Version classiqueVersion mobile

Féminin/Masculin : écritures et représentations. Corpus collectifs

 | 
Sylvie Triaire
, 
Christine Planté
, 
Alain Vaillant

Corpus collectifs

Présentation

Alain Vaillant

Texte intégral

1Par « corpus collectif », nous entendons ici, faute d’avoir trouvé une formule plus suggestive, tout corpus de recherche qui déborde le cadre d’une œuvre ou d’un auteur, voire de quelques auteurs comme c’est souvent le cas dans les travaux comparatistes, et qui porte sur un vaste ensemble de textes – que cette réunion soit faite sur des critères génériques, stylistiques ou chronologiques. Si l’appellation est nouvelle, la chose l’est d’ailleurs moins. Depuis longtemps déjà, la recherche littéraire portant sur la Renaissance ou sur l’âge classique nous a accoutumés à prendre en compte la dimension collective et intertextuelle de la production littéraire et intellectuelle : c’est particulièrement le cas pour les études sur la philosophie et la littérature clandestine au xviiie siècle, qui, conçues et élaborées à l’intérieur des réseaux aristocratiques et mondains, peuvent à bien des égards être considérées comme l’œuvre proprement collective de l’Ancien Régime finissant. En revanche, la recherche littéraire portant sur l’après-Révolution reste plus attachée, même sans le dire, aux « grands auteurs » et à la considération des « chefs-d’œuvre » ; pour le xixe siècle, il est ainsi incontestable que les avancée majeures de l’histoire littéraire se sont faites grâce aux massifs critiques et théoriques qui se sont constitués autour des écrivains majeurs du siècle.et, singulièrement, autour des trois grands romanciers « réalistes » : Balzac, Flaubert, Zola. Depuis peu, la recherche semble enfin changer d’échelle : cette inflexion significative nous paraît salutaire, et c’est pourquoi nous avons choisi d’y consacrer un dossier de Lieux littéraires/La Revue.

  • 1 Sur cette histoire littéraire, conçue comme une « poétique historique des formes » et une « histoi (...)

2Dans le cadre de cet avant-propos, il est inutile de revenir sur les arguments méthodologiques et scientifiques en faveur de l’étude systématique de corpus collectifs. Chacun des auteurs d’article le fait à son tour et selon son point de vue : nous laissons donc au lecteur le soin de la synthèse critique. Au demeurant, qu’on ne s’y trompe pas : il ne s’agit nullement, à nos yeux, de rejeter l’approche monographique au rang des traditions obsolètes. D’une part, nous aurons toujours besoin d’éditions critiques aussi sûres et exactes que possibles, et des spécialistes capables de les fournir à la communauté scientifique. D’autre part, la relation que le critique (ou le lecteur), à force d’approfondissement et d’intérêt exclusif, parvient à établir avec un auteur est absolument irremplaçable, et constitue l’un des fondements de l’émotion littéraire. Cependant, il est incontestable que, désormais, l’étude des corpus collectifs est indispensable au progrès de la recherche littéraire dans les deux voies qui s’ouvrent à elle, soit l’histoire littéraire bien comprise1, soit l’étude linguistique des faits discursifs et textuels : l’une et l’autre doivent évidemment être faites à un niveau d’observation supérieur à celui de l’auteur considéré isolément. Si les travaux que nous menons à bien, dans le cadre des Centres de recherches et des diverses institutions scientifiques, ont une autre vocation que de fournir des connaissances érudites mais annexes à cette culture patrimoniale des « génies » qui caractérise aujourd’hui le rapport du public cultivé au passé, s’ils ont toujours leur place au milieu des autres recherches menées au titre des sciences humaines et sociales, il faut opérer cette mue épistémologique, qu’impose aussi le reflux, programmé et inévitable, des études littéraires ; la littérature n’est désormais qu’une parmi les multiples et multiformes modes de communication sociale et de production culturelle, au sein de nos sociétés complexes ; la recherche littéraire devrait tirer le meilleur parti scientifique de cette imbrication effective, plutôt que d’y trouver l’aliment d’inutiles déplorations.

