben am Hof von Tetzcoco in vorspanicher und frühkolonialer Zeit, Berlin, Verlag Von Flemming, Acta Mesoamericana, vol. 1, 1987.

Johansson Patrick, « Tlahtoani y Cihuacoatl : lo distro solar y lo siniestro lunar en el alto mando mexica », Estudios de Cultura Náhuatl, 28, 1998, p. 39-75.

Lesbre Patrick, « Primeros memoriales de Tepepulco : parágrado 14 (ff. 60-61) », in Actas del Congreso Internacional Fray Bernardino de Sahagún y su tiempo, León, Universidad de León, 2000, p. 491-509.

Lesbre Patrick, « Illustrations acolhua de facture européenne ? (Codex Ixtlilxochitl, ff. 105-112) », in Journal de la Société des Américanistes, no 84-2, 1998 (numéro spécial La collection Aubin-Goupil à la Bibliothèque nationale de France), p. 97-124.

López Luján Leonardo, Las ofrendas del Templo Mayor de Tenochtitlan, México, INAH, 1993.

López Luján Leonardo, « Echoes of a Glorious Past. Mexica Antiquarianism », in Alain Schnapp (ed.), World Antiquarianism. Comparative perspectives, Getty Research Institute, 2013, p. 273-294.

López Luján Leonardo, El capitán Guillermo Dupaix y su albúm arqueológico de 1794, Mexico, Ediciones del Museo Nacional de Antropología, 2015.

López Luján Leonardo et Balderas Ximena Chávez, « Al pie del Templo Mayor : excavaciones en busca de los soberanos mexicas », in Leonardo López Luján, Colin McEwan (coord.), Moctezuma II. Tiempo y destino de un gobernante, Mexico, INAH, 2010, p. 294-321 et 332.

López Luján Leonardo, Balderas Ximema Chávez et al., « Un portal al inframundo. Ofrendas de animales sepultadas al pie del Templo Mayor de Tenochtitlan », Estudios de Cultura Náhuatl, vol. 44, julio-diciembre de 2012, p. 9-40.

López Luján Leonardo et Gaida María, « El hacha Humboldt. Un objeto ritual olmeca tallado en jadeitita », in Arqueología mexicana, vol. XXIII, no 133 (dossier 30 El jade en Mesoamérica), mai-juin 2015, p. 56- 61.

López Luján Leonardo et Hernández Ricardo Sánchez, González López Ángel, « El diminuto Quetzalcóatl de jadeita del Templo Mayor », Arqueología mexicana, vol. XXIII, no 133 (dossier 30 El jade en Mesoamérica), mai-juin 2015, p. 65-73.

Mcewan Colin & López Luján Leonardo, Moctezuma Aztec Ruler, London, The British Museum, 2009.

Miller Mary & Martin Simon, Courtly Art of the Ancient Maya, Fine Arts Museums of San Francisco, Thames & Hudson, 2004, p. 236-237.

Olko Justyna, Turquoise Diadems and Staffs of Office. Elite Costume and Insignia of Power in Aztec and Early Colonial Mexico, Varsovia, Polish Society for Latin American Studies, 2005.

Restellini Marc, Les masques de jade mayas, Paris, Pinacothèque de Paris-Gourcuff Gradenico, 2012.

Sahagún Fr. Bernardino de, Primeros memoriales by Fray Bernardino de Sahagún. Paleography of Nahuatl text and English translation by Thelma D. Sullivan, Norman, University of Oklahoma Press, 1997.

Sahagún Fr. Bernardino de, Historia General de las cosas de Nueva España, Mexico, Conaculta (Cien de México), 2000.

Solís Felipe, The Aztec Empire, New York, Guggenheim Museum Publications, 2004.

Thouvenot Marc, Chalchihuitl. Le jade chez les aztèques, Paris, Institut d'Ethnologie, 1982.

Torquemada Fr. Juan de, Monarquía Indiana, México, UNAM, 1975

The Olmec World. Ritual and Rulership, The Art Museum, Princeton University, 1996.

Van Doesburg Geert Bastiann y Carrera González Florencio, Códice Ixtlilxochitl. Apuntaciones y pinturas de un historiador. Estudio de un documento colonial que trata del calendario naua, Graz-Mexico, ADEVA-FCE, 1996.

Wagner Elizabeth, « Le jade : l'or vert des Mayas », in Nikolai Grube (dir.), Les Mayas. Art et civilisation, Köln, Könemann, 2000, p. 66-69.

Notes

1 Pour une présentation générale nous renvoyons à l'article de Laura Filloy Nadal, « El jade en Mesoamérica », Arqueología mexicana, vol. XXIII, no 133 (dossier 30 El jade en Mesoamérica), mai-juin 2015, p. 30-36.

2 La plus célèbre est sans doute celle d'un homme debout portant un bébé-jaguar, en prêt au Brooklyn Museum. cf. Michael D. Coe, The Olmec World :Ritual and Rulership, The Art Museum, Princeton University, 1996, p. 160.

3 Celui de Dumbarton Oaks a été réutilisé à l'époque maya préclassique. cf. p. 250-251.

4 Boston Museum of Fine Arts, Dallas Museum of Art, collections privées cf. The Olmec World, op. cit., p. 157, 270, 272, 269, etc.

5 Le premier objet olmèque publié dans un ouvrage scientifique fut la hache de Humboldt au xixe siècle. cf. Leonardo López Luján, María Gaida, « El hacha Humboldt. Un objeto ritual olmeca tallado en jadeitita », Arqueología mexicana, vol. XXIII, no 133 (dossier 30 El jade en Mesoamérica), mai-juin 2015, p. 56- 61.

