Version classiqueVersion mobile

Jade, or, porcelaine...

 | 
Solange Cruveillé
, 
Félix Jun Ma

Objets d'art — 藝

Objet de luxe ou objet d’art ? La parodie dans l’art de Mei Dean-E

奢侈品亦或藝術品?— 梅丁衍作品中的諧擬

Kuang-yi Chen

Résumé

Objets du quotidien ou pièces de collection, malgré diverses utilisations, les jades dans la culture chinoise ne sont jamais considérés comme des « œuvres d’art ». La valeur du jade est-elle liée à sa nature et à son apparence, ou plutôt à sa valeur symbolique ? Une pièce de jade ayant une valeur archéologique ou artisanale peut-elle intégrer le monde de l’art contemporain ?
L’artiste contemporain taïwanais reconnu Mei Dean-E 梅丁衍 (1954-), en parodiant le Chou blanc en jadéite et le Morceau de viande de porc en pierre du Musée national du Palais de Taipei, met en relief des problèmes qui se perpétuent autour des cultures chinoise et taiwanaise à propos de ces deux pièces. Il nous montre comment en tant que signe culturel leur signification varie en fonction du contexte historique et de leur lieu de conservation.

Texte intégral

  • 1 Voir Xu Shen 許慎 (30-124), Shuowen jiezi說文解字, 卷二, « 玉部 » 81, at http://ctext.org/dictionary.pl ?if= (...)
  • 2 Voir Hong Xiaochun 洪曉純 et al., « Haiwai chutu de Taiwan yu ji qi Beinan wenhua yaosu 海外出土的台灣玉及其卑南文 (...)
  • 3 Ville située à l’est de Taiwan, près de Taidong 台東.

1Le Shuowen jiezi 說文解字, ouvrage des Han orientaux 東漢 (25-220), donne la définition suivante : « Les belles pierres sont qualifiées de “jade” » (« Shí zhī měi zhě wèi zhī yù 石之美者謂之玉 »)1. Au fil des siècles, le jade revêt en Chine un sens tout à fait particulier et assume des rôles multiples : pierre rituelle, pierre de protection contre le mal et la pourriture du corps, pierre décorative. À Taidong 台東, ville située à l’est de Taiwan, on a découvert, à côté de nombreuses pièces funéraires, un nombre important de pièces de jade datant de l’époque néolithique de Beinan 卑南 (5300-2300 avant notre ère2). Les objets excavés sont en jade de Fengtian 豐田, site situé dans la région de Hualian 花蓮3. Il s’agit de « jade de Taiwan », qui a occupé une place prépondérante dans le commerce en Asie du Sud-Est et se vendait à un prix élevé. C’est ce qui lui a donné de l’importance aux yeux des collectionneurs fortunés issus de la noblesse et de l’aristocratie. Cependant, peu importe l’utilisation qui est faite de ces jades — objets du quotidien ou pièces de collection — ils ne sont jamais considérés comme des « œuvres d’art ». Dès que le jade intègre des collections dans des musées d’art, son statut devient en effet plus complexe.

2Le Musée national du Palais (Guoli Gugong Bowuyuan 國立故宮博物院) de Taipei conserve par exemple un bloc de jade taillé qui est considéré à l’heure actuelle comme l’un des trésors du musée et devant lequel défile une foule de visiteurs. Il s’agit de la pièce dite du Chou blanc en jadéite, pièce qui se trouvait à l’origine dans la Cité interdite de Pékin, dans le palais Yonghe 永和, dans la résidence de Jin Fei 瑾妃, concubine de l'empereur Guangxu 光緒 sous la dynastie des Qing.

Fig. 1 — « Chou blanc en jadéite » (Cuì yù báicài 翠玉白菜), dynastie Qing (1644-1912),18.7 cm. X 5.07 cm. X 9.1 cm, Musée national du Palais de Taipei 台北國立故宮博物院 Copyright © National Palace Museum. All Rights Reserved.

Fig. 1 — « Chou blanc en jadéite » (Cuì yù báicài 翠玉白菜), dynastie Qing (1644-1912),18.7 cm. X 5.07 cm. X 9.1 cm, Musée national du Palais de Taipei 台北國立故宮博物院 Copyright © National Palace Museum. All Rights Reserved.
  • 4 Pendant les banquets royaux, sous la Dynastie Qing, ces insectes étaient également utilisés pour d (...)

