Version classiqueVersion mobile

Jade, or, porcelaine...

 | 
Solange Cruveillé
, 
Félix Jun Ma

Au-delà de la Chine : l'or et la jadéite en Mésoamérique

La symbolique du papillon en Mésoamérique et ses représentations dans l’artisanat des objets en or

中部美洲蝴蝶的象徵含義及其在金制手工藝品中的表現形式

Elizabeth Baquedano

Résumé

Les anciens peuples mésoaméricains étaient des observateurs attentifs de la nature et du fonctionnement biologique de certains animaux — insectes, oiseaux, amphibiens, etc. — si bien que les particularités de plusieurs d’entre eux, la métamorphose notamment, ont joué un rôle important dans la vision du monde en Mésoamérique. Les papillons tenaient à ce titre une place importante dans la religion mésoaméricaine où ils étaient liés aux idées de transformation, de mort et de renouveau. Les guerriers morts au combat ou sacrifiés pour des rituels, ainsi que les femmes mortes en couches, étaient censés se transformer en papillons. Pourtant, malgré cette symbolique importante, la représentation du papillon reste rare dans l’artisanat des objets en or.

Texte intégral

1Malgré l’importance des papillons en Mésoamérique, il existe étonnamment peu de représentations de lépidoptères dans l’artisanat des objets en or. Preuve en est les fouilles effectuées par l’archéologue mexicain Alfonso Caso (1896-1970) à Monte Albán (situé dans l’État de Oaxaca au Mexique) en 1932, qui ont permis de déterrer une grande quantité de bijoux en or, provenant pour la plupart du Tombeau 7. Les orfèvres mixtèques, qui excellaient dans la fonte de l’or et de l’argent, avaient rarement recours à l’image du papillon, même s’ils l’ont davantage représenté que les autres orfèvres mésoaméricains. On retrouve par exemple le papillon au milieu d’autres décors sur deux pendentifs et ornements nasaux surmontés d’une petite tête d’aigle et qui se terminent par des grelots. L’aigle étant le symbole du soleil et le papillon le symbole solaire des guerriers morts, nous sommes d’avis que ces objets ont été créés pour l’élite guerrière.

2Les Mexicas (ou Aztèques) étaient eux aussi experts dans le travail de l’or. Bien qu’ils aient créé une grande variété de représentations animales, on n’a jusqu’à présent retrouvé qu’un seul ornement nasal en forme de papillon qui provient des fouilles effectuées par Leopoldo Batres (1852-1926) dans la rue Escalerillas (aujourd’hui rue du Guatemala, Ville de Mexico) au Templo Mayor.

Fig. 1 — Ornement nasal, Papillon stylisé aztèque (Photo : National Museum of Anthropology, Mexico City).

Fig. 1 — Ornement nasal, Papillon stylisé aztèque (Photo : National Museum of Anthropology, Mexico City).
  • 1 Moisés Torres Montúfar, Los señores del oro : Producción, circulación y consumo de oro entre los m (...)

3Torres Montúfar fait état de boucliers en or décorés d’un soleil et d’un papillon1, mais nous disposons de peu d’éléments à ce sujet. La seule découverte archéologique importante d’objets en or dans la région maya provient du puits sacré (cénote) de Chichén Itzá, au nord du Yucatan. Mais même là, un seul disque porte une représentation stylisée de papillon, sur le plastron de cuirasse d’un guerrier.

1. Contexte

1.1 Relation entre Tula et Chichen Itza

  • 2 Nous reviendrons plus tard sur l’un de ces disques décorés en repoussé, le « Disque H ».

4L’une des trouvailles les plus intéressantes du cénote de Chichén Itzá consiste en un certain nombre de disques en or (feuille d’or2). Les spécialistes ont polémiqué sur la nature et la chronologie des relations entre Tula et Chichén Itzá, reflétées par les similarités architecturales et artistiques de ces centres qu’une grande distance séparait.

Fig. 2 — Carte qui montre l'ubication de Tula et de Chichén Itzá (Dessin realisé par Preman Sotomayor, Scan : Chris Prior).

Fig. 2 — Carte qui montre l'ubication de Tula et de Chichén Itzá (Dessin realisé par Preman Sotomayor, Scan : Chris Prior).
  • 3 Traduction personnelle. Keith Jordan, « From Tula Chico to Chichén Itzá : Implications of the Epic (...)

