Version classiqueVersion mobile

Féminin/Masculin : écritures et représentations. Corpus collectifs

 | 
Sylvie Triaire
, 
Christine Planté
, 
Alain Vaillant

Corpus collectifs

Physiologie du chercheur sur la presse du xixe siècle

Marie-Ève Thérenty

Texte intégral

1Privilégier une recherche sur des corpus collectifs – c’est-à-dire centrer ses réflexions autour d’un critère générique ou stylistique collectif plutôt que sur l’œuvre d’un auteur – constitue pour le chercheur en littérature une décision délicate et inconfortable. Cela nécessite d’abord de faire le deuil de la tranquille hiérarchie auctoriale des histoires littéraires classiques. Cela implique ensuite d’abandonner le qualitatif et la notion d’excellence fournis par le panthéon littéraire pour entrer dans un quantitatif anonyme plus caractéristique de l’histoire culturelle que des études littéraires. C’est donc risquer constamment de se fourvoyer en marge de la littérature ou du moins d’être soupçonné d’une telle hérésie. Notre conviction en travaillant sur la presse est pourtant que se jouent dans l’univers massif du périodique des révolutions, des défis essentiels pour qui veut comprendre la Littérature du xixe siècle : ce détour apparent conduit donc le chercheur au cœur de l’atelier littéraire.

  • 1 On pourrait évoquer ici par exemple les travaux de Théodore Palfrey, L’Europe littéraire (1833-183 (...)
  • 2 On pense notamment aux travaux de Roland Chollet (Balzac journaliste. Le tournant de 1830, Klincks (...)
  • 3 Jusqu’à une date relativement récente, rares étaient les travaux universitaires littéraires qui s’ (...)

2L’histoire des études littéraires sur la presse française se découpe en grandes strates chronologiques définies autant par leurs objets que par leurs méthodes. Après une période où des chercheurs quelquefois étrangers ont présenté des monographies de périodiques1, les études littéraires des trente dernières années ont choisi généralement de se consacrer à l’œuvre journalistique des grands écrivains du siècle : Balzac journaliste, Stendhal journaliste, Nerval journaliste, Vallès journaliste, Zola journaliste, Mirbeau journaliste sont désormais connus grâce à ces travaux de défricheurs2. Ces études essentielles assumées par des spécialistes des auteurs ont permis d’édifier des corpus stables et de montrer les liens stratégiques et poétiques entre la presse et les grandes œuvres littéraires3. Cette recherche pionnière à une époque où le corpus journalistique mal considéré échappait encore à la littérature, constitue le préalable essentiel à de nouveaux travaux qui envisagent le journal globalement comme une entreprise collective et tentent de cerner son influence sur le xixe siècle. Or ce genre de perspective a longtemps été réservé aux études historiques sur le journalisme. Il semble pourtant aujourd’hui que l’utilisation d’outils littéraires et non plus seulement d’enquêtes historiques pourrait permettre d’éclairer les interférences entre presse et littérature au xixe siècle.

  • 4 Voir Marie-Ève Thérenty, Mosaïques. Être écrivain entre presse et roman au xixe siècle, Champion, (...)
  • 5 Voir Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant, 1836, l’an I de l’ère médiatique, éditions du nouveau-m (...)

3J’ai tenté ce genre de recherche à l’occasion de la rédaction d’une thèse de doctorat sur la situation de l’écrivain entre presse et roman (1829-18364), puis au sein du centre d’études romantiques et dix-neuviémistes de Montpellier III dirigé par Alain Vaillant, grâce à un travail collectif de lecture d’un quotidien de la Monarchie de Juillet pendant une année entière5. Enfin j’ai continué à travailler sur ce genre de corpus grâce à des enquêtes sur les genres journalistiques (l’interview, la chronique, l’enquête littéraire, le reportage, le feuilleton), sur l’écriture du journal (place de la fiction, des genres intimes, de la conversation dans le journal au xixe siècle, place des femmes journalistes dans la presse) et en participant à l’élaboration d’une ambitieuse et volumineuse « Histoire culturelle et littéraire de la presse au xixe siècle ». Je souhaiterais ici non pas réfléchir sur les ambitions de ces études, ni même insister sur la validité des hypothèses qui les conduisent mais revenir sur les difficultés pratiques, donner quelques recettes ou quelques pistes.

