Version classiqueVersion mobile

Jade, or, porcelaine...

 | 
Solange Cruveillé
, 
Félix Jun Ma

Trésors de la Chine ancienne — 寶

Trésors précieux et mystérieux dans la Chine du premier millénaire : étude des récits du Taiping guangji 太平廣記 consacrés aux bao

中國第一個千年時期的神秘珍寶:《太平廣記》中關於“寶”的書寫

Solange Cruveillé

Résumé

Que considère-t-on comme des trésors précieux dans la Chine du premier millénaire de notre ère ? Pour le savoir, l’auteur a étudié une centaine de récits consacrés à ce thème et compilés dans le Taiping guangji 太平廣記 — ou Vaste recueil de l’ère de la Grande Paix — l’une des plus volumineuses compilations de textes chinois anciens, devenue l’un des « Quatre grands ouvrages de la dynastie des Song ». L’analyse et la traduction de plusieurs de ces histoires révèlent quels étaient les objets que les anciens Chinois considéraient comme précieux, mais dévoilent également des anecdotes historiques tout en fournissant un nombre considérable d’informations sur les mœurs et la culture chinoises des premiers siècles de la Chine impériale.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les trois autres sont le Taiping Yulan 太平御覽, le Wenyuan Yinghua 文苑英華 (Florilège littéraire) et le (...)

1Le Taiping guangji 太平廣記 est l’un des « Quatre grands ouvrages de la dynastie des Song » (« Song si dashu 宋四大書1 »). Il est à ce titre regrettable qu’il soit si souvent laissé de côté, les textes qu’il contient étant généralement considérés comme de la « littérature populaire » voire de la « sous-littérature » sans grand intérêt. Cela explique en partie la raison pour laquelle il n’a malheureusement pas trouvé sa place dans le Siku quanshu 四庫全書 (Bibliothèque complète des Quatre trésors), encyclopédie monumentale réalisée sous le règne de l’Empereur Qianlong 乾隆 (r. 1735-1796) de la dynastie des Qing 清朝 (1644-1912).

  • 2 Gudai hanyu cidian 古代漢語辭典 [Dictionnaire de chinois classique], Beijing, Shangwu yinshuguan, 2000, (...)

2Pourtant, cette vaste compilation de textes anciens est une source inépuisable d’informations en tout genre sur l’Histoire, les croyances et les mœurs chinoises du premier millénaire de notre ère. C’est donc tout naturellement vers cette œuvre que nous avons décidé de nous tourner pour étudier l’image des « trésors » (« bao 寶/宝 ») dans la Chine ancienne. Le caractère « bao 寶 » désigne en chinois classique les « trésors », les « richesses », les « objets précieux2 ». Le Taiping guangji consacre à ce thème six rouleaux entiers, du juan 卷400 au juan 405, avec un total de 109 histoires, ce qui représente 2,39 % du volume total de l’œuvre. Quels objets, quelles matières sont considérés comme des trésors sous le premier millénaire de notre ère ? Dans quel genre de récits apparaissent-ils ? À quels personnages sont-ils rattachés ? Quelle valeur ont-ils ? Quels sont leurs éventuels pouvoirs ? C’est à toutes ces questions que nous allons essayer de répondre.

  • 3 Bien que le Taiping guangji intéresse de plus en plus de chercheurs à travers le monde, il n’en ex (...)

3Nous nous attacherons à l’étude des récits concernés : nous présenterons des résumés, des analyses, et nous proposerons à plusieurs reprises des traductions personnelles en français3. Tout naturellement, nous compléterons avec les informations nécessaires à une meilleure compréhension du contexte historique, sans perdre de vue l’objet principal de notre étude : les « trésors ».

1. Le Taiping guangji : une œuvre monumentale et inestimable

  • 4 On doit également à Li Fang le Taizong shilu 太宗實錄 (Annales véridiques de Taizong), le Taiping yula (...)
  • 5 Florence Bretelle-Establet et Karine Chemla, « Qu’était-ce qu’écrire une encyclopédie en Chine ? » (...)

4Le Taiping guangji (que nous traduisons en français par Vaste recueil de l'ère Taiping, Vaste recueil de l'ère de la Grande Paix ou Somme) est une importante compilation de textes anciens — datant des Han de l’Ouest (iie siècle avant notre ère) aux Tang (xe siècle) — commandée par l'empereur Song Taizong 宋太宗 (r. 976-997) sous la dynastie des Song du Nord 北宋 (960-1127) et gravée sous la période de règne Taiping Xingguo 太平興國 (976-984), d'où son nom. C’est le lettré et fonctionnaire Li Fang 李昉 (925-996) qui en supervisa la réalisation4. Bien que le Taiping guangji soit constitué de textes narratifs, pour l’essentiel des récits de forme courte (xiaoshuo 小説), c’est un ouvrage qui se rattache au genre leishu 類書, défini par Florence Bretelle-Establet et Karine Chemla comme un « livre réunissant un ensemble de connaissances classées par catégories et composé d'extraits de textes préexistants5 ». Cette catégorisation est importante, car elle fait du Taiping guangji un ouvrage officiel et impérial au statut nettement supérieur à celui d’une simple anthologie littéraire. Le chercheur suisse Thomas Barbier, qui termine actuellement une thèse de doctorat sur cette compilation, explique à ce sujet :

  • 6 Thomas Barbier, Ibidem, p. 55.

À propos des buts poursuivis par le Taiping guangji, la position officielle énoncée dans la « Notice » était la suivante : ces textes avaient le pouvoir « d'ouvrir [le lecteur] à la sagesse en prenant pour exemple les affaires passées et présentes ». L'ouvrage avait ainsi pour ambition de rendre accessible au plus grand nombre des informations jugées utiles par Taizong et autrement ignorées dans les écrits dits « orthodoxes ». La volonté initiale d'imprimer le livre afin de le diffuser montre que le guangji était bien destiné à être utilisé, peut-être comme ouvrage de référence sur des sujets à propos desquels aucun autre recueil approuvé par l'État n'existait. Ce projet se heurta malheureusement à l'opposition de certains lettrés et sa distribution fut interrompue. Ce n'est que cent ans plus tard que l'ouvrage commença à être plus facilement accessible, avant de devenir très populaire au cours de la dynastie Ming. L'utilisation qui en fut alors faite n'était cependant pas celle qui avait été initialement prévue par les compilateurs. Il servit en effet avant tout de source d'histoires en tout genre pour les conteurs professionnels et écrivains de romans en langue vulgaire6.

  • 7 Leo Tak-Hung ChanThe discourse on Foxes and Ghosts : Ji Yun and Eighteenth-Century Literati Stor (...)
  • 8 Jacques Dars, Quelques aspects du fantastique dans la littérature chinoise des Tang et des Song : (...)
  • 9 Solange Cruveillé, « Études et traductions occidentales sur le Taiping Guangji 太平廣記 », Impressions (...)
  • 10 Alberto Poza Poyatos, « The Vast Records Made during the Era of the Great Peace, Tàipíng guǎngjì 太 (...)

Le Taiping guangji s’étend sur 500 rouleaux — juan — avec des histoires classées non pas par ouvrages d’origine mais par thèmes (92 au total). L’essentiel des textes compilés sont des récits de l’étrange de type zhiguai 志怪, ce qui en fait, comme le souligne Leo Tak-hung Chan, le « plus volumineux recueil de zhiguai de tous les temps7 ». Par ailleurs, dans sa thèse réalisée en 1965 et intitulée Quelques aspects du fantastique dans la littérature chinoise des Tang et des Song, Jacques Dars met en avant une qualité essentielle du Taiping guangji, affirmant qu’il « constitue un document culturel et sociologique d’une très grande importance8 ». Comme nous le démontrions déjà dans un article en 2011, l’intérêt de cette compilation est en effet autant littéraire que sociologique et historique : « Elle est pour les sinologues une mine d'informations sur l'Histoire, les mœurs et les croyances de la Chine ancienne : c'est à ce titre un trésor inestimable qui renferme à lui seul plus de huit siècles de récits et d'anecdotes en tout genre9. » C’est également l’avis partagé par Alberto Poza Poyatos : « Either way, the compilation and recollection of these texts not only has made possible the survival of a very valuable supplement to the official dynastic histories from the Jìn dynasty (晉朝, 254-420) to the Sòng, it also meant the establishment of an official source from which subsequent literature and folk culture would build up on10. »

  • 11 Dans certains cas, nous nous attarderons néanmoins sur des événements historiques particuliers.

5C’est donc à cette vaste compilation que nous nous sommes intéressés pour avoir une idée plus précise des biens considérés comme précieux dans la Chine du premier millénaire de notre ère. Étudier les récits du Taiping guangji présente de nombreuses difficultés : tout d’abord par rapport à la langue utilisée, le chinois classique du premier millénaire ; par rapport à la diversité des sources, avec une multitude d’auteurs de toutes époques ; par rapport aux informations de type historique (périodes, personnages et événements historiques), qu’il faut rechercher et vérifier pour éclaircir et comprendre de nombreux passages ; par rapport à des notions culturelles de la Chine ancienne (expressions, jeux, tenues vestimentaires, traditions...) qui sont parfois tombées dans l’oubli. Il ne s’agit donc pas uniquement de littérature, mais aussi d’Histoire et de société : c’est en cela que réside tout l’intérêt du Taiping guangji. À ce titre, si nous décortiquions dans les détails la centaine de récits que nous allons présenter, nous pourrions rédiger des centaines de pages. Nous avons cependant décidé de nous concentrer sur le thème principal de notre étude — les trésors — tout en donnant bien entendu les informations complémentaires indispensables à une meilleure compréhension des textes11.

2. Les récits du Taiping guangji consacrés aux « Trésors »

  • 12 Qui est une réimpression de l’édition de 1961.

6Pour partir à la chasse aux trésors dans le Taiping guangji, nous nous sommes basés sur l’édition Zhonghua shuju 中華書局 de l’année 201012. Pour des raisons évidentes de commodité, nous nous sommes concentrés exclusivement sur les rouleaux spécialement dédiés au thème des « Trésors » (bao 寶), ce qui exclut donc des récits rattachés à d’autres thèmes, même si des objets précieux ou mystérieux y sont présentés.

  • 13 Il n’y a pas à proprement parler de sous-catégorie « perles » dans les rouleaux concernés (contrai (...)
  • 14 Au sujet du classement par catégories, voir Thomas Barbier, Une étude du Taiping guangji et de ses (...)
  • 15 Voir Gudai hanyu cidian 古代漢語辭典, op. cit., p. 799.

7Comme nous l’avons dit en introduction, le Taiping guangji consacre 109 histoires au thème des « Trésors », du juan 400 au juan 405. Si certaines de ces histoires sont classées par sous-catégories (or, jade, mercure, monnaies, objets extraordinaires), la plupart sont définies comme « inclassables » (c’est le cas notamment pour les récits concernant les miroirs et le bois). Voici plus précisément les sous-catégories de la rubrique « trésors » définies dans ces rouleaux : l’or (jin 金) (29 récits), le mercure (shuiyin 水銀) (1 seul récit), le jade (yu 玉) (8 récits), les perles (zhu 珠) (21 récits13), les trésors divers (zabao 雜寶) (26 récits), les pièces de monnaie (qian 錢) (9 récits) et les objets extraordinaires (qiwu 奇物) (15 récits). À noter cependant que certains récits concernent plusieurs trésors différents, même s’ils sont catalogués dans une rubrique bien précise (c’est le cas par exemple pour des textes concernant des objets de jade mais classés dans les sous-catégories « perles » ou « divers » car ils ne constituent pas l’essentiel du récit14). On trouve également des récits qui paraissent mal classés, par exemple les troisième, septième et neuvième récits du deuxième rouleau (rouleau 401), qui concernent « l’argent » et non « l’or », mais qui en réalité sont correctement classés si on considère la signification originale du caractère jin 金 en chinois classique, qui désigne non seulement « l’or », mais aussi les « métaux » en général15.

  • 16 Lorsque les dates de naissance et de mort des auteurs ne sont pas connues avec précision, nous nou (...)
  • 17 Il s’agit probablement du Duyi zhi 獨異志 de Li Kang 李亢 (dynastie des Tang).
  • 18 Plus ancien recueil admis de zhiguai.
  • 19 Il s’agit probablement du Qixie 齊諧, ouvrage sur la mythologie, datant d’époque pré-impériale.

8Les récits sont tirés de près d’une cinquantaine de recueils différents : le Beimeng suoyan 北夢瑣言 (Menus propos du rêve septentrional) de Sun Guangxian 孫光憲 (901-968), le Boyi zhi 博異志 de Gu Shenzi 谷神子 (époque Tang), le Chaoye qianzai 朝野僉載 (Rapport complet sur les affaires à la cour et en dehors) de Zhang Zhuo 張鷟 (ca. 657-730), le Dongtian ji 洞天集 (dynastie des Tang16), le Duyang zabian 杜陽雜編 de Su E 蘇鶚 (ixe siècle), le Duyi ji 獨異記17, le Guangde shenyi lu 廣德神異錄, le Guangyi ji 廣異記 (Vaste recueil d’étrangetés) de Dai Fu 戴孚 (viiie siècle), le Guoshi bu 國史補 de Li Zhao 李肇 (ixe siècle), le Guoshi leizuan 國史累纂, le Guoshi yizuan 國史異纂 (d’auteur inconnu, époque Tang), le Hedong ji 河東記 (Notes de l'Est du fleuve) de Xue Yusi 薛漁思 (époque Tang), le Jishen lu 稽神錄 (Investigations sur les esprits) de Xu Xuan 徐鉉 (916-991), le Jiwen 紀聞 (Histoires entendues) de Niu Su 牛肅 (ixe siècle), le Jiwen lieyi 紀聞列異, le Jiyi ji 集異記 (Recueil d'étrangetés) de Xue Yongruo 薛用弱 (ixe siècle), le Jutan lu 劇談錄 de Kang Pian 康駢 (ixe siècle), le Liexian zhuan 列仙傳 de Liu Xiang 劉向 (77-6 avant notre ère), le Lieyi zhuan 列異傳 de Cao Pi 曹丕 (187-226)18, le Lingbiao luyi 嶺表錄異 de Liu Xun 劉恂 (époque Tang), le Chuanyi zhi 傳異志, le Lunheng 論衡 de Wang Chong 王充 (27-97), le Minghuang zalu 明皇雜錄 de Zheng Chuhui鄭處誨 (ixe siècle), le Qiawen ji 洽聞記, le Qixie ji 齊諧記19, le Xu qixie ji 續齊諧記 de Liang Wujun梁吳均 (469-520), le Sanshui xiaodu 三水小牘 de Huangfu Mei 皇甫枚 (fin des Tang), le Shangshu gushi 尚書故實 de Li Chuo李綽 (ixe siècle), le Shenyi jing 神異經 de Dongfang Shuo 東方朔 (161-93 avant notre ère), le Shishuo 世説 (ou Shishuo xinyu 世説新語) (Anecdotes contemporaines et nouveaux propos) de Liu Yiqing 劉義慶 (403-444), le Shiyi ji 拾遺記 ou Shiyi lu 拾遺錄 (Annales oubliées) de Wang Jia 王嘉 (Jin orientaux), le Shuyi ji 述異記 de Zu Chongzhi 祖沖之 (429-500) et Ren Fang 任昉 (460-508), le Soushen ji 搜神記 (À la recherche des esprits) de Gan Bao 干寶 (280-360), le Tanbin lu 譚賓錄 de Hu Qu 胡璩 (époque Tang), le Tangque shi 唐闕史 de Gao Yanxiu 高彥休 (854— ?), le Xiaoxiang lu 瀟湘錄 de Liu Xiang 柳祥 (époque Tang), le Xijing zaji 西京雜記 de Liu Xin 劉歆 (50 avant notre ère-23 de notre ère), le Youyang zazu 酉陽雜俎 (Miscellanées de Youyang) de Duan Chengshi 段成式 (803-863), le Xuanguai lu 玄怪錄 de Niu Sengru 牛僧孺 (779-848), le Xuanshi zhi 宣室志 de Zhang Du 張讀 (834-882), le Yishi 逸史 de Lu Zhao 盧肇 (818-882), le Yiyuan 異苑 (Jardin des étrangetés) de Liu Jingshu 劉敬叔 ( ?-465), le Yuanhua ji 原化記, le Yutang xianhua 玉堂閑話 (Bavardages du Hall de Jade) de Wang Renyu 王仁裕 (880-956), et le Zhongshuo 中説 de Wang Tong王通 (584-617). Les dates de rédaction des ouvrages s’étendent de la dynastie des Han de l’Ouest au début des Song, avec un nombre conséquent d’ouvrages datant de l’époque des Six dynasties et surtout des Tang. Quatre ouvrages apparaissent de façon récurrente : le Youyang zazu 酉陽雜俎 (15 histoires), le Jishen lu 稽神錄 (11 histoires), le Xuanshi zhi 宣室志 (9 histoires) et le Duyang zabian 杜陽雜編 (9 histoires).