3Il est possible que cette pièce de jade en forme de chou ait fait partie de la dot de Jin Fei. Le morceau est taillé de sorte à mettre en valeur le jeu des veinures et des macules entre les parties vertes et blanches : cela est voulu, puisque les couleurs verte (qīng 青) et blanche (bái 白) se rapportent symboliquement à la phrase « jiāshì qīngbái 家世清白 » qui désigne la pureté de la lignée familiale. Dans la partie supérieure du chou en jade se trouvent deux coléoptères, allusion à une descendance comptant de nombreux fils et petits-fils4.

4Depuis que la pièce a intégré les collections du Musée national du Palais de Taiwan et qu’elle a été exposée au public, elle n’est jamais sortie du pays, sauf en juin 2014, suite à la demande insistante du Japon. Le Musée national du Palais a alors accepté de prêter deux pièces au Musée national de Tokyo : le Chou blanc en jadéite et le Morceau de viande de porc en pierre.

Fig. 2 — Morceau de viande de porc en pierre (Rouxing shi 肉形石), dynastie Qing (1644-1912), 6.6 cm. x 7.9 cm., Musée national du Palais de Taipei台北國立故宮博物院 Copyright © National Palace Museum. All Rights Reserved.

Fig. 2 — Morceau de viande de porc en pierre (Rouxing shi 肉形石), dynastie Qing (1644-1912), 6.6 cm. x 7.9 cm., Musée national du Palais de Taipei台北國立故宮博物院 Copyright © National Palace Museum. All Rights Reserved.
  • 5 Voir Lin Yizhen 林宜箴, « Rouxing shi fu Ri zhanchu “肉形石”赴日展出 » [L’exposition du Morceau de viande de (...)

5Mais le Japon, qui a minimisé l’importance des caractères « guólì 國立 » — signifiant « national » — présents dans le nom du « Musée national du Palais de Taipei », a omis de les garder sur les supports publicitaires annonçant l’événement, ce qui a créé de grands troubles publics à Taiwan5.

6Cet incident amène les chercheurs à s’interroger à propos du jade : la valeur du jade est-elle liée à sa nature et à son apparence, ou bien plutôt à la valeur symbolique qui lui est attribuée ? Par ailleurs, étant donné qu’une pièce de jade a souvent une valeur archéologique ou artisanale, peut-elle intégrer le monde de l’art contemporain ? Comment un artiste contemporain peut-il travailler sur cette pierre dont la portée historique et symbolique est très forte mais qui n’a plus vraiment de signification dans la société contemporaine ? Une pièce patrimoniale signifiante à l’intérieur d’un contexte ou d’un espace-temps particulier, parvient alors à un signifié autre. Un artiste peut-il réinterpréter ces jades jadis impériaux, venant de Chine continentale et considérés aujourd’hui comme des trésors nationaux taiwanais, pour les intégrer dans un autre contexte ?

  • 6 Lors de la défaite de 1945, les Japonais se retirent de Taïwan. Les troupes chinoises du Kuomintan (...)

7Pour donner quelques éléments de réponse, nous prendrons l’exemple de l’artiste taiwanais contemporain reconnu Mei Dean-E 梅丁衍, né en 1954 à Taipei. Ses aïeuls étant originaires de Shanghai, il est considéré comme appartenant à la deuxième génération des « natifs de régions étrangères6 ». Après l’obtention de son diplôme en beaux-arts en 1977 à l’université de culture chinoise de Taiwan (Zhongguo wenhua daxue 中國文化大學), il part poursuivre ses études aux Etats-Unis, au Pratt Institute de New York, dont il sort diplômé en 1985 (Major in painting). Il commence alors à participer à des événements artistiques. Sa connaissance des milieux américains et les influences occidentales qu’il a assimilées vont avoir une incidence sur la question de son identité culturelle et sur le sens de sa création. Après son retour en 1993 à Taiwan, il va jouer un rôle majeur dans les discussions concernant la culture locale, concernant notamment la tentative de sinisation du pays par le gouvernement du Kuomintang.

8Attardons-nous sur quelques-unes de ses œuvres récentes. En 2012, Mei Dean-E réalise deux œuvres intitulées Morceau de porc façon Su Dongpo (Dongpo rou 東坡肉) et Nourrir de mauvaises intentions (Bāocáng huòxīn 包藏禍心).