4Rétrospectivement, j’ai conscience de la témérité inconsciente qu’impliquent de tels projets de recherche et conséquemment du caractère nécessairement parcellaire du dépouillement, sinon des résultats. Le corpus immense (plusieurs milliers de titres de périodiques) contrarie la possibilité d’exhaustivité et contraint le chercheur à un sentiment d’insatisfaction par rapport à un travail qu’il juge d’autant plus inachevé que dans quelques années, les progrès de la recherche permettront peut-être de valider – ou d’invalider. rapidement les hypothèses qu’il met plusieurs années à élaborer. Il semble cependant, au terme de ces études, que l’affrontement avec le corpus constitue sans doute l’un des meilleurs brevets et l’une des meilleures émulations pour réfléchir à la juste élaboration d’outils informatiques (sites internet, CD-ROM) qui permettront à l’avenir d’étudier cette presse que nous ne pouvons aujourd’hui aborder que fragmentairement.

5Les quelques points que nous allons aborder s’adressent au néophyte en matière de recherche sur la presse : le pragmatisme qui y a conduit interdit d’y voir une méthode exemplaire.

La consultation

6Au risque de revenir sur des évidences, il faut insister sur les difficultés matérielles que doit vaincre le chercheur qui travaille sur un corpus de journaux du xixe siècle. La consultation même des titres pose problème. Les collections à la Bibliothèque nationale de France sont quelquefois incomplètes et les titres ou les numéros abîmés donc interdits à la communication sont nombreux. De plus la lecture sur microfilms, seule possible pour la plupart des quotidiens, peut s’avérer à la longue inconfortable (en revanche, la photocopie des grands formats y est facilitée). Soulignons cependant que le catalogue informatique de la B.N.F. pour les périodiques s’est radicalement modernisé ces dernières années. Même si le moteur de recherche est lent, il est aujourd’hui possible de retrouver la côte des grands périodiques aux noms les plus anonymes (le Journal, le petit Journal), ce qui était très aléatoire auparavant.

7Il existe d’autres lieux de consultation possibles pour les journaux, qui plus que d’autres collections, se caractérisent par leur dispersion. Énumérons quelques lignes d’un petit annuaire personnel. La Bibliothèque de l’Arsenal offre certaines collections sur papier inaccessibles ailleurs (L’Europe littéraire et la Caricature en entier, plusieurs quotidiens de la Troisième République accessibles sur papier, de très belles collections de journaux satiriques du Second Empire et de la Troisième République), la Bibliothèque historique de la ville de Paris propose d’importantes collections de quotidiens parisiens (ainsi Bagatelle, journal légitimiste de la Monarchie de Juillet est accessible sur papier), la bibliothèque de la Maison Balzac propose aussi des collections difficilement accessibles par ailleurs (La Mode en 1830) et surtout la bibliothèque de l’Institut offre, notamment grâce à l’assiduité du collectionneur Lovenjoul, une des plus riches collections de périodiques sur papier. La bibliothèque du xixe siècle de l’université de Paris VII, créée et dirigée par Guy Rosa, a également fait l’achat de microfilms, de fac-similés et d’éditions pirates belges (une collection de L’Artiste ou une Revue de Paris belge tout à fait intéressante). Il faut également penser à la Bibliothèque Sainte-Geneviève, la bibliothèque de la Sorbonne, la bibliothèque de l’Opéra, la bibliothèque Mazarine, à certaines bibliothèques municipales pour les journaux de province... Certains centres de recherche ont également fait l’acquisition de microfilms édités par l’A.C.R.P.P. : le Centre d’Études Romantiques et Dix-neuviémistes de l’université de Montpellier III s’est par exemple doté d’un fonds de microfilms dans l’optique de ses recherches sur la presse. Pour localiser un périodique particulier, le plus simple reste encore de consulter Myriade, le catalogue collectif national des publications en série.