6 Christies, New York, catalogue 1775, 21 novembre 2006, lot 8 (le perforateur mesure 23 cm).

7 Christies, New York, catalogue 1775, 21 novembre 2006, lot 5 (deux sourcils de 6,3 cm, chacun présentant 4 excroissances).

8 Brooklyn Museum, cf. The Olmec World, op. cit., p. 256.

9 The Art Museum, Princeton University, cf. The Olmec World, op. cit., p. 257.

10 Cf. Elizabeth Wagner, « Le jade : l'or vert des Mayas », in Nikolai Grube (dir.), Les Mayas. Art et civilisation, Köln, Könemann, 2000, p. 66-69 ; Clemency Chase Coggins, « Portable Objects », in Peter Schmidt, Mercedes de la Garza, Enrique Nalda, Maya, Milan, Bompiani-CNCA INAH, 1998, p. 249-255 (pour la section consacrée au jade).

11 Les plus importants sont ceux de Palenque, (tombe du souverain Pakal, de l'an 683), Tikal (tombe 160, vers l'an 600) et Calakmul (tombes 1 des bâtiments III et VII). cf. Maya, op. cit., p. 368 et 372-373, 382-383 (et 554-555). On en trouve également provenant d'Oxkintok, Yucatán ou de Dzibanché ou La Rovirosa (Quintana Roo). cf. Marc Restellini, Les masques de jade mayas, Paris, Pinacothèque de Paris-Gourcuff Gradenico, 2012, respectivement p. 84-85 et 147-154 (Palenque), 189-193 et 204-205 (Calakmul), 238-241 (Oxkintok), 94-95 et 111, 123 (Dzibanché) et 97 (La Rovirosa).

12 Cf. Copán, chambre à offrande de l'an 755, du bâtiment 10L-26 (vers 400 apr. J.-C.). Copán, Museo Regional de Arqueología.

13 Cf. ceux des tombes de Calakmul, Les masques de jade mayas, op. cit., p. 216-218. Le catalogue Christies 5329 du 6 décembre 2005 présente deux masques miniatures remarquables (lots 429 et 442).

14 La tombe de Pakal à Palenque a permis de retrouver sa ceinture royale (la plus raffinée de la zone maya) avec notamment des masques miniatures et plaques. Elle est conservée au Museo Nacional de Antropología de Mexico. Cf. Mary Miller, Simon Martin, Courtly Art of the Ancient Maya, Fine Arts Museums of San Francisco, London, Thames & Hudson, 2004, p. 236-237. Une autre ceinture royale a été trouvée à Palenque, tombe 3 du Temple Oublié cf. Les masques de jade mayas, op. cit. p. 145. Une magnifique plaque de ceinture ouvragée est conservée au Kimbell Art Museum, AP2004_05L.

15 Le disque représente le calice de la fleur, la perle tubulaire (surmontée d'un petit disque ornemental et d'une perle) représente le pistil. Parfois il s'agit de simples disques, avec une fleur gravée. cf. Maya, op. cit., p. 558-559 (notamment pour le magnifique ornement d'oreille élaboré de Copan). cf. Les masques de jade mayas, op. cit., p. 264-265 (pour les ornements d'oreille de Palenque).

16 Pour toutes ces parures la tombe 116 de Tikal du souverain Jasaw Chan K'awill (vers 733) est un très bon exemple (collier de 114 grosses perles rondes). Pour des colliers et bracelet de Calakmul cf. Mary Miller, Simon Martin, Courtly Art of the Ancient Maya, op. cit., p. 70-71 et 104 (pour un rare collier en filet) ; ou bien Les masques de jade mayas, op. cit., p. 194-197. Le cénote de Chichen Itza a permis de retrouver comme offrande un magnifique collier de Palenque datant de 695 avec un pendentif en forme de barre. Peabody Museum of Archaelogy and Ethnology. Cf. Mary Miller, Simon Martin, Courtly Art of the Ancient Maya, op. cit., p. 220.

17 Fine Arts Museum of San Francisco, 1988.4. Cf. Mary Miller, Simon Martin, Courtly Art of the Ancient Maya, op. cit., p. 86.

18 La plus connue étant celle de Nebaj représentant un roi maya avec son nain. Museo Nacional de Arqueología y Etnología de Guatemala, MNAE 4733. Cf. Mary Miller, Simon Martin, Courtly Art of the Ancient Maya, op. cit., p. 147. Pour d'autres exemples de plaques cf. Maya, op. cit., p. 588-589.

19 Cf. celui de la tombe 196 (souverain Yik'in Chan K'awil), du viiie siècle. Museo Nacional de Arqueología y Etnología, Ciudad Guatemala (11080a et b). cf. Maya, op. cit., p. 356 (et 590). La tombe 116 en comprenait également un.

20 Cf. Le magnifique spondyle gravé de la tombe du Temple du Hibou à Dzibanché. cf. Les masques de jade mayas, op. cit. p. 107.

21 Cf. celles de la tombe de Pakal à Palenque en 683. cf. Les masques de jade mayas, op. cit., p. 256-257.

22 Cf. la tête du jeune dieu du maïs en jade posée dans un récipient en pierre, provenant de Tonina. National Gallery of Australia, Canberra 78.1297. Cf. Mary Miller, Simon Martin, Courtly Art of the Ancient Maya, op. cit., p. 72. En plus petit il y a la tête retrouvée dans le Cénote de Chichen Itza, du Peabody Museum of Archaelogy, celle de Dzibanché, ou les têtes miniatures de Cerros (Belize). cf. Maya, op. cit., respectivement p. 254, 581 et 560.