Fig. 3 — Mei Dean-E, « Morceau de porc façon Su Dongpo » (Dongpo ròu 東坡肉), 2012, estampe numérique, taille variable, photographie de l’artiste.

Fig. 3 — Mei Dean-E, « Morceau de porc façon Su Dongpo » (Dongpo ròu 東坡肉), 2012, estampe numérique, taille variable, photographie de l’artiste.

Fig. 4 — Mei Dean-E, « Nourrir de mauvaises intentions » (Bāocáng huòxīn 包藏禍心), 2012, estampe numérique, taille variable, photographie de l’artiste.

Fig. 4 — Mei Dean-E, « Nourrir de mauvaises intentions » (Bāocáng huòxīn 包藏禍心), 2012, estampe numérique, taille variable, photographie de l’artiste.

9La première s’inspire du Morceau de viande de porc en pierre dont nous avons parlé plus haut. Il s’agit à l’origine d’un plat célèbre de la province chinoise du Zhejiang 浙江 dans la région du Fleuve Bleu, qui a été élaboré par le poète Su Dongpo 蘇東坡 (1037-1101), d’où l’appellation « Morceau de viande façon Su Dongpo ». Mei Dean-E a volontairement remplacé la pierre par un vrai morceau de viande en ajoutant dessus des fourmis et des rats, animaux considérés comme repoussants. Concernant la seconde œuvre, Nourrir de mauvaises intentions, on relève immédiatement un jeu d’homophonie dans le titre : le « chou blanc » en chinois s’appelle en effet « bāoxīn cài 包心菜 ». La pièce s’inspire du Chou blanc en jadéite du Musée national du Palais : le jade a été remplacé par un vrai chou, et les deux coléoptères par une mante et un cafard. L’artiste utilise donc la parodie pour présenter les deux pièces du Musée national du Palais de Taipei et ainsi exprimer ses idées.

10Ces créations ne sont de fait pas réalisées uniquement dans un but humoristique. Mei Dean-E a en réalité commencé à s’intéresser aux pièces patrimoniales du Musée national du Palais dès l’an 2000. Parmi les œuvres contemporaines qu’il a exécutées autour de ce sujet se trouve la reproduction de La Fontaine, urinoir du peintre et plasticien français Marcel Duchamp (1887-1968). Il le reproduit « à la chinoise », avec des motifs de porcelaine de type bleu-et-blanc. Cette œuvre s’intitule le Système occidental appliqué en Chine (Xī tǐ Zhōng yòng 西體中用).

Fig. 5 — Mei Dean-E, « Système occidental appliqué en Chine », (Xī tǐ Zhōng yòng 西體中用) 2000, estampe numérique, taille variable, photographie de l’artiste.

Fig. 5 — Mei Dean-E, « Système occidental appliqué en Chine », (Xī tǐ Zhōng yòng 西體中用) 2000, estampe numérique, taille variable, photographie de l’artiste.
  • 7 Xu Beihong est l'un des peintres chinois les plus renommés du siècle dernier. Il est resté célèbre (...)
  • 8 Cité dans Marcel Duchamp, Duchamp du Signe, Paris, Flammarion, 1994, p. 49.

11Durant le processus de modernisation de la culture chinoise, la Chine a en effet subi la forte influence de l’Occident. C’est ainsi qu’une approche visant à unir la Chine et l’Occident tels « deux jades de demi-cercles reliés entre eux » (Zhōng Xī hé bì中西合璧) a vu le jour. C’est à ce moment-là que le peintre Xu Beihong 徐悲鴻 (1895-19537) et d’autres artistes appartenant au Mouvement pour la nouvelle culture des années 1920 ont œuvré pour favoriser cette ouverture. Pourquoi y a-t-il eu cette nécessité d’un art synthétique rassemblant Chine et Occident, et comment cet art s’est-il exprimé ? Dans le domaine des beaux-arts, s’agit-il d’un rapprochement au niveau de l’esthétique ou bien de l’esprit ? Lorsque Mei Dean-E entreprend ce saut dans une autre civilisation en allant poursuivre des études à l’étranger, ce besoin de comprendre est toujours présent. Mais il est très difficile de trouver des réponses à toutes ces questions. Quand en 1917 Duchamp entreprend la réalisation de son urinoir, et qu’il présente cela comme étant une « œuvre d’art », il tente de démontrer qu’une œuvre artistique est un signe culturel arbitraire. Le statut de l’œuvre autant que son prix n’ont rien à voir avec l’aspect extérieur de l’œuvre. Ainsi, lorsque Duchamp définit ce qu’est le « ready-made » dans un article du Dictionnaire abrégé du surréalisme, il le présente comme un « objet usuel promu à la dignité d'objet d'art par le simple choix de l'artiste8 ». Le statut et la valeur d’une pièce de musée sont donc à ses yeux déterminés par une idéologie et par une institution plutôt que par ses qualités plastiques. De même, lorsque Duchamp ajoute des moustaches au visage de la Joconde dans son œuvre L.H.O.O.Q., s’agit-il avant tout d’ironie envers son original conservé au Musée du Louvre ou bien s’agit-il de questionner pourquoi la Joconde est devenue l’œuvre symbolique du Louvre ?