  • 20 C’est le cas pour les récits tirés du Beimeng suoyan 北夢瑣言, du Chaoye qianzai 朝野僉載, du Duyang zabia (...)
  • 21 C’est le cas pour les récits tirés du Boyi zhi 博異志, du Guangyi ji廣異記 (qui contient à la fois des z (...)
  • 22 Par exemple le Minghuang zalu 明皇雜錄, le Guoshi bu 國史補, le Guoshi leizuan 國史累纂, le Guoshi yizuan 國史異 (...)

9Les récits portent généralement pour titre le nom du personnage principal, sans grande originalité. Au niveau de la longueur des textes, ils sont d’une façon générale plutôt courts (quelques lignes) : il s’agit là de la forme traditionnelle des zhiguai xiaoshuo 志怪小説, mais nous trouvons également un grand nombre d’histoires tirées de recueils de biji 筆記20 et de chuanqi 傳奇21, ainsi que quelques-unes tirées d’annales historiques22 et d’ouvrages sur la philosophie ou la mythologie (Lunheng 論衡, Shenyi jing 神異經...). Au niveau de la structure même des récits, elle est relativement similaire pour l’ensemble des récits : l’auteur commence par donner une indication de temps (dynastie ou règne d’un empereur) et de lieu (région, ville ou lieu-dit), avec la plupart du temps le nom des personnages et leur profession, comme pour prouver que ce qu’il raconte est vrai et s’est réellement passé, qu’il s’agit d’un témoignage et non d’une fiction. Puis on nous détaille les faits, d’une façon assez descriptive et anecdotique, et l’histoire se termine, sans jugement ni mise en garde ou leçon de morale de la part du narrateur (comme ce sera le cas dans les récits de ce type dans la deuxième partie du deuxième millénaire, sous les Qing en particulier).

3. L’or

10Vingt-neuf récits sont consacrés à l’or (jin 金) et autres métaux dans la catégorie « trésors » du Taiping guangji. Ils s’étalent sur les rouleaux 400 (en intégralité, avec 20 récits) et 401 (avec 9 récits).

  • 23 Nous garderons cette notation tout au long de notre article, avec entre parenthèses le rouleau du (...)

11Dans un grand nombre de cas, une personne découvre de l’or de façon inopinée et cela fait sa fortune : dans un récit, un vase ding en or est trouvé par un bûcheron dans la campagne et offert à l’Empereur (400 : 5, Fu Jian 苻堅23) ; dans un autre récit, un homme pauvre vivant de la vente de petits pains à la vapeur découvre dans une rue en soulevant un pavé une jarre remplie d’or qui fait sa fortune (400 : 11, Zou Luotuo 鄒駱駝). Une autre histoire raconte comment un bûcheron découvre une grotte pleine d’or, mais n’en trouve plus la moindre trace lorsqu’il revient avec ses proches (400 : 12, Pei Tan 裴談). De la même façon, un homme trouve de l’or ainsi qu’une statuette en or devant chez lui le jour de la naissance de son fils, suite à l’apparition d’un homme vêtu de rouge (401 : 5, Kangshi 康氏). L’histoire suivante raconte comment un homme qui construit sa maison trouve un coffret en bois contenant douze statuettes en or, coiffées chacune d’un bonnet représentant un signe du zodiaque chinois. Il les garde précieusement et devient riche (401 : 6, Yuzhang ren 豫章人).

12Comme nous venons de le voir, l’or apparaît soit devant/dans les maisons, soit dans la campagne. La nature tient en effet une place importante dans les récits. Le premier décrit par exemple une montagne immense, située à l’Ouest, près de la ville de Riguan 日官, regorgeant d’or, d’argent, d’étain, de plomb, de bronze vermillon (400 : 1, Jin金). Plus loin, une grotte est habitée selon la légende par un coq en or (400 : 6, Yudu xian ren 雩都縣人), et un dragon vert crache un énorme morceau d’or noir qui s’enfonce dans le sol (400 : 10, Xuan jin 玄金). Dans un autre récit, de l’or flotte au beau milieu d’un lac :

Durant la onzième année de l’ère Yongping de la dynastie des Han [c’est-à-dire en 68 de notre ère], dans le fief de Wan de la préfecture de Lujiang [dans l’actuelle province de l’Anhui], deux enfants nommés Chen Jue et Chen Ting, âgés d’une dizaine d’années, partirent un jour au bord d’un lac. Chen Ting se mit à pêcher. Son compagnon arriva et demanda : « Alors, ça mord ? » « Oui ! ». Aussi Chen Jue se dépêcha-t-il d’aller chercher une canne et un fil pour le rejoindre. Alors qu’il se trouvait à trente pas de son ami, il aperçut dans l’eau une sorte d’amphore à vin d’un jaune doré immaculé. Pensant qu’il s’agissait de cuivre, il entra dans l’eau pour la récupérer : mais l’objet était beaucoup trop lourd et glissant pour être déplacé. En voyant la scène, Chen Ting arriva en renfort, sans plus de succès. Les deux enfants se trouvaient déjà au beau milieu du lac, lorsque tout à coup ils virent des centaines de pièces brillantes autour d’eux, qu’ils s’empressèrent de ramasser. Ils rentrèrent chez eux les mains pleines. En voyant son fils Chen Jue revenir avec autant d’argent, son père, Chen Junxian, ancien fonctionnaire, demanda surpris où il l’avait trouvé. Chen Jue lui raconta tout. « Mais c’est de l’or ! » s’écria le père. Il repartit en toute hâte au lac avec Chen Jue : il restait encore plein d’or dans l’eau. Chen Junxian plongea pour en ramasser. Alertés, les voisins accoururent à leur tour pour se servir. On ramassa ce jour-là plus de dix jin d’or. Chen Junxian reporta cet événement aux autorités locales, qui en informèrent le préfet, lequel envoya quelqu’un chez les Chen pour récupérer l’or. Chen Junxian s’exécuta et raconta comment les choses s’étaient passées. (400 : 4, Chen Jue 陳爵)

13Comme nous pouvons le constater, la découverte d’or a souvent lieu de façon fortuite. Mais parfois, cependant, le bénéficiaire semble avoir été « choisi ». Il arrive en effet qu’une personne soit récompensée pour son travail ou bien pour sa vertu, comme dans le récit Weng Zhongru翁仲儒 qui raconte comment, sous la dynastie des Han, un homme pauvre qui survit tant bien que mal grâce à son dur labeur bénéficie d’une pluie providentielle qui tombe sur sa maison : il ne pleut pas des gouttes d’eau, mais de l’or (400 : 2, Weng Zhongru 翁仲儒). Dans le récit Gong Bo 龔播, un homme est récompensé pour une bonne action :

  • 24 L’histoire se passe certainement sous la dynastie des Tang, Yun’an étant réputée à cette époque-là (...)

Gong Bo était un riche marchand de sel du bourg de Yun’an dans les gorges du Sichuan [au nord-est de Chongqing24]. Par le passé, alors qu’il était encore très pauvre, il vendait simplement des fruits et des légumes et vivait dans une chaumière en bordure du fleuve. Un soir de tempête, dans l’obscurité, il aperçut la lumière d’une torche sur la rive sud opposée et entendit quelqu’un crier et demander paniqué un bateau pour traverser le fleuve. Il faisait déjà nuit noire et tout le monde dormait. Alors Gong Bo prit sa barque et brava les éléments pour aller aider l’homme en détresse. Une fois de l’autre côté, il constata que celui qui tenait la torche était tombé à terre. Lorsqu’il s’avança, il se rendit compte qu’il s’agissait en réalité d’une statue en or mesurant plus d’un mètre. Il la plaça dans son embarcation et regagna sa chaumière. Dès lors, la chance lui sourit et il gagna beaucoup d’argent en faisant du commerce. En moins de dix ans, il avait amassé une fortune colossale et était devenu le marchand le plus riche de la région. (401 : 2, Gong Bo 龔播)

14En revanche, si la personne ne se montre pas digne de ce don inespéré, le destin le lui reprend toujours, comme dans cette histoire où l’or dérobé à la population par un général sanguinaire sans scrupules s’évapore littéralement de ses coffres dans une fumée rouge (401 : 4, Zhang Yan 張彥). Dans un autre récit, un lettré pauvre ramasse quatre petits cailloux qui finissent par se transformer miraculeusement en or. Il les vend et en tire un bon prix, mais dilapide sa fortune en achetant une dizaine de concubines et en s’adonnant aux plaisirs de la chair et de l’alcool. Finalement, un vieil homme lui rend visite un soir et lui demande de le rembourser : il emporte comme par magie ses dix concubines qu’il fait entrer dans une petite malle sur son dos, et le lettré redevient aussi pauvre qu’avant (400 : 8, Hou Yu 侯遹). Parfois, cependant, même si le personnage principal ne fait rien de mal, le trésor miraculeux peut finir par disparaître, et cette disparition entraîne irrémédiablement la ruine :

Yuwen Jin était le neveu de Yuwen Tai, magistrat du comté de Xia [sud-ouest de l’actuelle région du Shanxi]. Un jour, il ramassa dans un champ un bâton ressemblant à une silhouette humaine, pour s’amuser avec. Lorsqu’il le passa sous l’eau pour le nettoyer, il constata qu’il s’agissait en réalité d’or. Alors il le conserva comme un trésor. Quelques années plus tard, sa famille était devenue immensément riche et vivait dans l’opulence. Mais un soir, le bâton disparut soudainement, et leur fortune déclina jusqu’à la ruine. (400 : 14, Yuwen Jin 宇文進)

15L’or est par ailleurs souvent associé à des phénomènes surnaturels : le crachat d’un homme se transforme en or (400 : 6, Yudu xian ren 雩都縣人), l’urine d’un autre également (400 : 16, Wei Sixuan 韋思玄). Dans Le serpent d’or (Jin she 金蛇), un serpent jaune se promène toutes les nuits dans le palais de l’Empereur Tang Wenzong 唐文宗 (r. 826-840), au début de la période de règne Kaicheng 开成 (836-840), sans qu’on parvienne à l’attraper : on découvre alors un serpent en or dans les trésors impériaux. On décide de l’attacher à la patte d’un cochon de jade : dès lors, le serpent jaune ne se montre plus, symboliquement dévoré par le cochon (400 : 20, Jin she 金蛇). Dans le récit Niushi tong 牛氏僮, un jeune domestique découvre de l’or et du cinabre dans la montagne en suivant les indications d’une voix mystérieuse (400 : 13, Niushi tong 牛氏僮). Dans le récit Li Yuan李員, un homme entend durant la nuit des bruits de grattage : le lendemain, en creusant à l’endroit d’où lui semblaient provenir les bruits, il trouve une jarre en or (400 : 17, Li Yuan 李員). Dans le récit Huo Guang 霍光, l’Empereur offre un char à un général qui le décore avec de l’or : dès lors, chaque soir, un phénix doré s’en échappe (400 : 3, Huo Guang 霍光). Plus loin, un prêtre taoïste aperçoit une lumière en provenance d’un puits et y trouve un lapin en or (400 : 18, Yuxiang daoshi 虞鄉道士). Dans l’histoire suivante, une femme vivant de travaux de couture achète un oreiller en pierre qui renferme en réalité un précieux trésor :

Zhao Huaizheng, un homme du peuple, vivait dans la rue Guangde de la préfecture de Bianzhou [dans l’actuelle province du Henan]. La troisième année de la période de règne Dahe [soit en 829 de notre ère], son épouse née He, qui vivait de travaux de couture, acheta un oreiller en pierre à un homme en échange d’un anneau en jade. La nuit, il semblait à Zhao Huaizheng entendre au creux de cet oreiller des bruits de vent et de pluie. Il demanda à son épouse et à son fils de l’essayer une nuit chacun, mais ils n’entendirent rien du tout. Lorsqu’il le récupéra, il perçut de nouveau les bruits. Parfois, c’était tellement fort qu’il en avait des palpitations et en perdait le sommeil. Son fils insista pour briser l’oreiller et voir ce qu’il y avait à l’intérieur. « Et s’il n’y a rien dedans ? répliqua Zhao Huaizheng. Nous aurons perdu cent taëls pour rien ! Tu le briseras après ma mort. » Un an plus tard, Zhao Huaizheng tomba malade et décéda. Alors son épouse demanda à son fils de casser l’oreiller pour tirer enfin cette histoire au clair, et on découvrit à l’intérieur un lingot d’or et un lingot d’argent qui semblaient avoir été coulés dans un moule. On aurait dit qu’ils avaient d’abord été pesés puis confectionnés avec soin, il n’y avait pas la moindre fissure dessus. Comment avaient-ils atterri à l’intérieur de l’oreiller en pierre ? C’était un mystère. Les lingots mesuraient près de dix centimètres de long et étaient épais comme le pouce. Madame He les vendit. Avec l’argent obtenu, elle organisa les funérailles de son mari et régla ses dettes. Il ne resta plus rien pour elle. Elle habite à présent à Luoyang, dans la ruelle Huijie. La famille de Duan Chengshi l’embauche pour ses talents de couturière, c’est d’elle qu’ils tiennent cette histoire. (400 : 19, Zhao Huaizheng 趙懷正)

16Il est intéressant de noter qu’il est question ici du poète, fonctionnaire et écrivain Duan Chengshi 段成式 (ca. 803-863), auteur du Youyang zazu 酉陽雜俎 (Miscellanées de Youyang), dont est d’ailleurs tiré le récit.