23 Monument 26 de Tonina, Museo Nacional de Antropología de Mexico, 10-001 259. cf. Maya, op. cit., p. 325.

24 Outre les innombrables stèles de Tikal, on peut indiquer par exemple la stèle 2 de Machaquila, la stèle 21 de Calakmul, ou la stèle 6 de Piedras Negras avec des seigneurs richement parés. cf. Maya, op. cit., p. 326, 327 et 330.

25 Cf. les linteaux de Yaxchilan par exemple où apparaissent les seigneurs mayas avec collier, bracelets, ornements d'oreille et pectoral. Kimbell Art Museum, Forth Worth (AP 1971_07). Cf. Mary Miller, Simon Martin, Courtly Art of the Ancient Maya, op. cit., p. 31.

26 Comme ceux de Palenque par exemple, aussi bien en pierre (panneau 2 de Dumbarton Oaks, temple 21, temple 19) qu'en stuc (temple 19). Cf. Mary Miller, Simon Martin, Courtly Art of the Ancient Maya, op. cit., respectivement p. 219-220, 232-233, 262 et p. 211. Ou bien l'autel Q de Copan avec la représentation de la dynastie, chacun des dix-sept souverains portant la plupart des ornements cités.

27 Cf. Lord of the jaguar pelt vase, National Gallery of Victoria, Melbourne (Vernon No 68 966). Ou bien le vase de Princeton représentant une divinité attachant le bracelet à plusieurs rangs d'une jeune femme (Princeton University Art Museum, y1975-17). Cf. Mary Miller, Simon Martin, Courtly Art of the Ancient Maya, op. cit., respectivement p. 36 et 77.

28 Qu'ils soient en pierre ou en céramique, comme ceux de Palenque. Cf. Mary Miller, Simon Martin, Courtly Art of the Ancient Maya, op. cit., p. 224-228.

29 Cf. Román Piña Chán, « Jaina : Its Funerary Art », in Maya, op. cit., p. 387-399. Figurine d'un joueur de balle, Princeton University Art Museum, 1998-36. Cf. Mary Miller, Simon Martin, Courtly Art of the Ancient Maya, op. cit., p. 90. Figurine d'un seigneur debout, avec un lourd collier à grosses perles rondes, certaines sculptées : Museo Nacional de Antropología de Mexico, 10-078 161, cf. Maya, op. cit., p. 389 (et 546).

30 Cf. le panneau ovale de Palenque. cf. Maya, op. cit., p. 298.

31 Les deux premiers sont conservés au British Museum (1886-316 et 317). Le troisième au Museo de Nacional de Antropología e Historia de México (10-9790). Cf. Mary Miller, Simon Martin, Courtly Art of the Ancient Maya, op. cit., p. 106-109.

32 Cf. la stèle de la reine Ix Mutal Ahaw en l'an 761, Fine Arts Museum of San Francisco, 1999-42a-k. cf. Mary Miller, Simon Martin, Courtly Art of the Ancient Maya, op. cit., p. 102-103 et 92, 98. Cf. la stèle 24 de Naranjo etc.

33 Cf. la figurine d'une femme noble assise préparant la cuisine, mais portant deux magnifiques bracelets à plusieurs rangs, un grand collier à grosses perles rondes et des ornements d'oreille élaborés. Yale University Art Gallery, 1973.88.4. Cf. Mary Miller, Simon Martin, Courtly Art of the Ancient Maya, op. cit., p. 114. Ou celle d’une femme debout ou d’une femme scribe, elles aussi richement parées : Museo Nacional de Antropología de Mexico, 10-078 186, in Maya, op. cit., p. 392 (et 548) et 268.

34 Cf. un encensoir de Palenque à visage féminin. Museo de sitio de Palenque, 10-479 190. Cf. Mary Miller, Simon Martin, Courtly Art of the Ancient Maya, op. cit., p. 226.

35 Cf. la fouille en 2005 de la reine Waka par David Lee (Waka Project). Un magnifique ornement de jade et plusieurs éléments ont été trouvés.

36 Museo de sitio de Tonina, 1-601 697 5/10. Cf. Mary Miller, Simon Martin, Courtly Art of the Ancient Maya, op. cit., p. 119.

37 Il est impossible ici de résumer la présence du jade dans les cultures du Mexique central de l'époque classique (Teotihuacan), épi-classique (Cacaxtla) ou postclassique (Toltèques). Signalons simplement qu'à Teotihuacan les peintures murales attestent de la présence de divinités richement parées, notamment de boucles d'oreilles rondes, de colliers, et d'un ornement de nez rectangulaire en jade (Tetitla, portique 11). Il en va de même pour les personnages qui apparaissent dans les peintures murales de Cacaxtla, notamment celle du marchand.

38 Le terme aztèque est récusé par les Mexicains qui préfèrent celui de mexica. Mais celui-ci est trompeur puisqu'il désigne une ethnie (qu'on peut subdiviser entre Tenochcas, habitants de Tenochtitlan, et Tlatelolcas, habitants de Tlatelolco). La vallée centrale de Mexico est une mosaïque d'ethnies (Tépanèques, Colhuas, Acolhuas, etc.). Le terme aztèque présente l'avantage de réunir les ethnies partageant cette culture commune (imposée par les conquêtes de l'empire à partir de 1428).