5Keith Jordan a écrit récemment que « cette discussion est une constante de l’archéologie et de l’histoire de l’art méso-américaines depuis plus de cent vingt-cinq ans, c’est-à-dire depuis l’époque de Désiré Charnay3 ». Dans cet article, Jordan se place parmi ceux qui considèrent que ces centres étaient en grande partie contemporains et avaient pris part à une série complexe d’échanges réciproques. Néanmoins, Jordan fait état de la présence de personnages couchés, de jaguars, d’aigles et de symboles vénusiens d’un style toltèque évident à Tula Chico, dans des contextes pré-datant leur apparition à Chichén Itzá, laissant à penser que ce point de vue est à revoir. Même si Tula a peut-être la priorité en terme d’iconographie, le travail de l’or semble plus évolué à Chichén Itzá. Nos recherches mettront l’accent sur le contexte dans lequel les objets ont été trouvés, en particulier le Disque H, ainsi que sur l’importance de l’or lui-même.

1.2 Le Cénote sacré de Chichén Itzá

  • 4 Martha Carmona, El trabajo del oro en Oaxaca prehispánica, Tesis doctoral, México, Universidad Nac (...)

6Selon Marta Carmona, les objets en or du puits sacré de Chichén Itzá indiquent clairement une fabrication centre-américaine (Coclé, Veraguas, Chiriqui et Diquís4).

Fig. 3 — Cenote sacré (Auteur de la photographie : Elizabeth Baquedano).

Fig. 3 — Cenote sacré (Auteur de la photographie : Elizabeth Baquedano).
  • 5 Linnea H. Wren, « Chichén Itzá : El sitio y su gente », in Clemency Chase Coggins y Orrin C. Shane (...)

7L’auteur ajoute qu’ils sont arrivés dans la péninsule du Yucatan par voie commerciale. Cependant, certains objets pourraient correspondre à une fabrication locale à Chichén Itzá, comme l’indiquent les motifs en or martelé, mais avec de l’or acheminé d’Amérique Centrale, car on ne trouve pas d’or au Yucatan, la nature du sol ne s’y prêtant pas. Wren affirme également que l’or venait de la région sud de l’Amérique Centrale5.

8Parmi les nombreux objets découverts dans le cénote se trouvent quantité de cloches en tumbaga. Ceci s’explique peut-être par le fait que les cloches étaient très recherchées dans un contexte guerrier.

Fig. 4a et 4b — Cloches de tumbaga, Cenote sacré. Photographie : José Pope, Dessin : Preman Sotomayor.

Fig. 4a et 4b — Cloches de tumbaga, Cenote sacré. Photographie : José Pope, Dessin : Preman Sotomayor.

2. Les disques

  • 6 André Emmerich, Sweat of the Sun and Tears of the Moon : Gold and Silver in Pre-Columbian Art, Sea (...)

9Le groupe d’objets le plus intéressant découvert dans le cénote consiste en dix-sept disques ou plastrons de cuirasses apparemment importés du Panama avant d’être décorés par les artisans mayas de motifs en repoussé extrêmement raffinés. Selon Emmerich, les dix disques les plus importants représentent des scènes de bataille et autres péripéties guerrières entre les Mayas et les Toltèques mexicains venus les envahir6.

2.1 Le disque H (Musée Peabody 10-71-20/C10068)

10Le Disque H est l’un des disques les plus intéressants pour diverses raisons : un guerrier sort des mâchoires d’un serpent-nuage ; son plastron de cuirasse représente un papillon stylisé semblable à ceux des guerriers toltèques et des guerriers ou Chac Mools mayas.

Fig. 5 — Disque H, trouvé au Cenote sacré. Peabody Museum Expedition, 1907-1910. © President and Fellows of Harvard College, Peabody Museum of Archaeology and Ethnology, PM 10-71-20/C10068.

Fig. 5 — Disque H, trouvé au Cenote sacré. Peabody Museum Expedition, 1907-1910. © President and Fellows of Harvard College, Peabody Museum of Archaeology and Ethnology, PM 10-71-20/C10068.

Fig. 6a et 6b — Un guerrier sort des mâchoires d'un serpent-nuage. Dessins realisés par Preman Sotomayor. Scan : Chris Prior).

Fig. 6a et 6b — Un guerrier sort des mâchoires d'un serpent-nuage. Dessins realisés par Preman Sotomayor. Scan : Chris Prior).