17Ces phénomènes surnaturels peuvent être liés à l’apparition de fantômes ou d’esprits, généralement dangereux, par exemple dans une demeure hantée dont tous les occupants meurent ou tombent malades, jusqu’à ce qu’un homme démasque les esprits de l’or, de l’argent et du cuivre : il creuse aux endroits indiqués et déterre mille richesses, faisant cesser les tourments (400 : 7, He Wen 何文). Plus loin, un habitant met lui aussi fin à une malédiction qui touche les habitants d’une demeure : comme il est sage et vertueux, un esprit apparaissant sous la forme d’une lumière rouge lui indique même où déterrer de l’or. Honnête, il rend l’or à son propriétaire et se consacre à l’étude (400 : 15, Su E 蘇遏). Dans le récit Zhang Ting 張珽, un homme rencontre l’esprit du jade, l’esprit de l’or, l’esprit d’un arbre mort et un fantôme. Tous lui apparaissent sous l’apparence de lettrés : il passe une bonne soirée avec eux à faire des joutes poétiques. Le lendemain, quand il sort de la maison et se retourne, il n’aperçoit plus qu’un cimetière (401 : 1, Zhang Ting 張珽). Dans un autre récit, une belle femme accompagnée de sa servante demande l’hospitalité pour la nuit dans une riche famille. Le soir venu, le jeune fils entre dans sa chambre pour profiter d’elle mais se heurte à des statues d’argent (401 : 3, Yichun jun min 宜春郡民). Dans le récit Chen Jun 陳浚, un homme aimant la poésie offre l’hospitalité pour la nuit à deux prêtres taoïstes, l’un vêtu de blanc, l’autre de jaune. Dans la nuit, il entend des bruits de craquement : lorsqu’il va voir, il ne trouve qu’une statuette en argent dans la pièce (401 : 7, Chen Jun 陳浚). Dans le récit suivant, un villageois emploie un jeune garçon comme domestique, pour aller faire les courses en ville notamment. Mais à chaque fois, le jeune garçon rentre tard : il avoue jouer avec un petit garçon vêtu de jaune près d’un cimetière. Le villageois décide de le suivre et se cache dans les hautes herbes. Dès qu’il aperçoit son compagnon de jeu, il le tue : il s’avère être une statue en or. Le villageois la ramène chez lui et devient riche (401 : 8, Jian’an cunren 建安村人). Dans un récit similaire, un officier prend le frais un soir d’été lorsqu’il aperçoit une femme vêtue de blanc qui se met à danser. Le lendemain, il se cache dans les hautes herbes pour l’attendre et l’attaquer : elle s’avère être une fiole en argent. Il creuse alors à l’endroit où git la fiole et découvre plein de pièces en argent blanc, ce qui fait sa fortune (401 : 9, Cai Yanqing 蔡彥卿).

18Il arrive enfin que l’or soit rattaché aux pratiques taoïstes, au côté du cinabre, dans le but d’atteindre l’immortalité (400 : 16, Wei Sixuan 韋思玄), comme dans le récit intitulé Cheng Bi 成弼 :

  • 25 Environ cinq kilogrammes.

À la fin de la dynastie des Sui, un prêtre taoïste vivait dans les monts Taibai [dans la province du Shaanxi] où il fabriquait des pilules de cinabre. Après plusieurs années de pratique méditative ascétique, il parvint à fabriquer « l’élixir de retour à l’unité primordiale », c’est-à-dire le cinabre interne, provenant de l’intérieur même du corps : il avait atteint le dao, la Voie.
Alors qu’il habitait dans la montagne depuis plusieurs dizaines d’années, un homme du nom de Cheng Bi se mit à son service, lui portant à boire et à manger. Il resta à ses côtés pendant plus de dix ans. Mais jamais, durant tout ce temps, le taoïste ne lui révéla le secret des pilules d’immortalité. Suite au décès de ses parents, Cheng Bi dut finalement rentrer chez lui et prit congé du vieil homme. Le prêtre taoïste lui dit alors : « Tu m’as accompagné durant toutes ces années, à présent tu dois t’en aller car ta famille a été touchée par le malheur. Je n’ai rien à t’offrir, mis à part ces dix pilules de cinabre. Une seule pilule peut permettre de transformer dix jin de cuivre rouge25 en or. Cela te permettra de pourvoir aux frais des funérailles. » Cheng Bi rentra chez lui et suivit les instructions du taoïste, obtenant tout l’or dont il avait besoin.
Une fois l’enterrement terminé, animé de mauvaises intentions, il retourna dans la montagne pour prier le taoïste de lui donner de nouvelles pilules de cinabre. Se heurtant au refus de l’ermite, il le menaça avec un couteau, mais cela n’eut pas l’effet escompté. Alors il lui trancha les deux mains. N’obtenant toujours rien de lui, il lui trancha les deux pieds. Le taoïste restait impassible, ce qui fit enrager Cheng Bi, qui finit par lui trancher la tête. Lorsqu’il le fouilla, il trouva derrière son coude un sac rouge qui contenait le précieux cinabre. Tout content, il commença à descendre de la montagne lorsqu’il entendit quelqu’un crier son nom. Il tourna la tête et aperçut avec effroi le taoïste : « Jamais je n’aurais imaginé que tu en arriverais là ! lui cria ce dernier. Tu n’as pas les qualités morales requises pour faire usage de ce cinabre, les divinités te tueront, tu périras de la même façon que moi. » Une fois la malédiction prononcée, le taoïste disparut.
Cheng Bi était à présent en possession d’une grande quantité de cinabre, qu’il utilisa pour fabriquer beaucoup d’or. Cet or avait une teinte légèrement rouge : il était de meilleure qualité que l’or ordinaire, et pouvait même être ingéré. C’est ainsi que la famille de Cheng Bi devint immensément riche. Mais bientôt, on l’accusa de fabriquer de l’argent en cachette, et il fut arrêté par les autorités. Il se défendit en avouant être capable de transformer le cuivre en or. En entendant parler de ce don extraordinaire, l’empereur Tang Taizong 唐太宗 [r. 626-649] exigea qu’il lui fasse une démonstration. Ébloui par ses capacités, il lui conféra un titre officiel et exigea qu’il fabrique de l’or pour lui, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de cuivre dans le royaume. Cheng Bi se mit consciencieusement à la tâche. Mais après avoir obtenu quelques dizaines de milliers de jin d’or, la poudre de cinabre vint à manquer. L’or obtenu était le « Grand or des Tang ». Plus il était travaillé, plus il devenait pur et précieux. Ayant épuisé son don, Cheng Bi demanda à prendre congé. Mais l’Empereur exigea qu’il lui révèle son secret avant de partir. Ignorant comment s’y prendre concrètement, Cheng Bi avoua son ignorance. Croyant avoir affaire à un menteur, Tang Taizong, furieux, le menaça avec un sabre. Mais Cheng Bi maintint sa version. Alors un garde impérial lui coupa les mains. Comme Cheng Bi gardait toujours le silence, on lui coupa ensuite les pieds. Paniqué, le pauvre homme raconta alors toute son histoire. Mais l’Empereur ne le crut point et le mit à mort. Quant au Grand or des Tang, il circula dans tout le pays. [...] (400 : 9, Cheng Bi 成弼)

Ainsi, les histoires à propos de l’or concernent avant tout des découvertes fortuites et généralement bienvenues. Il est intéressant de noter que ce n’est pas forcément la valeur du trésor qui rend son propriétaire riche, l’or étant la plupart du temps simplement conservé et chéri au lieu d’être vendu : il fait le plus souvent office de porte-bonheur. Sa perte (vol, disparition) entraîne par conséquent la ruine. Ces apparitions miraculeuses sont en outre souvent liées à des manifestations surnaturelles : il est d’ailleurs précisé à plusieurs reprises que le trésor en or est « trop parfait pour avoir été réalisé de la main d’un humain ».

4. Le jade26

  • 26 Nous avons décidé de ne pas traiter dans le corps de l’article le thème du « mercure », qui concer (...)

19Seuls huit récits, placés dans le rouleau 401, concernent le thème du jade (yu 玉). Signalons toutefois qu’on trouve des objets de jade dans des récits classés dans d’autres sous-catégories, comme c’est le cas pour le récit Le serpent d’or vu plus haut (400 : 20, Jin she 金蛇) dans lequel un cochon en jade met fin aux sorties nocturnes d’un serpent en or qui chaque nuit se transforme en serpent jaune et se promène dans le palais impérial.

20Contrairement à l’or, le jade n’apporte pas la fortune à celui qui en trouve. La seule histoire où il est question de richesse met en avant le fait que les trésors ont la forme de cochons — symboles de richesse — plutôt que le fait qu’ils sont en jade (401 : 18, Yu zhuzi 玉豬子). Il n’y a pas non plus de manifestations d’esprits ou de fantômes, ni la présence de taoïstes. Par contre, la plupart du temps, les objets en jade ont des qualités extraordinaires. C’est davantage par rapport à ces caractéristiques que par rapport à leur nature qu’ils sont considérés comme précieux. Dans le récit Le dragon de jade (Yulong 玉龍), par exemple, le chef d’une garnison obtient un jour un beau jade en forme de dragon, qui paraît ne pas avoir été confectionné de main humaine. Il est énorme et fait office de pichet, on le remplit alors d’alcool ou d’eau. Lorsqu’on verse le liquide qu’il contient, cela produit un son délicat et mélodieux (401 : 12, Yulong 玉龍).

21Une autre particularité est que les objets en jade semblent animés, surtout lorsqu’ils sont zoomorphes. C’est le cas dans le récit intitulé Shen Youzhi 沈攸之 : chaque nuit, les chevaux s’agitent dans l’écurie d’un gouverneur de province. Il envoie quelqu’un vérifier : il s’avère qu’un poulain blanc, avec une corde verte autour du ventre, entre chaque nuit dans l’écurie, avant d’en repartir au petit matin. On décide de suivre ses empreintes qui mènent à la chambre d’une concubine. Celle-ci a pour habitude de porter à son poignet un petit cheval de jade, accroché à l’aide d’un cordon vert. Chaque soir, avant de dormir, elle le dépose près de son oreiller. Parfois le bijou disparaît dans la nuit, mais elle le retrouve toujours au petit matin. Ainsi, le bijou semble se métamorphoser en cheval une fois la nuit tombée (401 : 11, Shen Youzhi 沈攸之). Dans le récit Jiang Yan 江嚴, un homme entend un oiseau au chant particulièrement mélodieux. Il essaie de l’attraper, mais l’oiseau se réfugie dans une grotte. Lorsque l’homme y entre à son tour, il trouve un jade rouge en forme d’oiseau (401 : 13, Jiang Yan 江嚴). Enfin, dans la dernière histoire, deux cochons de jade apportent la fortune à une famille :

Lu était le neveu de Lu Dajun, chef de la garde impériale. La nuit, son épouse entendait souvent des bruits de bagarre. Un jour, au petit matin, lorsqu’elle se réveilla, elle sentit deux objets près de son oreiller. Elle alluma en hâte la lampe à huile et découvrit deux petits cochons sculptés dans du jade, longs de plusieurs pouces, très joliment travaillés. Elle les considéra aussitôt comme de véritables trésors et les garda cachés au creux de son oreiller. Dès lors, sa famille devint chaque jour plus riche, chaque jour plus prospère, connaissant le succès dans tout ce qu’elle entreprenait, gagnant en prestige et en réputation. Cette période faste dura vingt ans. Mais soudain, une nuit, les cochons de jade disparurent, et la famille Lu perdit sa gloire d’antan. (401 : 18, Les cochons de jade 玉豬子)

22À noter que la moitié des histoires (quatre sur huit) concernent des faits vécus par des empereurs des Tang : ils ont à ce titre une valeur historique, avec des anecdotes sans doute en grande partie véridiques. Un récit raconte notamment comment l’Impératrice Wu Zetian 武則天 (r. 690-705) réunit un jour tous ses petits-enfants pour les regarder jouer. Pour l’occasion, elle sort tous ses objets en jade (bracelets, bols, etc.) et regarde les enfants se les disputer. Elle remarque que l’un des enfants reste sage et désintéressé : elle en déduit qu’il sera le futur empereur. Il s’agit de Xuanzong 玄宗 (qui deviendra effectivement empereur sous la dynastie des Tang et régnera de 712 à 756 de notre ère). Wu Zetian décide de lui offrir un jade représentant le Roi Dragon. Une fois sur le trône, Tang Xuanzong prie régulièrement le dragon, en cas de sécheresse notamment. Un jour, la pluie ne venant pas malgré ses supplications, il décide de le jeter dans un étang. Alors une tempête s’abat sur la région. On retrouve le dragon peu après et dès lors l’empereur, pris de remords, le chérit, avant de se le faire voler (401 : 14, Tang Xuanzong 唐玄宗). Le récit suivant, lui aussi, concerne la vie de l’Empereur Tang Xuanzong, mais le jade n’est dans l’histoire qu’un prétexte pour critiquer la soif de richesses et mettre en avant le fait que des actions mauvaises et barbares sont toujours punies. Dans cette histoire, l’Empereur Tang Xuanzong, devenu adulte, n’est plus aussi insensible aux objets précieux qu’il l’était enfant. Lorsqu’il apprend que les offrandes de jade coloré des royaumes de l’Ouest sont dérobées sur le chemin par le souverain du royaume de Patola Shahi (Nord du Pakistan), il décide de mener une expédition punitive. Le chef des armées, Wang Tianyun 王天運, refuse d’accepter les excuses du souverain de Patola Shahi et procède à un véritable massacre : il capture deux mille hommes et fait main basse sur les objets précieux du royaume. Un mage du royaume assiégé prédit un destin funeste à Wang Tianyun qui selon lui a agi cruellement. Effectivement, sur le chemin du retour, des vents froids se mettent à souffler, la neige se met à tomber, l’eau se transforme en glace, et tous les hommes du cortège meurent gelés sur place. Deux rescapés rejoignent la capitale pour faire part des événements à l’Empereur, qui ne cache pas sa surprise (401 : 15, Wuse yu 五色玉).

  • 27 Chimère de la mythologie chinoise ayant l’apparence d’un lion ailé avec deux cornes sur la tête. I (...)

23Le récit suivant concerne le fils de Xuanzong, l’Empereur Tang Suzong 唐肅宗 (r. 756-762), qui offre un jour deux bixie27 de jade à son grand eunuque Li Fuguo 李輔國 (704-762). Ces amulettes mesurent près de trente centimètres de long et répandent un parfum puissant qui se sent à des centaines de mètres et reste des années sur les vêtements qui les effleurent. Li Fuguo les garde toujours près de son fauteuil. Un jour qu’il se coiffe et fait sa toilette, il voit l’un des bixie sourire, l’autre pleurer. Rien ne parvient à leur enlever leurs expressions. De rage, l’eunuque les brise et les jette dans les latrines, d’où s’échappent alors des cris plaintifs. Moins d’un an après, il meurt. L’un de ses domestiques, qui avait gardé des morceaux de talismans par superstition, les revend à l’eunuque Yu Chao’en 魚朝恩 (722-770). Juste avant que ce dernier ne soit assassiné, les morceaux de jade se transforment en papillons blancs et s’envolent dans le ciel (401 : 16, Yu bixie 玉辟邪).

24Dans le récit suivant, l’empereur Tang Dezong 唐德宗 (r. 779-805) trouve dans un mur un coffret contenant un fouet en jade — arme de guerre dans la Chine ancienne — sur lequel est inscrit « Jade néphrite ». Il fait fabriquer un sac de soie pour le conserver (401 : 17, Ruanyu bian 軟玉鞭).