39 Codex Ixtlilxochitl, (BNF, manuscrit mexicain 065-071), fol. 106r et 108r.

40 Codex Ixtlilxochitl, fol. 105r et 107r.

41 Codex Ixtlilxochitl, fol. 110r.

42 Paléographie et traduction de l'auteur. Texte original : « Auhçanoiuhqui, inchalchiuitl, inteuxiuitl, inquetzalchalchiuitl, iniztac chalchiuitl, intlapalteuilutl, inacatic quetzalchalchiuitl, intomatic chalchiuitl inteuilacachiuhqui, inquetzalchalchiuitl, inxitic, chalchiuitl, y yeixquich, y yemuchi camuchi intonal intlatoque. »

43 Respectivement Codex Mendoza, fol. 43r, 37r, 52r, 46r et 47r.

44 La province de Tepequacuilco doit payer tous les 80 jours un tribut comportant 5 bracelets de grosses perles tubulaires encadrant des perles rondes (chaque bracelet comprend 8 ou 9 perles). La province de Tuchpan (zone huastèque) verse des bracelets similaires (de 9 perles), limités à 2 par versement de tribut. La province de Coixtlahuaca (dans la zone mixtèque) paie 2 bracelets similaires mais plus petits (chaque bracelet comporte 6 perles). Le tribut le moins lourd en jade est celui versé par la province de Xoconochco : il consiste en deux bracelets alternant perles rondes et tubulaires (8 perles), mais la périodicité pour les versements est limitée à deux fois par an, contrairement aux autres provinces tributaires, du fait de la distance considérable. Le fait que les bracelets soient plus gros que sur les autres planches tributaires semble plutôt dû à l'intention de les mettre en valeur et de remplir la page, plutôt qu'à celle d'indiquer une taille de perles plus importante que d'ordinaire. Cf. Codex Mendoza, respectivement fol. 37r, 52r, 43r et 47r.

45 La province de Tochtepec (côte du Golfe) est sans doute celle qui paie le tribut le plus considérable en jade. Outre 4 bracelets alternant perles rondes et perles tubulaires (de 9 perles), elle doit aussi verser 3 bracelets de perles rondes (de 8 perles) et 3 autres bracelets d'une seule perle mais de grosse taille. cf. Codex Mendoza, fol. 46r. Voir fig. 2.

46 Bernal Díaz del Castillo, Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, Madrid, Historia 16, 1984, vol. 1, p. 465 : « más no deje de apañar de una petaquilla que allí estaba cuatro chalchihuites, que son piedras muy preciadas entre los indios, [...] y aun entonces Cortés mandó tomar la petaquilla con los chalchihuites que quedaban [...] los cuales me fueron muy buenos para curar mis heridas y comer del valor dellos. »

47 Date 8 Acatl, décrit par León y Gama « es de aquella especie de piedras de color verdioso, que aquí llaman vulgarmente Chalchihuites. » L'original est malheureusement perdu. cf. Leonardo López Luján, El capitán Guillermo Dupaix y su albúm arqueológico de 1794, Mexico, Ediciones del Museo Nacional de Antropología, 2015, p. 197. On en trouve un exemple dans la stèle commémorative de l'inauguration d'un acqueduc par Ahuizotl en 1487 (représenté avec son prédécesseur Tizoc). La stèle est en pierre verte et mesure 92 cm de haut. Cf. Museo Nacional de Antropología. México. Libro guía, Conculta-Inah/Lunwerg editores, 2004, p. 146.

48 Cuauhtlatzacuilotzin est désigné comme cihuacoatl dans un document rédigé en nahuatl, les Dialogues de Bancroft. Ce document est tardif, mais reprend très certainement un élément historique, même s'il a tendance ensuite à déformer et reconstituer les traditions orales qu'il prétend consigner.

49 Pour plus de détails sur la fonction du cihuacoatl dans l'organisation politique aztèque nous renvoyons à l'article de Patrick Johansson, « Tlahtoani y Cihuacoatl : lo distro solar y lo siniestro lunar en el alto mando mexica », Estudios de Cultura Náhuatl, 28, 1998, p. 39-75.

50 Matzopetztli CF lib VII chap. 9, p. 27 et chap. 17 ; Sahagún HG lib VIII, chap. 9.

51 Son identification se base sur la terminologie du Codex de Florence. Cf. Jacqueline de Durand-Forest, Codex Ixtlilxochitl, Graz, ADEVA, 1976, p. 30 : « composé d’une pierre vert pâle, à embout en or. Il s’agit, peut-être, d’une variété de chalchihuitl. Dans ce cas, ce serait le « chalchiuhtentetl coztic teucujtlatic (i)callo : labret en jadéite à embout en or. »

52 Bernardino de Sahagún, Historia General de las cosas de Nueva España, Mexico, Conaculta, 2000, p. 742 (lib. VIII, cap. 9) : « También traían un barbote de chalchíhuitl engastonado en oro, metido en la barba. »

53 Ce qui pourrait renvoyer aux bracelets de perles rondes versés par la province de Tochtepec, même s'ils comportent 8 perles.

54 Cf. Jacqueline de Durand-Forest, Codex Ixtlilxochitl, op. cit., p. 29 : « matzopeztli yn cuetlaxtli uey (chalchihuitl ololiuhqui anoço) teuxiui ipan ca yn imaquechatl quitlalia : bracelet fait d’une lanière de cuir sur laquelle se trouve une grosse jadéïte ronde, ou une turquoise, qu’il met à son poignet. CF lib. VIII, chap. 9, p. 27 et chap. 17, p. 56. Sahagún HG, lib. VIII, chap. 9, p. (cuir foulé avec baume du Pérou extrait de l’arbre uitziluxitl) ».

55 Codex Vaticano A, fol. 57v, 58rv et 59r. Des ornements de plumes, de coquillages, des textiles sont reconnaissables, mais pas d'éléments en jade.

56 C'est ainsi qu'il est représenté dans la Roue de Boban, qui oublie le souverain de Tlacopan, troisième co-fondateur de l'empire aztèque.

57 D'ordinaire l'ichcahuipil est une armure en coton matelassé. Dans la représentation du Codex Ixtlilxochitl elle semble recouverte d'une couche de plumes bleu (peut-être de xiuhtototl, cotinga).