  • 9 Ma Ying-jeou, né en 1950 à Hong Kong, s’installe avec ses parents à Taiwan en 1951. Il est élu en (...)
  • 10 Voir Han Ying 韓嬰, Han Shi waizhuan 韓詩外傳 [Commentaire du Livre des Odes par Maître Han], 卷十:21 (at (...)

12De la même façon, lorsque Mei Dean-E ajoute sa touche personnelle au Chou blanc en jadéite, en 2012, Taiwan se trouve alors sous la présidence de Ma Ying-jeou 馬英九 (président de la République de Chine de 2008 à 20169). Durant cette période, le pays s’ouvre largement à la République Populaire de Chine (« Chine continentale ») et un grand nombre de touristes chinois se rendent à Taiwan. Le Musée national du Palais devient un lieu privilégié par ces touristes, et la pièce Chou blanc en jadéite est plébiscitée aux dépens d’autres objets ayant une valeur artistique bien plus élevée. Le Musée national du Palais choisit d’en faire une « vitrine ». Il en est de même pour une importante quantité de produits commerciaux dérivés. Face à une société de consommation, le musée fait passer sa responsabilité en matière de recherche et d’enseignement au second plan. L’existence du musée devient en soi une contradiction : en choisissant le chou blanc en jadéite comme symbole, et non, comme nous l’avons vu plus haut, un jade de la culture autochtone de Beinan, le musée marque une crise d’identité cultuelle entre Taiwan et la Chine. C’est pourquoi, à la place des coléoptères, Mei Dean-E a décidé de placer dans sa reproduction une mante et un cafard, faisant écho à l’expression « Une mante chasse une cigale sans apercevoir l’oiseau derrière elle » (Táng láng bǔ chán, Huáng què zài hòu 螳螂捕蟬黃雀在後)10. Il représente ainsi symboliquement ce sentiment de conflit intérieur : la mante représente un ennemi perpétuel, l’oiseau représente le danger qui la guette, symbole d’une crise invisible (crise d’identité notamment).

  • 11 Voir Han Yu 韓愈, « Shang Xiangyang yu xianggong shu 上襄陽于相公書 », Han Yu ji 韓愈集 », 卷十五:書二43 (at https: (...)

13Approfondissons la question de la valeur élevée du jade Chou blanc en jadéite. Est-ce une pièce de valeur en raison de la qualité du matériau utilisé ou du travail de taille si raffiné ? Est-ce dû à son esthétique particulière et à sa réalisation ? Est-ce plutôt en raison de sa symbolique ou bien parce qu’elle est la marque d’un positionnement social ? Il en va de même pour le Morceau de viande de porc. Les Asiatiques ont une sensibilité esthétique qui leur est particulière, une manière de « créer par la Nature », car « ce qui est naturel est exquis » (Hún rán tiān chéng 渾然天成11). Ils aiment bien faire l’analogie entre un objet créé par la nature et un objet de la vie quotidienne, puis s’émerveiller de l’étonnante ressemblance entre les deux. Ces dernières années, en Chine et au Japon, il y a d’ailleurs un engouement remarquable pour les pierres ressemblant aux morceaux de viande de porc, ce qui rejoint l’idée de Duchamp selon laquelle une œuvre d’art n’a pas forcément besoin d’un auteur. Une pierre « fabriquée » par la Nature est en effet sans auteur : nous sommes alors face à un « ready-made ».

  • 12 Le terme anglais print medium désigne selon le Dictionnaire Oxford les « Moyens de communication d (...)