8Le fonds sur Internet est encore modeste. On trouve cependant quelques collections en mode image sur le site Gallica, notamment une collection quasiment complète de la Revue des deux mondes. L’utilisation très agréable et rapide de ces sources informatiques démontre la nécessité de numériser les collections les plus essentielles pour permettre une recherche d’ampleur sur la presse. Jean-Didier Wagneur, responsable de la numérisation des collections pour le xixe siècle et spécialiste de la bohème, prévoit notamment dans un avenir proche la numérisation de La Presse de Girardin et du Figaro de Villemessant. À l’U.M.R.-Lire de Lyon, Sarah Mombert dirige un programme de numérisation des journaux d’Alexandre Dumas bientôt accessibles sur Internet.

Le dépouillement

9La durée moyenne de vie des petites revues et des petits journaux au xixe siècle étant fort brève, certaines collections qui se réduisent à quelques volumes peuvent être intégralement dépouillées. Le chercheur a alors la satisfaction de faire un travail exhaustif et précis. Certains de ces journaux ont d’ailleurs suscité des travaux monographiques auxquels il est toujours utile de se reporter. D’autres revues comme la Revue de Paris, la Revue des deux mondes possèdent des répertoires et des index qui permettent de faire une première exploration du contenu des volumes : la bibliothèque de l’Arsenal propose en libre accès un certain nombre de ces index.

10Pour les quotidiens, le pragmatisme s’impose. Faute de base de données, un dépouillement par sondage est actuellement le seul possible. La période chronologique est toujours délicate à choisir, il faut penser notamment au contexte et à l’actualité. Un travail récent sur les enquêtes littéraires nous a montré par exemple que la période 1898-1899, supposée au départ riche en enquêtes, n’était pas probante parce que celles-ci disparaissaient au moment de l’affaire Dreyfus. Nous avons également été frappée de voir que toutes les études sur l’apparition des femmes journalistes datait ce phénomène des années 1830 sous l’influence saint-simonienne et négligeait souvent de préciser que les journaux accueillant des femmes n’étaient en terme de lectorat qu’une infime minorité alors qu’au contraire toutes les grandes revues et les quotidiens faisaient preuve d’un ostracisme net.

11Même dans une étude qui n’est censée mobiliser qu’une partie ou une rubrique du journal, le contexte et le cotexte expliquent souvent bien des phénomènes médiatiques. Dans ce travail sur l’enquête littéraire, nous avons pu constater par exemple que le lancement de l’enquête littéraire dans l’Écho de Paris s’accompagnait de phénomènes parodiques dans le premier-Paris et la chronique qui renseignaient sur le rapport du quotidien avec ce type nouveau d’écriture. Le chercheur de la presse est donc, comme son complice le chercheur sur la littérature populaire, un gros liseur. D’où la nécessité également de revenir toujours à la source première, le périodique. Le recours à des recueils d’articles, formule d’appoint pratique, s’avère souvent insuffisante dans une recherche sur la presse. En revanche la recension de ces recueils compilatoires souvent constitués dès le xixe siècle par les écrivains-journalistes eux-mêmes et la poétique qui leur est associée constitueraient un sujet de recherche passionnant pour un jeune chercheur – qui ne serait pas réticent à une recherche sur corpus collectifs.

12Pour le dépouillement, faute de protocole commun et largement reconnu, on doit se résigner temporairement à se créer sa propre pratique. Il est toujours utile de décrire même brièvement la présentation physique du journal (format, nombre de colonnes par pages, présence ou non d’un feuilleton, présence, taille et forme des titres), d’indiquer rapidement sa structure, le découpage en rubriques, le prix de l’abonnement, la périodicité, les thèmes abordés... La lecture du prospectus ou du numéro spécimen s’avère souvent riche en enseignements. Quelques autres renseignements peuvent être collectés : les articles sont-ils signés ? Quelles sont les signatures récurrentes ? Le journal est-il illustré ? Cette première lecture amène à d’autres questions plus complexes : quelle est l’orientation politique du journal ? Et son placement littéraire ? À quels impératifs obéit la critique (camaraderie littéraire, critique publicitaire, grande critique, critique scientifique) ? Quel est le public recherché ? Comment le journal est-il financé ? Quels types d’écriture sont mobilisés ? Sur ce dernier point, nous avons pu constater par exemple la montée des écritures du divertissement au fil du siècle, sensible à travers l’apparition d’une rubrique « nouvelles à la main » en première page des quotidiens dans beaucoup de journaux de la Troisième République. Le syntagme « nouvelle à la main » déjà présent au xviie siècle a changé de sens puisqu’il désigne dans ce dernier cas des histoires drôles.