25Les récits concernant le jade sont donc relativement peu nombreux dans la catégorie « Trésors » du Taiping guangji. Les jades n’y sont pas considérés comme des trésors en raison de leur valeur pécuniaire, mais plutôt en raison de leurs capacités extraordinaires. Ils sont par ailleurs détenus — à l’exception d’une seule histoire — par des familles aisées de nobles ou de fonctionnaires, quand ce n’est pas par l’Empereur lui-même. Ils ne sont pas trouvés fortuitement dans des lieux reculés, comme c’est le cas pour l’or, et ne sont pas destinés non plus à être possédés par les gens du peuple. Ils ont à ce titre quelque chose de sacré, qui en fait des objets rares et mystérieux réservés à une élite.

5. Les perles

26Le rouleau 402 est constitué de 21 histoires qui tournent toutes autour du thème des perles (zhu 珠). Les perles sont généralement offertes en présent ou en tribut. Une seule histoire concerne la découverte fortuite d’une perle, dans un champ, par un paysan pauvre : la perle est brillante, translucide, sans la moindre impureté. Il la garde précieusement dans sa chambre. Dès lors, tout lui sourit, et il devient un riche propriétaire, possédant une centaine de têtes de bétail et une vaste propriété. Mais plusieurs années après, il tombe malade : lorsqu’il ouvre le sac contenant la perle, il constate qu’elle est devenue toute noire et qu’elle est fissurée. Il meurt un mois plus tard. Ses descendants dilapident la richesse familiale en beuveries et la ruine s’abat sur sa famille (402 : 20, Wei Qing 衛慶).

27Dans le deuxième récit, des oiseaux apportent au roi Zhao de Yan 燕昭王 ( ?-279 avant notre ère) une perle noire produite une seule fois tous les mille ans par la moule d’une rivière magique. Cette perle a le pouvoir de rafraîchir les corps durant les chaleurs estivales, et aucun démon ne peut cacher sa véritable apparence en sa présence (402 : 2, Yan Zhao wang 燕昭王). On vante généralement la beauté des perles qui sont d’une rareté exceptionnelle et proviennent d’endroits étranges, par exemple dans l’histoire suivante :

Sous la période de règne Zhenguan [627-649] de l’Empereur Taizong des Tang, le royaume de Lâm Ấp [centre de l’actuel Vietnam] offrit à l’Empereur une « perle de feu ». Elle ressemblait à du cristal. On raconte que cette perle provenait du royaume des Rakshas, là où vivaient des gens aux cheveux rouges, à la peau noire, avec des crocs d’animaux et des serres de rapace. (402 : 6, Huozhu 火珠)

28Il arrive en effet fréquemment que les perles aient des pouvoirs magiques : une perle ayant appartenu à Wu Zetian et venant visiblement d’Inde peut par exemple transformer une eau boueuse en eau pure (402 : 10, Qing ni zhu 青泥珠) ; une autre permet de rendre pure toute eau souillée (402 : 18, Yan sheng 嚴生) ; une autre encore peut faire naître une source rien qu’en étant plantée dans le sol, aussi aride soit-il (402 : 13, Shuizhu 水珠) ; une dernière, après avoir été passée dans le feu, permet d’effrayer le Roi dragon et ainsi de ramasser paisiblement autant de perles qu’on veut dans la mer (420 : 21, Yu bing hu 鬻餅胡).

29Parfois, les perles ont un rapport avec les animaux. On parle notamment de perles fabriquées dans les mers du Sud à partir de pupilles de baleines, d’autres qui sont crachées par des dragons, d’autres encore qui sortent de la gueule des serpents (402 : 7, Jingyu mu 鯨魚目). Dans le récit Sui Hou 隋侯, il est question de la vertu de fangsheng 放生 (aider ou délivrer des animaux) et un serpent offre une magnifique perle à celui qui l’a soigné :

Alors que le marquis de Sui marchait sur un chemin, il découvrit un serpent blessé et le soigna. Une fois guéri, le serpent revint avec une perle précieuse dans la gueule et la lui offrit en signe de remerciement. Cette perle faisait près de trois centimètres de diamètre, elle était d’un blanc pur, elle brillait dans l’obscurité et renvoyait une lumière similaire à celle de l’astre lunaire. On l’appela « la perle du marquis de Sui » ou « perle de lune ». (402 : 1, Sui Hou 隋侯)

La « perle du marquis de Sui » est restée immensément célèbre dans l’Histoire de Chine, aussi célèbre que le « Jade de Maître He » (Heshi bi 和氏璧). On la mentionne pour la première fois dans le Mozi 墨子, à l’époque des Royaumes Combattants. L’anecdote sera reprise dans le Huainanzi 淮南子et le Shiji 史記 (Mémoires historiques), avant d’être récupérée par Gan Bao 干寶 (dynastie des Jin) qui la raconta dans son Soushen ji 搜神記 (À la recherche des esprits), ce qui permit au récit d’être intégré dans le Taiping guangji et de passer à la postérité.

30D’autres récits concernent eux aussi des événements historiques. On raconte notamment que sous la dynastie des Han de l’Ouest, un immortel offrit à l’impératrice Lü Zhi (241-181 avant notre ère) une grosse perle. Elle lui donna cent jin d’or pour le récompenser (402 : 3, Han Gao hou 漢高后). L’histoire suivante raconte comment sous la dynastie des Han de l’Est on trouva deux magnifiques perles, l’une de la taille d’une prune, l’autre de la taille d’un œuf de poule (402 : 4, Hou Han Zhangdi 後漢章帝). Dans un autre récit, on apprend que sous la période de règne Datong 大同 (535-546) de l’Empereur Liang Wudi 梁武帝 (r. 502-549), une pluie providentielle s’abattit devant le palais impérial, avec des perles de toutes les couleurs mêlées aux gouttes d’eau (402 : 5, Liang Wudi梁武帝). On raconte enfin que lorsque l’Empereur Tang Suzong 唐肅宗 (r. 756-762) était encore un enfant, son père Tang Xuanzong le chérissait et disait à sa concubine favorite (la future impératrice Zhenshun 貞順) qu’il deviendrait un empereur favorisé par le Ciel. Il décida alors d’accrocher au cou de l’enfant une perle de jade brillante qu’il gardait précieusement et qu’il avait obtenue en tribut du Royaume de Kaboul. Une fois devenu empereur, Tang Suzong la retrouva dans les coffres impériaux : elle renvoyait une lumière brillante. Il eut les larmes aux yeux en la revoyant et en repensant à son père, et la garda dès lors dans sa chambre, la priant en cas de catastrophe naturelle ou de guerre (402 : 16, Shangqing zhu 上清珠).

31Comme c’est le cas dans le récit ci-dessus, les perles proviennent souvent d’endroits lointains, majoritairement de territoires étrangers de l’Ouest ou de régions méridionales, comme cette île située près d’une région côtière dans l’actuelle province du Guangxi et qui abrite un étang surnommé « l’étang aux perles » dans lequel il suffit de plonger pour récolter autant de perles qu’on veut et ainsi payer le tribut annuel aux autorités (402 : 9, Zhu chi 珠池). Le récit suivant parle d’un endroit situé au Sud où, après la mousson, tombent du ciel des myriades de perles. Certaines auraient même des yeux (402 : 10, Shaocheng zhu 少城珠). Souvent, les perles intéressent des marchands étrangers, notamment arabes (402 : 10, Qing ni zhu 青泥珠) (402 : 13, Baozhu 寶珠). C’est le cas dans le récit suivant :

Il n’y a pas si longtemps, un étranger venu de Perse séjourna dans l’auberge de Fufeng [dans l’actuelle province du Shaanxi]. Il aperçut devant l’entrée un rocher de forme carrée qu’il examina des jours durant. L’aubergiste lui demanda les raisons de son manège, et l’étranger répondit qu’il voulait acheter le rocher pour en faire un lavoir. Il en proposa deux mille pièces. L’aubergiste, ravi de l’aubaine, accepta. L’étranger prit le rocher et le brisa devant tout le monde : une perle de plus d’un pouce de diamètre se trouvait logée à l’intérieur ! Ensuite, à l’aide d’un couteau, l’étranger se fit une incision au niveau de l’aisselle et y plaça la perle, bien à l’abri. Puis il se remit en route pour rentrer chez lui. Au bout d’une dizaine de jours de navigation en pleine mer, le navire affronta les pires périls. Le capitaine comprit que la divinité des flots exigeait qu’on lui offre quelque chose de précieux, et demanda si quelqu’un à bord possédait un trésor. Mais personne n’avait rien à offrir. Alors le capitaine décida de jeter l’étranger par-dessus bord, en sacrifice. Effrayé, ce dernier n’eut d’autre choix que de s’inciser au niveau de l’aisselle pour en sortir la perle. Le capitaine la brandit vers l’océan et cria : « Si tu veux cette perle, prends-la ! » Alors la divinité des flots sortit une main de l’eau, une main gigantesque et couverte de poils : elle s’empara de la perle et disparut dans la mer. (402 : 11, Jingcun zhu 徑寸珠)

32Dans le récit Shouchuan zhe 守船者, un marchand de sel trouve devant un temple près de Suzhou une perle brillante qu’il revend un bon prix à un marchand étranger (402 : 17, Shouchuan zhe 守船者). Le récit suivant est assez similaire : un homme trouve une petite perle brillante dans la montagne et la revend à un marchand étranger qui lui apprend qu’il s’agit d’une perle magique qui permet de purifier n’importe quelle eau (402 : 18, Yan sheng 嚴生).

33Par ailleurs, à trois reprises, un Chinois porte secours à un étranger agonisant, qui récompense son bienfaiteur en lui donnant une perle précieuse. Dans le premier récit, un fonctionnaire charitable prend un Persan malade sur son bateau. Pour le remercier, l’étranger lui offre une perle. Après son décès, le Chinois l’enterre et place la perle dans sa bouche. Puis il rencontre l’un des fils du défunt et lui indique le lieu de la sépulture (402 : 14, Li Mian 李勉). Le deuxième récit est assez similaire : le bienfaiteur, qui vit près d’un fleuve lui aussi, accompagne un Persan dans ses derniers instants. Il l’enterre et place la perle dans sa bouche, puis plante un arbre près de sa tombe. Dix ans plus tard, lorsqu’il revient sur place, il apprend qu’une enquête est en cours concernant la disparition du Persan. Il mène les autorités sur le lieu de son inhumation et ouvre la tombe : le corps du cadavre n’est pas altéré le moins du monde, grâce aux propriétés imputrescibles de la perle. Il récupère alors la perle et s’en va (402 : 15, Li Guan 李灌). Dans le troisième récit, un homme bienveillant qui reste aux côtés de son voisin étranger agonisant se voit offrir par le vieil homme une perle précieuse qu’il gardait cachée sous la peau de son bras gauche. Plus tard, un ami de l’étranger se présente et la lui rachète un bon prix, lui expliquant qu’elle a des pouvoirs exceptionnels (402 : 21, Yu bing hu 鬻餅胡).

34Comme nous pouvons le constater, comparé aux histoires sur l’or et sur le jade, les histoires sur les perles concernent plus fréquemment des périodes anciennes (dynastie des Han notamment) ; les perles sont toujours d’une beauté exceptionnelle et possèdent souvent des pouvoirs magiques ; elles proviennent généralement de territoires étrangers, situés soit au Sud (Vietnam), soit à l’Ouest (Perse, Afghanistan) ; pour finir, ce n’est pas tant pour leur valeur qu’elles sont prisées, mais pour leur beauté, leur rareté et leurs incroyables pouvoirs.

6. Les trésors divers et variés

35Vingt-six récits sont rangés dans la sous-catégorie « trésors divers et variés » (zabao 雜寶). Ils s’étendent sur deux rouleaux entiers (rouleaux 403 et 404). Commençons notre analyse par un simple constat : plusieurs de ces récits évoquent des objets précieux pourtant classés dans les rouleaux précédents (jade et perles notamment) ou bien dans le rouleau suivant (objets aux pouvoirs extraordinaires), on peut donc s’étonner de les trouver ici. Cela est sans doute dû au fait que généralement il y a plusieurs trésors cités dans les récits concernés, et non un unique objet précieux comme c’est le cas dans la plupart des récits précédents. Les récits semblent placés dans l’ordre chronologique des événements relatés. Une grande partie concerne les trésors accumulés par les Empereurs, viennent ensuite les richesses des nobles et fonctionnaires, et enfin quelques récits sur les gens du peuple.

6.1. Trésors impériaux

  • 28 Le mot « agathe » provient du terme « cervelle de cheval ». Ce sont les Mongols qui nommèrent ains (...)

36Il est tout d’abord question d’une jarre en agathe offerte à l’Empereur légendaire Zhuanxu 顓頊 par le royaume de Danqiu (dans l’actuelle province du Zhejiang, où, comme le prétend la légende, les immortels aiment se réunir) (403 : 1, Manao 馬腦28). On nous décrit ensuite les richesses impériales, notamment dans le palais de Xianyang de Han Gaozu 漢高祖 (r. 202-195 avant notre ère), dont les coffres sont remplis de jades, de perles et d’or. L’Empereur chérit plus particulièrement cinq lampes de jade, douze statuettes de bronze portant chacune un instrument de musique dans les bras, une cithare qin en jade, des flûtes (403 : 4, Qin bao 秦寶). Puis, sur seulement deux lignes, il est question des trésors de Han Wudi 漢武帝 (r. 141-87 avant notre ère) (lit, paravent, rideaux) (403 : 6, Si bao gong 四寶宮). Plus loin, on nous parle d’une ruse pour le moins surprenante mise en place par un Empereur des Jin :

  • 29 Wang Dun était un général qui devint chef de guerre et essaya de prendre le pouvoir. Il fut renver (...)
  • 30 Arme militaire ancienne qui peut avoir plusieurs formes, notamment celle d’une épée avec une lame (...)

L’Empereur Ming de la dynastie des Jin 晉明帝 [r ; 323-326] s’aventura seul dans le camp militaire de Wang Dun王敦 [266-32429] pour étudier secrètement la position de son ennemi. Mais il fut découvert et Wang Dun envoya des cavaliers à sa poursuite. Dans sa fuite, l’Empereur demanda l’aide d’une vieille femme qui travaillait dans une auberge. Il lui donna son « fouet aux sept trésors30 », en échange elle devait refroidir le crottin de son cheval avec un éventail. En arrivant sur place, constatant que le crottin du cheval de l’Empereur Ming était déjà froid, ses poursuivants pensèrent qu’il était déjà loin et cessèrent de le pourchasser pour admirer le précieux fouet. (403 : 9, Qi bao bian 七寶鞭)

37Les histoires du rouleau 404 concernent davantage la dynastie des Tang. On raconte notamment que sous la période de règne Dali 大歷 (766-779) de l’Empereur Daizong 代宗 (r. 762-779), deux présents furent offerts à l’Empereur par le royaume légendaire de Rilin 日林國 : des « pois nébuleux » et un pic à cheveux « cornes de dragon ». Ils possédaient des propriétés magiques. Le « pois nébuleux », de couleur rouge foncé, avait la taille d’une graine de haricot mungo et renvoyait un éclat éblouissant. Cuit avec du jonc odorant, il pouvait devenir aussi gros qu’un œuf d’oie et peser jusqu’à cinq cents grammes. L’empereur en mangea un petit morceau et fut rassasié pour plusieurs jours. Le pic à cheveux, de couleur rouge tirant sur le noir, semblait avoir été réalisé par les divinités. Un dragon était sculpté dessus. L’Empereur l’offrit à sa concubine. Alors que tous deux naviguaient sur « l’étang du dragon », un nuage pourpre se forma autour d’eux. Une fois au palais, l’Empereur arrosa le pic à cheveux : deux dragons s’en échappèrent et disparurent dans le ciel (404 : 2, Lingguang dou 靈光豆).

