Version classiqueVersion mobile

Féminin/Masculin : écritures et représentations. Corpus collectifs

 | 
Sylvie Triaire
, 
Christine Planté
, 
Alain Vaillant

Corpus collectifs

Travailler sur un corpus de romans

Brigitte Louichon

Texte intégral

1Notre communauté de chercheurs en littérature peut se passionner pour la genèse d’un sonnet ou encore s’affoler de la découverte d’un nouveau carnet de travail d’un auteur naturaliste. Dans le même temps, ce qui la constitue en propre, à savoir l’ensemble des discours qu’elle produit, me semble curieusement – et peut-être malheureusement – exclu de ce type d’analyse. Certes, il ne s’agit pas ici de mettre sur le même plan Baudelaire, Zola et le jeune chercheur, tout juste sorti de thèse. Je crois néanmoins qu’il serait vraiment souhaitable de réfléchir à la genèse des thèses, de savoir pourquoi et comment on en vient à choisir un sujet car chaque nouvelle thèse, imperceptiblement à chaque fois, vient alimenter la communauté.

2Ce sont des choses à propos desquelles on n’écrit pas. Tout juste font-elles l’objet de questions polies dont on écoute distraitement la réponse à la fin d’un repas de colloque un peu morne. Il semble pourtant que les motivations les plus fréquentes soient de deux types : le jeune doctorant veut travailler sur une œuvre ou un auteur, ou bien il souhaite travailler avec un professeur particulier, lui-même en général spécialiste d’un auteur. Dans les deux cas, il s’agit d’une élection, d’une question de goût, d’une rencontre, parfois très ancienne dans le cas des textes ou plus récente dans le cas du professeur admiré. Parfois aussi – mais je pense que cela ne concerne que quelques étudiants, en quelque sorte « programmés » par leur cursus –, la perspective d’une nécessaire carrière génère un sujet. Mais l’essentiel du vivier des futurs doctorants se trouve ailleurs. Ils sont plus souvent déjà enseignants dans le second degré qu’encore étudiants, plus souvent solitaires qu’intégrés à une équipe, plus souvent provinciaux que parisiens, plus souvent mus par l’amour de leur discipline que par la perspective d’une carrière, plus souvent nourris de représentations erronées et fantasmées de ce qu’est la recherche en littérature que conscients des enjeux du choix qu’ils vont faire.

  • 1 Sans doute aurait-il été possible en lisant l’introduction de certaines thèses de trouver expositi (...)
  • 2 On remarquera que, dans ce texte, aucune personne n’est mentionnée. Ni mon directeur de thèse, ni (...)

3Cette réflexion m’est venue après avoir un peu légèrement accepté de répondre à la commande de l’équipe de Lieux littéraires : quels problèmes pose le travail sur un corpus de romans ? La question était intraitable1. Tout juste pouvais-je dire : comment en suis-je arrivée à travailler sur un corpus de romans ? quels problèmes cela m’a-t-il posé ? Et donc parler de soi, ne plus être dans l’écriture argumentative mais dans le récit, qui, quoique traitant de problèmes de recherche, touche obligatoirement à l’intime2. Car pour qui a passé tant d’années à se mouvoir dans la solitude des textes, en parler réfère – et c’est heureux – à ce qui le constitue au plus profond.

4J’ai donc soutenu fin 1997 une thèse intitulée Ces Voix qui se sont tues – Le roman féminin de 1794 à 1830, portant sur un corpus de 23 romans écrits par sept romancières. Or, ce type de sujet, je le crois, ne s’impose que parce que je suis arrivée en thèse non pas en souhaitant travailler sur un auteur ou avec un professeur mais parce que je me posais quelques questions à propos du roman. Je me demandais très naïvement ce qui avait bien pu se passer entre Les Liaisons dangereuses et Le Rouge et le noir. En creusant un peu, et pour faire vite, je me suis rendue compte que cette époque avait généré quantité de romans féminins dont les auteurs semblaient en leur temps très connus. Et je comptais, en en lisant quelques-uns, et en articulant les lectures critiques que je ne doutais pas de faire sur ces auteurs cités par Chateaubriand, Balzac et Stendhal, me débarrasser au plus vite de ce dossier pour attaquer d’autres chantiers, plus glorieux sans doute. Las, force fut de constater que d’écrits critiques sur ce qui me semblait déjà constituer un corpus spécifique, il n’y en avait pas.