L’interprétation

  • 6 On pourra citer par exemple Christian Delporte, Les journalistes en France 1880-1950. Naissance et (...)

13La première difficulté posée par l’interprétation de la presse réside dans la nécessité d’une connaissance précise non seulement de l’actualité (histoire, politique, culture) mais aussi du contexte socioéconomique de chaque journal. Ceci implique de se plonger dans les correspondances d’époque, de consulter les nombreux témoignages et mémoires sur la vie littéraire, de feuilleter les dictionnaires de célébrités (pour la Monarchie de Juillet le Guyot de Fère, pour le Second Empire, le Vapereau), et également d’aller consulter aux archives nationales les dossiers de chaque journal. Ce travail s’ajoute à l’écrasante tâche du dépouillement des périodiques mais il est difficile de comprendre les enjeux d’une écriture d’actualité sans s’immerger dans l’époque. On s’intéresse également de plus en plus aux sociabilités journalistiques. La recherche sur les périodiques s’insère ainsi pleinement dans le retour de l’histoire littéraire sur la scène universitaire. Elle bénéficie en outre évidemment des études d’histoire culturelle, très dynamiques en ce qui concerne la presse6.

14L’étude de la presse pose aussi des problèmes spécifiques liés à la question de l’anonymat de beaucoup d’articles, et ce notamment durant la Restauration et au début de la Monarchie de Juillet. Il est toujours tentant d’attribuer à un auteur connu un texte anonyme ou signé d’initiales absconses. Il existe cependant des familles d’écriture journalistiques et des partages de pseudonymes qui rendent délicates ces attributions. Certains chercheurs ont mis au point des protocoles d’attribution convaincants et ont produit des travaux extrêmement utiles : Roland Chollet a évidemment affiné toutes les questions d’attributions balzaciennes, Michel Brix a fait ce travail d’attribution pour Nerval. La lecture de ces ouvrages essentiels, qui vont plutôt dans le sens d’un rétrécissement des corpus d’écrivains, convainc de la nécessité d’une grande prudence dans l’attribution des textes. Le chercheur littéraire, habitué aux signatures transparentes et aux grands textes, doit se frotter à l’inconfort d’une écriture anonyme, souvent mineure. Cette « lecture au kilomètre » implique sans doute un changement de mentalité par rapport aux études auctoriales et monographiques qui nous servent encore de modèle. Il est certain que l’étude de la presse nécessite « l’ingurgitation » de quantités de textes de faible intérêt avec quelquefois le bonheur de véritables trouvailles.

La légitimité

15L’autorité d’un chercheur en littérature à travailler sur des corpus de journaux est toujours problématique et aléatoire. Aujourd’hui, les recherches sur des corpus collectifs – comme en témoigne ce dossier – semblent beaucoup plus légitimes qu’il y a une vingtaine d’années, où étaient privilégiées les recherches par auteurs. Le chercheur littéraire sur la presse sent bien cependant qu’il travaille dans un champ plus que d’autres marqué par la pluridisciplinarité et où ses compétences ne sont pas toujours considérées comme essentielles à côté de celle des sociologues, des historiens de la culture et du politique.

16La présence des littéraires dans les études sur la presse se légitime souvent par l’existence de corpus journalistiques de grands écrivains encore aujourd’hui mal édités, qu’il faut exhumer. Je pense par exemple aux articles de Théophile Gautier et de George Sand largement méconnus des spécialistes et que seule une édition correcte pourra réhabiliter.