  • 31 Pas d’indication chronologique. Il est cependant probable, par rapport à la progression des histoi (...)

38Dans le récit La montagne aux dix mille bouddhas (Wan Fo shan 萬佛山), l’Empereur31, pour prouver sa dévotion au Bouddha Sakyamuni, fit recouvrir les murs de la salle de prière avec un mélange d’encens et de poudre d’argent. Le royaume de Silla — actuelle Corée — lui offrit également un tapis brodé de cinq couleurs et une montagne haute de trois mètres en bois de santal incrusté de jades et de perles. Les bouddhas sculptés étaient de toutes les tailles, les plus petits avaient une tête de la taille d’un grain de riz, mais aucun détail physique n’y manquait. Les décors naturels étaient somptueux, il y avait aussi des moines, qui saluaient lorsque l’horloge sonnait chaque heure, tandis que des murmures de récitations se faisaient entendre (404 : 3, Wan Fo shan 萬佛山).

  • 32 1 hu 斛 équivaut à 10 dou 斗, c’est-à-dire à 50 litres.
  • 33 Il semble question ici d’un brocart (jin 錦) et non d’une « fourrure » (qiu 裘). Le caractère varie (...)
  • 34 Aucune indication géographique ou chronologique n’est donnée pour cette histoire.

39En 825 de notre ère (dynastie des Tang toujours), le souverain de Nanchang 南昌 offrit à l’Empereur Tang Jingzong 唐敬宗 (r. 824-827) une bassine confectionnée à partir d’une carapace de tortue marine, recouverte d’or et incrustée de jades, qui pouvait contenir jusqu’à dix hu d’eau32. Il reçut également un magnifique brocard brodé de fils de soie représentant des dragons et des phénix et décoré de perles précieuses, d’une brillance aveuglante33. Il y avait enfin un objet précieux en forme de rhinocéros qui brillait dans la nuit. L’Empereur le fit couper pour en faire des ornements de ceinture qu’il portait lors des chasses nocturnes, pour s’éclairer dans la nuit (404 : 4, Daimao pen 玳瑁盆). Ailleurs, un royaume étranger34 offre un oreiller translucide comme un diamant, avec un pavillon représenté sur le dessus et des moines taoïstes sur chaque côté (404 : 7, Zhongming zhen 重明枕).

40L’Empereur Tang Wuzong 唐武宗 (r. 840-846), pour sa part, s’intéressait aux techniques taoïstes d’immortalité. Il construisit un bâtiment exprès pour cela, avec des piliers en jaspe vert, des arches en or, des seuils de porte en argent, des murs en jade. La pièce était brillante et resplendissante (404 : 10, Manao gui 馬腦櫃). Toujours à l’époque de l’Empereur Tang Wuzong, sous la période de règne Huichang (841-846), le royaume de Buyeo (Mandchourie du Nord) offrit en tribut trois véritables trésors : plusieurs « jades de feu », de couleur rouge, extrêmement brillants, qui une fois réunis permettaient de réchauffer une pièce ou de faire bouillir de l’eau ; de « l’alcool clair et brillant », qui rendait les corps légers ; enfin, une « turquoise du vent » de plus de deux mètres de circonférence, translucide, décorée d’un motif d’arbre, qui rafraichissait les pièces en cas de fortes chaleurs (404 : 9, Huoyu 火玉).

41Nous pouvons constater que la plupart des trésors impériaux sont des présents offerts par des royaumes étrangers. Ils ont par ailleurs, la plupart du temps, des caractéristiques exceptionnelles, voire des pouvoirs magiques. Il est souvent précisé qu’ils ne semblent pas être le fruit du travail d’un être humain, mais plutôt de divinités. Les Empereurs les gardent précieusement et ils sont restés célèbres à travers les siècles.

6.2. Anecdotes de type historique

42Des récits similaires décrivent les trésors non pas de l’Empereur mais de son entourage, familial ou politique. Un récit décrit notamment la chambre luxueuse de Dong Yan 董偃, amant de Liu Piao 劉嫖 (ca. 189-116 avant notre ère), l’une des filles de l’Empereur Han Wendi 漢文帝 (r. 180-157 avant notre ère). On décrit son lit constitué d’une « pierre paysage » (畫石) — à cause des motifs naturels qui s’y trouvent et qui rappellent une peinture chinoise — et décoré de mille trésors ; un paravent incrusté de pierres précieuses ; de la vaisselle en jade pourpre (403 : 7, Yanqing shi 延清室).

43On raconte par ailleurs que Li Linfu 李林甫 (683-753), chancelier de l’Empereur Tang Xuanzong, avait pour habitude de faire venir des moines chez lui le jour de son anniversaire pour qu’ils récitent des prières pour lui. Un jour, il offrit à l’un d’entre eux une selle de cheval, que le moine revendit pour 70 000 pièces. En apprenant cela, un autre moine bien plus renommé alla prier à son tour chez Li Linfu. Il vanta tous ses mérites avec ferveur, espérant obtenir quelque trésor, mais ne reçut qu’un objet tout usé ressemblant à un vieux clou. Il se mortifia plusieurs jours durant. Pensant que le fonctionnaire n’avait pas pu véritablement le tromper, il décida finalement de se rendre en ville et montra l’objet à un marchand étranger en lui en demandant mille pièces. Le marchand étranger éclata de rire et lui expliqua que son trésor valait bien davantage, au moins dix millions, pour la simple raison qu’il s’agissait d’une relique (403 : 12, Bao gu 寶骨).

  • 35 Nous sommes alors en pleine révolte d’An Lushan 安祿山 (755-763).
  • 36 Nous pensons que le terme chinois renvoie au nom scientifique de « copra mosch » qui est l’autre n (...)

44Sous la période de règne Qianyuan 乾元 (758-760) de l’Empereur Tang Suzong 唐肅宗 (r. 756-762), on décida de prélever davantage de vivres et de biens dans la région du Jiang-Huai (région du Fleuve bleu et de la rivière Huai, dans les actuelles provinces du Jiangsu et de l’Anhui) pour subvenir aux besoins des troupes armées35. Un moine bouddhiste offrit un jour comme contribution un simple flacon, avançant qu’il valait un million de pièces. On ne le crut point. Mais finalement, un Persan acheta immédiatement le flacon pour la somme convenue. Il expliqua qu’il contenait des glandes de chevrotains porte-musc rouges36 qui permettaient d’obtenir la protection des esprits, d’être insensible au feu, de ne pas mourir noyé (même immergé dans l’eau). On lui en offrit alors un prix démesuré pour le lui racheter. En réalité, la bouteille contenait douze perles (403 : 13, Zi zhu jie 紫羜羯).

45L’histoire la plus longue des six rouleaux que nous avons étudiés se passe à la même période. Sous la période de règne Kaiyuan 开元 (713-741), une femme de la famille Li se maria. À la mort de son mari, elle devint nonne bouddhiste et prit le nom de « Pure réalité ». Elle devint célèbre pour sa grande morale. En l’an 742, alors qu’elle faisait sa toilette devant le monastère, un nuage multicolore s’arrêta au-dessus d’elle et une main lui tendit un sac de soie en lui disant d’en prendre soin et de garder le silence. Le sac contenait une tablette impériale confectionnée par l’Empereur Jaune pour chasser les guerres et les pestilences ; un coq en jade blanc, n’apparaissant qu’en cas de règne d’un empereur vertueux ; un « bi de la vallée », disque de jade blanc percé en son milieu, permettant à l’Empereur d’obtenir des récoltes abondantes dans son royaume ; une paire « d’anneaux de la Reine mère de l’Ouest », en jade blanc, permettant d’obtenir l’allégeance des pays voisins. Plus tard, en 756, pendant la révolte d’An Lushan, la nonne fuit vers le sud. En 762, elle rencontra deux hommes vêtus de noir qui l’emmenèrent dans une ville du sud-est. Elle y rencontra l’Empereur céleste dans son palais céleste : il voulait l’aider à chasser le malheur sur terre. Il lui donna un nouveau sac, contenant huit trésors, qu’elle devait faire remettre à l’Empereur. Ce sac contenait : une « perle de tous les souhaits », de la taille d’un œuf de poule, translucide comme un diamant, permettant d’éclairer une pièce comme à la clarté lunaire ; une pierre précieuse rouge de la taille d’une châtaigne ; une perle ; un sceau en jade ; deux « crochets de l’impératrice cueillant les mûriers », qui semblaient être en or, en argent et en bronze à la fois ; deux « pierres du Dieu du tonnerre » en jade vert et en forme de haches, brillant dans le noir comme la flamme de bougies. La nonne montra le contenu du premier sac à Lu Heng 盧恆, homme de main du gouverneur de province Cui Shen 崔侁, et le contenu du second sac au chancelier impérial Cui Yuan 崔圓 (705-768). On fit porter les trésors à l’Empereur Suzong 肅宗 (r. 756-762), qui était alors gravement malade. Il fit appeler son fils Daizong 代宗 et les lui donna. Daizong devient le nouvel Empereur (r. 762-779) et changea la période de règne en ère Baoying 寶應(762-763). La paix devint pérenne et les récoltes furent dès lors abondantes. Ce fut le signe que le Ciel avait ramené la paix sur terre et mis le pouvoir entre les mains d’un souverain vertueux (404 : 1, Suzong chao ba bao 肅宗朝八寶).

6.3. Autres trésors

46Au rang des autres trésors, citons un coffret en bronze vernis déterré à l’époque des Trois Royaumes, ainsi qu’une amulette en jade qui daterait de l’époque du Premier Empereur Qin Shi Huangdi 秦始皇帝 (r. 221-210 avant notre ère) (403 : 8, Yu ruyi 玉如意). Il est question plus loin de coquillages pourpres de type cauris — surnommés « porcelaines-monnaies » — qui font office de monnaie dans les régions du Sud (403 : 14, Zibei 紫貝). Enfin, on nous parle de trois objets précieux en jade (une coupe en jade vert, un oreiller en jade rouge, et un coffret en jade pourpre) offerts par des beautés mystérieuses à un lettré qui vient de réussir ses examens : lorsqu’il sort du pavillon où il a rencontré les jeunes femmes, le lettré se retourne une dernière fois et se retrouve face à une étendue déserte. Il revend les trois trésors et devient très riche, mais ne deviendra jamais fonctionnaire (403 : 11, Yuqing san bao 玉清三寶).

47Dans l’histoire Le village aux trois trésors (San bao cun 三寶村), trois trésors datant de l’époque des Han de l’Est réapparaissent miraculeusement :

Au sud-ouest du district de Fufeng [dans l’actuelle province du Shaanxi] se trouvait un village surnommé « le village des Trois Trésors ». Les anciens racontaient que lorsque le village avait été fondé, un moine étranger avait prononcé ces paroles : « On peut sentir la présence de trésors en ces lieux. Mais personne ne les trouvera pour le moment. Ils apparaîtront en temps voulu. » C’est de cette légende que le village tirait son nom. Au printemps de l’an 836, une nuit, un homme d’une grande élégance, coiffé d’un turban noir, vêtu d’un vêtement ample et portant une épée précieuse à la ceinture, dit en rêve à un villageois : « J’étais fonctionnaire sous les Han de l’Est. Sous le règne de l’Empereur Guangwu [r. 25-57], je suis parti aux côtés du brave général Ma Yuan 馬援 [14-49] mener une expédition punitive contre le royaume de Giao Chi [région située dans le Nord de l’actuel Vietnam]. On a ramené de cette région de nombreux trésors. Mais plus tard, le général Ma a fait l’objet de calomnies : on l’a accusé d’avoir pillé de nombreuses richesses dans les royaumes du Sud et de les avoir gardées pour lui. Furieux, l’Empereur Guangwu a envoyé des soldats pour lui confisquer ses biens. Craignant d’être moi-même impliqué dans cette histoire, j’ai pris mes objets précieux et je suis venu les enterrer ici. » Le villageois se réveilla avant d’en apprendre davantage. Il raconta son rêve à ses voisins. Au cinquième mois de la même année, à la tombée de la nuit, des nuages noirs s’amoncelèrent, le ciel s’assombrit, et un jeune berger aperçut dans la plaine du sud une lumière qui irradiait, comme une cascade descendant du ciel. Il en parla à son père, et ils retournèrent sur place tous les deux : la lumière était encore plus brillante. Le lendemain soir, la scène se reproduisit. Alors les villageois se réunirent et partirent à la recherche de cette lumière. Ils découvrirent qu’elle partait en réalité du sol, non du ciel, telle un brasier. On fit une marque à cet endroit en guise de repère. Au point du jour, armés de pelles et de pioches, les villageois revinrent sur les lieux et commencèrent à creuser. Au bout de trois mètres environ, ils déterrèrent trois objets précieux : une tortue en or de deux pouces de long, réalisée avec raffinement ; une épée longue de plus de cinquante centimètres ; un miroir ancien, d’au moins trente centimètres de diamètre. Ils étaient couverts de poussière et avaient l’air fort anciens. Les villageois les portèrent au chef de district, Liu Sui. Ce dernier fit aiguiser la lame de l’épée, qui renvoya alors des éclats comme des ondes sur l’eau, elle était très imposante. [...] De nombreux motifs ornaient le miroir, avec plusieurs figures d’animaux mythiques. Il était en parfait état de conservation, malgré les années écoulées. Une fois poli, il devint aussi clair que de l’eau : c’était une véritable merveille. « Nous sommes face à des antiquités rares, déclara le chef de district, leur place est au palais impérial. » [...] (404 : 8, San bao cun 三寶村)

  • 37 Voir supra note 34.

48Plus loin, suite à la révolte d’An Lushan 安祿山 (755-763), un lettré se rachète une conduite après avoir ruiné la fortune familiale par ses mauvaises fréquentations : il trouve une pierre qui lui semble étrange et précieuse, et plus tard des étrangers la lui rachètent en disant qu’il s’agit de la pierre utilisée par leur souverain chaque mois pour rendre hommage à la mer, et qu’elle avait disparu depuis une trentaine d’années. Il suffisait au souverain de la poser sur un autel, face à la mer, pour qu’elle attire à elle tous les trésors cachés dans l’océan, les perles précieuses notamment (403 : 15, Wei sheng 魏生). Dans une autre histoire, un ermite aux dons de magicien sauve la vie d’un général endetté en offrant à ses créanciers une étoffe et une aiguille protégeant celui qui les porte de la poussière (au milieu d’une tempête de sable ou bien en galopant dans la poussière) (404 : 5, Bi chen jin 辟塵巾). Le récit suivant ne possède qu’un titre (404 : 6, Fu guang qiu 浮光裘), mais aucun texte. Il y est apparemment question d’un brocard brillant, ce qui renvoie certainement à l’histoire qui se trouve un peu en amont, qui en parle également (404 : 4, Daimao pen 玳瑁盆37). Dans le dernier récit du rouleau 404, un homme nommé Cen trouve un jour dans un torrent de montagne deux pierres blanches de la taille de graines de lotus. La nuit venue, il rêve de deux beautés vêtues de blanc qui restent pour le servir. Le lendemain, comprenant alors qu’il s’agit de cailloux précieux, il les cache dans sa ceinture. Un jour il rencontre un Persan qui les lui rachète un bon prix. Ainsi devient-il riche, mais regrette de ne pas avoir demandé les secrets de ces cailloux (404 : 11, Censhi 岑氏).