14En dernier lieu, abordons l’approche technique et les matériaux. L’un des supports privilégiés par Mei Dean-E est l’estampe. Mais la définition qu’il en donne est large : l’artiste préconise en effet de remplacer la conception traditionnelle de l’estampe (print making) par le print medium12. Ainsi, toutes les estampes que nous venons de voir — estampes des trois œuvres de Mei Dean-E présentées pus haut — sont réalisées avec la technique de l’impression numérique. Duchamp a procédé de la même manière avec le visage de la Joconde, sur lequel il a réalisé un print medium, car il n’avait pas la possibilité de le faire sur la peinture originale. Le print medium en tant que technique qui reproduit et qui diffuse modifie par conséquent le sens du signe reproduit, pour effectuer ce que le philosophe français Gilles Deleuze (1925-1995) appelle un simulacre. Les relations qui s’établissent ainsi entre la pièce originale et le simulacre sont alors des plus complexes.

  • 13 Huang Fushou est né en 1957 à Kaohsiung 高雄. Apprenti tailleur dès 1973 dans la fabrication du jade (...)
  • 14 Né en 1986 à Kuandian 寬甸 en Chine, He Xiangyu est un artiste contemporain qui vit et travaille à B (...)
  • 15 Voir Gereon Sievernic (éd.), Ai Weiwei : Evidence, Munich : Prestel, 2014.

15Le jade est un matériau relativement peu utilisé par les artistes contemporains à cause de son coût élevé. Ce matériau est à la fois rare et précieux, si bien que même les pièces taillées de façon traditionnelle sont de plus en plus rares. À Taiwan, on note quelques exceptions avec les réalisations de l’artiste tailleur Huang Fushou 黃福壽 (1957-)13 qui perpétue cette tradition de la taille du jade. Il existe aussi quelques exceptions parmi les artistes contemporains, notamment avec l’artiste chinois He Xiangyu 何翔宇 (1986-)14 qui a, avec son Cola project lancé en 2008, taillé dans du jade véritable un squelette de taille réelle : il a ensuite appliqué sur la surface de cette pièce un matériau corrodé, donnant l’impression d’un état de mauvaise conservation. En 2014, le sculpteur, performer et photographe Ai Weiwei 艾未未 (1957-) réalise quant à lui au musée Gropius-Bau de Berlin une série de sculptures en jade. Il faut savoir que cet artiste est lui-même collectionneur de jades, d’où ce choix de création sur ce matériau précieux15. Il produit des objets de luxe très contemporains, comme un flacon de parfum, des cosmétiques et un sex-toy qui deviennent des sculptures abstraites. Outre le jade, il utilise aussi des matières précieuses comme le marbre, le bronze et l’or, ce qui augmente le prix des pièces, et érige ses créations au rang d’objets de luxe et de collection plutôt que d’objets d’art. Mei Dean-E pour sa part n’a pas besoin d’utiliser du jade véritable et onéreux pour soulever des problématiques importantes sur l’art contemporain. À la manière de Duchamp, il amène cette pierre précieuse à la signification complexe dans le domaine de l’art contemporain.

16Pour conclure, en parodiant le Chou blanc en jadéite et le Morceau de viande de porc en pierre du Musée national du Palais de Taipei, Mei Dean-E met en relief des problèmes qui se perpétuent autour des cultures chinoise et taiwanaise à propos de ces deux pièces. Il nous montre comment en tant que signe culturel leur signification varie en fonction du contexte historique et de leur lieu de conservation. Avec une sensibilité d’artiste vis-à-vis de la situation politique, Mei Dean-E a presque annoncé l’incident du prêt au Musée national de Tokyo qui se produit deux ans après la création de ses œuvres. Alors que d’autres artistes se concentrent toujours sur le matériau et la technique, il réussit à montrer que la valeur d’un jade se situe bien au-delà de tout cela. À l’instar de Duchamp, Mei Dean-E reprend également la problématique du « Zhōng Xī hé bì中西合璧 » à travers sa conception du print medium. Parallèlement, il nous montre comment un artiste contemporain peut donner naissance, par sa façon de créer, à un objet riche en signification historique et en portée symbolique, même s’il est éloigné de notre quotidien. Ainsi, le jade, dans de telles œuvres, acquiert un statut d’objet non pas « de luxe » mais incontestablement « d’art ».