Fig. 7 — Chac Mool Maya. National Museum of Anthropology, Mexico City. Photographie : Lawrence G. Desmond.

Fig. 7 — Chac Mool Maya. National Museum of Anthropology, Mexico City. Photographie : Lawrence G. Desmond.
  • 7 Traduction personnelle. Linnea H. Wren, « Chichén Itzá : El sitio y su gente », in Clemency Chase (...)

11Le style des disques a suscité beaucoup d’intérêt, mais peu d’attention a été accordée au contexte et aux conditions dans lesquels ils ont été trouvés, à savoir brisés et déformés par le feu. On peut se demander quelle raison il y avait d’offrir un métal aussi précieux et nouveau au cénote. Pourquoi offrir de l’or à l’eau ? Selon Elizabeth Graham (Communication personnelle, mars 2017), les Mayas disposaient en effet peu d’offrandes dans l’eau. Mais le puits, considéré comme une source de vie, était un important lieu de pèlerinage où l’on faisait toutes sortes d’offrandes. D’après Wren, la présence de fragments de jade et d’or fondu de l’époque préclassique, ainsi que de copal et de caoutchouc brûlés de la phase tardive, indiquent que le feu a joué un rôle important dans les rituels ayant eu lieu au cénote7.

  • 8 Mircea Eliade, Herreros y alquimistas, Madrid, Alianza Editorial, 2007.

12Le fait que le Disque H ait été découpé signifie que l’or a été chauffé avant d’être jeté dans l’eau. Le métal a subi une transformation avant d’être jeté dans le cénote : c’est par le feu qu’une substance passe d’un état à un autre8. Les métaux détiennent un pouvoir sacré et se métamorphosent, tout comme certains animaux. Dans le cas du disque, il a fallu le tuer et le briser en morceaux pour le sacrifier, à la façon des semences, afin d’obtenir la fertilité et le renouvellement des cultures. Le feu possède donc un pouvoir de transformation, de la même façon que la chaleur du soleil permet de transformer les semences en récoltes.

Fig. 8 — Fragment de Disque H en or. Dessin realisé par Preman Sotomayor. Scan : Chris Prior.

Fig. 8 — Fragment de Disque H en or. Dessin realisé par Preman Sotomayor. Scan : Chris Prior.

13Par ailleurs, le dieu du feu, Xiuhtecuhtli, est représenté dans le Codex Borbonicus comme portant un blason en forme de papillon de couleur turquoise : papillons et feu semblent aller de pair.

Fig. 9 — Moctezuma II personnifiant le dieu du feu Xiuhtecuhtli.

Fig. 9 — Moctezuma II personnifiant le dieu du feu Xiuhtecuhtli.

3. Le papillon comme symbole des guerriers morts

14Les insectes et animaux ayant subi une transformation par métamorphose — ou tout autre moyen — avaient une importance particulière en Mésoamérique. La nature des papillons est de subir un processus de transformation : la larve se métamorphose en chrysalide, dont émerge le papillon.

  • 9 Fray Bernardino de Sahagún [1575-1577], Florentine Codex : General History of the Things of New Sp (...)
  • 10 Ibidem.
  • 11 Ibid., vol. 1, p. 318.
  • 12 Ibid., vol. 3, p. 49.

15Chez les Aztèques, l’âme des morts était aux cieux, dans l’habitation du Soleil, Tonatiuh Ilhuicac. Cette habitation était considérée comme un lieu de gloire, « un endroit de richesse, un endroit de joie9 ». Ceux qui mouraient au combat étaient choisis pour ce paradis, de même que les prisonniers qui mouraient aux mains de leurs ennemis. Dans la maison du Soleil, ils se réjouissaient pour l’éternité. Selon Sahagún, les femmes qui mouraient en couches allaient également au paradis du Soleil10. Ces femmes devenaient égales aux guerriers mâles, car en mourant avec un enfant dans le ventre, elles emmenaient un « prisonnier » dans l’autre monde avec elles. Les femmes qui mouraient lorsqu’elles donnaient naissance à leur premier enfant étaient appelées des mociuaquetzque et, avec ceux qui mouraient au combat, elles résidaient dans la maison du Soleil, dans la partie ouest du ciel11. Après quatre ans, les mociuaquetzque se transformaient en oiseaux : « [ceux] qui étaient morts au combat [...] se transformaient en des oiseaux précieux — des colibris, des orioles, des oiseaux jaunes, des oiseaux jaunes noircis autour des yeux, des papillons crayeux, des papillons à plumes, des papillons à gourde ; ils suçaient le miel [des fleurs] là où ils habitaient12 ». À l’époque préhispanique, les Mexicas croyaient que la yolia (âme) adulte d’une femme morte en couches ainsi que les yolia des guerriers prenaient la forme de créatures ailées ; les âmes des enfants morts devenaient quant à elles des oiseaux ou des papillons. Comme mentionné ci-dessus, Sahagún a écrit dans le Codex Florentine que quatre ans après la mort, les âmes des morts devenaient des colibris, ou une variété de papillons qui sucent le nectar des fleurs (comme les colibris).