5Dès que la décision a été prise de consacrer ma thèse à ces romancières oubliées – et ce ne fut pas forcément chose facile ni rapide – le problème de la constitution du corpus s’est posé de manière aiguë : quels textes ? quels critères ? quelle méthode ? quelle perspective ? quel objectif ?

6En général, le support textuel au travail de thèse est antérieur à la problématique ou aux hypothèses qu’elle développe effectivement. Bien sûr, les questions évoluent. Mais pour qui démarre avec L’Éducation sentimentale ou même les romans de Flaubert, ce sont les textes eux-mêmes (et les travaux critiques qui leur ont été consacrés) qui permettent d’affiner les choses et d’adopter, à un moment donné, une véritable posture énonciative de chercheur. Dans mon cas, la question était antérieure et je me trouvais dans une situation assez étrange : je n’avais pas encore lu les textes à propos desquels je me posais des questions et développais même des hypothèses déjà bien avancées. Imagine-t-on quelqu’un qui voudrait travailler sur Balzac et qui n’aurait rien lu de Balzac ? Tel était pourtant mon cas : je voulais travailler sur Sophie Cottin, Adélaïde de Souza, Mme de Genlis et d’autres encore et je n’avais jamais lu leurs romans – en tout cas pas tous ceux, loin s’en faut, sur lesquels j’ai finalement travaillé.

7Deux perspectives me semblaient possibles : la première consistait à lire le plus de textes pouvant s’inscrire dans les limites très vagues que je m’étais données : des auteurs féminins et deux dates charnières. Ensuite, il se serait agi d’organiser les résultats des prélèvements opérés en une synthèse. La seconde consistait à se doter d’un corpus établi avec autant de rigueur et de pertinence que possible. La première perspective a été abandonnée pour plusieurs raisons :

  • la lecture extensive ne permet pas de lecture approfondie des textes, de ces relectures multiples que requiert un corpus délimité. Je craignais de ne trouver dans ces textes que ce que je voulais y trouver. La synthèse serait en quelque sorte faite a priori, à partir de quelques intuitions, de quelques lectures périphériques concernant tel ou tel texte, ou tel ou tel auteur.
  • La lecture extensive ne permet pas de hiérarchisation des textes. Ils sont placés sur le même plan sans mise en perspective nécessaire et l’organisation synthétique produit le sentiment d’une uniformité de ton et de sens évidemment erroné. Les textes deviennent de simples réservoirs auxquels on puisera en fonction des besoins. Or, lorsque l’on travaille sur des textes connus, et si tant est que l’on soit conscient de cette mise à plat, il est toujours possible d’opérer de la sorte : la valeur des textes s’est construite ailleurs. Ce qui n’est pas le cas lorsqu’on travaille sur des textes peu connus.
  • La thèse conçue comme une synthèse de lectures multiples fait disparaître la spécificité de chaque texte, chaque auteur au profit du discours du chercheur.

8Une fois décidée la constitution d’un corpus, il reste alors à en définir les critères, en fonction de la recherche engagée. Il faut qu’il soit quantitativement assez important pour permettre une véritable argumentation et effectivement représentatif du phénomène questionné. Pour ce qui me concerne, j’ai retenu quatre critères :

  1. la notoriété des auteurs à l’époque ;
  2. une production romanesque inscrite en totalité dans la période concernée ;
  3. une production romanesque suffisamment importante pour que son auteur puisse être considéré comme une romancière ;
  4. la fortune critique des textes et de leurs auteurs.