Bibliographie

Chen Yingying 陳盈瑛, Qiu Liqing 邱麗卿, Li Weifen 李瑋芬 et ali, Xun Mei qishi : 1976-2014 huigu 尋梅啟事:1976-2014 回顧 (Wanted Dean-E Mei : A Retrospective 1976-2014), Taipei, Taipei shili meishuguan, 2015.

Duchamp, Marcel, Duchamp du Signe, Paris, Flammarion, 1994.

Hong Xiaochun 洪曉純 et al., « Haiwai chutu de Taiwan yu ji qi Beinan wenhua yaosu 海外出土的臺灣玉及其卑南文化要素 » [Les jades de Taiwan découverts à l’étranger et leur rapport avec la culture de Beinan], Tianye kaogu 田野考古 (Field Archaeology), vol. 15, n1, 2012, p. 14-40.

Mei Dingyan 梅丁衍 et ali, « Ai dun di ti » : Mei Dingyan zuopin ji「哀敦砥悌」 : 梅丁衍作品集 [« Identity » : Catalogue des œuvres de Mei Dean-E], Beixian, Wenhuaju, 2003.

Mei Dingyan 梅丁衍, Taiwan kele 臺灣可樂 (Taiwan Cola), Taipei, Yixing yishu zhongxin, 2007.

Mei Dingyan 梅丁衍, Mei Yulu 梅語錄 [Les devises de Mei Dean-E], Taipei, Taipei shili meishuguan, 2014.

Sievernic Gereon (ed.), Ai Weiwei : Evidence, Munich, Prestel, 2014.

Tsuyoshi Nojima, Gugong 90 hua : wenhua de zhengzhili, cong lijie Gugong kaishi 故宮90話 : 文化的政治力,從理解故宮開始 [90 histoires à connaître sur la Cité Interdite : la force politique de la culture], Zhang Huijun 張惠君 (trad.), Taipei, Diancang, 2016.

Xu Zhongrong 許鐘榮 et al., Mei Dingyan 梅丁衍, Taiwan mingjia meishu 100 臺灣名家美術100 (100 years Taiwan Artists), Beixian, Xiangbaishu wenhua keji, 2010.

Zhou Mingqian 周明謙, Zhongguo gaogu diling yuqi zhenbao 中國高古帝陵玉器珍寶 (Imperial Tombs Jade Article Treasure), Taipei, Beixing, 2016.

Notes

1 Voir Xu Shen 許慎 (30-124), Shuowen jiezi說文解字, 卷二, « 玉部 » 81, at http://ctext.org/dictionary.pl ?if=gb&id=26 247.

2 Voir Hong Xiaochun 洪曉純 et al., « Haiwai chutu de Taiwan yu ji qi Beinan wenhua yaosu 海外出土的台灣玉及其卑南文化要素 » [Les jades de Taiwan découverts à l’étranger et leur rapport avec la culture de Beinan], Tianye kaogu 田野考古 (Field Archaeology), vol. 15, n1, Taipei, 2012, p. 14-40.

3 Ville située à l’est de Taiwan, près de Taidong 台東.

4 Pendant les banquets royaux, sous la Dynastie Qing, ces insectes étaient également utilisés pour divertir les convives.

5 Voir Lin Yizhen 林宜箴, « Rouxing shi fu Ri zhanchu “肉形石”赴日展出 » [L’exposition du Morceau de viande de porc en pierre au Japon], article du 30 septembre 2014, publié sur le site Guoli jiaoyu guangbo diantai 國立教育廣播電台. Voir aussi « Gugong fu Ri zhanlan zhengyi 故宮赴日展覽爭議 » [La controverse à propos de l’exposition des trésors de la Cité Interdite au Japon], at https ://news.ltn.com.tw/news/world/breakingnews/1036 360 (consulté le 10 juillet 2019).

6 Lors de la défaite de 1945, les Japonais se retirent de Taïwan. Les troupes chinoises du Kuomintang viennent reprendre le contrôle de l'île, avec le soutien des États-Unis et de l’ONU. En 1949, les nationalistes du Kuomintang, suite à leur défaite dans la guerre civile chinoise (1946-1949), s'y établissent avec deux millions de Chinois du continent, en majorité des soldats. Les natifs de Taiwan les appellent les « waisheng ren 外省人 », ce qui signifie « natifs de régions étrangères ». Les enfants de ces populations, qui sont nés a Taiwan, sont qualifiés de « deuxième génération des natifs des provinces étrangères » (waisheng ren di er dai 外省人第二代).