58 British Museum, mm033787 : guerrier aigle de 14,5x6 cm.

59 « Sa statue, son bouclier, drapeaux, trompettes, flûtes, armes et autres ornements qu’il avait l’habitude de porter aussi bien à la guerre que dans les danses collectives et que nous avons trouvés conservés avec un très grand respect religieux, [...] j'ai pris soin qu'ils soient peints [...] » Francisco Hernández, De antiquitatibus Novae Hispaniae, op. cit., fol. 74r (lib. II, cap. 13) : « praecepit huius imaginem, parmam, insignia, tubas, tibias, ac tela caeteraque ornamenta, quibus tum bello, tû etias publicis tripudijs exercendis uti consueverat, quae magna reperimus religione servata, [...]de pingi curavimus, [...]. » Cf. Hernández, Antigüedades de la Nueva España, op. cit., p. 133.

60 Codex Vaticano A, fol. 60r. Il porte un collier en coquillage et sa cape semble brodée de turquoises. Nous avons déjà mentionné l'absence d'éléments de jade dans les portraits de guerriers de haut-rang. Curieusement un grand collier et un bracelet de jade à perles rondes sont représentés dans le portrait d'une femme, sans doute huastèque (fol. 61r), sans que son rang soit précisé.

61 Relación geográfica de Coatepec, novembre 1579, p. 146 : « Los caciques traían sus tiaras, y sus orejeras y bezotes de oro bajo, y, algunos, de piedras verdes q[ue] llaman Chalchihuis. »

62 Cf. Jacqueline de Durand-Forest, Codex Ixtlilxochitl, op. cit., p. 31 et 30.

63 Sahagún, Historia General de las cosas de Nueva España, op. cit., p. 742 (lib. VIII, cap. 9) : « Traían también atada a las muñecas una correa gruesa negra, sobada con bálsamo, y en ella una cuenta gruesa de chalchihuitl o otra piedra preciosa. »

64 Torquemada, Monarquía Indiana, México, UNAM, 1975, vol. 1, p. 163 (lib. II, cap. 22) : « y que las ajorcas que en sus brazos traían eran cueros en que la cuerda del arco batía. »

65 Cf. Jacqueline de Durand-Forest, Codex Ixtlilxochitl, op. cit., p. 31.

66 Cf. Jacqueline de Durand-Forest, Codex Ixtlilxochitl, op. cit., note 146, p. 31 : « Si xoxouhqui indique à la fois la couleur bleue et la couleur verte, le labret représenté ici pourrait également s’appeler xoxouhqhuitenzacatl. »

67 Jacqueline de Durand-Forest avait envisagé cette hypothèse, Codex Ixtlilxochitl, op. cit., note 141 p. 30 : « Si la couleur de la pierre avait été plus nettement bleue, il aurait pu s’agir du labret en cristal transparent, dans lequel était glissée une plume de “xiuhtototl” (amabilis cotinga), ce qui lui donnait une jolie couleur bleu-émeraude. Cf. CF lib. VIII, chap. 9. »

68 L'ornement de nez tubulaire (rite de passage des guerriers), aurait fait passer le souverain de Tezcoco pour un sauvage aux yeux des Espagnols du xvie siècle pour qui cette illustration a été réalisée. C'est pourquoi il a été subtilement censuré. Cf. Lesbre, « Illustrations acolhua de facture européenne ? (Codex Ixtlilxochitl, f. 105-112) », Journal de la Société des Américanistes, no 84-2, 1998 (numéro spécial La collection Aubin-Goupil à la Bibliothèque nationale de France), p. 97-124.

69 Cf. l'étude de Justyna Olko, Turquoise Diadems and Stafs of Office. Elite Costume and Insigna of Power un Azteca and Early Colonial Mexico, Varsovia, Polish Society for Latin American Studies, 2005, p. 176-177. En revanche on le trouve curieusement sur la sculpture d'un porte-étendard du Museo Nacional de Antropología, inv. 10-81 660 (plus connue sous le nom de El indio triste). cf. Aztèques, Paris, Citadelles & Mazenod, 2003, p. 287.

70 Plusieurs souverains mayas de l'époque classique portent un collier-plastron à plusieurs rangs de perles de jade (5 à 6), le plus souvent rectangulaires. Parfois vient s'y adjoindre un pendentif en forme de barre cérémoniel. Si on fait abstraction du pendentif, le collier-plastron est très proche malgré l'écart d'au moins six à huit siècles. Le plus proche de celui porté par Nezahualpilli serait celui des souverains d'Aguateca, sur les stèles 1 et 3, si on fait abstraction du masque en son centre : ils portent un collier-plastron de quatre rangs de grosses perles ni tout à fait rectangulaires, ni tout à fait rondes (avec sans doute un 5e rang de perles plus discrètes). La stèle 51 de Calakmul présente un ornement similaire, avec des perles rondes et rectangulaires : de plus le pendentif proéminent semble dissocié, relevant d'un collier à perles rondes dont le relief est plus marqué. Du coup il attesterait bien de la présence d'un ornement très proche de celui de Nezahualpilli parmi les souverains mayas classiques. Ce que confirmerait la tombe d'un souverain de Calakmul qui présente un collier-plastron de six rangs de perles rondes, sur lequel est posé un collier simple à perles rondes plus grosses portant un pendentif géométrique. Un autre exemple archéologique est le collier-plastron de la tombe de Pakal à Palenque, où on distingue bien cet élément (avec au moins 9 rangs de perles tubulaires) de trois colliers simples (deux à perles rondes, le 3e alternant avec des perles tubulaires) posés par dessus. Dans les représentations figurant sur les stèles l'un des plus discret serait celui de la stèle d'El Perú datant de 692, qui comprend 4 rangs peu voyants, l'accent étant mis sur le pendentif et la ceinture cérémonielle (Kimbell Art Museum, AP1970_02L). Sur une stèle du temple IV de Pomomna on trouve un collier à 5 rangs de perles qui couvre une partie des épaules ; le souverain d'Aguateca arbore un collier-plastron d'au moins six rangs de perles rondes sur la stèle 2 (un collier simple avec un magnifique pendentif en forme d'oiseau semble posé par-dessus). Il semble y avoir une évolution de cet ornement puisque dans nombre de stèles il s'agit d'un véritable collier à 2 ou 3 rangs, qui ne couvre pas un espace important (cf. la stèle 31 de Tikal ou la stèle 9 de Lamanai). L'autre extrême serait le plastron en jade avec plusieurs masques porté par le souverain sur la stèle 10 de Xultun (Proskouriakoff 1950, fig. 76c). On signalera que cet élément n'est pas exclusivement masculin puisque la reine Xok porte un magnifique collier-plastron à six rangs de perles de jade (4 rangs de perles rectangulaires, 2 autres — le premier et le dernier de perles plus petites) avec un masque en son centre (cf. le linteau 24 de Yaxchilan, British Museum ; on l'entrevoit également partiellement sur le linteau 25 : il est de la même facture et totalement similaire à celui porté par le fondateur de la dynastie de Yaxchilan apparaissant dans sa vision).