49En outre, plusieurs histoires concernent le corail. Il est notamment question d’un étang du palais impérial des Han dans lequel pousse un immense corail haut de plus de trois mètres avec d’innombrables ramifications, qui est éclatant la nuit venue, comme s’il était incandescent. Il a été offert à l’Empereur par Zhao Tuo 趙駝, souverain du royaume de Mamzyied (ancien royaume qui s’étendait sur les actuelles provinces du Guangxi, du Guangdong, du Yunnan et le Nord de l’actuel Vietnam) (403 : 5a, Shanhu 珊瑚). Dans la préfecture de Yulin (dans l’actuelle province du Guangxi) se trouvait également le « marché aux coraux » : c’était l’endroit où les gens qui plongeaient dans la mer vendaient leurs trouvailles. Là-bas, les coraux avaient une couleur vert foncé. Chaque corail possédait des dizaines de ramifications et était dépourvu de mousse. Les plus grands mesuraient près de deux mètres de haut, les petits une trentaine de centimètres. Les plongeurs les plus doués racontaient qu’il y avait un palais de corail dans l’océan (403 : 5b, Shanhu 珊瑚).

50Il est également question d’endroits étranges et mystérieux qui se trouvent dans des pays voisins. On raconte par exemple que dans le royaume de Rilin 日林國 — vu dans un récit plus haut concernant l’Empereur Daizong — il y avait un rocher translucide qui, lorsqu’on se mirait dedans, permettait de voir ses organes vitaux et ainsi de déceler un problème de santé et d’y remédier. On l’appelait « le miroir des immortels » (xianren jing 仙人鏡) (404 : 2, Lingguang dou 靈光豆). Dans le royaume de Nanchang 南昌國 — vu plus haut — il y avait aussi une montagne qu’on appelait « le mont de l’alcool » : l’eau qui coulait de sa source avait le goût de l’alcool et provoquait une ivresse qui durait plus d’une journée. Il y avait par ailleurs une « mer pourpre » dans laquelle tout était rouge (eau et animaux) et dans laquelle on plongeait les vêtements pour les teindre (404 : 4, Daimao pen 玳瑁盆).

51Nous terminerons ce chapitre avec la corne de rhinocéros, qui n’est pas présentée ici pour ses vertus médicinales, mais pour la valeur qu’elle symbolise. Dans le deuxième récit par exemple, on nous décrit l’apparence d’un rhinocéros, et plus particulièrement de ses cornes, qui valent de l’or : on en fait des ornements pour les porter à la ceinture, de la vaisselle, des peignes, des pics à cheveux. Certaines cornes, selon la légende, ont des propriétés magiques (qui font s’écarter l’eau et le brouillard, ou bien qui brillent dans le noir) (403 : 2, Xi 犀). Cela n’est pas sans rappeler le récit vu plus haut dans lequel l’Empereur Tang Jingzong 唐敬宗 reçoit en présent un objet précieux en forme de rhinocéros qui brille dans la nuit. Il le fait couper pour pouvoir en porter des morceaux à la ceinture et s’éclairer lors de ses parties de chasse nocturnes (404 : 4, Daimao pen 玳瑁盆). Plus loin, il est question d’événements surnaturels :

  • 38 Il s’agit d’un ustensile de coiffure utilisé dans la Chine ancienne pour relever les cheveux en ch (...)

Sous la dynastie des Jin, un dénommé Jiang Qian, de la préfecture de Donghai, se rendit un jour dans le district de Buqi [actuelle Qingdao]. Alors qu’il traversait une forêt, il aperçut soudain un cadavre en état de décomposition avancé qui était la proie des corbeaux. Tout à coup, un garçon qui mesurait un mètre environ arriva et chassa les oiseaux charognards. La scène se répéta plusieurs fois. Trouvant cela fort étrange, Jiang Qian s’approcha. Il remarqua un grand peigne38 en corne de rhinocéros planté dans les cheveux du défunt : il devait valoir plusieurs dizaines de milliers de taëls. Il décida de l’emporter. Après son départ, les corbeaux recommencèrent à s’en prendre au cadavre, mais personne ne vint plus les chasser.
Plus tard, Jiang Qian offrit ce peigne au marquis de Wuling. À la mort de ce dernier, il fut donné en offrande à des moines. Wang Wugang le leur racheta 90 000 pièces. Plus tard, il passa entre les mains de Chu Taizai, qui l’offrit au Prince de Yuzhang [qui fut empereur une année, en 551, sous la dynastie des Liang], ancien ministre de l’État de Qi. À sa mort, son épouse Dame Jiang cassa le peigne pour en faire un pic à cheveux. Dès lors, chaque nuit, elle pouvait entendre une voix d’enfant près de son lit qui gémissait : « Pourquoi veux-tu me faire du mal ? Je me vengerai ! Jamais je ne pourrai endurer une telle injustice et une telle cruauté ! » Dame Jiang n’en pouvait plus de ces apparitions, elle était terrifiée : elle rendit l’âme un mois plus tard. (403 : 10, Xidao 犀導)

52Pour conclure, les récits présentés dans cette sous-catégorie concernent effectivement des trésors nombreux et d’une grande diversité : objets d’art, armes, corne de rhinocéros, cailloux, coraux... La plupart du temps, ils ont des pouvoirs magiques, et sont même parfois censés avoir été confectionnés par des êtres célestes et légendaires. Ce sont des trésors qui sont généralement destinés à devenir les biens de personnages importants, les empereurs notamment, et ils décorent des endroits majestueux et luxueux.

7. Les monnaies

53Neuf récits sont classés dans la sous-catégorie « argent » (qian 錢) (en tant que « monnaie », non en tant que « métal »). Ils se trouvent dans la première partie du rouleau 405.

54Les récits mettent souvent en scène des gens du peuple, qui découvrent inopinément des pièces de monnaie. On raconte par exemple qu’en l’an 417 de notre ère, sous le règne de l'Empereur Jin Andi 晉安帝 (387-419), des enfants qui se baignaient dans une rivière aperçurent un jour des tas de pièces autour d’eux dans l’eau. Ils en attrapèrent autant qu’ils purent, pendant que les autres fuyaient avec le courant (405 : 1, Yuyang tongzi 淯陽童子). Plus loin, des pièces volent dans les airs :

Cao Zhen était originaire de Shouchun. Alors qu’il se promenait dans la campagne, il aperçut soudain au pied d’une colline plusieurs milliers de pièces qui volaient dans les airs, dans un bruit de clochettes. Cao Zhen courut après les pièces : elles s’engouffrèrent dans un petit trou dans le sol. Il essaya d’en attraper, mais n’en obtint que quelques dizaines. (405 : 9, Cao Zhen 曹真)

55Juste après, il est question d’un village où se forme un tourbillon de pièces de monnaie : la population les poursuit pour en attraper, mais elles s’éloignent dans un vieux cimetière couvert de ronces (405 : 9, Cao Zhen 曹真).

56Comme nous pouvons le constater, ces faits se produisent de façon miraculeuse et étrange. Elles sont la plupart du temps en relation avec des événements surnaturels. C’est le cas dans l’histoire d’un certain Wang Qing, qui vivait au début du règne de l’Empereur Tang Xianzong 唐宪宗 (r.805-820) dans la ville de Luoyang. Avec le peu d’argent qu’il avait amassé, il acheta un vieux marronnier desséché qu’il comptait couper pour le revendre en bois de chauffage. Mais dans la nuit, un voisin alla discrètement couper l’arbre à sa place. Alors que le scélérat plantait sa hache dans le tronc, un serpent noir avec une tête épaisse comme le bras d’un homme s’adressa à lui sur un ton menaçant : « Je suis l’arbre de Wang Qing ! Tu n’as aucunement le droit de me couper ! » Au comble de l’effroi, le voisin laissa tomber sa hache et partit en courant. Le lendemain, Wang Qing alla couper l’arbre avec l’aide de son fils et de son petit-fils. En creusant sous la souche, il découvrit deux grandes jarres remplies de pièces. En quelques années, sa famille devint immensément riche (405 : 4, Wang Qing 王清).

57L’histoire suivante est assez similaire. Un paysan vivant de la vente de bois part en montagne couper des arbres lorsqu’il voit des pièces dévaler dans sa direction. En allant voir plus haut, il trouve un arbre sous lequel git une jarre renversée et remplie de pièces. Il la remet en place et ramasse plus de cinq cents pièces. Lorsqu’il revient avec ses proches ramasser davantage d’argent, il retrouve l’arbre mais plus la jarre. Le soir venu, un homme lui explique en rêve que cet argent ne lui appartient pas, qu’il a déjà obtenu des pièces pour le remercier d’avoir remis la jarre droite, mais qu’il n’aura rien de plus (405 : 5, Jian’an cunren 建安村人). Plus loin, un homme pauvre du nom de Xing parvient à économiser deux mille pièces puis tombe malade. Dès lors, son argent s’évapore : en réalité, sa femme le lui vole et l’enterre dans la maison. Une nuit, on entend des insectes sortir de terre et s’envoler par la fenêtre. Certains se cognent contre le mur et tombent par terre. Le lendemain, en voulant les ramasser, Xing se rend compte qu’il s’agit en réalité non pas d’insectes mais de pièces de monnaie. Sa femme lui avoue alors toute la vérité : mais il ne reste plus aucune pièce dans sa cachette. Plus tard, Xing trouve une pierre en forme tortue, qu’il garde précieusement dans un coffret. Sa famille devient riche peu à peu (405 : 7, Xingshi 邢氏).

58Comme dans les rouleaux précédents, on donne toujours le nom des personnages. On précise également des détails géographiques et historiques, comme pour prouver la véracité des faits. Certains personnages principaux assument même des charges officielles, de préfet à chancelier impérial. C’est le cas de Xu Zhongbao, un chef de district qui vivait à Changsha. Il y avait dans sa résidence un arbre sec qui avait des pouvoirs magiques : il suffisait de répandre un peu d’eau devant pour que des pièces sortent de terre. Ainsi, durant une année, Xu Zhongbao accumula plusieurs centaines de milliers de pièces. Plus tard, il devint chef de comté et dut déménager à Yangzhou. Un jour qu’il était en train de bavarder avec ses proches dans le jardin, un brouillard blanc se forma : sa femme tendit la main et attrapa un vanesse en jade. Plus tard il fut encore muté, et trouva une grosse somme d’argent dans un trou de souris de sa cuisine. En creusant pour découvrir ce qu’il y avait en dessous, il déterra un oiseau blanc qui s’envola et alla se poser sur un arbre du jardin, où il déterra encore un million de pièces (405 : 6, Xu Zhongbao 徐仲寶).

59Plus loin, il s’agit d’une histoire concernant la famille d’un ancien préfet :

Il y avait à Tingzhou un homme du nom de Lin, dont un des ancêtres avait jadis été préfet. Une fois sa mission terminée, il passa ses journées tranquille chez lui à ne rien faire. Un jour, il se mit à pleuvoir des pièces de monnaie : le sol en était jonché. Tous les membres de la famille, jeunes comme vieux, s’empressèrent de les ramasser. La maison était remplie d’argent. Alors le dénommé Lin réajusta sa tenue et sa coiffe et se mit à prier le Ciel : « Ce qui se passe n’est pas normal. Cela apportera sans doute le malheur sur nous ! Arrêtez, je vous prie, pour le bien de la famille Lin ! » Aussitôt, les pièces arrêtèrent de tomber. Ils en avaient malgré tout ramassé une quantité incroyable. Ils restèrent riches sur plusieurs générations. (405 : 8, Linshi 林氏)

Cela va encore plus loin avec une anecdote concernant Cen Wenben 岑文本 (595-645), chancelier de l’Empereur Tang Taizong 唐太宗 (r. 626-649). Sous la période de règne Zhenguan 貞觀 (627-649), Cen Wenben partit s’installer dans sa résidence à la montagne pour fuir la chaleur estivale du palais. Un jour, un prêtre taoïste répondant au nom de Yuan Bao 元寶 (littéralement « le lingot d’argent ») et surnommé « le jeune garçon de grande pureté » (Shangqing tongzi上清童子) demanda à le voir : il s’agissait d’un jeune homme d’une vingtaine d’années et d’une grande prestance, qui prétendait être né à l’époque des Han et avoir enchaîné plusieurs réincarnations. Il avait survécu aux tourments durant des siècles et avait fini par se retirer en tant qu’ermite. En apprenant que le chancelier appréciait le taoïsme, il était venu lui rendre visite. Cen Wenben lui posa alors plein de questions sur l’Histoire des Han et des Six Dynasties, ainsi que sur sa tenue vestimentaire qui paraissait extrêmement légère, avec des vêtements surprenants pour un humain. Dès lors, régulièrement, le taoïste vint lui rendre visite. Il essaya de le faire suivre pour voir où il habitait, mais le prêtre s’évaporait chaque fois comme par magie une fois le mur de la résidence franchi. On fit creuser au pied du mur et on découvrit une vieille tombe qui ne contenait plus rien à part une vieille pièce de monnaie. Le chancelier comprit alors qu’il avait eu affaire à l’esprit de la pièce : le prêtre portait le surnom de « Shangqing tongzi 上清童子 », ce qui faisait écho au « qingtong 青銅 » de « bronze » ; son nom était « Yuan Bao 元寶 », comme les deux caractères écrits sur la pièce ; la pièce datait des Han, comme le taoïste qui prétendait être né à cette époque ; le Taoïste disait souvent qu’il était « rond » d’apparence mais avec un cœur « carré », comme la pièce de monnaie, ronde à l’extérieur, avec un trou carré au centre. Il ne s’agissait donc pas d’un taoïste, mais de l’esprit de la pièce de bronze. Le chancelier garda précieusement sa pièce. Il devint de plus en plus riche et monta en grade. Mais dix ans plus tard, il perdit son trésor et décéda brutalement (405 : 3, Cen Wenben 岑文本). On raconte que c’est de cette anecdote historique qu’est tirée l’expression « Shangqing tongzi 上清童子 », qui désigne une monnaie ancienne.

60Terminons avec une dernière anecdote historique : on raconte que sous le règne de l’Empereur Tang Gaozu 唐高祖 (r. 618-626), il circulait des pièces de monnaie qui présentaient une trace étrange sur leur face. Cela était dû au fait qu’en examinant le modèle envoyé au palais avant de frapper les pièces, la future impératrice Wende 文德皇后 (601-636) avait sans faire exprès fait une empreinte avec son ongle dessus. Le modèle fut ensuite utilisé directement, et la marque de son ongle apparut sur chaque pièce frappée (405 : 2, Wende huanghou 文德皇后).