9Or, ces critères peuvent être exclusifs les uns des autres. Par exemple, Mme de Krüdener n’a écrit qu’un roman, Valérie (1803), mais ce roman est très important pour l’époque et encore relativement connu, il a été réédité et une thèse très documentée lui a été consacrée. Il fallait évidemment intégrer ce texte au corpus. D’autres problèmes sont venus encore se greffer. Mme de Genlis fut une romancière extrêmement prolixe. Comment choisir ? Il y a les incontournables comme Mademoiselle de Clermont mais après ? Je crois qu’il faut avouer qu’en la matière c’est parfois le hasard d’une lecture ou d’un compte rendu journalistique de l’époque qui préside au choix quand, plus simplement et moins scientifiquement, ce ne sont pas les conditions d’accessibilité du texte.

10Une fois définis ces critères, leur opérationnalité n’a pas été immédiate. Pour ce qui me concernait et m’intéressait, le plus important était celui de leur notoriété. Or, celle-ci, très rapidement disparue, ne pouvait se repérer qu’à la lecture de textes d’époques et en premier lieu dans la presse. Ce qui fait qu’en réalité, pour constituer mon corpus de romans, j’ai d’abord dû constituer un corpus d’écrits journalistiques, mais aussi de correspondances et d’écrits divers, à partir desquels je pensais pouvoir effectivement affirmer que tel ou tel auteur était lu, connu, apprécié.

11Cette question du corpus collectif semble alors rejoindre celle du travail sur les minores. De fait, on imagine mal a priori quelqu’un travaillant en thèse sur Stendhal, Balzac, Hugo, George Sand, Flaubert, Zola, Maupassant en même temps ! Mais je crois que l’on peut noter au moins trois différences :

  1. Travailler sur un corpus de plusieurs textes mineurs (que l’on posera très simplement ici comme des textes peu connus) ne pose pas les mêmes problèmes que de travailler sur un auteur mineur. Dans ce dernier cas, la constitution du corpus ne pose aucun problème puisqu’il découle, à peu de choses près, du choix de l’auteur. C’est la même chose d’ailleurs lorsque l’on travaille par exemple sur « les petits romantiques », corpus déjà constitué, à défaut d’être totalement étudié, par l’histoire littéraire.
  2. Travailler sur un corpus collectif n’exclut pas le texte ou l’auteur majeur. Pour ce qui me concerne, et une fois mes critères posés, je me suis vue contrainte d’intégrer Mme de Staël à mon corpus d’auteurs mineurs. Le corpus collectif est donc un corpus dans lequel certains textes ou auteurs sont mineurs. Dès lors, les problèmes se compliquent encore : comment traiter sur le même plan les romans de Mme de Staël et des textes oubliés, inconnus, des auteurs dont les noms mêmes ont déserté l’histoire littéraire ? Un problème très simple se pose d’emblée : Mme de Staël a généré quantité d’écrits critiques au contraire des autres romans. Il faut savoir articuler une recherche qui doit d’abord être recension avec un travail qui, sur les autres textes, est souvent de première main.
  3. Lorsque la problématique génère le corpus, le corpus est en quelque sorte justifié par cette problématique. Ce que le chercheur doit alors justifier, ce n’est pas le recours à des textes mineurs, c’est d’abord sa problématique et ensuite éventuellement la méthodologie de constitution de son corpus. En revanche, le travail sur un auteur mineur doit obligatoirement problématiser la question des minores.

12Une fois le corpus établi, reste à le lire : c’est-à-dire d’abord à se le procurer ! Sur les 23 romans que j’avais listés, neuf étaient disponibles en édition moderne. Pour le reste, j’ai couru les bouquinistes et beaucoup fréquenté les bibliothèques. Qui dira l’angoisse de la citation que l’on a oublié de référencer ? la déception quand il s’avère – et cela m’est arrivé – qu’il manque un volume ? la frustration quand on ne peut se procurer un texte dont on a le sentiment qu’il recèle des trésors ? Je dois avouer que j’ai parfois envié les thésards travaillant chez eux avec deux volumes de la Pléiade. Mais je dois aussi dire que le travail en bibliothèque, la recherche dans les fonds patrimoniaux, la rencontre quasi-quotidienne avec d’autres chercheurs plongés dans d’autres univers ont été sources de bonheur.