71 Ces dénominations apparaissent dans les Primeros memoriales, §14. Elles désignent tout simplement un jade précieux en forme de tomate ou en forme de roseau.

72 Francisco Hernández, De antiquitatibus Novae Hispaniae Authore Francisco Hernando medico et historico Philippi II et indiarum omnium medico primario. Codice de la Real Academia de la Historia en Madrid, México, edición facsimilar, Talleres gráficos del museo nacional de arqueología historia y etnografía, 1926, fol. 40r (lib. I, cap. 20) : « tetzcoqnsis uero dominus timpano quodam parvo, quod appensum gerebat [rectifié au-dessus encre plus claire en : humeris.] quales nos apud tetzcoqnses magna religione servatum cum vestibus caeteroque ornatu bellico naçahoalcoyotzin, et necahoalpilçintli regum tetzcoqui vidimus accu-ravimus it alia certa imitatio nec primêdus » cf. Hernández, Antigüedades de la Nueva España, Madrid, Historia 16, 1986, p. 92.

73 Détail relevé par Jacqueline de Durand-Forest. Cf. Jacqueline de Durand-Forest, Codex Ixtlilxochitl, op. cit., p. 31 : « le bracelet que l’on aperçoit est identique au collier-plastron. » « C’est sans doute le “matzopetztli chalchiujtl vei ipanca” (le bracelet muni de grosses pierres de chalchihuitl). »

74 British Museum, AOA Q82 Am 860 (Tepetlacalli d'Ahuizotl). cf. Colin Mcewan, Leonardo López Luján, Moctezuma : Aztec Ruler, London, The British Museum Press, 2009, p. 53-54.

75 Museo Nacional de Antropología, inv. 10-1078. Outre le collier-plastron à quatre rangs serrés et un cinquième espacé, on remarquera un bracelet de quatre rangs également serrés. La présence de ces deux éléments, tout comme pour Nezahualpilli, pourrait indiquer des bijoux en jade.

76 Musée du Quai Branly 71.1887.155.20 collection Latour-Allard.

77 British Museum, AOA Am 1825.1210.11. cf. Moctezuma : Aztec Ruler, op. cit., p. 162-163.

78 Cette tête trouvée avant les fouilles du Grand Temple, mais à proximité immédiate de celui-ci, renvoie bien aux usages de la jadéïte et autres pierres vertes semi-précieuses associées à diverses divinités. Cette tête fait 80 cm de haut, 85 de largeur et 68 d'épaisseur. Cf. Museo Nacional de Antropología. México. Libro guía, op. cit., p. 179.

79 Nous renvoyons au travail de Leonardo López Luján, Las ofrendas del Templo Mayor de Tenochtitlan, México, INAH, 1993 et à ceux qui ont suivis.

80 Caja de Tizapán. A l'intérieur on a trouvé une petite sculpture en pierre verte de la déesse du maïs tendre, Xilonen. Cf. Museo Nacional de Antropología. México. Libro guía, op. cit., p. 143.

81 Cf. Michel Graulich, Rituales aztecas : las fiestas de las veintenas, Mexico, INI, 1999 ; cf. Johanna Broda, « The Proveniene of the Offerings : Tribute and Cosmovision », in Elizabeth Hill Boone (ed.), The Great Temple of Tenochtitlan, Center and Periphery in Aztec World, Berkeley, University of California Press, 1987, p. 211-256.

82 Cf. Felipe Solís, The Aztec Empire, New York, Guggenheim Museum Publications, 2004, p. 164 et 160. Museo del Templo Mayor 10-168 803 et 10-220 032. On peut y ajouter plusieurs autres éléments de Teotihuacan dont une tête de figurine en pierre verte de l'offrande 144 ou une céramique orangée de l'offrande V de la Maison des Aigles. Cf. Leonardo López Luján, « Echoes of a Glorious Past. Mexica Antiquarianism », in Alain Schnapp (ed.), World Antiquarianism. Comparative perspectives, Los Angeles, Getty Research Institute, 2013, fig. 3, p. 275 et p. 10 p. 97, p. 12 p. 98.

83 Étape II (1375-1395) du Grand Temple de Mexico.