61Les histoires concernant les pièces de monnaie sont assez similaires à celles concernant l’or : apparitions miraculeuses, souvent en lien avec des manifestations surnaturelles ; personnages le plus souvent issus du peuple ; richesse qui survient brutalement, mais qui peut également s’évanouir tout aussi rapidement. On a parfois l’impression que ces anecdotes font partie du folklore local. À moins qu’elles aient été inventées de toutes pièces pour justifier une fortune soudaine plus ou moins honnêtement acquise ? Quoi qu’il en soit, les histoires sont plutôt positives et se terminent généralement bien, même en cas d’intervention d’êtres surnaturels.

8. Les objets extraordinaires

62La dernière partie que nous aborderons dans notre étude concerne les « objets extraordinaires » (qibao 奇寶). Ils ferment les rouleaux du Taiping guangji consacrés au thème des « trésors » (bao 寶), dans la deuxième moitié du rouleau 405, et sont au nombre de quinze. La plupart des histoires sont plutôt courtes et tiennent en quelques phrases. Ces récits constituent un thème à part, dans le sens où on ne parle pas forcément d’objets qui ont une grande valeur pécuniaire, ni même esthétique, ni même parfois magique. Simplement, la majeure partie du temps, il s’agit d’objets pour le moins étranges et singuliers.

8.1. Anecdotes historiques

  • 39 Voir la présentation du poème Montée à la tour du lac, at <http://www.litteratureaudio.com/textes/Xie_Lingyun_-_Montee_a_la_tour_du_lac_Presentation.pdf> (consulté le 10 mai 2019).

63Un grand nombre de récits dans cette sous-catégorie concernent des personnages historiques. On nous parle notamment de Xie Lingyun 謝靈運 (385-433), célèbre poète de la dynastie des Jin, qui dirigea un temps la bibliothèque impériale. Adepte des trois sagesses, il délaissa peu à peu le taoïsme, mal vu à une époque, pour se tourner exclusivement vers le bouddhisme39. Peu apprécié pour ses théories subitistes (en opposition aux théories progressistes) concernant l’éveil soudain dans la pratique du bouddhisme, il fut victime d’une cabale et condamné à mort. Avant d’être décapité, il demanda qu’on fasse don de sa magnifique barbe au temple bouddhiste de Qihuan 祇洹寺. Les moines décidèrent d’en parer la statue de Vimalakirti, représentant des pratiquants bouddhistes laïcs. La barbe resta intacte des siècles durant, jusque sous la dynastie des Tang, sous le règne de Tang Zhongzong 唐中宗 (r. 705-710), où Li Guo’er 李裹兒 (685-710), fille de l’Empereur, à l’occasion de la fête du Double Cinq, envoya quelqu’un récupérer la barbe pour sa collection de trésors. Plus tard, de crainte que quelqu’un ne s’en empare, elle la tailla en pièces, si bien qu’il n’en reste plus rien aujourd’hui (405 : 14, Xie Lingyun xu 謝靈運須).

64Il est également question de l’Impératrice Wu Zetian 武則天 (r. 690-705) et de son célèbre chancelier Di Renjie 狄仁傑 (639-700) :

  • 40 Littéralement, désigne des « plumes de martin-pêcheur ». Mais il s’agit en réalité d’un équivalent (...)
  • 41 « Shuanglu 双陸 » : sorte de jeu de table de hasard raisonné, qui se joue à deux, et qui ressemble a (...)

Sous le règne de Wu Zetian, la préfecture de Nanhai [dans l’actuelle province du Guangdong] offrit en tribut une fourrure de renard d’une grande valeur et d’une grande beauté40. Wu Zetian l’offrit à Zhang Changzong 張昌宗 [ ?-705], un fonctionnaire dévoué. Elle lui demanda de la porter sur le champ et de jouer avec elle au jeu de table « shuanglu41 ». C’est alors que le premier ministre Di Renjie arriva. Wu Zetian l’invita à la remplacer. Di Renjie la salua et prit place.
« Qu’allez-vous parier ? » demanda l’Impératrice.
« Faisons trois parties. Celui qui en rapporte deux gagne. Nous n’avons qu’à mettre en jeu la fourrure que porte Changzong » répondit Di Renjie.
« Et toi, que mets-tu en jeu ? » demanda l’Impératrice.
« Ça » dit Di Renjie en montrant la robe pourpre qu’il portait sur lui.
Wu Zetian éclatata de rire : « Tu ignores sans doute que la fourrure portée par ton adversaire vaut une véritable fortune ! Ce n’est pas le cas de ta robe ! »
Di Renjie se leva et dit :
« Cette robe est le vêtement que porte un haut fonctionnaire en présence de son Empereur, son prestige n’a pas de prix. La fourrure de Zhang Changzong est simplement un habit prisé pour sa beauté. Je n’ai aucune honte à les placer au même niveau ! »
Wu Zetian ne sut quoi répondre. Elle avait de toute façon déjà cédé la fourrure. Zhang Changzong, par contre, se mit à rougir et fit mauvaise figure. Dépité, il enchaîna défaite sur défaite, sans prononcer un seul mot, et retira sa fourrure pour la céder sans rechigner à Di Renjie. Ce dernier remercia Wu Zetian et prit congé. Une fois dehors, il remit le précieux vêtement à un domestique et partit sur son cheval. (405 : 13, Jicui qiu 集翠裘)

Cette anecdote est restée célèbre dans l’Histoire de Chine, à tel point qu’elle a inspiré à Qiu Lian 裘璉 (1644-1729), dramaturge de la dynastie des Qing, sa pièce de théâtre La fourrure de renard (Jicui qiu 集翠裘).

65Plus loin, un récit concerne une relique pour le moins étonnante. Il s’agit d’un événement historique qui se produisit en 755, lors de la fuite de l’Empereur Tang Xuanzong 唐玄宗 (r. 712-756) face à la rébellion de An Lushan 安祿山 (703-757) :

Lorsque l’Empereur Tang Xuanzong arriva avec ses troupes à la colline de Mawei 馬嵬坡 [dans l’actuelle province du Shaanxi, à une dizaine de kilomètres de la ville de Xingping 興平], il ordonna à ses soldats de pendre sa concubine Yang Guifei sur un poirier devant le sanctuaire bouddhiste. Peu après, une vieille femme des environs ramassa une chaussette. Elle prétendait qu’elle avait appartenu à la célèbre concubine. Dès lors, les voyageurs qui passaient par là demandaient souvent à voir la chaussette : la vieille femme la montrait contre cent pièces. Elle gagna ainsi beaucoup d’argent. (405 : 16, Yang Fei wa 楊妃襪)

66Ce récit, tiré du Guoshi bu 國史補 de Li Zhao 李肇 (ixe siècle), concerne l’épisode de la mort tragique de Yang Guifei 楊貴妃 (719-756), concubine préférée de Tang Xuanzong, réputée pour sa grande beauté. On raconte parfois qu’elle fut poussée au suicide par pendaison, ou bien que des soldats l’auraient exécutée de leur propre chef, pour se venger d’elle : en effet, c’est sous son influence que An Lushan devint puissant. Dans le texte il ne s’agit ni d’un suicide, ni d’une action initiée par les soldats, mais d’un ordre bel et bien donné par l’Empereur Tang Xuanzong lui-même, pourtant fou amoureux de sa favorite.

67Dans un registre plus léger, on nous parle de présents miraculeux offerts à l’Empereur Tang Xianzong 唐憲宗 (r. 805-820) :

La huitième année de la période de règne Yuanhe de l’Empereur Tang Xianzong [soit en 813 de notre ère], le royaume de Dazhen offrit en tribut du « blé émeraude » et du « riz pourpre ». L’Empereur trouva ce tribut bien étrange. Le lendemain, il montra les présents à ses alchimistes Bai Yuanzuo et Li Yuanji. Les grains de blé étaient plus gros que ceux qu’on trouvait en Chine. Ils étaient d’une couleur verte tirant sur le bleu et avaient à peu près le même goût que du riz rond. Quand on en ingérait, on se sentait de plus en plus léger, on pouvait même voler si on en mangeait régulièrement. Quant au riz pourpre, il ressemblait un peu à du sésame. Avec un seul sheng [un dixième de boisseau] on pouvait préparer un boisseau entier de nourriture. Son ingestion permettait de rendre bien denses et bien noirs barbes et cheveux, de préserver sa jeunesse et de ne pas vieillir. (405 : 17, Zimi 紫米)

  • 42 Le chancelier impérial de Tang Xuanzong portait le même nom, il est donc possible qu’il s’agisse d (...)

Plus loin, il est question de Xiahou Zi 夏侯孜, intendant des tombes impériales sous l’Empereur Tang Xuanzong 唐宣宗 (846-85942). Un jour, alors qu’il était en train de creuser une cavité impériale, un de ses ouvriers trouva la moitié d’un pic à cheveux dans une roche. Xiahou Zi trouva cela tellement étrange qu’il décida de ne pas en parler (405 : 23, Xiahou Zi 夏侯孜).

68Enfin, deux anecdotes concernent le chancelier impérial Li Deyu 李德裕 (787-849). On raconte qu’il rafraîchissait les pièces de sa maison en plaçant dans une bassine en or une « peau de dragon blanc » offerte par un moine du royaume de Silla, qui l’avait lui-même achetée à un pêcheur (405 : 22, Li Deyu 李德裕). Un jour, il fit par ailleurs tailler la statue d’un prêtre taoïste dans une branche de bois d’immortel : la statuette se mettait régulièrement à voler dans les airs, avant de regagner sa place. Un jour, sous la période de règne Guangming 廣明 (880-881) de l’Empereur Tang Xizong 唐僖宗 (873-888), la statuette s’évapora (405 : 24, Yanzun xiancha 嚴遵仙槎).

8.2. Objets étranges

69Le reste des histoires concerne des objets étranges divers et variés. Un jour, sous la dynastie des Jin 晋 (265-420), un homme du nom de Xu Jing ramassa par terre un petit sac brodé dont émanait un délicieux parfum. En l’ouvrant, il y trouva une sorte de cigale multicolore, avec une pièce de monnaie accrochée sur chacune des pattes arrière (405 : 10, Xu Jing 徐景). Dans un étang situé dans le district de Zhongmu 中牟 se trouvait par ailleurs enfoui un poinçon en fer de six pieds de long, datant de l’époque des Han, orienté en direction du sud-ouest, qu’il était impossible de bouger (405 : 11, Zhongmu tiezhui 中牟鐵錐). L’histoire suivante raconte que dans le Sud du pays se trouvait une lance empoisonnée tout à fait étrange : elle semblait tout usée, elle n’avait plus rien de tranchant, et pourtant, il suffisait de toucher quelqu’un avec pour le tuer sur-le-champ, sans qu’aucune plaie ne soit visible. On racontait qu’elle était tombée du ciel. Aussi la gardait-on enfouie bien profondément dans le sol, pour ne l’en sortir qu’à l’occasion de rites sacrificiels (405 : 12, Du shuo 毒槊). Plus loin, un marchand mesure le riz avec un noyau de pêche dont la moitié fait précisément un sheng (un dixième de boisseau). Il raconte l’avoir trouvé dans un ruisseau du mont Jiuyi 九嶷 (405 : 19, Jianghuai shiren taohe 江淮市人桃核). Dans le protectorat de Annam (nord de l’actuel Vietnam, sous contrôle chinois à l’époque des Tang), les gens utilisaient de « l’onguent de dragon de jade » qui avait le pouvoir de rendre l’argent liquide. Mais il était interdit de sortir cette pommade miraculeuse pour l’emmener au Nord. Un jour pourtant, sous la période de règne Yuanhe (827-835), un garde osa le faire. Peu de temps après, il mourut dans une attaque en tant que garde impérial. Dès lors, plus personne n’osa sortir la pommade de la région (405 : 20, Yulong gao 玉龍膏).

70Nous retrouvons en outre le poète, fonctionnaire et écrivain Duan Chengshi 段成式 (ca. 803-863), dont il a déjà été question plus haut :

L’entourage de Duan Chengshi racontait que lorsqu’il était petit, il s’était amusé à détruire un nid d’oiseau. Il y trouva enfoui une pierre noire très jolie, bien ronde et bien luisante, qui ressemblait à un œuf. Un jour, il la fit tomber par mégarde dans une jarre remplie de vinaigre : l’œuf se mit à bouger. Quatre pattes poussèrent, semblables à des cordelettes de coiffe impériale. Mais lorsque Duan Chengshi sortit l’œuf du liquide, les pattes se rétractèrent. (405 : 21, Duan Chengshi 段成式)

Étonnamment, un seul récit concerne les sciences taoïstes :

À la fin de la période de règne Kaiyuan (713-741) [sous le règne de l’Empereur Tang Xuanzong 唐玄宗] il y avait à Dengzhou 登州 un pêcheur qui marchait en bord de mer, une palanche sur l’épaule. C’est alors qu’il aperçut près du rivage un endroit couvert par une sorte de brouillard, d’où lui parvenaient les voix de nombreuses personnes. Il s’agissait apparemment d’un marché. Il s’approcha et constata qu’on y vendait des remèdes et qu’il y avait un grand nombre de prêtres taoïstes sur place [...] (405 : 15, Kaiyuan yuzhe 开元漁者).

71Les récits sur le thème des « objets extraordinaires » concernent davantage des événements et des personnages historiques que les rouleaux précédents. On note une réelle variété dans la nature de ces trésors, d’un grain de riz à une fourrure de renard en passant par une barbe et une chaussette. Nombre de ces trésors sont restés célèbres non seulement pour leurs prétendues caractéristiques étranges et surnaturelles, mais surtout parce qu’ils ont été le bien de personnes connues.

Conclusion

72Notre étude sur les trésors du premier millénaire de notre ère présentés dans le Taiping guangji touche à sa fin. Au cours de notre travail, nous avons détaillé et analysé plus d’une centaine de récits, parcouru les régions de Chine et les royaumes voisins, traversé les siècles. Nous nous sommes retrouvés dans l’intimité de plusieurs Empereurs de Chine, mais aussi auprès de nobles, de lettrés, de fonctionnaires, de paysans, de bûcherons, de gens du peuple. Nous avons raconté des récits tragiques, des histoires humoristiques, et un grand nombre d’anecdotes historiques. Nous avons découvert des lieux mystérieux, des lacs, des rochers, des montagnes. Nous avons rencontré des moines, des marchands étrangers, des êtres surnaturels. Nous avons vu défiler sous nos yeux des objets précieux de toutes sortes : des perles, des jades, des miroirs, de l’or, des pièces de monnaie, de la corne de rhinocéros, des statuettes, des pics à cheveux, des coffrets, des pierres précieuses, des épées, des reliques... Nous nous sommes délectés de « blé émeraude » permettant de voler, de riz pourpre permettant de garder sa jeunesse intacte et de rendre les cheveux bien denses et bien noirs. Nous avons rêvé de nous rendre sur le rocher du royaume de Rilin, permettant de voir l’intérieur du corps pour déceler les problèmes sur les organes malades, ou bien de posséder cette perle permettant de faire jaillir miraculeusement de l’eau lorsqu’on l’enfouit dans le sol...