3Dans le cadre d’un simple dossier, il n’était pas question de passer en revue l’ensemble des problèmes posés par l’étude des corpus collectifs ; du moins avons-nous essayé d’en présenter un échantillon significatif. Rien ne peut être plus collectif que la pure statistique portant sur la production littéraire : à partir des travaux menés sur l’édition littéraire et les catégories génériques au xixe siècle, Alain Vaillant fait le point sur la bibliométrie littéraire. La recherche exige aussi parfois des corpus larges mais sélectifs, qui permettent de rendre compte, grâce à l’intuition du chercheur et sans prétendre à une impossible exhaustivité, de l’esprit d’une époque et de sa littérature : c’est la difficulté qu’eut à rencontrer Pierre Citti, et dont il témoigne à partir de sa propre expérience. Mais l’étude de corpus collectifs ne pose pas au chercheur que des problèmes épistémologiques. Le plus difficile mais aussi le plus urgent et le plus important, au niveau individuel – est de faire accepter et de faire lire un travail de ce type d’une communauté littéraire formée à l’approche monographique. En fait, chacun sait que ces contraintes institutionnelles sont les plus lourdes et les plus prégnantes. Tout directeur de recherche doit mesurer les risques professionnels qu’il fait prendre à engager un apprenti enseignant-chercheur dans un doctorat sur un corpus collectif : dans l’université française où la préparation à l’agrégation – donc le travail sur quelques grands auteurs – est placée si haut dans l’échelle des enseignements, le futur maître de conférences doit avoir fait ses preuves en matière d’analyse monographique. Une fois la thèse soutenue et même publiée, encore faut-il qu’elle soit lue et connue ; or, il suffit de pratiquer les grandes bibliographies spécialisées pour constater combien les travaux sur auteurs bénéficient d’une visibilité et d’un signalement infiniment supérieurs aux publications non monographiques. Sur toutes ces difficultés très concrètes, ainsi que sur les aspects plus scientifiques de sa recherche, Brigitte Louichon revient dans un texte au ton personnel, à propos de sa thèse sur le roman féminin de 1794 à 1830.

4Les trois dernières contributions portent sur des corpus collectifs qui, étudiés à l’occasion de thèses de doctorat, mettent en lumière des domaines généralement dédaignés donc mal connus – et inversement .de l’histoire littéraire, et prouvent clairement, de facto, que l’analyse de corpus collectifs conduit au renouvellement – nécessaire – des objets et des méthodes de la recherche. Olivier Bara montre que l’examen du « genre moyen » de l’Opéra comique contribue à la compréhension de l’évolution générale du théâtre et de la dramaturgie au xixe siècle. Anne Vibert souligne à quel point l’éloquence stricto sensu, qui fut pourtant le cœur vivant de la littérature à l’âge classique, devient terra incognita à partir de la Révolution, et propose, à partir d’un corpus collectif de discours parlementaires, une vigoureuse révision des classifications et des jugements de l’histoire littéraire. Enfin, Marie-Ève Thérenty fait le point sur les travaux qu’elle a menés, à partir de sa thèse, sur la poétique historique de l’écriture journalistique, mais prend aussi la mesure des multiples recherches individuelles qui doivent aboutir à une collective histoire culturelle et littéraire de la presse au xixe siècle, en cours d’élaboration. Car telle est, sans doute, la principale leçon qu’il convient de retirer de ce dossier : l’étude de corpus collectifs est peut-être la voie majeure de la recherche littéraire à venir mais, à coup sûr, elle ne pourra être menée à bien, de façon réellement utile et dans des délais supportables à l’aune d’une carrière de chercheur individuel, que si elle fait l’objet de recherches réellement collectives elles-mêmes, à l’intérieur d’équipes de recherche constituées dans cet esprit et grâce à la coopération entre équipes de recherche.

Notes

1 Sur cette histoire littéraire, conçue comme une « poétique historique des formes » et une « histoire de la communication littéraire », voir Alain Vaillant, « Pour une histoire de la communication littéraire », Revue d’histoire littéraire de la France, 2003-3, p. 549-562.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search