84 Codex Tudela, fol. 59r. On aperçoit plusieurs bijoux en or, un vase à cacao et d'autres éléments. De part et d'autre du paquet funéraire sont visibles deux courroies de cuir rouge comprenant chacune deux perles de jade. Plus loin apparaît un bracelet de cuir rouge avec une perle de jade ronde. La glose parle d'enterrement de négociant (« enterramiento de mercader »), mais ces éléments ne sont pas exclusifs à cette couche sociale.

85 Ces victimes auraient été sacrifiées lors des cérémonies de consécration de l'Étape IVb, vers 1469.

86 Étape VI (1486-1502). L'offrande a été trouvée côté nord, associé au dieu Tlaloc. Parmi les autres éléments se trouve un crâne humain d'un homme, des couteaux de pierre et des couteaux miniatures en obsidienne.

87 Proyecto Templo Mayor, ofrenda 120, artefacto 1325 et 791. Cf. Leonardo López Luján et Ximena Chávez Balderas, « Al pie del Templo Mayor : excavaciones en busca de los soberanos mexicas », in Leonardo López Luján, Colin McEwan (coord.), Moctezuma II. Tiempo y destino de un gobernante, Mexico, INAH, p. 310-311.

88 Cf. Leonardo López Luján, Ximema Chávez Balderas et al., « Un portal al inframundo. Ofrendas de animales sepultadas al pie del Templo Mayor de Tenochtitlan », Estudios de Cultura Náhuatl, vol. 44, julio-diciembre de 2012, p. 9-40.

89 Trouvée sous la grande plateforme de la façade principale, cette offrande aurait été réalisée vers 1470.

90 Étape IVa (1440-1469). L'offrande a été placée sous la plateforme nord de l'édifice.

91 Nous renvoyons à l'analyse de José Contel, « Tlálloc, el cerro, la olla y el chalchihuitl. Una interpretaciín de la lámina 25 del Códice Borbónico », Itinerarios, vol. 8, 2008, p. 153-183.

92 Étape IVb (1469-1481). Cette offrande a été placée sous la plateforme de la façade sud, correspondant à Huitzilopochtli.

93 Étape IVb (1469-1481). Cette offrande comprenait plus de deux cents éléments.

94 Chambre III, Étape IVa (1469-1481). Le vase est en style Cholula.

95 Leonardo López Luján et Ximena Chávez Balderas, « Al pie del Templo Mayor », op. cit., p. 320-321.

96 Nous ne partageons pas l'opinion de Jacqueline de Durand-Forest que les ornements d'oreille de cette divinité aient pu être en jadéite : « disque retenant un pendentif circulaire, sans doute en chalchihuitl ». Cf. Jacqueline de Durand-Forest, Codex Ixtlilxochitl, op. cit., p. 31.

97 Détail observé par Jacqueline de Durand Forest. Cf. Jacqueline de Durand-Forest, Codex Ixtlilxochitl, op. cit., p. 31 : « Au poignet droit : on aperçoit un bracelet de pierres rondes et rectangulaires en jadéite, assez semblable à celui de Nezahualpilli. Sans doute les bracelets, dont on ornait les enfants qui allaient être sacrifiés à Tlaloc, ressemblaient-ils à celui-là. »

98 Cf. Jacqueline de Durand-Forest, Codex Ixtlilxochitl, op. cit., note 157, p. 31 : « Le Codex de Florence dit, en effet, qu’on leur mettait des bracelets de chalchiuitl « quimomacuextitiuj chalchiujtl » (libr. II, chap. 20, p. 43). Ce bijou était peut-être le « chalchiuhmacuextli », bracelet de jadéite, que le Souverain offrait à ses vassaux (C.F. lib. VIII, chap. 14, p. 44). S’il en était ainsi, le « chalchiuhmacuextli » et le « matzopetztli chalchiujtl vei ipanca » (le bracelet muni de grosses pierres de chalchiutl) seraient un seul et même bracelet. »

99 Nous renvoyons aux travaux de Marc Thouvenot que nous remercions de nous avoir signalé ces éléments. Cf. Marc Thouvenot, Chalchihuitl. Le jade chez les aztèques, Paris, Institut d'Ethnologie, 1982.

100 Cf. Jacqueline de Durand-Forest, Codex Ixtlilxochitl, op. cit., p. 31.

101 Comme toute divinité préhispanique son rôle est bien plus complexe. Il est aussi associé à la terre et au pouvoir politique, à certaines maladies liées à l'eau ou au maïs. Cf. José Contel, Tlálloc : l'Incarnation de la terre. Naissance et métamorphoses, thèse de doctorat, université de Toulouse-le Mirail, 1999.

102 Cf. les reliefs en pierre gravée du temple 4 de Pomona. cf. Les masques de jade mayas, op. cit., p. 43.

103 British Museum, AOA Am 1987, Q3. cf. Moctezuma : Aztec Ruler, op. cit., p. 158.

104 Codex Telleriano Remensis, fol. 12v. On repère un ornement d'oreille avec un cylindre de jade, et les éléments d'une coiffe de plumes avec à la base trois grosses perles de jade ronde et un ornement de coiffe au-dessus du front.

105 Codex Telleriano Remensis, fol. 12v.

106 Museo Nacional de Antropología, inv. 10-1162.

107 Museo Nacional de Antropología inv. 10-1022, en andésite. Cf. Leonardo López Luján, El capitán Guillermo Dupaix..., op. cit., p. 39. Il serait trop long ici d'analyser les représentations du glyphe chalchihuitl dans l'art aztèque. Signalons simplement que sous la cathédrale de Mexico un édifice aztèque a été trouvé avec des bas-reliefs de ce type (édifice A dit Temple du Soleil).