73L’impression finale que nous avons est qu’en définitive les objets précieux d’hier sont les mêmes que ceux d’aujourd’hui : ils sont loués et chéris autant pour leur valeur pécuniaire que pour leur beauté, pour la fascination qu’ils suscitent, pour le mystère qu’ils représentent. Ils apparaissent souvent dans des circonstances exceptionnelles ou par l’intervention d’êtres surnaturels, ils possèdent des propriétés magiques, proviennent de royaumes éloignés et mystifiés. Pourtant, la valeur de ces biens se trouve bien au-delà de leur nature matérielle : elle est symbolique. Elle représente le pouvoir, la noblesse, la richesse, une vie aisée, l’élégance, la chance, le mystère, la magie.

74On peut cependant s’étonner de ne pas trouver d’objets en porcelaine dans ces récits : peut-être sont-ils rangés dans d’autres sous-catégories, ou bien peut-être que la porcelaine n’a pas encore, à cette époque-là, une valeur aussi précieuse que sous le deuxième millénaire de notre ère. On peut également s’étonner de ne pas trouver mention du « Jade de Maître He » (Heshi bi 和氏璧) considéré comme l’un des plus grands trésors de Chine et comme l’une des plus grandes énigmes de tous les temps. Il est enfin surprenant de ne pas trouver davantage de pierres précieuses, dont il n’est pas fait grand cas finalement sur la totalité des récits. Il serait donc intéressant de lire dans les détails l’intégralité des histoires compilées dans le Taiping guangji (soit 4558) pour avoir une meilleure vue d’ensemble. Il serait en outre passionnant de faire des recherches complémentaires sur certains trésors dont il est question ici, de réunir les différentes légendes et les différentes sources les concernant, de trouver quelle a été leur destinée, de voir s’ils existent encore et de savoir où ils se trouvent : on pense notamment à la perle du marquis de Sui, à la « perle de feu » offerte par le royaume de Lâm Ấp à l'Empereur Tang Taizong, à la perle brillante de l'Empereur Tang Suzong, aux ornements de ceinture en corne de rhinocéros portés par l'Empereur Tang Jingzong, au serpent d'or du palais de l'Empereur Tang Wenzong, à la montagne aux dix mille Bouddhas offerte en tribut par le royaume de Silla...

75Nous conclurons en avançant que les véritables trésors ne sont pas ceux que l’on croit : à nos yeux, ce ne sont pas les objets décrits qui sont précieux, mais les récits qui nous les présentent. Des récits compilés et ainsi préservés qui ont sauvé de l’oubli des faits et des anecdotes historiques. À ce titre, le trésor essentiel à retenir ici est celui du devoir de mémoire, dont les auteurs des différents recueils et ouvrages sauvegardés dans le Taiping guangji ont été les artisans.

Bibliographie

Barbier Thomas, Une étude du Taiping guangji et de ses catégories, MA, université de Genève, 2014.

Bretelle-Establet Florence et Chemla Karine, « Qu'était-ce qu'écrire une encyclopédie en Chine ? », Extrême-Orient, extrême Occident : hors série, Qu'était-ce qu'écrire une encyclopédie en Chine ?, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, juin 2007, p. 7-18.

Chan Leo Tak-Hung, The discourse on Foxes and Ghosts : Ji Yun and Eighteenth-Century Literati Storytelling, Honolulu, University of Hawaï Press, 1998.

Cruveillé Solange, « Études et traductions occidentales sur le Taiping Guangji 太平廣記 », Impressions d’Extrême-Orient no2, 2011, at http://journals.openedition.org/ideo/216

Cruveillé Solange, « Guanyu Taiping guangji de xifang yanjiu he fanyi 关于《太平廣記》的西方研究和翻譯 », Gao Yuan 高原 (trad.), Hanxue yanjiu 汉学研究 n17, Beijing, Xuefan, décembre 2014, p. 204-211.

Dars Jacques, Quelques aspects du fantastique dans la littérature chinoise des Tang et des Song : les histoires de démons et de fantômes du Tai-ping Guang-ji, Thèse de Doctorat de iiie cycle, Paris, Sorbonne, 1965.

Drege Jean-Pierre, « Des ouvrages classés par catégories : les encyclopédies chinois » in Extrême-Orient, Extrême-Occident : hors série, Qu'était-ce qu'écrire une encyclopédie en Chine ?, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, juin 2007, p. 19-38.

Drege Jean-Pierre, « Histoire et civilisation de l'écrit en Chine », Annuaire de l'École pratique des Hautes Études, section des sciences historiques et philologiques, 139/2008, en ligne at http://ashp.revues.org/index334.html.

Guo Bogong 郭伯恭, Song si da shu kao 宋四大書考, Shanghai, Shangwu yinshuguan, 1940.

Kurz Johannes L., « The politics of collecting knowledge : Song Taizong’s compilations project », in T’oung Pao, 86.4-5, 2001, p. 289-316.

Lévy André, Dictionnaire de littérature chinoise, Paris, PUF, 2000.

Li Fang李昉, Taiping guangji 太平廣記, Beijing, Zhonghua shuju, (1961) 2010.

Poza Poyatos Alberto, « The Vast Records Made during the Era of the Great Peace, Tàipíng guǎngjì 太平廣記 », School of Oriental and African Studies, University of London, 2015, at https://tinyurl.com/y6c7uexw.

Notes

1 Les trois autres sont le Taiping Yulan 太平御覽, le Wenyuan Yinghua 文苑英華 (Florilège littéraire) et le Cefu Yuangui 冊府元龜 (Grande tortue de la bibliothèque impériale).

2 Gudai hanyu cidian 古代漢語辭典 [Dictionnaire de chinois classique], Beijing, Shangwu yinshuguan, 2000, p. 46.

3 Bien que le Taiping guangji intéresse de plus en plus de chercheurs à travers le monde, il n’en existe à ce jour aucune traduction intégrale. De nombreux sinologues ont cependant traduit des récits épars du Taiping guangji dans le cadre de leurs recherches sur des sujets annexes, comme nous le faisons aujourd’hui pour le thème des trésors. Pour un panorama des études et traductions disponibles à ce jour, voir Solange Cruveillé, « Études et traductions occidentales sur le Taiping Guangji 太平廣記 (Vaste recueil de l'ère de la Grande Paix) », Impressions d’Extrême-Orient, n2, 2011, at http://journals.openedition.org/ideo/216.

4 On doit également à Li Fang le Taizong shilu 太宗實錄 (Annales véridiques de Taizong), le Taiping yulan 太平御覽 (encyclopédie qui reprend une partie des textes du TPGJ) et le Wenyuan yinghua 文苑英華.

5 Florence Bretelle-Establet et Karine Chemla, « Qu’était-ce qu’écrire une encyclopédie en Chine ? » in, Extrême-Orient, Extrême-Occident : hors série Qu'était-ce qu'écrire une encyclopédie en Chine ?, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, juin 2007, p. 9. Cité in Thomas Barbier, Une étude du Taiping guangji et de ses catégories, mémoire de Master, université de Genève, 2014, p. 4.

6 Thomas Barbier, Ibidem, p. 55.

7 Leo Tak-Hung ChanThe discourse on Foxes and Ghosts : Ji Yun and Eighteenth-Century Literati Storytelling, Honolulu, University of Hawaii press, 1998, p. 17.

8 Jacques Dars, Quelques aspects du fantastique dans la littérature chinoise des Tang et des Song : les histoires de démons et de fantômes du Tai-ping Guang-ji, Thèse de Doctorat de iiie cycle, Paris, Sorbonne, 1965, p. 1.

9 Solange Cruveillé, « Études et traductions occidentales sur le Taiping Guangji 太平廣記 », Impressions d’Extrême-Orient n2, 2011, at https://journals.openedition.org/ideo/216 (consulté le 3 juillet 2018). Voir aussi notre article augmenté et traduit en chinois : « Guanyu Taiping guangji de xifang yanjiu he fanyi 关于《太平廣記》的西方研究和翻譯 » (Gao Yuan 高原 trad.), in revue Hanxue yanjiu 汉学研究 (Chinese Studies) n17, sous la direction de Yan Chunde 阎纯德, Beijing : Xuefan, décembre 2014, p. 204-211.

10 Alberto Poza Poyatos, « The Vast Records Made during the Era of the Great Peace, Tàipíng guǎngjì 太平廣記 », University of London, 2015, at https://tinyurl.com/y6c7uexw, p. 5 (consulté le 2 août 2019).

11 Dans certains cas, nous nous attarderons néanmoins sur des événements historiques particuliers.

12 Qui est une réimpression de l’édition de 1961.

13 Il n’y a pas à proprement parler de sous-catégorie « perles » dans les rouleaux concernés (contrairement à l’or et au jade.), mais comme l’ensemble des récits sur les perles constituent un rouleau à part entière (le troisième, en intégralité), nous sommes d’avis qu’il s’agit d’un oubli de la part des compilateurs. Faute de quoi ils auraient, d’après nous, été classés dans la rubrique « divers ».

14 Au sujet du classement par catégories, voir Thomas Barbier, Une étude du Taiping guangji et de ses catégories, op. cit., p. 66 à 69.

15 Voir Gudai hanyu cidian 古代漢語辭典, op. cit., p. 799.

16 Lorsque les dates de naissance et de mort des auteurs ne sont pas connues avec précision, nous nous contenterons d’indiquer simplement la dynastie ou le siècle.

17 Il s’agit probablement du Duyi zhi 獨異志 de Li Kang 李亢 (dynastie des Tang).

18 Plus ancien recueil admis de zhiguai.

19 Il s’agit probablement du Qixie 齊諧, ouvrage sur la mythologie, datant d’époque pré-impériale.

20 C’est le cas pour les récits tirés du Beimeng suoyan 北夢瑣言, du Chaoye qianzai 朝野僉載, du Duyang zabian 杜陽雜編, du Tangque shi 唐闕史, du Youyang zazu 酉陽雜俎, du Yutang xianhua 玉堂閑話.

21 C’est le cas pour les récits tirés du Boyi zhi 博異志, du Guangyi ji廣異記 (qui contient à la fois des zhiguai et des chuanqi), du Hedong ji 河東記, du Jiwen 紀聞, du Jiyi ji 集異記, du Jutan lu 劇談錄, du Sanshui xiaodu 三水小牘, du Xuanguai lu 玄怪錄, du Xuanshi zhi 宣室志, du Yuanhua ji 原化記.

22 Par exemple le Minghuang zalu 明皇雜錄, le Guoshi bu 國史補, le Guoshi leizuan 國史累纂, le Guoshi yizuan 國史異纂, le Xijing zaji 西京雜記.

23 Nous garderons cette notation tout au long de notre article, avec entre parenthèses le rouleau du Taiping guangji concerné suivi de l’ordre d’apparition du récit dans ledit rouleau et de son titre en pinyin et en caractères chinois.

24 L’histoire se passe certainement sous la dynastie des Tang, Yun’an étant réputée à cette époque-là pour être une région contrôlée par les autorités pour le commerce du sel.

25 Environ cinq kilogrammes.

26 Nous avons décidé de ne pas traiter dans le corps de l’article le thème du « mercure », qui concerne un seul et unique récit. Il est à ce titre étonnant qu’il ait droit à une sous-catégorie à part. Dans cette histoire, un jeune homme banquette avec des amis lorsqu’une vieille dame toute petite apparaît en lui reprochant de ne pas l’avoir invitée. Il l’insulte et elle part. Mais elle revient le lendemain, et le surlendemain également. Le jeune homme se dit qu’il faut s’en débarrasser, et lorsqu’elle se montre dans sa chambre, il essaie de la tuer avec son épée. Mais il n’y parvient pas : la vieille dame le touche, et il sent le froid l’envahir. Elle saute à terre et se met à danser, puis se démultiplie, et redevient une. Il raconte sa mésaventure à un ami nommé Tian qui lui dit s’y connaître en sciences occultes et l’accompagne le soir venu. La vieille dame réapparaît, devient minuscule et se loge dans la bouche du prétentieux. Peu après, on conseille au jeune homme de creuser au coin nord de sa maisonnée : il y déterre une jarre contenant du mercure. Tout le monde pense donc avoir eu affaire à l’esprit du mercure. Quant au jeune Tian, il meurt d’effroi (401 : 10, Shuiyin 水銀).

27 Chimère de la mythologie chinoise ayant l’apparence d’un lion ailé avec deux cornes sur la tête. Il a le pouvoir de repousser les mauvais esprits et se retrouve ainsi souvent sous forme d’amulette protectrice.

28 Le mot « agathe » provient du terme « cervelle de cheval ». Ce sont les Mongols qui nommèrent ainsi cette pierre, en raison de ses ressemblances avec l’apparence et la couleur d’une cervelle de cheval.

29 Wang Dun était un général qui devint chef de guerre et essaya de prendre le pouvoir. Il fut renversé par l’Empereur Ming, dont il est question ici.

30 Arme militaire ancienne qui peut avoir plusieurs formes, notamment celle d’une épée avec une lame présentant une succession de boules. L’expression « sept trésors » (qi bao 七寶) signifie que le fouet est richement orné, de pierres précieuses notamment.

31 Pas d’indication chronologique. Il est cependant probable, par rapport à la progression des histoires (entre le règne de l’Empereur Daizong 代宗 (r. 762-779) et le règne de l’Empereur Tang Jingzong 唐敬宗 (r. 824-827)), qu’il s’agisse de l’Empereur Tang Xianzong 唐宪宗 (r.805-820), adepte du bouddhisme.

32 1 hu 斛 équivaut à 10 dou 斗, c’est-à-dire à 50 litres.

33 Il semble question ici d’un brocart (jin 錦) et non d’une « fourrure » (qiu 裘). Le caractère varie d’ailleurs d’une version à une autre.

34 Aucune indication géographique ou chronologique n’est donnée pour cette histoire.

35 Nous sommes alors en pleine révolte d’An Lushan 安祿山 (755-763).

36 Nous pensons que le terme chinois renvoie au nom scientifique de « copra mosch » qui est l’autre nom du « cervus odoratus » (« cerf porte-musc » ou « chevrotain porte-musc »).

37 Voir supra note 34.

38 Il s’agit d’un ustensile de coiffure utilisé dans la Chine ancienne pour relever les cheveux en chignon.

39 Voir la présentation du poème Montée à la tour du lac, at <http://www.litteratureaudio.com/textes/Xie_Lingyun_-_Montee_a_la_tour_du_lac_Presentation.pdf> (consulté le 10 mai 2019).

40 Littéralement, désigne des « plumes de martin-pêcheur ». Mais il s’agit en réalité d’un équivalent de l’expression « ji ye cheng qiu 集腋成裘 », qui désigne une fourrure blanche de renard (fourrure constituée des poils blancs des aisselles de l’animal).

41 « Shuanglu 双陸 » : sorte de jeu de table de hasard raisonné, qui se joue à deux, et qui ressemble au Backgammon.

42 Le chancelier impérial de Tang Xuanzong portait le même nom, il est donc possible qu’il s’agisse de la même personne.

Auteur

Madame Cruveillé Solange est docteur en Langue et Littérature chinoises. Elle est maître de conférences à l’université Paul-Valéry Montpellier 3. Elle est membre statutaire de ReSO à l’université Paul-Valéry Montpellier 3. Ses recherches concernent les contes populaires du premier millénaire de notre ère, plus particulièrement les croyances animales (le renard notamment).

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search