13Une autre forme de jubilation tient au fait que nombre de ces textes n’ont généré que fort peu d’écrits critiques. Il est assez amusant de suivre d’ailleurs les traces de ces épisodiques productions : ainsi Sainte-Beuve est-il intégralement repris sur plusieurs pages, sans être cité, sans guillemets, par un historien de la littérature dont nous tairons bien sûr le nom. Nombre des auteurs sur lesquels j’ai travaillé sont évoqués en quelques lignes, quelques paragraphes dans des ouvrages sur le roman durant tout le xixe siècle. On sent que les commentaires se répètent et que la lecture effective des textes disparaît. Dès lors, le chercheur est devant une ignorance collective qui, pour paraître parfois vertigineuse, est aussi prodigieusement jouissive. Après toutes les années d’étude où le texte a toujours été lu et commenté par d’autres, où sa propre lecture a toujours été évaluée à l’aune de celles qui ont précédé, il est libre et seul, dans un vrai tête-à-tête avec le texte, sans le secours mais aussi sans l’entrave du passé critique.

14Vient enfin un jour où le corpus est définitivement établi, sa lecture est opérée, la bibliographie critique se constitue au fur et à mesure, les hypothèses s’organisent. Bref, arrive l’heure de la mise en texte et de la présentation du travail. Se pose alors une question très simple : comment présenter le corpus, comment donner à entendre une démonstration qui repose sur un ensemble conséquent de textes dont la plus grande partie sera inconnue des futurs lecteurs de la thèse ? Et l’intérêt du travail effectué ne réside-t-il pas aussi dans cette mise en lumière d’un ensemble de textes oubliés qui, devenu corpus par le biais d’un questionnement d’historien de la littérature, mérite d’être exposé ? Autrement dit, comment concilier la nécessaire dimension argumentative de la thèse avec la dimension informative inhérente à ce genre de démarche ? Autrement dit encore, comment laisser à ces auteurs oubliés un espace pour se faire entendre dans leur singularité ? comment articuler unicité de chaque discours romanesque, évidentes différences entre les auteurs, et pertinence d’un questionnement autour du corpus ? comment dialectiser la parole individuelle effectivement proférée et la parole collective reconstruite par le chercheur et postulée comme une hypothèse ?

15La solution que j’ai choisie est rudimentaire : une partie de présentation de chacun des textes constituant le corpus et une partie de synthèse. Cette solution rudimentaire est fondamentalement inélégante – et l’on sait combien l’élégance est un critère prégnant d’évaluation d’une thèse. Mais peut-être doit-on parfois avoir l’audace de faire des choix seulement dictés par le sujet d’étude. Cette solution basique présente en outre quelques écueils. La partie de présentation s’apparente peu ou prou à un catalogue. Catalogue des biographies, des résumés, des échos de la réception des textes, des écrits critiques parfois inexistants et parfois pléthoriques (pour Mme de Staël). Pour articuler ces données, tenter de faire entendre la singularité des textes et permettre la lecture de la partie synthétique qui suivrait, j’ai finalement choisi de proposer pour chaque texte une lecture orientée, un biais particulier, une piste singulière. Il y avait ainsi des rapprochements avec d’autres textes (Mademoiselle de Clermont et La Princesse de Clèves), des analyses de lectures (Valérie vu par Benjamin Constant), des questionnements génériques (Delphine et le roman sentimental), thématiques (Charles et Marie et l’image de la femme), biographiques (Malvina comme expression personnelle), structurels (Claire d’Albe, un roman de l’aveu), historiques (Eugène de Rothelin ou le monde réconcilié)... Ces lectures avaient trois objectifs : présenter effectivement les textes en général inconnus, les articuler à une réflexion critique et donner aux lecteurs les informations nécessaires à la lecture de la partie synthétique qui s’est, elle, organisée autour d’une réflexion générique et historique.