  • 13 Eduardo Matos Moctezuma and Felipe Solís, The Aztec Calendar and other Solar Monuments, Mexico, CO (...)
  • 14 Elizabeth Baquedano, « Concepts of Death and the Afterlife in Central Mexico », in James L. Fitzsi (...)

16L’idée que l’âme est un oiseau ou un papillon est très largement répandue au Mexique et a des racines profondes. Sur le site Toltec à Tula dans l’état actuel de Hidalgo, les colonnes atlantides de la Pyramide B et les sculptures chamools portent des pectoraux en forme de papillons stylisés. Chez quelques sculptures Toltecs le même motif de papillon a été reproduit sur des coiffes. Ce papillon stylisé est ainsi couramment employé dans la sculpture mexica, y compris sur les reliefs monumentaux en pierre liés aux victoires militaires — communément appelés cuauhxicalli — notamment sur la Pierre de Tizoc13. Nous avons observé que sur ce dernier monolithe, chaque vainqueur porte un pectoral en forme de papillon, y compris Tizoc lui-même14. L’utilisation de ce pectoral dans des scènes de capture de prisonniers de guerre suggère que ce genre de pectoral est limité à ceux qui se sont distingués sur le champ de bataille. De même, le placement de ce motif iconographique près du cœur (yolia) indique ce que les Mexicas considéraient comme l’organe de la capacité et de la force par excellence — un préalable au succès à la guerre.

  • 15 Eloise Quiñones Keber, Codex Telleriano-Remensis : Ritual, Divination and History in a Pictorial A (...)

17Notons pour terminer la découverte d’un ornement nasal aztèque en forme de papillon : Xochiquetzal, jeune déesse de la sensualité et des fleurs, est en effet représentée dans le Codex Telleriano-Remensis, folio 8r15 avec un ornement nasal (yacapapalotl) semblable au pendentif nasal en or en forme de papillon découvert en 1900 dans les fouilles effectuées par Leopoldo Batres rue Escalerillas à Mexico.

Fig. 10 — Xochiquetzal, jeune déessse de la sensualité et des fleurs, Codex Telleriano-Remensis. Dessin realisé par Preman Sotomayor. Scan : Chris Prior.

Fig. 10 — Xochiquetzal, jeune déessse de la sensualité et des fleurs, Codex Telleriano-Remensis. Dessin realisé par Preman Sotomayor. Scan : Chris Prior.

Conclusion

18L’or mésoaméricain provient des rivières. D’après Sahagún, l’or était également censé se développer sous l’influence du soleil. Tout cela explique peut-être pourquoi on le jetait dans le cénote, afin de le renvoyer à son origine aquatique. De même que l’or, les papillons semblent liés au soleil et au feu. Ils ont été utilisés en Mésoamérique avec une variété de significations : ils représentent le succès sur le champ de bataille ainsi que l’âme des guerriers morts. Ces guerriers victorieux s’en vont alors rejoindre le paradis du soleil, représentant de l'or par excellence.

Bibliographie

Baquedano Elizabeth, « El oro azteca y sus conexiones con el poder, la fertilidad agrícola, la guerra y la muerte », Estudios de Cultura Nahuatl, no 36, 2005, p. 359-381.

Baquedano Elizabeth, « Concepts of Death and the Afterlife in Central Mexico », in James L. Fitzsimmons and Izumi Shimada (ed.), Living with the Dead : Mortuary Ritual in Mesoamerica, Tucson, University of Arizona Press, 2011, p. 203-230.