17Il me semble pourtant que la qualité littéraire des corpus de journaux du xixe siècle justifie que des spécialistes de poétique et d’histoire littéraire en considèrent les formes. La Littérature constitue la principale matrice générique de la presse au xixe siècle : elle lui fournit continûment des modèles poétiques et des stéréotypes. Ce feuilletage textuel entre presse et littérature s’explique par une situation historique. À la fin de la Restauration et au début de la Monarchie de Juillet, lorsque afflue dans les rédactions des journaux une population de jeunes gens aspirant à la gloire littéraire, lorsque se multiplient les supports journalistiques (grandes revues, magazines, journaux illustrés, petites feuilles littéraires, journaux pour enfants) et donc la masse textuelle à rédiger, la tentation naturelle des hommes de lettres qui écrivent le journal est d’utiliser les modèles génériques littéraires qu’ils connaissent et pratiquent par ailleurs pour élaborer le rubricage journalistique. Sans doute d’autres facteurs interviennent-ils : outre les constantes encyclopédiques et rhétoriques, outre les modèles prémédiatiques de l’almanach, du canard et du pamphlet, on pourrait suggérer l’influence de genres discursifs comme l’enquête sociale, le discours pédagogique, le récit de voyage... Il n’en reste pas moins que le journal et ses rubriques se construisent tout au long du xixe siècle grâce à un bricolage pragmatique dont la source est largement littéraire. C’est sinon la Littérature, du moins le patrimoine des formes utilisées par la littérature qui sert de matrice pour la conception des genres journalistiques et pour le renouvellement du journal et de la revue. Le roman, l’écriture intime (avec toutes ses ressources, l’autobiographie, la lettre, le journal), le drame et le mélodrame, le portrait, le modèle conversationnel vont être alternativement et durablement convoqués pour créer ou faire évoluer la chronique, la critique, le fait divers, les débats, l’étude de mœurs puis plus tard le reportage et l’interview. L’écriture du feuilleton critique ou de la chronique hebdomadaire, par exemple, s’inspire fréquemment de l’écriture autobiographique ou diariste. Parmi tous les genres littéraires qui marquent l’écriture journalistique, le roman occupe sans aucun doute une place privilégiée due d’abord à sa présence continue et régulière au sein du journal à partir de 1836, grâce au roman-feuilleton et ensuite au succès du roman réaliste qui développe un mode de narration fondé sur le typique et le vraisemblable, visant comme le journal à prendre en charge le monde avec une ambition totalisatrice. C’est pourquoi la chronique, le fait divers, le reportage et l’interview naissent à l’ombre du roman.

18Globalement en retour, la littérature a considérablement évolué du fait même de sa cohabitation avec le journal. Il me semble globalement que le changement de paradigme du quotidien qui passe d’un modèle fictionnel à un idéal de la « chose vue », sensible par exemple dans la montée de l’écriture à la première personne dans les journaux, dans la création du reportage, affecte aussi la Littérature. Sans même tenter de proposer un modèle global de changement de paradigme – encore hypothétique à ce stade de mes recherches –, il semble assez évident qu’un certain nombre de transferts s’opèrent entre presse et littérature et affectent les poétiques génériques ou auctoriales. L’œuvre de Balzac dans les années 1830 se nourrit de la chronique qu’elle retravaille comme d’autres genres journalistiques : la publicité, l’étude de mœurs ou la caricature. On voit par exemple une déconstruction-reconstruction des « Lettres sur Paris » dans La Peau de chagrin. Une réflexion sur les rapports entre la chronique et l’esthétique réaliste en général serait évidemment fructueuse. Sous le Second Empire, le poème en prose baudelairien se construit avec et contre la chronique-causerie qu’il parodie constamment. Apparaissent à la fin du siècle des romans de romanciers chroniqueurs qui s’efforcent de traduire par l’écriture le contenu d’une conscience et qui forment un contrepoids intéressant à l’école naturaliste dont ils sont issus quelquefois. Cette remarque inclut non seulement des productions semi-autobiographiques – c’est l’écriture diariste du Journal d’une femme de chambre ou la trilogie vallésienne – mais aussi des productions atypiques comme Dans le Ciel d’Octave Mirbeau où les faits sont réfractés par plusieurs consciences. Cette interaction entre journalisme et littérature est constante dans le siècle. La poétique journalistique s’invente donc à partir de catégories littéraires (modèle conversationnel, nostalgie des éloquences privée et publique, fiction, polyphonie narrative, feuilleté de voix) mais en retour, dans un tourniquet sans fin, les modèles journalistiques imprègnent et soutiennent la littérature. C’est pourquoi les littéraires ont une vocation particulière à travailler sur la presse.