7 Xu Beihong est l'un des peintres chinois les plus renommés du siècle dernier. Il est resté célèbre pour ses peintures représentant des chevaux. Il s’est formé en partie à l’étranger, notamment à Tokyo et à Paris, assimilant ainsi les techniques occidentales. Il a notamment tenté d'enrichir la tradition picturale chinoise en les appliquant aux lavis chinois, encourageant ainsi le « renouveau artistique » en Chine.

8 Cité dans Marcel Duchamp, Duchamp du Signe, Paris, Flammarion, 1994, p. 49.

9 Ma Ying-jeou, né en 1950 à Hong Kong, s’installe avec ses parents à Taiwan en 1951. Il est élu en 2008 douzième Président de la République de Chine et a été réélu en 2012. Sous son mandat, il y a eu une intensification du lien économique et social avec la Chine continentale. Il est devenu le premier chef de Taiwan à rencontrer un Secrétaire général du Parti communiste chinois en rencontrant Xi Jinping à Singapour en novembre 2015. Voir www.president.gov.tw/Page/88.

10 Voir Han Ying 韓嬰, Han Shi waizhuan 韓詩外傳 [Commentaire du Livre des Odes par Maître Han], 卷十:21 (at http://ctext.org/han-shi-wai-zhuan/zh ?searchu=%E8 %9E%B3 %E8 %9E%82).

11 Voir Han Yu 韓愈, « Shang Xiangyang yu xianggong shu 上襄陽于相公書 », Han Yu ji 韓愈集 », 卷十五:書二43 (at https://tinyurl.com/y2qky5le).

12 Le terme anglais print medium désigne selon le Dictionnaire Oxford les « Moyens de communication de masse sous forme de publications imprimées, comme les journaux et les magazines ».

13 Huang Fushou est né en 1957 à Kaohsiung 高雄. Apprenti tailleur dès 1973 dans la fabrication du jade, il est aujourd’hui artiste-artisan. Voir son site web personnel at http://hfsjade.tw/.

14 Né en 1986 à Kuandian 寬甸 en Chine, He Xiangyu est un artiste contemporain qui vit et travaille à Berlin et à Pekin. Voir “He Xiangyu : Art and Alchemy”, under Stage 6 Visual Arts Case Study (Web : White Rabbit Gallery, Feb. 2016.) http://www.whiterabbitcollection.org/wp-content/uploads/2016/02/He-Xiangyu-Case-Study-Art-and-Alchemy.pdf (consulté le 11 août 2016).

15 Voir Gereon Sievernic (éd.), Ai Weiwei : Evidence, Munich : Prestel, 2014.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — « Chou blanc en jadéite » (Cuì yù báicài 翠玉白菜), dynastie Qing (1644-1912),18.7 cm. X 5.07 cm. X 9.1 cm, Musée national du Palais de Taipei 台北國立故宮博物院 Copyright © National Palace Museum. All Rights Reserved.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/8170/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1013k
Titre Fig. 2 — Morceau de viande de porc en pierre (Rouxing shi 肉形石), dynastie Qing (1644-1912), 6.6 cm. x 7.9 cm., Musée national du Palais de Taipei台北國立故宮博物院 Copyright © National Palace Museum. All Rights Reserved.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/8170/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre Fig. 4 — Mei Dean-E, « Nourrir de mauvaises intentions » (Bāocáng huòxīn 包藏禍心), 2012, estampe numérique, taille variable, photographie de l’artiste.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/8170/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 818k
Titre Fig. 5 — Mei Dean-E, « Système occidental appliqué en Chine », (Xī tǐ Zhōng yòng 西體中用) 2000, estampe numérique, taille variable, photographie de l’artiste.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/8170/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 504k

Auteur

Madame Chen Kuang-Yi est actuellement professeur et doyen de la faculté des beaux-arts de l’université des Arts de Taiwan. Diplômée de l’École normale nationale de Taïwan, elle a soutenu en 2001 une thèse en His-toire de l’art contemporain à l’université Paris X-Nanterre, sous la direction des professeurs Pierre Vaisse et Ségolène Le Men. Elle est l’auteur de plusieurs essais : elle a notamment publié chez NTUA Press en 2009 Art into Life — Ideology and Strategy of Modernism, et Observation sur la peinture Taiwannaise contemporaine en 2017.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search