Batres Leopoldo [1902], « Exploraciones Arqueológicas en la Calle de las Escalerillas », in Eduardo Matos Moctezuma (éd.), Trabajos Arqueológicos en el Centro de la Ciudad de México, México, SEP/INAH, 1990, p. 111-171.

Carmona Martha, El trabajo del oro en Oaxaca prehispánica, Tesis doctoral, México, Universidad Nacional Autónoma de México, 2003.

Caso Alfonso, El tesoro de Monte Albán, México, Instituto Nacional de Antropología e Historia Memorias 3, 1969.

Coe Michael and Houston Stephen, The Maya, London, Thames and Hudson, 2015.

Coggins Clemency et Orrin C. Shane III, El Cenote Sagrado de los Sacrificios : Tesoros mayas extraídos del Cenote Sagrado, México, FCE, 1989.

Del Paso y Troncoso Francisco, Códice Borbónico, México, Siglo Veintiuno, 1981.

Eliade Mircea, Herreros y alquimistas, Madrid, Alianza Editorial, 2007.

Emmerich André, Sweat of the Sun and Tears of the Moon : Gold and Silver in Pre-Columbian Art, Seattle, University of Washington Press, 1984.

Jordan Keith, « From Tula Chico to Chichén Itzá : Implications of the Epiclassic Sculpture of Tula for the Nature and Timing of Tula-Chichén Contact », Latin American Antiquity, 2016, vol. 27(4), p. 468-478.

Matos Moctezuma Eduardo and Solís Felipe, The Aztec Calendar and other Solar Monuments, Mexico, CONACULTA-Instituto Nacional de Antropología e Historia, 2004.

Nicholson Henry B. and Quiñones Keber Eloise, Art of Mexico : Treasures of Tenochtitlan, Washington, D.C., National Gallery of Art, 1983.

Pillsbury Joanne, Potts Timothy and Richter Kim, Golden Kingdoms : Luxury Arts in the Ancient Americas, Los Angeles, Getty Publications, 2017.

Quiñones Keber Eloise, Codex Telleriano-Remensis : Ritual, Divination and History in a Pictorial Aztec Manuscript, Austin, University of Texas Press, 1995.

Sahagún Fray Bernardino de [1575-1577], Florentine Codex : General History of the Things of New Spain, edited and translated by Arthur J.O. Anderson and Charles E. Dibble, Monographs of School of American Research. 13 vol., Santa Fe, New Mexico, School of American Research ; Salt Lake City, University of Utah Press, 1950-1982.

Torres Montúfar Moisés, Los señores del oro : Producción, circulación y consumo de oro entre los mexicas, México, Instituto Nacional de Antropología e Historia, 2015.

Tozzer Alfred M., Chichen Itza and Its Cenote of Sacrifice : A Comparative Study of Contemporaneous Maya and Toltec, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1957.

Wren Linnea H., « Chichén Itzá : El sitio y su gente », in Coggins Clemency et Orrin C. Shane III, El Cenote Sagrado de los Sacrificios : Tesoros mayas extraídos del Cenote Sagrado, México, FCE, 1989.

Notes

1 Moisés Torres Montúfar, Los señores del oro : Producción, circulación y consumo de oro entre los mexicas, México, Instituto Nacional de Antropología e Historia, 2015, p. 73.

2 Nous reviendrons plus tard sur l’un de ces disques décorés en repoussé, le « Disque H ».

3 Traduction personnelle. Keith Jordan, « From Tula Chico to Chichén Itzá : Implications of the Epiclassic Sculpture of Tula for the Nature and Timing of Tula-Chichén Contact », Latin American Antiquity, 2016, vol. 27 (4), p. 462.

4 Martha Carmona, El trabajo del oro en Oaxaca prehispánica, Tesis doctoral, México, Universidad Nacional Autónoma de México, 2003, ch. 9.

5 Linnea H. Wren, « Chichén Itzá : El sitio y su gente », in Clemency Chase Coggins y Orrin C. Shane III, El Cenote de los Sacrificios : Tesoros mayas extraídos del Cenote Sagrado de Chichén Itzá., Mexico, Fondo de Cultura Económica, 1989, p. 57.

6 André Emmerich, Sweat of the Sun and Tears of the Moon : Gold and Silver in Pre-Columbian Art, Seattle, University of Washington Press, 1984, p. 122.