Une recherche sur des corpus collectifs à mener collectivement

19Mais le travail isolé en matière de presse réduit la recherche à une expérience d’amateur. Le journal, entreprise plurielle, encyclopédique, nécessite en miroir des recherches collectives seules capables de défricher et de donner une image juste du kaléidoscope du journal, et ce non seulement pour des questions d’échelle mais plus fondamentalement pour des questions structurelles. Le prisme collectif est sans doute le seul adapté pour rendre compte des multiples facettes du journal...

20À chacun sans doute de réfléchir à ses besoins propres et... à ceux de la communauté lors de la collecte des données. Certains outils particulièrement nécessaires pourraient être constitués si l’on trouvait moyen de recueillir les données stockées dans des dossiers personnels. Par exemple, manque cruellement à la recherche un dictionnaire des journalistes au xixe siècle. Ce dictionnaire qui pourrait à terme avoir une forme papier mais surtout qui devrait trouver place, sous forme de base de données, sur un site internet serait alimenté par les informations collectées par les chercheurs du monde entier. Il donnerait pour chaque journaliste des données d’état-civil, les collaborations aux divers journaux, les pseudonymes utilisés et si possible une notice biographique et littéraire élémentaire. Cette base de données est en projet au Centre d’Études Romantiques et Dix-neuviémistes dans le cadre de l’édification d’un site sur la presse répertoriant toute l’actualité de la recherche littéraire et culturelle sur la presse au xixe siècle.

  • 7 Texte tiré du document-programme de La Civilisation du journal, histoire culturelle et littéraire (...)

21Un autre projet collectif – celui-ci en réalisation depuis deux ans – est la rédaction d’une histoire culturelle et littéraire de la presse au xixe siècle pensée conjointement par des historiens et des littéraires : « L’idée centrale sur laquelle repose ce projet est que le journal, par les caractères de sa production, l’ampleur de sa diffusion et les rythmes nouveaux qu’il impose au cours ordinaire des choses, modifie profondément l’ensemble des activités (sociales, économiques, politiques, culturelles, etc.), des appréciations et des représentations du monde, projetées toutes ensembles dans une culture, voire dans une “civilisation” de la périodicité et du flux médiatique. Et que c’est au cœur du xixe siècle que ce processus, entamé de plus longue date, mais accéléré alors par les transformations économiques et les enjeux idéologiques dont le journal est aussi l’instrument, trouve les conditions de sa réalisation. Pleinement achevée à l’aube de la Grande Guerre, cette inscription du pays dans un cadre désormais régi par le principe de l’écriture et de la lecture périodiques constitue une mutation anthropologique majeure, aux sources de notre modernité “médiatique”, et qui n’a jamais vraiment été étudiée en tant que telle7. »

22Il faut admettre que la recherche sur la presse nécessite beaucoup de patience, un peu de résignation et un certain pragmatisme. Terminons donc par une profession de foi un peu plus optimiste. Outre une passion pour la matière périodique du xixe siècle, notre expérience de recherche sur la presse a fait naître trois convictions toutes reliées au collectif

23La première est que l’outil informatique permettra dans les vingt ans à venir non seulement une recherche beaucoup plus systématique en matière de périodiques, mais également que cette exploration va fournir de nouvelles pistes non seulement idéologiques mais aussi poétiques pour l’étude des textes littéraires ; c’est-à-dire que des modèles d’écriture journalistique pourront être explorés et que ces découvertes seront immédiatement productives pour la recherche littéraire à condition dans certains cas de renoncer à l’étude monographique ou auctoriale pour étudier les corrélations entre des textes génériquement hétérogènes.