16On sait combien la rédaction d’une thèse s’apparente à une épreuve quasi-initiatique dont la soutenance fait figure d’adoubement. Cette tâche se construit sur le long terme et dans la solitude. Tout doctorant en a ressenti le poids un jour ou l’autre. Pourtant, si tant est qu’il travaille sur un auteur ou dans un champ repérable, il appartient aussi à une équipe, participe à des séminaires, communique lors de colloques. Ses réflexions, ses hypothèses, même balbutiantes, peuvent être livrées à la sagacité de ses pairs ou de ses maîtres. Il n’en a rien été pour ce qui me concerne. C’est dire si j’attendais avec avidité la soutenance. J’espérais, que par delà la cérémonie et ses rites, mon travail serait enfin discuté. Mais, là encore, les choses se compliquent pour un travail portant sur un corpus collectif. Au doctorant balzacien, un jury balzacien ; au doctorant zolien, un jury zolien – il est toutefois souhaitable qu’un des membres soit un peu extérieur à la petite communauté. Mais dans mon cas : sept auteurs ! comment faire ? D’autant que sur les sept auteurs, seuls deux « avaient » des « spécialistes ». D’autant surtout que la problématique que le corpus venait nourrir se prêtait peu à la présence de spécialistes. Tout le monde s’est accordé à dire que la soutenance s’était « très bien passée », mais il n’y eut guère de véritable discussion, absolument impossible étant donné le corpus de référence, et je me souviens de ce moment comme d’un rendez-vous raté.

17La thèse est la pierre de voûte du système universitaire. Et les problèmes qu’on peut rencontrer à la réaliser sont emblématiques de ceux que l’on rencontrera lorsqu’elle sera achevée. Qui a fait une thèse sur Balzac devient balzacien, étiqueté, repérable. Membre de tel ou tel centre, élève de tel ou tel maître, adepte de telle ou telle approche. Différent certes des autres balzaciens mais balzacien. Qui est-on dans le système universitaire français quand on n’est pas spécialiste d’un auteur ? La tentation est forte de rejoindre un camp ou un autre. Pour l’exemple, on m’a contactée à plusieurs reprises afin d’écrire sur Mme de Staël – Corinne était au programme de l’agrégation. En revanche, personne – ou presque – n’a pensé a priori que mon travail de recherche à partir du corpus de romans pouvait intéresser un lectorat quelconque.

18Pourtant les choses ne sont pas forcément aussi noires qu’on pourrait le croire. La singularité de la démarche et la méconnaissance des textes étudiés vous ouvrent la porte de multitude de colloques. Votre discours suscite en général curiosité et bienveillance. Vous croisez toutes sortes de gens : vous qui n’êtes spécialiste de rien, vous pouvez parler de beaucoup de choses. Évidemment votre intervention est toujours un peu périphérique, toujours un peu décalée, jamais centrale ni cruciale. Mais vous vous nourrissez de ces rencontres, de cette variété. Et pour ce qui me concerne, j’apprécie suffisamment cette singularité et cette solitude, ce décalage stimulant pour continuer dans cette voie : il est extrêmement rare que je communique sur un seul texte ou sur un seul auteur. J’essaie toujours de croiser les œuvres et, sur mon bureau, il y a toujours quatre ou cinq romans, qui constituent le corpus de recherche de mon prochain article.

Notes

1 Sans doute aurait-il été possible en lisant l’introduction de certaines thèses de trouver exposition de ces questions. Je n’en avais pas le temps. De plus, en interrogeant la banque de données « Doc-thèses » qui répertorie les thèses soutenues, à partir des mots clés : « corpus » et « romans » et en me cantonnant à la littérature du xixe, je n’ai eu qu’une réponse : ma thèse !

2 On remarquera que, dans ce texte, aucune personne n’est mentionnée. Ni mon directeur de thèse, ni les membres de mon équipe de recherche, ni les membres de mon jury, ni les personnes que j’ai pu rencontrer après la soutenance de ma thèse. Ceci est évidemment parfaitement délibéré.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search