7 Traduction personnelle. Linnea H. Wren, « Chichén Itzá : El sitio y su gente », in Clemency Chase Coggins y Orrin C. Shane III, El Cenote de los Sacrificios, op. cit., p. 31.

8 Mircea Eliade, Herreros y alquimistas, Madrid, Alianza Editorial, 2007.

9 Fray Bernardino de Sahagún [1575-1577], Florentine Codex : General History of the Things of New Spain, edited and translated by Arthur J.O. Anderson and Charles E. Dibble, Santa Fe, New Mexico, School of American Research ; Salt Lake City, University of Utah Press, vol. 3, 1950-82, p. 49.

10 Ibidem.

11 Ibid., vol. 1, p. 318.

12 Ibid., vol. 3, p. 49.

13 Eduardo Matos Moctezuma and Felipe Solís, The Aztec Calendar and other Solar Monuments, Mexico, CONACULTA-Instituto Nacional de Antropología e Historia, 2004, p. 28.

14 Elizabeth Baquedano, « Concepts of Death and the Afterlife in Central Mexico », in James L. Fitzsimmons and Izumi Shimada (ed.), Living with the Dead : Mortuary Ritual in Mesoamerica, Tucson, University of Arizona Press, 2011, p. 210.

15 Eloise Quiñones Keber, Codex Telleriano-Remensis : Ritual, Divination and History in a Pictorial Aztec Manuscript, Austin, University of Texas Press, 1995, p. 19 ; Nicholson Henry B. and Quiñones Keber Eloise, Art of Mexico : Treasures of Tenochtitlan, Washington, D.C., National Gallery of Art, 1983, p. 153.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Ornement nasal, Papillon stylisé aztèque (Photo : National Museum of Anthropology, Mexico City).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/8245/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 695k
Titre Fig. 2 — Carte qui montre l'ubication de Tula et de Chichén Itzá (Dessin realisé par Preman Sotomayor, Scan : Chris Prior).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/8245/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 3 — Cenote sacré (Auteur de la photographie : Elizabeth Baquedano).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/8245/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 4a et 4b — Cloches de tumbaga, Cenote sacré. Photographie : José Pope, Dessin : Preman Sotomayor.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/8245/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/8245/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 405k
Titre Fig. 5 — Disque H, trouvé au Cenote sacré. Peabody Museum Expedition, 1907-1910. © President and Fellows of Harvard College, Peabody Museum of Archaeology and Ethnology, PM 10-71-20/C10068.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/8245/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Titre Fig. 6a et 6b — Un guerrier sort des mâchoires d'un serpent-nuage. Dessins realisés par Preman Sotomayor. Scan : Chris Prior).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/8245/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 362k
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/8245/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre Fig. 7 — Chac Mool Maya. National Museum of Anthropology, Mexico City. Photographie : Lawrence G. Desmond.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/8245/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre Fig. 8 — Fragment de Disque H en or. Dessin realisé par Preman Sotomayor. Scan : Chris Prior.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/8245/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Titre Fig. 9 — Moctezuma II personnifiant le dieu du feu Xiuhtecuhtli.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/8245/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre Fig. 10 — Xochiquetzal, jeune déessse de la sensualité et des fleurs, Codex Telleriano-Remensis. Dessin realisé par Preman Sotomayor. Scan : Chris Prior.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/8245/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 613k

Auteur

Madame Baquedano Elizabeth est titulaire d'un doctorat de l’Institut d'archéologie de l'University College of London, où elle est actuellement maître de conférences. Elle est coordinatrice postdoctorale en archéologie et en ethnohistoire aztèques. En 2014, elle a reçu le prestigieux prix Ohtli décerné par le gouvernement mexicain aux Mexicains qui contribuent de manière significative à la mise en valeur de leur pays, en particulier concernant l’art et l’archéologie du Mexique antique. Elle tient régulièrement des conférences au British Museum à Londres. Publications principales : Les peuples du Soleil (Paris, Éditions Gallimard, 1993) ; « El Oro Azteca y sus conexiones con el poder, la fertilidad agrícola, la guerra y la muerte » (Estudios de Cultura Nahuatl, vol. 36, 2006, p. 359-381) ; Tezcatlipoca : Trickster and Supreme Deity (Boulder, University Press of Colorado, 2014). Elle travaille actuellement sur un livre à propos de l’or aztèque.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search