108 Un ancien bas-relief de Tepetzinco représentait un végétal ou un arbre émergeant d'un chalchihuitl. Cf. Leonardo López Luján, El capitán Guillermo Dupaix..., op. cit., p. 57. Signalons la sculpture aztèque d'une courge en pierre verte. Cf. Museo Nacional de Antropología. México. Libro guía, op. cit., p. 151.

109 Museo del Templo Mayor, 10-167 726. cf. Aztèques, op. cit., p. 295.

110 Musée du Quai Branly, M. H. 30.100.43. cf. Moctezuma : Aztec Ruler, op. cit., p. 159.

111 Cf. Supra, note 77. On peut y ajouter le petit pendentif en « jade impérial » représentant Quetzalcoatl, parmi les plus de 12 000 objets de l'offrande 126 (artefact 779), Cf. Leonardo López Luján, Ricardo Sánchez Hernández, Ángel González López, « El diminuto Quetzalcóatl de jadeita del Templo Mayor », in Arqueología mexicana, vol. XXIII, no 133 (dossier 30 El jade en Mesoamérica), mai-juin 2015, p. 65-73.

112 Conservé au Museo Nacional de Antropología.

113 Peabody Museum of Archaelogy, 28-40-20/C10108. Cf. Aztèques, op. cit., p. 304.

114 Musée du Quai Branly, 1887. 101.619.

115 Museum für Völkerkunde, Vienne, 6.096. cf. Aztèques, op. cit., p. 221.

116 Museo Nacional de Antropología, 10-594 485. cf. Aztèques, op. cit., p. 255.

117 Museo Nacional de Antropología, 10-392 930. cf. Moctezuma : Aztec Ruler, op. cit., p. 43.

118 Museum für Völkerkunde, Vienne, 58.896. cf. Aztèques, op. cit., p. 232.

119 Cf. Christies, catalogue de la vente du 7 juin 2005, lot 38. L'objet mesure 8,5 cm.

Table des illustrations

Titre Fig 1 — fol. 37r, 43r, 46 et 47d [de haut en bas et de gauche à droite] : Alternance de perles de jadéite tubulaires ou rondes. Tribut en jadéite des provinces de Tepequacuilco (« cinco sartas de cuentas de piedras ricas que llaman chalchihuitl »), de Coaixtlahuaca (2), de Tochtepec (4) et de Xoconochco (2). Décrits comme « sartas », chapelets, ils correspondraient plutôt à des colliers qu'à des bracelets. Hormis Xoconochco qui ne verse son tribut que deux fois par an à cause de la distance, toutes les autres provinces versaient ce tribut tous les 80 jours. Codex Mendoza, respectivement fol. 37r, 43r, 46r et 47r détails (édition fac-similé de James Cooper Clark, 1938).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/8300/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 609k
Titre Fig. 2 — Tochtepec 1938 light : Codex Mendoza, folio 46r d3. Tribut en jadéite le plus important versé par une province de l'empire aztèque (4 colliers, 3 grosses perles uniques, 3 bracelets de perles rondes). Ces produits coexistent avec des parures en or (bandeaux, bracelets ou colliers, labrets), des plumes d'oiseaux tropicaux brutes (80 bottes de plumes vertes grandes ; 8 000 petites brassées de plumes tropicales bleu, rouge et vertes) ou travaillées (4 pièces de plumes vertes et jaunes), du liquidambar (100 jarres), du cacao (200 charges) et du caoutchouc (16 000 balles). Codex Mendoza, fol. 46r partie inférieure (édition fac-similé de James Cooper Clark, 1938).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/8300/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 3 — Folio 47 r. Tribut de la province de Xoconochco, versé seulement deux fois par an (glyphes de fêtes en haut). Les deux colliers de jadéite coexistent avec 800 bottes de plumes tropicales vertes, rouges, bleues ou jaunes ; 400 bottes de plumes vertes grandes (ara ou quetzal) ; 160 oiseaux tropicaux bleus morts ; 40 peaux de jaguar ; 200 charges de cacao ; 800 récipients pour boire le cacao et 2 grands morceaux d'ambre clair. Codex Mendoza, fol. 47r entier (édition fac-similé de James Cooper Clark, 1938).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/8300/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 4 — Artisan lapidaire enseignant comment travailler le jade. Dans sa main il tient le produit brut : un bloc de jade (chalchihuitl) qu'on identifie par sa couleur verte et par l'extrémité rouge et blanche qui renvoie au glyphe du jade ou jadéite comme élément précieux. Avec un outil sans doute en os il en tire un fragment. À ses pieds est représenté le produit fini : un bracelet avec deux perles de jade, la première plutôt tubulaire et l'autre ronde. On remarquera que pour représenter un artisan lapidaire le scribe a choisi la pierre la plus importante, le jade, et non la turquoise, l'obsidienne ou le cristal de roche. Codex Mendoza, fol. 70r détail (édition fac-similé de James Cooper Clark, 1938).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/8300/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Fig. 5 — Trois grosses perles de jadéite (« tres pieças de chalchihuitl piedras ricas ») payées en tribut par la province de Tochtepec. Codex Mendoza, fol. 46r détail (édition fac-similé de James Cooper Clark, 1938).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/8300/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Fig. 6 — Fol. 10r. Mort de Moquihuix souverain de Tlatelolco en 1473. Il porte un ornement d'oreille en jade et un coller de perles de jadéite rondes. Codex Mendoza, fol. 10r détail (édition fac-similé de James Cooper Clark, 1938).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/8300/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Titre Fig. 7 — Crâne de jaguar « avec une perle de grande taille entre ses crocs » mentionné juste après Offrandes où le jade est associé aux animaux. Croquis réalisé par l’auteur.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/8300/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M

Auteur

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search