24La deuxième conviction est que l’histoire de la presse au xixe siècle ne peut se comprendre qu’en réfléchissant au-delà des frontières nationales. Dans l’univers médiatique, la notion de nation est sans doute moins prégnante qu’en histoire politique. Une étude de l’Illustration en France ne se comprend que par rapport à la presse britannique, les changements de paradigme de l’information dans les années 1880 ne s’apprécient qu’en considérant l’ombre du journalisme à l’américaine. Une étude des poétiques journalistiques doit se concevoir en prenant en compte la problématique des transferts et les aménagements locaux de mutations mondiales.

  • 8 Les travaux récents de Géraldine Muhlmann, philosophe, spécialiste des sciences de l’information e (...)

25Enfin il semble particulièrement nécessaire d’abandonner les privilèges et les territoires disciplinaires. L’histoire littéraire d’une manière globale s’est profondément rénovée au contact de sa jeune sœur, l’histoire culturelle (études bibliométriques, prises en compte des sociabilités littéraires, du monde du livre et de l’édition, étude des auteurs et des genres mineurs). Sans préjugés, certains universitaires comme Marc Angenot ou Jacques Dubois ont emprunté à l’histoire ou à la sociologie des concepts ou des outils qui ont considérablement fait évoluer les discours sur la littérature. Parce qu’elle constitue un terrain intermédiaire, complètement neuf, la presse nécessite une coopération pluridisciplinaire8.

Notes

1 On pourrait évoquer ici par exemple les travaux de Théodore Palfrey, L’Europe littéraire (1833-1834), un essai de périodique cosmopolite, Paris, Champion, 1927 ; Brian Juden, La France littéraire, répertoire, présentation et notes, Paris, Champion, 1974 ; Kathleen Jones, La Revue britannique, son histoire et son action littéraire (1825-1840), Paris, Droz, 1939.

2 On pense notamment aux travaux de Roland Chollet (Balzac journaliste. Le tournant de 1830, Klincksieck, 1983), de Michel Brix (Nerval journaliste (1826-1851), problématiques, méthodes d’attribution, Namur, presses universitaires de Namur, 1986), de Roger Bellet (Jules Vallès journaliste, Paris, les éditeurs français réunis, 1977), de G. Delaisement (Guy de Maupassant journaliste et chroniqueur, 2 vols, C.R.D.P., Orléans, 1984).

3 Jusqu’à une date relativement récente, rares étaient les travaux universitaires littéraires qui s’étaient intéressés à la presse comme à un phénomène global construisant des poétiques spécifiques. On peut citer Patrick Berthier, La Presse littéraire et dramatique au début de la monarchie de juillet (1830-1836), Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1997, Roger Bellet, Presse et journalisme sous le Second Empire, Colin, Kiosque, 1967 ou encore Marie-Françoise Melmoux-Montaubin, L’Écrivain-journaliste au xixe siècle : un mutant des lettres, Lieux littéraires, éditions des cahiers intempestifs, 2003.

4 Voir Marie-Ève Thérenty, Mosaïques. Être écrivain entre presse et roman au xixe siècle, Champion, 2003.

5 Voir Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant, 1836, l’an I de l’ère médiatique, éditions du nouveau-monde, 2001.

6 On pourra citer par exemple Christian Delporte, Les journalistes en France 1880-1950. Naissance et construction d’une profession, Paris, éditions du Seuil, 1999. Dominique Kalifa, L’Encre et le sang. Récits de crime et société à la Belle Époque, Fayard, 1995 et Thomas Loué, La Revue des deux mondes de Buloz à Brunetière, éditions du Septentrion, 2002.

7 Texte tiré du document-programme de La Civilisation du journal, histoire culturelle et littéraire de la presse au xixe siècle (1814-1900). Au comité de rédaction de cet ouvrage figurent Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Eve Thérenty et Alain Vaillant.

8 Les travaux récents de Géraldine Muhlmann, philosophe, spécialiste des sciences de l’information et journaliste, illustrent exemplairement cette exigence de pluridisciplinarité. Nous renvoyons par exemple à Géraldine Muhlmann, Une histoire politique du journalisme (xixe-xxe), PUF, 2004.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search